Polyamour.info

Tcheloviekskinoapparatom

Tcheloviekskinoapparatom

Paris (France)

Participation aux discussions

Discussion : L'amour dans les relations: un bien ou un mal?

Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le samedi 05 août 2017 à 16h36

Ne s'agit-il pas plutôt d'un débat sur la définition du mot "amour" ?

Voir dans le contexte

Discussion : Saturation émotionnelle

Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le vendredi 04 août 2017 à 16h13

L'épuisement émotionnel existe aussi en relation mono, à certaines périodes de turbulences en particulier... Et on peut aussi vivre très sereinement des relations multiples.

La multiplicité des relations est un facteur, mais il est loin d'être le seul. Avec l'expérience on apprend aussi à gérer ses capacités, à éviter les histoires qui de toute évidence vont nous demander trop d'efforts pour un résultat qui n'en vaut pas la peine (problème de communication, de logistique, de compatibilité...) à se ménager du temps avec les personnes avec qui c'est plus calme... ou avec soi-même.

Voir dans le contexte

Discussion : Début de relation polyamoureuse

Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le vendredi 04 août 2017 à 16h02

Chaque couple se donne les règles qu'il veut, mais, justement, ça veut dire que tu ne "dois" rien a priori.
Deux principes qui me semblent pas mal c'est :
- chacun peut poser les questions qu'il/elle veut, mais l'autre n'est pas obligé.e de répondre. Et chacun.e peut proposer de raconter ce qu'il/elle veut sur ses autres relations, mais l'autre a le droit de refuser d'écouter.
- la seule chose dont on doit absolument informer l'autre c'est ce qui impactera sa vie concrètement ("je suis pas libre ce week-end" ou "je pars vivre à San Francisco", etc. par opposition à des trucs genre "j'ai tel ou tel sentiment" "j'ai embrassé truc sur la bouche", etc. - ça on se le raconte si on est d'accord pour se le raconter).

Une fois posé ça, on peut tâtonner, voir ce qui nous semble confortable à raconter ou pas - et c'est normal de tâtonner au début. Peut-être que lui trouvera qu'en fait il ne trouve pas ça si génial de savoir tous les détails.
Mais en tous cas toi, si tu es mal à l'aise avec ça tu es parfaitement dans ton droit de le dire, et de préserver ton autre relation et surtout ta propre intimité.

Voir dans le contexte

Discussion : Rencontres

Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le mercredi 02 août 2017 à 16h55

Pas mal ton récapitulatif, kill-your-idols, mais faut bien sûr adapter suivant les situations particulières.
Par exemple on peut être polyamoureux et chercher "un mari ou une femme à épouser" ou en tous cas être ouvert.e à la rencontre avec quelqu'un.e avec qui former un projet familial. La difficulté avec les célibataires est précisément de montrer que relation non-exclusive ne signifie pas nécessairement absence d'engagement, etc.
Et parmi les gens mariés il y a aussi un certain nombre de couples ouverts, mais en général on ne le sait pas avant d'en avoir parlé....

Voir dans le contexte

Discussion : Nouvelle relation pour mon compagnon, qui voudrait de la non-exclusivité

Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le vendredi 30 juin 2017 à 16h40

Il me semble que pour bien gérer les crises, il faut bien comprendre leurs causes, qui ici en tous me semblent bien plusieurs :
- En ne lui parlant de ta relation avec lui que le lendemain il a enfreint une de vos règles. Peu importe la valeur de la règle ou l'importance de l'infraction, c'est normal que tu sois froissée, que tu demandes des comptes, et que les règles soient à nouveau clarifiées.
- Autre chose est la situation maintenant. Tu te retrouves avec une paramour (pour parler jargon poly) qui se sent "rivale", ce qui n'est jamais agréable. Tu peux proposer (mais tu n'es pas obligée) de la rencontrer, peut-être à vous trois, même sans ordre du jour super précis, juste histoire de voir si vous pouvez vous parler, éventuellement poser quelques principes....
- Si ça ne marche pas, pour une raison ou pour une autre, il faudra contempler la dure réalité qu'on ne peut pas contrôler les autres, et la sympathique réalité qu'on peut se contrôler soi, en tous cas se consacrer à d'autres choses pour ne pas s'enfermer dans un problème peut-être insoluble, et éventuellement décider de réévaluer ta relation avec Paul.

Bon courage surtout!

Voir dans le contexte

Discussion : Questionnements - Tortueux itinéraire d'un polyamoureux

Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le mardi 27 juin 2017 à 15h10

Hello Soie,
Si ça peut te rassurer, j'ai vécu quelque chose d'assez semblable : trois ans de monogamie "de facto" alors que nous étions un couple ouvert "en théorie". Quand ma chérie est tombée amoureuse d'un autre, j'étais très content d'un côté, et de l'autre... pouvais plus dormir. J'avais beau être ok intellectuellement, ça faisait quand même glups. J'ai demandé conseil auprès d'ami.es poly, et le conseil fut excellent : laisser du temps au temps.
Effectivement, petit à petit, c'est allé mieux, jusqu'à ce que ça devienne carrément cool (disons au bout de 3-6 mois).
Des trucs qui ont aidé : en parler (avec elle - qui a toujours été géniale et rassurante, tout en tenant le cap de sa relation -, et aussi avec des copains), lire, écrire (des trucs pas destinés à être lus, mais qui permettaient d'identifier ce qui se passait en moi), et surtout *vivre ma vie* ce qui dans mon cas est passé pas mal par d'autres aventures, très sympa, mais aussi par d'autres activités qui me passionnent.
De ce point de vue la "frénésie relationnelle" ne me ferait pas peur : si "frénésie" il y a, c'est qu'il y avait besoin qu'elle s'exprime.... et ça n'empêche pas de maintenir le lien. Mais évidemment chacun a des méthodes différentes... et parfois ça ne marche quand même pas, il y a beaucoup de facteurs.
Ça peut être un test difficile, un grand moment où il faut "lâcher prise"... et il faut toujours avoir conscience de ses limites, sans jouer au "superman" comme dit plus haut.

Voir dans le contexte

Discussion : Comment parler de polyamour et/ou relations libres à quelqu'un qui nous plaît ?... (1ère expérience...)

Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le mercredi 14 juin 2017 à 17h03

MultiP

Besoin d'aide de personnes qui ont déjà vécu ça... Comment prendre du recul ?...

Grande question... Mais en gros à mon avis il y a un conseil et un seul : faire autre chose qui nous captive. Eventuellement draguer ailleurs... mais tout autre chose c'est bien aussi. Je sais que pour moi c'est le militantisme qui m'occupe l'esprit de façon assez efficace et bien utile dans ce genre de situation, les voyages ça peut être bien aussi.
Ça n'enlève pas tout l'inconfort d'une passion non-réciproque, mais au moins on peut faire passer le temps de façon plus indolore, et le temps permet souvent d'y voir plus clair.
Ah oui, un truc que je trouve utile aussi, c'est de se dire qu'un des avantages quand on est poly, c'est qu'on a LE TEMPS.
C'est à dire que tu peux attendre quelques semaines qu'une situation vienne où vous pouvez parler de façon un peu relaxe de tout ça, puisque vous vous voyez régulièrement et que vous êtes proches.
Ou bien attendre à plus long terme aussi. Si ça se trouve il a une autre histoire, ou bien il n'est pas ouvert à ce dont tu aurais envie aujourd'hui.. mais peut-être dans un an ce sera différent.
De toutes façons, si tu es poly, toi tu seras "disponible", et tu n'as pas à "choisir" maintenant.

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Comment parler de polyamour et/ou relations libres à quelqu'un qui nous plaît ?... (1ère expérience...)

Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le jeudi 08 juin 2017 à 17h53

Hello MultiP,
Je sympathise d'autant plus avec ta situation que je suis plus ou moins dans la même en ce moment - à la différence que la non-exclusivité de mes relations sont déjà un fait solide depuis pas mal de temps avec mes relations existantes. Mais même genre de choses : attirance pour quelqu'une dont je ne suis pas vraiment sûr qu'elle ressente la réciproque, que je connais dans un cadre où je dois faire des choses avec elle et où donc il est particulièrement important de ne pas la mettre mal à l'aise.... soupir.
En tous cas d'après ce que tu racontes il n'y a aucune raison pour qu'il soit mal à l'aise : un texto de dragounette comme le tien, c'est plutôt sympa, même quand ça nous intéresse pas.
Après à toi de montrer dans ton comportement qu'il n'y a pas de pression, qu'il n'y a aucun problème s'il n'est pas intéressé...

Voir dans le contexte

Discussion : Nouveau blog - parcours d'une polyamoureuse

Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le mardi 14 mars 2017 à 12h40

Très chouette effectivement. Moi aussi je veux savoir la suite !

Voir dans le contexte

Discussion : Besoin d'un ou plusieurs phare(s) pour me guider

Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le mardi 28 février 2017 à 16h22

Eh bien, quelle histoire ! :-)
En tous cas bienvenue sur ce forum, Sarsoura, et merci de partager tout ça.
Je n'ai pas de conseils immédiats à donner, surtout que j'ai jusqu'à présent réussi à soigneusement éviter des histoires avec des monos. Mais par ailleurs ce qui me vient en tête en premier lieu après avoir lu ton récit c'est que tu as l'air de bien mener ta barque dans ces flots tourmentés. Le dialogue que tu restitues avec ton amour de voyage par exemple, ça montre bien que tu es claire dans ta tête sur ce que tu veux, ET que tu l'exprimes tout aussi clairement. A partir de là, tu as fait ta part, et si tes amoureux ont du mal à gérer leurs sentiments, je ne suis pas sûr que tu puisses faire grand chose de plus.... mais sans doute d'autres ici auront des idées !

Voir dans le contexte

Discussion : Mon amoureuse a rencontré une autre et cela remet tout en cause pour elle

Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le jeudi 23 février 2017 à 16h29

Dans tous les cas, il va falloir laisser du temps au temps.... et lâcher prise tant que possible.
Evidemment, il est tout à fait vraisemblable que ce soit juste la NRE qui empêche ton amoureuse d'y voir clair, qu'au bout de quelques semaines, quelques mois, ou même quelques années, elle se dise que la relation qu'elle a avec toi est précieuse et qu'elle veuille la continuer. Comment faire pour mettre un minimum d'obstacles ? Mettre un minimum d'obstacles à sa nouvelle relation, et même à son désir de partir s'il se confirme.
Je trouve d'après mon expérience et celle de gens autour de moi que le problème numéro un dans ce genre de situation c'est l'injonction à la binarité : tu es avec moi ou tu n'es pas avec moi ? S'il faut choisir à tout prix, et si l'appel du large est fort, ça peut vouloir dire qu'on casse, un peu plus qu'on aurait pu.
Pas facile, c'est sûr, mais si tu es confiant dans votre relation, alors tu peux te dire que c'est juste temporaire, qu'elle reviendra tôt ou tard.
Pas de garanties évidemment....
Perso ça m'est arrivé deux fois de dire à des amoureuses qui voulaient me quitter pour se consacrer à un autre, alors que notre histoire était forte, qu'on se retrouverait forcément. Dans un cas ça a pris trois jours pour qu'on se retrouve, dans l'autre, hum, ça dure depuis un peu plus d'un an maintenant.....

Voir dans le contexte

Discussion : Mon amoureuse a rencontré une autre et cela remet tout en cause pour elle

Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le mercredi 22 février 2017 à 15h39

Bonour Hugopoly,
Merci pour ton récit, mais il y manque quelques éléments qui peuvent être importants je pense.
Pour ton amoureuse, concrètement, ça veut dire quoi "remettre en question votre couple" ? Quelle est la position de l'autre femme ? Demande-t-elle l'exclusivité ?

Voir dans le contexte

Discussion : Au pied du mur, je dois choisir entre mon mari et mon amant.

Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le lundi 13 février 2017 à 17h30

Dragonne, merci immensément d'avoir donné de tes nouvelles - ton histoire, proche de la mienne où je jouais plutôt le rôle de P, m'avait beaucoup intéressé et je me suis parfois demandé qu'elles avaient été les suites, comme je me demande encore aujourd'hui qu'elles seront les suites de mon expérience, s'il y'en a (une femme que j'aime et qui m'aime, mais qui est retournée avec son mari en mode mono, même si des signes me montrent qu'elle pense encore à moi). Ton message souligne une chose importante : il peut y avoir, dans ce genre de situation, une solution meilleure qu'une autre, mais ça n'empêchera pas, au moins certains jours, la tristesse ou plus par rapport à ce qu'on a dû quitter pour aller de l'avant.

Voir dans le contexte

Discussion : Poly et bi

Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le mardi 18 octobre 2016 à 16h44

harmony
Après des années de vie maritale, j'ai pris mon envol, je vis depuis quelques années une relation avec une femme bi également, cette relation est basée sur la confiance, nous sommes fidèle mais pas exclusive...
notre relation a trouvé son rythme de croisière
Par contre, je me rends compte que du côté de ses messieurs ce n'est pas si simple...
Les rencontres se passent généralement bien, dans un premier temps ils sont même relativement curieux et interressé, , mais lorsque les choses deviennent plus concrètes, ils ont souvent du mal à accepter la situation...

Alors faut il cacher notre côté bi ?
Et se lancer dans une relation exclusive ?

Si vous avez des réponses...

Perso, j'aurais tendance à dire qu'il vaut mieux continuer à chercher et trouver des messieurs plus réellement ouverts - ou bien se passer complètement de messieurs, ce qui est une autre possibilité. En tous cas, de tels messieurs existent !
Cacher qui on est ça paraît dommage, surtout si comme tu dis tu viens de "prendre ton envol". Parfois il faut accumuler un peu d'expérience spécifique aux relations non-exclusives pour pouvoir discerner plus tôt qui nous accepte vraiment tel-les que nous sommes, et qui prétend seulement le faire dans un premier temps.

Voir dans le contexte

Discussion : L'âge

Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le dimanche 16 octobre 2016 à 18h13

Bonjour Sarah.du.Cheshire et bienvenue sur ce forum.
Perso je ne vois pas de problème - les questionnements amoureux n'attendent pas qu'on ait le droit de vote.

Voir dans le contexte

Discussion : Comment démarrer une relation poly/mono?

Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le mardi 27 septembre 2016 à 17h15

Comme le dit FloWolF, il y a deux questions, chacune ayant son importance distincte : le monopoly, et le fait de vivre ensemble après une longue période de relation à distance.
Te serait-il possible de passer un temps un peu long là-bas (plusieurs semaines, voir plusieurs mois) sans que ça t'engage à déménager ? Ça pourrait permettre de faire l'expérience à la fois du pays et de la proximité quotidienne avec lui sans y mettre trop d'enjeux. Voire, suivant tes possibilités, recommencer ce genre de semi-déménagement plusieurs fois et voir si ça vous convient comme ça.
D'autant qu'il y a peut-être des questions légales de droit à la résidence en jeu, non ? S'il faut aussi que vous vous mariez pour que tu puisses vivre là-bas, ça ajoute encore des enjeux....

Voir dans le contexte

Discussion : Bouille de Sentiment

Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le mardi 27 septembre 2016 à 17h02

Hello Naimlele. Bon, effectivement comme le note Balafy, le problème c'est que ce qu'on veut intellectuellement et ce qu'on ressent "tripalement", ça ne s'accorde pas toujours. Déjà tu es très lucide sur tes sentiments et les mécanismes qui vont avec, sur la situation et ce qui est plus ou moins possible de faire. Et tu es visiblement pleine de bienveillance envers ton amoureux, et, même si c'est abstrait sans l'avoir rencontrée, son autre amoureuse.

Bon, mais à partir de là qu'est-ce qu'on fait ? En somme il n'y a pas trente-six solutions.
- Soit tu décides que, ok, c'est dur, mais le jeu en vaut la chandelle. Tu décides que vous vivrez cette relation comme prévue, en couple ouvert donc, et en te préparant à passer des moments difficiles, mais peut-être (sûrement, avec le temps) de moins en moins difficiles. Tu fais tout ton possible pour t'occuper l'esprit pendant qu'il est avec elle : ton sport favori, un autre amoureux, voir des amis.... Et petit à petit ça devient plus normal, et plus facile, jusqu'à ce que ça devienne juste normal et juste facile. Pour info c'est un processus par lequel beaucoup d'entre nous sont passé-es, et je m'inclue dedans, et souvent ça marche.
- Soit tu considères que c'est juste trop dur. Ok, ça serait bien de pouvoir le faire, mais c'est juste trop dur, et tu n'as pas envie de te bousiller la santé et le moral juste pour pouvoir dire "je n'ai pas lâché !". Peut-être plus tard ce sera possible, mais là, non, juste trop d'efforts. Tu as parfaitement le droit de faire ça. Certes, à partir de là ça veut dire soit le quitter, soit lui poser un ultimatum (ce qui peut revenir au même suivant sa réponse). Et c'est pas forcément super facile à vivre non plus.... Mais peut-être que c'est quand même ce qui est le mieux pour toi.
Pas facile comme situation.... bon courage !

Voir dans le contexte

Discussion : Faut-il être nécessairement rassurant pour ses partenaires dans le cadre de relations non exclusives ?

Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le mercredi 21 septembre 2016 à 15h48

Bagheera
Avez-vous ce sentiment à un moment, ou durablement que c’était un effort qui vous coûtait, ou le considérez-vous comme le pendant «  normal » du polyamour, dont on ne saurait s’exonérer sans redevenir exclusif?

Le truc c'est que si ça nous coûte vraiment, c'est peut-être qu'on ne peut pas rassurer tant que ça... Il faut avant tout être honnête et si on ne sent pas qu'on va nécessairement être à fond dans une histoire durablement, c'est important de ne pas le laisser croire.

Du coup, perso ça ne me coûte pas du tout de rassurer quand c'est une relation que je sens vraiment bien. Aucune raison de le cacher, aucune raison de ne pas réaffirmer mes sentiments, et plutôt deux fois qu'une si c'est demandé.

Le polyamour peut ajouter au besoin d'être rassuré, dans un premier temps. Mais dans un deuxième temps c'est plutôt l'inverse je trouve : quand on est depuis un certain temps avec quelqu'un-e et qu'on l'a vu avoir d'autres relations et revenir vers nous tout de même, on n'a pas les angoisses classiques des monos "et si demain elle recontre quelqu'un ? et si il tombe amoureux d'un-e autre ?"

La variable principale c'est plutôt le caractère des personnes impliquées. J'aime bien la catégorisation en 4 qui est devenue assez classique dans la "théorie de l'attachement" : sécure, préoccupé, détaché, craintif-évitant. Suivant les combinaisons ça donne des dynamiques différentes, certaines positives (évoluant vers plus de sentiment de sécurité), d'autres plus compliquées, mais si on sait comment on fonctionne et si on comprend comment fonctionne l'autre ça peut aider. Et ça, c'est valable aussi dans un cadre mono.

Un lien parmi d'autres qui développe ça : www.psychomedia.qc.ca/couple/2011-02-14/styles-d-a...

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : En couple avec une fille polyamoureuse : je le vis très mal, comment faire ?

Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le vendredi 02 septembre 2016 à 14h58

A propos du cas d'Unlike 2016, je note ce passage :

Unlike2016

Or, depuis un jour ou deux, j'ai décidé de m'en ouvrir à un ami. Je me suis mangé un mur d'incompréhension : "je n'y crois pas", "pour moi c'est pas possible" ... Vous voyez. Du coup, même si je ne suis absolument pas d'accord avec ses propos, cela a quand même provoqué quelque chose en moi. Depuis, je me mets à avoir une colère "froide". A chaque fois qu'elle part voir "l'autre" pour la soirée, je fais tout pour ne pas y penser en m'occupant, mais dès que j'ai un moment sans rien c'est horrible. Je redécouvre des sensations enfouies en moi que je croyais ne pas exister : la violence, la haine, les envies de se faire mal, de taper dans un mur, etc. Le pire étant quand je me couche seul : je me sens "émasculé" symboliquement que de penser que "un c** se tape ma copine alors que je fais sagement dodo à la maison comme une bonne poire"...

Tu utilises le mot "Emasculé", et sans faire de la psychanalyse de bazar, je pense qu'il y a quand même là un aspect clé. Les hommes dans notre société sont encore élevés dans l'idée que leur honneur passe par la fidélité de leur femme, entendue comme exclusivité sexuelle. On incorpore ça par l'éducation, les films, la télé, les chansons, etc. de telle sorte que ça imprègne notre corps même, et de fait tu parles de symptômes physiques de ton malaise.

Un peu comme pour des phénomènes comme le vertige ou la peur de l'avion, ce n'est pas parce qu'il y a des symptômes physiques qu'on n'y peut rien, qu'on ne peut pas faire le choix raisonné de combattre ces réflexes. Mais c'est vrai que ça demande un peu de temps, d'énergie, de détermination, et il vaut mieux le savoir.

Tu m'as l'air de faire des tas de choses très utiles dans ta situation (communiquer, s'occuper, etc.). Je pense que c'est utile aussi de réfléchir sur cette question de la "masculinité" et ce que ça veut dire. Quelles sont les qualités que tu souhaites véritablement développer plutôt que celles que la plupart des hommes suivent ? Pourquoi ça serait honteux que ta copine couche avec un autre ? Aime un autre ? Pourquoi ce serait honteux que tu veuilles lui laisser cette liberté, et aussi pouvoir explorer la tienne, tout en préservant et en cultivant votre relation ?
Pour ma part, c'est beaucoup la volonté de ne jamais être un obstacle aux bonheur des femmes que j'aime qui m'a poussé dans ce genre de questionnement.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Découverte du polyamour

Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le vendredi 02 septembre 2016 à 14h42

Rosanna
Autre précision, il m'a dit qu'il accepterait sans doute "plus tard" des relations type libertines mais rien à voir avec l'acceptation d'un amour (le sentiment amoureux étant notre truc à nous, mon amour le rendant spécial en gros).
Je ne comprends pas cette acceptation du sexe en dehors du couple et pas de la tendresse/affection ? Je trouve que c'est tellement "moins pire" (sans jugement de valeur, juste pour moi) de donner des sentiments à cette seconde relation que de la maintenir juste pour le sexe.

Sur ce point précis, j'ai une réponse possible : pour beaucoup de gens le libertinage est vécu comme quelque chose qu'on fait en couple. Même si il y a d'autres personnes impliquées, l'idée est que si il est là avec toi, ça reste quelque chose qui ne se passe pas en dehors de votre relation.

Sur l'autre point, sentiments/pas sentiments, c'est aussi un point de vue assez répandu chez les monos, avec l'idée que si tu as des sentiments pour quelqu'un d'autre tu as plus de chance de le quitter pour cet autre (je sais que ce n'est pas ce que tu veux, mais c'est une crainte typique). Dans les faits on ne contrôle bien sûr pas pour qui on a des sentiments ou pas, et donc il vaudrait mieux regarder cette réalité en face, et justement diminuer l'injonction à choisir, mais quand on est dans sa situation, on ne pense pas comme ça.

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion