Polyamour.info

MissO

MissO

(France)

Participation aux discussions

Discussion : La boîte de Pandore des relations plurielles

Profil

MissO

le mercredi 02 octobre 2013 à 12h59

Bonjour!
Moi aussi je croix que le choix du polyamour est "politique", que le gène prédisposant au monoamour ou au polyamour n'existe pas et que cela dépend de l'environnement socio-culturel.
La "discrétion" que nous avons choisie (tous les trois) ne fut pas facile non plus, pour moi. J'aurais eu envie de faire découvrir, par exemple, à mon autre amoureux, plus de gens, plus de lieux que j'aimais.
Alors, c'est vrai j'ai pas trop l'âme militante, et le peu que j'ai me conduit plus à vouloir changer plus le couple que la société (trop de taf!!)
Mais comme j'ai eu l'occasion de l'écrire dans d'autres fils, avant THE POLYAMOUR, il y a l'être, les êtres avec lesquels je le vis. Et l'un de ces êtres (devinez lequel) m'a demandé une"certaine" discrétion. Que je pouvais accepter quand lui acceptait qu'il n'y aurait pas de retour en arrière.
Vivre cet état des faits, vous le dites toutes et tous, nécessite aussi des règles, des accords et il modifie en profondeur énormément de choses dans un couple poly-mono. Je crois que nous ne pouvons pas tout changer d'un seul coup, que nous avançons pas à pas et que c'était pas plus mal, à ce moment, de faire l'économie de cet autre bouleversement, la "visibilité". Et oui, tout simplement la peur du regard des autres.....Ceux de celles et de celui qui surent, furent, au contraire, très bienveillant envers lui, envers les deux .
De même tout le monde ici revient sur la nécessité de la communication.Mais, bon au bout d'un moment, on en devient plus que ça, une constante conversation, discussion....sur le polyamour, notre couple, nos couples ne sont plus que ça .C'est d'un chiant à force.
le "cacher" a au moins permis, en plus, que cela ne devienne pas le sujet de conversation des différentes soirées où l'un des deux couples étaient invité
Maintenant.....avec le recul
Etrangement de son côté, le fait que mon autre relation était limite clandée, lui a fait prendre conscience que mon autre chéri et moi avons développé une vie de couple, des relations, des lieux qu'il ne connait pas, un territoire dont il se sent exclu(oui il est pas simple, vous pouvez pas savoir!)
Et moi, j'avoue mes limites. Je ne serai jamais une militante du polyamour, je ne ferai jamais de polypride, mais bon, je suis ça, un peu. Je ne veux pas me réduire à cette "identité", et que notre couple se réduise à ça, mais j'en envie de trouver des moyens, des formes d'affirmation, autant par rapport à mon "identité" que par respect par rapport au travail que lui a effectué et par rapport à cette histoire avec mon autre chéri qui ne peut être mise de côté, niée.
Et puis,on est pas dupe, "ça se sait".
Alors, on arrive pas avec ça en banderole ou étendard, mais si on nous pose la question, si il y a des sous entendus, et bien on assume et lui n'est pas contre le fait de prendre la parole.
Bon les esprits chagrins diront que c'est pour lui, un moyen d'affirmer son rôle de mâle protecteur, de faire croire qu'il avait le contrôle, mais moi, je kifferais bien!

Voir dans le contexte

Discussion : La boîte de Pandore des relations plurielles

Profil

MissO

le lundi 30 septembre 2013 à 21h20

D'accord avec Tsampa, c'est de l'intime avant tout, donc seuls quelques intimes sont au courant. Leur présence fut forte et respectueuse. C'est vraiment très dur parfois de ne pas le dire ,en fait, pas grave, si on peut le vivre
Et je ne me pose jamais la question de savoir si le polyamour est pas à la portée de tous ou pas au contraire, je trouve cette affirmation élitiste.Je me pose plus la question de savoir pourquoi le "monoamour" ne me correspond pas.Mais j'assume

Voir dans le contexte

Discussion : C'est quoi un couple?

Profil

MissO

le mercredi 25 septembre 2013 à 23h12

un couple, c'est quand le garçon avec lequel tu vis, vient juste te déposer un baiser sur l'épaule, parce que tu es pas bien, parce que l'autre est parti, et que j'ai la décence de ne pas lui faire vivre mon chagrin d'amour .Le reste ne compte pas

Voir dans le contexte

Discussion : C'est quoi un couple?

Profil

MissO

le mercredi 25 septembre 2013 à 13h23

"Lien dont on attache deux chiens de chasse ensemble" ....
Je dirai plus, dans mon cas "lien qui unit ces deux animaux particuliers que sont mon compagnon officiel et moi" parce qu'on l'a choisi, parce qu'il y a entre nous une intimité, un respect, une reconnaissance que je ne trouve pas ailleurs (même si je peux trouver un respect, une inimité dans d'autres relations)
Et parce que nous ne vivons pas sur une île déserte ou dans une communauté et que l'utopie n'est pas notre came, alors, oui, c'est aussi une base, un fondement social

Voir dans le contexte

Discussion : Poly + non poly = voie sans issue

Profil

MissO

le mercredi 25 septembre 2013 à 13h09

Tout à fait, le papillonnage peut être un signe de peur ou de refus de s'engager, une immaturité affective, un ego sur démesuré, ou quelque chose de très très fort qui ne fera du mal à personne mais plutôt du "bien" .Et parfois tout ça à la fois.
Peu à peu, je me rends compte que ces "papillonnages" en dehors de mon socle (oui j'ai un socle, un couple et j'en suis fière)non seulement participent à mon épanouissement, mais aussi, me permettent d'amener d'autres choses, d'autres sentiments ,d'autres sensations dans mon couple officiel qui lui même enrichissait mon autre relation.
Bon, faut pas rêver, c'est ténu, c'est fragile, ce sont quelques moments, faut pas nier et oublier ce qui fut dur.
Et pour rebondir sur ce que disait green pixie, et oui, il faut des règles, j'irai plus loin, avec le recul,je crois que la contrainte a permis de finalement ne pas trop mal vivre cette situation.
Quoiqu'on dise, je lui ai imposé quelque chose, même si c'était une situation que nous avions déjà évoquée, du jour au lendemain, il y avait "autre chose" un autre, une nouvelle organisation à trouver, une autre "moi". Ce fut une contrainte pour lui, il l'accepta. parmi les quelques règles que nous avions établis, il y avait celle qui disait que nous ne reviendrions pas en arrière.
Etrangement, je me suis imposée la contrainte inverse, si je voyais que ce n'était plus possible, que nous souffrions, qu'il soufrait trop, je m'imposais de stopper mon autre relation au moins temporairement.
la contrainte libératrice? ça existe ailleurs, pourquoi pas chez "nous" les polys(my god, j'ai dit "nous", serai je en train de vivre un étonnant sentiment d'appartenance à une communauté?!!!!)
Ah oui, juste une chose, je me suis rendue compte , il y a peu, et mes deux chéris on fait la même constatation: à aucun moment, de la part d'aucun de nous trois, il ne fut évoqué, envisagé une séparation entre mon compagnon officiel et moi
la vie, le couple (quelque soit sa forme) l'amour , les projets entre des polys et ces êtres étranges et surprenants que sont les monos, c'est possible .Pas facile, mais possible et si c'est difficile, c'est encore mieux, non?

Voir dans le contexte

Discussion : Poly + non poly = voie sans issue

Profil

MissO

le mardi 24 septembre 2013 à 21h54

bonsoir infiny
Ce me semble plus être une non compréhension entre deux personnes, une comme toi qui a besoin que les sentiments s'expriment et l'autre qui est plus sur la réserve, ce qui peut se passer entre deux monos,deux poly ou un/unepoly et un/une mono.
Et puis derrière ce mot de polyamour, il se cache beaucoup de choses. Un mot moderne et sexy pour désigner ce qui est considéré comme un comportement masculin traditionnel de papillonnage (comme si nous, on pouvez pas faire ça...) ou un refus de l'engagement par peur, pas par choix, ou de l'immaturité affective. Ce n'est pas que ça, loin de là, mais ça peut l'être.Je le dis d'autant plus librement que je fus dans ce cas.

Voir dans le contexte

Discussion : Poly + non poly = voie sans issue

Profil

MissO

le mardi 24 septembre 2013 à 17h37

Bonjour
Apres presque quatre ans de vie de couple « exclusive », j’ai voulu vivre ce qui existait profondément en moi, en gros le polyamour et j’ai engagé une autre relation amoureuse. Un choix, mon choix
Mon compagnon officiel, quant à lui, a décidé de rester « mono ». Un choix, le sien
Et comme le dit siestacorta, je me sens libre dans mon choix et lui libre dans le sien. Bien sûr, ce fut difficile, douloureux parfois ,je ne reviendrai pas là-dessus, d’autres ici l’ont raconté mieux que je ne pourrais le faire
Mais ça peut fonctionner.Je suis, maintenant, je le sais, profondément polyamoureuse.Il le sait, ce fut certainement plus dur pour lui d’accepter cette « nature » qui appellera d’autres relations, avec d’autres hommes plus tard, que le fait que je vive cette histoire actuellement
Mais comme le remarque bouquet fleuri : « Poly et non-poly s'accordent et se désaccordent continuellement, cela ne préjuge en rien de la qualité de leur histoire d'amour »
Mon dieu, si je ne devais connaitre que des histoires d’amour avec des poly, donc, en gros et pour simplifier à l’extrême, des gens « comme moi », mais je redeviens mono illico !
Nos différences nous rapprochent, nous font nous concentrer sur ce qui compte, et oui, c’est aussi une histoire de « compromis » et d’acceptation du choix de l’autre.
Lui bien sûr, d’apprendre à vivre avec moi et mon choix. Moi, de savoir que si je fais une pause dans une autre relation, ce n’est pas un renoncement, mais un chemin vers lui, comme il le fit vers moi.
Non, avoir lu la collection complète des œuvres de F. Simpère ou connaitre intimement le sens du mot compersion n’est pas un gage d’ouverture d’esprit, ni ne confère une capacité particulière à l’amour . Ce que je vis, ce que je lis parfois ici sous la plume de compagnons ou compagnes mono, ce que je peux connaitre ailleurs, me persuade dans l’idée qu’ un mono ou une mono est capable de la même ouverture, et que, oui, c’est possible, pas facile , mais possible, de continuer une histoire malgré cette différence
L’une des clefs c’est peut être, de ne pas considérer le polyamour( en tant qu’idée ou way of life ) comme le plus important, mais l’être, les êtres que l’on aime et leurs choix
Et je suis tout sauf une bisounours !

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamoureuse pas assumée

Profil

MissO

le samedi 24 août 2013 à 21h40

Juste en passant , pour ne pas monopoliser la discussion ou détourner le fil
Aviatha et homme partit, votre discussion, à mon sens, touche au fond des choses. Et c'est une polyamoureuse en "couple" avec un mono qui vous le dit.Je lis dans vos post beaucoup d'ouverture, de réelle compréhension, d'altruisme, comprendre l'alter, l'autre, qui est en fait si proche de vous. Et assumer son identité (l'identité poly n'est pas mieux que les autres, c'est une identité, c'est tout,)
Beaucoup de "monos" viennent ici se rassurer, essayer de comprendre, comme vous. Moi "poly" (qu'est ce que je peux détester ces mots!), j'apprends de vous.
PS: et de cendre aussi. J'adore les sourires de J.(mon compagnon officiel) quand il te lit

Voir dans le contexte

Discussion : Aimer & communiquer autrement

Profil

MissO

le vendredi 23 août 2013 à 15h28

Un nouveau vocabulaire? J'avoue cela me fait un peu peur, cela évoque la novlangue d'Orwell, et les normes qui vont avec ,et surtout les mots que l'on supprime. Les mots doivent disparaitre, changer de sens par usage, pas par décret.
Mais oui, il y a parfois, souvent, des mots qui ne conviennent pas à ce que nous pouvons vivre, ce que je vis, et ce que les proches (mono souvent) peuvent vivre à travers mon choix de vie.
alors, dans ce cas, comme certaines et certains d'entre vous l'évoque, bricolons, pour paraphraser Dominik " soyons plus à l'écoute des vibrations portées par les mots que par les mots eux même ..
n'ayons pas peur des mots ..."

et n'ayons pas peur d'être polyamoureusement incorrect!
tiens je me lâche:"je suis hyper jalouse, mon chéri officiel et mon autre chéri me cassent les oreilles avec leurs nouvelles stagiaires!"
là, je vais être excommuniée!

Voir dans le contexte

Discussion : Aimer & communiquer autrement

Profil

MissO

le vendredi 23 août 2013 à 13h48

" Il y a une génération actuelle dans le monde qui est en train de faire sa propre révolution sentimentale & sexuelle, et elle a besoin aussi de nous pour se nourrir de nouvelles danses, de nouvelles formes artistiques, de nouvelles langues, pour chambouler l’ancien monde.

Ce n’est pas parce que beaucoup de personnes le font encore (accrocher des cadenas ici et là), ou qu’ils et elles vont voir des films d’amour romantico monoamoureux (+ de 80% des films ?), dans un cinéma multiplexe, que ça me plaira, la foule n’a pas toujours raison. Mais elle peut encore s’émanciper."

Je crois faire partie de cette génération, je suis polyamoureuse, maintenant convaincue, en passe de convaincre mon "mono chéri"
Mais cela ne m'empêche pas:
- d'aller voir des films romantico monoamoureux, là où il me plaira.
- d'être aller avec un couple d'ami(e)s afin d'être leur témoin d'accrochage de cadenas
-"la foule n'a pas raison"? certes, mais détenons nous, poly, pour autant une vérité universelle?
- "Mais elle peut encore s'émanciper" On va la convertir? je suis pas trop fan des curés, quel qu'ils soient (pas fan, mais je le respecte)

Voir dans le contexte

Discussion : Etude universitaire

Profil

MissO

le vendredi 23 août 2013 à 13h03

j'ai testé. c'est sympa, simple et intéressant!

Voir dans le contexte

Discussion : L'entre d'eux

Profil

MissO

le lundi 25 mars 2013 à 21h34

Ce fut tres douloureux.Après.Maintenant ça va mieux.Ils sont toujours deux.Je voulais juste raconter ce que c'est en vrai, essayer à ma façon. merci!

Voir dans le contexte

Discussion : Vos histoire de mono qui ont bien tourné..

Profil

MissO

le dimanche 24 mars 2013 à 22h16

Tenter la happy end, je sais pas, juste essayer de les respecter tous les deux, juste essayer de les comprendre, lui mono et lui poly.Pas de happy end, je veux juste les rendre plus heureux que malheureux. La "end", on verra, plus tard. Mais c'est du taf!

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : L'entre d'eux

Profil

MissO

le dimanche 24 mars 2013 à 22h07

merci beaucoup, ça me touche. Je vis cette situation depuis quelques mois, j'ai passé beaucoup de temps ici à lire les textes, je ne voyais pas ce que je pouvais apporter de plus, sinon juste témoigner de ce moment, comme j'ai pu le vivre, à ma façon.

Voir dans le contexte

Discussion : L'entre d'eux

Profil

MissO

le dimanche 24 mars 2013 à 19h34

« Tu verras, le meilleur c'est l'entre deux » elle m'avait dit. Elle, c'est une amie, elle est devenue une amie après de nombreuses heures de chat sur FB, ma conseillère personnelle en polyamour.
Elle vivait et assurait une double relation, avec son mari et son autre compagnon. Elle m'a souvent parlé de ces moments très forts, « l'entre d'eux »
Quand elle est chez elle, avec son compagnon officiel, qu'elle se prépare pour retrouver son amant, qu'elle embrasse l'homme qu'elle aime et qui partage sa vie et qu'elle part pour aller retrouver son autre amour. Elle sort dans la rue, quittant l'un pour retrouver l'autre, légère, libre.
Et elle me parlait de cet autre « entre d’eux », le matin, le lendemain, lorsqu'elle quittait son amant, traversait la ville le petit matin, pas maquillée, pas coiffée, impatiente de retrouver son compagnon, libre et légère.
Ces moments n'appartenaient qu'à elle, elle vivait une relation avec deux hommes et me disait que le meilleur est peut être quand elle est entre les deux. Seule, libre et légère.

Alors il y a quelques semaines, ce fut mon tour de vivre cette expérience.

Je suis dans notre appart à Paris, mon chéri officiel a préféré s’éloigner ce weekend, chez des amis. Dans deux heures, je retrouverai mon deuxième chéri, deuxième depuis quelques mois, à quelques stations de métro de là, mon compagnon « officiel » le sait.
J'ai quasiment pas dormi, j'ai une tête à faire peur .Lui (J., mon « officiel ») non plus n'a pas dormi.
Nous nous quittons
Nous avons convenu de ne pas nous téléphoner.
Et je passe mon temps à regarder s'il y a des messages sur mon phone

Comment je m'habille?
A. (mon « officieux ») est au courant, il sait que J. sait que je vais passer la nuit avec lui, je crois que c'est pas la première fois qu'il connait cette situation. Ça me rassure et me fait peur

Je veux pas être trop exhib, je veux pas m'habiller d'une manière un peu provocante, je vais pas dans un club échangiste (d'un autre côté, je déteste les clubs échangistes) ou chasser le keum, je vais rejoindre mon amant. Mais je sais ce qu'il aime et j'aime qu'il aime ça

Diesel vintage, chemise blanche, soft, mais classe un peu, et merde un diesel !
La chemise est une vieille chemise de J.

Donc, normalement, légèreté, liberté, « flotter sur un nuage »
Je me trompe de direction de métro
Un gros lourd mate mes fesses, putain de diesel
Je suis plus sûre du café où nous avons rdv
J'ai pas de message de J.
J'ai pas de message de A.
Je me concentre, ça va mieux, je pense à mes partiels (ben oui)
J’arrive, il est là
Si jamais il se la joue mode «  t’es à moi», je le tue!
Non
Il est charmant. D'habitude, lorsque nous nous voyons, mon espérance de rester habillée est d'à peu près un quart d'heure, voire moins
Il est gentleman, me présente comme une amie à ses amis présents
II ne me touche pas
J’en ai à la fois tellement envie et pas envie

La soirée se passe « normalement », il s'est assis maintenant à côté de moi, me tient la main, devant ses amis.
J'ai toujours pas de messages mais je regarde de moins en moins mon tel
Nous rentrons, assez tôt, finalement c'est pas mal le rhum coca.
J'ai pas regardé mon tel depuis un moment

Je me réveille vers 10 heures
Il est beau, il dort encore, mais il est vraiment beau, il n’est pas que ça, mais là il est surtout beau

Je me lève, veux prendre une douche. Je m'arrête, il y a un message sur mon tel

22H30 J.
22H30, quand j'oubliais de regarder si j'avais des messages
Une boule d'angoisse monte
Je peux pas écouter le message, là chez A., je pourrais, mais je peux pas.
Lui se réveille, il est charmant, attentif, et en recul, il a compris? Il a l'expérience? Il voit que je vais pas bien, me dit qu'il ne sera pas fâché si je veux partir
Je pars
Dans le métro, je passe mon temps à vérifier l'heure du message, mais je peux pas l'écouter, je veux l'écouter chez moi, chez nous
Je reçois un sms de A. qui me dit de me faire confiance et je cite: « ton mec a des couilles, il assume, fais lui confiance aussi »
Je me dis que nous les filles on est pas simples, mais que vous les mecs, c'est un peu pire

Je rentre
J’attends
Ça sonne
C’est lui
Le message de la nuit? Ma cousine qui habite à Paris avait perdu ses clefs, n'avait plus mon 06 et ne savait pas où dormir
On parle. Un peu. Pas vraiment de ça, il me demande si je vais bien, il est fou
Il ne va pas trop mal, c'est dur mais ça va, enfin on dirait
On se dit qu'on en parlera ce week quand nous nous retrouverons
Il me dit juste que c'est pas facile mais pas forcément tout le temps désagréable
Va comprendre
Je reste avec cette phrase dans la tête toute la semaine

Je me dis que les filles, on n’est pas simples, mais que vous les mecs…c’est pire
Si ça tombe j'aime ça
Je crois

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion