Polyamour.info

boucledor

boucledor

(France)

Participation aux discussions

Discussion : De retour

Profil

boucledor

le lundi 01 septembre 2014 à 07h50

Bon, après, que la sécurité affective tienne à la réticence à réfléchir un peu de temps en temps à ce qu'on veut, ça en dit long sur le romantisme de l'exclusivité.
Je dois bien reconnaître que je te donne raison sur ce point même si j'ai du mal à me l'avouer...je sens bien que cette "sécurité affective" dont tu parles n'est qu'un leurre ou en tout cas n'est que toute relative puisqu'elle n'empêche sans doute pas le désir de s'exprimer hors de ce cadre mono et n'apporte pas plus qu'autre chose de garantie pour l'avenir...
Je suis bien consciente qu'on peut ainsi se satisfaire d'une illusion de sécurité qui nous permet peut-être juste de dormir sur ses deux oreilles...
est-ce que lui malgré sa seconde relation compte rester avec toi ? Est-ce que toi, avec cette seconde relation pour lui, et cette liberté pour toi, tu comptes rester ?
Oui, je crois bien que c'est la seule certitude que l'on ait (c'est ce qu'il me dit en tout cas, et c'est ce q je pense aussi au fond de moi)...."certitude" toute relative car je ne peux m'empêcher de penser que tout peut être remis en question d'un jour à l'autre (cela fait partie de mes peurs irraisonnées dont je ne parviens pas encore à me défaire). mais, je vais essayer de m'accrocher à cela tout de même, pour aller de l'avant...car marre de tourner en rond!

Voir dans le contexte

Discussion : De retour

Profil

boucledor

le dimanche 31 août 2014 à 19h30

Aujourd'hui, je suis en colère!
Comme je l'ai évoqué plus haut, j'ai commencé à envisager l'hypothèse de vivre moi aussi une autre relation afin de vivre "le positif" de la situation ou au moins voir si cela pourrait m'aider à accepter plus sereinement l'idée du polyamour dans notre vie.... Aussi, j'ai eu l'occasion de revoir un ami "poly" plutôt ouvert sur ces questions et avec qui j'avais déjà beaucoup échangé au sujet de ce que j'ai vécu et ce que je vis actuellement dans mon couple. Bref, nous avons beaucoup parlé et je lui ai fait part de mes doutes mais aussi de cette éventualité d'avoir un amant. Il ne s'est jamais caché de l'attirance qu'il avait pour moi et notre rendez-vous s'est achevé par un échange de baisers (sans plus...)
De retour à la maison, j'en ai informé mon conjoint -il faut dire qu'il m'a posé toute une série de questions alors qu'il affirmait ne rien vouloir savoir d'éventuelles relations extérieures à notre couple...- et il a plutôt mal réagi. Ce qui m'a fait le plus mal et qui me met en colère aujourd'hui c'est qu'il a fini par me dire qu'il se posait des questions sur la "qualité d'amour" que je lui portais - il ne l'a pas vraiment dit comme ça - en fait, il considère que je n'ai essayé d'accepter la situation QUE 6 mois sans chercher à le vivre de mon côté, alors que son amante qui ne se contente que de peu de temps avec lui, ne voyait personne d'autre!
Je trouve que c'est quand même un comble, non?! Chercher à me mettre en concurrence avec elle sur ce point, tenter de montrer que peut-être elle l'aime plus que moi car elle se montre exclusive...... Mais qu'est ce qu'il veut: être l'unique pour nous deux, sans avoir besoin de souffrir de son côté.... Voilà ce que je crois!
Et puis, cela ne lui montre-t-il pas qu'il n'y a peut-être aucun polyamoureux dans cette histoire!? Moi, qui n'arrive pas à accepter, elle, qui investit cette relation au point de ne pouvoir en envisager une autre et lui, qui veut bien vivre plusieurs relations mais ne pas me le permettre!

Voir dans le contexte

Discussion : De retour

Profil

boucledor

le samedi 30 août 2014 à 11h47

Tu ressens tout cela, tu n'as pas à le relativiser, ni à t'excuser de le ressentir et de le dire ; tu as à l'exprimer comme le reste. Tu ressens ça, personne n'est en mesure de te demander de ne pas le ressentir
Sans vouloir lui jeter la pierre, je pense que c'est parfois mon conjoint qui m'amène à minimiser certaines émotions négatives car il dit ne pas supporter de me voir souffrir de la situation, ne pas aimer me voir malheureuse. Je lui réponds que si cela m'arrive d'être triste cela ne signifie pas pour autant que je suis malheureuse....je trouve que ces 2 termes ne sont pas équivalents...
Cette tristesse qui me submerge parfois est sans doute liée au deuil que je dois faire d'un certain type de relation, une relation exclusive qui me donnait une illusion de sécurité et d'absolu -dans le sens où pour ce qui concerne l'amour et le sexe il semblait qu'on se suffisait à nous-mêmes...
Ce sentiment de tristesse s'accompagne souvent d'autres sentiments: la colère (qui reflète peut-être ma lutte contre des changements que je ne souhaitais pas forcément), la jalousie (qui m'amène à mal supporter l'idée que mon mari puisse dire les mêmes mots, faire les mêmes caresses, adresser les mêmes regards à son amante et à moi)
Le plus souvent, j'essaie de lui dire tout cela, parce que je le ressens et que cela m'aide d'en parler...mais je constate qu'il n'aime pas ce que cela provoque en lui. Alors, je tente de le garder pour moi mais je me refuse à faire semblant que tout va bien.
En tout cas, je te remercie sincèrement de prendre la peine de me répondre car tes mots me font du bien, même si tout ne me fait pas plaisir! Car je sais que si je souhaite cette "honnêteté constructive " (je te cite alors j'ai le droit de les mettre ici les guillemets??!!Hi,hi), il me faut aussi savoir accueillir plus sereinement ce que mon mari essaie de me dire quant à l'importance qu'il peut accorder à cette autre relation, et ne pas m'enfermer dans mes émotions négatives à ce moment-là, ce qui risque de l'amener soit à me mentir, soit à se contenter de me dire ce qu'il me sent capable d'entendre....

Voir dans le contexte

Discussion : De retour

Profil

boucledor

le vendredi 29 août 2014 à 22h48

Merci pour cette analyse fine de cette histoire de guillemets, qui sont, en effet, sans doute révélateurs à leur manière. Je tâcherai d'y faire attention à l'avenir en cherchant aussi de mon côté à comprendre leur signification pour moi.
Toi, quand tu les utilises, c'est pas que ce sont pas tes mots, c'est que tu aimerais que ce ne les soit pas.
Je crois que tu as raison sur ce point... Je pense que parfois mes pensées sont tellement contradictoires avec ce que j'aimerais ressentir ou avec ce qu'elles sont l'instant d'avant ou d'après que j'ai souvent du mal à être moi-même au clair avec tout ça...
Je sais bien que je ne peux pas attendre des autres qu'ils fassent à ma place le tri parmi toutes ces pensées qui m'assaillent. Mais, désolée, j'en suis Là, à composer avec ce que je ressens parfois avec force: LA PEUR, LA JALOUSIE, le fait de considérer la situation comme GRAVE mais que je veux peut-être relativiser dans le même temps avec des "..." car au fond de moi je veux lutter contre cette vision négative de la situation puisqu'elle représente sans doute un écueil, une impasse....
Bref, comme toute mauvaise habitude, je tenterai de l'abandonner...ou pas!

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Evolution des sentiments

Profil

boucledor

le vendredi 29 août 2014 à 08h11

Ne pas (trop) se projeter, surtout dans des futurs plus qu'hypothétiques, ça me semble pas mal...
N'empêche que j'ai aussi du mal avec cette incertitude permanente, avec l'impossibilité de "faire des projets" sur le moyen ou le long terme... Alors, je sais bien qu'on peut me rétorquer qu'avec ou sans polyamour, on ne sait JAMAIS de quoi demain sera fait, et que nos "projets" peuvent de toute manière être perturbés par des évènements imprévisibles... mais peut-on réussir à ne vivre QUE le présent lorsqu'on a fondé une famille et que l'on avait l'habitude de s'enthousiasmer autour de projets communs?

Voir dans le contexte

Discussion : De retour

Profil

boucledor

le vendredi 29 août 2014 à 08h04

LuLutine,
Je crois que justement c'est difficile au bout de 15 ans de vie commune et en n'ayant pour ainsi dire jamais vécu seule, de faire la part entre l'équilibre trouvé dans le couple et la famille que l'on a fondée et l'équilibre que je devrais trouver en moi-même. Il me manque peut-être l'expérience de la solitude... Mais dois-je pour autant "souhaiter" une rupture pour apprendre à me sentir "solide" toute seule ou est-ce possible de trouver cet équilibre intérieur par une "séparation symbolique" plus que réelle?

Voir dans le contexte

Discussion : Evolution des sentiments

Profil

boucledor

le jeudi 28 août 2014 à 14h18

Je constate en te lisant que, comme je le pressentais dans mon cas, RIEN N'EST SIMPLE et les bonnes résolutions d'un jour sont balayées par les doutes d'un autre.... Je passe aussi par tous les états et toutes les émotions ces temps-ci et je crois que j'ai peur comme toi d'être en train de "jouer la montre", d'éviter temporairement une séparation mais en craignant parfois que ce soit la seule issue...
Pour l'instant, de mon côté, j'explore plutôt la possibilité de vivre une autre relation, en espérant souffrir moins de la situation et pour permettre à mon mari de savoir si c'est ainsi qu'il veut vivre... Mais là aussi, je doute, Est-ce la bonne solution, est ce qu'on ne risque pas "la surenchère", une escalade dans l'exercice de notre liberté...un peu comme si on allait "pousser le bouchon" le plus loin possible et voir ce que ça donne. J'ai l'impression de "jouer avec le feu", de nous mettre en danger permanent, de tester encore et encore la force du lien qui nous unit.... Est ce le bon chemin? est-il pire qu'un autre? Je n'en sais rien....
Je comprends que la demande de ton mari te déstabilise? Quel est le sens de sa démarche? Est ce une demande de son amante? Je crois que cela n'a rien à voir avec l'arrivée de l'enfant puisqu'il s'agit simplement de savoir s'il souhaite le reconnaître ou pas... Le fait qu'il soit marié ne change rien légalement....

Voir dans le contexte

Discussion : De retour

Profil

boucledor

le mercredi 27 août 2014 à 22h55

Merci beaucoup d'avoir pris le temps de me répondre Siestacorta...
Bien entendu, mon ami sait dans quelle situation je me trouve et il sait que pour l'instant, j'espère encore que mon mari renonce à son autre relation...Non seulement je n'arrive pas à surmonter ma jalousie et à dépasser ma souffrance, mais surtout l'idée du polyamour "me fait peur" peut-être du fait de ma précédente expérience qui a provoqué beaucoup de souffrance chez tout le monde et aussi parce que j'ai l'impression qu'il faut être super forts émotionnellement pour ne pas y voir une mise en danger permanente de l'équilibre du couple initial...
Merci de laisser entendre qu'on ne fait peut-être pas complètement fausse route même si avec tous ces virages et ces allers-retours j'ai parfois du mal à voir où est le bon chemin...

Voir dans le contexte

Discussion : De retour

Profil

boucledor

le mercredi 27 août 2014 à 17h19

De mon côté, j'ai un ami polyamoureux avec qui j'ai déjà beaucoup discuté de ma situation actuelle mais aussi de la situation "inverse" que nous avons connue il y a deux ans et qui pourrait potentiellement devenir un "amant"...Mais pour l'instant, je ne sais pas quoi faire... Je me dis que vivre cette relation sur un autre mode pourrait peut-être m'aider à accepter la relation qu'entretient mon mari et lui permettrait à lui de l'aider à savoir si c'est bien ce "type de fonctionnement" qu'il souhaite pour notre couple à présent.... Mais j'ai peur que cela soit prématuré ou que cette relation ne "serve" qu'à soigner mon chagrin....
Qu'en pensez-vous?

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : De retour

Profil

boucledor

le lundi 25 août 2014 à 23h27

Quelques nouvelles "du front" (non, je plaisante, ça n'en est pas là tout de même!).
Voilà, nous arrivons au terme du "délai" que mon mari s'est accordé pour faire le point sur ce qu'il souhaitait réellement pour la suite concernant SA et NOTRE vie amoureuse... et il en ressort..."pas grand chose".
Bon, j'exagère peut-être un peu! Disons qu'il n'arrive pas à me dire clairement s'il va continuer à voir son amante ou pas. Oui, je sais, je dois avoir une part de responsabilité dans cette indécision car il est vrai que je me montre encore trop "fragile" et pas encore vraiment sereine dans mon processus d'acceptation et de travail sur moi-même...
Mais je sais aussi que d'autres facteurs entrent en ligne de compte: il a peur que cette relation soit révélée au grand jour (ils travaillent ensemble), il a quand même des doutes sur le fait que cette relation soit réellement positive pour son amante et il je crois qu'il n'est pas sûr de vouloir revivre la "réciproque" - c'est à dire que j'aie moi aussi une autre relation...
Ce dernier point m'angoisse un peu car j'appréhende de nouveaux mensonges, j'ai peur qu'il décide de la voir "en cachette" pour éviter de souffrir à son tour...
Je me rends compte en l'écrivant que si nous souhaitons vraiment cheminer vers le polyamour, il nous reste beaucoup de pain sur la planche, à lui comme à moi! Car si la part de "souffrance" demeure si importante, c'est qu'on est encore loin du compte, non?!

Voir dans le contexte

Discussion : Trop c'est trop

Profil

boucledor

le jeudi 21 août 2014 à 00h27

Aimer l'autre tel qu'il est avec ses désirs, ses besoins
Cela vaut pour elle, mais aussi pour toi, non?
Elle a peut-être besoin d'être rassurée, elle désire peut-être partager plus de temps avec toi ou, au moins, conserver le temps que vous partagiez avant que ces relations prennent autant de place....

Voir dans le contexte

Discussion : Trop c'est trop

Profil

boucledor

le jeudi 21 août 2014 à 00h24

Bonsoir Wotan,
Je pense effectivement que la liberté ne peut qu'aller de pair avec la responsabilité et que le fait de vivre ouvertement son polyamour ne doit pas nous "dédouaner" du respect que l'on doit à l'autre, respect qui, il me semble est également un des "fondements" du polyamour.
Sans pour autant porter de jugement, j'ai l'impression que même si le fait d'entretenir d'autres relations soit quelque chose de totalement accepté dans votre couple, on peut tout de même envisager que pour l'autre, l'annonce de ces 4 relations simultanées puisse être vécue comme une certaine "violence" et je pense important de savoir tenir compte de la souffrance de l'autre et de ne pas seulement y voir une tentative d'entrave à sa propre liberté...

Voir dans le contexte

Discussion : Expérimenter la voie du polyamour ? .... Et après ?

Profil

boucledor

le jeudi 21 août 2014 à 00h07

Xchris
Je me retrouve un peu dans votre histoire car pour mon couple aussi, l'éventualité d'un fonctionnement "polyamoureux" s'est fait jour après une 'infidélité" d'abord cachée, puis "assumée" ( la mienne il y 2 ans puis celle de mon mari...). Et je crois que cela fait une différence par rapport à ce que vivent des personnes qui se sentent polyamoureux "à la base" et qui font des choix pour leur vie amoureuse dans ce sens.
La question c'est "est-on polyamoureux ou le devient-on"?
Pour ma part, je n'ai pas vraiment de "réponses" à t'apporter car je suis dans une période de questionnement intense!
Certains d'entre vous ont-il tenté l'aventure "poly", bon gré, mal gré, pour tenter d'éviter le syndrome "adultère-divorce" ? Succès ou échec ?
Je pense en effet que le fait d'entrevoir cette "possibilité" a au moins le mérite de permettre d'imaginer d'autres issues que la rupture après l'annonce ou la découverte d'une infidélité.
A l'époque où j'ai "eu" un amant, j'ai pu constater que véritablement cela n'impliquait pas que je n'aimais plus mon mari et je me sentais capable de "mener de front" ces 2 relations. Mais il faut reconnaître que cela n'a duré qu'un temps et j'ai mis un terme à ma 2nde relation parce que la situation était insupportable pour mon mari mais aussi parce que je ne me sentais pas épanouie non plus: je faisais souffrir l'homme qui partageait ma vie et finalement aussi mon amant qui même s'il me disait qu'il "n'attendait rien de plus" , souffrait de tout ce qu'on ne partagerait jamais du fait de la situation....
Bref, cette expérience du "polyamour" m'a laissé un goût quelque peu amer.
Mais à l'époque, le fait d'en avoir parlé à mon mari et de lui avoir fait lire des ouvrages présentant le polyamour, nous a permis de ne pas prendre de décisions hâtives par rapport au devenir de notre couple (même s'il a souvent pensé me quitter) et d'instaurer une communication riche et positive (que nous n'avions sans doute pas avant)
Est-il utopiste de penser qu'une fois la boite de pandore ouverte (les aventures extra-conjugales ou polyamoureuses) il est possible de la refermer et de revivre une existence heureuse de couple monogame ? ?
Suite à cette première "crise" nous avons connu 2 années merveilleuses de "retour à la monogamie", renforcés par cette expérience qui nous a fait "grandir" et qui a agi comme un "révélateur" de l'amour qui nous unissait.
Cela n'a pourtant pas empêché mon conjoint d'avoir à son tour une "aventure". Avec le peu de recul que j'ai (cela dure depuis 6 mois), je pense qu'il n'y a pas de lien direct avec ma propre infidélité ("tu l'a fais alors je le fais") mais je crois que mon mari s'est senti plus libre de le faire, convaincu qu'après ce que nous avions déjà vécu, je ne le quitterai pas pour autant. La suite lui a d'ailleurs donné raison.
Concernant la question du "déséquilibre", mon expérience tend à me faire dire qu'il est difficilement évitable, les relations étant dépendantes des aléas des rencontres que l'on fait ou pas.... Du coup, cela ne simplifie pad les choses car j'ai l'impression qu'on est toujours "en décalage". Et puis, cette même expérience m'a montré qu'envisager le polyamour "pour soi" ne nous prémunit pas de la souffrance liée au polyamour de l'autre.... c'est tout le paradoxe.
Quand le choix du polyamour est "réactionnel" comme dans notre cas ou le vôtre, je ne sais pas s'il est possible dans la durée, à moins que la suite des événements viennent me contredire.
Dans mon cas, je suis au stade où je veux "continuer à essayer d'accepter", sachant que ma priorité est de préserver mon couple car j'aime profondément mon mari et n'imagine pas mon avenir sans lui.

Voir dans le contexte

Discussion : Passer de la théorie à la pratique ... ou comment redéfinir sa vie de couple en une heure.

Profil

boucledor

le vendredi 15 août 2014 à 23h16

Je ne vais pas dire que ça règle tout mais depuis que j'ai pris conscience de ce que je voulais vraiment en acceptant de modifier ma vision de la vie amoureuse et d'accepter de "partager" (j'aime bien ce mot) mon mari, je me sens mieux. j'ai l'impression d'avoir un poids en moins sur les épaules. Je sais qu'il l'aime, je sais qu'il ne veut pas la quitter, mais je sais aussi qu'il m'aime, qu'il a besoin de moi et qu'il ne veut pas me perdre (ce sont ses mots à lui).

J'en arrive souvent aux mêmes conclusions que toi...Le problème c'est que très souvent encore je suis rattrapée par mes "vieux démons": la jalousie, la peur de l'abandon, le choix de la rupture....

J'avais demandé à une psy que j'étais allée consulter à l'époque où j'avais eu moi-même une liaison, s'il était possible d'aimer plusieurs personnes à la fois. Elle m'avait répondu que "Oui, bien sûr c'est possible de le ressentir mais impossible de le vivre"... Je sais bien qu'ici interviennent des personnes qui en sont le contre-exemple puisqu'elles le vivent et s'épanouissent dans ce fonctionnement "poly", mais pour ma part, je m'interroge encore....

Voir dans le contexte

Discussion : Passer de la théorie à la pratique ... ou comment redéfinir sa vie de couple en une heure.

Profil

boucledor

le vendredi 15 août 2014 à 23h05

Bonjour C-lyn,
Juste une question: sais-tu comment l'amoureuse de ton conjoint vit la situation de son côté? N'as-tu pas peur qu'elle attende, sans le demander, qu'il finisse par la choisir elle; comment envisagez-vous l'avenir? L'as-tu rencontrée? si oui, de quoi avez-vous parler?
Désolée si mes questions sont trop "personnelles"... c'est simplement que j'ai beaucoup d'interrogations en ce moment... Pour ma part, la "maîtresse' de mon mari est célibataire et bien plus jeune que lui, et je n'arrive pas à me persuader qu'elle puisse se satisfaire d'une relation "en pointillés" sans projets plus concrets. Je sais qu'elle a un "désir d'enfant" et l'une de mes principales peurs serait qu'elle "tombe enceinte" volontairement ou non....
Je sais bien que cela ne me "concerne" pas directement (enfin, un peu quand même...)et que c'est à mon mari d'être clair avec elle par rapport à ce qu'il souhaite ou pas, mais cette angoisse me tenaille.

Voir dans le contexte

Discussion : Passer de la théorie à la pratique ... ou comment redéfinir sa vie de couple en une heure.

Profil

boucledor

le vendredi 15 août 2014 à 11h07

Pour ma part, je trouve que tu n'as pas à te justifier et encore moins à t'excuser de ce que tu as fait....
Et comme le dit Shamal: Tout ça pour dire, encore une fois, qu'on est juste humains et faillibles.
Je n'étais pas fière non plus de chercher des confirmations à mes doutes quand j'ai commencé à entrevoir la possibilité que mon conjoint me trompait...mais je pense que ce besoin de SAVOIR peut être irrépressible à certains moments...il y a sans doute même un certain "masochisme" à le faire puisque de découvrir des mots d'amour qui ne nous sont pas destinés, ça fait juste mal, très mal..... mais je crois que cette souffrance qu'on s'inflige soi-même est un moyen de la dépasser à terme.... se confronter à cela m'a semblé nécessaire pour aller de l'avant ensuite....
Et puis, il y a toujours un décalage, parfois important, entre la théorie et la pratique! A l'époque où c'était moi qui entretenait une relation extra-conjugale, c'est mon mari qui "fouillait" mon téléphone, cherchait à lire les lettres que mon amant m'avait envoyées... et je l'ai très mal vécu sur le coup.... mais je le comprends et c'est davantage parce que cela l'a fait souffrir et m'a forcé à me confronter à la réalité de la situation que cela m'était pénible et pas tant parce que cela empiétait sur mon espace de liberté....
La liberté va de pair avec la responsabilité et je crois qu'on reste responsable de ce qu'on dit et fait et il faut accepter le risque de devoir l'assumer face à la personne qui partage notre vie.
D'une certaine façon, cela m'a rapproché de mon conjoint de traverser les mêmes épreuves que lui à mon tour... Bon, j'avoue que le fait qu'il ait fait tout cela avant moi (manifestations de jalousie,"espionnage"...) m'a peut être servi parfois d'"excuse": il l'a fait, alors pourquoi pas moi...Mais surtout, on ne peut pas toujours se montrer serein et exemplaire dans ses réactions, parfois c'est viscéral!
Le plus important, c'est peut-être de garder à l'esprit ce qui nous paraît fondamental (dans mon cas, tout faire pour prendre soin de notre relation et la préserver), ce qui évite de reproduire indéfiniment les erreurs qu'on commet forcément ...

Voir dans le contexte

Discussion : Concilier ses envies avec la liberté de l'autre

Profil

boucledor

le mercredi 13 août 2014 à 23h59

Ma mère me disait souvent "On ne vit pas que d'après ses envies"... Il faut dire que dans sa vie elle ne s'est jamais vraiment écoutée et n'a pour ainsi dire vécu que POUR les autres....
Ce qui reste vrai, me semble-t-il c'est qu'on s'"auto-censure" très souvent au quotidien et c'est peut-être une condition sinequanone à la vie en société, non?!
Un certain "surmoi" s'est développé en nous pour éviter que ce soit notre "ça" qui gouverne! (dsl, quelques réminiscences de mes cours de Fac!)
Tout dépend de ce qu'on entend par "nos envies"... sait-on seulement exprimer clairement ce que sont nos envies? Parle-t-on des envies fugaces qui nous traversent l'esprit puis disparaissent ou passent leur chemin? Ou bien parle-t-on d' envies plus "fondamentales" qui guident nos choix de vie...
Il est parfois difficile de savoir soi-même ce dont on a envie... Pour ma part, j'arrive plus facilement à déterminer ce dont je n'ai PAS envie...
Par rapport à la première question, je ne pense pas qu'exprimer ses envie puisse gêner la liberté de l'autre. Ce qui peut arriver c'est que les envies des uns et des autres ne soit pas compatibles et dans ce cas, chacun reste libre de se positionner, de choisir de poursuivre ou pas la relation par exemple...

Voir dans le contexte

Discussion : Mon copain m'annonce qu'il a une autre femme dans sa vie et veut vivre en polyamour

Profil

boucledor

le mercredi 13 août 2014 à 23h44

Bonjour camcam,
Je suis également touchée par ton témoignage qui me ramène à mon propre "combat" contre la jalousie, les angoisses, les scénarios catastrophe qu'il m'arrive d'échafauder quand je pense à la relation que mon conjoint entretient à l'extérieur de notre couple...

Ça peut paraître benet comme conseil. Mais ces discussions nous sont tellement « vitales », elles touchent à nos désirs et nos peurs profond(e)s ainsi qu'à nos modèles relationnels, que nous avons eu souvent du mal à faire la part des choses, à savoir quand s'arrêter de discuter. Le repos est essentiel.
Je suis d'accord avec Semeur, le repos est salutaire... A l'inverse, les nuits sans sommeil, toutes ces heures passées à "se rendre malade", à gamberger, à tourner en rond...empêchent d'avancer et d'avoir les idées claires... et j'en sais quelque chose! Dans les premiers temps qui ont suivi la découverte de la liaison de mon mari, j'avais l'impression de ne penser qu'à ça (et ce n'était pas qu'une impression!)... je dormais peu et mal, me réveillais triste et fatiguée le matin, cela me poursuivais toute la journée et rebelote le soir suivant... Pendant cette période et pour éviter des discussions trop fréquentes, j'avais un besoin vital de coucher sur le papier toutes ces idées et toutes ces réflexions qui envahissaient mon esprit... j'ai écrit quantité de lettres à mon mari car j'avais besoin de le faire... Mais cela m'a fait beaucoup de bien aussi d'écrire sur ce forum car j'ai pris conscience que même s'il était primordial de communiquer avec son partenaire pour avancer ensemble face à ce genre de situation, il fallait aussi éviter de trop "parler de ça" pour continuer à VIVRE la relation. Le fait de partager ses angoisses et son questionnement avec d'autres personnes, qui en plus sont de bon conseil, est très important et ôte parfois un poids qui risque de peser sur la relation qu'on veut justement préserver...
Bon courage à vous! Le chemin est sans doute long et semé d'embûches, mais si l'amour est là, tout est possible...

Voir dans le contexte

Discussion : Concilier ses envies avec la liberté de l'autre

Profil

boucledor

le mercredi 13 août 2014 à 23h13

Je pense que le nœud du problème réside dans la difficulté de définir ce qu'est ou plutôt ce que représente la "liberté"...
Si être libre, veut dire "être sans attache", "sans lien"...on ne pourrait donc être libre que seul(e)! et encore..pas sûr car on peut être lié même en l'absence des personnes, de manière symbolique...
Mais "être libre" pourrait vouloir dire "choisir" ses liens car je crois que dans toute relation il y a une notion d'attachement et donc quelque part une perte de liberté "librement consentie", non?

Voir dans le contexte

Discussion : Passer de la théorie à la pratique ... ou comment redéfinir sa vie de couple en une heure.

Profil

boucledor

le mercredi 13 août 2014 à 23h02

Bonsoir xchrisx,
Votre histoire fait écho à la mienne... Dans notre cas, c'est moi qui ai en premier "rompu le pacte" de l'exclusivité en entretenant une relation extra-conjugale après 11 ans de mariage et 14 ans de vie commune...Contrairement à toi, je l'ai "avoué" à mon conjoint au bout de 2 mois, m'étant convaincue que je voulais assumer cette relation et poursuivre ainsi sur la voie du polyamour - que j'avais découvert par des lectures, ces dernières ayant sans doute été pour moi un "argumentaire" pour me déculpabiliser et justifier ma conduite...-
Bref, mon mari a tenté pendant plusieurs mois (avec perte et fracas...) d'accepter cette situation mais a fini par me demander de choisir entre lui et ce mode de vie qui ne lui convenait pas.
J'ai rompu avec mon amant, pour de multiples raisons et sans que ce soit seulement en réponse à l'ultimatum de mon conjoint...
Notre couple était ressorti grandi et a connu un "nouveau souffle" après cette "épreuve"...et j'ai sans mal retrouvé une vie amoureuse "monogame" épanouie.
Sauf que, au mois de mars dernier, je découvre que mon mari a une relation avec une de ses collègues et là, patatrac! tout s'effondre,et surtout l'argumentaire d'il y a deux ans que j'ai un mal de chien à entendre dans la bouche de mon conjoint: "On peut aimer plusieurs personnes à la fois", "ce que je vis avec elle ne t'enlève rien à toi", "c'est en me laissant cette liberté qu'on pourra continuer à s'aimer..."
J'admire ta façon de " rebondir" et de te remettre si vite de ce que j'ai personnellement vécu comme un choc! Voilà 5 mois que je me débats avec cette situation, avec ma jalousie, avec mes angoisses (que sa maîtresse tombe enceinte par exemple...) et pour l'instant je ne saurai prédire quelle sera l'issue. Certains jours, je me sens très optimiste, heureuse de ma vie "malgré tout" et confiante en l'avenir mais à d'autres moments, je doute de ma capacité à accepter sereinement de ne plus être "l'élue"...

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion