Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Possible futur nouveau qui cogite encore avant de se lancer

#
Profil

papagab

le lundi 22 octobre 2012 à 18h36

Merci Siestacorta pour ta réaction.
Et voilà. Tout a été balancé, non sans trac. La réaction a été la meilleure possible : ma compagne était contente pour moi !! Elle a reconnu que ça faisait un peu bizarre, mais elle m'a dit que c'était mieux que ce soit moi "le premier", étant donné que tout notre cheminement vers le PA venait d'elle.
D'ailleurs elle a enchaîné en disant qu'elle aussi avait quelqu'un dans la tête !!!! elle est pas belle, la vie ? Bon il est loin, très loin, donc elle ne sait pas si cela se concrétisera un jour, mais d'ailleurs c'est un peu mon cas aussi, je suis bloqué à cause du conjoint de Z. C'était tellement beau ma journée avec ma compagne à parler de nos amours plurielles, mais beau, mais beau, j'aurais pas cru que des choses comme ça auraient pu m'arriver un jour. C'était tellement beau que j'ai envie que Z vive cela avec son conjoint, je pense qu'avec du temps il y a une réelle chance que le respect triomphe et permette des choses encore plus belles. Et la marche arrière ne sera pas facile si on commence sur de la trahison, donc PATIENCE.
Je ne suis pas non plus naïf, je sais que si tout cela se concrétise, certaines questions vont se poser, qu'il y aura des conflits, mais pour l'instant je profite du présent, et je savoure la vie.
Je reconnais que j'ai accepté très facilement que ma compagne m'évoque l'existence d'un tiers potentiel en raison de l'existence de Z dans ma vie. Sinon je dois admettre que cela aurait été très difficile à entendre, et pour elle, à dire.
Je ne suis plus tout à fait en phase avec l'objet du post, mais j'ai choisi de poursuivre dans le même post pour le cas où ça intéresse quelqu'un de voir un peu mon évolution depuis l'été.
Je reviendrai poster des nouvelles si j'en ai.
Merci encore à tous ceux qui m'ont aidé.

#
Profil

papillon29

le mardi 23 octobre 2012 à 05h31

Bonjour,
J'ai découvert ce site il y a peu de temps en essayant de me comprendre. Je suis une PA. Je ne le savais pas, je ne savais pas que des personnes pouvaient l'assumer aussi bien. J'ai vécu durant des années en refoulant ma nature. Il y a 1 an j'ai rencontré un homme qui a appris à me connaitre... Il a compris que j'avais besoin d'aimer, que je ne pouvais me contenter d'un amour exclussif. Il savait que je m'était retenu dans un mariage, où j'ai été fidèle et la meilleuir épouse possible. Je ne voulais plus me mentir à moi même avec mon nouvel ami. Je pensais devoir le quitter, mais il a voulu au contraire que je m'épanouisse. J'ai dabord decouvert le milieu libertin, il a lui pensé que c'était cela qu'il me fallait. Finalement moi je sais que je recherche bien autre chose, je recherche des relations suivies avec complicité, sentiments, entente parfaite... je me suis rendu compte que je ne suis pas libertine. je vis à présent une histoire avec un autre homme en plus de celle avec mon ami. j'ai eu beaucoup de mal à gerer, culpabilisant d'être tombée amoureuse... Mon ami aussi a eu du mal à comprendre ce qui se passait. J'ai voulu tenir éloigné de moi "mes 2 hommes" pensant qu'il allait me falloir en choisir un. cela me dechirait le coeur... Et je suis tombée sur ce site et bien d'autres, mettant enfin un nom sur ce que je suis, une PA. Un site qui m'explique tout, je ne me comprenais, je ne m'assumais pas, maintenant si... Je voulais laisser ce petit témoignage. Cela aidera peut-être d'autres personnes. Je vais maintenant continuer ma vie en m'assumant et étant totalement honnête sur moi-même avec mes chéris, je ne leur cache rien car je n'en vois pas l'interêt. Je les aime et sincèrement. Ils m'apportent chacun d'eux énormément... Je remercie mon ami de m'avoir ouvert les yeux à sa maniere...

#
Profil

papagab

le dimanche 16 décembre 2012 à 14h10

Bonjour,
Je fais une apparition pour donner signe de vie. Je ne vais pas donner beaucoup de détails étant donné, comme cela était prévisible, que j'ai été "repéré" ici (coucou!). Je veux juste apporter un élément nouveau : ma compagne s'en va tout à l'heure rejoindre l'homme convoité dont elle m'a parlé et avec qui la dernière fois qu'elle l'a vu elle s'était empêchée de passer à l'action. Je suis étonné de constater à quel point je suis serein, détendu, et meme, comble de l'étonnement, content pour elle. On m'aurait dit ça y a six mois j'aurais rigolé, ou plutôt je me serais mis en colère face aux peurs d'abandon sans même comprendre que c'étaient ces peurs qui généraient cette colère.
Comme je me sens grandi par toute cette possessivité que j'ai laissée tomber ! "prends ton envol" lui ai-je dit en guise d'au revoir. Désolé j'ai pompé cette phrase dans ce forum, je ne sais plus à qui...
La jalousie est quasiment absente, c'est grave docteur ?
Pour être complètement honnête, il y a une toute petite inquiétude : dans quel état va-t-elle revenir, et si c'était pas bien ? Et si c'était trop bien ? Mais cette inquiétude est liée à l'insécurité, condition nécessaire de notre nouveau mode de fonctionnement, à la fin du couple fusionnel.
Cela va m'inciter à reprendre les réflexions sur la comparaison. Avec ma compagne on a convenu de s'interdire les comparaisons. Je ne suis pas tout à fait au clair avec cette idée : ok pour ne pas dire à l'autre les résultats des comparaisons, ok pour ne pas hiérarchiser, mais comment ne pas comparer intérieurement des personnalités, des voix, des corps, etc avec lesquels on est en contact intime ?
Désolé pour la redite mais vraiment merci pour ce forum hyper précieux qui m'a permis d'envisager tout cela, merci merci merci.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Bexi

le lundi 17 décembre 2012 à 20h49

bonjour, je viens de lire ton histoire avec intérêt, mais et toi, tu ne dis pas si tu vis ta relation ,concrètement avec Z ?
en tout cas tu as fait un cheminement incoyable et plein d'enseignement ... merci pour ton témoignage honnête et touchant. Comment te sens-tu maintenant, après ce dimanche, quand ta femme t'a retrouvé ? As- tu suffisamment confiance en toi ?

#
Profil

papagab

le mardi 18 décembre 2012 à 00h04

Ma relation avec Z est ... compliquée. Et comme indiqué je ne peux entrer dans le détail car je ne suis pas anonyme pour tout le monde ici et que je ne veux faire de mal à personne.
Bexi, je peux éventuellement communiquer par messages persos si c'est important pour toi.
Pour la deuxième question : je répondrai plus tard, elle ne rentre que demain ! Je suis toujours serein et confiant, mais à mes yeux il n'aurait pas fallu qu'elle parte plus longtemps (2 nuits) pour une première... oui j'ai confiance en moi, et j'ai confiance en elle. Mais encore plus en moi. Je ne me reconnais pas... vive l'hypnose.

#
Profil

Cendre

le mardi 18 décembre 2012 à 23h46

papagabAvec ma compagne on a convenu de s'interdire les comparaisons. Je ne suis pas tout à fait au clair avec cette idée : ok pour ne pas dire à l'autre les résultats des comparaisons, ok pour ne pas hiérarchiser, mais comment ne pas comparer intérieurement des personnalités, des voix, des corps, etc avec lesquels on est en contact intime ?

Moi aussi, j'avais terriblement peur de la comparaison, de la question de la préférence. J'avais précisément peur de préférer mon amant, d'y trouver plus de plaisir, et d'avoir du "mal" à revenir à mon mari.
Je ne sais pas si ma situation peut servir d'exemple, je ne fais qu'apporter mon témoignage. Mais au final, après trois mois de relation, il n'y a pas de comparaisons possibles. J'en ai déjà parlé ici, d'ailleurs, de l'illusion que l'on garde, pour se rassurer. Complètement factice pour ma part. Cette histoire de préférence systématique à nos conjoints n'a de sens qu'en cas de contrainte matérielle. Pour le reste...

Il y a aussi que cette aventure m'a vraiment poussé à vivre mon quotidien au jour le jour, et à ne pas pousser trop loin les réflexions qui n'aboutissent pas. Et typiquement, celles sur la comparaison, ou encore celles sur la compétition, n'aboutissent que sur des ruminations stériles dénuées d'intérêt. Je les écarte donc de plus en plus naturellement au profit de réflexions plus constructives.

Car fondamentalement, aimer l'autre, c'est l'accepter dans sa globalité, et c'est, pour ma part en tout cas, à des années lumières du processus de jugement, de notation, de mesure.

Je ne mesure pas le bonheur qu'ils m'apportent l'un ou l'autre, je suis juste infiniment heureuse de pouvoir ainsi profiter simultanément de leurs amours.

(Je vous aime)

#
Profil

LuLutine

le mardi 18 décembre 2012 à 23h53

Cendre
aimer l'autre, c'est l'accepter dans sa globalité, et c'est, pour ma part en tout cas, à des années lumières du processus de jugement, de notation, de mesure.

+1 !

#
Profil

papagab

le dimanche 06 janvier 2013 à 15h34

Bonjour, (et bonne année)

Je viens donner quelques nouvelles, suite à la petite escapade de ma compagne avec son amoureux. J'ai laissé passer un peu de temps car la situation était un peu confuse à son retour. Elle m'a confirmé être passée à l'acte, et que c'était bien. Je n'ai pas posé d'autres questions. Elle a reconnu qu'elle était triste en revenant, pas triste de revenir, mais triste de le quitter, ne sachant quand elle pourrait le retrouver du fait de la distance et d'autres contraintes.
Sinon, concernant mon ressenti, je dois dire que ça fait très très bizarre, une fois qu'on sait que ça y est, son conjoint n'est plus exclusif sexuellement. Ça ne m'a pas fait de mal, ça ne m'a pas rendu triste. Ça m'a juste plongé dans un sentiment d'insécurité, de danger. Mais bon ça je le savais, ça fait partie du jeu, c'est juste une confirmation de la non-possessivité : ma compagne ne m'appartient pas (et non pas ne m'appartient plus).
Cette insécurité, nécessaire dans notre nouvelle vie, j'ai quand même souhaité lutter un peu contre, en l'exprimant à ma compagne, en lui expliquant que j'étais content pour elle, mais que j'avais besoin d'être rassuré, de savoir qu'elle m'aimait encore, etc. Ce besoin était d'autant plus fort que c'est ma compagne qui était demandeuse à l'origine pour qu'on mette fin à l'exclusivité sexuelle. Ceci était encore renforcé par tout un ensemble de circonstances qui ont fait que nous n'avons pas eu l'occasion de faire l'amour de façon satisfaisante avant un long moment : emplois du temps chargés (activités, travail, fêtes de fin d'année), fatigue, ragnagna, et, je dois le dire, des difficultés fonctionnelles chez moi liées au stress, à la peur, etc. (j'ai eu plusieurs fois dans ma vie des phases où j'arrivais plus à "assurer", comme par exemple au moment de faire nos enfants, etc).
Nous avons eu une phase de mésentente sexuelle, et puis nous avons eu des discussions, et elle m'a également dit quelque chose que j'ai trouvé super chouette : "avec lui j'ai des choses à vivre, mais je n'ai rien à construire, c'est avec toi que j'ai envie de continuer à construire des choses".
Y a eu encore une complication quand j'ai vu il y a quelques jours qu'un ami commun était plus ou moins dans son collimateur. Ami qui a été cité dans mon premier post : celui dans les bras de qui j'ai essayé de pousser ma compagne l'été dernier pour voir ce que ça faisait !! J'ai ressenti de la jalousie, et j'étais mal à l'aise parce que j'étais présent, parce que les enfants aussi, parce que y avait des copains, et parce que personne n'était au courant de notre accord, même pas cet ami. Si ma compagne devait vivre quelque chose avec lui ce serait peut être plus difficile qu'avec son amoureux que je n'ai jamais vu. Enfin nous n'en sommes pas là.
Et là, après ces turbulences, maintenant, bein... ça va !!
J'ai toujours un peu de mal avec le fait que l'amoureux de ma compagne trompe sa femme, mais ma compagne ne semble pas gênée par le fait d'être une maîtresse, une clandestine, etc. Mais je pense que c'est le problème de son amoureux, dans une moindre mesure c'est son problème à elle, mais en tout cas ce n'est pas le mien !
La suite au prochain numéro. j'arrête de remercier tous les membres du forum, sinon vous allez prendre la grosse tête :-P

#

(compte clôturé)

le dimanche 06 janvier 2013 à 18h29

Merci Papagab pour ces nouvelles. Ca fait plaisir de voir que tu vas bien et que ta compagne et toi gérez les choses avec bienveillance, compréhension mutuelle et volonté de bien faire.
Je suis réellement impressionnée par l'honnêteté, la lucidité et le recul dont tu fais preuve.

Bon courage pour la suite et continue de nous donner des nouvelles.
Shamal

#
Profil

papagab

le lundi 21 janvier 2013 à 17h00

papagab
Y a eu encore une complication quand j'ai vu il y a quelques jours qu'un ami commun était plus ou moins dans son collimateur. Ami qui a été cité dans mon premier post : celui dans les bras de qui j'ai essayé de pousser ma compagne l'été dernier pour voir ce que ça faisait ! ! J'ai ressenti de la jalousie, et j'étais mal à l'aise parce que j'étais présent, parce que les enfants aussi, parce que y avait des copains, et parce que personne n'était au courant de notre accord, même pas cet ami. Si ma compagne devait vivre quelque chose avec lui ce serait peut être plus difficile qu'avec son amoureux que je n'ai jamais vu. Enfin nous n'en sommes pas là.

Bon bein si, maintenant on en est là... les choses évoluent vite... l'ami est informé de notre mode de fonctionnement, et je pense que ça ne va pas tarder à se concrétiser. Et effectivement, c'est difficile à gérer. Parce que cette personne est un copain, parce qu'il y a les copains communs, parce qu'il connaît nos enfants, etc.
Ma compagne a compris le problème, je lui ai bien dit que je ne voulais pas interdire quoique ce soit, mais après réflexion j'ai demandé que toute relation amoureuse entre elle et lui soit complètement invisible dès que je suis dans les parages, ou nos amis communs, ou nos enfants. Je suis quand même préoccupé car ça semble plus facile à dire qu'à faire. Il va y avoir des situations où tout le monde est là, et je ne sais pas si ma compagne et ce copain sauront rester naturels. Et même s'ils le restent, je ne sais pas si je ne verrai pas des tas d'indices imaginaires que je trouverai trop visibles. Donc j'ai PEUR. Ce qui est quand même bizarre, c'est que ma peur est surtout liée à la perception de l'entourage, comme c'était le cas la dernière fois que j'ai vu ce copain : pour moi tout le monde devait se douter que lui et ma compagne étaient en train de se convoiter gravement, et j'étais mal à l'aise à cause de ça. J'espère que maintenant qu'il sait que je ne suis plus exclusif, il respectera ma demande de discrétion absolue en public. J'espère que je ne vais pas refaire le même cauchemar que la nuit dernière...
La suite au prochain numéro.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 21 janvier 2013 à 17h32

Eh, à chaque jour suffit sa peine, hein ?
Tout ne se joue pas dans cette minute même, les évènements peuvent aller vite, et vos personnalités avancer à un rythme normal.
Les choses qui se passeront bien, celles qui se passeront moins bien, tout ça, ça se construit peu à peu : tu n'avance pas à deux pas du vide, tu avances dans la vie, comme ça a toujours été.

L'invisibilité vous conviendra peut-être un temps, puis peut-être qu'après assumer sera plus rassurant (montrer notre solidarité dans le choix).
C'est un copain, peut-être qu'il aura à coeur de t'écouter, toi de l'écouter.
Ta compagne t'aime et ne joue pas aux dés avec tes sentiments.
Bref...

Exprime tes peurs à ces deux-là, et aussi tes envies, aspirations. Je pense que c'est cette compréhension entre vous peut aider à ne pas avoir de cauchemars.

Et puis les cauchemars, c'est pas des signes prophétiques ! c'est pastes sentiments plus vrais que vrais ! C'est tes sentiments qui "remuent", comme un élève ne peut pas être défini seulement par les comportements de jeux à la récrés, ni seulement par ceux qu'il a quand on l'interroge au tableaux : c'est le même enfant, mais il ne vit pas tout pareil.
Donc si tu as peur dans tes rêves, au réveil tu peux faire face à cette même peur avec ton cerveau "de jour", avec ton intelligence et ton caractère, et voir si observer ces mouvement effrayants dans tes rêves ne peut pas finalement rendre les peurs du jour auxquels ils correspondent plus éducables.... Bon, je vais pas te réinventer la psychanalyse non plus, mais au moins sur ce plan-là, je t'assure que ça rassure beaucoup de comprendre que nos rêves sont intéressants justement parce qu'on peut y réfléchir après.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Goldmund

le mardi 22 janvier 2013 à 17h27

Bonjour papagab,

La peur, quelle étrange émotion qui s’insinue en nous, malgré nous et nous empêche de faire, de dire, d’avancer, d’être soi . Un mal qui nous ronge, nous fait faire des cauchemars, nous pousse à l’immobilisme, au renoncement parfois. Un mal qui nous donne à voir la réalité sous un angle biaisé et bien souvent tronquée.
Cette peur, nous l’avons tous rencontrée un jour sur notre route, sous divers visages, dans diverses circonstances. Nous l’avons tous affronté, ou eu envie de le faire avec pour seule arme celle de notre volonté. Une force elle aussi mystérieuse qui peut être fluctuante parce qu’elle puise son énergie dans ce qu’on nomme la confiance. Confiance en soi d’abord et avant tout, confiance en l’autre nécessairement. C’est par ces seuls outils, à mon sens, que nous pouvons nous libérer de nos peurs.

J’ai vécu dans la peur pendant plus de vingt ans. Vingt ans de souffrance et de cauchemars. Vingt ans de repli, de solitude et de déni de moi. Vingt ans à avoir peur de l’autre et à ne pas m’aimer. Cette peur n’était pas que mirage, elles était nourri par des faits concrets trop intimes pour être révélés ici ainsi que des éléments inconscients qui désiraient refaire surface. Aujourd’hui cette peur a disparu, je l’ai vaincu parce qu’un jour, j’ai pu la nommer, la mettre devant moi comme un objet d’analyse et la vider de toute sa substance néfaste. J’ai pu la vaincre parce qu’un jour j’ai accepter ce que j’étais et ce que j’avais subi en le nommant clairement aux oreilles et aux yeux de tous. Cela ne fut pas facile, il m’a fallu du courage et la certitude intérieure que ce que je faisais était juste. Cet acte m’a libéré. Il m’a permis de retrouver de l’estime et de la confiance en moi. Il m’a permis enfin de mesurer combien cette peur était finalement ridicule et stérile.

Aujourd’hui je suis heureux, apaisé et j’ai assez de confiance en moi pour ne pas laisser le regard des autres déterminer ou être un freins à mes choix de vie.
Mais est-ce bien les autres qui nous empêche d’être ce que nous voulons être ? n’est-ce pas plutôt notre manque de confiance en nous, en nos choix et dans notre difficulté à les assumer pleinement ?

Une relation n’est jamais invisible, elle se voit ou se sent. Tu n’empêcheras personne et encore moins toi-même d'en être témoin. En voulant la cacher tu ne feras que faire naître les rumeurs, les interprétations les plus folles sur la réalité de votre amour. Tu passeras pour un cocu , ta femme pour une «  salope » et ton ami pour un « salaud », tes enfants seront atteints( pardonne-moi d'être aussi cru) ; Ce que tu pensais être un bien et une protection ( le silence et la dissimulation) deviendra un mal et un vrai cauchemar.
En révélant votre choix de vie à vos ami(e)s proches, à vos enfants, vous n’éviterez pas la surprise, l’incompréhension, le jugement, mais votre vie sera plus simple parce que visible mais surtout assumées. Car c’est bien là que se trouve peut-être ta difficulté qui génère ta peur : assumes- tu , assumez-vous pleinement le choix que vous avez fait ?

Ma certitude d’aujourd’hui, après tout ce que j’ai traversé, c’est qu’il n’y a de paix et de bonheur possible que dans l’acceptation de ce que l’on est, dans l’affirmation de ses choix aux yeux de tous et dans la sincérité de nos démarches. Ca m’a pris du temps, ma demandé beaucoup de courage mais je ne peux que me réjouir aujourd’hui d’avoir eu cette force là.
Ce que j’ai accompli n’a rien d’exceptionnel ni d’héroïque, je ne suis qu’un homme qui a décidé un jour d’être libre et qui s’en est donné les moyens. Ce que j’ai fait, tu peux l’accomplir à ton tour.

J’aimerai pouvoir t’offrir plus que des mots. Parfois ils peuvent beaucoup, parfois ils ne peuvent rien . Mais pour moi ils valent toujours mieux que le silence et l’indifférence. J’espère qu’ils t’aideront à avancer et à réfléchir sur ce que tu veux vraiment. Il est sage de n’accomplir que ce dont on se sent capable mais parfois on est plus fort que ce que l’on pense. Fais-toi confiance !

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

nadphil

le jeudi 18 juillet 2013 à 19h14

Message modéré pour la raison suivante : Hors sujet..

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion