Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamour, le fruit du néo-libéralisme... ?

#

Popol (invité)

le samedi 26 novembre 2011 à 01h35

Pas mal, Tchu, être sa propre personne formidable.

C'est pas terrible comme mot, mais j'essaie aussi: l'auto-bienveillance?

Tsâââ je voudrais un joli mot rond, enveloppant, tout-cocon...

#
Profil

Coucou

le samedi 26 novembre 2011 à 14h20

Par contre, dans ce post,...., on pourrait croire que la conclusion est "je décide de me libérer, je ne joue pas ton jeu, donc, je me casse".

Effectivement, on pourrait croire que j'arrive à cette conclusion, mais en fait, ce n'est pas ce que je voulais dire dans la notion de "je ne joue pas ton jeu". Je corrige cette expression pour clarifier. Il faut lire "Je ne joue pas à ton jeux". Quelle est la nuance ? J'explique :

Dans une cour de récréation, on peut refuser certains jeux sans sortir de la cour d'école. On peut par exemple proposer un autre jeux, celui que l'on préfère. Si ça ne marche pas, on peut rejoindre d'autres personnes sur d'autres jeux, en attendant que le jeux "pourri" soit enfin terminé, et que l'on puisse réintégrer le cercle des ses copains/copines.

Ma conclusion est donc plutôt celle-ci : "je décide de me libérer, donc je ne joue pas à ton jeu de la culpabilisation qui cherche à emprisonner pour être heureux". "Chaque fois que tu essayera de me culpabiliser, je ne répondrai même pas, j'ignorerai ce genre d'approche qui va dans le sens contraire de celui dans lequel je vais". "Je passerai à autre chose de plus intéressant, je passerai à quelque chose qui va dans le sens que j'ai choisi". "Je reviendrai vers toi, quand tes propositions de jeux seront cohérentes avec le sens de ma vie".

L'absence peut durer quelques secondes seulement (si l'autre comprend sur le champs), et peut effectivement durer des années, voire l'éternité, si l'autre ne comprend pas, ou pas assez vite pour sauver la relation.

Alors, comment faire comprendre vite ? On dit souvent (surtout ici) que le dialogue tend à résoudre les problèmes. Ici, le dialogue augmente le problème. Il me semble qu'il vaudrait mieux agir dans la lignée d'une approche toute aussi honorable qui est celle-ci : "On ne négocie pas avec les terroristes".

Plus facile à faire qu'à dire ? Certes. Mais aussi, plus efficace à faire qu'à dire ! Oui, ici, dialoguer sur ce sujet, est beaucoup trop compliqué et tout à fait inefficace. Dans le cas de Bliss, il me semble plus efficace d'agir sur la base de l'expérience de Lilitu (j'ai mis la phrase au présent pour la rendre d'actualité pour Bliss) : "Plus j'arrive à m'affranchir de ma culpabilité, plus mes partenaires acceptent mon mode de vie avec considération".

Ma propre expérience confirme les propos de Lilitu, et manifestement, c'est aussi le cas de Tentacara, Mezrahi, etc.

Faut il expliquer cet étrange phénomène ? Est-il nécessaire de savoir pourquoi le fait d'imposer aux autres notre propre libération, a un effet secondaire inespéré, celui de regagner la considération des gens ? A priori non. Il suffit d'essayer la méthode pour réussir.

Mais supposons que Bliss veuille comprendre avant d'agir.

Une explication foudroyante a été donnée ci-dessus par Lilitu : "Une fois qu'on ne laisse plus prise à la culpabilité, les partenaires n'y voient plus une faille à exploiter. Du coup ils se retrouvent face à eux même et à leurs propres choix". Dans le cas de Bliss, le fait de se laisser culpabiliser, créer une faille à exploiter, et retarde le moment ou son compagnon se retrouvera face à lui-même et à ses propre choix, donc retarde le moment ou il étudiera vraiment la question "polyamour ou pas".

Je tente ici ma propre explication alternative : Tant que l'on ne fait pas ce que l'on pense qu'il faut faire, les gens ne crois pas que nous en sommes persuadés. Ils sont séduits par nos paroles, certes, mais ils ne veulent pas nous suivre car ils sentent l'arnaque à plein nez. Ils ont l'impression que l'on tente de les enrôler comme cobaye pour tester notre théorie sur le polyamour, théorie aussi séduisante qu'utopique à leurs yeux, et ils ne veulent pas faire les frais de nos fantasmes.

Dans le cas de Bliss, tant qu'elle joue le jeux de ceux qui se laissent culpabiliser, elle n'arrivera pas à convaincre que sa propre voie est possible. Pourquoi ? Parce que son compagnon se dit que si c'était la meilleure voie possible pour elle, alors elle la suivrait, cette fameuse voie idyllique. Le simple fait que Bliss se laisse culpabiliser prouve à son interlocuteur que la voie de la culpabilisation est la seule voie possible dans la vie. Et c'est justement ce qu'il pensait. Il sort donc renforcé dans ses convictions, alors même que Bliss tente par des phrases savantes de le convaincre du contraire. Elle ferait bien mieux de refuser la culpabilisation, et de ne rien dire. Le message passerait beaucoup mieux.

Bref, plus Bliss agit dans le sens contraire de ce qu'elle dit (se laisser culpabiliser au lieu de se libérer comme elle le prétend), plus il comprend qu'il a raison de penser ce qu'il pense, et plus il essaye de la ramener sur sa voie à lui, celle de la culpabilité à tout craint.

Il le fait peut-être par amour pour ne pas la laisser s'égarer, mais aussi peut-être pour la pousser à assumer ses propres choix. C'est à Bliss de jouer elle-même le cobaye de sa propre théorie, et non à son compagnon.

Une théorie qu'il aimerait peut-être adopter, le jour ou on lui aura prouvé que la voie est certaine et sécurisée. Bien entendu, on ne pourra pas lui prouver ceci, mais ce n'est pas une raison pour lui prouver que la voie est utopique, en se laissant entraîner dans une voie antagoniste à celle que nous défendons.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Coucou

le samedi 26 novembre 2011 à 14h46

Mezrahi
Je cherchais un mot pour désigner ce sain égoïsme... le mieux que je vois : "prendre soin de soi". Faudrait presque en inventer un : s'il n'existe pas, c'est que la morale ne lui a pas fait de place dans le langage !

Un mot qui désigne de manière positive cette faculté à bien traiter la personne la plus proche de soi - soi-même.

Le concours est lancé : qui dit mieux ?

Moi j'appelle ça "défendre ses intérêts avec amour". Mais c'est effectivement un peu trop long. Au passage, je voudrais dire que défendre ses intérêts et être égoïste sont deux notions totalement différentes. Il me semble que la meilleure façon de défendre ses intérêts est d'être égoïste avec les gens égoïstes, et d'être généreux avec les gens généreux.

Tu voudrais inventer un mot pour remplacer la phrase "être égoïste sain", ou "défendre ses intérêts avec amour" ?

Equilibrant ?

Je pense à moi, je prend soin de moi, et je voudrais que les autres prennent soin d'eux, je suis équilibré, ou plutôt "équilibrant", c'est à dire que je met la dose qu'il faut pour que les choses soient équilibrées. Je ne sais pas si ça sonne bien, mais c'est tout ce que j'ai.

#

Mezrahi (invité)

le samedi 26 novembre 2011 à 14h52

On cerne le concept... Merci! :-)

#

clairobscure (invité)

le dimanche 27 novembre 2011 à 15h30

Chouette, un concours: moi aussi je veux jouer! :)
Je dirais "être soi-même":
ce qui implique être honnête avec soi-même en reconnaissant ce vers quoi on tend pour chercher ce qui nous convient et faire la part des choses entre ce qui vient de nous et ce qui vient de(s) l'autre(s) ; et être honnête avec les autres en assumant ses préférences, pas forcément en les imposant, mais en disant "c'est ça qui est bon pour moi, j'y ai réfléchi, à toi de voir si tu es d'accord pour m'aider à recevoir ce dont j'ai besoin". Être soi-même implique pour moi que la négociation est ouverte où chacun a ses exigences clairement exprimées et à partir de là on peut chercher où trouver un terrain d'entente.
Evidemment, la théorie semble bien plus simple écrite sur un forum que quand on la met en pratique, et je trouve que le plus dur à ce moment est de distinguer ce qui est important pour moi et ce qui est important pour celui à qui je voudrais donner satisfaction pour poursuivre la relation et qui peut avoir tendance à faire comprendre qu'il sait mieux que moi ce que je veux...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion