L'amour n'est pas une tromperie... - Polyamour.info

Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

L'amour n'est pas une tromperie...

Témoignage
#

sophia (invité)

le jeudi 18 août 2011 à 23h57

Même si notre cœur balance entre deux personnes, même si notre cœur est soumit a la plus rude des épreuves, partagé entre cet amour très nouveau, très fort, qui vous empêches de trouver le sommeil, qui vous enflammes, que même le désir, l'envie, de ce bel amour ne vous quittes plus. Et celui de cet amour maritale que vous vivez depuis tant d'années, le respect de cette vie bien réglé, qu'on ne veut pas dérégler, et surtout pas blesser l'être aimé, même si cet amour c'est transformé, loin de nous l'envie de faire souffrir, on ne veut surtout rien dérégler.
Alors on reste là, on reste dans sa vie dans une grande souffrance en silence

#
Profil

ladys

le vendredi 19 août 2011 à 00h08

Je t'ai lu Sophia.
Ton message sonne comme un sacrifice, tu sembles triste et résignée.

Le silence n'est pas inévitable, ici, je pense qu'il y aura toujours quelqu'un pour lire ce que tu as "sur le coeur".

Bon courage.

#
Profil

oO0

le vendredi 19 août 2011 à 02h45

Ne pas agir sous des contraintes extérieures :
- Une passion naissante pour une personne extérieure à ta vie
- Une souffrance annoncée pour une personne intérieure à ta vie, mais qui n'en reste pas moins extérieure à toi
Intérioriser les contraintes en souffrant de l'intérieur.

Voilà ce que je comprend et qui me semble être un choix sensé. Ne pas agir sous des contraintes extérieures, intérioriser. C'est beaucoup moins poétique que ce que tu n'écris alors je vais être un peu plus poétique.

Avant même d'avoir connu de relation, je savais que ce que je redoutais le plus, c'était le filtre des habitudes, ce filtre qui nous glace de lassitude. (Suffit de se rappeler l'effet que nous font nos parents à l'adolescence.) Cela m'effrayait comme cela m'intriguais, je me sentais mis au défi de ne pas me fier aux apparences qu'il n'y avait plus d'histoire, qu'il n'y avait juste que des habitudes sans histoires. (Au passage, j'ai bien craché sur les gens biens sans histoires.) En fait, les habitudes constituent de merveilleuses pantomimes qui racontent toute une histoire qui ne se dévoile que dans la remémoration du vécu que je te conseille avec la personne que tu as peur de faire souffrir. Il s'agit de chemins oubliés pour nous, adultes, les chemins de l'enfance de l'art : raconter, se raconter. (J'ai longtemps craché sur mon père, un type bien sans histoires pour me rendre compte que ses habitudes cachaient une histoire, une histoire à histoire. À ma grande satisfaction, le pire monstre d'habitude que je connaissais était une poupée russe à tiroirs.)

C'est tout en chanson, les habitudes sonnent comme des refrains : "Toujours le même refrain !" Au point d'en oublier les couplets : "Toujours le même refrain depuis des années !" En changeant un peu de perspective, cependant : "Pourquoi ce refrain ? Raconte moi !" (J'insiste sur le choix du verbe raconter, il ne s'agit pas de se justifier en racontant sa journée, etc. Non, il s'agit de raconter en prenant la mesure d'une histoire humaine : D'où vient ce refrain, quelle personnes, situations marquantes de l'enfance, de l'adolescence, de l'entrée dans la vie adulte. Il s'agit de faire voyager son interlocuteur dans le temps et de voyager avec, se raconter.) Les habitudes racontent les histoires qui nous habitent, mais il est très difficile de les déshabiller. Il n'y a pas être plus farouche qu'une habitude pour se laisser dénuder et dévoiler l'histoire qu'elle cache dans toute sa nudité. (Plus nu que nu !)

Plus sérieusement, redécouvrir sous un autre jour ton quotidien visiblement désaffecté (tu le compares à une machine) n'éludera certainement pas ton sentiment de déchirement, mais peut en diminuer l'intensité. Là, il en ressort une image du quotidien où tes sentiments seraient comme broyé dans la machine qu'il serait.

Ce n'est qu'une piste, il y a d'autres pistes et chacune peut t'apporter un peu de paix...

... de sorte à vivre de moins en moins tes sentiments dans la peur d'un déchirement tragique et pouvoir commencer à les apprécier sereinement. Là, peut-être, commenceront-ils à devenir vivable. Ton quotidien, c'est ton présent, le point d'équilibre de ton histoire.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

oO0

le vendredi 19 août 2011 à 07h04

Sophia,

toutes mes excuses, en repensant à ton titre, je pense avoir fait du hors sujet : "L'amour n'est pas tromperie." Après l'avoir reformulé en verbe, cela m'est paru évident :

"Aimer n'est pas tromper."

À condition de l'entendre juste comme des sentiments amoureux, OUI, car personne ne choisit ses sentiments.

J'ajouterais qu'il y a de ce fait une injustice à considérer qu'ÊTRE amoureux d'une autre personne, c'est tromper. Personne n'est coupable de ce qu'il EST. Or, très souvent, une personne est jugée coupable d'ÊTRE amoureuse d'une autre. Oui, la personne aimée peut souffrir que la personne qui l'aime en aime une autre. Elle n'est pas plus coupable d'en souffrir, d'ÊTRE en souffrance/jalouse, personne ne choisit ses sentiments.

Mysterhill en parle très bien, ici :
Je me le suis pris de plein fouet à 42 ans.
Tigreminou tient des propos qui me semble apaisant, ici :
Je suis beaucoup plus tranquille

Après, pour ce qui est d'une autre relation amoureuse, c'est déjà assez compliqué comme çà d'apprivoiser une situation sentimentale injustement culpabilisée.

P.-S.: Merci de me dire si j'étais hors sujet, j'évacuerai mon message précédent.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 20 août 2011 à 02h16

sophia : les plus doués en obtiennent 2, les autres 1, personne ne peut avoir les 3, donc tu vas devoir choisir :
-Le beurre,
-l'argent du beurre,
-le sourire de la crémière.

Tu peux avoir le mariage et l'amour, ou le mariage et la paix, ou l'amour et la paix, mais le mariage, l'amour et la paix, là, je ne vois pas comment.

Proverbe :
"la clé de la réussite, c'est une bonne définition des objectifs".
Commence par savoir lequel des trois objectifs t'es le moins nécessaire, et ensuite renonces-y : tu n'auras plus besoin de souffrir.

Bon courage!

#
Profil

ladys

le samedi 20 août 2011 à 07h48

Eulren, je trouve ton message bien impératif, et pour tout dire, condescendant.

Par ailleurs, et je ne pense pas être seule dans ce cas, je vis en harmonie et en paix mon couple "marital" (au sens projet de vie commune et enfants), et mes amours.

C'est justement l'idée du polyamour cette paix intérieure atteinte en vivant tous ces amours en harmonie, non?

Il semble que Sophia ait déjà beaucoup réfléchi à ce qui lui arrive et déjà renoncé, ce qui lui cause souffrance.

Je ne pense pas (mais je peux me tromper) qu'elle soit venue chercher ici des proverbes et des équations sur comment mener sa vie.

#

(compte clôturé)

le samedi 20 août 2011 à 12h22

ladys, on a chacun notre style et des choses à dire, on ne peut pas être toujours à l'unisson : ton message est certainement plus agréable à lire que le mien, mais est-ce que sophia tirerait quelque chose d'utile ou même de plus agréable, à lire des messages clonés?
Je veux bien commencer toutes mes phrases par "à mon avis peut-être" mais est-ce que ça ne risque pas de faire lourd?
Impératif est peut-être un peu fort à mon avis : qui suis-je pour donner des ordres? sophia peut-elle avoir l'impression d'avoir reçu un ordre par un message sur un forum?
Quand on dit à un pote "vas-y, fonce, elle te fait de l'œil" est-ce que ça sous-entend que s'il ne fonce pas il sera de corvée de pluche pendant 15 jours? ou qu'il est un pauvre type puisqu'il n'a pas compris qu'il devait foncer? (pour le "condescendant"). Non, ça veut juste dire "à mon avis, peut-être que tu devrais foncer".
Sur le fond, enfin, je suis sincère : quand on se retrouve dans une situation inextricable, c'est qu'on demande trop et que c'est l'heure de faire des choix. Et si on présente la situation non pas comme un choix cornélien mais comme inextricable, alors c'est qu'on a besoin d'entendre d'un d'autre que c'est l'heure du choix. Je ne vois pas en quoi ça nie le fait que sophia ait beaucoup réfléchi : apparemment, elle ne vit pas encore la situation sereinement, ce qui implique qu'elle va encore réfléchir et qu'elle vient sur un forum pour avancer : un forum est un endroit où on trouve des gens différents aussi bien par leurs opinions, leur histoire et leur style.

#

Popol (invité)

le samedi 20 août 2011 à 18h31

Je suis d'accord avec Ladys, ton propos, Eulren, est prescripteur, et limite infantilisant.

#

Popol (invité)

le samedi 20 août 2011 à 18h56

Sophia, je t'encourage à chercher dans les fils les témoignages de gens qui ont trouvé comment aborder les crises, le désamour, ou l'amour à double, le vivent, et même bien plus. Je vois par exemple, Tentacara, Ladys, Junon, oui... qui d'autre... j'en ai lu pas mal, je sais qu'il y en a. Vous autres, des idées de pseudos à indiquer?

Tentacara le disait justement il y a peu, l'amour, poly ou mono, c'est du boulot, de l'investissement, et il n'y a pas forcément à choisir, seulement à rechercher comment on peut concilier le maximum de buts.

Pensant que c'est possible, mais que tu dois trouver toi-même ta voie, et que les diverses situations de pas mal de personnes ici témoignent de moments durs, d'apaisements, de progressions personnelles aussi, je te souhaite de pouvoir t'en inspirer.

#
Profil

oO0

le samedi 20 août 2011 à 21h16

Eulren, tes propos me mettent effectivement aussi mal à l'aise face à une personne déchirée et qui n'en dort pas.

Je pense sincèrement que tu veux l'encourager. Ici, à accepter qu'il n'est pas possible de tout avoir dans la vie. Effectivement, l'accepter apaise, ...

... mais le coup de la crémière, du beurre et de l'argent du beurre, c'est souvent pour humilier. (Je ne le connais que comme çà.)

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

ladymarlene

le dimanche 28 août 2011 à 19h53

Et parfois la dernière chose qu'on a besoin d'entendre, c'est justement ça.....Perso, ça m'a pas aidé du tout que mes amies crient de joie chaque fois que je prenais la décision de renoncer à mon green eyes. Et en plus, c'est trop simple, "on ne peut pas tout avoir." Pourquoi ? Au nom de quoi ?

#

(compte clôturé)

le mardi 30 août 2011 à 23h53

au nom du fait qu'il faut un jour renoncer à la toute puissance et au désir enfantin de tout avoir quand les limites physiques de ce monde nous en empêchent.
Il n'y a pas de loi qui empêche de tout avoir, juste la réalité.
Mais vous avez raison de vous indigner contre les limites de la réalité : c'est comme ça qu'on est sorti des cavernes il y a 10.000 ans.
En attendant, savoir lâcher prise est ce qu'on fait de plus efficace pour être heureux.
Et s'il faut savoir ne rien lâcher pour espérer tout avoir en le payant simplement de son bonheur, ça semble exaltant mais peu convainquant...
Le coup du beurre de l'argent et de la crémière, c’est une façon de poser le problème que j'utilise très souvent pour moi-même, donc si une image archi-classique est une humiliation, je m'auto-humilie à chaque fois que je veux y voir clair.
Mais ça m'aide beaucoup! (pas à tout avoir, mais à être heureux!).

#
Profil

ladymarlene

le mercredi 31 août 2011 à 00h09

Tu vois, ça va te paraitre étrange mais le "on ne peut pas tout avoir" me parait trop simple, comme me parait trop simple le "je ne sais pas'" car il n'existe pas de questions sans réponse. Il y a juste des questions dont la réponse vous ennuie...et peut être effectivement qu'il vaut mieux laisser parfois la réponse dans le vent.
Mais "on ne peut pas tout avoir...." tout dépend de ce qu'on veut, non ?
Il faut juste avoir des désirs précis, des envies précises, des besoins précis. Et une fois qu'on les a identifié, on peut tracer notre route pour l'obtenir.
Perso, je ne veux pas être riche à millions, juste vivre assez bien pour pouvoir me payer deux paires de chaussures sans culpabiliser.
Je ne veux pas régner sur le monde, juste y avoir ma place;
Et je ne veux pas coucher avec tous les hommes qui me plaisent, juste avoir les deux que j'aime dans ma vie en toute harmonie et sincérité.
C'est si difficile que ça à avoir ?

#

(compte clôturé)

le mercredi 31 août 2011 à 00h57

donc tu as fait exactement ce que j'appelle "choisir" ou "définir tes priorités". Il semble qu'on soit d'accord?
Mais si parmi tes choix il y en a que tu ne peux pas réaliser, c'est soit que tu ne le veux pas vraiment (dans ce cas, ça te manquera peu mais ça mérite un instant de recentrage pour augmenter tes chances d'avoir le reste) soit que tu demandes l'impossible, ce qui te rendra malheureuse.
Non?

#
Profil

ladymarlene

le mercredi 31 août 2011 à 09h22

Oui, je crois qu'on est d'accord finalement !
Je pense que je suis trop positive, trop amoureuse de la vie pour demander l'impossible. Mais en même temps, peut être à part pour l'homme que j'aime, le reste me parait un minimum.....
Car là, je suis d'accord que cet homme je ne peux pas le forcer à m'aimer et/ou à vouloir une relation PA avec moi si profondément, il n'en a pas envie.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion