Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

L'humanité est faite pour vivre en tribus !

Témoignage
#
Profil

Goffio

le mardi 14 septembre 2010 à 14h13

Bonjour à tous,

Nouvel inscrit sur votre site, je me présente !

Je suis marié et heureux papa de 3 enfants, encore petits. Parallèlement il y a plus de 3 ans ans, j'ai fait une rencontre qui devait boulverser mon coeur, et donc ma vie.

Dans les faits, je vis toujours en couple avec ma femme. Et ma rencontre n'a fait que me fuire en m'accrochant et me réaccrochant à divers étapes, selon le mode de fonctionnement passionnel... S'essayant en couples par ailleurs, pour finalement se décider semble-t-il à construire avec un autre, mais toujours selon le même modèle normatif du couple...

Dans les faits, ma rencontre et moi-même nous sommes si peu touchés, nous avons passé si peu de temps ensemble, entretenant surtout une correspondance par épisodes. Mais c'est là l'écoulement de toute une vie entre nous !

J'en ressors pour ma part débarrassé de mon esprit de servitude d'auparavant, bien conscient de n'avoir jamais été un salaud et de n'avoir jamais trahi ni ma rencontre, ni ma femme... Et pourtant, la solution de chacune dans sa manière d'être, a toujours été de me traiter en coupable d'émotion jusqu'alors, plutôt que de percevoir dans l'aventure un intérêt mutuel et mutualiste !!! Comme si l'amour véritable et sincère pouvait être une pathologie...

Que le mariage est efficace, pour exacerber la possessivité et la peste émotionnelle, jusqu'à la peur de la rencontre ! Mais qu'il est utile surtout, pour entretenir notre humanité de mutants dégénérés au regard des véritables valeurs de la nature de du savoir-partager, fidèlement inféodés que nous sommes à l'ignoble système capitaliste en place.

La crise économique que nous traversons, n'est autre que la déchéance de notre civilisation contre-nature du fonctionnement relationnel : dans les faits, nous préférons faire la guerre au nom des intérêts impérialistes de la cellule familiale, quand il faudrait savoir faire véritablement l'amour pour apprendre à se connaître et se reconnaître...

Nous en restons au stade la petite personne, dans une vie sociale d'une misère spitituelle désarmante, au nom des lois voulues par une forme d'élite... On nous prend pour des cons, et l'on se gargarise avec ça, maintenant nous mêmes notre esclavage en place !

Je me suis découvert polyamoureux et je dois bien reconnaitre que telle est ma nature, que l'on voudrait étouffer par conformisme et besoin de possession... Alors que c'est notre humanité "moderne" qui se croit libre, alors qu'elle doit changer radicalement, parce qu'elle ne sait plus aimer sinon faire l'inverse : au prétexte le plus souvent éhonté, de la sauvegarde familiale !

Polyamoureux, polyamoureuses de tout bord je vous aime déjà, quitte à paraître niais !!! A mon sens, l'avenir proche nous appartient ou ne sera pas, parce que nous allons à l'inverse du fonctionnement tout sécuritaire ambiant...

Voilà pour mon billet d'humeur de présentation. Au plaisir de vous lire encore et de vous rencontrer ! Bravo pour la création de ce site dont les débats traduisent un bien bon niveau de vie... Ca change de la norme auto-entretenue du pouvoir d'achat (lol) !!!

Bien à tous,

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Drya

le mardi 14 septembre 2010 à 18h36

Bonjour Goffio,
je passais par là et je vais juste te dire bienvenue!

Je ne suis pas sûre d'avoir tout compris à ton post, mais on sent bien que tu es remonté contre... hum.. à peu près tout ;)
Juste pour dire aussi que si tu penses que le polyamour est un état "normal" mais difficile à assumer, dans ce monde créé par l'homme quoi qu'on en dise, peut-être qu'il faut considérer que ta femme et ton amante trouvent ça trop difficile aussi. L'amour est aussi soutien et compréhension, à mon humble avis.

J'espère que tu trouveras quelques réponses sur ce forum. Au plaisir de te lire!

#
Profil

Clown_Triste

le mercredi 15 septembre 2010 à 17h23

Je me joins à Drya pour te souhaiter la bienvenue ici.

Ce serait intéressant (pour moi au moins, mais pour d'autres aussi sans doute) de savoir comment tu vis ou comptes vivre tes convictions aujourd'hui.

Au plaisir de te lire, donc.

C.T.

#
Profil

Goffio

le mercredi 15 septembre 2010 à 19h57

Bonjour et merci pour vos messages de bienvenue !

Drya, tu parles de la rencontre qui a bouleversé mon coeur en la qualifiant d'amante : mais voilà bien un stade que nous n'avons jamais franchi, par conviction de sa part surtout, de la peur qu'elle avait de briser ma famille ! Dans les faits : nous ne nous sommes jamais ni même étreints, ni même embrassés ! C'est une situation amoureuse vécue façon 19ème siècle dans la frustration, sans le moindre libertinage, sinon par la parole et la messagerie électronique... Mais ce n'est pas l'envie de savoir vivre ensemble qui nous a manqué, au-delà d'une évidente connivence toute passionnelle.

Je te rejoins quand tu dis que l'amour est soutien et compréhension. Alors j'ai soumis le fait de ma rencontre à ma femme, lui démontrant que cela ne changeait rien entre nous et certainement pas mes sentiments envers elle-même. Mais elle n'a su faire que la sourde oreille depuis lors, me faisant comprendre qu'il me fallait couper les ponts sans le moindre droit relationnel avec ma rencontre, au risque d'un divorce et de "devoir en référer au juge pour le droit de garde des enfants". Ma femme est extrêmement possessive, radicale en réaction et parfaitement tyrannique, à sa manière ! Aujourd'hui, elle a gagné de me garder encore au nom des enfants, mais ce ne sera plus jamais comme avant entre nous, c'est impossible. Parce qu'elle ne sait plus ce que c'est que l'état d'être amoureux(reuse) ! Elle confond amour et possession de l'autre. En ce sens, je dis que nous en sommes rendus comme tant de gens : au stade de la sauvegarde familiale !!! Je doute beaucoup de sa capacité d'évolution en la matière, à moins que l'amour commun de nos enfants et la volonté de savoir les élever ensemble, ne finisse par lui rendre les ailes que son cœur a perdu avec moi.

Je suis plutôt attentionné, pas possessif moi-même et si ce n'était pas le cas : je me serai tiré avec ma rencontre, lors de l'une des phases où elle revenait me "tester" ! Bref, j'ai là de quoi écrire tout un bouquin, quant à cette tranche de vie... Qui m'a poussé bien au-delà de moi-même et dans un profond exercice de synthèse, sur l'existence dans notre société.

Maintenant Drya, j'ai poussé ma curiosité jusqu'à lire ton paragraphe de présentation en tant que membre, je cite :
A fait récemment une grande découverte : "Ca alors, certains peuvent aimer deux personnes ? - En fait la plupart des gens en sont capables, mais il ne faudrait surtout pas qu'ils en aient conscience - Pourquoi ? - Pas encore compris...."

Si véritablement tu te poses encore cette question, je suis en mesure de te répondre la chose suivante. Il est parfaitement naturel d'aimer plusieurs personnes à la fois : c'est l'instinct propre de l'être bien portant, qui sait encore désirer normalement dans notre monde de fous, faisant la part belle à l'inhibition et à l'amour coupable. Tout le monde est capable d'être polyamoureux, mais surtout il ne faut pas en avoir conscience. Pourquoi ?

Parce que cela reviendrait à faire céder les barrières sociales établies depuis l'avènement de notre modèle judéo-chrétien d'éducation, pour maintenir notre système politique impérialiste en place. L'idéologie de la monogamie : c'est celle du capitalisme commençant par l'esprit de possession de son conjoint, justifiant tout un monde de propriété privée, jusqu'aux sentiments ! C'est notre monde d'égoïstes, bouffant les ressources de la planète... Alors que la véritable écologie : c'est celle d'un état d'esprit polyamoureux, en communication et ouverture sur le monde.

Si les gens ne doivent pas être conscients de pouvoir naturellement aimer plusieurs êtres à la fois, c'est bien parce que nous sommes entretenus dans une dialectique ou idéologie de tenue sectaire du pouvoir, à l'encontre de la nature et des réels besoins de la vie... D'où le sacrosaint couple fidèle sexuellement et tout religieusement devant l'Eternel !!! Moi je dis qu'on nous prend pour des cons et que 4 siècles après Galilée : l'humanité se prend encore pour le centre de l'univers, alors qu'elle ne connait plus les réelles valeurs de la Vie depuis bien avant l’avènement de notre ère.

J'espère ainsi avoir également répondu à Clown Triste quant à mes convictions, que j'ai bien l'intention en effet, de faire vivre et partager !

Bien à tous,

#
Profil

Drya

le jeudi 16 septembre 2010 à 11h10

Bonjour Goffio!
Merci pour ta réponse et tes éclaircissements.
Pour ce qui est de ce qui est écrit dans mon profil, ce n'est pas une vraie question mais plutôt mon problème central sur cette "découverte", je connais assez bien la réponse, et somme toute elle est plus historique qu'individuelle: se préoccuper du bonheur et de l'amour individuel est assez récent, c'est à dire depuis que le couple et la famille ne sont plus des éléments nécessaires à la survie, en gros, on pourrait dire que c'est un luxe (à notre époque et dans nos contrées) parce qu'on en a les moyens... et encore.

Ton post me fait penser à cet article de Françoise Simpère que j'ai lu hier sur son blog (j'espère qu'elle ne m'en voudra pas de mettre le lien sur ce forum qu'elle fréquente?):
fsimpere.over-blog.com/article-beurre-l-argent-cul...

Pour évoluer et vivre mieux avec l'évolution de ses principes de vie, je crois que ce forum est un bon départ, mais il faut savoir que ce n'est pas sans heurt ni gros risques.

#
Profil

Clown_Triste

le jeudi 16 septembre 2010 à 15h16

Merci, Drya.

Parfois, je crois, il est bon de mettre en avant que le polyamour est aussi un luxe : luxe d'individus n'ayant plus vraiment à lutter pour leur survie, luxe d'individus ayant le temps de vivre et faire vivre plusieurs relations amoureuses.

Quand nous nous sentons mal ou malheureux, rappelons-nous que c'est un sacré luxe (même si ça nous fait parfois l'effet d'une malédiction).

C.T.

#
Profil

Romy

le jeudi 16 septembre 2010 à 15h42

Je ne sais pas si le polyamour est un luxe. Je trouve que c'est plutôt une question d'intérêt et de culture. Je comprends que lorsqu'on doit lutter pour notre survie, l'amour ne soit pas au coeur de nos priorités. Mais encore là...L'amour ne coûte rien...et peut même aider à survivre. Même chose pour ceux qui n'ont pas le luxe de prendre le temps de vivre. Il y a aussi des relations polyamoureuses où les amoureux ne se voient pas constamment, même quelques fois par année...Je comprends que c'était métaphorique le 'prendre le temps de vivre' (on peut aussi parler du temps mental), mais alors là, ça revient à une question de culture.

En revanche, je crois que pour vivre le polyamour, il faut avoir reçu beaucoup d'amour dans son enfance, ne pas avoir peur d'être abandonné, savoir aimer pour les bonnes raisons (pas par dépendance ou par nécessité)... et ça, c'est un véritable luxe.

#
Profil

Romy

le jeudi 16 septembre 2010 à 16h02

Et je rajouterais que ça prend du courage. Parce que pour être heureux, c'est-à-dire, faire ce qu'on a vraiment envie de faire, au fond de soi, ça prend du courage. C'est de suivre le courant majoritaire qui est facile, être comme tout le monde. Tant mieux si ça nous correspond! Mais lorsque ça ne nous correspond pas et qu'on veut suivre notre petite voix intérieure...il faut affonter le Mérinos.

#
Profil

Clown_Triste

le jeudi 16 septembre 2010 à 17h32

Affronter le Mérinos ? Tu veux dire le matelas des réveils en beauté ?

Bien sûr, je comprends ton propos et j'adhère, notamment à la question du courage. Mais je garde aussi dans un coin de ma tête que c'est une forme de luxe, notamment dans le temps. Et avec une pensée émue, également, pour tous ceux qui ont bien du mal à nouer ne serait-ce qu'un lien amoureux.

C.T.

#
Profil

Drya

le vendredi 17 septembre 2010 à 11h11

Clown_Triste
Affronter le Mérinos ? Tu veux dire le matelas des réveils en beauté ?

J'adhère aussi! :P
A propos de lit, les moyens de contraception (et les préservatifs pour les maladies) sont aussi un luxe qui permet de changer ses positions sur les façons de vivre l'amour. Le problème n'est pas l'amour (gratuit, certes!) mais ce qu'il amène à faire: des enfants (et la transmission de maladies, mais passons). Et là ce n'est plus gratuit, c'est un changement juridique (<-> donc des esprits), qui doit se faire - mais c'est déjà bien au centre des préoccupations avec les familles recomposées - mais encore une fois, c'est RECENT, c'est à dire que le fond de la population vit encore sur des habitudes des parents. Il s'agit d'évolution, pas de créer de rien.
mais, oui, sur le fond je suis d'accord avec toi aussi Rosalie.

#

(compte clôturé)

le vendredi 17 septembre 2010 à 21h05

>>>>> Je te rejoins quand tu dis que l'amour est soutien et compréhension. Alors j'ai soumis le fait de ma rencontre à ma femme, lui démontrant que cela ne changeait rien entre nous et certainement pas mes sentiments envers elle-même. Mais elle n'a su faire que la sourde oreille depuis lors, me faisant comprendre qu'il me fallait couper les ponts sans le moindre droit relationnel avec ma rencontre, au risque d'un divorce et de "devoir en référer au juge pour le droit de garde des enfants". Ma femme est extrêmement possessive, radicale en réaction et parfaitement tyrannique, à sa manière ! Aujourd'hui, elle a gagné de me garder encore au nom des enfants, mais ce ne sera plus jamais comme avant entre nous, c'est impossible. Parce qu'elle ne sait plus ce que c'est que l'état d'être amoureux(reuse) ! Elle confond amour et possession de l'autre. En ce sens, je dis que nous en sommes rendus comme tant de gens : au stade de la sauvegarde familiale !! ! Je doute beaucoup de sa capacité d'évolution en la matière, à moins que l'amour commun de nos enfants et la volonté de savoir les élever ensemble, ne finisse par lui rendre les ailes que son cœur a perdu avec moi.

Bonsoir goffo,

je viens de lire le fil, et franchement je ne pourrais plus vivre avec quelqu'un de possesif maladif, même pour maintenir un semblant de couple pour les enfants.
Je trouve dommage que tu te sacrifie pour tes enfants. Je ne sais pas quels ages ils ont ? Mais sache qu'un jour ils voleront de leur propre ailes et tu n'aura plus assez de temps pour toi.
Alors La sauvegarde du couple au nom du sacrifice non merci...

J'ai été marié 20 ans avec un homme hyper jaloux maladif, et je suis bien mieux depuis que j'ai divorcé..... Et Alors !!! mes enfants m'en ont voulu un temps mais maintenant au contraire, ils sont bien content que l'on soit divorcé, ils se rendent compte que leur maman est bien plus heureuse ainsi.

#
Profil

Goffio

le samedi 18 septembre 2010 à 09h56

Bonjour ou re-bonjour,

Et merci encore à chacun(e), pour vos commentaires et expériences !

Madeline, j’ai 38 ans et mes enfants sont encore petits : l’aînée n’a pas 9 ans et le petit dernier, 2 ans et demi. Cette tranche de vie qui est la mienne et que je vous dévoile est somme toute très récente ! Je te rejoins au sujet du « sacrifice » que tu évoques : c’est parfaitement néfaste pour les enfants qui ne sont pas dupes et souvent beaucoup plus sensibles encore, que nous autres adultes « politisés »… A ce sujet, je ressens pertinemment que mes enfants ont perçu la notion insidieuse de mutilation en amour invectivée, au départ de mon couple parental !!! L’effet est assez ignoble, parce que je comprends que si mon état d’esprit était véritablement sacrificiel, je leur inculquerais là par mon exemple la marche à suivre pour eux-mêmes plus tard : se soumettre à l’esclavage d’un état d’esprit de servitude en amour, face à leurs propres désirs et velléités d’épanouissement ou d’émancipation. Quelle erreur, quelle horreur !!! Les enfants méritent bien mieux, comme éducation sentimentale et émotionnelle.

Depuis 2 ans maintenant, ma réflexion est faite quant à la nécessité de savoir partir. Quand ma rencontre est encore revenue vers moi en fanfare il y a un 1 an, je lui ai expliqué que j’étais prêt à construire avec elle, sans vouloir m’imposer non plus parce qu’elle est plus jeune et n’a pas encore d’enfant. Elle en désire ardemment, on l’a bien évoqué ensemble et je lui ai bien fait valoir que l’idée me tentait encore moi-même… Mais elle débutait parallèlement une nouvelle relation et au fond, elle mérite plus simple que moi-même dans le contexte, c’est évident ! Alors je l’ai régulièrement invitée à participer à mon travail de recherche et de synthèse, quant à l’histoire de la civilisation. J’ai voulu l’initier à l’état d’esprit polyamoureux : l’encourageant à poursuivre son début de relation, tout en l’invitant à vivre avec moi demain, sans devoir sacrifier personne… Mon état d’esprit lui a surtout fait peur, la rendant sur la défensive de cette liberté suspecte que je lui proposais là… Elle m’a régulièrement fait valoir sa profonde attirance, tout en veillant bien à surtout, ne pas trop m’approcher par peur notamment, d’offenser ou perdre l’autre garçon !

La résultante, c’est que dans le courant de cet été : elle m’a mis devant le fait accompli de son nouvel emménagement avec cet autre homme, alors que je comptais encore sur elle dans mon projet d’avenir. Et encore… j’ai quasiment dû lui tirer les vers du nez, à ce sujet ! Parce que je comprends pertinemment, qu’il lui est tacitement demandé de renoncer à un quelconque relationnel avec moi-même. Et de fait, cela fait 5 mois que l’on ne s’est effectivement pas rencontrés de visu. A notre époque, la véritable liberté fait encore très peur et sa mise en pratique, engendre majoritairement non pas la compersion mais la jalousie, d’esprits induits à la soumission et la culpabilité par éducation ! Alors j’abandonne ma rencontre à son besoin fusionnel et d’enfermement, sans plus de velléité pour ma part, de retourner à son contact. Je trouve ce choix bien dommage pour elle-même, bien dommage pour nous, bien dommage pour eux-mêmes ! Ainsi va la vie dans sa torsion contre-nature et le barouf de la taule, depuis notre société normative du besoin de la cellule familiale.

Alors pour ma part je poursuis mon travail et j’en suis heureux. J’en déduis que ce n’est pas encore le moment d’agir, pour savoir partir. La véritable action passe par mon travail de synthèse, que je couche sur le texte et notamment l’analyse et la compréhension, des divergences éducatives entre ma femme et moi-même. Il y a un moment et celui-ci approche, où mon travail sera achevé et demandera à être partagé, en étant lu par d’autres et notamment elle-même. Alors qu’elle agit actuellement dans la déconsidération de ce travail dont elle ne veut absolument pas entendre parler, tout comme pour ma rencontre évoquée depuis plus de 3 ans…

Arrivera un moment ou se posera pleinement la question : toute ma créativité, ma sensibilité bien à moi, ma véritable vie spirituelle… Tu veux la percevoir en face, ou tu préfères continuer de m’affubler de l’idée que tu as pour moi-même ? Alors les conséquences quant aux choix de vie pour la suite, devront s’imposer de manière responsable et partagée mais certainement pas, dans la complaisance sacrificielle pour ma part. Je garde pour l’instant l’assurance du plaisir de voir mes enfants sourire au quotidien et de pouvoir participer chaque jour, à leur épanouissement. La vie de couple en elle-même n’est pas facile au quotidien, mais je ne désespère pas de voir madame bouger son cul… Notamment au pieu ou autrement dit, sur le Mérinos (lol) !

Merci Drya pour le lien en direction de Françoise Simpère, que je découvre là dans toute sa richesse… Ses propos sont d’une telle justesse ! Elle résume toute notre condition humaine actuelle dans son billet, quand elle conclue par le besoin et le devoir même, de payer dans notre société, comme pour acheter la paix des sentiments finalement… Alors comment oser parler véritablement d’amour, dans une telle institution éducative du commerce émotionnel ?

Le polyamour est à mon sens, l’état d’esprit dont nous sommes issus à travers notre si longue évolution à succès, au fil des millénaires depuis la nuit des temps de notre origine. Celui-ci était naturel jusqu’à l’irruption de la morale sexuelle, ayant institutionnalisé un état d’esprit idéologique de domination et donc de privatisation du pouvoir. A ce sujet, je vous recommande vivement la lecture si ce n’est déjà fait, de l’ouvrage de Wilhelm Reich sur le sujet : on comprend comparativement aux peuples dits "primitifs", comment nous en sommes parvenus à vivre comme des malades, au nom d’un besoin impérialiste aimant tant à savoir rester dissimulé !

Le polyamour n’est un luxe qu’aux yeux d’une société commerciale – transactionnelle de la véritable vie spirituelle – ayant admis l’aliénation de la véritable liberté de l’être, au profit centralisateur de l’accumulation du capital. C’est pour cela que je dis qu’on nous prend pour des cons : parce qu’on le veut bien chacun dans l’acceptation, d’une vie sociale quotidienne d’une misère spirituelle désarmante ! Les valeurs de l’érotisme sont totalement accaparées par la publicité, dans un monde où le puritanisme est revenu progressivement au trot depuis 1968… D’ailleurs, le Président actuel a bien précisé qu’il voulait en finir avec cet esprit là : tout un programme sécuritaire, de culture émotionnelle par la peur ! C’est tout notre système politique depuis l’éducation au couple hétéro normatif, qui est ainsi vendu au bal du commerce !!! Alors l’éducation au polyamour fait peur, parce que c’est le réel vecteur du retour en force de notre état d’esprit originel, débarrassé de tout contrôle impérialiste déguisé.

:-)

#
Profil

Drya

le samedi 18 septembre 2010 à 10h05

Bon, bon, la situation est comme ça pour le moment, on n'y peut rien.
Maintenant, on fait quoi?

#
Profil

Goffio

le samedi 18 septembre 2010 à 11h14

Bah pour ma part, ce matin je bosse et ce week-end, ça va être vie de famille ! Donc faire un symposium à poil <3 tous ensemble (+) devant le ministère de l'intérieur ou l'Elysée, ce ne sera pas maintenant-tout-de-suite...

Mais dans l'idée, le projet politique d'un PACS-pluriel et non plus exclusif au couple, s'averait être un progrès significatif vers une réelle démocratie, de sensibilité PA : celle que je voudrais en tous les cas, pour mes enfants !

#
Profil

Cavalier_de_pique

le samedi 18 septembre 2010 à 11h33

Bonjour

Je voudrais revenir sur la notion de sacrifice et d'éducation pour nuancer un peu le point de vue avec des notions de priorité et de bonheur. Il me semble que ce n'est pas le sacrifice d'un amour étranger à la famille qui mortifie les enfants. Questions : Vos enfants vivront-ils cette mortification s'ils sentent que la priorité que vous leurs accordez est une grande source de bonheur pour vous ? Exprimez, et vivez pleinement votre amour pour vos enfants, le reste, ils le comprendront plus tard...

#

(compte clôturé)

le dimanche 19 septembre 2010 à 14h33

Bonjour Goffo,

Je reviens sur le fil car après la très longue lecture sur ta vie.. J'ai une question qui est toujours dans ma tête concernant la gente masculine.
J'espère qu'elle te fera réfléchir....

Pourquoi les hommes, leur faut il une nouvelle femme, avant de pouvoir quitter leur ancienne ?
Est ce que la solitude leur ferais peur ? Est ce que gérer leur quotidien seul, leur ferais peur ?

Etre seul c'est sur ce n'est pas tous les jours facile, mais c'est aussi une très grande source de liberté. Après un temps d'adaptation je suis sûr que cela te plairais. T'orienter ensuite vers le PA pourquoi pas ?

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 19 septembre 2010 à 14h53

"Pourquoi les hommes, leur faut il une nouvelle femme, avant de pouvoir quitter leur ancienne ?"

Groumf...
Je vois ça aussi chez les filles, hein, c'est équivalent.

#
Profil

Goffio

le lundi 20 septembre 2010 à 17h13

Bonjour Cavalier de pique !

Ce qui mortifie les enfants, c'est le mensonge !!! Et le mensonge, à mon sens : c'est une situation émotionnelle que les parents ne parviennent pas à affronter ensemble, pour savoir se comprendre... Le mensonge, c'est le tabou que l'on enterre, sans parvenir à en parler. Ca, les enfants le perçoivent parfaitement et c'est ça qui fait des dégâts chez eux, ou leur début d'éducation politique en quelque sorte.

Diantre, aurais-je l'air si mortifié (lol) ? :-)

Cavalier_de_pique
Bonjour Je voudrais revenir sur la notion de sacrifice et d'éducation pour nuancer un peu le point de vue avec des notions de priorité et de bonheur. Il me semble que ce n'est pas le sacrifice d'un amour étranger à la famille qui mortifie les enfants. Questions : Vos enfants vivront-ils cette mortification s'ils sentent que la priorité que vous leurs accordez est une grande source de bonheur pour vous ? Exprimez, et vivez pleinement votre amour pour vos enfants, le reste, ils le comprendront plus tard...

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Goffio

le lundi 20 septembre 2010 à 17h29

Bonjour Madeline !

Tu as parfaitement raison, ta remarque est judicieuse ! J'avais une opportunité concernant un appartement au printemps, qui devait se concrétiser cet été... Mais financièrement, je n'ai pas pu assumer seul, finalement... C'est bien la seule raison, du fait que je n'ai pas bougé. Si ma rencontre m'avait rejoint dans le projet, l'affaire aurait été bouclée mais j'ai dû tout lâcher parce que c'était trop lourd à assumer seul, en tous les cas pour l'instant.

Tu as raison de faire remarquer qu'il n'est pas normal de quitter quelqu'un(e) pour quelqu'un(e) d'autre. Pour ma part, je me vois très bien seul, cela ne me pose aucun cas de conscience, bien au contraire... Mais il faut que cela soit à proximité immédiate de mes enfants, et vu les prix de l'immobilier dans mon secteur parisien, les opportunités sont difficiles à saisir. J'étais initialement très déçu cet été, de devoir me dire que ce n'était pas pour cette fois...

Mais comme je ne suis pas mortifié (lol), je suis plutôt déjà dans l'état d'esprit que tu me suggères !

madeline59
Bonjour Goffo, Je reviens sur le fil car après la très longue lecture sur ta vie.. J'ai une question qui est toujours dans ma tête concernant la gente masculine.
J'espère qu'elle te fera réfléchir.... Pourquoi les hommes, leur faut il une nouvelle femme, avant de pouvoir quitter leur ancienne ?
Est ce que la solitude leur ferais peur ? Est ce que gérer leur quotidien seul, leur ferais peur ? Etre seul c'est sur ce n'est pas tous les jours facile, mais c'est aussi une très grande source de liberté. Après un temps d'adaptation je suis sûr que cela te plairais. T'orienter ensuite vers le PA pourquoi pas ?

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le mardi 21 septembre 2010 à 20h46

Comme quoi la provocation directe est source de revirement...

Un conseil, commence par petit et vois grand pour plus tard. C'est ce que j'ai fais
petit a petit j'ai fais mon nid et je suis maintenant super bien installée.

Alors bon courage, je sais pertinemment que cela ne va pas être facile, mais quand on veut on peut....

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion