Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Le polyamour est-il une solution ?

Témoignage
#

(compte clôturé)

le dimanche 16 octobre 2011 à 19h37

Bonjour, je vous remercie de vos conseils.
Il y a 15 ans, j'ai épousé un jeune homme très gentil, attentionné, et qui, oh miracle, m'aimait et me le faisait sentir.
Je l'aime en tant que personne, pour qui il est à l'intérieur, qui il devient dans son développement personnel. J'aime vivre avec lui. Mais je n'ai jamais eu d'attirance physique pour lui. Par contre lui me trouve à son goût. Pour préserver la relation, je me suis forcée pendant 14 ans, jusqu'à ce que çà fasse trop trop mal, mon corps ne veut vraiment plus.
Du coup, notre vie sexuelle est inexistante depuis 1 an. Je suis très ennuyée pour lui, je me sens coupable de ne pas lui donner satisfaction. Et je suis aussi frustrée de mon côté. Passé 40 ans, je me dis que ma jeunesse s'enfuit sans que j'ai savouré les plaisirs de l'amour physique, et que ce sera bientôt trop tard. Je n'ai pas envie de tricher, mentir, dissimuler, bref essayer d'avoir un amant en cachette. Le respect et l'honnêteté font partie de mes valeurs.
Après avoir lu des articles sur le polyamour,et après avoir eu plusieurs rêves dans ce sens, je lui ai proposé que nous utilisions nos créativités pour imaginer des solutions. Par exemple, continuer notre relation tendre, affectueuse, si plaisante et douce au quotidien, mais qui tient plus de l'amitié que de l'amour érotique, et avoir la liberté, chacun, d'avoir des relations amoureuses ou sexuelles en dehors du couple initial.
Il s'est fâché tout rouge. "Cela ne m'intéresse pas, je préfère tout arrêter et qu'on se sépare".
Après ce premier coup de colère, il a accepté de réfléchir. Nous en sommes là.
Vous avez plus d'expérience que moi dans ce domaine. Croyez-vous que le polyamour puisse nous aider à avoir chacun une vie plus épanouie, à ce que chacun ait ses besoins (tendresse, partage, échanges intellectuels, soutien au quotidien ET sensualité, sexualité) satisfaits ? Et comment rencontrer des personnes (en province) qui partageraient cette vision des choses ?
Merci de vos réponses.

#
Profil

Paul-Eaglott

le dimanche 16 octobre 2011 à 20h13

Bonjour Artcat,
j'aurais tendance à dire que le polyamour, c'est ce que vous faites déjà : vous parlez, vous discutez ensemble de ces questions et vous ne considérez pas la non-exclusivité comme un tabou infranchissable (à confirmer encore en ce qui concerne ton mari...)
Et donc oui, c'est une solution possible parmi d'autres (adultère/mensonge, séparation...)
Cette voie, qui suppose que vous sachiez vous parler, vous comprendre, vous considérer mutuellement comme partenaires dans la recherche de solutions (et non pas comme obstacles ou comme adversaires), n'offre aucune garantie de trouver ce que tu cherches par ailleurs, mais c'est sans doute celle qui a le plus de chances de conserver ce que vous avez déjà (tendresse, soutien, etc.)
Ensuite, si vous tombez d'accord pour tenter l'aventure dans ce sens, la question de la rencontre avec d'autres partenaires n'est pas simple, mais il y a des pistes : sites de rencontres sur le Web, sorties diverses, etc.
Mais sur ce point ce n'est pas très différent pour ceux qui pratiquent l'adultère : que ce soit une rencontre fortuite ou le résultat d'une recherche active, il s'agit simplement, en plus de prévenir tes éventuelles conquêtes que tu es mariée, de les informer que ton mari est d'accord (et pareil pour ton mari...)
En tout cas, une chose est sure : ta recherche d'une vie sensuelle et sexuelle épanouie est légitime !
Bonne chance et bienvenue ici :-)

#

(compte clôturé)

le dimanche 16 octobre 2011 à 22h52

sympa si vous vous en sortez par le polyamour.
Mais il me vient une interrogation : tu as accepté d'épouser (et de manière exclusive jusque là) un homme qui ne te faisait aucun effet physique : es-tu certaine d'avoir tout compris ça? L'idée qu'il t'a fallu 15 ans pour comprendre que tu as envie d'autre chose me fait penser que quelque chose de très fort t'a empêché de vouloir en profiter jusque là : c'est quand même sympa, le sexe, et tu as sûrement des copines qui te l'ont dit.
Si tu ne résous pas cette question, je crains que tu sois lourdement déçue par tes futures conquêtes.
Or si de son côté ton mari rencontre des femmes à qui il procure un plaisir évident, la comparaison risque de mal tourner pour toi.
Bref, il ne s'agit pas d'une simple envie de voir du pays mais d'un dysfonctionnement bien ancien qu'il est sain mais très périlleux de remettre en cause.
Réfléchis bien à tout ce que ça implique avant d'y aller, parce que sinon le voyage risque d'être un beau fiasco.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 17 octobre 2011 à 00h01

le polyamour est une possibilité, mais pas une solution, pour répondre à la question posée en titre du fil.

Si ya un problème qui concerne la relation avec l'autre, il ne va pas disparaître avec l'ouverture vers d'autres relations, il changera seulement de forme.

Mais je vais pas aussi loin qu'Eulren, tu peux parfaitement ne pas avoir envie de sexe, et que ça ne soit pas un problème pour toi.
Ca se peut.
Ca me semble , à titre personnel, aussi improbable que le prince charmant / l'autre parfait qui nous est destiné, ou que que l'au-delà corresponde exactement à ce qu'en dit la religion dans laquelle on est né : avoir des attentes ou des non-attentes fondamentales et les croire comme acquises tombe rarement juste, et on peut rarement prouver à quel point.

Mais, néanmoins, puisque cependant, oui, ça existe, tout existe, et si t'as pas de ressentis sexuels, tu as pas à te culpabiliser.

En fait, dans ton histoire, que tu tesois forcée aussi longtemps me semble beaucoup plus triste et problématique que le fait de pas avoir de désir.
Et c'est ce côté forcé, culpabilisé, que le polyamour ne peut pas changer, et qui peut faire que ton bien-être et celui de ta relation pourraient juste changer de peine : tu ferais un truc sans le faire pour toi, mais pour que tu t'embêtes plus avec ce qui ne va pas avec l'autre.
C'est pas"fais l'amour avant de passer au polyamour", c'est "sois bien dans ta tête et dans tes pompes sans compter sur le polyamour pour que ça arrive", moi, ce que je te réponds.

#

(compte clôturé)

le lundi 17 octobre 2011 à 16h24

Bonjour,
Merci de vos réponses.
Paul, merci de tes encouragements.
Siestacorta, je suis d'accord avec toi, c'est pour cela que je suis en psychothérapie intensive depuis 4 ans. C'est peut être aussi pour cela que j'accorde plus d'importance à mes propres besoins alors que j'étais avant surtout tournée vers l'autre.
Eulren, avant d'être avec mon mari, j'avais grand plaisir à faire l'amour et je crois que mes partenaires appréciaient beaucoup nos échanges aussi. Pour moi la sexualité est quasiment une forme d'art qui se crée à deux, et dont je garde d'excellents souvenirs. Je mesure donc très bien ce à côté de quoi je passe depuis toutes ces années. Et si mon mari rencontre une femme qui l'apprécie plus que moi sur ce plan, et bien tant mieux pour lui, je serais désolée qu'il passe toute sa vie à côté des bons côtés de la sexualité parce que nous ne nous correspondons pas sur ce plan.
J'ai accepté sa demande en mariage parce que j'étais dans une période de grande détresse émotionnelle à cette époque, et que j'ai privilégié la sécurité affective sur l'animalité, en espérant que l'affection, la connaissance mutuelle, amènerait le désir. Je constate que ce n'est pas le cas, et que je le vis de plus en plus douloureusement.
Par ailleurs, notre relation fonctionne fort bien sur tous les autres plans, (intellectuel, spirituel, émotionnel, style et mode de vie, etc...) ce qui est précieux. D'où mes réticences à le quitter. Et honnêtement, je déteste la solitude, même si je travaille sur moi pour l'envisager plus sereinement.
C'est pourquoi j'ai pensé à la solution du polyamour, pour conserver ce qui est déjà satisfaisant pour nous tout en ayant des chances de trouver à l'extérieur ce que nous ne pouvons pas nous donner mutuellement
Encore merci de ces éclairages et très bonne journée à vous tous.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 17 octobre 2011 à 22h21

artcat

J'ai accepté sa demande en mariage parce que j'étais dans une période de grande détresse émotionnelle à cette époque, et que j'ai privilégié la sécurité affective sur l'animalité, en espérant que l'affection, la connaissance mutuelle, amènerait le désir. Je constate que ce n'est pas le cas, et que je le vis de plus en plus douloureusement.

Bon, mais tu t'es prise en main et, je sais, c'est long ce genre de truc, mais c'est quand même le bon geste que tu as fait !
Tel que tu expliques la chose, tu fais sans doute les choix qu'il faut.
Le plus dur, c'est sans doute de revenir sur ta parole, lors du mariage, dire que depuis cette décision, tu as du mentir sur comment tu vivais.
Mais ton mari te connait sans doute, il sait sans doute comment tu te sentais. Il sait qu'à l'époque, tu as fait des choix de survie... Donc, oui, il va avoir du mal à accepter ça, sans doute, mais il peut quand même croire à ton attachement sincère.

Dans ta tête, tu peux avoir deux possibilités, à la fois selon ton choix, à la fois selon la réaction de ton mari :
- soit il accepte, même difficilement, et tu peux proposer le polyamour à un moment (mais pas en "lot de consolation", mais, d'une certaine manière, parce que tu l'aurais fait à l'époque aussi si tu avais eu la vision d'ensemble claire).
- soit il accepte pas du tout, ou tu n'as plus peur d'être seule et tu décides autre chose, et du coup il se peut que vous deviez vous séparer...

Je dis ça, pas parce que j'aurai une idée précise de ce qui est possible, mais pour que dans un coin de ta tête tu sois "préparée" à des suites; que tu te dises "voilà comment on est arrivé là, et j'ai pas de remords à avoir, j'ai fait ce que j'ai pu comme j'ai pu".

#

(compte clôturé)

le lundi 17 octobre 2011 à 22h47

Merci de ta réponse Siestacorta.
Je n'ai jamais menti. Dès le début, j'ai exprimé mon souci, j'ai même rompu plusieurs fois (après le premier rapport, les premiers mois, les premières années) en disant que je l'aimais pour qui il était à l'intérieur, en tant que personne, mais pas pour qui il était physiquement, que l'alchimie n'avait pas lieu entre nos sensualités, que je préfèrerais que l'on soit juste amis. Et à chaque fois, il a insisté très fort pour qu'on continue à rester en couple. Quand on est en manque d'amour comme je l'étais, c'est difficile à refuser, quelqu'un de très gentil qui vous offre de l'affection... Et j'ai encore très peur de la solitude, même si je sais de mieux en mieux prendre soin de l'enfant en moi, ce qui est nécessaire sur le chemin de l'autonomie.
Comme tu le dis, c'est important de se préparer. Je suis une artiste, je transmute une bonne partie de ma libido par la création (peinture, musique). C'est probablement pour cela que çà tient depuis si longtemps aussi. Mais maintenant, je me dis aussi que ce n'est pas très sain de systématiquement se forcer à sublimer ses pulsions, son animalité. Je crois que çà vaut la peine, vue la qualité de la relation par ailleurs, de tenter la piste polyamour. Et sinon, effectivement, j'aurai besoin de surmonter la peur de la solitude.
J'aime bien ce que tu dis : "j'ai fais ce que j'ai pu, comme j'ai pu". "De mon mieux" dirait Don Miguel Ruiz...
Bonne soirée

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion