Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

[Texte] Polyamour dans Libération du 5 juillet : "Poly, polissons" Par Anne-Claire Genthialon — juill. 2010

Médias
#
Profil

bohwaz

le lundi 05 juillet 2010 à 16h25

L'article sera lisible en ligne gratuitement demain ici :
www.liberation.fr/vous/0101645124-poly-polissons

(en kiosque aujourd'hui)

Dans les autres articles récemment apparus sur le net il y aussi :

De l’immaturité sexuelle et ses tendances modernes
www.libertepolitique.com/culture-et-societe/6125-d...

« Cliniquement, ces phénomènes sont bien connus : ils manifestent une forme de régression à un état pulsionnel propre à une sexualité infantile où l’autre est utilisé comme objet de satisfaction pour soi. Ce qui évidemment est un leurre et une impasse. »

« L’échangisme ou le plus moderne « polyamour » conforte et enracine des tendances qui sont pourtant à la source de troubles cliniquement diagnostiqués dans le DSM IV (manuel statistique et diagnostique des troubles mentaux). »

(etc.)

(Pour info le site dit de sa ligne éditoriale : « Notre politique s’inscrit dans la tradition biblique et chrétienne de la responsabilité politique »)

#
Profil

Siestacorta

le lundi 05 juillet 2010 à 16h43

Allez, juste pour rire...

Sociologiquement, ces phénomènes sont bien connus : ils manifestent une forme de délire orientée sur des croyances propres à des rapports sociaux archaïques, où l'autre est vécu comme un sujet impur.

Le christianisme et le plus moderne catholicisme confortent et enracinent des tendances qui sont pourtant à la source de troubles cliniquement diagnostiqués dans le DSM IV.

Bon, ça, c'est fait...

#
Profil

Siestacorta

le lundi 05 juillet 2010 à 16h44

Sinon, la version online de l'article de Libé est réservé aux abonnés.

Je vais devoir sortir de chez moi...

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 05 juillet 2010 à 16h46

Ah, non, j'ai lu en diag, Bohwaz a bien écrit demain.

Bon.

Ok.

#
Profil

LuLutine

le lundi 05 juillet 2010 à 23h03

bohwaz
Dans les autres articles récemment apparus sur le net il y aussi :
De l’immaturité sexuelle et ses tendances modernes

Mouais.
A aucun moment ils ne montrent vraiment en quoi le polyamour serait "immature" ou "mauvais" d'une façon ou d'une autre.
Ils me semblent faire l'amalgame avec bon nombre de pratiques sexuelles (le polyamour n'est pas une pratique sexuelle, merci).

Un bon gros paquet bien fouillis, en somme. Mais je peux comprendre qu'ils ne veuillent pas entrer dans les détails : on risquerait peut-être de pouvoir démonter leurs "arguments"...

#

(compte clôturé)

le lundi 05 juillet 2010 à 23h45

.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

bohwaz

le mardi 06 juillet 2010 à 02h22

(Pour info cet article nous a ramené une soixantaine de visiteurs à peu près, alors que l'article dans Le Figaro Madame nous en avait ramené plus de 700.)

#
Profil

LuLutine

le mardi 06 juillet 2010 à 02h52

Tu veux dire à la fin de la journée ?
Parce que d'autres viendront peut-être demain...enfin aujourd'hui !
Ou plus tard !

#
Profil

bohwaz

le mardi 06 juillet 2010 à 10h49

Ayé l'article est dispo sur liberation.fr.

Oui pour hier je veux dire.

#
Profil

aime_mi_trente

le mardi 06 juillet 2010 à 11h03

Je l'ai lu hier, j'étais un peu mitigé. D'un côté j'étais content de l'existence de l'article (il se peut que j'y sois pour quelque chose ??? :-) ), et de sa longueur plus que correcte pour Libé. De l'autre j'étais déçu de l'impression d'ensemble obtenue au final.

Ce qui m'a un peu choqué c'est la manière de mettre la femme qui se dit "revenue du polyamour" en avant-dernière position. Ca crée une espèce de progression qui met en avant la thèse de l'immaturité, le truc dont on finit par revenir. Globalement, les interviewés sont jeunes, seule Françoise (dans le corps de l'article) donne une vision "mûre" du polyamour. Pour les autres, par exemple, on peut en déduire que c'est incompatible avec les enfants.

C'est assez subtil comment la manière de choisir ses sources et de les trier suffit à orienter un article.

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

bohwaz

le mardi 06 juillet 2010 à 12h04

Moi j'ai le sentiment que les témoins sont vieux justement ^^

Pour la fille revenue du polyamour elle n'est pas trop catégorique, c'est intéressant quand même.

#
Profil

LuLutine

le mardi 06 juillet 2010 à 17h08

bohwaz
Moi j'ai le sentiment que les témoins sont vieux justement ^^

Oui mais bon, toi bohwaz....

...hmmm...

...au fait, êtes-vous bien sûr d'être assez vieux pour traîner sur un site au contenu sexuel aussi explicite que polyamour.info, mon cher monsieur ? Je vais prévenir vos parents ! :P

#

(compte clôturé)

le mardi 06 juillet 2010 à 17h37

Coucou Bohwaz, c'est la vieille qui te parle... et qui est présentée comme "amoureuse de cinq autres hommes" en plus de son mari. On va me targuer d'une santé de fer et d'un sacré tempérament . Drôle que ma réponse à la question " Parmi tous les hommes que vous avez rencontrés, en reste t-il qui comptent vraiment?" etquji était "Oui, je dirai qu'il y en a 4 ou 5 que j'aime depuis 15 à 30 ans, ce qui commence à signifier quelque chose" ait été traduite par "elle est amoureuse de cinq hommes". Cette confusion permanente entre "aimer" et "être amoureuse" a quelque chose d'infantile et d'immature, vous ne trouvez pas? Mais bon, depuis le temps, j'ai l'habitude des phrases du genre "elle a un mari, deux enfants, quatre amants..." Des amours plurielles, les gens ne veulent retenir que l'aspect sexuel, c'est leur droit et leur erreur.

#
Profil

LittleJohn

le mardi 06 juillet 2010 à 17h47

Françoise, je ne vois pas en quoi "être amoureux" serait plus du domaine de la sexualité que "aimer"... et je n'y vois pas non plus d'immaturité.

#
Profil

Clown_Triste

le mardi 06 juillet 2010 à 20h46

En ce qui concerne le distinguo entre l'état amoureux et l'amour, je rejoins le point de vue de subimago.
D'autre part, pour répondre à LittleJohn, je n'ai pas lu dans les propos de Françoise qu'elle disait qu'"être amoureux" tenait plus du domaine de la sexualité que "aimer". Elle signalait simplement que les gens retenaient surtout des amours plurielles le fait d'avoir des relation sexuelles avec plus d'une personne (le sexe reste le nerf de la guerre et le critère discriminant aux yeux d'une majorité).

C.T.

#
Profil

bohwaz

le mercredi 07 juillet 2010 à 02h13

Hé hé je parlais plutôt des témoignages qui sont tous de trentenaires quasiment (ceci dit je m'en rapproche de plus en plus), donc "jeune" tout est relatif. Pour moi la trentaine c'est pas "jeune", c'est "moyen" ;)

(Désolé.)

Pour revenir sur l'impact de l'article au vu des visites du site, il est au mieux faible, au pire nul. Ce que je trouve plutôt étrange quand même mais bon.

#

(compte clôturé)

le mercredi 07 juillet 2010 à 15h03

Subimago et CT, vous répondez parfaitement à la remarque de little John. J'ajouterais que "être amoureux" est associé pour beaucoup de gens à la passion, car lorsque je décris le lien profond qui me lie à certains hommes, on me répond "c'est de l'amitié". Mais amitié + désir, pour moi c'est de l'amour. En revanche, comme dit bien Subimago, cet amour là aime la personne pour ce qu'elle est, pas comme une projection de l'Amûûûrrr rêvé.
à Bohwaz: le feuilleton Woerth Bettancourt doit davantage intéresser les lecteurs de Libé, tu sais...

#
Profil

LuLutine

le mercredi 07 juillet 2010 à 15h10

Francoise
à Bohwaz : le feuilleton Woerth Bettancourt doit davantage intéresser les lecteurs de Libé, tu sais...

Pourtant on pourrait en faire des films, avec les histoires des polyamoureux ! ;)

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 07 juillet 2010 à 15h47

LuLutine
Pourtant on pourrait en faire des films, avec les histoires des polyamoureux ! ;)

Ca je me suis souvent demandé.
Une fiction, schématiquement, c'est basé sur un enchaînement début- obstacle /péripétie - résolution.
Avec le polyamour, on zappe plusieurs obstacles : la difficulté de faire tenir un mensonge, celle de braver l'interdit... On prive la fiction de plusieurs ressorts.

Bien sûr, la complication, le temps, les sentiments contradictoires... Ca doit valoir son pesant de narratif aussi. Mais obtenir une identification des gens là-dessus, qui ferait accrocher le public, ça doit pas être évident.

#
Profil

Romy

le mercredi 07 juillet 2010 à 16h07

Je comprends bien moi aussi la distinction entre aimer et être amoureuse. Mais, lorsque justement vous êtes amoureux (vous tombez en amour, les débuts...), est-ce-que vous dites à votre amoureux : je suis amoureuse... ou vous vous autorisez à lui dire: je t'aime.
Est-ce important selon vous? Est-ce que dire "je t'aime" dans les débuts est si problématique, même si on explique bien ce que ça signifie?

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion