Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Solitude

#

(compte clôturé)

le jeudi 24 juin 2010 à 00h02

.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le jeudi 24 juin 2010 à 00h32

subimago

peut-être es-tu poly-célibataire (pas de relation principale) ?
ça expliquerait...

Message modifié par son auteur il y a 20 minutes.

Mon ami n'est pas mon amant, il est bien plus que ça.
Et le polyamour n'est pas seulement faite "d'une structure " : relation principale et les amants !
Je ne me considère pas comme poly-célibataire. Je ne suis pas célibataire puisque je suis avec quelqu'un !

#
Profil

PolyEric

le jeudi 24 juin 2010 à 05h38

amorgen
La pensée d'être une moitié névrosée errant dans la vie à la recherche de sa partie manquante .... (Le mythe mono le plus destructeur à mes yeux)

Présenté comme ça, c'est vrai que ça hérisse le poil.
Mais si tu enlève "névrosée" et que tu remplace "errant dans la vie à la recherche de" par "trouvant dans les autres", ça donne "être une moitié trouvant dans les autres sa partie manquante" c'est déjà plus conforme à ce que je pense.

Je veux bien admettre qu'il ne te manque rien, mais de là à me transformer en névrosé parce qu'il me manque quelque chose quand je n'ai pas ce qu'il me faut, je trouve que c'est justement ce qu'il ne faut pas faire.

Quand il fait chaud, que l'on se désydrate et que l'on a soif, le fait de chercher de l'eau est une activité de mono névrosé à tes yeux ?

Il ne faut pas confondre le fait de combler un vide psychique avec le fait de chercher à combler un manque que la nature a délibérément conçu.

Par ailleurs, j'insiste sur le fait que le "vide psychique" que le "névrosé" essaye en vain de combler, provient (il me semble) d'un refoulement de cette impression de vide. Il n'essaye donc pas de combler réellement ce vide, tourne autour, et finit par avoir le vide en permanence avec lui, qu'il soit mono ou poly .

amorgen
Une recherche d'autonomie.

Pour moi, l'autonomie parfaite est parfaitement impossible dans la solitude. J'aime bien être Robinson sur son île parfaitement autonome, si je ne suis pas seul sur mon île (bien accompagné).

amorgen
En ce qui me concerne j'ai besoin de larges plages de solitude parce que la compagnie de mes congénères génère à mes yeux plus de contraintes que de
plaisir.

Ne soyons pas caricatural, être solitaire n'empêche pas de bien choisir les quelques personnes avec qui on a des contacts.

Ca va de soit. Il faut pouvoir choisir ses congénères et même le moment de les cotoyer. Je reconnais volontiers que certains contacts soient contraignants et que l'on puisse se sentir seul dans la foule.

Je ne parlais pas de combler la solitude par de la foule ou avec n'importe qui.

amorgen
Dans quasiment toutes les traditions spirituelles de la planète, le solitaire est considéré comme un sage, il n'y a que dans le monde moderne que le solitaire est considéré comme un paria.

Je veux bien ne pas te considérer comme un paria, mais de là à constater ta sagesse...

amorgen
Il est des personnes pour qui bien vivre la société c'est bien vivre la solitude. Si on veut pinailler, on peut dire qu'en faisant le choix d'affronter la solitude tu l'a transformée en solitude choisie. :)

Oui, on peut le voir comme ça. Mais pinailler, ça serait plutôt de dire que Amorgen n'est surement pas aussi seul qu'il veut bien le faire croire.

#
Profil

PolyEric

le jeudi 24 juin 2010 à 05h51

zina
[ajout] Je me rends compte que dans la manière de faire part à l'autre de ce manque il y a encore une distinction à effectuer : Vouloir faire part tout de suite à l'autre, sur le moment, de la souffrance qu'on a, vouloir dire qu'on a mal, c'est compréhensible, parce qu'on a mal, mais ca revient à ne pas gérer la solitude - comme disait MelleChat, il y a une différence entre ne pas aimer et ne pas gérer la solitude. Attendre que l'émotion soit retombée et en parler la prochaine fois que le partenaire est disponible - du fait qu'on aimerait le voir plus souvent ou être en contact plus souvent - me semble peut être plus approprié... Mais là j'attends des réactions pour me contredire ou au contraire me dire que ca peut en effet être acceptable.[fin de l'ajout]

Si je peux me permettre, il me semble que le fait de le dire sur le coup est acceptable alors que le fait de rendre officiel ton manque ne l'est pas.

Ce qui me parait acceptable, c'est que tu exprimes une émotion sur le coup, puis ensuite que tu fasse comprendre à l'autre que tu gère, que c'est ton problème et qu'il est bien libre de faire ce qu'il veut, qu'il n'est pas là pour combler ton manque, mais là pour chercher à combler le siens (Amorgen grrrr).

Hors là, tu fait le contraire. Tu réprime tes émotions (ou tes sensations), puis tu rend officiel un truc qui ne tient pas debout : Demander à l'autre d'être là pour toi, peut-être même tenter de le culpabiliser ou de faire pression sur lui...

Renoncer à l'enfance, me parait essentiel dans ton cas. Chercher plusieurs amoureux aussi. Car le but n'est pas de vivre avec le vide mais de combler le vide (Amorgen grrrr).

Par contre, ce que tu peux dire, tout à fait officièlement c'est que tu aime bien quand l'autre est là...

Je modifie pour ajouter une remarque essentielle à mes yeux : Ca me parait très faux de considérer que gérer consiste à ne plus avoir le problème. Il me parait évident que gérer consiste à règler le problème, donc s'il n'y a pas de problème, il n'y a rien à gérer. Autrement dit, avouer que l'on a mal, ce n'est pas faire preuve de "non gestion", mais prendre conscience qu'il y a un truc à gérer. Un peu comme le courrier qui arrrive le matin dans une grosse entreprise. Le boulot se pointe, il faut le gérer. De là, à supprimer le courrier du matin...

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le jeudi 24 juin 2010 à 07h37

Bonjour,
Il y a un desir evident chez l'homme d'etre avec (de partager des choses et notamment des émotions: une possibilité vraiment chouette en fait) mais aussi un desir d'etre comme (la pression interne et externe à la conformité): et là c'est plus compliqué et ça peut se traduire par des injonctions du type: tu dois avoir une relation amoureuse ou etre en couple (meme si 2 choses différentes).
Aujourd'hui, je souffrirais d'une vie sans amour (et sans enfants) mais pas forcément (je crois) d'une vie sans couple.
Une histoire d'amour, c'est deux (ou plus) musiques, ou tempos qui par miracle et parfois pendant un temps trés limité, se mélangent bien, créant quelque chose de "positif", de nouveau et d'unique qui fait du bien et donne du plaisir.
MAIS, il y a toujours des différences de tempo, des moments d'accélération unilatéraux (ou de ralentissement), qui peuvent créer du manque, un sentiment d'esseulement.
Dans mon cas et de maniere paradoxale, en vieillissant, j'aime de plus en plus aimer et j'aime de plus en plus etre seul (peut etre meme que plus j'aime, plus j'aime la solitude; il y aurait une "solitude amoureuse" comme des "relations amoureuses").
Si je renverse la proposition (osons), ça donnerait: plus j'apprends à aimer ma solitude (j'aime bien la methode de Subimago à laquelle j'ajouterai la pratique du sport individuel et d'endurance et à son rythme), plus je peux aimer et être aimé.
Creuser sa solitude, la travailler, c'est ouvrir un territoire, un champ à son ame pour la vivifier, et à un certain niveau la rendre plus belle, plus complexe, plus riche de possibilités amoureuses, peut etre aussi plus desirable...

Tigresolitaire.

#
Profil

amorgen

le jeudi 24 juin 2010 à 08h30

Bon Eric, au final tu mélanges toujours solitude et isolement. J'ai pourtant pris les précautions d'usage en disant qu'un solitaire par choix ne recherche pas une solitude absolue...

e49
Amorgen n'est surement pas aussi seul qu'il veut bien le faire croire.

Je ne suis pas seul, j'aime la solitude. J'aime le silence aussi. Je vis seul et j'adore ça, cela ne m'empêche pas d'aimer et d'être aimé.

e49
Car le but n'est pas de vivre avec le vide mais de combler le vide (Amorgen grrrr)

Ce que j'essayais de t'expliquer c'est qu'il n'y a pas de vide.

Nietzsche
Souffrir de la solitude, mauvais signe ; je n'ai jamais souffert que de la multitude...

#
Profil

Boucledoux

le jeudi 24 juin 2010 à 10h09

amorgen

eric49
Nous ne sommes que des moitiés, faites pour l'amour

L'abomination héritée du "Banquet" et du discours d'Aristophane, tu as beau ajouter entre parenthèse un "(à plusieurs) " pour colorer ça en poly, ça reste le mythe mono le plus destructeur à mes yeux. La pensée d'être une moitié

Yeap, absolument d'accord avec Amorgen et pourtant je ne suis ni misanthrope, ni ermite, ni nietzschéen.

Non seulement c'est un mythe mono, mais c'est en plus ce qui fonde le mythe de "l'amour toujours, éternel etc..." et également celui de la complémentarité des sexes (à chacun sa chacune, deux moitiés différentes et complémentaires) et de l'hétérosexualité obligatoire.

Je veux être un individu libre qui entre en relation (amoureuses, sexuelles, ou pas) libre avec d'autres individu-e-s autonomes et complets qui m'apportent bien plus de richesse que s'ils étaient des moitiés de moi même (ou en version poly, des tiers, des quarts, des 10% ?)

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

PolyEric

le vendredi 25 juin 2010 à 07h56

Amorgen : ok, je vois
Boucledoux : ça fait toujours plaisir de te lire, même avec un contenu que je ne partage pas de trop.

#

(compte clôturé)

le vendredi 25 juin 2010 à 11h31

La multitude peut etre une souffrance si tu ne sait pas la gerer!
Apres ca devient un plaisir avec une dose d'organisation
et par dessus tout au risque de me repeter
une sacree dose de gratuité.
C'est comme une salade: la salade est la et tu y rajoute ta sauce a toi.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Romy

le vendredi 25 juin 2010 à 17h12

J'adore être seule, et je n'ai aucun problème à faire des trucs seule (ciné, resto, bar etc.).
Par contre, je crois que je n'aimerais pas être célibataire, c'est-à-dire, vivre seule au quotidien, sans projet de vie avec un autre. J'imagine que la famille est quelque chose de très important pour moi, les enfants et le papa qui vient avec. Ça, j'avoue que si je n'avais pas ça dans ma vie, je serais probablement malheureuse. Ce qui ne m'empêche pas d'être assez solitaire et d'adorer les moments de solitude, même prolongés. Et d'adorer être en présence des autres personnes (amoureux, amis etc.) qui me sont chers. À mon sens, c'est le meilleur des trois mondes. :-)

#

(compte clôturé)

le samedi 26 juin 2010 à 10h09

Etre seule parfois ne veut pas dire etre seule tout le temps .
Il y a une sacrée nuance.
Je suis seule parfois dans ma vie
Je ne suis jamais seule dans ma tete.
Et puis etre seule te donne du temps pour faire ce que tu ne peut pas faire en etant plusieurs.
S'occuper de soi fait du bien.
De son corps de son ame.
Célibataire c'est horrible ,surtout qu'on a tous quelque chose a donner meme si on est vieille grosse et moche.
Suffit d' amorcer le voyage pour voir que sur la route il y a du monde;

#

(compte clôturé)

le samedi 26 juin 2010 à 14h19

Ma solitude c'est pour l'instant ma façon à moi d'affirmer mon autonomie et donc moi-même.
C'est pour ça que je n'envisage pas de vie quotidienne "à deux".
J'apprends enfin à décider, à faire, à découvrir, à projeter, "SEULE".
Les amours "multiples" font partie de ces projets et découvertes.
Tout ça ça va bien ensemble.
Et pour l'organisation, c'est plus facile.

#

(compte clôturé)

le samedi 26 juin 2010 à 20h35

.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 26 juin 2010 à 21h02

Boucledoux
Yeap, absolument d'accord avec Amorgen et pourtant je ne suis ni misanthrope, ni ermite, ni nietzschéen. Non seulement c'est un mythe mono, mais c'est en plus ce qui fonde le mythe de "l'amour toujours, éternel etc..." et également celui de la complémentarité des sexes (à chacun sa chacune, deux moitiés différentes et complémentaires) et de l'hétérosexualité obligatoire. Je veux être un individu libre qui entre en relation (amoureuses, sexuelles, ou pas) libre avec d'autres individu-e-s autonomes et complets qui m'apportent bien plus de richesse que s'ils étaient des moitiés de moi même (ou en version poly, des tiers, des quarts, des 10% ?)

(+)

désolée éric... :-/

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

PolyEric

le dimanche 27 juin 2010 à 22h26

J'ai bien remarqué que seule une personne qui s'exprime sur ce site, partage avec moi (surement sans le savoir) la chose la plus importante qui soit à mes yeux. <3

Elle vous expliquerait surement mieux que moi ce que je veux vous dire, mais ça ne changerait rien à votre statut de célibataire autonome qui fait de temps en temps ses courses. :-)

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le lundi 28 juin 2010 à 03h29

.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

PolyEric

le lundi 28 juin 2010 à 15h07

J'ai modifié pour dire "célibataire autonome" au lieu de dire "ménagère autonome, c'est plus clair.

Là, on est partit dans une très longue discussion qui risque bien de ne pas aboutir

Comme vous le savez, je suis poly et même pratiquant.

Mais je ne vois pas l'intérêt de nier le fait que les êtres humains (les mammifères en général) sont incomplets et que la nature a fait en sorte qu'ils ressentent un manque ainsi que certaines attirances qui agissent conjointement et qui les poussent à la sociabilité. D'après moi, les êtres humains ont même rejeté toute forme d'autonomie pour ne vivre que de sociabilité. Un être humain seul et sans moyen artificiel, posé dans la nature à poil, ne survit pas, ce qui est quand-même rare dans le monde animal.

Avant de continuer, il faudrait déjà enlever de votre tête l'idée que je suis plus stéréotypé que vous parce que ça ne me semble pas vrai. Ensuite, on pourra peut-être discuter.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le lundi 28 juin 2010 à 15h27

Qui n'a pas de stereotypes tout cuits?
La société nous en im.pose depuis la naissance
ils sont la bien encrés.
Aprés c'est avec un gros travail sur soit qu'on les fait sauter ou pas.
Mais comme ils sont bien encrés c'est d'autant plus dur de les oter.
Ca vas venir.
Comme disait encore mon pére:
Si toi tu y arrives n'importe quel con peut y arriver.

#

(compte clôturé)

le lundi 28 juin 2010 à 18h39

.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

PolyEric

le lundi 28 juin 2010 à 20h21

Je n'ai pas tout lu, mais déjà je peux dire que je ne parlais pas de moi dans mon entier, mais de ce point de vue là en particulier. Je maintiens que mon point de vue sur ce sujet n'est pas stéréotypés. Vous (toi et quelques autres) avez du mal à comprendre mon point de vue, peut-être que je l'explique mal, et que j'aurai du mal à faire passer le message, mais j'essaye, on ne sait jamais ce qui peut arriver.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion