Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comment en parler à son conjoint ?

Besoin d'aide
#

BillieC (invité)

le jeudi 02 septembre 2021 à 12h11

Bonjour,

Je vous écris car j'ai - très sûrement - besoin de conseils. Mais aussi car je n'ai personne à qui parler au sujet de ma situation.

Je suis en couple libertin depuis de nombreuses années. Très heureuse dans mon couple, mon conjoint également. Le tableau est idyllique :)

Il y a de cela plusieurs mois, j'ai demandé un changement de nos règles pour ce qui est de notre façon de vivre le libertinage : j'ai demandé à avoir un amant régulier pour explorer des envies que mon conjoint ne peut/ne veut pas combler. Et ainsi, éviter qu'il se sente forcé à faire des choses qu'il ne souhaite pas faire. De mon côté, je ne souhaitais pas développer de frustration sexuelle alors que tout allait bien.

J'ai donc fait la connaissance de mon amant, et ce qui était une relation entièrement basée sur le sexe est devenue une relation amoureuse.

Longtemps, j'ai pensé que si on aime un homme, et qu'on vient à en aimer un autre, alors on n'aime plus le "premier". Et je me rends compte que mon amour pour mon conjoint n'est absolument pas affecté par l'amour que j'ai pour mon "amant". Que finalement, l'amour est une ressource qui n'est pas limitée.

Seulement, bien que j'ai évoqué auprès de mon conjoint un "attachement certain" pour mon amant, je n'arrive pas à lui dire davantage. J'ai peur qu'il se sente blessé, ou pire, trahi... Mais en même temps ça me fait du mal de cacher la vérité alors même que je n'ai jamais caché des choses ou menti à mon conjoint. Comment amener le sujet ? Dois-je temporiser ?

Mon "amant" quant à lui est bien sûr au courant de tout (forcément), et surtout, il est conscient de la place qu'il a et du fait que ma priorité est et restera mon conjoint. Tout simplement car il partage ma vie, mon quotidien depuis des années, qu'il est mon pilier et le premier amour de ma vie. Bref, de ce côté là, tout semble simple.

En résumé, j'aimerais trouver le moyen d'avoir une transparence totale avec mon conjoint, sans qu'il doute de l'amour que j'ai pour lui. Et ça me semble extrêmement délicat... Je ne veux mettre aucune de mes relations en péril, et ne blesser personne... Et j'ai l'impression que c'est inévitable.

#
Profil

bonheur

le jeudi 02 septembre 2021 à 14h50

Bonjour BillieC,

Inévitable ? Cela me parait souvent le cas, lors d'une transition, qu'elle soit de type mono-mono à mono-poly ou de type libertin-libertin à libertin-poly.

Lorsque l'on fait l'amour, l'organisme sécrète l'hormone dite de l'attachement. C'est prouvé scientifiquement. Donc, c'est logique qu'ayant eu des rapports sexuels (surtout s'ils sont intenses) avec un même homme régulièrement, vous soyez tomber amoureux. C'est humain. Concevoir tout de même que si vous avez renouvelés l'acte, c'est qu'il y avait quelque chose entre vous, de toute façon.

Amener le sujet ? C'est rare que ce soit facile et il faut du courage. C'est rare aussi que la transition se fasse sans chamboulement. Autrement dit, votre couple est-il solide pour faire face. Temporiser ? Je suppose que tout dépend de la capacité de digestion de ton conjoint. Adapté la communication à la situation et à sa personnalité. Des doutes, il en aura certainement. De l'insécurité, du désarroi, de l'incompréhension, des remises en question. Il se demandera qu'est-ce qui cloche chez lui.

Sans doute lui faire justement part de cette évidence : l'amour n'est pas une ressource limitée. Trop souvent l'amour est comparé à un gâteau. Si tu offres une part, tu amputes le gâteau. Autrement dit tu enlèves à l'un pour offrir à l'autre. Certains poly indiquent qu'ils ont plusieurs enfants et que chaque enfant est aimé. On peut faire l'analogie, sauf qu'elle ne me convient pas. Mon optique est que l'amour, la capacité à aimer (affective, j'élimine le sexe de l'équation) est comme l'Univers : vaste, non figé, à découvrir, et surtout en expansion. Les astres, petits et grands, s'attirent, se repoussent, ont des cycles, etc. Autrement dit, on ne peut pas dépendre indéfiniment d'une seule attraction. La monogamie fait que l'on ne regarde pas son environnement, on ne l'observe pas, on ne lui accorde que peu d'intérêts. On s'enferme. Alors si un jour, on se surprend à lever les yeux au ciel et que le spectacle nous chamboule... Il sera difficile de se mettre de nouveau des œillères ou de ne plus jamais lever les yeux. Le monde est merveilleux de part sa diversité, l'humain ne fait pas exception.

Pour moi, la transparence passe par le partage de ces merveilles que je découvre. Aussi, ce que je ressens, ce à quoi j'aspire... Je garde souvent mon imaginaire fertile pour moi, ou l'indique lorsque la réalité rejoint ou dépasse la fiction.

Le polyamour, c'est je dirais l'art de la communication et de la conciliation. Mettre en péril est légitime, puisque l'on se débarrasse d'idées toutes faites (ce que tu commences à faire) pour vivre suivant ton bonheur. Ne blesser personne ? Ce serait surprenant.

Le libertinage vous avait-il rapproché ? Le polyamour, une fois la tempête apaisée, peut rapprocher. La difficulté : le libertinage fut une décision je suppose commune. La polyamour est une décision unilatérale dans ta situation. C'est le cas plus souvent qu'imaginé.

Pour t'enrichir et avoir une visibilité, tu peux lire, enfin vous pourriez lire tous les trois. Je propose trois ouvrages qui m'ont aidé, et mon chéri de vie également. Ils sont du même auteur Yves-Alexandre Thalmann
- vertus du polyamour
- les 10 plus gros mensonges sur l'amour et la vie de couple
- garder intact le plaisir d'être ensemble.
Je trouve que ça se complète et répond aux attentes, questionnements. Les deux dernières références ne sont pas liées au polyamour.

#

BillieC (invité)

le vendredi 03 septembre 2021 à 10h14

Merci pour ta réponse bonheur !

Le libertinage était en effet une décision commune. Je dirais même qu'il n'y a pas eu de "décision" à proprement parler car nous l'étions tous les deux au moment de notre rencontre, donc c'était une évidence.

Mais du fait que ça a toujours été ainsi, je ne peux pas dire que ça nous a rapproché ou non. Ca fait plus de 10 ans que nous sommes ensemble, et nous avons rencontré au fur et à mesure de ces années un certain nombre de personne. Jamais, je n'ai eu de sentiments pour d'autres hommes que mon conjoint. Et j'étais intimement persuadée que ça n'arriverait jamais. Ca me tombe dessus et je découvre une situation nouvelle à laquelle je dois moi même m'adapter avant même de faire en sorte que mon couple s'y adapte.

Notre couple est solide, c'est une certitude : on a toujours été l'un pour l'autre un soutien sans faille dans les moments difficiles que ce soit d'ordre familial, professionnel... Quand l'un flanche, l'autre est toujours là pour le tirer vers le haut. Nous ne nous sommes jamais disputés, grâce à notre capacité à toujours communiquer de façon claire et calme.

D'ailleurs, c'est parce que nous ne nous sommes jamais disputés que j'appréhende de lui parler de mes sentiments pour mon "amant". Pour certains couples, les disputes font presque partie de leur fonctionnement. Pour nous, c'est l'inconnu et ça me fait peur !

En disant que j'ai un "attachement certain" pour mon "amant", j'ai pris un peu la température on va dire. Mon conjoint m'a dit qu'il comprend et que c'est normal... Peut-être devrais-je en dire un peu plus à chaque fois... Ca ferait moins l'effet d'une bombe. Mais ça veut dire qu'en attendant, je divulgue certaines informations, et ça me met dans une position inconfortable...

Une chose que je n'ai pas dite, mon "amant" m'a dit à plusieurs reprises que même si ce serait dur pour lui, à tout moment s'il provoque des problèmes dans mon couple, il est prêt à accepter la fin de notre relation. Je n'arrive même pas à concevoir que ça puisse arriver, je serais très triste si ça devait être le cas. Mais j'apprécie qu'il fasse tout pour ne pas me mettre de pression.

Je vais me pencher sur les lectures que tu m'as conseillé, et ça tombe bien, j'aime beaucoup lire :)

Belle journée à toi et à ceux qui me liront

#
Profil

bonheur

le samedi 04 septembre 2021 à 11h34

Pour commencer, puisque tu aimes lire BillieC, un lien sur un autre fil de discussion de ce forum.

/discussion/-bRf-/-Livre-elaboration-d-une-Bibliog...

"Ca me tombe dessus" : je crois que c'est cet aspect qu'il faut mettre en avant.

Autrement, ce que je peux te dire, c'est qu'y allé lentement c'est bien, surtout si tu ne désires pas de confrontations. En revanche, il faut faire attention à un point. De ton côté, tu matures intérieurement tout ceci. Tu es venu ici, tu vas lire... Ton amoureux (pour moi l'amant est celui qui sort du placard, donc le mot ne convient pas) évolue aussi intérieurement par rapport à la situation. Et plus tu attendras, plus il y aura un décalage avec la perception de ton chéri. Mon optique dans ces cas-là est plutôt "le plus rapidement est le mieux". Il faut expliquer tes constats, tes ressentis, ce fait justement que c'est la première fois que ça arrive et que tu ne l'envisageais pas. Ce n'est pas à l'origine "réfléchi" comme ça.

Ce que tu dis ici est vraiment intéressant. Eventuellement, fais lire ce fil de discussion à ton chéri. Et puis, il découvrira ta démarche. Ce n'est évidemment qu'une suggestion, une idée. Et si il lit ici, "bonjour" Monsieur le chéri de BillieC :-D

#
Profil

Aki

le mercredi 08 septembre 2021 à 10h17

As-tu dis à ton compagnon combien tu l'aimais et que cet amour pour lui n'était en rien impacté par les sentiments, différents et uniques, que tu ressens pour ton "amant" ?

Tu as raison : l'Amour n'est pas limité et prend plein de formes variées, ça n'est pas un unique "gâteau" à partager mais un jardin immense empli de milliers de mets délicieux ! :D

On devrait d'ailleurs cesser de mettre le mot "amour" au singulier, comme si c'était une chose monolithique et identique pour tous et avec chaque relation.

#
Profil

bonheur

le mercredi 08 septembre 2021 à 12h01

@Aki : j'adore la métaphore du jardin empli de mets délicieux (+)

C'est vrai aussi, que amour au singulier :-/ Je crois qu'il faudrait, à l'instar de l'écriture inclusive, écrire "amour.s". Comme ça, chacun.e s'y retrouve.

#

BillieC (invité)

le lundi 22 novembre 2021 à 23h55

Bonsoir,

Je reviens vers vous - égoïstement - car j'ai besoin de parler et que je n'ai personne à qui le faire...

Je n'ai toujours pas réussi à parler franchement à mon conjoint. Pour lui, ma relation avec mon autre "chéri" est donc toujours uniquement physique (bon après ce n'est pas un idiot et il me connait bien, donc j'imagine qu'il se doute bien qu'il se passe autre chose)

J'ai tenté des allusions du type "je l'aime beaucoup", "On a parlé de tel ou tel sujet -non sexuel-", il semble l'avoir ni bien ni mal pris. Donc je continue d'en dire à chaque fois un peu plus quand on évoque le sujet.

L'ennui, c'est qu'en ce moment notre vie sexuelle est au point mort avec mon conjoint, je dirais depuis 2 mois environ. Ce n'est pas grave dans l'absolu. Ce sont des périodes qui arrivent à tous (beaucoup de travail, de choses à gérer...). Par conséquent, je ne me sens pas à l'aise avec l'idée de lui demander l'autorisation de voir mon autre chéri alors qu'on est dans une période stressante pour nous (surtout pour lui) et dépourvue d'intimité.

Je n'ai donc pas vu mon second chéri depuis un moment, il me manque terriblement.

Entre ça, et le manque d'attention actuel de mon conjoint, je me sens triste en ce moment, et ce soir encore davantage car je l'exprime.

Je cache déjà mes sentiments à l'égard de mon second chéri à mon conjoint, je refuse d'ajouter des mensonges et d'aller le voir "en cachette". Je culpabilise déjà bien assez...

Je sais qu'à part un peu de temps, il n'y a pas de solution miracle. J'avais juste besoin d'en parler comme je le disais (je pleure comme une madeleine à vrai dire, mais je crois que ça me fait du bien !)

Au moins une chose est quand même appréciable, c'est que mon second chéri ne me met aucune pression. Il a bien sûr très envie de me voir (il m'a même fait une très belle déclaration à laquelle je ne m'attendais pas) mais comprend ma situation et se montre patient. Une chance qu'avec lui j'ai toujours été transparente (en même temps c'était forcément plus simple avec lui) Il sait que ma priorité sera toujours d'assurer la stabilité et le bonheur dans le couple que je forme avec mon conjoint.

Voilà où j'en suis, je me met au second plan et je soutiens mon conjoint qui en a besoin en ce moment.

Faire le choix de la raison, même temporairement, je ne penserais pas que ça me mettrait dans un tel état.

Je suis impatiente que tout rentre dans l'ordre et que les choses reprennent comme avant, que mon conjoint puisse m'accorder du temps, ne plus le voir stressé... ça me manque

ça en fait des choses qui me manquent...

#
Profil

08ynoN

le mardi 23 novembre 2021 à 11h51

@BillieC :
Je découvre ton histoire aujourd'hui.
Je trouve vraiment bien qu'actuellement, tu mettes tes envies et ce que tu penses pour prendre soin de ton conjoint. J'ai dû parler à ma femme de ma vision de l'amour et du fait que j'avais envie d'ouvrir notre couple, il y a quelques mois maintenant. Sur le coup, elle a eu beaucoup de mal à digérer (c'est une monogame exclusive), pour elle il était impossible d'aimer une autre personne et un amour en remplace forcément un autre.
Actuellement, mon couple n'est toujours pas ouvert, il y a des jours où je prend sur moi mon mal être mais au moins les choses sont dites et ma femme comprend maintenant ma vision, elle s'est rendu compte avec le temps que mon amour était toujours très fort envers elle.

Je vais essayé de te conseiller, peut-être qu'une fois cette période fade passée, tu pourrais demander à ton conjoint une discussion. Et le tout est de lui parler comme tu le fais ici, lui dire que tu l'aimes, que tu as peur de la dispute, lui dire aussi depuis combien de temps tu as commencé à ressentir de l'amour pour ton amant. Si tu es bienveillante comme on peut le lire, je pense que ton conjoint comprendra, peut-être pas sur le coup. Je me dis que vous êtes libertins et même si c'est depuis le début, cela démontre une ouverture d'esprit de votre part, je ne dis pas que c'est plus facile mais contrairement à ma femme jalouse, monogame radicale il y a une belle marge de compréhension.

En attendant, je te souhaite beaucoup de courage dans cette période, c'est ce type de période qui t'aideras à profiter encore plus quand tout s'éclaircira.

#

BillieC (invité)

le mercredi 12 janvier 2022 à 11h23

Bonjour,

Navrée de ne jamais répondre de suite, mais c'est difficile émotionnellement d'en parler. Mais je lis chacune de vos réponses et en tient compte...

être libertins peut laisser penser que parler du polyamour dans le couple sera plus aisé, mais malheureusement il n'en est rien...
Justement car dans le concept même du libertinage on "compartimente" le sexe et les sentiments (comme dans le polyamour mais dans l'autre sens :-P ) et que - par définition - les sentiments n'ont rien à faire là...
Donc, si je viens à parler de mes sentiments, c'est un peu comme si je disais que j'ai "rompu le contrat" en place.

Si je pouvais choisir, si je pouvais contrôler... il n'y aurait jamais eu de sentiments, mais ils sont bien là et ils sont forts.

Pour rendre les derniers événements plus simples, je vais dire "L" pour mon conjoint et "D" pour l'autre homme que j'aime.

Bref, lors d'une rencontre libertine justement... Nous étions donc à 4 en train de discuter et à un moment mon conjoint a évoqué ma relation avec D. En disant que ça m'épanouit beaucoup etc.
Puis, il a dit clairement "c'est son amant régulier, on n'est pas du tout dans des délires de polyamour etc". J'ai senti que c'était pour me faire passer le message.
Et le message est bien reçu... J'ai du faire un effort incroyable pour rester impassible sur le moment. Mais c'est dur, très dur...

Donc pour L, D est pour moi un amant, un ami, un confident mais surtout pas un amoureux.

Je me suis enfermée - par lâcheté me direz-vous - dans un mensonge. Mon premier mensonge envers L. Et je n'arrive pas à en sortir.

Je n'arrive pas à en sortir car j'ai peur que L me demande de choisir. Et je le choisirais lui si ça devait arriver, mais j'aurais une souffrance bien plus forte encore que celle de porter mon "fardeau" actuel.

D m'a toujours dit que si un jour notre relation devait avoir des répercussions négatives sur mon couple avec L, il s'effacerait - non sans douleur - mais il le ferait, car il sait dans quoi il s'est engagé...

Pour ma part, sûrement que je veux le beurre et l'argent du beurre... Mais encore une fois, ça m'est tombé dessus... Mais maintenant que j'ai ces deux relations, je ne vois pas comment revenir à une seule.

L m'apporte depuis 10 ans, tout ce qu'on peut attendre de l'amour et même plus... Il est l'homme de ma vie, mon pilier, le seul avec qui je souhaite partager mon quotidien. (avant lui, je vivais seule et ne souhaitait pas vivre en couple, on a attendu 5 ans de relation pour emménager ensemble, pour moi c'est exceptionnel... Et je ne verrais personne d'autre que lui à cette place là). Et au delà de l'amour, on se dit toujours qu'on est aussi les meilleurs amis (ça peut paraître bizarre !) mais on se comprend, on communique, on s'écoute, toutes les décisions sont communes... On se tire l'un et l'autre vers le haut, on se soutient dans tous nos projets, aussi fous soient ils...
C'est difficile de mettre des mots, mais lui et moi c'est une évidence, et mon amour pour lui est inconditionnel (aussi fort que cela puisse paraître).

D quant à lui m'apporte d'autres choses, ou en tous cas d'une autre façon. Contrairement à L, il n'est pas mon genre d'homme physiquement. Mais je ne voulais pas (à l'époque où je cherchais un homme pour une relation libertine) d'un homme qui ressemble à L.
Nous avons, évidemment, une osmose dans nos relations sexuelles qui est au delà de ce que je pensais possible. Et, il est vrai que la relation est énormément basée sur ça.
Il a aussi un instinct très protecteur avec moi, que j'apprécie beaucoup. Et il me porte énormément d'attention, même à distance. Il a aussi un côté câlin et tactile qui est agréable. Je ne sais plus si je l'ai dit, mais ça va bientôt faire un an que nous nous connaissons.

Ils ont en commun d'être tous les deux très cultivés, ils ont de la discussion et de bonnes manières (ce qui englobe beaucoup de choses à mon sens).

Bref, d'un côté il y a du vécu, des projets, un amour inconditionnel. De l'autre il y a un côté plus tactile, physique et "protecteur" (par protecteur, pour donner un exemple, je suis amenée parfois à m'éloigner de chez moi pour plusieurs jours... il va me dire que s'il arrive quoi que ce soit je peux l'appeler à toute heure et qu'il sera toujours disponible pour moi... En fait c'est le cas aussi pour L, mais il ne le verbalise pas).

Quoi qu'il en soit, j'ai grâce à eux un parfait équilibre... Enfin, parfait si je n'avais pas à me cacher de mes sentiments auprès de L...

Je culpabilise beaucoup, je pensais bien avancer et me sentais me rapprocher du moment de la révélation... Mais cette phrase qu'a dit L "nous ne sommes pas du tout dans le délire polyamour", ça m'a mis un stop très net.

Je sais pertinemment que la bonne solution c'est d'en finir avec ma relation avec D... Mais ce serait presque comme renier une partie de moi...

et en même temps, cacher les choses, ça ne peut pas marcher sur le long terme...

Parfois, j'aimerais que L me pose directement la question, pour que je puisse lui dire la vérité. Mais de moi même, je n'y arrive pas.

Je suis consciente de la situation dans laquelle je suis mais je n'arrive pas à agir. Pour la première fois de ma vie, je n'y arrive pas, je suis tiraillée par mes émotions qui ont pris le dessus sur ma raison.

#

Galateia (invité)

le mercredi 12 janvier 2022 à 12h33

Salut @BillieC,

Tu as l'air de vivre une période pas facile. Chapeau en tout cas d'avoir le courage d'accueillir tes sentiments comme ils sont.

Est-ce que passer par l'écrit serait envisageable ?
Écrire une longue lettre à ton mari en lui expliquant ce que tu nous dis ici, en réaction à ce qu'il a dit (d'ailleurs il ne sait peut-être pas trop en quoi consiste le polyamour) ?

Tu écris que "la bonne solution c'est dans finir avec [t]a relation avec D", mais ça m'a plutôt d'être la solution que tu imagines la meilleure pour ton mari, non ? :S

Cela peut valoir le coup que tu poses quels sont tes besoins, pour ne pas les perdre de vue et aborder sereienement les discussions avec ton mari (lesquelles ne sont pas forcées de dégénérer en dispute, hein !).

J'aime bien le "Difficult conversations formula" dont il est question sur ce blog : https://hypatiafromspace.com/comment-aborder-une-c...

Bon courage !

#
Profil

Lili-Lutine

le mercredi 12 janvier 2022 à 13h02

Bonjour BillieC, pour moi il me semble que tu es dans un conflit de loyauté avec L. Ce qui engendre toujours de la culpabilité, ce truc coincé en soi, que l’on n’aime pas, qui nous mésestime, freine nos confiances et nos confidences....
Ce qui met en jeu tellement d’enjeux aussi !
Toutes nos croyances sur ce qui est bien ou mal à faire, à penser, à dire, à taire !

C’est une situation qui peut changer doucement, si tu tentes, petit à petit, à ton rythme, de regarder et de penser autrement ce que tu vis, avec qui tu le vis et pourquoi tu le vis ainsi.

L. est ton meilleur ami, ton amant par période, et ton compagnon de vie, et pour autant tu ne lui dois pas tout, n’importe comment, n’importe où.

D. vit cette situation très bien d’après ce que j’ai compris, et pour toi et D, c’est facile, évident d’échanger des mots amoureux.
D. tu le connais depuis seulement un an, vous partagez beaucoup ensemble de vos ressentis et sur plusieurs plans, c’est évident.
Pour autant tu ne vis pas avec lui, tu ne le vois pas tous les jours, tu ne connais peut-être pas encore son entourage proche ? Sa famille ? Ses ex ?
Partager un peu de quotidien, vivre au-delà de 24h chez lui, rencontrer et recevoir ses ami·e·s, sa famille, ses collègues etc..
Ça ouvre forcément une bien meilleure connaissance à cet autre qui nous fait tant d’effet !
Surtout ça permet de relativiser notre capacité d'être amoureuse en permanence de cet autre et de toustes nos autres :-D

A partir de là, pour moi, ce que tu ressens c’est, je dis bien pour moi, + de l’exaltation, celle des débuts avec une personne avec qui il y a peu d’enjeu (comme une vie commune, un appart, une vie sociale affichée et assumée publiquement mono, enfants, budgets etc etc ) et L. semble le comprendre et l’accepter vu ce que tu écris là : « à un moment mon conjoint a évoqué ma relation avec D. en disant que ça m'épanouit beaucoup etc.Puis, il a dit clairement "c'est son amant régulier »

J’ai plusieurs relations, et mes sentiments pour chacune de ces personnes fluctuent régulièrement.
J’ai appris (pas facile de déconstruire cela) de ne plu éprouver de culpabilité quand en moi, par moment, je me sens + ou moins proche de l’une ou de l’autre de mes relations (ou + ou moins amoureuse et/ou + ou moins emballée sexuellement).

Je parle de mes sentiments à la personne concernée si j'ai vérifié avant que cela lui était possible, et aux autres je ne suis plu dans les détails à tout va parce que là aussi j'ai vérifié avant ce qui était possible.
Et faut le vérifier souvent !
Là aussi, ça va et vient nos capacités a pouvoir tout entendre, tout savoir...

Certaines de mes relations en souffriraient trop. Tout le monde sait, sans aucun doute, que j’aime beaucoup être avec les autres aussi.
Et j’essaye que chacune ait avec moi une relation unique, toute particulière, un petit bout, ou coin de jardin secret, rien qu’à nous.

Peu de nos relations sont en capacité de tout entendre,elles peuvent très vite l’interpréter comme si nous les aimions moins.
Les aimer + ça chagrine moins de monde :-D

Il y a beaucoup de supports (livres, internet) pour nous aider a relationner avec d’autres sans nous perdre, sans les perdre, en prenant grand soin chacun·e de nos précieuses altérités.

On ne pourra jamais tout dire, ni à ses ami·e·s, ni à ses amoureuxses !

Ni à personne d’ailleurs, c’est impossible.
C’est pour moi une dangereuse utopie (car possiblement-souvent-manipulatoire).
Avec quelques personnes, parfois, ça peut nous sembler possible.

On a toustes un chemin de vie différent, des traumas, des doutes, des croyances etc etc Nous avançons dans nos vie chacun•e comme on peut, à notre rythme.

Et si aimer ça passait aussi, et d’abord, par prendre grand soin des gens qu’on aime ?
De ne leur dire que ce dont elles sont, là de suite, en capacité d’entendre, d’accepter, de supporter ?

Plu bas des liens qui me sont venu à l’esprit dès que je t’ai lu, et qui à une époque, m’ont bien remise à l’endroit, ou fait revenir sur terre :-D :-D :-D :-D

Tu peux peut-être y piocher des trucs intéressants ?

Soutien <3

https://www.youtube.com/watch?v=9fxo9YJhnG8

https://www.youtube.com/c/LOVS_DOCU

https://nonmonogamie.com/

Message modifié par son auteur il y a 4 mois.

#
Profil

Lili-Lutine

le mercredi 12 janvier 2022 à 13h46

Aki


On devrait d'ailleurs cesser de mettre le mot "amour" au singulier, comme si c'était une chose monolithique et identique pour tous et avec chaque relation.

Amour à conjuguer au feminin quand il est au plurielle, cependant peu de gens aiment les amours plurielles :-) :-)

Message modifié par son auteur il y a 4 mois.

#

BillieC (invité)

le mercredi 12 janvier 2022 à 23h07

@Galateia
Merci pour ta réponse ! Pour l'écrit, je ne pense pas que ce soit une solution. Si je suis amenée à devoir parler à mon conjoint plus en détail de ma relation avec D, je préfère que ce soit à l'oral. Comme nous l'avons toujours fait quand il y a besoin de faire le point sur des sujets importants. J'ai juste peur qu'il ait une réaction radicale et me demande de choisir, alors je repousse le moment...
Je pense qu'il sait en quoi consiste le polyamour, mais qu'il rejette l'idée... Nous sommes très fusionnels et je pense qu'il voit ça comme un "danger". Alors que dans les faits, je suis déjà amoureuse de D et que je ne délaisse pas L pour autant. Je dirais même que ma "culpabilité" m'amène à prendre encore plus soin de lui qu'avant.

Pourtant, il accepte que D soit mon ami, mon amant... Il accepte mon attachement (dont je lui ai fait part, histoire d'être dans un "demi mensonge", ça m'avait aussi permis de voir déjà sa réaction à cette révélation)

Et en effet, quand je dit que je sais que la solution serait de mettre un terme à la relation avec D, c'est évidemment la meilleure solution pour mon mari... Pour ma part, ça me ferait beaucoup souffrir... Je le sais car rien que d'y penser je me sens mal.

Quels sont mes besoins ?
Bonne question, je n'ai pas de besoins autres que ceux qui sont déjà comblés grâce à L et D...
Peut-être que je me sens mal car d'habitude je me confie sur tous les sujets à L, et que pour une fois je doit trouver un autre confident pour cette situation... Et c'est déstabilisant. En fait j'ai besoin de me confier à L, mais il n'est pas prêt à entendre ce que j'ai à dire...

Dans l'absolu, je ne compte pas tirer partie de cette révélation si elle se fait. Je ne souhaite pas qu'il me laisse plus de "libertés" avec D, ou obtenir sa bénédiction pour quoi que ce soit. J'ai toujours respecter les limites en termes de temps des rdv, de leurs fréquences, je ne contacte pas D en présence de L (je veux dire par là que je ne reste pas scotchée au téléphone alors que j'ai des moments à partager avec mon conjoint). bref, je ne veux pas que quoi que ce soit change. J'aimerais juste qu'il sache que D a de l'importance pour moi, sans être pour autant une "menace". (ce qu'il sait d'une certaine façon mais pas à 100%)

Et oui, j'ai une réelle phobie des conflits et des disputes (je me demande si ça a un nom ?) et ce depuis toujours... Je fait toujours tout pour éviter que ça arrive, quelque soit le contexte, les personnes impliquées... Et dans cette situation précise, ce n'est pas évident...

#

BillieC (invité)

le mercredi 12 janvier 2022 à 23h53

@Lili-Lutine
Déjà tu as bien cerné ce qui me "tourmente", c'est bien un conflit de loyauté avec L.

Et c'est "dur" de lire que je ne dois pas tout à L, car effectivement, de par notre vécu, c'est quelque chose qui est ancré en moi. Il a littéralement changé ma vie dans le sens le plus positif qu'on puisse donner à cette expression. Pour la faire courte, j'étais une personne victime, dans ma famille, d'une personne perverse narcissique, qui m'a fait perdre toute estime de moi, m'a fait sombrer dans la dépression. Et grâce à L (et à moi même qui a fait un énorme travail sur moi :P ) je me suis métamorphosée au fil des années pour être celle que je suis aujourd'hui. Et je ne remercierais jamais assez L de partager ma vie, mon quotidien, de croire en moi et de contribuer autant à mon épanouissement. Je l'aime... Je ne pensais pas qu'il était possible d'aimer autant une personne avant lui

Pour D : Non je ne connais pas son entourage et ne le souhaite pas d'ailleurs. Il me parle beaucoup de ces proches, de son enfant, et ça me suffit. Et pour ses relations passées, je me dit que c'est le passé et que d'une certaine manière, ça ne me regarde pas (il en est de même pour L sur ce point d'ailleurs, même après 10 ans !).
Je sais aussi que le quotidien avec lui ne serait pas possible pour moi : nous sommes trop différents (que ce soit nos cultures, nos passions, notre façon de vivre... presque tout nous oppose)
Je l'aime pour ce qu'il est quand il est avec moi. Nos discussions sont riches, toujours intéressantes. Son côté protecteur m'apaise beaucoup. Et je n'ai aucune gène avec lui, que ce soit sur mon physique mais aussi sur mes émotions, mon comportement, mes paroles... Il me dit toujours "je ne te jugerais pas ; "je ne te repousserais pas" (et c'est réellement le cas) et ça aussi ça m'apaise. En fait, le temps que je passe avec lui, sont des moments de lâcher prise que je m'accorde trop peu souvent.

Tout ça pour dire que je suis d'accord sur ton constat de l'exaltation du début d'une relation. Relation dont je ne prends que le meilleur (et inversement)

Comme ensuite tu parles de sentiments. D et moi nous sommes avoués nos sentiment le week-end passé, de façon très spontanée. C'est "sorti tout seul" comme on dit... Mais c'est plaisant de savoir que les ressentis sont partagés.

Peut-être qu'en effet, il est suffisant pour L de savoir tout ce qu'il sait déjà, d'autant qu'il en sait énormément. Peut être que "mieux c'est l'ennemi de bien"... Au final, il sait que D est important, et que je suis encore plus épanouie depuis qu'il est dans ma vie.

Peut-être qu'il suffit juste que je continue comme je le fait déjà, de continuer de prendre soin de L et de D. Car eux, se sentent bien actuellement... En fait je suis la seule à me mettre dans tous mes états actuellement.

J'ai regardé les liens, et la vidéo du couple libertin m'a fait sourire, je croirais nous entendre :)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion