Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Besoin de conseil

Besoin d'aide
#
Profil

Mary29

le samedi 08 février 2020 à 00h09

Bonsoir,

Je m'appelle Mary, j'ai 37 ans bientôt. Et je suis en plein chamboulement dans ma tête et je crois que j'ai besoin d'un peu d'aide pour y voir un peu plus clair parce qu'en ce moment ça me flingue le moral toutes ces questions dans ma tête.

Alors je suis mariée depuis 18 ans. J'ai rencontré mon mari quand j'étais en terminal.
A cette époque de notre vie, on vivait des moments difficiles l'un et l'autre. Lui, le décès de ses parents et moi une vie chaotique. On s'est épaulé l'un et l'autre et puis c'est comme ça que nous nous sommes mis en couple et nous avons un enfant.
On se considère comme un couple amis. Bien sûr on a eu des hauts et des bas mais dans l'ensemble comme on communique beaucoup. On arrive à surpasser les bas.
Le seul hic, c'est que pendant longtemps on s'est un peu oublié l'un et l'autre. Empêcher d'être, sur certaines choses, qui nous sommes. On a oublié qu'avant d'être ensemble, nous étions des personnes libres. Mon mari travaillait à droite à gauche. Il a même été à New York pendant un an.C'est un baroudeur dans l'âme et être devenu sédentaire, ça le peine un peu.
Moi, je suis assez solitaire, introvertie mais je le vis plutôt bien.

Depuis le début de notre relation, nous nous sommes toujours dit que l'on n'était pas la possession de l'autre. Que nous sommes ensemble, parce qu'on le veut et pas par obligation.
Mon mari aime séduire, surement les gènes italiens :D
Moi, c'est le contraire. Je m'en fiche, surement mon côté Asperger.

Aujourd'hui, nous sommes un peu bloqué. Et nous sentons bien que notre couple est dans un tournant. Même s'il n'y a pas de problèmes entre nous et qu'on ne se voit pas se séparer.
Lui aimerait retrouver son côté baroudeur (dans le travail, les loisirs) et avoir le droit d'assouvir des envies libertines.

Et moi, et bien, il y a quelque temps. Je me suis rendue compte que j'avais de très fort sentiments pour quelqu'un que je connais depuis l'enfance.
Nous avons été élevé ensemble pendant 6 ans, et nous avons été séparé pour de mauvaises histoires d'adultes. Je n'ai jamais réussi à l'oublier mais le voyant faire sa vie, j'ai pensé qu'il n'avait pas besoin de moi… Donc j'ai continué mon chemin. Ces dernières années, des évènements ont fait que petit à petit. J'ai cherché à comprendre pourquoi, je n'arrivais pas à le sortir de ma tête. Et j'ai compris qu'au fil du temps que c'est de l'amour que je ressens pour lui.

Comme nous ne nous cachons rien, mon mari est au courant. On en a parlé longtemps. Je lui ai parlé du polyamour. Et il a l'esprit ouvert. Donc c'est plutôt cool.
De même, j'estime que mon mari n'a qu'une vie et que je ne dois pas l'empêcher de vivre ses rêves. Et pour le côté libertin, de toute façon je me dis que j'ai de la chance d'avoir un homme qui me dit les choses franchement, plutôt que me de tromper derrière mon dos.

L'autre personne sait que je suis mariée. Connait mes sentiments. Mais reste un peu perplexe face au polyamour. Je crois que je n'ai pas trouvé les bons mots pour lui expliquer. :)

Alors là où j'ai besoin de conseil,, d'éclaircissement c'est que je ne sais pas trop où je vais en réalité. J'aime ces deux hommes, même si je ne les aime pas de la même façon.
Mais j'ai besoin d'eux dans ma vie.
Et puis, il y a une bonne partie de moi qui accepte cet amour pluriel et une autre part qui le vit mal. Parce qu'on nous rabats les oreilles avec la monogamie, que c'est la normalité etc..
Que j'ai l'impression de faire quelque chose de mal.
Et puis, je n'ai envie de faire souffrir aucuns de ces hommes.

Voilà si vous avez des conseils à me donner qui pourrait m'aider à y voir plus clair. Ce serait gentil. Je suis hypersensible alors essayé de rester sympa dans vos commentaires.
Je remercie par avance ceux qui répondront.

#
Profil

bonheur

le samedi 08 février 2020 à 09h30

Bonjour Mary :-)

Tu avais parlé à une époque de trouple. Je suppose, à tort peut-être, qu'il s'agit des mêmes personnes.

Tu ne fais rien de mal. Depuis quand aimer est mal ?

J'admire votre état d'esprit, toi et ton chéri de vie. Ne pas restreindre l'autre dans ce qu'il a à vivre. Car oui, nous n'avons qu'une vie (+) . Se libérer n'est pas aisé. Ce n'est pas moi qui dirait le contraire. La preuve, même quand en "interne" la libération est permise, l'environnement (l'externe) fait planer une ombre "emprisonnant" au-dessus de nous.

Tu sais quoi, Mary, si tes oreilles sont rabattues, alors profites-en pour devenir "sourde".

Je ne peux donner de conseils. C'est mauvais comme démarche. Surtout que tu te dis introvertie alors que personnellement, je suis tout l'inverse. Je ne peux percevoir la vie qu'à travers moi (mon vécu, mes déconstructions-reconstructions, mes "philtres,...).

Ce qui est possible ? Faire le tri dans ses relations et laisser place au maximum à son libre-arbitre. Faire le choix d'exister suivant soi-même. S'aider éventuellement, de documentaires, d'écrits (livres)… comme tu l'as déjà fait. C'est ainsi que l'on avance, à mon avis.

Je suis également une hypersensible. Hyperémotive également ?

Pour ce qui est de cet amoureux, lui aussi est certainement en proie à cette construction inculquée. Il n'y a pas de bons ou mauvais mots, je crois. Du moment que les mots sont les tiens et le reflet de toi. Lui aussi est indépendant, avec sa réflexion, sa capacité de se projeter en dehors des dictats, son libre-arbitre et sa possibilité de ne pas se cantonner à tes mots pour évoluer. S'il veut en savoir plus, tout comme toi, il peut le faire (livres, documentaires…) et évoluer intérieurement dans la voie qui lui convient. Tu n'es pas responsable de ses pensées, de ses actes, de ses ressentis.

Communiquer permet comme tu l'as décrit à évoluer ensemble, en toute honnêteté, sincérité, franchise. A traverser toutes les périodes de l'existence dans un soutien mutuel (les hauts et les bas). La communication a comme limite la volonté de communiquer, la perception individuelle du respect de l'autre (l'indépendance, l'autonomie), de l'acceptation des différences (l'un libertin, l'autre poly, la monogamie aussi qui convient à certain-e-s, autres).

J'espère t'apporter dans ta réflexion. Je crois qu'il faut se construire avant tout pour soi et laisser autrui faire de même. Les incompatibilités se révèleront, ou pas. Laisser le temps au temps. Toutefois, tes premières interventions datent d'il y a environ un an. Même si l'objet de ta réflexion à l'époque divergeait quelque peu, il peut être intéressant de faire un état des lieux de l'avancée, de l'évolution depuis.

#
Profil

Mary29

le samedi 08 février 2020 à 19h32

Bonsoir Bonheur,

Joli pseudo :)
Merci beaucoup pour ta réponse bienveillante et très complète. Elle m'aide à réfléchir dans le bon sens. :)

Je pense que je vais continuer à me renseigner
Mais je pense que je vais essayé aussi de rencontrer d'autres polyamoureux, peut-être des personnes en trouple. Histoire d'avoir des personnes qui ont de l'expérience dans ce sujet, qui pourrait répondre à mes questions.
Un peu comme quand on devient parents et que des parents «  expérimentés» aident à relativiser, répondre aux questions et épauler un peu.
Je vais voir si il y a un café polyamoureux près de chez moi.

Je pense que ca peut être aussi sympa de me faire des amis polyamoureux dans mon entourage uniquement monogame.

J'ai une vision des choses assez égalitaire. Pas un plus haut que l'autre. Mais j'ai l'impression que ce n'est pas la chose la plus simple à mettre en place.
Surtout quand tu es mariée avec l'un depuis 16 ans et que le deuxième à l'impression d'arriver comme un cheveux sur la soupe.

Tu as raison, chacun est libre de sa façon de penser. Je devrais sans doute lâcher prise.
Mais c'est que je tiens tellement à mon deuxième amoureux. Bien sûr que je dois accepter que chacun d'avoir sa propre vision des choses.
Mais pour ce qui est de mon deuxième amoureux, je tiens vraiment beaucoup à lui et s'il devait ne pas me suivre dans l'aventure. Je crois que je serais inconsolable.
Mais restons positive. :)

Bonne soirée.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

bonheur

le samedi 08 février 2020 à 20h34

Pour ce qui est de rencontrer des polys, j'organise un évènement prochainement du côté de Dijon.

C'est très con comme réponse, je sais… mais j'ai été souvent "inconsolable" et c'est mon chéri de vie qui était là pour moi. C'est ça le polyamour.

Ce que j'ai appris, c'est que la vie est impermanence. Comme le chante Julien Clerc, dans sa chanson (remise récemment au goût du jour dans un duo) "souffrir par toi n'est pas souffrir"... "dans la forêt, ne pas voir l'arbre mort seulement" (de mémoire). Du coup, le passé reste beau comme la forêt et j'insiste sur le fait qu'un arbre mort, sur la durée, permet qu'un écosystème s'y développe. Mon optique positive va en ce sens que la souffrance permet toujours une forme de résurgence, de vie à venir. J'espère bien me faire comprendre, car cela n'amenuise pas la souffrance elle-même. Du coup, je peux à la fois rire et pleurer en repensant à cette magnifique forêt que j'ai découverte et aimer ET garder cette forme de nostalgie d'une réalité alternative perdue.

Finalement, la réalité vécue est belle aussi. Elle est différente, mais belle !

#
Profil

Mary29

le dimanche 09 février 2020 à 11h23

Quel sagesse dans tes mots.
C'est apaisant et tellement vrai. Je retrouve des notions, que je connais, du bouddhisme dans ton discours.
Dijon? C'est un peu loin pour moi mais je suis aussi de Bourgogne (Nièvre).
En tous cas, c'est bien d'organiser des événements pour nous. Dans la Nièvre, il ne se passe pas grand chose...
Merci pour ces réponses, que je vais aller méditer de ce pas.

#
Profil

bonheur

le dimanche 09 février 2020 à 11h52

Bouddhisme ? Je ne sais pas, mais je suppose que toutes mes lectures de développement personnel amènent à une philosophie qui s'en rapprocherait.

Oui, la Nièvre, ça fait une trotte. La Bourgogne est un territoire vaste, finalement. Sur Dijon, il ne se passe pas grand chose non plus. A l'évènement en question viendra une amie lyonnaise, une amie en locale qui n'est pas poly, un membre de ce forum dijonnais et peut-être quelqu'un de Besançon.

Un comité restreint, ce qui rend les discussions fluides. Aussi, il y a moins cette notion de former des petits groupes. On profite plus les uns des autres.

#
Profil

Mary29

le lundi 10 février 2020 à 22h46

Pour en avoir beaucoup lu, il y a pas mal de la sagesse bouddhiste dans les livres de développement personnel.
Oui, la Bourgogne est un territoire vaste et mal desservi.
Pour aller à Dijon, il faut passer par beaucoup de petites routes et un bout d'autoroute.
Il y a des goûters poly d'organiser à Nevers.
Donc, je vais voir ça.
Oui, c'est toujours mieux en petit comité
Ça permet que tout le monde s'exprime.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion