Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Bienveillant altruisme/ possessivité enrobée d hypocrisie, quelles nuances ?

#
Profil

LesRaisonsDuCoeur

le jeudi 17 octobre 2019 à 16h31

Sophie72
Je me sens profondément poly dans le sens où j'ai toujours su que je pouvais être amoureuse de plusieurs personnes à la fois mais je suis la plupart du temps assez "comblée" d'amour avec mon cher et tendre et ma vie de maman et je ne tombe plus amoureuse aussi "facilement" que quand j'étais plus jeune ;) En 32 ans de relation avec celui qui partage ma vie, je ne dois pas être tombée amoureuse plus de 4 fois (deux fois dans le début de notre relation et deux fois sur les 12 dernières années). Probablement que je ne vivrais jamais de relations polyamoureuses au vrai sens du terme, je n'en sais rien. Quand il y a quelques mois je me suis avouée à moi-même cette particularité puis que je l'ai avoué à mon cher et tendre, j'ai réalisé que dire les choses était une grande prise de risques et je suis depuis beaucoup plus "indulgente" envers les personnes qui commettent un adultère. Pourtant la seule chose qui a bouleversé mon mari est de savoir que j'avais des sentiments pour un autre homme. Encore aujourd'hui il y a des jours où c'est compliqué pour lui alors que je n'ai plus de contact avec cet homme dont j'étais amoureuse. Avec le recul, je me dis qu'en le lui disant, je lui ai imposé un deuil qu'il n'imaginais pas devoir faire. Sur le moment je l'ai mis en danger car je sais qu'il a eu des idées très très noires et qu'il a probablement pensé à un moment au suicide. J'ai fait une formation en tant que bénévole d'une asso et on nous a mis en garde contre les paroles qui font "acte chirurgical" . C'est quand on met quelqu'un face à une grande souffrance, un deuil pour lequel il ne se sent pas armé. Je pense que c'est ce qui s'est passé pour mon cher et tendre. Le danger est aujourd'hui écarté et il va mieux mais je sais que j'ai détruit quelque chose auquel il tenait et cela me rend parfois triste. J'espère qu'avec le temps il verra ce qu'il a gagné en perdant l'image d'amour "parfait" qu'il avait. Voilà pourquoi je pense qu'il n'y a pas une meilleure façon de faire plutôt qu'une autre. Trop "moraliser" les relations poly serait exactement faire la même chose que ce que a fait la société pour imposer un modèle de relations mono bien que je pense personnellement qu'une relation basée sur le mensonge ne peut durer. Ceux qui ne cherchent pas des relations durables seront peut-être donc moins gênés par le mensonge. La vérité est dangereuse comme le mensonge car une vérité, "ça se prépare" et parfois il faut beaucoup de temps! :-)

Magnifique témoignage, et j approve toute la réflexion qui l accompagne. Un grand merci pour ce partage très enrichissant. Le nuances que tu exprimes sont tellement justes. Merci beaucoup

#
Profil

LesRaisonsDuCoeur

le jeudi 17 octobre 2019 à 16h33

bonheur
Je me permet d'ajouter que le polyamour est autant une question de philosophie qu'une question de "pratique". Alors je veux bien croire que des psy n'attachent pas d'intérêts aux mots mais seulement aux actes (je visualise pas du tout, mais admettons que ça vienne de mon manque de perception), mais je ne crois pas que ce soit universel. Se sentir poly, est particulier. Sans l'acceptation d'une philosophie à soi, qui n'engendre pas de tabous à aimer, on ne peut se sentir poly. Et puis, beaucoup de mono sont intérieurement et secrètement poly. Ils n'actent pas, ils ne disent pas, ils ne font pas, mais pour autant, n'aiment-ils pas au pluriel ? Qui ne repensent pas parfois (ou souvent) à un ex, à une personne qui a provoqué un quelque chose ?

Si tu le désires, @LesRaisonsDuCoeur, je te décrirais plus longuement MA philosophie de l'amour. En mp éventuellement, les autres membres doivent être lassés de mon discours.

Tu peux, ceux qui ne veulent pas lire ne lisent pas, ça peut en intéresser d autres

#
Profil

bonheur

le jeudi 17 octobre 2019 à 16h35

@Aiemama et @LesRaisonsDuCoeur. Je comprend votre côté révolutionnaire. J'en serai également. Je crois par contre, et il est encore question de vocabulaire, qu'ici les polys doivent "défendre" (ben ouais, ça peut paraitre con, mais c'est ainsi) cette philosophie dont je parle plus haut. Or, nombre de personnes débarquent en se nommant poly, alors que la démarche, et elle nécessite un travail sur soi, elle nécessite beaucoup également pour l'entourage (reprendre le post de Sophie72), demande justement du temps, de la réflexion et pas seulement des théories basiques, évidentes (au nom de quoi ?)… Il n'est pas question de dire le bien du mal. Perso, en ma qualité de poly, j'ai fait mal. Tout d'abord à moi. Egalement à des boomerangs venus me frapper de pleins fouets alors que je ne m'y attendais pas (des boomerangs humains). Et puis à l'homme qui partage ma vie. J'ai cassé en lui son idéal. Le mot cassé vient de lui "tu viens de casser quelque chose en moi, je ne sais pas quoi, mais c'est cassé. Ca ne sera plus jamais comme avant". Cette douleur nous a permis, la sienne comme la mienne, à se muer en une complicité, une connivence exceptionnelle. Aujourd'hui, il a libéré et moi encore plus. Nous avons tombé les tabous. Nous avons toujours été d'une certaine façon fusionnel. Car justement c'est ensemble que l'on évolue, que l'on a toujours été et j'espère que l'on sera toujours. Je sais avec qui je veux vieillir. Mais mes émotions, elles, ont droit aussi à vivre. Les miennes comme les siennes d'ailleurs.

#

Anonymous (invité)

le jeudi 17 octobre 2019 à 16h41

Cœur dans le fond tu dis mentir c’est pas se protéger soit c’est protéger l’autre je peux le concevoir mais (attention c’est le diable qui va parler ) est ce que c’est pas aussi une forme de lâcheté enfin je dis sa dans le sens où c’est mentir pour protéger l’autre ou c’est aussi pour se protéger soit. Enfin je veux dire mentir pour cacher la vérité car tu pourrais éventuellement voir ton partenaire te quitter si jamais il apprenait tout (j’espère que je me fait comprendre)

#
Profil

LesRaisonsDuCoeur

le jeudi 17 octobre 2019 à 16h55

Anonymous
Cœur dans le fond tu dis mentir c’est pas se protéger soit c’est protéger l’autre je peux le concevoir mais (attention c’est le diable qui va parler ) est ce que c’est pas aussi une forme de lâcheté enfin je dis sa dans le sens où c’est mentir pour protéger l’autre ou c’est aussi pour se protéger soit. Enfin je veux dire mentir pour cacher la vérité car tu pourrais éventuellement voir ton partenaire te quitter si jamais il apprenait tout (j’espère que je me fait comprendre)

Alors perso je pratique pas le mensonge, ou pas volontairement, je suis une adepte de la vérité car j'ai très mauvaise conscience quand je mens et pour le coup je suis très égoïste à ce niveau là, pour cela que je peux comprendre mon opposé.

Et comme tu dis on peut mentir aussi pour se protéger d'une rupture et pas uniquement pour protéger l'autre.

#
Profil

bonheur

le jeudi 17 octobre 2019 à 17h15

LesRaisonsDuCoeur
Tu peux, ceux qui ne veulent pas lire ne lisent pas, ça peut en intéresser d autres

Donc, liront ceux-celles qui le désirent.

Déjà, je définis l'amour : une émotion. Je suis hyperémotive, donc je ne peux pas passer à côté de celles-ci sans me trahir (me mentir à moi-même). J'ai vécu ainsi durant les 20 premières années de ma vie de couple, avant que l'un d'elle vienne me percuter. J'ai eu ce choc et l'incompréhension qui va avec, de tomber amoureuse. En fait, ce fut un double choc qui a fait remonter à la surface une surcharge émotionnelle. J'ai eu peur pour la vie de cet autre homme et il en est résulté, une fois l'émotion passée, cette certitude (je l'aime). Ce constat m'a amener pour la première fois à l'incompréhension de moi. Je m'étais souvent, et ceci depuis toujours, surprise à me concevoir comme un extraterrestre, mais alors là… Bonjour l'état intérieur. J'ai gardé pour moi quelques temps. Et puis, j'ai écrit à cet homme et à mon chéri. L'un m'a tourné le dos, alors que nous étions toujours fourré l'un avec l'autre. Mon chéri a eu une vive réaction. Toutefois, il m'a dit ne rien comprendre. L'incompréhension, ben j'étais dedans également. Polyamour, nous ne connaissions pas. S'en est suivi de longues discussions. Nous y avons intégré l'humour (c'est important). Au bout de quelques mois, j'ai recontacté un ex. Mon mari a lu mon courrier et a même ajouté un mot. Nous avons déposé ensemble le courrier dans la boite aux lettres. Parallèlement, nous avons pris plaisir à nous "émanciper" et comme beaucoup en milieu libertin (où le sexe n'est pas obligatoire, en fait). Je m'y suis découverte exhibe, entre autres. Attirée par le SM également. J'ai appris sur moi. Mon chéri a appris sur lui. Nous avons appris sur nous. Parallèlement, cette autre personne, celle du courrier, c'est rapproché de moi, pensant que mon objectif serait de divorcer. Bref !

Une fois, en milieu libertin, un propriétaire de club a initié une conférence. Nous y avons participer. Je ne dirais pas que nous étions en recherche d'identité, mais nous désirions connaitre. Et puis, c'est à cette occasion que le mot polyamour a été prononcé, avec une courte définition. C'était en 2011, alors que le chamboulement de ma vie, de notre vie, avait eu lieu en 2007. Enfin, je pouvais avancer. Si tu lis mon profil, tu retrouveras tout ça. J'ai commandé des livres, entre autres celui de Yves-Alexandre Thalmann "vertus du polyamour" et j'ai tellement eu cette impression que l'auteur parlait de moi, me décrivait. Du coup, mon chéri la lu également et nous avons continuer d'avancé, encore ensemble, encore et toujours ensemble.

La philosophie poly, je dirais, réside en cela. C'est un commun. Avec tous les amours.

MA philosophie. Si je reprend ton terme "entier". Et bien moi, c'est justement dans cela que je suis entière. Je ne perçois pas l'amour comme une tarte. Si on veut donner de la tarte à plusieurs personnes, on est obligé de la couper en morceaux. Du coup, on enlèverait à une personne qui devrait "partager". Cette vision me donne des frissons. Je perçois le cœur (ou la capacité à aimer) comme en quelque sorte un univers. Dans un univers, sans être du tout une experte, il y a de nombreuses attractions. Des corps de toutes natures sont présents, en mouvement, etc... Et puis surtout, l'expansion. Un nouvel amour survient, il dispose d'une place nouvelle qui s'est créée spontanément, un peu comme par magie. Je n'enlève rien du passé, le présent s'intègre. Mon cœur a évoluer et bim, voilà c'est là. Si tu visualise mal, pense à ces ballons gonflables. L'air qui était initialement ne disparait pas, il s'intègre à l'air que l'on insuffle de nouveau. Après, l'air d'avant et l'air nouveau sont mélangés. Mes amours le sont dans mon cœur, dans mes pensées. Oui, les actes, c'est à dire ce que je vis, diffèrent. Mais l'amour n'est ni moins ni plus. Il est et c'est tout. Et puis, j'ai ce "tous ensemble" que j'apprécie ; passé du temps tous ensemble. Le "à deux" est merveilleux, l'intimité (pas sexuelle) est merveilleuse. Moi j'aime aussi le "tous ensemble" :-D .

Ensuite, un élément important de MA philosophie. Le temps. Je considère que l'on ne nait pas avec des relations. On découvre quotidiennement de nouvelles personnes. Je parle de rencontres, et ceci de toutes natures. Qu'est-ce qui fait que l'on soit en couple avec quelqu'un, en version "classique". Un facteur commun serait l'amour (il peut être autres, mais on parle de relations amoureuses). Ensuite, on vit bien ensemble. Et puis, il y a la notion de famille commune, de biens communs… Du coup, on ne tombera plus jamais amoureux ? Là JE trouve cela réducteur. En quoi l'amour est-il bien et heureux parce qu'il correspond à celui du couple normatif ET en quoi il serait mal (et heureux ?) s'il survient sous une forme différente ?

Dans mon cas, je n'ai absolument pas remis en question ma situation avant ce "réveil" de 2007. Il a mis en lumière cette facette de moi, présente auparavant, puisque petite j'étais souvent amoureuse, ado également, et me faisant traiter de salope et/ou d'instable. Le hic, c'est que la stabilité, je ne l'avais pas dans le nombre, mais dans la durée, intérieurement en tout cas. Je peux sans broncher parler de mon coup de foudre de 1985 et affirmer l'aimer toujours. Je repense souvent à un homme que j'ai vu… 10 mn. L'éclat de son regard est encore ancré en moi et ceci depuis quelques années. Je suis à l'aise avec ça et surtout libre, à la fois intérieurement, à la fois ouvertement. MA liberté, si elle existe, se situe là. Je m'autorise ouvertement et sereinement à aimer. Pour ce qui est des actes en réciprocité, dans le sens où il s'agit d'interactions… Ils concernent en fait "le commun".

J'espère être compréhensible et surtout audible. Du coup, mon coup de gueule sur ce mot entier assimiler à la monogamie, sera sans doute également plus compréhensible.

#

Anonymous (invité)

le jeudi 17 octobre 2019 à 17h46

Question bonheur si ton homme n’avait pas accepté cela l’aurais tu quittée ?
C’est un des points qui me dérange dans les relations mono-poly j’ai quand même un sentiment d’imposer sa à son partenaire sous prétexte d’un épanouissement personnel. Je parle de manière générale j’ai bien compris que dans ton cas visiblement il n’y a pas de problème.
Mais peut être que lui n’a jamais eut de tel intentions et qu’il est rentré dans se «  jeux » avec pour principal motivation la peur de perdre l’être aimé.
Je ne critique pas je cherche surtout à le comprendre pour le coup

#
Profil

ourscalin

le jeudi 17 octobre 2019 à 18h07

Anonymous
Question bonheur si ton homme n’avait pas accepté cela l’aurais tu quittée ?
C’est un des points qui me dérange dans les relations mono-poly j’ai quand même un sentiment d’imposer sa à son partenaire sous prétexte d’un épanouissement personnel. Je parle de manière générale j’ai bien compris que dans ton cas visiblement il n’y a pas de problème.
Mais peut être que lui n’a jamais eut de tel intentions et qu’il est rentré dans se «   jeux » avec pour principal motivation la peur de perdre l’être aimé.
Je ne critique pas je cherche surtout à le comprendre pour le coup

Ta remarque est pertinente et juste, mais cette acceptation n'est elle pas justement une preuve d'amour qui fait évoluer le couple ?
En résumé : je l'ai, elle découvre cela, ça l'interpelle et veut évoluer .
1 : ça me plait mais je n'y avais pas pensé
Ou
2 : j'en veux pas, elle vivra son truc sans moi, bye
Ou
3 : c'est pas mon truc, avant c'était bien, qu'est ce que ca va devenir, mais je l'aime, et je sais pas si je veux ça, mais je l'a laisse avancer pour mieux savoir.

Sans doute d'autres possibilités.
Les émotions ne se contrôlent pas trop quand elle arrivent, mais on est obligé de les gérer ensuite, mais surtout, si on se sépare, les émotions resteront, cela vaut il la peine de créer un problème supplémentaire : la séparation ?

Message modifié par son auteur il y a un mois.

#

Anonymous (invité)

le jeudi 17 octobre 2019 à 18h19

Ba (voix du diable encore^^) je pourrais rajouter
- je ne veux pas de sa cette idée me dégoûte presque mais je l’aime tellement que je ferais n’importe quoi pour elle/lui pour ne pas la perdre.
Et dans ce cas là je me dis que la personne ne peut être réellement heureux il y aura toujours dans le fond de son cœur un, si seulement...

La séparation oui cette une émotion a gérer en plus mais quel est le pire vivre avec un sentiment de «  frustration » (je trouve pas les mots juste) ou se séparer ou certes sa sera très dure sur le coup mais globalement on fini souvent par se relever

#

Anonymous (invité)

le jeudi 17 octobre 2019 à 18h39

(La vérité n’est qu’un noir désir car quand elle gifle elle prend la vie.
Mais c’est quoi la vie? si ce n’est que la mort que l’on nous accorde pour être en vie.
C’est tout ceux en quoi nous croyons qui finissent par nous définir,
Le mensonge est un soulagement qui fini par nous désunir) c’est légèrement hs mais comme on abordait le thème du mensonge je trouve cette phrase «  belle », inutile de s’attarder sur ce post ;)

#
Profil

ourscalin

le jeudi 17 octobre 2019 à 18h44

Anonymous
Ba (voix du diable encore^^) je pourrais rajouter
- je ne veux pas de sa cette idée me dégoûte presque mais je l’aime tellement que je ferais n’importe quoi pour elle/lui pour ne pas la perdre.
Et dans ce cas là je me dis que la personne ne peut être réellement heureux il y aura toujours dans le fond de son cœur un, si seulement...

La séparation oui cette une émotion a gérer en plus mais quel est le pire vivre avec un sentiment de «   frustration » (je trouve pas les mots juste) ou se séparer ou certes sa sera très dure sur le coup mais globalement on fini souvent par se relever

Je vais plus loin : vivre dans le regret en voyant l'autre heureux de vivre sa vie post séparation, ce qui rejoint la frustration que tu citais.
Il y a de quoi disserter.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

#
Profil

bonheur

le jeudi 17 octobre 2019 à 19h15

@Anonymous. Comme tu l'as compris, nous avons évoluer ensemble. Un jour mon chéri a dit, lors d'une rencontre poly, que sans le polyamour, nous aurions certainement fini par nous éloigner et peut-être par divorcer.

Le fait est que, une fois mon mari dans la compréhension que non, je ne voulais pas le quitter, que oui je l'aime toujours, que non je ne me foutais pas de lui et si je disais, c'était justement pour ne pas le prendre un con (désolée, ce fut mes mots de l'instant), que je désirais considérer l'amour comme beau et non comme mauvais, que mon amour pour autrui n'était pas honteux à mes yeux, que si quelqu'un pouvait comprendre que je puisse aimer et être aimé, c'était bien lui…

Mon chéri a dit également qu'il ne m'avait pas épousé pour m'éteindre ou me rendre malheureuse. Mon bonheur n'entre pas en conflit avec son bonheur à lui. Il y a entre nous ce que j'ai déjà souvent expliqué ici comme la comparaison de l'effet boule de neige. Plus je suis heureuse, plus l'amour, tous les amours s'amplifient. Mes amours extérieurs nous rapprochent. Peut-être parce que l'on peut ainsi parler d'amour sans parler de notre nombril de couple. Après, on me dit solaire. Plus je rayonne, plus mon entourage profite. Enfin, j'ignore que dire. Juste, la seule personne qui a parler de divorce, ce fut ma mère qui de toute sa compréhension catho du couple, m'a envoyer dans les dents que si mon mari divorçait, mon père et elle serait présent pour lui, pour les enfants, mais certainement pas pour moi. Au passage, j'ai pris le mot "égoïste" dans la figure.

Le fait est que je suis une autre depuis mon coming out. Tous mes amis m'adorent ainsi et mon chéri m'aiment encore plus. Mes enfants, enfin les deux avec lesquels je m'entends, acceptent d'avoir une mère atypique et ont aujourd'hui une ouverture certainement particulière. Aussi, je ne leur ai pas cacher mes amours et ils m'ouvrent aux leurs. Ca créé aussi une complicité. Il en a été de même pour des copains-copines venus à la maison, surpris-e-s d'avoir une discussion de ce type avec une personne de la génération de leurs parents.

Le polyamour a ouvert toute la maisonnée à une déconstruction. On parle beaucoup de sujets de société. On reçoit des polys, on vit au quotidien avec cette philosophie.

Aujourd'hui, mon mari a deux univers. Celui commun de certaines relations et un univers commun avec des personnes atypiques. L'un n'empêche pas l'autre et il se fond parfaitement dans les deux.

Je rajoute. Une fois, il m'a demandé si c'était définitif que je me sente poly ou si c'était une passade. J'ai répondu que maintenant que je m'étais enfin trouvé et épanouie, je ne me rendormirai pas, à aucun prix. Ce fut une affirmation et si la question se reposait, ma réponse serait la même.

Comprendre que mon poly n'entre pas en contradiction avec sa philosophie. Si dans les actes, il est plus normé que moi, c'est parce qu'il est ainsi et qu'il le désire. Il n'y a pas "conflit".

Message modifié par son auteur il y a un mois.

#
Profil

LesRaisonsDuCoeur

le jeudi 17 octobre 2019 à 19h46

Bonheur je n'ai pas le temps de répondre en détail, mon mari s apprête à sortir de son côté et mon second va arriver, mais ce que je retiens c'est que tu as grandement besoin de revendiquer ta façon de concevoir le polyamour, et de l'amour en général, tu dois prendre beaucoup de place dans ton entourage proche et moins proche, ce besoin d'aimer au pluriel est sûrement lié en effet à une personnalité, et le fameux terme "entier" (bah dis donc, tu ne t'en remets pas ;)) n'a absolument pas le même sens pour une personnalité comme la tienne qui semble avoir besoin de se mettre constamment en scène et sous les projecteurs (rien de péjoratif), et une personne comme moi qui ai tendance à m effacer et mettre en lumière l'autre
Quand je suis amoureuse cela me prend un temps fou. Je n'ai pas le temps d expliquer davantage, mais il faut vraiment que tu comprennes que le sens des mots peut être un peu différent selon le vécu et la personnalité de chacun.
Bonne soirée

Message modifié par son auteur il y a un mois.

#

Anonymous (invité)

le vendredi 18 octobre 2019 à 06h38

J’aurais aimé avoir un peu plus de témoignages d’hommes si possible, j’avoue qu’il y a un élément qui me dérange dans les discours que je vois chez certaine femme mais je pense que c’est l’ABS de témoignage d’hommes qui me donne cette impression.
Avant tout ne me jetez pas au feux mesdames ^^
Voilà dans certain discours ce qui me dérange ces cette non différenciation de l’amour je m’explique, par exemple cœur tu dis cette phrase mon 1er mari s’en va le second va arrivé, bonheur tu parles presque avec la même passion de cette amour perdue que de ton mari, oui j’avoue que je trouve sa tellement dure pour vos maris.
Comme je l’ai déjà dit perso je ne pourrais pas être poly j’aurais plutôt un profil de libertin (je n’aime qu’une personne mais je peux en désirer plusieurs) par contre je pourrais accepté une «  vrai » relation avec une poly mais oui clairement j’aurais besoin qu’elle me mette en avant que je sente quand même que je suis plus important que les autres. Et pour moi quand j’entends clés le père de mes enfants sa ne veut rien dire combien de couple avec enfant se sépare...
J’ai l’impression parfois que vos mari ne sont qu’un amour parmis tant d’autres (juste qu’il a été rencontré plus tôt )dc je me retrouve dans la compassion vis à vis d’eux. J’espère me tromper...
Mais quand je lis tous sa et de part ma propre vision des choses je viens à me poser une question vous avez des amours certes mais peut être que vous n’avez pas juste trouver le vrai amour avec un grand A.
Au final quel vision est la plus belle, le poly amour et sa vision multiple ou le couple mono avec cette idée d’âme sœur. Je ne serais tranché mon avis serais trop subjectif et sur cette question je pense que personne n’aura raison.

#
Profil

ourscalin

le vendredi 18 octobre 2019 à 07h02

Anonymous, oui plus de réponses d'hommes seraient utiles, et en tant qu'homme je vais répondre.
Je pense qu'il faut aller plus loin que l'image que tel ou tel événement semble vouloir donner. Je m'explique en reprenant la phrase de LesRaisonsDuCoeur :
mon mari s apprête à sortir de son côté et mon second va arriver,
Aspect 1 : le mari sort, la femme reçoit un amant. C'est glauque.
Aspect 2 : celui qui est vécu dans le Polyamour bien que cette définition ne soit pas vécue par l'auteur de la citation comme elle l'a dit, est : mon mari a son espace de liberté et j'ai le mien, chacun respectant celui de l'autre,
Pour bonheur ( deuxième citation dans ton texte) c'est pareil, elle le vit et son mari accepte ses espaces de libertés, il doit en avoir de son côté aussi.
Qu'importe la forme et le fond de ces moments de liberté, l'amour est présent, car chacun peut être lui même dans le Nous.
Du moins c'est ma vision des relations.

#
Profil

ourscalin

le vendredi 18 octobre 2019 à 07h10

Ce qui interpelle dans tout ces débats , est qu'il y a possibilité de sexualité et ou d'émotion. Mais en soit il n'y a pas de différence entre l'un qui ferait du tennis et l'autre du foot.
Un couple qui s'enferme, meurt, un couple qui vit s'épanouit
C'est résumé, mais l'idée est là.

#
Profil

LesRaisonsDuCoeur

le vendredi 18 octobre 2019 à 10h36

Anonymous
J’aurais aimé avoir un peu plus de témoignages d’hommes si possible, j’avoue qu’il y a un élément qui me dérange dans les discours que je vois chez certaine femme mais je pense que c’est l’ABS de témoignage d’hommes qui me donne cette impression.

Avant tout ne me jetez pas au feux mesdames ^^

Voilà dans certain discours ce qui me dérange ces cette non différenciation de l’amour je m’explique, par exemple cœur tu dis cette phrase mon 1er mari s’en va le second va arrivé, bonheur tu parles presque avec la même passion de cette amour perdue que de ton mari, oui j’avoue que je trouve sa tellement dure pour vos maris.

Comme je l’ai déjà dit perso je ne pourrais pas être poly j’aurais plutôt un profil de libertin (je n’aime qu’une personne mais je peux en désirer plusieurs) par contre je pourrais accepté une «   vrai » relation avec une poly mais oui clairement j’aurais besoin qu’elle me mette en avant que je sente quand même que je suis plus important que les autres. Et pour moi quand j’entends clés le père de mes enfants sa ne veut rien dire combien de couple avec enfant se sépare...

J’ai l’impression parfois que vos mari ne sont qu’un amour parmis tant d’autres (juste qu’il a été rencontré plus tôt )dc je me retrouve dans la compassion vis à vis d’eux. J’espère me tromper...

Mais quand je lis tous sa et de part ma propre vision des choses je viens à me poser une question vous avez des amours certes mais peut être que vous n’avez pas juste trouver le vrai amour avec un grand A.

Au final quel vision est la plus belle, le poly amour et sa vision multiple ou le couple mono avec cette idée d’âme sœur. Je ne serais tranché mon avis serais trop subjectif et sur cette question je pense que personne n’aura raison.

Bonjour à tous,
Et bonjour anonymous.
Je comprends vraiment l idée que tu émets, mon idéal est aussi l'âme soeur, le tête à tête à deux et uniquement, l'amour fou, la passion les projets à deux etc. C'est pour cela que je ne suis amoureuse que d'une personne.
Mais au fil des années, je parle pour moi, la routine et les charges familiales, les soucis financiers, et j'en passe, ont fait que la flamme s'est affaiblie, l'amour est bien présent mais il nous manquait les vibrations, celles qu'on ressent avec l excitation d'un premier rdv, des débuts d'une relation. Et comme tu me cites je me permets de répondre.
Dans mon cas, c'est d abord lui qui a fait le choix d'aller voir ailleurs, ça m'est tombé dessus comme une massue et mon monde idéal s'est effondré. On met du temps à s'en relevé, et en réalité, on ne s'en relève jamais vraiment, on apprend à vivre avec, on improvise, on imagine une autre façon.
J'ai rencontré quelqu'un avec qui ça matche du tonnerre, on se voit de temps en temps, ça ne s'est pas fait du jour au lendemain.
Pour te répondre pour hier soir, je l'ai invité car mon mari sortait en milieu libertin, et que c'est plus facile à vivre pour moi quand l équilibre se fait au même moment, alors mon pauvre mari n'est pas si malheureux et je ne suis pas l égoïste qui se tape son amant et qui fout monsieur dehors ;)

Mais dans mon idéal, oui j'aurai préféré avoir un seul et unique amour toute ma vie, et même si j'ai avancé dans ma vision du couple, je n'ai pas envie de cette deconstruction dont vous parlez souvent ici, j'ai mis toute ma vie à me construire, je vais pas tout démonter, je rajoute des constructions nouvelles mais je garde ma base qui m est précieuse. Espérant avoir répondu à ta question. Même si je ne suis encore qu'un avis féminin, je me permets de répondre puisque tu me citais.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

#

Anonymous (invité)

le vendredi 18 octobre 2019 à 11h08

Non non pas de soucis j’attendais aussi vos réponse :)
Donc dans ton cas est tu d’accord sur l’idée que tu ne recherche pas réellement un autre homme ,tu recherches principalement l’état d’être amoureuse ?
Comment a tu vécu le fait de voir ton homme en milieux libertin, perso le «  monde » libertin ne m’attire pas réellement même une forme de dégoût, enfin j’ai des amis qui sont libertin des gangbangs ou plan bizarre je trouve sa «  sale », mais je reconnais que oui on peut même si on est en couple et amoureux désiré une autre personne uniquement sur le plan sexuel. Pour moi pas d’amour sans sexe, mais on peut avoir sexe sans amour (je dis pas que j’ai raison hein la encore se n’est que mon avis purement subjectif, après c’est peut être aussi une question d’âge vu que j’ai moins de 30 ans)

#
Profil

LesRaisonsDuCoeur

le vendredi 18 octobre 2019 à 11h45

Anonymous
Non non pas de soucis j’attendais aussi vos réponse :)

Donc dans ton cas est tu d’accord sur l’idée que tu ne recherche pas réellement un autre homme ,tu recherches principalement l’état d’être amoureuse ?

Comment a tu vécu le fait de voir ton homme en milieux libertin, perso le «   monde » libertin ne m’attire pas réellement même une forme de dégoût, enfin j’ai des amis qui sont libertin des gangbangs ou plan bizarre je trouve sa «   sale », mais je reconnais que oui on peut même si on est en couple et amoureux désiré une autre personne uniquement sur le plan sexuel. Pour moi pas d’amour sans sexe, mais on peut avoir sexe sans amour (je dis pas que j’ai raison hein la encore se n’est que mon avis purement subjectif, après c’est peut être aussi une question d’âge vu que j’ai moins de 30 ans)

Non je ne recherche pas l'état amoureux puisque la place unique est prise. Je cherche rien en fait, je prends ce que la vie m offre, dans le sens où dans mon cas précis la situation s'est présentée et que ça a matché et que ce genre de jolies rencontres n arrivent pas si souvent dans une vie.

Cela ne me dérange pas que mon mari aille en milieu Libertin même si, comme toi, je n'aime pas du tout le concept, mais lui il aime et c'est le principal pour lui.
Au début je trouvais ça aussi sale, vraiment. Je me sentirai toujours salie d'y participer, mais je ne juge pas les gens qui pratiquent, chacun son truc après tout.

Tu es jeune en effet, on évolue toute sa vie, l'important c'est de ne jamais se renier soi même.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion