Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Remise en question : suis-je vraiment poly ?

Témoignage
#
Profil

Merlyn

le mercredi 23 octobre 2019 à 15h37

Je me pose pas mal de questions sur le polyamour depuis hier soir. Je préfère les poster dans un nouveau fil plutôt que dans "le mien".

En fait, je me demande si je suis vraiment poly ou si c'est quelque chose dont je me suis persuadé.

Quand j'ai commencé à apprendre ce que cela voulait vraiment dire être poly entre 2015 et 2017, j'ai réalisé deux choses : la première c'est que la relation poly que je pensais avoir vécu en 2011 n'en n'était pas vraiment une, et la seconde c'est que, pour moi, le polyamour était la solution à l'infidélité et au mensonge que j'avais pratiqué dans ma vie avec plusieurs de mes compagnes passées. Je pense que du coup, en ayant marre de mentir et de tromper, j'y ai vu la SOLUTION. Et j'ai même commencé à en parler autour de moi comme le remède à l'infidélité.

Quelques temps plus tard, lors d'un café poly, je me rappelle qu'une personne avait demandé "mais est ce que la monogamie c'est mal ?" (ou un truc du genre) et la personne poly qui avait répondu avait dit que non, que les poly ne cherchaient pas à opposer monogamie et polyamour et que si certaines personnes étaient heureuse en monogamie, c'était le plus important. Je crois que c'est à partir de là que j'ai réalisé que je me comportais un peu en proselyte prêchant le polyamour un peu comme une sorte de "religion".

Je m'interroge maintenant parce que depuis que ma compagne mono m'a autorisé à vivre en poly et que nous avons pu établir un contrat social entre nous, je ne cherche pas vraiment une seconde compagne...bon, le TDA est entre temps passé par là et c'est vrai que la necessité de mieux vivre avec est prioritaire sur mon envie ou pas d'avoir une seconde amoureuse mais je pense qu'il n'y a pas que cela. Alors je cherche depuis hier soit à savoir si je suis vraiment poly dans ma tête mais que mon TDA m'a fait me rendre compte que je n'arriverais jamais à gérer plus d'une relation à la fois, si en fait je suis mono et je me cherche une excuse pour "aller voir ailleurs" ou si j'aime l'idée sur le plan théorique mais pas en pratique.

Si je creuse un peu dans ma vie, je trouve des exemples de chose qui, selon moi, me pousserait à penser que je ne suis pas poly.

En 2007, j'ai eu une rupture très douloureuse, ma compagne d'alors, appelons-là G, m'a quitté et deux semaines après sortait avec mon meilleur ami que nous appelerons E. Depuis ils se sont mariés et sont très bien ensemble (de ce que j'en sais)...Eh bien 12 ans après, j'ai encore de la rancoeur même si je reconnais (quand je suis posé et calme) qu'ils vivent une belle histoire et que c'est chouette...en gros si je résume bien : de la jalousie mais quand même de temps en temps, de la compersion...

Alors je ne comprend pas vraiment en fait, je sais quand même que le fait d'être poly n'empêche nullement la jalousie, on me l'a aussi expliqué en café poly...mais ca ne m'empêche pas d'avoir des doutes.

Alors bien sur, personne à part moi j'imagine, ne peut répondre à cette question, consideréz donc ce post comme un témoignage qu'une remise en question est possible et répondez si le coeur vous en dit :).

#

Electronlibre (invité)

le mercredi 23 octobre 2019 à 17h23

Citation : la première c'est que la relation poly que je pensais avoir vécu en 2011 n'en n'était pas vraiment une, et la seconde c'est que, pour moi, le polyamour était la solution à l'infidélité et au mensonge que j'avais pratiqué dans ma vie avec plusieurs de mes compagnes passées.

Malheureusement c'est souvent le cas.
Le vrai Polyamour, n'est pas celui que l'on impose à sa ou son partenaire, mais accepter, par soi même, amour et altruisme, que l'être aimé soi lui même et accepter ses choix. Il faut écouter, comprendre don ou sa partenaire, connaitre ses joues et ses peines, savoir qui il ou elle est vraiment et se qui peut réparer ses douleurs. Accepter qu'il ou elle vive des choses dans cet objectif. Une fois cela atteint, l'amour n'est que plus fort.
C'est comme accompagné qqun par amour sans rien attendre, parce qu on l'aime. Si on pense à soi alors il n'y a pas de Polyamour, mais des conquêtes.
Des qu'il y a contrainte, il n'y a plus d'amour.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 23 octobre 2019 à 17h35

- être poly ça veut pas dire être happy tout le temps de tout ce qui arrive de tes relations, jamais avoir de rupture ni de blessure... non. On en bave autant que les autres, et parfois plus souvent, parce que c'est assez logiquement proportionnel à notre nombre de relations.
Regretter une relation terminée, et être envieux du ou des partenaires qui nous ont fait suite, c'est pas anormal. Il y a sans doute des sages qui sont inconditionhaileument heuwrrrreuwx, qui chantent l'hamour et le sauléééééil avant, pendant et après une relation ; mais ne plus être aimé, ben ça fait généralement pas du bien, c'est tout.

- la philosophie poly peut te convenir et t'aider dans une vie relationnellement simple. Tu peux être en relation unique longtemps ET avoir besoin de savoir que la porte, les fenêtres et la cheminée sont ouvertes.
Perso, je suis pas coureur du tout. J'aime séduire, mais dans la plupart de mes relations ouvertes, les vraies périodes doubles ont été rares, et/ou très allégées par des questions pratico-pratiques. Pourtant, pour rien au monde je ne voudrais m'engager dans l'exclusivité ; et j'ai accueilli et accueillerai toujours bien que mes partenaires aiment prendre aussi cette liberté pour elles-même. Je trouve cette indépendance de leur part sexy, rassurante et saine puisqu'elle se dialogue.

N'y vois aucun jugement de ma part, mais ça me parait pas forcément étonnant qu'on puisse avoir eu plus de facilité à mentir que de facilité à vivre une relation non-exclusive assumée. Même quand on aime pas mentir, que ça nous complique la vie et nous culpabilise, ne pas avoir à faire face à la menace immédiate d'être quitté pour ça est souvent plus facile que de dialoguer, faire des compromis, prendre la responsabilité de s'organiser en respectant des demandes multiples...

Je veux donc dire par là que même si finalement tu penses avoir mieux réussi à mentir qu'à pratiquer une certaine transparence, l'explication n'est pas forcément dans ta nature exclusive ou non, mais peut-être aussi dans le fait qu'inventer sa façon d'être non-exclusif, et encore plus si le/la partenaire est pas dans une dynamique spontanément compatible, c'est exigeant.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 23 octobre 2019 à 17h42

Quand au tda (trouble de l'attention : ce qu'ont beaucoup de gens qu'ont vraiment du mal à rester concentré - je le dis pour ceux qui connaissent pas), sans en faire l'origine unique de ma construction sentimentale, je crois que ça l'a quand même aidée à se diversifier.
Oui, ma façon de penser fait que je suis souvent dans une discontinuité. Dans des alnternances de ressentis, pensées... Pas dans la dispersion totale, mais plutôt dans une certaine complexité, et peut-être sophistication de mes sentiments. Il se passe beaucoup dans ma tête, et je ne suis jamais dans un cadre "simple".
Donc autant faire avec ces élans multiples que j'ai, quand je peux rencontrer des gens à qui ça convient aussi.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

bonheur

le jeudi 24 octobre 2019 à 10h25

@Merlyn : nous sommes un tout. Tu es dans une phase de "pleine conscience", enfin tu te cherches encore, mais tu vas aboutir à cela. Les réponses aux questions ce n'est pas une obligation. Siesta et Electronlibre sont dans le vrai.
Ta TDAH a été un gros perturbateur inexpliqué. Aujourd'hui tu sais. Cela fait une inconnu de moins dans l'équation. Ne cherche pas à résoudre, mais à vivre.

Que tu sois poly ou non, ces dernières années t'auront permis des découvertes de toi, des autres, et d'avancer finalement en toute franchise. Si tu as quitté le mensonge, c'est qu'il ne te convenait pas. Il y a des personnes qui prennent plaisir à mentir, qui en font un "art de vivre". Tu n'es pas de ces personnes-là.

Es-tu poly ? Le mensonge ne te convient, alors oui. Le tout étant de savoir si ta façon d'aimer, si ce que "amour" veut dire pour toi peut se décliner naturellement au pluriel. Moi, c'est mon hyperémotivité, hypersensibilité… qui font de moi une personne poly. Evidemment que qui l'on est entraine notre philosophie de vie. Il ne faut pas l'inverse, sinon on dénature.

Après, je confirme, le polyamour n'est pas une "solution". C'est juste présent quand les ingrédients l'impose, avec l'environnement initial opportun. Et c'est là que l'on se sent poly : on créé un environnement propice. Que l'on est ou non plusieurs relations, ou aucune… on ne s'engagera dans une nouvelle relation amoureuse qu'avec la présence d'esprit d'exprimer la non exclusivité volontaire (sexuelle/affective).

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion