Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Quelle place pour une amante?

Témoignage
#

(compte clôturé)

le samedi 06 octobre 2012 à 22h34

Voilà, moi je suis l’amante. J’ai rencontré il y a un peu plus d’un an un homme qui vit en couple depuis plus de 15 ans. Nous sommes tombés très amoureux l’un de l’autre. A la passion a succédé un amour profond et notre histoire est devenue plus forte mois après mois. Il m’a tout de suite annoncé qu’il était également amoureux de sa femme et n’avait pas l’intention de la quitter mais souhaitait également que notre histoire puisse se poursuivre et se développer.

Après des doutes, des hésitations, des moments difficiles, nous avons découvert le livre de Françoise Simpère et ce fut, je crois, la révélation. Oui c’est évident, il fait partie des polyamoureux ! !
Je l’avais compris, accepté, sans pouvoir mettre des mots. Cela m’a rassurée, nous a libérés et nous a donné confiance en l’avenir. Nous avons alors réellement vu un avenir commun possible.
L’étape suivante était alors d’en informer sa femme, de sortir du mensonge, d’expliquer, de parler du polyamour, de se projeter…
Mais celle-ci a très mal pris la révélation et en souffre aujourd’hui.
La suite ? Elle souhaite pour reconstruire son couple, retrouver la confiance, que son mari fasse une pause dans notre relation. Mon amour semble comprendre cette demande, souhaite reconstruire son couple, condition pour trouver son équilibre et donc vivre au mieux avec elle et avec moi. Il est en fait partagé entre la demande de sa femme et mon incompréhension et ma crainte face à cette demande. En tout cas, il comprend qu'il va falloir du temps pour arriver à l'objectif envisagé, je le comprends aussi.
L’objectif est bien que chacun soit heureux. Seulement cette demande ne me semble pas intégrer cet objectif. Elle va à mon sens à son encontre. Cela ressemble plus à un sursaut pour sauver son couple, et par conséquent m’exclure.
Je crains que la pause n’aboutisse pour nous à une rupture, que nous n’arrivions pas à surmonter cette épreuve. Comment mettre notre relation en attente sans prendre le risque qu’elle ne reprenne jamais ? Combien de temps faut-il pour reconstruire un couple ? Plusieurs mois? ? Que va-t-il se passer pendant cette pause ?
Je pense que la reconstruction de leur couple peut se faire même si nous continuons à nous voir. Car l’objectif est bien d’être à 3 ensuite, alors pourquoi se recentrer à 2 dans le présent ? ?
Je comprends le besoin d’être rassurée de sa femme mais je n’accepte pas l’idée de me mettre de côté pendant plusieurs mois. L’amour se vit dans le présent, on ne parie pas sur l’avenir…
Je ne suis pas (encore) une polyamoureuse, mais j’ai compris son fondement et surtout le besoin et la sincérité de l’homme que j’aime. Si on accepte le principe que dans le polyamour les relations sont toutes basées sur l’amour, alors même dans ma position « d’amante », je souhaite faire entendre ma voix et ne souhaite pas cette pause. Je comprends que l’acception puisse prendre du temps, que la révélation blesse, je suis prête à attendre pour mettre en place notre nouveau mode de vie mais je refuse cette pause, imposée.
Qu’en pensez-vous ? Merci de vos expériences et retours…

#
Profil

JoliMatin

le dimanche 07 octobre 2012 à 21h49

Bonjour Sonja

Je vis une relation d'amour depuis plus de 18 mois avec une femme mariée. Comme vous, j'accepte sans difficulté excessive son autre vie et avec plaisir son amour pour son époux, ressentant intimement que l'équilibre et l'épanouissement de cette femme (que j'aime profondément), se construisent dans cette situation.

Pour ma part je ne suis pas un fervent défenseur du "tout dire" en tout cas "pas tout... tout de suite".
Selon moi, il faut chercher à infléchir les itinéraires, et ne pas bousculer trop vite les équilibres. Pour preuve, alors que votre équilibre s'est construit sur plusieurs mois, celui de l'épouse de votre ami s'est rompu en quelques heures. Et c'est bien de leur coté que c'est la "panique".

Aujourd'hui de toute façon le sort en est jeté :
Bien évidement, la situation la plus rassurante pour elle est certainement un retour à la "normale", à la situation "d'avant".
A mon sens votre ami, se doit de lui expliquer, de lui faire comprendre qu'un autre équilibre est possible. Qu'ils doivent mettre en place de nouvelles règles de vie dans lesquelles elle pourra sans doute aussi trouver aussi des satisfactions. Peut être le bon moment pour mettre en oeuvre certaines de ses aspirations mises en veille par exemple.
Son explication doit être douce, patiente et bienveillante, mais il me semble important qu'il lui fasse bien comprendre que l'abandon (même pour un temps court) de votre relation à vous deux est non "négociable". Sinon c'est la fin de votre histoire.
Comme vous, j'ai ce sentiment que la "discontinuité" (je ne veux employer le mot de rupture, même temporaire) n'est pas une solution parce que justement c'est le fruit d'une négociation qui envisage une solution dans laquelle vous êtes exclue.
Quant à votre attitude vis à vis de votre ami, j'ai peur que votre destin soit un peu entre ses mains. Vous pouvez seulement l'aider à garder le cap et l'empêcher de choisir un jour ou l'autre la facilité d'une rupture.

Bon courage et bons dialogues

#
Profil

zina

le lundi 08 octobre 2012 à 08h15

De mon point de vue, je trouve logique d'avoir un choc/du drame lorsqu'une situation avec mensonge/tromperie est d'un coup mise au jour. Le polyamour c'est quelque chose qui demande honnêteté mais aussi respect et communication - je pense.
Peut être entre le mari et l'amante y a-t-il eu un temps de discussion et d'adaptation que la femme n'a pas eu. C'est ce temps là qu'il faut, et peut être une pause peut aider à avoir ce temps calmement.

Si on dit de base que le but final est déjà décidé, qu'il faut être à trois, où est la liberté de décision de la femme? Le mari et l'amante semblent avoir eu le temps de discuter et de décider eux.

Une chose que je me redis souvent, c'est qu'il est toujours très important de voir la rupture comme une issue possible à toute situation. On peut espérer que ça n'arrive pas et faire des efforts pour l'éviter, mais si la/les ruptures (entre le mari et la femme, entre le mari et l'amante) sont vues comme des issues impossibles c'est à mon sens quelque chose qui empêche des discussions sereines où chacun pourrait choisir le polyamour parce que ça lui convient.

Désolée si je semble moralisatrice, ce n'est pas mon but, et je vous souhaite à tous du bonheur dans vos amours. C'est juste que parfois les choses de base me reviennent à l'esprit au détour d'une conversation :)

Bonne continuation en tout cas :)

#
Profil

bouquetfleuri

le lundi 08 octobre 2012 à 11h35

Je partage entièrement ton point de vue Zina.

J'observe qu'une histoire d'amour s'est développée dans l'ignorance d'une femme. C'est peut-être plus cela qui la fait souffrir qu'autre chose. Et l'on peut considérer sa réaction comme un pendant à son exclusion d'une histoire camouflée.
La réintégration de votre histoire dans une combinaison idéale prendra forcément du temps, mais pas plus que le temps de trouver et d'échanger les mots qui permettront à chacun de connaître sa place exacte. Personne n'est qualifié plus qu'une autre pour trouver les bons mots, ce sera forcément un dialogue entre la femme et le mari, le mari et l'amante ou la femme et l'amante. Et le dialogue fait bien partie des histoires d'amour, comme une structure, une colonne vertébrale.
Parfois cela se fait en quelques jours, parfois en quelques mois, parfois en quelques années... L'envie de vous épanouir ensemble devrait résister au temps nécessaire pour vous apaiser tous les trois, ensemble ou pas d'ailleurs.

Pour ma part, je ne conçois pas possible de faire vivre une histoire d'amour adossée à une souffrance. Ce serait accepter un rapport de force, et pour moi le polyamour peut prendre tous les chemins et toutes les formes, sauf celle ci.

#

(compte clôturé)

le lundi 08 octobre 2012 à 21h27

Merci à tous les 3 pour vos observations très intéressantes, je les ai lues avec beaucoup d'attention et elles m'ont fait avancer dans ma réflexion en m'apportant un nouvel éclairage. Bien que d'emblée, je rejoigne JoliMatin; Zina et bouquetfleuri vous touchez des pensées qui commencent à s'éveiller en moi...
Tout d'abord je précise que je souhaite l'équilibre de chacun et ne souhaite absolument pas exclure la femme de mon ami. Mais je ne souhaite pas être exclue non plus. J'ai tenté (autant que possible) de me mettre à la place de sa femme mais je ne veux pas oublier mes rêves, nos rêves, nos espoirs. Là où j'ai du mal à avancer c'est en quoi leur reconstruction doit passer par une pause pour nous. En quoi serais-je un frein à cette reconstruction puisque mon ami reconnait que c'est ce mode de vie qui lui convient? Oui, je pense qu'il doit pouvoir la rassurer et l'apaiser et que cela se fera au sein de leur couple.
Cependant, j'essaie d'imaginer cette pause en me disant que je dois laisser à mon ami un libre-arbitre et ne rien imposer, j'ai pourtant l'impression qu'à moi on impose cette pause . Je vois aussi, dans l'acceptation de cette pause, une renonciation de ma part, un abandon de mes convictions et surtout je m'interroge sur la manière de vivre cette pause au mieux (ou au moins pire!!).
J'ai peur de le perdre...
Je suis d'accord sur le fait que notre histoire d'amour va avoir du mal à se développer si les difficultés mettent du temps à se résoudre de leur côté, si la souffrance est présente dans leur couple ou au moins pour sa femme. Il en souffre aussi aujourd'hui. Mais j'ai ce sentiment très désagréable que ma souffrance est considérée comme moindre. Je souhaite l'accompagner mais pas entraver leur parcours.
Je ne souhaite pas et ne peux pas lui arracher une décision, il ne voit actuellement pas d'autre issue mais comprend que je n'accepte pas cette idée. Il dit qu'il ne changera pas d'avis sur le polyamour, que sa compagne semble l'avoir compris. J'ai l'impression désagréable d'avoir été un "révélateur" mais que cela ne me sera pas bénéfique...
Zina a sans doute raison: partir du principe que le but final est d'être à 3 était un peu présomptueux. Je voulais dire que mon ami semble sûr de vouloir vivre le polyamour, que je l'avais compris et que je pensais que sa femme le comprendrait aussi. Je me trompe peut-être. Mais de combien de temps une personne peut avoir besoin pour accepter ou ne pas accepter de nouvelles idées, une nouvelle vie?
Dois-je accepter cette pause? Quelle marge de négociation pour moi dans cette pause?

#
Profil

LuLutine

le dimanche 14 octobre 2012 à 16h38

JoliMatin
Son explication doit être douce, patiente et bienveillante, mais il me semble important qu'il lui fasse bien comprendre que l'abandon (même pour un temps court) de votre relation à vous deux est non "négociable". Sinon c'est la fin de votre histoire.
Comme vous, j'ai ce sentiment que la "discontinuité" (je ne veux employer le mot de rupture, même temporaire) n'est pas une solution parce que justement c'est le fruit d'une négociation qui envisage une solution dans laquelle vous êtes exclue.
Quant à votre attitude vis à vis de votre ami, j'ai peur que votre destin soit un peu entre ses mains. Vous pouvez seulement l'aider à garder le cap et l'empêcher de choisir un jour ou l'autre la facilité d'une rupture.

Je n'aurais pas beaucoup mieux dit.
Sonja, si ton amoureux souhaite réellement vivre en polyamoureux, il n'y a pas de rupture, quand bien même serait-elle temporaire, à négocier.
S'il fait ce choix par facilité, ça me semble une très mauvaise idée pour lui (et pour toi aussi, mais tu n'as aucune contrôle là-dessus, donc c'est son problème).

Les polyamoureux je crois, on ceci en commun qu'ils ne choisissent pas la facilité :)

En effet, lorsqu'on a un partenaire amoureux, le dialogue est déjà primordial, mais lorsqu'on en a plusieurs, il faut dialoguer avec tous, et trouver la meilleure solution, c'est encore plus difficile ! Mais c'est un choix !

Je pense que ton amoureux doit rester cohérent par rapport à ce choix, si c'est le sien.

Cependant, je crois aussi que c'est à lui de décider ce qu'il veut pour lui (et pas parce que sa femme le lui aurait demandé, je précise bien) et que tu ne peux pas intervenir dans ce processus. C'est sa décision.

S'il souhaite faire une pause, ne plus te voir et que toi, cela ne te convient pas, tu ne peux évidemment pas le forcer à te voir. En revanche, tu peux décider qu'une telle relation ne te convient pas et que tu n'as pas envie de "l'attendre".

Bien sûr, c'est difficile, mais pour ma part je trouve cela moins difficile que d'avoir le sentiment d'être...quoi ? Une roue de secours ?...

Je crois qu'en résumé, je dirais : tu n'as aucun pouvoir sur lui et sur ses actes (et heureusement !), mais tu as le pouvoir de décider des tiens.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 15 octobre 2012 à 11h59

Vous pouvez aussi discuter de la qualité de la pause, en étant rigoureux sur l'application, ça peut être une bonne transition.
Vous pouvez, par exemple, décider que vous allez vous voir pendant quelques temps mais sans sexe ou découchage, amour platonique...

Disons qu'il faut peut-être des moments où toi, l'épouse et l'amant soyez en situation d'aménager les choses en se proposant quelque chose. Reconstruire les relations en tenant réellement compte des paramètres actuels. Et durant cette période, proposer aussi la rencontre entre toi et l'épouse... Vous êtes pas obligées de vous apprécier, mais être parties prenantes pour vous croiser peut vous aider à dépasser les peurs, passer plus vite à une phase épanouissante.

Bon, ça peut ne pas marcher, ne pas être du tout pour vous. Mais il faut peut être envisager une solution inhabituelle pour sortir d'impasses anciennes.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 20 octobre 2012 à 18h31

La pause est actée, mon amoureux n'a pas vu d'autre issue. Il m'a rassurée sur le fait qu'il pense que nous pouvons surmonter cette épreuve. Effectivement, je n'ai pas de prise sur cette décision et ne pouvais que réfléchir à l'acceptation ou à la rupture. J'ai accepté car, malgré tout, le fait d'avoir annoncé à sa femme son amour pour moi et son souhait de partager sa vie entre elle et moi est un signe fort. Je souhaite donc nous donner l'opportunité de voir comment les choses vont évoluer... J'ai tout de même peur d'être déçue à l'issue de cette pause. Tout est possible...

LuLutine
<S'il fait ce choix par facilité, ça me semble une très mauvaise idée pour lui (et pour toi aussi, mais tu n'as aucune contrôle là-dessus, donc c'est son problème).>

Je ne sais pas s'il a fait ce choix par facilité. Peut-être!! Très mauvaise idée pour lui? Peut-être aussi.
Maintenant, il faut que je passe cette "étape" au mieux. Nous avons "convenu" de ne pas nous voir, éventuellement de nous écrire mais pas trop... Nous sommes partis pour plusieurs mois ainsi.
J'aurais aimé envisager une solution inhabituelle, ne pas entrer dans l'absence de dialogue. J'ai déjà tant de choses à lui dire, à lui demander.
Comment vivre au mieux cette pause? Comment ne pas perdre espoir et rester fidèle à mon engagement? Comment faire pour ne pas trop souffrir de l'absence?

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 21 octobre 2012 à 19h45

Sonja
Comment vivre au mieux cette pause ? Comment ne pas perdre espoir et rester fidèle à mon engagement ? Comment faire pour ne pas trop souffrir de l'absence ?

Moi je dirais que l'idéal est de dialoguer au maximum, de vous échanger des nouvelles, de rester en contact.

Mais si vous avez décidé de ne "pas trop" vous contacter, ça rend les choses bien plus difficiles....et je ne sais pas te répondre.

#

(compte clôturé)

le vendredi 16 novembre 2012 à 21h55

Me revoilà, la pause est comme annoncée une vraie pause totale, sans contact, sans nouvelles,à laquelle je ne vois toujours pas le sens pour nous, notre relation...
Nous avions convenu de cette vraie coupure et je la respecte mais je m'interroge sur son absence de manifestation que j'ai tendance à interpréter comme de mauvaise augure... Mais je sais ce que valent les conclusions hâtives.

En quelques semaines, je suis passée par de nombreuses phases, je réussis curieusement à faire de cette pause quelquechose, à vivre pour moi, à prendre du recul, à entreprendre... Quand je dis curieusement, c'est que je me suis demandée si cela était bien "normal" de pouvoir vivre ma vie et d'en profiter sans lui !! En réalité, je me rends compte qu'il est en moi en permanence, que je vis avec l'espoir d'avoir un signe de lui et surtout de le retrouver. J'ai peur d'être déçue au bout du compte car je n'ai vraiment aucune nouvelle alors que nous sommes proches géographiquement. J'ai tellement envie de savoir s'il m'aime toujours et si cette attente "vaut la peine". Besoin d'être rassurée !!

J'ai envie d'intervenir, je respecte la pause mais les modalités ne me conviennent pas.
j'ai besoin de savoir où il en est.
Qu'en pensez-vous? Vaut-il mieux respecter cette pause (sa décision) et prendre le risque d'un mauvais réveil? Ou intervenir d'une manière ou d'une autre, lui faire savoir que je tiens à lui, que je ne suis pas impassibe: en résumé m'imposer pour notre amour?
Ou peut-être encore tout abandonner, il n'est peut-être pas si polyamoureux que cela puisqu'il a décidé de donner aujourd'hui la priorité à son couple, de prendre le risque de me perdre. Alors le laisser vivre cette vie de couple qui ne le satisfait pas totalement mais qu'il souhaite sauver?
Tant de questions... merci de vos commentaires et expériences ...

#

(compte clôturé)

le vendredi 16 novembre 2012 à 23h08

Vis toi même en polyamoureuse. Dans Ta vie une seule chose compte, Toi !

#
Profil

Katouchka

le samedi 17 novembre 2012 à 01h21

Sonja,
Je ne suis pas une spécialiste et pas vraiment polyamoureuse.
Dans mon trio à moi, je suis la femme. Je voulais justement accorder une place à l'amante. Ca ne se passe pas très bien parce qu'en fait elle et moi ne sommes pas du tout d'accord sur le "quelle doit être cette place?".
Ton histoire m'interpelle. Je comprends à quel point tu te sens abandonnée.
Son amante à lui, après tout ce qui s'est passé, c'est vrai que parfois je finis par la haïr, lui en vouloir, la mépriser mais jamais au grand jamais tout cela devait remettre en question le fait qu'ils se voient. Parce que que ce soit elle ou moi, ils nous aiment et que je l'aime ou pas (elle), il ne peut pas nous priver de son amour et de tout ce qui va avec. Comment pourra-t-elle admettre qu'il t'aime toi si pour elle il réussit à ne pas te voir du tout pendant un temps si long? Elle sera certes rassurée mais elle pensera surement que l'amour qu'il te porte ne vaut pas grand chose par rapport au leur. Disons qu'il aurait pu négocier de t'appeler au moins.
Là il lui prouve seulement qu'il peut se passer de toi, c'est effectivement dangereux.
Je suis donc pour t'encourager, sans faire de forcing, à te rappeler à lui. Tu es un être de chair, de sang et de sentiments, tu n'es pas une poupée qu'on peut laisser dans un coin en attendant. C'est NORMAL que tu ais besoin d'être rassurée. Alors demande lui de le faire.
Ton témoignage me touche beaucoup, j'aurais bien aimé que ce soit toi l'amante de mon trio.
Bon courage.

#

(compte clôturé)

le samedi 17 novembre 2012 à 21h49

En fait j'avais et j'ai décidé d'agir car effectivement je ne suis pas insensible, loin de là. J'ai besoin de nouvelles, de sentir les événements, de me rappeler à lui et de sortir de la passivité et la neutralité. Et de savoir tout simplement s'il m'aime toujours...
Avant de penser au trio (je croyais que l'on en était là) je souhaite déjà remettre du lien entre lui et moi.
Sa décision, suite à la demande de sa compagne, que nous ne nous voyons pas pendant un temps plus ou moins long, semblait être la condition pour qu'elle puisse dépasser la trahison. Aujourd'hui (comme au moment de la décision dailleurs), je ne sais trop quoi penser de cette "résignation" de mon ami.
Donc action, j'en reparlerai.

Envisager le polyamour pour moi?? j'y pense mais n'en suis pas encore là. Pour l'instant je l'aime lui, et souhaite reprendre, poursuivre, développer notre histoire.

Katouchka, merci pour ton message. J'ai lu plusieurs de tes écrits et perçois un peu ta situation. Ton ami t'avait-il parlé de ses intentions de polyamour ou as-tu été mise devant le fait accompli?Combien de temps t'a t'il fallu pour accepter la situation? Quelle est ta vision de la place d'une amante?
Et dernière question (et c'est vrai que cela ressemble déjà à un interrogatoire en règle, désolée, mais ta situation m'interpelle également): pourquoi dis-tu que tu n'es pas vraiment polyamoureuse? L'es-tu un peu?
C'est vrai qu'il faut du courage quand on choisit une voie "inhabituelle" mais il faut du courage en amour, je crois, rien n'est acquis.
Merci encore, à tous.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Katouchka

le dimanche 18 novembre 2012 à 11h06

Mon ami et moi avions déjà parlé du "polyamour" mais une seule manière de le vivre semblait nous convenir lorsque l'on en parlait au conditionnel. Cette manière c'était que si il tombait amoureux d'une autre fille, l'idéal serait qu'elle et moi nous nous entendions bien et que nous puissions vivre des projets communs. Moi, je n'avais pas vraiment envisagé d'avoir d'autres amoureux et même si je me sens libre aujourd'hui d'en avoir, ce ne sera pas pour avoir des projets communs ou des projets de vie similaires à ceux que je vis avec mon conjoint actuel.(Mais bon on ne sait jamais ce que le vie nous réserve mais à priori non)
Aujourd'hui, mes idées ont un peu évoluées sur la place de l'amante.
Mais avant tout, ce qui me paraît primordial c'est que quel que soit son projet avec le "mari", elle doit avoir conscience que celui-ci a une famille et qu'il ne peut s'inscrire dans un projet qui le priverait de celle-ci même partiellement, en gros cela doit être compatible. Il n'est pas obligé d'être toujours présent mais il ne peut pas l'être la moitié du temps.
Ensuite tout est possible. Dans mon histoire, je pensais qu'elle, elle voulait une place similaire à celle de femme (une sorte de seconde épouse), je n'étais pas contre mais à mon sens pour cela il faut des conditions, des règles (qui se construisent ensemble) et pour elle, bah... non...
Ah oui et sinon bah je l'ai acceptée de suite mais je ne le vis toujours pas bien. (ça fait 1 an)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion