Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Questionnement poly-Différente

#
Profil

Minora

le mardi 01 octobre 2019 à 15h52

Ben en fait ce psy était absolument abominable et en 2 séances j'avais fuit donc non, il n'a certainement pas dit ce que je cherchais à entendre.
D'ailleurs je n'en attendais pas qu'il me dise ce qui est bien ou mal, si l'un des deux était plus en "faute" que l'autre, ça n'avait aucun intérêt pour moi. Je ne suis pas idiote, une relation c'est 2 personnes, une séparation c'est 2 personnes.
Je voulais juste ne pas rendre encore plus angoissant une rupture de vie qui, quoi qu'on en dise l'est déjà beaucoup pour des enfants qui subissent des décisions d'adultes.
La vie ça n'est pas tout noir ou tout blanc, il n'y a pas le Bien et le Mal et rien d'autre autour. Norme ou pas, nous vivons dans un entre-deux et il ne sert à rien à mon avis de tout voir via le prisme de la norme que cela soit pour l'en encenser ou au contraire la condamner.

#
Profil

Minora

le mardi 01 octobre 2019 à 15h56

bonheur


Après, ton psy était bon pour TOI parce qu'il abondait dans ton sens. Il ne t'a pas accompagné mais allait dans ton sens. Dans ton cas, ça t'a fait du bien de savoir que tu n'étais pas seule à souffrir. Toutefois, on en revient à ce que dit @bidi... Lui et toi sont les gens biens et ceux-celles qui sont à l'origine de la séparation-divorce sont les méchants mauvais.

Ce psy t'a-t-il indiqué que dans une séparation, les deux personnes ont leur propre part de responsabilités. Désolée @Psg, mais le lien est vraiment intéressant. Le méchant parent, c'est toujours l'autre dans ces cas là et ce simple (mauvais à mes yeux) constat autorise tout, juste pour que celui qui a le beau rôle, celui qui n'est pas en "faute" soit dans son bon droit et reconnu comme "subissant"

Sincèrement, je ne sais pas dans quoi tu es partie mais cette partie de ton message est très signifiante. Tu extrapoles de choses que je n'ai pas dites en un déroulé complètement fantasmagorique...

#
Profil

bidibidibidi

le mardi 01 octobre 2019 à 16h19

Minora
Je crois surtout que les choses ne sont pas aussi manichéennes. Il y a la norme et ce qui en sort. Les gens absolument et complètement raccord avec la norme sont rarissimes. Les gens entièrement en dehors également. Je crois fondamentalement que la plupart d'entre-nous est quelque part entre les deux.
Et moi je crois beaucoup à l'ouverture d'esprit et la tolérance. Je suis persuadée qu'ils sont en nous et que notre environnement familial, social, notre parcours de vie nous incite ou nous dissuade de les développer.

La norme n'est pas le grand méchant machin qui nous manipule tous et nous façonne sans aucune possibilité d'en sortir. La preuve avec le polyamour par exemple. Mais avec tant d'autres choses.

C'est à chacun de nous de choisir ce qui nous convient ou pas dans la norme. Le tout étant d'être prêt à assumer ces pas de côté.
Tu sais, je suis réellement profondément mono, pas par choix, mais c'est comme ça, je n'arrive pas à éprouver des sentiments amoureux pour plusieurs à la fois, ça ne fait pas de moi une ayatollah incapable de comprendre que pour d'autres c'est possible, que ce n'est pas grave, que c'est juste une autre différence qui fait la richesse des relations humaines.

J'y crois pas deux secondes. Transgresser la norme t'amène, en général, en prison. Donc je ne crois pas que tout le monde transgresse la norme à sa manière.
Rien que de lire les études féministes sur le genre te fait réaliser combien on est conditionné à percevoir la réalité d'une certaine manière pour rentrer dans le moule. Et la majorité des gens le font. La norme s'applique à tous.

Et je n'ai jamais dit que la norme était un grand méchant qui nous manipule. Pas besoin d'en faire un épouvantail. Je n'irai même pas dire que la norme est "mauvaise", elle est, et je ne pense pas qu'on puisse créer une société exempte de norme, la majorité des gens n'ont pas les capacités ou le désir de débattre d'éthique à chaque fois qu'ils font un plein.

#
Profil

bonheur

le mardi 01 octobre 2019 à 16h38

@Minora : le simple fait qu'il fasse un parallèle à sa vie personnelle, montre ce que tu décris fort bien. Qu'il faut fuir et j'avais en effet du mal à concevoir de ta part que tu dises être allé chercher ce que tu escomptais auprès d'un tel professionnel. J'ai extrapolé, en effet, suivant ce que tu indiqué. Et oui, mon extrapolation n'était pas si idiote puisque ton attitude, non indiqué, en est le reflet. Après, fantasmagorique ou logique ? (avec les infos en ma connaissance, évidemment).

#
Profil

Minora

le mardi 01 octobre 2019 à 16h42

J'ai l'impression qu'on ne parle pas de la même chose. Oui la norme est et oui elle est sans doute utile. Je ne parle pas de s'en affranchir complètement (et je crois que le terme de "déconstruction" si souvent utilisé ici est une chimère dans bien des cas). Mais je crois aussi que si l'on considère qu'elle règle tout, absolument tout (ce qui me semble être illusoire), on n'est pas pour autant obligé d'adhérer à tout absolument tout.
Après si l'on est dans le domaine de la conviction profonde et pas juste dans l'incompréhension alors nous avons toi et moi des convictions différentes et ça non plus ça n'est pas grave.

Débattre d'éthique pourquoi pas, mais personnellement je préfère le faire autour d'un café ou d'une bière plutôt qu'autour d'un distributeur d'essence.

#
Profil

Minora

le mardi 01 octobre 2019 à 16h46

bonheur
@Minora : le simple fait qu'il fasse un parallèle à sa vie personnelle, montre ce que tu décris fort bien. Qu'il faut fuir et j'avais en effet du mal à concevoir de ta part que tu dises être allé chercher ce que tu escomptais auprès d'un tel professionnel. J'ai extrapolé, en effet, suivant ce que tu indiqué. Et oui, mon extrapolation n'était pas si idiote puisque ton attitude, non indiqué, en est le reflet. Après, fantasmagorique ou logique ? (avec les infos en ma connaissance, évidemment).

A fuir on est d'accord. Heureusement que j'ai trouvé quelqu'un ensuite capable de me ré-assurer dans ma capacité à ne pas faire porter a mes enfants ce qui ne les concernaient pas et à les ré-assurer eux-aussi que l'on peut a nouveau être heureux après une rupture familiale de ce type et que la famille perdure, bien que sous une forme différente (comme tu le dis souvent, que la vie est impermanence).

#
Profil

bonheur

le mardi 01 octobre 2019 à 16h53

La norme : ben le code de la route est une norme comme un autre, mais je la comprend. Il a été obligatoire avec le développement de véhicules. Après, je constate au quotidien l'effraction et je ne suis pas exempte. Qui n'a jamais rouler au dessus de la limitation ? Après, je ne grille pas de feu, de stop. Je ne double pas n'importe où, n'importe comment. Alors oui, on s'arrange tous avec la norme.

Après, la société (je n'ai pas eu le temps de terminer tout à l'heure) n'est pas parfaite, y compris dans ses normes. @Minora, tu disais tout à l'heure que l'on pouvait aller chez un psy pour une situation de deuil (pour moi, la séparation en est une). Depuis combien de temps l'humain est-il confronté à cette situation ? Et bien, depuis tout ce temps, on ne s'est toujours pas faire face à cette situation, qui soumet notre émotion à du "désagréable". La disparition aussi (pour l'avoir vécu, je peux indiquer qu'il faut y ajouter une incompréhension insoluble). Que dit la société à ce sujet ? Qu'il faut rester digne, qu'il ne faut pas pleurer… Que l'on ne doit pas avoir un autre amour avant un délai de X mois, ou X années. Encore une fois, la norme ne tient pas compte de l'individu. C'est cela qui me choque dans les normes. Elles régissent plus qu'elles n'aident. Et la personne qui se doit d'écouter l'individu pour qu'il aille mieux, c'est le psy. Donc, s'il est normé, ben j'ai des difficultés. Après si son rôle est de dire le pourquoi de la norme, et juste cela, je m'inquiète sérieusement.

Comme pour le code de la route, il faut faire face. Et le psy doit justement comprendre le décalage entre le "bienfait" normatif (pourquoi cette norme a été instituée) ET la façon de vivre en étant soi et en conciliation avec ce que je préfère nommé mon environnement. J'y vois une sérieuse nuance.

Pour en revenir à ce psy que tu as fuit, où était l'intérêt de présenter cette histoire sans en indiquer la finalité, à part pour influencer un discours, entre autres le mien ? Sache que ça me surprend de toi :-(

#
Profil

bonheur

le mardi 01 octobre 2019 à 16h56

Minora
Débattre d'éthique pourquoi pas, mais personnellement je préfère le faire autour d'un café ou d'une bière plutôt qu'autour d'un distributeur d'essence.

??? Pour la bière, je suis ok.

Autrement, nous avons posté simultanément.

Je t'envoie un mp

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

Minora

le mardi 01 octobre 2019 à 17h06

Minora


Cela dit, je tends le bâton, il devait avoir lui-même vécu une séparation difficile et sortait tout à fait du cadre de neutralité que l'on peut attendre d'un professionnel. Il était tout à fait persuadé que l'homme se faisait toujours avoir dans ce cadre

En plein dans la norme ET les clichés sexistes.

;)

Ben en fait je pensais que ce passage expliquait bien qu'il ne s'était pas comporter comme un professionnel en sortant du cadre de la psychothérapie pour retranscrite sa vision personnelle d'homme et pas de psy et qu'en plus il s'agissait d'un discours orienté et jugeant.
Mais peut-être n'etais-je pas clair. Dans ce cas je suis désolée de t'avoir induite en erreur.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

bonheur

le mardi 01 octobre 2019 à 17h12

Ben en effet, je n'avais pas compris cela du tout. Dis comme ça je comprend bien :-) . Sans doute je deviens "compliquée" et sur les sujets qui me tiennent à cœur je suis plus en vigilance. Ceci explique sans doute une partie de cela. Comme quoi, les interprétations se font parfois. Avec mes excuses sincères pour mon incompréhension

#
Profil

bidibidibidi

le mardi 01 octobre 2019 à 18h07

Minora
Débattre d'éthique pourquoi pas, mais personnellement je préfère le faire autour d'un café ou d'une bière plutôt qu'autour d'un distributeur d'essence.

Je pense qu'on a largement dépassé le cadre de ce sujet. Au plaisir de parler d'éthique autour d'une bière (ou en message privé) :-)

#
Profil

Naguera

le mercredi 02 octobre 2019 à 03h32

Bonsoir ou devrais-je dire bonne nuit tant je me connecte tardivement.

Quand vous échangez sur un sujet, vous ne faites pas les choses à moitié, c'est très sympathoche de vous lire.
Alors, pour reprendre sur le sujet "psy normé/ psy non normé", à mes yeux, l'idéal, c'est surtout un psy qui pousse son/sa patient(e) à trouver un cadre qui lui correspond, norme ou non. Ma psy a des propos sur le polyamour que je qualifierais de légèrement "réacs", pour autant je vais me faire l'avocat du diable : nos échanges ne sont pas dans le jugement, mais bien dans la communication et elle n'a pas pour but d'influencer mes choix, mes constructions psychiques, au contraire c'est un échange constructif dans le questionnement.

Donc, sans être du même avis, nous arrivons à échanger sur le sujet et finalement, parfois me "heurter" à des propos qui ne me correspondent pas m'offre aussi la possibilité de réfléchir à mes propres schémas de vie (voilà pour l'expérience et le point de vue très perso). Tout ça me donne le sentiment de pouvoir m'ouvrir à la discussion sur ces sujets, mais aussi de me confronter à mes limites. Cette discussion avec ma psy, que je reprendrai ce jeudi, me permet au contraire de me conforter dans le fait que le polyamour, reste pour moi une forme de don émotionnel très beau, mais que le chemin à parcourir sera long avant de trouver un cadre et/ou un équilibre qui me permettra d'envisager ce type de relation avec sérénité.

#
Profil

bonheur

le mercredi 02 octobre 2019 à 08h33

Rien n'est simple, c'est vrai. Egalement, apprendre par la négative (ignorer ce qui nous convient commence par connaitre ce qui ne nous convient pas => c'est un premier pas) est une solution que j'ai souvent adoptée. Le chemin est long, parfois très sinueux… à notre image. Toutefois, quand on est au sommet, la vue est magnifique !

#
Profil

Naguera

le mercredi 02 octobre 2019 à 16h37

Dans un article de l'obs, un avis sur le polyamour me semble déconcertant. donc voici et le lien et une citation de l'article.

https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-rue69/200811...
Le polyamour, c’est du libertinage ?

"Françoise Simpère : Les couples libertins qui batifolent ensemble dans des clubs sont plutôt fusionnels, puisqu’ils veulent tout voir de l’autre, y compris comment il fait l’amour ailleurs. Les couples libertins qui ont des aventures chacun de leur côté sont polyamoureux, mais, je crois, privilégient davantage la séduction et le sexuel que l’affectif.

Ils sont dans l’idée « tu peux aller voir ailleurs, mais ne tombe pas amoureux(se) ». Cela étant, cette distinction est un peu sommaire, car les polyamoureux ont mille façons de vivre et changent selon les périodes, ils peuvent même avoir des phases monogames."

Ce passage de l'article ouvre encore un débat, j'y vois un amalgame navrant entre ces deux termes "polyamoureux" et "libertins". Souvent sont mélangées et l'idée d'amours multiples et de sexualité libre et multiple.
Pour moi polyamour rime avec avec amourS, pas nécessairement avec libertinage et coucheries d'un soir. Entendez-moi bien, je n'ai rien contre le libertinage, mais en mélangeant les genres dans la description, on dessert l'image du polyamour.

Alors, pensez-vous qu'il existe autant de polyamour que de polyamoureux (c'est-à-dire aussi des polyamoureux seulement d'un point de vue sexuel) ?
Dans ce cas, ne devrait-on pas préférer le terme polysexuel ?

Autrement, le concept de "couple" paraît souvent s'opposer aux relations polyamoureuses, du moins le mot est accepté dans l'optique d'un couple primaire/primordial, pourtant le polyamour se traduit aussi par des polycouples. Les médias véhiculent principalement la vision du couple classique, monogame et qui s'ouvre à des relations satellites, puisque souvent on peut lire "le couple s'autorise...", mais ici et là, j'ai pu lire des témoignages de nombreux polys qui ne sont pas dans des couples primordiaux. Finalement, c'est comme si nous étions encore "prisonniers" de la construction sociale du couple "classique".
Qu'en pensez-vous ?

Voilà, je ne sais pas si mes propos sont "lisibles".

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

bonheur

le jeudi 03 octobre 2019 à 10h28

Il y a en effet une possibilité de lecture ambiguë. C'est dommage !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion