Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Pfiou...chui pas sortie de l'auberge...

Bases
#
Profil

kadah

le vendredi 01 avril 2011 à 16h20

Bonjour à tous et toutes. Je suis très heureuse d'avoir découvert ces fils de discussion qui m'ont permis d'y voir un peu plus clair dans la situation que je vit. Cette situation est compliquée car je sais maintenant que je suis un poly-amoureuse mais que mon compagnon ne semble pas prêt à voir notre situation amoureuse changer... Nous sommes ensemble depuis 4 ans maintenant et nous ressentons un amour au de là de tout ce que j'ai pu imaginer. Or, je suis un papillon, j'aime plaire et j'aime qu'on me plaise. Longtemps j'ai considéré que cela relevait d'une soif d'amour causée par des parents "mal aimants"... peut-être est-ce une phase dans ma Construction personnelle ou encore ai-je trouvé une manière de vivre sereinement. .... toujours est-il que j'en ai marre de souffrir de ne pas pouvoir être moi-même ! De plus, de par notre différence d'age (j'ai 33ans il en a 24) et son manque d'expérience, il me semble légitime de lui laisser cet espace de liberté. Mais il voit ça comme une intrusion dans mon corps, MON corps! Je ne sais pas quoi faire pour qu'il comprenne, je ne veux pas lui cacher, c'est déjà arrivé début de notre relation et nous avons eu du mal à nous en remettre. En bref c'est, soit je reste avec lui, fidèle et j' en chie soit on se sépare et ça, ça me semble inconcevable ! Ma psy ce matin, on avait pourtant bien commencé, me demande si je pense l'aimer suffisamment pour lui rester fidèle... j'en suis encore sur le cul, comme si ça avait un rapport... voilà pour ma petite histoire. Chui bien paumée dans tout ça, peut-être pourrez-vous m'éclairer !

#
Profil

Adonis

le vendredi 01 avril 2011 à 17h08

Salut, je crois être à peu près dans le même cas que toi.
Je suis un mec de 32 ans, depuis 3 ans j'ai une petite amie plus jeune (25 ans). Nous vivons une histoire complice et constructive, avec beaucoup d'amour, mais j'ai depuis toujours refusé l'exclusivité (je suis issu d'une famille constellaire, elle aussi d'ailleurs pourtant, et j'aurai espéré qu'elle en aurait tiré les enseignements et un certain "art" de vivre). Je me reconnais complètement dans le polyamour, ou une relation "inclusive". Malgré nos longues discussions, les lectures que je lui préconise, les réflexions que j'ouvre, elle n'est toujours pas prête à entendre et comprendre ma façon d'aborder notre relation, à laquelle je tiens aujourd'hui plus que tout. Je n'ai aucunement l'envie d'y mettre un terme. J'ai eu l'occasion de passer à l'acte et "d'entretenir" une histoire avec une autre. Je ne pouvais, ni ne voulais lui cacher. Je ne veux pas vivre dans le mensonge, je souhaite vraiment instaurer une relation de confiance. Elle préfère que je lui mente par omission, et que je ne lui dise rien. Je ne conçois pas de vivre ainsi... Pour l'instant, j'en suis là.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 01 avril 2011 à 18h23

Adonis > Essaie de voir le verre à moitié plein, quand même. Elle demande un mensonge par omission, c'est déjà très différent de "moi seulement ou rien". C'est même bien mieux !

Je comprend que tu veuilles vivre ton truc à ta façon, mais vous pouvez peut-être commencer par dialoguer sur la portée de l'omission. Si ça se trouve il y a de la marge de manoeuvre pour chacun, et surtout, vous pouvez partir d'un type d'arrangement et avec le temps avoir beaucoup plus de liberté que ce qui était programmé... Principe de réalité.

Je ne suis pas un monogame qui cherche à me cacher la vie amoureuse de mes amantes, mais je suis quelqu'un qui demande une certaine dose d'intimité dans mes relations affectives.
Ainsi, je me sens pas obligé d'être copain avec les compagne ou compagnons de mes amis.
Et ça m'emmbête beaucoup quand je ne peux plus voir la personne avec qui j'ai des affinités sans voir presque systématiquement leur chériiiiii(e).

Je ressentirais dans ce cas un déséquilibre des intimités : être obligé de voir une personne proche avec son amant(e), ce serait ne pouvoir vivre mon rapport à mon ami uniquement dans un cadre qui en grande partie ne me concerne pas... Parfois je le fais spontanément - ouiouioui, c'est fou je vais voir mes amis dans leur environnement habituel - mais quand on m'oblige à ne pouvoir avoir d'échanges QUE comme ça, c'est invasif.
L'univers de mon ami peut inclure une personne avec qui je n'accroche pas ou pas tout le temps, je peux simplement avoir besoin de partager des temps qu'on se "réserve" l'un pour l'autre... (c'est comme quand je demande aux copains de pas checker leur portable tout le temps... ).

Donc il s'agit d'un équilibre à garder entre un lien affectif, intime, et le reste de la vie qui continue à tourner autour. On doit trouver le moyen de se respecter en se partageant. Quadrature du cercle, mais aussi garantie que chacun donne son affection de la manière qu'il préfère.
"Jouir et faire jouir, sans faire de mal à personne", Chamfort il est fort.

EDIT : la suite, je la coupecolle pour aller nourrir un autre fil, désolé pour la gène occasionnée...

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Romy

le vendredi 01 avril 2011 à 18h29

Siesta est en forme! Toujours bon de te lire.

#
Profil

Adonis

le vendredi 01 avril 2011 à 18h41

Merci de l'intervention. Je ne vais pas tarder à rebondir...

#
Profil

Adonis

le vendredi 01 avril 2011 à 18h51

Pas sur en revanche que ça aide beaucoup plus notre amie Kadah.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 01 avril 2011 à 19h00

Oué, désolé par rapport au post de départ...
Pour pas envahir plus et défavoriser des réponses plus dans le sujet, j'ai mis la suite de mes réflexions sur la transparence, les concessions et l'intimité dans un vieux fil.

#
Profil

kadah

le samedi 02 avril 2011 à 00h28

bon, ben là je crois que c'est cuit... après une longue et douloureuse discussion, il m'a clairement dit qu'il ne voulait pas que j'ai des relations avec d'autres que lui... ça a été une discussion franche et sans réserve, ce qui est positif,, ce qu'y l'est moins, c'est qu'il estime que si je vais coucher avec quelqu'un d'autre, il me verrait comme salie, souillée... un peu trash là...
il ne comprend pas que je veux que ce choix m'appartienne, qu'il soit entièrement mien, y compris le choix de ne pas coucher avec quelqu'un, que ce ne soit pas parce que lui ne l'accepte pas que je dois refuser.
je crois que nous sommes dans une impasse...

#
Profil

Polypoli

le samedi 02 avril 2011 à 01h36

@kadah
il t'a clairement dit qu'il ne voulait pas que tu aies des relations avec d'autres que lui....
Quoi de plus clair !!!
Sacrifies toi !!!
Agis suivant sa volonté et non la tienne !!
Exécution !!!
Il estime que si tu vas coucher avec quelqu'un d'autre, il te verrait comme salie, souillée...
Quelle belle vision de l'amour il a !!!!
En tant que poly depuis 25 ans je n'y vois pas une impasse pour vous
juste une vision un peu déformée de la fabuleuse richesse des rapports amoureux !
Une bonne correction avec une jolie paire de lunettes et sa vision du monde en sera bien changé......

#
Profil

kadah

le samedi 02 avril 2011 à 12h25

@ polypoli, mais que dois-je faire pour que la situation évolue? je me sent face à un mur, et franchement, je me le prend en pleine gueule...

#
Profil

Clown_Triste

le samedi 02 avril 2011 à 13h20

@Kadah,

Malheureusement, ta situation est courante. Et, en matière de sexualité et d'intimité, notre ressenti échappe bien souvent à notre contrôle, à toute rationalité. On voit souvent des situations, par exemple, où des personnes sont intellectuellement d'accord sur l'idée du polyamour et de la possibilité de relations sexuelles avec d'autres, mais où elles souffrent terriblement lorsque cela se produit (beaucoup de gens disent par exemple ne pouvoir imaginer celui ou celle qu'ils aiment dans les bras d'un autre sans frémir, être révulsés, etc.)

Toutefois, étant donné le jeune âge et la relative inexpérience de ton compagnon - et le fait que vous êtes visiblement en mesure de parler sincèrement sans que cela tourne au conflit - peut-être que cela vaut quand même le coup d'explorer plus avant vos ressentis.

Toi, visiblement, tu souffres à l'idée d'être contrainte de n'avoir que lui comme partenaire sexuelle, de devoir fermer la porte à la possibilités d'autres étreintes. Sans doute lui as-tu déjà communiqué cette souffrance, et les raisons qu'il y a derrière (ou du moins ce que tu en comprends). L'important est qu'il sache que cela t'est difficile, de lui fournir des points de comparaisons avec des expériences qu'il connaît (genre "j'adore les fraises mais si on me disait que dorénavant je ne dois plus manger d'autres fruits, je perdrais progressivement le goût des fraises").

De son côté, il pense que si tu couchais avec d'autres il te verrait comme "souillée" et "salie". Je ne le connais pas mais, à première vue, cela sonne plutôt comme une vision culturelle, influencée par le contexte judéo-chrétien, plutôt que comme un ressenti personnel née d'une expérience qu'il aurait vécue. Il pense que c'est ce qu'il ressentirait.
Sans doute se conforme-t-il à ce qu'il a pu voir, lire, entendre autour de lui. Certains clichés ont la vie dure : l'homme ayant droit à moult expériences mais la femme perdant sa valeur si elle n'est pas "pure".
D'où le fantasme de la femme vierge comme épouse recherchée ou encore le distinguo qu'on voit très souvent entre "la femme qu'on baise" et "la femme qu'on épouse", les deux ne pouvant être les mêmes et les pratiques avec l'une ne pouvant être vécues avec l'autre.
(Autant dire que j'abhorre ce discours, mais il reste courant).

Invite ton compagnon à réfléchir aux vrais fondement de cette vision. Pourquoi croit-il à cela ? Se conforme-t-il à une vision sociale, à des clichés (macho, en l'occurence), ou bien s'agit-il de ce que lui ressent profondément, du fait de son parcours de vie ?
Evidemment, une telle réflexion implique une vraie volonté de se remettre en question, de faire la part entre nos valeurs personnelles et celles qu'on nous a inculquées "de force" et qu'on a adopté par mimétisme, sans réfléchir, depuis l'enfance.
C'est un parcours potentiellement long et complexe, qui doit souvent de nourrir de longues réflexions, de lectures, d'échanges, etc.
Certaines personnes s'y refusent, ça leur fait trop peur. Elles préfèrent dire : "je suis comme ça, c'est comme ça que je pense, ça changera pas".

Je te souhaite que ton compagnon, constatant ta détresse et partageant ton envie de faire durer votre alliance, accepte de se remettre potentiellement en cause.
Note que ça marche dans les deux sens, et que tu dois toi aussi accepter de réfléchir de la même manière :)

Pour commencer, tu pourrais essayer de démontrer les limites de son raisonnement. Par exemple, tu as connu d'autres hommes avant lui, donc tu es déjà "souillée" ? Toute femme qui ne serait pas vierge serait "salie" ? Est-ce bien raisonnable ?
Quelle différence, concrètement, entre le fait de faire l'amour avec toi deux jours ou deux ans après que tu aies été pénétrée (ou autre) par quelqu'un d'autre ?
(On part ici du principe que tu ne mélanges pas les odeurs, les fluides corporelles, etc. de tes amants et qu'à priori son ressenti est lié à une idée, non à des faits tangibles).

J'ignore si cela aura de l'effet mais je te souhaite de pouvoir trouver un équilibre dans cette relation à laquelle tu tiens visiblement beaucoup (et si en plus vous en profitez pour vous faire progresser mutuellement, c'est encore mieux :)

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Adonis

le samedi 02 avril 2011 à 14h24

De mon coté, ça fait plus d'un an que je tente de faire partager ma vision à ma partenaire, et rien n'y fait... Je suis contraint de lui mentir.

#

Titanesque (invité)

le samedi 02 avril 2011 à 14h29

Bien d'accord avec polypoli... Il y a des limites à la tolérance!

Un mec qui pense que celle qu'il prétend aimer est "salie" parce qu'elle en aime un autre et qui le vit... Que dire?

C'est lui le mur!! Et il t'en goût plein la gueule de sa trouille, de don égoïsme et de son manque de maturité!!

Qu'il avoue tout simplement qu'il ne le supporterait pas parce qu'il ne se sent pas très sur de lui et qu'il a peur... Ça c'est courageux!

Le reste?... Inacceptable à mon sens!

Tu as là un choix à faire: comment voudrais-tu être aimée? Et par qui?

#

Titanesque (invité)

le samedi 02 avril 2011 à 14h31

Il ne s'agit plus de sortir de l'auberge, mais de retrouver sa dignité et sa liberté fondamentale!

Et c'est lui qui n'est pas sorti de sa propre prison!!

#

Titanesque (invité)

le samedi 02 avril 2011 à 14h34

A Adonis... C'est elle qui se ment à elle même!! Qui t'oblige à lui mentir... N'inversons pas les responsabilités!!!

#
Profil

kadah

le samedi 02 avril 2011 à 20h21

merci clown triste pour ta longue et détaillée explication, je me sent moins coincée...
tu parlais de mes ex amants, et bien il en a été question justement dans la discussion, et il me disait trouver idiot de ne pas être déranger par eux, et être dérangé sur le fait de me partager ( même si bien sûr je lui ai dit que cela se ferait dans le respect).

il pense que je l'aimerai moins, que j'aurai moins de temps pour lui, et là, c'est con, mais on ne vit pas ensemble et on a déjà des vies sociales séparées et communes, mais dès que le mot sexe rentre dans la conversation, il se bloque et ne focalise plus la dessus...
il part du principe qu'embrasser c'est tromper, trahir, alors, je l'ai trahi

ce qui me fait peur c'est que mon amour pour lui s'étiole si la situation reste telle quelle

#
Profil

Deville

le dimanche 03 avril 2011 à 03h07

kadah
Bonjour à tous et toutes. Je suis très heureuse d'avoir découvert ces fils de discussion qui m'ont permis d'y voir un peu plus clair dans la situation que je vit. Cette situation est compliquée car je sais maintenant que je suis un poly-amoureuse mais que mon compagnon ne semble pas prêt à voir notre situation amoureuse changer... Nous sommes ensemble depuis 4 ans maintenant et nous ressentons un amour au de là de tout ce que j'ai pu imaginer. Or, je suis un papillon, j'aime plaire et j'aime qu'on me plaise. Longtemps j'ai considéré que cela relevait d'une soif d'amour causée par des parents "mal aimants"... peut-être est-ce une phase dans ma Construction personnelle ou encore ai-je trouvé une manière de vivre sereinement. .... toujours est-il que j'en ai marre de souffrir de ne pas pouvoir être moi-même ! De plus, de par notre différence d'age (j'ai 33ans il en a 24) et son manque d'expérience, il me semble légitime de lui laisser cet espace de liberté. Mais il voit ça comme une intrusion dans mon corps, MON corps ! Je ne sais pas quoi faire pour qu'il comprenne, je ne veux pas lui cacher, c'est déjà arrivé début de notre relation et nous avons eu du mal à nous en remettre. En bref c'est, soit je reste avec lui, fidèle et j' en chie soit on se sépare et ça, ça me semble inconcevable ! Ma psy ce matin, on avait pourtant bien commencé, me demande si je pense l'aimer suffisamment pour lui rester fidèle... j'en suis encore sur le cul, comme si ça avait un rapport... voilà pour ma petite histoire. Chui bien paumée dans tout ça, peut-être pourrez-vous m'éclairer !

Mes conseils sont:
1) Base la psy puritaine à l'esprit étriqué conformiste; trouves-toi en une moins normative et plus spirituellement élevée :).

2) Puisque tu l'aimes, reste avec ton mec tant que tu l'aimes, ne lui raconte rien sur tes autres amours-flirts s'il ne te demande rien, mais, s'il te poses des questions dis lui toujours la vérité, avec tact mais sans hypocrisie aucune. Répètes (même s'il ne te crois pas) que la fait que tu ais besoin d'un espace d'intimité avec d'autres hommes (ou femmes) n'est pas un problème ni de toi (pas normale, pas sérieuse, pas engagée a fond, incapable d'aimer vraiment et autres sornettes) ni de lui (pas suffisamment séduisant pour que tu lui sois "fidèle", par suffisamment X ou Y pour que lui seul suffise a combler tout tes besoins affectifs et sexuels), ni de votre amour (pas suffisamment intense, plein parfait et autre sornettes): ce n'est pas un problème DU TOUT. C'est juste TOI. A lui donc de t'accepter tel que tu es, ou de te quitter si ce que tu ES au fond de toi même n'est pas compatible avec son bien-être. Ton corps est à toi pas à lui. Tu le laisses s'en servir pour plaisirs mutuels, c'est tout.

Tu ne fais pas la guerre, au contraire tu redoubles d'amour. Tu ne fuis pas, au contraire tu restes. Mais tu ne te soumets pas non plus à une demande illégitime de sa part de suppression de ton identité profonde. Cela risque de générer pas mal de disputes et peut-être plusieurs ruptures, mais c'est le prix à payer pour être libre et authentique. S'annuler par amour ne mene à rien. Ne jamais céder au chantages émotionnels. Ne jamais se croire anormal parce qu'on annule pas ces instincts et sentiments comme certains autres souhaiteraient qu'on l'on fasse, la plupart du tant sans savoir pourquoi, et dans tout les cas sans aucune raison rationnelle.

Bonne chance.

#
Profil

kadah

le dimanche 03 avril 2011 à 10h50

@Deville : merci, merci et encore merci!
je suis encore toute émue de ton post, je vais méditer la-dessus et je repasserai vous donner mes humeurs ; )

#

(compte clôturé)

le dimanche 03 avril 2011 à 11h32

kadah
(j'ai 33ans il en a 24)

Juste comme ça : ce que tu as indiqué ici entre parenthèses me semble très important. 24 ans c'est encore jeune et il faut souvent du temps et de la maturité - et avoir un peu "vécu" pour accepter de déconstruire une norme aussi bien installée que celle de l'exclusivité amoureuse.
Ses réticences viennent peut-être aussi (surtout ?) de son âge, et partant d'un manque de recul sur les relations amoureuses. On peut être tout à fait affranchi de tout ça dès l'âge de 17 ans, bien entendu, mais ce n'est quand même pas la majorité, et ça ne me semble pas si étonnant qu'il en soit encore à des rêves de princes et princesses...
Le temps, le temps, on ne le dira jamais assez mais le temps est dans toutes nos histoires un allié objectif.

#
Profil

kadah

le dimanche 03 avril 2011 à 12h06

Janis
Juste comme ça : ce que tu as indiqué ici entre parenthèses me semble très important. 24 ans c'est encore jeune et il faut souvent du temps et de la maturité - et avoir un peu "vécu" pour accepter de déconstruire une norme aussi bien installée que celle de l'exclusivité amoureuse.
Ses réticences viennent peut-être aussi (surtout ?) de son âge, et partant d'un manque de recul sur les relations amoureuses. On peut être tout à fait affranchi de tout ça dès l'âge de 17 ans, bien entendu, mais ce n'est quand même pas la majorité, et ça ne me semble pas si étonnant qu'il en soit encore à des rêves de princes et princesses...
Le temps, le temps, on ne le dira jamais assez mais le temps est dans toutes nos histoires un allié objectif.

effectivement! je suis sa première histoire et du coup, il manque d'expérience et de point de comparaison... ça reste cependant une personne très réfléchie et très ouverte, mais qui est également en construction avec les doutes et les peurs que cela implique...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion