Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

La place de l'amour

#
Profil

Sophie72

le dimanche 11 août 2019 à 19h13

bonheur

Je sais que chez moi, le souvenir, la nostalgie est belle. Elle est utile et légère. Oui, je pleure parfois, je ne m'en cache pas, parce que le passé, l'être aimé… est un souvenir. Mais mes larmes sont justement là pour ne pas que ce soit pesant. Je les laisse couler et d'ailleurs souvent je souris de la beauté des souvenirs. Les larmes et la joie qui s'entremêlent et reflètent la justesse de l'émotion de l'instant. Par contre, le polyamour fait que je ne peux m'enfermer dans le passé, car l'amour passé + l'amour présent, sont compatibles.

Ta dernière phrase me fait réaliser que presque chaque fois que je suis tombée amoureuse, je venais de faire un deuil. Plus jeune chaque fois que j'avais eu un chagrin d'amour, je ne me sentais mieux que lorsque je tombais amoureuse à nouveau. Sans doute que comme la quarantaine a amené son lot de deuils: deuils de certains rêves, deuils de la période de la maternité etc... ma polyaffectivité est "réapparue".

Les propos de OoO sont un peu complexes pour moi mais sans doute très pertinents. Ce que je sais des deuils importants c'est que tant qu'on ne peut dire qu'on aurait tout refait pareil malgré les épreuves et souffrances, le deuil est incomplet. Il y a eu un deuil important dans ma vie de femme qui m'a pris 13 années J'ai cru plusieurs fois que je ne pouvais aller plus loin dans le deuil mais c'était sans compter sur les surprises de la vie et les belles rencontres. Donc je sais que certaines rencontres amoureuses ou non peuvent être de puissantes opportunités de nous réconcilier avec notre histoire de croire à nouveau en la beauté des relations humaines.

#
Profil

bonheur

le dimanche 11 août 2019 à 19h53

@Sophie72 : Il faut aussi tenir compte des "changements" de vie. Quand on est dans une nouvelle tranche de vie, on change d'environnement, y compris dans l'humain.

Par exemple, je sais que moi, j'ai eu mes coups de cœur lors de changements… ceux de mon fait (je m'intègre dans un nouvel environnement) ou ceux du fait de la personne rencontrée (qui s'intègre dans mon environnement).

On peut aimer en se rapprochant de quelqu'un et que cette personne te laisse briser la glace ou tombe sa carapace. Mais là encore, il faut un déclencheur. Aucun déclencheur sans changement.

Le deuil permet à la fois une retrouvaille différente avec la personne du passé (ou relationnelle liée au passé), à la fois une reconnexion à soi, intégrant ce passé comme n'étant pas nocif ou mauvais. Par exemple, lorsque l'on ne considère plus le motif de fracture du passé comme une injustice mais comme une continuité juste et légitime.

#
Profil

bonheur

le mardi 13 août 2019 à 11h14

J'ai provoqué hier une discussion avec la personne qui m'a incité à débuter ce fil de discussion. Il a enclenché la procédure de séparation et mis la maison en vente, bien qu'elle soit revenue vivre chez eux. Il a découvert lors de cette discussion l'origine de ce qui le mettait mal à l'aise alors qu'il est certain du bien fondé de sa décision. Il a peur de perdre l'amour qu'il a pour elle et c'est ce qui, par le passé, a fait qu'ils reproduisent constamment ce schéma de vie qui au final, les rendrait malheureux, lui comme elle. Ils sont incompatibles… dans une vie commune. Ils s'aiment et s'aimeront toujours, mais voilà, vivre ensemble est destructeur pour eux. Je souhaite qu'elle le comprenne à son tour. Pour l'instant, il peuvent disposer d'opportunités d'échanges, que je leur souhaite de qualité. Il est en congés et fait des travaux dans leur maison en prévision de la vente.

Par contre, j'ai fait un constat qui m'a horrifié. Ils ont la cinquantaine passé et ont un enfant majeur. Celui-ci ne supporte pas le comportement de sa mère (ce que je peux comprendre). Mais là où je m'insurge, c'est qu'il a menacé son père de couper les ponts avec lui s'il ne la quittait pas. J'ai trouvé ça hyper violent comme dictat. Et je suppose (pas certaine) qu'il y a un chantage aux petits-enfants à la clé. C'est dégueulasse !!!

Comme je l'ai déjà dit, j'ai couper les ponts avec notre fils ainé, que j'ai fini par foutre à la porte (et non, rien à voir avec le polyamour). Par contre, il reçoit son père (mon chéri de vie) et ses frères. Quand une fête de famille a lieu, je n'y vais pas… j'assume ma décision et n'en fait pas porter les répercussions sur d'autres.

J'ai eu aussi un échange mail récent avec quelqu'un qui subit cela également. Une autre forme de chantage affectif, mais tout aussi perturbant. C'est quoi ce délire ?

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion