Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Le jour où il a dit « et si je proposais un câlin à ton amie… ? »

Engagement
#
Profil

Lyana

le jeudi 24 décembre 2015 à 13h08

Avant même le début de notre relation, je me suis présentée comme polyamoureuse. Parce que depuis 12 ans, la personne à laquelle je suis la plus fidèle, c'est mon amant... Parce que cet amant était toujours là, avant une nouvelle relation puis après mon ancienne relation. Oui, au début je l'écartais quand je vivais quelque chose, il l'acceptait en me disant qu'il restait là, qu'il attendrait... Et tout à coup, ce rapport au temps m'a semblé stupide (il était là avant... Il sera là après... Au fond il est déjà là pendant). J'ai en parallèle découvert l'existence du polyamour (je suis de celles qui se sont senties rassurées juste à découvrir que je n'étais pas seule, que je n'étais pas un monstre et qu'un mot existait pour nommer cet "état"). J'ai tenté de l'expliquer à ma dernière relation mais ça n'a pas été possible, c'était trop douloureux pour lui et pour moi... Bref tout ça pour dire que dans la mesure où me découvrir poly m'a valu de perdre une relation qui m'était chère, désormais quand je sens une relation naissante, j'annonce d'emblée (j'en ai fait fuir quelques-uns comme ça! Pas drôle quand ça arrive mais j'me suis pas mal interrogée sur la pertinence de l'annoncer avant mais c'est ce qui reste pour moi le plus honnête)

Mon amoureux actuel, à cette présentation, a été plutôt séduit... Lui parlait plutôt d'amours libres... de liberté de disposer de son corps... de libertinage... de compersion (sans nommer le mot mais l'idée...) et il se disait heureux de pouvoir (enfin) vivre ça.
Ça a été un grand soulagement de se rencontrer sur ce point et depuis une belle relation se construit chaque jour. Beaucoup (trop?) de temps ensemble, mon autre relation se trouve un peu en retrait, un peu mise en suspens par manque de disponibilité du moment et oui, je peux dire, passion amoureuse... mais je la sais tellement solide, cette relation de fond, que je ne m'inquiète pas tant.
Alors que je disais à mon ami que j'avais pris un petit moment, tout petit moment avec mon amant de toujours et que je voulais savoir comment il le vivait, s'il voulait savoir ou non quand ça arrivait... Il m'a dit qu'en effet, il préférait que je lui dise et d'ailleurs il voulait savoir comment je prendrais moi le fait qu'il pense demander à ma bonne amie une rencontre câline.
Et là... Bouloum bam bam... J'ai découvert une de mes limites d'un coup d'un seul!
Il était sans relation au moment de notre rencontre... Et je pense qu'il aimerait lui aussi jouir de cette liberté qu'il m'offre. Mais j'avoue que là!
Pour plusieurs raisons, je suis en panique:
-c'est une très bonne amie et confidente de longue date; elle me parle énormément de ses relations et moi aussi je lui parle des miennes. Elle se définit comme sans attentes dans ses relations mais passe de longues heures à me confier ses attentes et déceptions d'ailleurs. Je passe un temps fou à lui "faire prendre conscience" qu'elle souffre au regard des "attentes" qu'elles nient pourtant... Du coup...
-elle est fatiguée de papillonner, elle recherche une relation durable, fixe, normale... Un homme avec qui on partage tout le quotidien.
-je la trouve pas désirable (Ben, j'avoue, je ne m'étais jamais posée la question et j'ai clairement honte de la réponse... après je sais bien que ce n'est pas à moi de la désirer mais ça ne m'aide pas à être empathique avec le désir de mon ami)
-nos enfants, nos petites ados sont toujours l'une chez l'autre. Et mon ami est "officiellement" mon ami bien que j'ai expliqué à ma fille que nous tenions à nous offrir la liberté d'aimer... (En principe apparement!)

Du coup dans les 24h qui ont suivi, je suis passée par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel et je lui ai à peu près exprimé tout ce qu'il était possible d'exprimer du "vas-y... Tu es libre... Amuse-toi... Sois léger..." Avec l'ajout progressif de règles du type "je veux pas qu'elle me parle des soucis dans votre relation... Je ne pourrais être sa confidente sur cette relation là" puis "je ne veux rien savoir... Fais le mais ne me dis rien" puis "mais elle veut un homme à elle... Et tout le temps... Elle va te prendre, j'ai peur de te perdre" jusqu'au "mais comment tu peux avoir envie d'elle! Tiens j'ai même plus envie de la voir!" Ou "mais y'a pas assez de nanas sur Terre, faut que tu prennes MA pote?!" Ou encore "purée y'a 6 mois, je vous avais organisé une rencontre, u. Dîner parce qu'elle a besoin d'un chéri... et vous n'aviez pas accroché alors c'est pas maintenant que...!"
En somme... pas un grand moment de fierté pour la poly que je crois être! Donc là... culpabilité maximale!
Il s'est même senti, peut-être obligé, de s'excuser, de reculer... en disant qu'il voyait bien que c'était sensible pour moi et que vu notre bonheur du moment, il n'avait aucune envie de me tracasser autant pour si peu.
Re-culpabilité!

J'ai conclu en lui disant que, pour l'instant, c'était trop difficile pour moi, trop "haut niveau" dans la liberté parce que trop proche de moi, avec des répercussions presque inévitables sur ma relation d'amitié. Je manque encore de maturité pour aller jusque là sans tracas.
Enfin j'ai du mal à conclure... Je lui en reparle souvent car je suis sur mon os... ma limite... Et grrrrrrrrr... Ça me travaille! Ça me travaille!
Je m'en veux de lui avoir dit tout ça.

Si je confie ce tout ça là aussi, c'est pour recevoir vos ressentis...
Ne serais-je poly que quand ça joue en ma faveur?!
Manquerais-je à ce point d'empathie, de compersion?
Est-ce une limite compréhensible?
Je me demande s'il ne s'agit pas de notre différence... Il est libertin version tendre et câlin... Je suis poly (pour moi y'a un préalable ou une supposée dimension amoureuse...)?
Une lecture à me conseiller?

Je vous remercie pour vos éclairages... de plus loin... de plus haut... de côté...

#
Profil

Leolu

le jeudi 24 décembre 2015 à 17h24

La discussion à venir m'intéresse beaucoup, car pour moi, le point central du polyamour, c'est l'autonomie, la liberté individuelle...
Mais laquelle ? La nôtre ou celle des personnes de notre vie ?

Personnellement (mais serais-je à l'abri d'une contradiction intime ?), j'ai un comportement plutôt fataliste, que j'associe à mon profond sens de la liberté individuelle (de tout le monde, donc des autres, presque plus que la mienne) : le responsable du maintien de ma relation, c'est ma partenaire, et pas moi. Et j'aime à penser qu'il en est de même pour elle(s). Moi, je ne fais que vivre cette relation et la rendre désirable.

Ce qui signifie que je peux la perdre à tout moment, sur une décision qui ne m'est pas propre, SA décision (et aussi que je peux décider de rompre moi-même, sauf qu'il en faut beaucoup pour que ça arrive).
Peut-être que je réagis comme ça parce que je n'ai pas encore retrouvé la partenaire "parfaite" que j'ai pu connaître par le passé (ou que l'ayant perdue, je ne crois plus à la permanence des choses)...

Dans ce cas, j'aurais donc tendance à observer d'un air curieux, intéressé, et peut-être amusé, la direction que va prendre cette amourette, même si les deux personnes me sont très proches.
- La logique voudrait que ça dure ce que ça dure... et qu'un retour "à la normale" ne manquera pas.
- L'exceptionnel serait qu'il bouleverse tellement les choses que je pourrais perdre mon équilibre du moment.
...mais comme je suis blindé et fataliste... je considérerais que c'est de ma faute, et pas celle des personnes libres qui ont fait un choix différent de celui de mes attentes.
J'avais confiance. Et je continuerai à avoir confiance.

Bien entendu, je penserai ça de moi... jusqu'à ce que ça m'arrive ! ;)

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

Nurja

le vendredi 25 décembre 2015 à 08h46

Je peux comprendre que tu aies des difficultés à imaginer ton amoureux en "moment calin" avec ton amie si cette amie est une personne avec laquelle vous parlez de vos relations, etc. Surtout si tu sais en plus qu'elle risque d'en sortir blessée.
Je suis polyamoureuse. Je ne serai pourtant pas prête à ce qu'un amoureux ait une relation avec une de mes soeurs par exemple (plus parce que s'il est en relation avec elle, cela veut dire qu'on n'a rien à faire ensemble, mais bon).

Peut-être qu'il serait chouette que vous clarifiez ensemble s'il y a des personnes qui sont "inaccessibles" et pourquoi.

#
Profil

Nurja

le vendredi 25 décembre 2015 à 22h00

J'ignore s'il t'a dit "proposer un câlin à ton amie" plutôt que "proposer un câlin à X". S'il a vraiment cité le lien qu'il y a entre elle et toi plutôt que son nom, c'est bizarre. Comme si ce qui l'intéressait n'était pas la personne, mais de t'atteindre.

#
Profil

Lyana

le samedi 26 décembre 2015 à 13h23

Merci Leolu pour ton partage....
C'est exactement dans cet esprit que je voudrais savoir vivre ma/mes relations: je me sentirais libérée (au sens d'un lâcher-prise sain) tout en le libérant.
Sauf que là, tout de suite, maintenant, je n'y arrive pas.

Nurja, tu me demandais la forme qu'avait prise sa demande, c'était "et si je proposais un câlin à X" mais, il ne connaît X que par moi. Ils se connaissent depuis 1 an parce que justement j'avais "organisé" leur rencontre, 2 amis célibataires qui recherchent un partenaire... mais ils n'ont jamais ni l'un ni l'autre manifesté de l'intérêt et pris l'initiative d'une rencontre à eux. Depuis qu'il est en relation avec moi, nous passons beaucoup de temps ensemble et il l'a voit beaucoup plus dans des moments où elle confie aussi ses besoins de tendresse. Il a glissé avec moi dans le statut de "confident" et il a entendu un appel.

Mais comme tu dis Nurja, je crois que pour le moment, il y a une limite de ma part à respecter, une règle à poser. La comparaison avec une relation avec une sœur est bien choisie car, peut-être parce cela fait 20 ans que je vis outre-mer, loin de ma famille, cette amie depuis 14 ans, est un peu comme une sœur (à la fois, je l'adore et j'ai besoin de la voir... À la fois elle m'agace sur certains petits trucs...)
Puisque c'est une limite, je me dois aussi de bien la comprendre et/ou de la "travailler" pour la faire évoluer vers cet idéal que nous avons en partage.
La "difficulté", enfin là où les choses ne semblent pas justes à mes yeux... C'est que de mon côté, j'ai toujours une autre relation (presque 2) mais pas lui. Et comme il se dit réservé, peu entreprenant et lent à entrer en relation, il a l'impression qu'il ne pourra jamais exercer sa liberté (d'autant plus si je le bride dès qu'il trouve un élan). Et comme c'est sa premiere demande concernant sa liberté... se la voir refuser ne lui donne pas beaucoup d'espoir pour la suite. Le "et si en fait tu n'acceptais jamais que j'ai une autre relation sous couvert de plusieurs limites personnelles comme "trop proche", "pas désirable", etc..."
Peut-être devrais-je me/nous contraindre à garder plus de temps pour l'autonomie de chacun? Nous obliger à moins se voir... pour que personne ne néglige son jardin...
Mais ce serait aller contre l'élan naturel du moment...
Moarf!

#
Profil

Nurja

le samedi 26 décembre 2015 à 16h25

Je ne vois pas bien en quoi tu aurais un mot à dire sur la désirabilité d'une éventuelle partenaire de ton amoureux.

Il me semble que mettre une règle de type "a priori pas de relation avec quelqu'un qu'on a connu via l'autre" est imaginable et laisse beaucoup d'ouverture (surtout avec le a priori)

#
Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le dimanche 27 décembre 2015 à 21h40

D'abord, oui, tu as le droit de poser les limites que tu veux, à lui après de voir ce qu'il en pense... Et le poser "pour l'instant" n'empêche pas d'en reparler en prenant le temps, à voir si tu veux questionner cette limite et ce qu'elle représente pour toi.
D'autre part, je pense qu'il est assez fréquent que le désir se porte d'abord sur le cercle amical proche, surtout dans une situation plus ou moins fusionnelle comme celle que vous vivez : il n'est peut-être pas en contact avec beaucoup d'autres femmes, et il est possible aussi que son désir pour toi "rayonne" un peu sur tes amies.
Perso, sans avoir de règles formelles en la matière, je trouve en général préférable d'éviter l' "endogamie", parce que ça peut donner des dynamiques en vase clos pas forcément faciles à maîtriser, mais bien sûr tout dépend des personnes.
Quant à ce que chacun ait de l'espace (pour rencontrer d'autres personnes mais pas seulement), c'est une question plus large. Je pense qu'il n'est jamais bon de se " forcer" si vous voulez passer tout votre téléphone temps ensemble pourquoi pas ? Mais poser la question, saisir l'occasion dès qu'autre chose de vraiment motivant apparaît, c'est effectivement plutôt sain sur le long terme, la chose à éviter étant l'automaticité, la culpabilité de demander du temps à soi.

#
Profil

Aiglesblanc02

le samedi 02 janvier 2016 à 01h50

Bonjour,

Cette discussion est intéressante car pour moi le mot Polyamour était inconnu il y a une 15zaine d'années quand j'ai découvert l'être. Je suis avec une compagne depuis une trentaine d'années avec un métier ou j'étais toujours en déplacement. être a l'hôtel seul ce n'est pas marrant donc un peu comme ce que l'on dit pour les marins j'avais une femme dans chaque port. C'est alors que je me suis rendu compte que les histoires que j'avais avec certaines femmes ce n'était pas que pour le sexe. Certaine nous vivions un vrai histoire d'amour, malheureusement ayant déjà une compagne les histoires ne duraient pas longtemps.
Au retour d'un séjour de 2 ans aux USA alors que ma compagne n'avait pas pu m'accompagner (puiqu'en Visa Etudiant) elle c'était fait une amie en couple.
Quelques temps plus tard cette amie c'est séparer de son compagnon et lorsque les enfants allaient chez leur père nous nous allions la réconforter. C'est alors qu'une histoire d'amour est née le soir de Noël entre nous 3. Nous étions la vraiment dans une forme "Polyamour" et plus dans une forme "maitresse" forme qui me déplaisait car impossible de vivre le vrai PolyAmour
Pour préserver les enfants nous étions discret mais le voisinage parle. Les simples soupçons de cette id-ile au bout d'un peu plus d'un an ont eu raison de notre histoire.

Si je raconte ceci c'est pour montrer le fait que si l'une des personnes est un proche a des avantages. N'oublions pas que nous vivons dans une société de Monogame et que ce qui sort de la Normalité sociétale peut déranger ou servir de raison de chantage.

L'avantage d'une sœur pour l'exemple puisque cité, vis à vis du voisinage éveil moins les soupçons, on peut aussi trouver chez une sœur le complément de l'autre et il y a plein d'autres avantages qui serait trop long a énumérer pour faire durer une histoire Polyamour. Si je peux en parler c'est que ma compagne a une sœur dont je suis amoureux depuis plusieurs années mais malheureusement cela reste un amour impossible l'une comme l'autre pense a un peu comme ce que j'ai lu sur ce blog.

Je ne sais pas si quelqu'un a déjà vécu cela et qui pourrait témoigner car je voudrai bien savoir si cela existe.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion