Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Séduction éthique

Culture
#
Profil

LeGrandStyle

le dimanche 27 novembre 2022 à 13h43

Après avoir embrassé la philosophie du polyamour depuis bientôt 1 an, je me questionne sur comment pratiquer une séduction éthique.

Un peu de contexte, je suis un homme cis hetero de 28 ans, avec comme motivation principale de découvrir de nouvelles manières d’être, d’aimer et de relationer. Je vis déjà avec une partenaire et compte fonder une famille.

Mon approche jusqu’ici fut de clairement mentionner ma philosophie, et d’être systématiquement transparent sur mes relations lorsque la question m’était posée.

J’en viens cependant à questionner cette approche. D’une part, c’est un tue l’amour avant même de pouvoir créer un lien quelconque, et d’autre part, cette approche conditionne le type de personne que nous rencontrons.

Dans quel mesure est-il raisonnable de préserver le flou sur nos relations dans la phase de séduction? Ces partenaires projetteront probablement des attentes non réalisables, et il y a de fortes chances que la relation se termine sur une note amère.

J’envisage de rester transparent sur les attentes futures possibles (mariage, enfants, projets), sans pour autant faire entrer le concept de polyamour dès le début de la relation (entre 1 à 2 mois).

Dans quelles mesures cela peut-il créer des situations souffrantes pour mes partenaires, et quels sont vos positions sur le sujet?

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

Mark

le dimanche 27 novembre 2022 à 20h25

LeGrandStyle
Après avoir embrassé la philosophie du polyamour depuis bientôt 1 an, je me questionne sur comment pratiquer une séduction éthique.

Un peu de contexte, je suis un homme cis hetero de 28 ans, avec comme motivation principale de découvrir de nouvelles manières d’être, d’aimer et de relationer. Je vis déjà avec une partenaire et compte fonder une famille.

Mon approche jusqu’ici fut de clairement mentionner ma philosophie, et d’être systématiquement transparent sur mes relations lorsque la question m’était posée.

J’en viens cependant à questionner cette approche. D’une part, c’est un tue l’amour avant même de pouvoir créer un lien quelconque, et d’autre part, cette approche conditionne le type de personne que nous rencontrons.

Dans quel mesure est-il raisonnable de préserver le flou sur nos relations dans la phase de séduction? Ces partenaires projetteront probablement des attentes non réalisables, et il y a de fortes chances que la relation se termine sur une note amère.

J’envisage de rester transparent sur les attentes futures possibles (mariage, enfants, projets), sans pour autant faire entrer le concept de polyamour dès le début de la relation (entre 1 à 2 mois).

Dans quelles mesures cela peut-il créer des situations souffrantes pour mes partenaires, et quels sont vos positions sur le sujet?
Message modifié par son auteur il y a 6 heures.

Je ne peux que saluer ton questionnement.

LeGrandStyle
"D’une part, c’est un tue l’amour avant même de pouvoir créer un lien quelconque"

Déjà, je questionne la notion de séduction que je vois comme une posture, impliquant qu'il y a un objectif, une attente vis à vis de la personne.
Je ne vois pas en quoi la franchise est un tue-l'amour. Au contraire, il me semble que cela permet aux personnes que j' approche de choisir de manière éclairée, donc consentie d'entrer en relation avec moi. #consentement

LeGrandStyle
"cette approche conditionne le type de personne que nous rencontrons..."

Oui. Elle conditionne à rencontrer des personnes qui partagent/acceptent ma vision des relations. Je trouve ça plutôt positif et indispensable.

LeGrandStyle
"Dans quelles mesures cela peut-il créer des situations souffrantes pour mes partenaires..."

Créer une situation de mensonge par omission risque de produire blessures, déceptions et colère. Pas la meilleure base pour créer un lien je crois?

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

artichaut

le dimanche 27 novembre 2022 à 20h53

La séduction me semble déjà vouloir être une version éthique (ou polissée) de la drague. Il s'agirait donc de trouver une version éthique de la séduction ou doublement éthique de la drague ?

À mon avis c'est peine perdue. Et il me semble plus pertinent de questionner, et remettre en question, ce qu'il y a de pourri au royaume de la séduction (pour ne pas dire au royaume de l'éthique).

Pour moi ce qui est un tue l'amour, c'est la non-transparence, le non-consentement et je dirais même… la volonté de séduire.

Quand on cessera de vouloir "se vendre", de vouloir plaire, ou de vouloir convaincre l'autre, peut-être pourra t-on enfin toucher à l'amour… se donner tel qu'on est, et recevoir l'autre tel qu'il ou elle est.

#
Profil

Aki

le dimanche 27 novembre 2022 à 21h53

Si on analyse la situation :

Si une personne ne veut pas se mettre en relation avec toi après que tu lui ais annoncé dès le départ quelle est ta structure relationnelle, avec qui tu es déjà en relation et quels sont tes projets de vie, je ne vois pas comment ça pourrait lui donner plus envie après quelques semaines/mois à lui cacher ?

Le "flou" de la séduction ne peut rien produire de bon. Je pense qu'il faut être honnête avec soi-même et avec les personnes avec qui on est (et avec celles avec qui on commence potentiellement une relation). Il faut mettre cartes sur table pour permettre à la personne de choisir en conscience. Et oui, 75% des gens refuseront de se mettre en relation amoureuse avec quelqu'un qui a déjà un/e partenaire. En quoi leur mentir pourrait être intelligent ?

Si tu cherches à créer un climat de confiance pour des relations durables (et à être "efficace"), il est plus logique de chercher à rencontrer des personnes déjà polyamoureuses (ou autre modèle relationnel) expérimentées que d'embobiner des monogames.

#
Profil

artichaut

le lundi 28 novembre 2022 à 10h35

J'ajouterais même qu'il m'est arrivé de me prendre des non. Et que ce non s'est un jour tranformé en un oui. Mais un oui veritable, un oui conscient, un oui en connaissance de cause et après avoir pris tout le temps nécessaire.

Attention je ne dis pas que c'est dans l'attente de ça (d'une transformation en un oui) qu'il faut être transparent. C'est justement en arrêtant d'attendre ou d'éspérer, qu'on arrête de mettre la pression à l'autre (et à soi-même, au passage).

Donner les clefs à l'autre, c'est lui donner du pouvoir sur sa vie. C'est parier sur des relations plus saines, plus sereines, plus équitables. C'est carrément aller vers un monde meilleur.

Alors oui parfois le chemin est difficile. Oui, on va se prendre plein de non (et il va falloir dealer avec ça). On va peut-autre au début avoir ou vivre moins de relations. On va, qu'on le veuille ou non, aller vers la qualité au lieu de la quantité (ce qui est paradoxalement l'exact contraire de ce qui attire —consciemment ou non— la plupart des "néo-polys").

Pour ma part, il n'y a pas de retour en arrière possible. Quand on a goûté à cette sincérité là, à cette qualité relationnelle (ou non relationnelle !) difficile de s'en passer.
Et même l'on se rend compte que ça nous fait changer en retour. Il ne s'agit plus d'imposer le ça ou rien, ni de manière cachée (ne pas tout dévoiler), ni de manière dogmatique (être sincère mais campé sur ses "certitudes"). Entrer en relation, être en relation, n'est pas un combat à gagner, c'est au contraire se mettre en jeu avec ses failles et ses fragilités.

Le «  Grand Style » c'est de se montrer tel que l'on est, de donner du pouvoir à l'autre sur sa vie (la sienne), et de toujours lui laisser une porte de sortie.

Être "poly" c'est (ou ce pourrait/devrait être ?) bien moins additionner des relations, que chercher à vouloir ne pas enfermer l'autre, et donc agir en conséquence.

#
Profil

bonheur

le lundi 28 novembre 2022 à 15h13

Je crois que tout dépend la forme de polyamour que l'on vit. Etre polyamour en qualité de célibataire et par concept, ne revient pas au même que d'avoir fait transiter un couple officiel après être tombé amoureux.se.

Je crois qu'une personne qui me met devant le fait accompli, me perd à jamais. La moindre des choses, lorsque la transparence est possible, c'est justement d'affronter les situations. Se dédouaner des explications, d'accompagner au plus près les ressentis des uns et des autres (et aussi ceux des métamours), revient pour moi à ne pas se préoccuper de moi. Je me préoccupe des personnes que j'aime et des personnes qu'ils aiment. Attention, ce n'est pas "gage de réussite".

La personne qui fuit à la seule évocation du polyamour... s'offre le droit de s'extraire d'une situation qu'elle vivra mal. C'est son choix et tant mieux d'avoir ce réflexe de "survie" malgré l'émotionne ressenti.

Des personnes non poly, peuvent venir en acceptation du polyamour d'une personne aimée. Je vis avec l'une d'elle et j'accompagne la nouvelle relation d'un amour. Je n'interfère pas dans leur relation. Il a fait preuve d'honnêteté dès le départ. A parler de moi, et aujourd'hui nous communiquons, en toute sympathie. Elle fait ma connaissance gentiment et je n'ai rien contre elle (elle me dit qu'elle n'a rien contre moi). Nous sommes honnêtes et gentilles l'une envers l'autre. En tout cas, je le vis ainsi. Nos échanges sont dans la sympathie et la cordialité. Parfois dans la confidence, un peu :-) .

Nous n'avons pas d'animosité. En tout cas, je n'en ressens pas. Elle a mis du temps à se décider avant de communiquer avec moi. C'est normal de prendre le temps d'assimiler, de digérer, de comprendre, de réfléchir...

L'évolution est fluide, c'est important. Je ne me mêle pas de son rôle auprès d'elle. Si on me sollicite, je réponds. A lui comme à elle. Je ne voudrais surtout pas devenir un boulet ou intrusive. Je préfèrerais le quitter, que de devenir un poids. Je suppose qu'elle sera une relation principale, enfin je dirais qu'elle l'est déjà. Il l'aime et ça me réjouit, d'autant que je suis à distance et elle a proximité. Leur quotidien ne doit pas souffrir du quotidien que j'ai avec lui. Je n'ampute rien. Je complète. Elle est et je suis. Nous sommes et ils sont. Elle et moi, ça se passe bien, je crois. Je le ressens ainsi.

artichaut
Le « Grand Style » c'est de se montrer tel que l'on est, de donner du pouvoir à l'autre sur sa vie (la sienne), et de toujours lui laisser une porte de sortie.

Être "poly" c'est (ou ce pourrait/devrait être ?) bien moins additionner des relations, que chercher à vouloir ne pas enfermer l'autre, et donc agir en conséquence.

J'approuve. Si l'on compare au monde du travail. Je signe un contrat CDI sur la base d'un profil de poste que je pense réaliste et détaillé, puis concrètement, je découvre que mes missions ne sont pas celles dites. Ben je me suis faite avoir. Est-ce que je prendrai plaisir ensuite à venir travailler ? Ben perso, non. Je chercherai à me casser au plus vite, parce que j'ai été abusée, trompée. Quant à l'image que je diffuserai ensuite de cet employeur, je vous laisse imaginer.

Je lis trop souvent ici des personnes qui se sont faites abuser, et qui fustige le polyamour. Non, il faut fustiger la personne, pas le polyamour. C'est trop facile de s'attaquer à une philosophie, plutôt que de s'attaquer à un philosophe qui préfère ne pas respecter cette philosophie.

@LeGrandStyle. Je ne dis pas que ta réflexion n'est pas pertinente. Simplement, si tu agis ainsi, et c'est ton droit, merci de ne pas indiquer que tu es "polyamoureux". Ce mot ne doit pas servir à se dédouaner. Ta façon d'afficher ta différence peut se faire autrement et d'une façon plus juste, suivant tes choix.

#
Profil

kill-your-idols

le lundi 28 novembre 2022 à 20h28

Les techniques de séduction actuelles sont faites pour trouver le grand amour. Si on a déjà le grand amour et on veut trouver des autres partenaires, il faut adopter une technique différente.

De ma part, quand je veux rencontrer des nouvelles partenaires (ou simples amies), j'utilise une technique différente:

1) j'essaie de rencontrer beaucoup de monde: je fais des activités sociales, je m'inscris sur tous les sites de rencontres etc... Mon but est d'avoir au moins 1 premier RDV par semaine.

2) je fais plein de premiers RDV. Au premier RDV je ne dévoile pas grand chose sur moi, et rien sur ma vie amoureuse. Je garde le 1er RDV très court (1 heure environ) et très légèr.

3) avec les personnes que j'aime bien, je propose un 2ème RDV, puis un 3eme, etc.

4) je laisse la situation évoluer librement. Certaines rencontres vont évoluer vers un rapport amical, d'autres vers un rapport romantique, d'autres encore vers une relation sexuelle. Des rencontres vont simplement s'éteindre peu à peu.

5) au fur et à mesure que les rencontres évoluent, je dévoile ma vie, y compris ma vie amoureuse et mon côté non-monogame.

6) pour les premiers 18 mois, je garde à que la relation soit légère: pas d'argent en commun, pas de vie commune, pas plus d'une rencontre par semaine.

7) après les premiers 18 mois, l'autre personne connaît désormais très bien ma vie, y compris mes amours plurielles. Si elle n'est pas encore partie, ça veut dire qu'elle veut rester pour toujours. Donc, à partir de là on peut commencer à faire des projets plus sérieux.

#
Profil

Caoline

le mardi 29 novembre 2022 à 09h46

kill-your-idols
Les techniques de séduction actuelles sont faites pour trouver le grand amour. Si on a déjà le grand amour et on veut trouver des autres partenaires, il faut adopter une technique différente.

De ma part, quand je veux rencontrer des nouvelles partenaires (ou simples amies), j'utilise une technique différente:

1) j'essaie de rencontrer beaucoup de monde: je fais des activités sociales, je m'inscris sur tous les sites de rencontres etc... Mon but est d'avoir au moins 1 premier RDV par semaine.

2) je fais plein de premiers RDV. Au premier RDV je ne dévoile pas grand chose sur moi, et rien sur ma vie amoureuse. Je garde le 1er RDV très court (1 heure environ) et très légèr.

3) avec les personnes que j'aime bien, je propose un 2ème RDV, puis un 3eme, etc.

4) je laisse la situation évoluer librement. Certaines rencontres vont évoluer vers un rapport amical, d'autres vers un rapport romantique, d'autres encore vers une relation sexuelle. Des rencontres vont simplement s'éteindre peu à peu.

5) au fur et à mesure que les rencontres évoluent, je dévoile ma vie, y compris ma vie amoureuse et mon côté non-monogame.

6) pour les premiers 18 mois, je garde à que la relation soit légère: pas d'argent en commun, pas de vie commune, pas plus d'une rencontre par semaine.

7) après les premiers 18 mois, l'autre personne connaît désormais très bien ma vie, y compris mes amours plurielles. Si elle n'est pas encore partie, ça veut dire qu'elle veut rester pour toujours. Donc, à partir de là on peut commencer à faire des projets plus sérieux.

Dans la mesure où tu as déjà exprimé ici que ton objectif c'est créer une communauté pour survivre, c'est probablement efficace en effet. Mais il n'y a là dedans ni amour ni étique nous sommes d'accord ? C'est juste une technique de manipulation pour obtenir ce que l'on veut sans aucun respect pour l'autre, seules les suffisamment dociles et dépendantes restent...

#
Profil

kill-your-idols

le mardi 29 novembre 2022 à 10h28

Caoline
Dans la mesure où tu as déjà exprimé ici que ton objectif c'est créer une communauté pour survivre, c'est probablement efficace en effet. Mais il n'y a là dedans ni amour ni étique nous sommes d'accord ? C'est juste une technique de manipulation pour obtenir ce que l'on veut sans aucun respect pour l'autre, seules les suffisamment dociles et dépendantes restent...

Au contraire, je cherche plutôt des personnes bien autonomes, qui peuvent vivre sans être collées à moi. Et je ne fais aucune manipulation: Au contraire, je laisse les gens libres de trouver leur place, avec ou sans moi, et je ne fais rien pour les retenir.

#
Profil

Caoline

le mardi 29 novembre 2022 à 10h54

@LeGrandStyle

Il y a déjà eu pas mal d'éléments éthiques théoriques pertinents de donnés.
J'ai envie d'ajouter un témoignage sur ce que la non transparence peut engendrer comme souffrances même quand les personnes ont des sentiments forts et probablement un avenir ensembles. La situation est un peu différente de celle que tu envisages puisqu'il y a eu aussi absence de transparence vis à vis de ses relations antérieures à notre rencontre. D'ailleurs le ressenti de ta relation actuelle n'a pas été évoqué. Même si tu es transparent avec elle, il est probable qu'elle vive très mal si tu ne l'étais pas avec les autres car elle serait alors niée.

Pour ma part je suis dans une transparence totale, on m'a même déjà dit plusieurs fois que je cherche à faire fuir en début de relation et c'est vrai car quand je suis engagée dans une relation les ruptures me font beaucoup souffrir, je préfère donc que si ce que je peux proposer ne convient pas à l'autre, une relation ne se crée pas ou se termine très vite avant que l'on se soit vraiment attaché.

Il y a 3 ans j'ai rencontré celui que je considère maintenant comme le deuxième homme de ma vie. Il a été transparent sur certaines choses. Je savais qu'il avait une autre relation même si il la prétendait plus légère qu'elle n'était, et il m'a dit qu'elle serait au courant de la notre dès qu'il la reverrait, ce qui je pense fut le cas. Je savais aussi qu'il n'avait jamais été exclusif mais toujours dans le non dit. J'ai naïvement cru qu'avec moi ça serait différent puisque je ne demandais pas l'exclusivité.
En fait il avait une autre relation avec qui il m'avait dit avoir rompu quelques mois avant. Nous étions en contact depuis plusieurs années et je ne pouvais envisager une relation avec lui car il ne voulait pas l'en informer. J'ai découvert au bout de 18 mois que cette relation perdurait. Il la voyait peu, me disait qu'il voyait sa maman quand c'était le cas, mais c'était sa relation officielle dans le sens connue par sa famille alors qu'il disait qu'il ne présentait plus personne depuis une rupture avant 30 ans. Au départ il ne croyait pas à la durabilité possible de notre relation, sauf qu'il me disait souhaiter qu'elle dure! Il pensait donc que je ne le saurais jamais et que ça ne me ferait pas de mal. Nous avons en fait été très vite très amoureux mais comme il m'avait fait des mensonges horribles, puisqu'il avait juré partir seul en vacances à l'autre bout du monde au début de notre relation, me faisant même culpabiliser de ne pas y croire alors qu'il était en fait parti avec elle, entre autres horreurs... Quand j'écris ça je me demande encore comment j'ai pu rester avec lui en découvrant tout ça, même si tout ce que nous vivons ensemble est si génial que je sais que c’est pour ça mais vraiment de l'extérieur ça me semble sordide.
Il m'a promis vers ce moment là de tout dire aux deux autres femmes. Il l'a fait peu après pour celle qui connaissait mon existence, elle l'a quitté. Pour l'autre il a mis un an à trouver le courage. Il l'a fait car il voyait mon extrême souffrance de la situation. Elle a alors aussi vécu d'atroces souffrances, d'apprendre qu'elle était trompée depuis des années et d'autres choses. Elle a essayé de rester avec lui puisque elle a avoué que rien n'avait changé entre eux depuis le début de la relation avec moi. Mais moralement ça ne lui convenait pas, elle avait besoin d'exclusivité. Elle l'a donc quitté aussi.
Il se retrouve donc pour le moment en relation juste avec moi mais par ses mensonges et sa non transparence, il a créé de nombreuses souffrances aux trois femmes qu'il aimait. Il en a perdu deux et moi je ne sais pas si je pourrais un jour lui faire à nouveau confiance ce qui n'est vraiment confortable dans une relation en partie à distance. Et je ne parle pas des souvenirs qui reviennent régulièrement et font toujours mal.

Si il avait été transparent avec toutes dès le départ, au pire il n'aurait aussi plus que moi comme relation mais sans m'avoir occasionné toutes ses souffrances. Et au mieux il aurait peut-être gardé une ou deux des autres qui n'auraient pas eu à digérer la tromperie qu'elles ont vécu comme une profonde trahison. Même si lui se cachait derrière le fait qu'il n'avait jamais promis l'exclusivité, quand on ne dit rien dans notre société l'autre croit qu'on est dans la norme mono.

Donc le bilan est totalement négatif pour lui, car je ne pense pas que les avoir gardées dans sa vie 18 mois et 2 ans 1/2 compense les souffrances qu'il a vécu de nous en infliger.

Si je reste avec lui c'est par amour, pour tout ce que nous partageons de positif et parce qu'il est clairement engagé dans une démarche d'évolution vers la transparence, d'expression des émotions... et que je suis persuadée qu'il n'a jamais voulu faire de mal même si je trouve l'attitude qu'il a eu totalement inacceptable.

#
Profil

Anny

le mardi 29 novembre 2022 à 14h40

artichaut
La séduction me semble déjà vouloir être une version éthique (ou polissée) de la drague. Il s'agirait donc de trouver une version éthique de la séduction ou doublement éthique de la drague ?

À mon avis c'est peine perdue. Et il me semble plus pertinent de questionner, et remettre en question, ce qu'il y a de pourri au royaume de la séduction (pour ne pas dire au royaume de l'éthique).

Pour moi ce qui est un tue l'amour, c'est la non-transparence, le non-consentement et je dirais même… la volonté de séduire.

Quand on cessera de vouloir "se vendre", de vouloir plaire, ou de vouloir convaincre l'autre, peut-être pourra t-on enfin toucher à l'amour… se donner tel qu'on est, et recevoir l'autre tel qu'il ou elle est.

Tellement d'accord avec ça ! ❤️

#
Profil

bonheur

le mardi 29 novembre 2022 à 14h47

(+)

#
Profil

Caoline

le mardi 29 novembre 2022 à 17h26

@LeGrandStyle , comme j'aime bien regarder ce que les personnes ont écrit précédemment, je suis tombée sur ce post de toi dans un autre sujet

/discussion/-cGC-/Les-regles-du-jeu/#msg-115000

Dans la première partie, je trouve qu'il y a la réponse à ce que tu questionnes ici :

LeGrandStyle
Cette approche du polyamour n'est tout simplement pas éthique. Si on met a part le fait que ton partenaire se dit polyamoureux, et que sa compagne est (peut être) informée, la situation décrite ici est équivalente a un adultère, ni plus ni moins.

Il est de notre responsabilité d'informer nos partenaires sur nos attentes et nos limites, si possible avant que la relation crante. En debut de relation, l’équilibre est parfois compliqué a trouver entre légèreté et transparence, car annoncer notre mode relationnel va, dans la plupart des cas, amener sur des discussions plus lourdes/sérieuses.

Cependant, il est évident qu'un otage sentimental a été mis en place dans la relation présentée, volontairement ou involontairement.
Cela n'est que mon opinion, mais si l'on aime sincèrement, il n'y a aucune raison de mettre en place une situation qui sera forcement souffrante pour ses partenaires. Quelque soit les raisons qui ont poussées ton compagnon a laisser le flou artistique sur sa situation (manipulation, peur d’être rejeté etc.), cela n'est éthiquement pas acceptable.

En tant que polyamoureux(se), il est tentant de passer sous silence notre mode relationnel, car cela élargie nos opportunités de rencontre.

Dans cette partie par contre il me semble que tu étais déjà toi même bien loin de l'éthique que tu prônes :

LeGrandStyle
Mon approche personnelle est de laisser volontairement des indices pour que mes partenaires potentiels se doutent de quelque chose, et puissent poser des questions s'ils le souhaitent. J'informe également mes partenaires après le premier rapport sexuel, car cela est engageant pour la plupart des personnes.

Si tu informes après, alors que tu reconnais que c'est engageant pour la plupart des personnes, il n'y avait donc pas de consentement éclairé pour ce rapport sexuel, ça porte un nom un rapport sans consentement non ?

#

Jack Haddy (invité)

le mercredi 30 novembre 2022 à 09h30

Attention à ne pas confondre le "consentement éclairé" du mode relationnel polyA et le consentement au rapport sexuel.

Si le rapport est consenti, il est consenti. L'argument de ne pas être au courant qu'un des chiots de la grand-mère du cousin n'avait que trois pattes ne change rien au consentement à l'acte lui-même. Sinon on passe trois ans à éplucher le dossier de la relation avant d'échanger un baiser, et l'espèce s'éteint.

J.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 30 novembre 2022 à 09h57

Jack Haddy


Si le rapport est consenti, il est consenti. L'argument de ne pas être au courant qu'un des chiots de la grand-mère du cousin n'avait que trois pattes ne change rien au consentement à l'acte lui-même.

.

Je souhaite nuancer, avec la métaphore assez connue de la tasse de thé.

Je cite un résumé sur une page sur le thème, qui lie aussi vers la vidéo.

le consentement à la tasse de thé
On remet les choses au clair en comparant le consentement sexuel avec une tasse de thé.

Pour résumer, prenons Jean-Michel et Josette. Plusieurs cas de figures s’offrent à eux :

- Josette boirait bien une tasse de thé. Hop, Jean-Michel lui en prépare et ils boivent leur thé ensemble sans problème.
- Josette ne sait pas trop si elle a envie de thé ou pas. Elle hésite. Jean-Michel en prépare et, même si les indécises l’énervent beaucoup, il ne la force pas à boire et lui laisse le choix. Ou alors il n’en prépare pas et puis tant pis pour elle.
- Josette n’a pas envie de thé. Elle préfère le café. Et puis de toute façon, elle n’a pas soif. Alors là, évidemment, Jean-Michel ne lui prépare pas de thé. Ou alors il se prépare son thé pour lui tout seul mais il ne force surtout pas Josette à en boire. Et il ne l’insulte pas non plus parce qu’elle ne veut pas de thé. Chacun fait comme il veut !
- Oh, et si Jean-Michel a envie de boire un thé avec Josette, mais que d’un coup, il n’a plus trop envie, elle n’a pas le droit de le forcer à finir sa tasse. C’est comme ça, Jean-Michel a le droit de changer d’avis.
- Et ce n’est pas parce que Jean-Michel et Josette ont déjà bu un thé ensemble qu’ils doivent forcément recommencer. Chacun fait comme il veut, on peut boire du thé ensemble une fois, dix fois ou toute la vie !
- Une dernière chose très importante : si Jean-Michel a trop picolé et qu’il est inconscient, il n’a vraiment pas envie d’une tasse de thé. Ca ne sert à rien de lui poser la question, il ne l’entendra même pas. Alors ne parlons même pas du fait de le forcer à en boire. Ca serait ridicule, non ?

Tout ça paraît plutôt évident, n’est-ce pas ? Alors pourquoi est-ce que ce n’est pas pareil avec le sexe ?

Dit autrement, vérifier le consentement se fait pas qu'une seule fois, puis plus, puisqu'il y a des raisons de ne pas redire oui.
Je suppose que ça t'est évident, mais du coup, ça aussi c'est une question de consentement éclairé, parce que ça suppose qu'on puisse vérifier et qu'on puisse répondre.
Et il y a un enjeu dans le fait de considérer que le "oui" peut être remis en cause. D'abord parce que c'est un biais psychologique, dire non après avoir dit oui est plus difficile (on demande l'heure avant de demander un service ou des sous, ça marche plus que si on demande les sous directement), et ensuite parce que communiquer sur ces changements d'avis sera moins une charge pour la personne qui refuse si la personne qui demande présente et renouvelle, la possibilité du "non" sans conflit, malentendu...

Bref, l'éclairage est pas seulement constitué seulement d'info complexes, mais aussi d'une garantie de pouvoir communiquer. Et je crois que s'il s'agissait juste d'avoir une langue, les difficultés sur la question n'existeraient pas.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

Caoline

le mercredi 30 novembre 2022 à 10h10

Jack Haddy
Attention à ne pas confondre le "consentement éclairé" du mode relationnel polyA et le consentement au rapport sexuel.

Si le rapport est consenti, il est consenti. L'argument de ne pas être au courant qu'un des chiots de la grand-mère du cousin n'avait que trois pattes ne change rien au consentement à l'acte lui-même. Sinon on passe trois ans à éplucher le dossier de la relation avant d'échanger un baiser, et l'espèce s'éteint.

J.

Ben bien sûr, "je te laisse croire que nous sommes dans une relation mono" puisque c'est la norme si on ne dit rien c'est ce qui est cru ça n'a vraiment pas plus d'importance que ton exemple !
Le consentement éclairé n'a rien à voir avec le polyamour, c’est valable pour tout partage intime et cacher un élément dont on sait très bien que si l'autre savait elle aurait de grande chance de ne pas avoir envie du rapport sexuel, c’est de l'abus manifeste de mon point de vue.

#
Profil

kill-your-idols

le mercredi 30 novembre 2022 à 12h53

Caoline
Ben bien sûr, "je te laisse croire que nous sommes dans une relation mono" puisque c'est la norme si on ne dit rien c'est ce qui est cru ça n'a vraiment pas plus d'importance que ton exemple !
Le consentement éclairé n'a rien à voir avec le polyamour, c’est valable pour tout partage intime et cacher un élément dont on sait très bien que si l'autre savait elle aurait de grande chance de ne pas avoir envie du rapport sexuel, c’est de l'abus manifeste de mon point de vue.

Vous avez une opinion très idéalisée des gens monogames (résultat de 20 ans de dating):

1 - Dans la plupart des cas, les gens monogames ne savent pas ce qui est le consentement. Toutes les fois qu'on est passé à l'acte, elles se sont jetées sur moi sans rien demander.
2 - Beaucoup des gens monogames ont déjà une autre relation au moment du 1er RDV. Une fois que la nouvelle relation démarre, ils quittent en douce leur ancien partenaire.
3 - Les gens monogames sont en général assez manipulateurs. Plusieurs fois elles m'ont tendu des pièges pour me rendre jaloux (pour se rendre compte, ensuite, que cela avec moi ne fonctionnait pas du tout).

Donc, cacher sa nature polyamoureuse n'est pas de la manipulation, juste un choix comme un autre.

(de plus, même si je pratique des relations ouverte, je ne me définis pas comme polyamoureux: je suis juste un être humain comme tout le monde, et je n'ai pas grand chose en commun avec les gens qui se définissent polyamoureux).

#
Profil

Mark

le mercredi 30 novembre 2022 à 13h17

@kill-your-idols

J'ai du mal avec les généralités, injonctions et suppositions qui déterminent une posture.
Parler pour moi, de mon ressenti, me semble plus juste. Un vécu n'a de valeur que personnelle.

kill-your-idols
Vous avez une opinion très idéalisée des gens monogames (résultat de 20 ans de dating):

Ce sont plutôt certaines valeurs avec lesquelles je souhaite et m'efforce de rester en phase.

kill-your-idols
(de plus, même si je pratique des relations ouverte, je ne me définis pas comme polyamoureux: je suis juste un être humain comme tout le monde, et je n'ai pas grand chose en commun avec les gens qui se définissent polyamoureux).

Merci de le dire..

#
Profil

Mark

le mercredi 30 novembre 2022 à 13h25

Jack Haddy
Si le rapport est consenti, il est consenti. L'argument de ne pas être au courant qu'un des chiots de la grand-mère du cousin n'avait que trois pattes ne change rien au consentement à l'acte lui-même. Sinon on passe trois ans à éplucher le dossier de la relation avant d'échanger un baiser, et l'espèce s'éteint.

J.

Ouf... je te réponds depuis mon prisme de valeurs.
Je pense qu'il serait intéressant de questionner les personnes concernées par ce type de comportement, les retours seraient probablement enrichissant. (par ailleurs, c'est un sujet récurrent dans les discussions sur ce forum)

Des rapports sexuels sont pour moi uniquement consentis si les intentions sont posées en amont. Savoir entendre (edit: et dire!) un non merci revient pour moi à respecter le ressenti de la personne, exprimé en connaissance de cause.

Je ne me sens vraiment pas en accord avec ton point de vue dans un contexte de transparence.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#

Jack Haddy (invité)

le mercredi 30 novembre 2022 à 13h30

Oui Siesta, merci pour la nuance. J'admets avoir un peu surréagi au sous-entendu de viol/abus de message précédent, sous-entendu amené de façon manipulatoire qui plus est. Mea culpa pour mon extrêmisme de forme. Mais je maintiens ma position sur le fond. Et mon cœur serait davantage blessé que mon ptiQ à apprendre après coup m'être fait embarquer dans un mode qui ne me convient pas.

Et merci à kill qui a parfaitement développé que cacher son orientation poly n'est pas pire que d'autres choses qui se font en mono. Surtout que le posteur initial de ce fil, si je me souviens bien, cherche davantage à créer des relations qu'à enchaîner les one-shot.

J.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion