Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

[Série] Série en 3 épisodes : « J'ai 2 amours » réalisée par Clément Michel (mars 2018)

Culture
#
Profil

bonheur

le vendredi 23 mars 2018 à 07h58

Je reprend ici, sur un fil de discussion à part...

Edit modo : continuation de la discussion commencée ici : /discussion/-bEu-/Filmographie-sur-le-polyamour/pa...

#
Profil

bonheur

le vendredi 23 mars 2018 à 07h58

... (merci Bohwaz)

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

bonheur

le vendredi 23 mars 2018 à 08h08

Kael a assez bien résumé. En fait on remplace "ils se marièrent et eurent bcp d'enfants" de la fin de l'histoire par "ils sont enfin polyamoureux et polyacceptants".

En effet, les enfants, il y en a déjà. Aussi, je regrette que cette série implique qu'il faille être adultère pour devenir poly (grrr !!!)...

Après le personnage au centre du V dit (après de l'adultère malgré tout) mais son compagnon ne le croit pas (il en rit, il pense que ce n'est pas sérieux). Ca montre que même si l'un veut être honnête, l'autre pour l'en "empêcher".

Je suis donc également perplexe, comme Kael. Il est dit plusieurs fois que le mensonge est l'ennemi de l'amour, mais on ment quand même.

Par contre, j'ai adoré trois personnages peu communs et plus ouverts que les personnages concernés directement par le polyamour. La chef de service... je pense que tout le monde aimerait avoir une telle amie. La colocataire qui est également présente pour eux, pour tous. Et ce jeune de 20 ans qui comprend mieux que les adultes "expérimentés".

#
Profil

bohwaz

le vendredi 23 mars 2018 à 08h59

J'ai mis le lien vers l'origine de la discussion dans ton premier message @bonheur c'est plus simple :)

#
Profil

artichaut

le vendredi 23 mars 2018 à 23h55

— SPOIL partout, suspens nulle part ! —

bonheur
j'ai adoré trois personnages peu communs et plus ouverts que les personnages concernés directement par le polyamour.

Y'a aussi Marie, la nouvelle amoureuse d'Anna, qui dit à Hector qui la prend de haut et dit de la merde : «  Je t'aime bien toi. » Et ça sonne juste. Ni moqueur, ni jme laisse marcher dessus. Juste ce qu'il faut de : (eh couillon) jte te montre comment il faut faire.

Les deux premiers épisodes sont assez énervants. Pourquoi tant de tromperie ?
C'est pas les occasions qui on manqué pourtant de balancer la vérité. Alors oui "le cercle infini des mensonges" c'est intéressant à décortiquer, mais ça a été traité mille fois au cinéma.
Sauf à prendre ça en contre exemple de tout ce qu'il ne faut pas faire, à quoi bon ?

Par contre j'ai trouvé chouette que les metamours (Louise, Jérémie) ne se mettent pas sur la tronche. Et même que c'est par eux (et aussi l'entourage !) que l'histoire se résoud.

D'ailleurs l'entourage est loin du cliché (ou réalité parfois) mono-relou-moralisteur-fais.pas.ton.poly.

LE héros (Hector) est LE couillon de la farce. Et tous les autres sont super. C'est pas si courant.
Même le "alors avec qui tu dors ?" c'est pas lui qui le pose. Vraiment un boulet le gars ! Il a bien de la chance d'avoir 2 amours et un entourage aussi sympa.

Enfin comme (trop) souvent le film (la série) s'arrête quand ça devrait commencer, quand les vrais questions ("on voulait savoir avec qui tu dors ?") commencent à se poser.

#
Profil

bonheur

le samedi 24 mars 2018 à 08h38

Oui, Marie est venue se greffée sur la fin, mais c'est une nana qui en a :-D .

Les occasions : Hector l'a dit, il en a parlé et c'est resté lettre morte de la part de Jérémie, qui pourtant sentait quelque chose et ne comprenait pas. Jérémie ne pouvait juste même pas imaginer la réalité et quand elle lui est révélée, il ne veut pas l'entendre. Comment parler à quelqu'un qui ne veut pas entendre ?

Perso, les qui couche avec qui, ça me laisse indifférente mais oui, la fin c'est "ils vécurent heureux et ont déjà des enfants". Autrement dit, on fini par un commencement.

Moi aussi, les deux premiers épisodes, je les ai trouvé agaçant

#
Profil

Lili-Lutine

le samedi 24 mars 2018 à 15h13

C'est mignon-mignon, et c'est un gentil conte de gens poly en devenir , mais c'est quand même un peu blindé des mêmes clichés habituels ... adultères, culpabilités, mensonges, et nous voilà emmenés dans cette spirale où on se manipule les uns les autres, et sur 2 épisodes entier... c'est au 3 ème épisode, 5 minutes avant la fin, que j'aurai aimé que la série démarre ... Ben non, c'est THE END and happy forever , enfin comme d'hab on va le rêver ainsi ...

#
Profil

Siestacorta

le samedi 24 mars 2018 à 15h29

Je pense que c'est pas complètement surprenant quand une fiction joue plutôt sur des ressorts connus que sur ce qui pourrait représenter la richesse du monde poly.
Autrement, la série prendrait les risques de :

- devoir n'utiliser que des ressorts de dramas reconnus surtout d'une petite fraction plus informée du public : jalousies et compersions à géométrie variable selon les moments et relations - changement des rapports entre les métamours (et autres rôles inconfortables et dilemmogènes des personnes pivots) - "ah mais je croyais qu'on se dirait ci mais que ça non ?" - histoires de Véto pas tenables - "d'accord notre relation est discontinue mais on en a une mais on est pas forcément dans la même attente mais on le sera peut-être demain mais AH, que c'est il passé soudain ?..."

- faire quelque chose qui serait de la "propagande polytique" en représentant des vies de bisounours. Ce qui serait par ailleurs sans doute chiant, d'un point de vue de spectateur, pas forcément efficace en termes de légitimation du mode de vie, et pas super honnête de la part d'auteurs pro-poly puisqu'être poly ne nous donne pas de superpouvoirs d'harmonisation relationnelle (ou en tout cas pas instantanément, mais je désespère pas, moi je veux bien subir une mutation après morsure d'un bonobo radioactif :-D ).

- rater son public en ne mélangeant pas des dynamiques et conflits connus avec les éléments plus inédits.

Bref, je pense qu'il faut un talent particulier pour bien explorer en fiction ce qui commence doucement à être exploré par des gens du réel...
S'il n'y a pas cette valeur ajoutée, on peut quand même tenter de garder les bons côtés et pas jeter le polybébé avec l'eau du bain.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Caoline

le samedi 24 mars 2018 à 15h37

Arte fait des productions qui ne touchent pas du tout le grand public donc on pouvait espérer beaucoup mieux. J'ai vraiment été très déçu par cet adultère de haut niveau plein de manipulation dans quelque chose d'annoncé sur le polyamour.

#
Profil

bonheur

le dimanche 25 mars 2018 à 11h12

Je crois que c'est dans l'imaginaire poly qu'il n'y a pas d'adultère dans "j'ai 2 amours". Dans l'imaginaire commun, même celui qui n'est pas grand public, aimer deux personnes ne peut se faire qu'en menant une double vie.

Pour reprendre Siestacorta : ne pas jeter le polybébé avec l'eau du bain, bien que l'eau du bain soit franchement dégueu.

#
Profil

Caoline

le dimanche 25 mars 2018 à 11h51

bonheur
Je crois que c'est dans l'imaginaire poly qu'il n'y a pas d'adultère dans "j'ai 2 amours".

Je ne comprends pas ce que tu veux dire.

#
Profil

bonheur

le dimanche 25 mars 2018 à 12h16

Un jour, je parlais en salle de pause avec une collègue... de mon amoureux, de mon mari, etc. J'ai un autre collègue qui m'a regardé indigné et qui m'a lancé : "quoi ? Tu aimes quelqu'un d'autre que ton mari et EN PLUS tu le dis !"

Le EN PLUS et l'indignation sont la culture générale. Ca ne se fait pas d'être honnête en matière de "j'ai 2 amours". Ce ne sont pas les actes qui dérangent, c'est l'honnêteté. Dans l'imaginaire (ou la culture, le mot imaginaire est mal choisi, je le reconnais) commun, y compris des personnes non-normatives comme les personnes homosexuelles (pas toutes, il y a des poly homo, bi, pan...), on admet les coups de canifs au contrat mais pas l'honnêteté d'amours multiples.

Pour nous poly, les deux premiers épisodes sont grrrr ! Pour le commun, c'est le troisième épisode qui est litigieux !

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Caoline

le dimanche 25 mars 2018 à 21h30

D'accord, je dois vraiment avoir un entourage, et je le pense là au sens très large, très hors normes alors. Car jamais personne ne m'a fait de remarque de ce genre alors que j'ai eu des dizaines de "si tout le monde est au courant et d'accord, c'est très chouette"

#
Profil

Caoline

le lundi 26 mars 2018 à 18h18

Je passe juste apporté un petit rectificatif, j'ai une tante qui m'a reproché de l'afficher sur FB, pas de le vivre n'y d'en parler, c'était plus particulièrement FB son problème mais quand même...

#
Profil

lapeaudouce

le jeudi 29 mars 2018 à 00h12

Je laisse le bénéfice du doute à la suite car la deuxième saison sera peut être formidable mais à titre personnel la premiere saison m'a mis en colère sur la forme comme sur le fond !

A mes yeux avant même de parler de Polyamour si l'idée c'est de faire avancer les relations amoureuses, il faut commencer par parler de relation transparente.

Alors ok on peut débuter par des non dit, montrer que c’est compliqué de se livrer, quelques semaines de temps, un demi épisode mais plus d'un ans dans l’histoire avec le temps de lancer un bébé avec deux familles différentes ? c'est l'exemple absolue de ce qu'il ne faut pas faire, c'est l'expression des valeurs individualistes dans tout ses excès, qu'on soit poly ou pas.

A titre perso quand je revois mon court passé de double vie avant d’assumer comment je voulais vivre mes relations c'est à dire de façon non exclusive, je ne me dis pas "a part le mensonge j'aimais vraiment deux personnes alors c'etait un peu poly, non ?" bas non c'etait adultère avant tout, c'etait du mensonge, c'etait privé la liberté de l'autre de choisir d'accepter ou de refuser la situation. nous sommes resté en bon terme donc je peux dire aujourd’hui que la personne aurait refusé la situation et je le savais, c'est avant tout pour cela que j'ai rien dit. ce qui se jouer à ce moment c'etait de l’égoïsme pur de ma part et ma "nature" poly n'y change rien.

La dans la série il a de la chance, en plus d'avoir été manipulé durant un ans les deux protagonistes acceptent finalement la situation et le pardonnent, il n'aurait pas pu s'en rendre compte un peu plus tôt ? il n'aurait pas pu un peu tâté le terrain ? parler du sujet ? c'est quoi ces relations amoureuses ou on n'a aucune idée de ce que l'autre pense de la non exclusivité ? de la bisexualité ? qu'on ne me disse pas que c'est pour des raisons scénaristiques, il y a plein de façon super intéressante de vraiment parler des choses, de vraiment parler de relation non exclusive dans cette série sauf que durant deux épisodes, au moins, on ne parle que de mensonge, c'est cela qu'on voit à l’écran, rien d'autre. on peut dire c'est une série sur le polyamour mais c'est pas ce qu'on nous montre. c'est un peu comme faire un film d'auteur et dire non mais c'est un Western, tu vois pas ?

Une série sur des monos qui font l’expérience d'un mode de communication plus transparente sur leur désirs, doutes etc... tout en restant mono (il y en a de plus en plus coté US) ferait beaucoup plus avancer la cause poly que cette angle scénaristique trop souvent rebattu, de la double vie, du mensonge, de la personne qui ne sait pas choisir et qui en deviens manipulateur et égocentrique. c'est pas avec des recettes du passé qu'on va faire avancer les idées du future, c'est vrais en politique comme en art.

J'en profite pour donner un exemple l’épisode 3 de la saison 1 de Easy, tout l’épisode repose sur un petit mensonge par omission dans un couple et la on ne nous fait pas croire que c'est pas le sujet, c'est le vrais sujet de l’épisode, il est assumé et traité ! tout les épisodes ne se valent pas donc je vais pas encensé Easy mais voila une série qui interroge le couple de façon actuel.

J'ai lu ici que pour parler a tout le monde, il ne fallait pas faire un truc trop spécifique, sur la forme je suis en désaccord. il y a moyen d’écrire un truc moderne sans ne parler qu'au concerné. il faut voir les séries américaines qui nous invite dans des univers sociologiques ou professionnels dans les moindre détails et dans lesquels on apprend vraiment des choses sans se poser la question de si le spectateur sera perdu ou pas. Qui ici avait connaissance des communautés sexe positives avant de voir short bus ? c'est au contraire ce plongeon dans l' inconnu qui fait la richesse des séries et films généralement et qui nous donne aussi envie de sortir des sentiers battus dans nos vies. pareil pour l’argument bisounours que j'ai pu lire, si on fait un truc sur les poly ça va devenir du militantisme positiviste, pourquoi ? je dis le contraire, depuis que je fréquente des poly, j'ai vu et vécu assez de drama pour écrire 7 saisons de série mais des drama poly, construit sur d'autres ressort que les drama mono.

Un bonne angle de série sur le poly serait : je vous montre d'entrée de jeux des gens différent, qui vivent des choses qui à priori vous semble incroyable mais qui ne sont pas toujours facile, des gens qui ont aussi leur problème a eux, pas les mème que les monos mais a la fin, on se dit : ok alors en fait c'est facile pour personne, chaque choix impliques donc mon choix mono implique aussi, et surtout j'ai le choix.

Le coté universelle ne viens pas du fait que c'est pareil mais que les émotions forte positive comme négative, les doutes, ressemble a ce qu'on connait alors même que les situations sont totalement différente, c'est ça qui fait de bonne fiction.

Toute les séries US de qualité fonctionnent sur ces mécanismes, on commence par le différent pour toucher a l'universel !

Sinon comment les spectateurs pourrait d'identifier a une femme trans qui s'assume passé l'age de 60 ans comme dans Transparent ? ou une jeune fille qui se suicide comme dans 13 reason why ? une famille de croc-mort comme dans 6 feet under ? et j'en passe.

Vouloir faire que tout le monde s'y retrouve, s'identifie ça donne des personnages sans profondeurs comme dans "j'ai deux amours".

Ici le personnage principal est médecin mais on voit a peine son boulot, c’est un prétexte pour qu'il retrouve sa petite amie de jeunesse et une bonne excuse pour expliquer a ces deux amours qu'il n'a jamais le temps de les voir.... a ce sujet comment un médecin, urgentiste en plus, peut gérer son temps entre son travail et deux histoires parallèles cachés ?

Son copain est bouché mais il faut vraiment être attentif pour le voir, il y a un plan, on ne nous fait rien découvrir a ce sujet, dommage cela aurait pu être intéressant.

On aurait aussi pu parler de la différence de statue social qui installe une relation de pouvoir dans leur couple, l'un étant beaucoup moins dispo que l'autre et c'est pas vraiment étonnant que ce soit le dominant socialement qui au final ment et se retrouve pardonné quand il achète une maison pour l'ensemble de la famille, qui d'autre aurait pu payer ou louer la maison qu'on découvre a la fin ?

Sa copine monte un bar a vin, ça fait un peu parti du décors mais encore une fois, c’est un prétexte pour des imbroglios digne d'une mauvaise pièce de boulevard.

Les série française manquent pas forcement de courage dans le choix des sujets, elles sont juste mal écrite et manque de courage et de fantaisie dans la forme et la façon de les traiter.

D'ailleurs c'est pas moi qui le dit mais le créateur de la série lui même quand en parlant de Jill Solloway (créatrice de Transparent et I love Dick que je conseil vivement) reconnait humblement qu'«elle va beaucoup plus loin». alors c'est Arte qui veut pas aller trop loin ? ou c'est de l’autocensure de scénariste qui pense que le publique veut voir toujours les mêmes intrigues encore et encore.... vu l'audience confidentiel d'Arte en général je ne vois pas pourquoi ne pas aller lui aussi un peu plus loin.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 29 mars 2018 à 01h27

En tout cas c'est argumenté, @lapeaudouce, merci pour avoir mis les pieds dans le débat ! Et de bien bouger pour faire prendre la mayo
(bon ça devient un peu sale mes métaphores...)

Après, c'est comparer la série à deux standards qui ne sont pas directement les siens :
- le cadre éthique des polyamours dont on parle opiniâtrement aux visiteurs de polyland, pour leur faire comprendre que justement, c'est ni de l'adultère, ni du marivaudage, ni une forme de torture mentale par absence d'inhibition sur les actes et les mots.
- la série U.S. où tu peux payer 15 scénaristes par épisode en plus du showrunner, où le format de diffusion est un genre de contrainte bénéfique (comparé à la façon dont les chaines françaises remplissent leur case horaire) et où faire à la fois intelligent et divertissant est pas rare.

Je pense pas que ce sont les seules raisons pour lesquelles les réactions à la série peuvent être négatives, mais une fois replacée dans son contexte - celui des fictions françaises où à un moment on va parler de relations plurielles sans conclure à leur immoralité et à leur impossibilité psychologique et pratique (et y ajouter une bisexualité non-libertine) : le corpus est pas immense - on peut aussi noter qu'il n'y a pas que un discours de "menteur et fier de l'être" dans l'écriture et que le choix de la découverte chaotique dans le scénario peut parler. Parler peut-être plus de mauvaaaises vieilles façons d'aimer que de bonnes toutes neuves very trop fort les jeunes, mais de là à dire que c'est tout caca boudin ?

On s'essaie à une certaine radicalité, dans notre histoire de consentement, d'honnêteté, d'écoute.
Ethique, essentiellement... Elle sert à quelque chose, mais elle est insuffisante comme critère esthétique.
"La post-avant-garde cassera les prix
mais jamais l'ambiance
à part des partis-pris
en chiens de faïence" (Diabologum. Mangez-en !)

D'autpart, si je suis pas loin d'être d'accord sur les ressorts de fiction un peu usés (même si bon, je maintiens que de Shakespeare à Chéreau, le mensonge et le quiproquo c'est toujours efficace) et le fait qu'il yen a plein d'autres à exploiter dans un cadre poly, on peut quand même prendre un peu de recul sur le rapport entre une morale de fiction et une vie pratique : la démarche vraiment utile, c'est réguler le port d'armes, vouer aux gémonies les mangas gore et les jeux vidéo violents quand ça c'est pas fait, c'est tomber à côté (la comparaison tient qu'en partie, mais je veux évoquer le rapport art-morale, quoi, pas nouveau, hein, la mimesis toussa toussa).

J'adore qu'on se passionne pour ce qu'on dit, mais se mettre en colère contre une série ou ceux qui s'y intéressent, c'est peut-être beaucoup ? T'en as pas besoin pour dénoncer des menteurs, ou pour promouvoir des œuvres qui te semblent meilleures et/ou plus pertinentes sur le sujet...

Bref, j'entends les arguments, ils sont justes, mais j'y entend également une position de principe qui pour moi contient un risque de louper une partie du contenu.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

lapeaudouce

le jeudi 29 mars 2018 à 02h37

Oui, oui j’entends les arguments positifs pour défendre la série et c'est pas infondé non plus. je suis en colère contre la série en tant que personne qui cherche a écrire des histoires et qui au minimum voit ce qui ne fonctionne pas et s'en désole car il y avait une bonne occasion de faire bien mieux. après je suis aucunement en colère contre ceux qui s'y intéressent ni la défendent. je pense juste que les séries françaises pourraient être de meilleurs qualités, qu'on ne devrait pas s'extasier de tout ce qui est estampillé poly par principe mais tu me connais j'ai la même exigence sur les papiers dans la presse ou pire les reportages télés sur le poly que je trouve le plus souvent mal ficelé et réducteur. après tu n'as pas tord en parlant d’étique, c'est certainement vrais depuis le début mais disons que je l'assume et le reconnais plus facilement maintenant, pour moi le poly se doit d’être progressiste et féministe ou alors ce n'est qu'un truc de privilégié individualiste de plus et ça me fait vraiment pas envie de défendre ça. disons qu'en creux plus je vois le poly se démocratiser dans les médias et la fiction et plus je vois que quand ce sera un model majoritaire individualiste, je serais vent debout pour appeler à autre chose ou à autrement. après l’idéologie libéral et individualiste est partout dans notre société, rêver que comme par magie le poly se démocratise sans ce postula de départ c'est un peu naïf de ma part. oui ce personnage je vois bien ses doutes, je comprend qu'il puisse touchaient certain mais perso je le trouve profondément égoïste et immature, ça m'ennuie que des gens découvrent le concept du polyamour par ce prisme d’autant que je le répète ça coutait rien d’écrire quelque chose de différent pour une fois. pour moi c'est sur que les scénaristes ont voulu parler des relations pluriels, et c'est bien mais il n'ont pas la culture concernant les mécanismes de manipulation dans les relations sinon ils auraient fait un peu un effort sur le personnage. pour moi ce que je vois dans la série n'est pas voulu par les auteurs, et c'est ça qui me désole, c'est pas un choix d’écriture, ils pensent que c'est normal dans une relation poly ou pas poly.

#
Profil

artichaut

le jeudi 29 mars 2018 à 18h59

lapeaudouce
depuis que je fréquente des poly, j'ai vu et vécu assez de drama pour écrire 7 saisons de série mais des drama poly, construit sur d'autres ressort que les drama mono.
(…)
je suis en colère contre la série en tant que personne qui cherche a écrire des histoires et qui au minimum voit ce qui ne fonctionne pas et s'en désole car il y avait une bonne occasion de faire bien mieux.

Moi je veux bien que tu nous écrive une (des) histoire(s), même juste des bribes.
Et que, pourquoi pas, la communauté ici participe à peaufiner le script ou au moins les enjeux, ou la crédibilité/pertinence des situations.
Et pourquoi pas un fil dédié à ça.
Je pense que le monde poly a besoin de ces histoires (quelque puisse être la forme qu'elles prendront ensuite : film, série, bouquin, etc).

#
Profil

lapeaudouce

le lundi 02 avril 2018 à 03h29

Merci artichaut pour ton intérêt, promis ça viendra :)

Tiens pour pas faire le ronchon qui semble dire du mal de tout, la j'ai pris une énorme claque avec l’épisode 2 de la saison 2 de Easy, à mes yeux une des meilleurs séries sur les relations de couple, cette épisode étant dédié à la question de la non exclusivité dans un couple déjà installé.

Si vous ne voulez pas regarder toute la série (ce que je conseil pourtant) et aller directement à la question poly, regarder tout de même avant celui ci, l’épisode 1 de la saison 1 qui introduit ce couple. les personnages changent d’épisode en épisode, revenant parfois en personnage principal parfois en secondaire.

#
Profil

bonheur

le lundi 02 avril 2018 à 10h01

Le titre a été modifié... ce qui est bien puisque plus juste. Par contre, on aurait pu me demander mon avis, je pense :-/

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion