Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Sommes-nous sur la bonne voie?

#
Profil

Ayna

le samedi 27 août 2022 à 21h08

Mashkwa
Je crois que ma conjointe est un peu mélangée entre le polyamour et les couples ouverts. Et elle semble se situer entre les deux pour le moments.

Ce ne sont que des étiquettes non? Est-ce qu’elle tend vers un «  idéal » qu’elle voudrait mettre en place ou est-ce que comme moi elle a juste un profond besoin d’accepter ce que la Vie lui offre sans mettre sans cesse le filtre mental/moral/conditionné ?
Quels sont les mots qu’elle emploie elle?

#
Profil

Mashkwa

le dimanche 28 août 2022 à 03h34

bonheur
@Mashkwa. Un entre deux que je te suggère et facile à mettre en œuvre. Tu achètes un cahier, tu y écris ce que tu vis et tu le laisses en libre accès de lecture à ta compagne. Ainsi, c'est elle qui fait le choix de te lire, ou non. Toi, tu respectes tes convictions, tu exprimes et elle fait à sa guise.

Dans l'autre sens, c'est plus compliqué. A toi de savoir si tu peux vivre sachant que tu ne sais pas ce que elle vit.

Après, vos différentes façons de percevoir si qui vous rend heureux, revient à ce dénominateur commun : faire le constat que l'autre est heureux, aussi en dehors du couple originel (compersion ?).

Merci de la recommandation!

On va surement en discutter.

J'aime beaucoup ton dernier point. En effet, la finalité à atteindre c'est quoi soit heureux,point.

#
Profil

Mashkwa

le dimanche 28 août 2022 à 04h10

Ayna
Ce ne sont que des étiquettes non? Est-ce qu’elle tend vers un «   idéal » qu’elle voudrait mettre en place ou est-ce que comme moi elle a juste un profond besoin d’accepter ce que la Vie lui offre sans mettre sans cesse le filtre mental/moral/conditionné ?
Quels sont les mots qu’elle emploie elle?

Ce n'est pas simple. Je suis incapable de dire vraiment ce qu'elle veut.

Avec R, elle voulait une histoire d'amour. Faire des activités avec lui. Même avec lui et moi.
C’est d’ailleurs en m’inspirant de ses fantasmes, de ses rêves qu’elle avec pour lui que j’ai commencé ma réflexion, ma transformation, pour embrasser la vision du polyamour bien plus que le libertinage.

Avec M, elle voulait/veut uniquement des rapprochement physiques.

Mais depuis que j'ai C dans ma vie, elle ne veut plus rien. Et, en fait, je ressens qu'elle aimerait surtout que je me désengage d'elle complètement et que nous revenions un couple monoamour et exclusif.

Mais, en même temps, elle me dit qu'elle ne veut plus avoir à se priver si elle ressent de quoi pour un autre homme, mais que ce n'est plus un "besoin" comme dans le temps de R.

Ma conjointe semble un peu perdue je dirais, en fin de compte. Beaucoup, en fait!

Et là, tout s'embrouille de nouveau.

J'ai changé. J'aime ma conjointe A. On va fêter nos 18 ans la semaine prochaine. On a deux enfants. Une maison. Des rêves en communs. Je me vois vieillir avec elle.

J'aime, aussi, C. D'un amour-amitié qui est différent de ce que je ressens pour ma conjointe A. C'est très cérébral mais aussi très physique. Cela me fait penser à mon premier amour (unidirectionnel malheureusement) que j'avais eu pour une fille au début de l'âge adulte. J'étais resté dans un état de limérence pendant des années.

Ma conjointe A, qui a finalement été repoussée par R et pour qui M semble ne jamais avoir de temps commence maintenant à s'inquiéter.

Elle ne semble plus sure de son désir d'ouverture au polyamour. Elle me dit se sentir honteuse de me laisser aimer, désirer une autre femme. Elle me parle de limite temporelle. Et elle me pose souvent des questions comme : "ça ne va pas durer des mois non?", "je ne veux pas que cela soit toujours comme ça", "Après elle, tu n'en voudras plus une autre, tu me le promets?" et ainsi de suite.

Instigatrice de toute cette histoire, bien malgré elle, je me rends compte que j'ai cheminé beaucoup plus qu'elle ne l'a fait. Son désir d'ouverture du couple, de polyamour, était finalement attaché à un homme en particulier et, cet homme parti, elle veut revenir en arrière. Alors que moi, j'ai cheminé en dehors de l'attachement à une autre femme. Je l'ai fait pour ma conjointe A, pour la rendre heureuse. Pour que je sois heureux, aussi. C'est ensuite que j'ai rencontré.

Je me sens beaucoup plus à l'aise avec mon "nouveau moi" qu'elle ne l'est, elle.

Elle m'a demandé ce qu'il se passerait si elle me demandait de choisir. Je lui ai répondu que je n'ai pas à choisir, car mon cœur peut aimer deux personnes et que cela va à l'encontre de cette façon de vivre que nous avions décidé, ensemble, d'accepter.

Elle (A) me dit qu'elle va me laisse vivre ce que j'ai à vivre car elle s'en sent responsable. Pour se faire pardonner. Je ne trouve pas que c’est la bonne attitude à avoir.

En même temps, je sais que je ne peux me désengager de C. Les état girouettes de ma conjointe A l’ont déjà beaucoup ébranlée et si je continue à lui faire perdre son temps il en sera fini de nous et même de notre amitié.

Je me vois mal quitter ma conjointe A après tant d’années. Mais en même temps, je reconnais que j'ai du faire un immense travail sur moi pour réussir à me transformer, me remettre en question. Que toute cette histoire n'as pas été sans souffrance. Et que de revenir en arrière, de laisser un autre possible grand amour (C) me ferait souffrir énormément tout ça pour, encore une fois, faire plaisir à A, je trouve cela inconcevable.

(A) me dit qu'elle va faire son possible pour faire preuve de compersion, mais je sais qu'elle va trouver cela difficile. Et, par extension, moi aussi.

#
Profil

Ayna

le dimanche 28 août 2022 à 07h03

Mashkwa
Cela me fait penser à mon premier amour (unidirectionnel malheureusement) que j'avais eu pour une fille au début de l'âge adulte. J'étais resté dans un état de limérence pendant des années.

Tu as déjà pensé à aller voir un.e kinesiologue? C’est très intéressant. Tu peux lever des mémoires, et tout à coup les situations se libèrent d’une empreinte qui les teintait émotionnellement à partir d’un événement passé.
Ta conjointe pourrait être intéressée aussi, pour démêler cette situation souffrante qu’elle a elle-même mise en scène dans le théâtre de sa vie.

#
Profil

Caoline

le dimanche 28 août 2022 à 07h46

Bonjour,

@Mashkwa On ne peut pas savoir si même en ayant vécu ce qu'A souhaitait avec R, elle n'aurait pas mal vécu que toi tu vives quelque chose avec C, ce n'est malheureusement pas si exceptionnel quelqu'un.e qui s'accorde une liberté qu'il ou elle n'est pas prêt.e à accorder à l'autre.

Je pense que tu fais donc au mieux en l'écoutant, la soutenant, l'accompagnant pour qu'elle fasse le chemin que tu as fait mais qu'elle n'a pas a exiger de toi que tu arrêtes tout pour qu'elle soit confortable, surtout si elle ne veut pas renoncer à ses envies si elle en a à nouveau. Ça serait injuste et douloureux pour toi et pour C.

Bon courage pour cette période de transition difficile mais oui tu es sur la bonne voie de mon point de vue.

#
Profil

Mashkwa

le dimanche 28 août 2022 à 16h07

Ayna
Tu as déjà pensé à aller voir un.e kinesiologue? C’est très intéressant. Tu peux lever des mémoires, et tout à coup les situations se libèrent d’une empreinte qui les teintait émotionnellement à partir d’un événement passé.
Ta conjointe pourrait être intéressée aussi, pour démêler cette situation souffrante qu’elle a elle-même mise en scène dans le théâtre de sa vie.

Merci de la proposition, mais la kinésiologie dans le sens dont tu parles est considérée comme une pseudoscience ici, au Canada, et est interdite de pratique. Ce terme est réservé aux spécialistes des mouvements du corps humain.

Une thérapie avec un psychologue ou un sexologue serait plus la voie à emprunter.

Encore faut-il en trouver un qui a connaissance et de la compréhension avec le polyamour et qui ne tentera pas, au contraire, de projeter ses propres conviction monoamour à ma conjointe.

#
Profil

Mashkwa

le dimanche 28 août 2022 à 16h08

Caoline
Bonjour,

@Mashkwa On ne peut pas savoir si même en ayant vécu ce qu'A souhaitait avec R, elle n'aurait pas mal vécu que toi tu vives quelque chose avec C, ce n'est malheureusement pas si exceptionnel quelqu'un.e qui s'accorde une liberté qu'il ou elle n'est pas prêt.e à accorder à l'autre.

Je pense que tu fais donc au mieux en l'écoutant, la soutenant, l'accompagnant pour qu'elle fasse le chemin que tu as fait mais qu'elle n'a pas a exiger de toi que tu arrêtes tout pour qu'elle soit confortable, surtout si elle ne veut pas renoncer à ses envies si elle en a à nouveau. Ça serait injuste et douloureux pour toi et pour C.

Bon courage pour cette période de transition difficile mais oui tu es sur la bonne voie de mon point de vue.

Merci. J'espère juste que mon couple principal/niche va y survivre!

#
Profil

Mashkwa

le mardi 30 août 2022 à 04h51

Finalement, on n'est vraiment pas sur la bonne voie.

Du moins, pour ma conjointe A.

Elle reconnaît que toutes ses idées d'ouvertures de couple, de polyamour, de libertinage (et ses variantes) n'étaient qu'alimentées que par son fantasme pour R.

Et que là, moi, avec C, ce n'est plus un fantasme, mais la réalité. Et elle le digère excessivement mal. Très mal.

Au point où elle vient de demander un "break" affectif entre nous deux. Rester sous le même toit, comme des colocataire, sans aucun rapprochements et rien le temps que "je vive ce que je dois vivre avec C et que je lui revienne ensuite".

Je crois qu'on va devoir, finalement, aller en thérapie de couple et/ou voir une sexologue rendu là.

Hé misère.

Merci tous pour vos bon mots et vos conseils. Mais je crois que c'est peine perdu ici.

#
Profil

BlackOrchid

le mardi 30 août 2022 à 09h32

Je suis désolée, mais je la trouve très injuste et de mauvaise foi. Elle n'était pas que dans le fantasme quand elle a commencé à organiser un rendez-vous en hôtel avec R... Bon courage ! :(

#
Profil

bonheur

le mardi 30 août 2022 à 09h45

@Mashkwa. Je t'ai adressé un mp. Surveille tes spams. Tu réponds que si tu en as envie, bien entendu.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 30 août 2022 à 09h57

Je crois qu'aller voir un conseiller conjugal sera de toute façon bénéfique.
Tu parles d'un amour-amitié avec C. Est-ce que c'est une façon de donner une place "entendable" à ce stade de votre histoire, dans ce cadre, ou est-ce que cette modalité partiellement amicale donne réellement une souplesse dans la pratique ?
Parce qu'à une amireuse avec qui la dimension passionnelle pressante n'est pas au coeur de ce qui est vécu, c'est peut-être concevable de dire "on continue sur un mode lent".
Pendant ce temps, tu vas en conseil conjugal.
Vous dénouez un peu où vous en êtes, où vous en étiez avant que se présentent ces rencontres et leurs effets.

Il ya plusieurs possibilités après. Certaines poly, certaines non. Mais disons que pour trouver ce que vous pouvez ou pas faire de non-exclusif, il faut sans doute regarder et dire ce que vous désirez ensemble "à part ça". Cette situation révèle des émotions et des sentiments entre vous, des besoins... Certains nés à ce moment-là, mais sûrement d'autres qui existaient mais n'avaient pas encore de raison d'être exprimés.
Entendre l'intensité des envies de ta conjointe en vers son R et ce que ça a remué par ailleurs sera pas facile, mais encourage-la à parler : si tu l'aimes assez, tu pourras chercher son bonheur malgré des moments qui piquent.

Tout ça pour dire que le fantasme pour R de ta conjointe a sûrement d'autres choses à enseigner que "R ilétrobo", et que tes débuts avec C autre chose que "nous somme maudits, daistinéééés aux âââffres des amouuuurs eeeempêchéééées".
Je crois vraiment que vous pouvez pas faire l'économie d'une grosse réflexion et de mise à jour de vos projets, ni faire comme s'il s'était rien passé. Je crois que penser que si yavait eu ni R ni C tout irait bien ce serait tenter d'ignorer qui vous êtes ou qui vous devenez. Alors que si votre attachement est fort, vous n'avez pas besoin de vous cacher ces changements.
Bref. Tout n'est pas perdu, seulement vous êtes dans une période plus dure. Tu peux au moins espérer arriver à savoir ce que vous voulez chacun et ce sur quoi compter. Vous semblez capables de communiquer. Vous avez vos atouts.
Ne promets pas à C ce que tu n'es pas certain de pouvoir offrir. Demande si elle est ok pour être dans un cadre relativement chaste (je suppose que ta conjointe pourrait être sensible à autre chose en ce moment). Côté A, demande-lui si c'est ok que tu restes en contact avec C sans sortir réellement d'un cadre amical. Bien sûr, ya tes espoirs, mais tu peux pour l'instant au moins prendre le temps de faire le point conjugal avant de les laisser être des motivations prioritaires.

C'est bien sûr moins facile à dire qu'à faire, mais je veux dire que si chacun est prêt à discuter et à prendre le temps, il yaura moyen d'en tirer du bon.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

#

Terra (invité)

le mardi 30 août 2022 à 12h27

Juste un truc qui me pose question et qui va dans le sens de l'interlocuteur précédent Siestacorta sur la nécessité de repérer les besoins de A. (et de Mr).

Car, oui, madame était tout de même prête a aller plus loin que le simple fantasme avec Mr R. Et donc, si Mr renonce à C pour ne pas contrarier Mme et que Mme fait une rencontre, il se passera quoi ? Le couple explosera ?

#
Profil

Mashkwa

le mardi 30 août 2022 à 19h35

bonheur
@Mashkwa. Je t'ai adressé un mp. Surveille tes spams. Tu réponds que si tu en as envie, bien entendu.

Je l'ai reçu. Je vais tenter de te répondre plus tard.

Merci!

#
Profil

Mashkwa

le mardi 30 août 2022 à 19h39

Terra
Juste un truc qui me pose question et qui va dans le sens de l'interlocuteur précédent Siestacorta sur la nécessité de repérer les besoins de A. (et de Mr).

Car, oui, madame était tout de même prête a aller plus loin que le simple fantasme avec Mr R. Et donc, si Mr renonce à C pour ne pas contrarier Mme et que Mme fait une rencontre, il se passera quoi ? Le couple explosera ?

Au moment qu'on se parle, (A) ne semble plus intéressée par un autre que moi.

Mais personne ne sait ce dont l'avenir est fait. J'ai, personnellement, l'impression que la peur de me perdre oriente tout son focus sur moi et lui enlève ses envies. Mais il y a quelques jours, encore, elle clavardait avec des hommes sur des sites de rencontre.

Des montagnes russes émotionnelles.

On continue de discuter et toutes les voies sont ouvertes.

#
Profil

Mashkwa

le mardi 30 août 2022 à 19h48

Siestacorta
Je crois qu'aller voir un conseiller conjugal sera de toute façon bénéfique.
Tu parles d'un amour-amitié avec C. Est-ce que c'est une façon de donner une place "entendable" à ce stade de votre histoire, dans ce cadre, ou est-ce que cette modalité partiellement amicale donne réellement une souplesse dans la pratique ?
Parce qu'à une amireuse avec qui la dimension passionnelle pressante n'est pas au coeur de ce qui est vécu, c'est peut-être concevable de dire "on continue sur un mode lent".
Pendant ce temps, tu vas en conseil conjugal.
Vous dénouez un peu où vous en êtes, où vous en étiez avant que se présentent ces rencontres et leurs effets.

Il ya plusieurs possibilités après. Certaines poly, certaines non. Mais disons que pour trouver ce que vous pouvez ou pas faire de non-exclusif, il faut sans doute regarder et dire ce que vous désirez ensemble "à part ça". Cette situation révèle des émotions et des sentiments entre vous, des besoins... Certains nés à ce moment-là, mais sûrement d'autres qui existaient mais n'avaient pas encore de raison d'être exprimés.
Entendre l'intensité des envies de ta conjointe en vers son R et ce que ça a remué par ailleurs sera pas facile, mais encourage-la à parler : si tu l'aimes assez, tu pourras chercher son bonheur malgré des moments qui piquent.

Tout ça pour dire que le fantasme pour R de ta conjointe a sûrement d'autres choses à enseigner que "R ilétrobo", et que tes débuts avec C autre chose que "nous somme maudits, daistinéééés aux âââffres des amouuuurs eeeempêchéééées".
Je crois vraiment que vous pouvez pas faire l'économie d'une grosse réflexion et de mise à jour de vos projets, ni faire comme s'il s'était rien passé. Je crois que penser que si yavait eu ni R ni C tout irait bien ce serait tenter d'ignorer qui vous êtes ou qui vous devenez. Alors que si votre attachement est fort, vous n'avez pas besoin de vous cacher ces changements.
Bref. Tout n'est pas perdu, seulement vous êtes dans une période plus dure. Tu peux au moins espérer arriver à savoir ce que vous voulez chacun et ce sur quoi compter. Vous semblez capables de communiquer. Vous avez vos atouts.
Ne promets pas à C ce que tu n'es pas certain de pouvoir offrir. Demande si elle est ok pour être dans un cadre relativement chaste (je suppose que ta conjointe pourrait être sensible à autre chose en ce moment). Côté A, demande-lui si c'est ok que tu restes en contact avec C sans sortir réellement d'un cadre amical. Bien sûr, ya tes espoirs, mais tu peux pour l'instant au moins prendre le temps de faire le point conjugal avant de les laisser être des motivations prioritaires.

C'est bien sûr moins facile à dire qu'à faire, mais je veux dire que si chacun est prêt à discuter et à prendre le temps, il yaura moyen d'en tirer du bon.




Message modifié par son auteur il y a 7 heures.

Je parle d'amour-amitié avec C pour me protéger et la protéger elle aussi.

Elle est dans un situation d'adultère présentement et très insatisfaite de son couple.

Je sais que je lui plait et que dans une autre vie, elle aurait pu être ma conjointe. C'est le cas de pleins de personnes sur cette Terre, non?

Mais je sais aussi que, justement, vu son malheur existentiel dans sa relation elle pense à déménager à l'autre bout de la province d'ici quelques mois tout au plus. Nous n'avons pas de TGV ici au Québec. Se rendre là bas, c'est plus de 11h de voiture. Donc un allé retour demande 2 jours sans compter le temps passé sur place. Ma relation principale est avec A. Nous avons des enfants en bas âges. Une maison. Du travail.

Je sais que lorsque C partira, mis à part peut-être une visite par année, ou aux 2 ans, notre relation ne sera que virtuelle. Je me met des barrières pour ne pas trop m'attacher, donc. Cela pour me protéger, pour rassurer A et, surtout, ne pas donner de faux espoirs à C sur le long terme.

Notre relation, par contre, est un peu trop rendue loin pour rester que dans le platonique maintenant.

Avant R, M et C, notre relation allait relativement bien entre A et moi. Sur, l'achat de notre première maison, un bébé presque naissant, le stress du travail nous usait, mais on était relativement bien. Je ne pouvais me plaindre que de la quantité (et non pas la qualité) de nos rapports intimes entre A et moi.

Mais alors qu'elle touchait un peu le fond au niveau professionnel, R est entré dans la vie de A et à tout chamboulé ses désirs, ses valeurs. Et les miennes aussi, par la même occasion.

Nous continuons de discuter, comme toujours. Mais c'est très émotionnel comme sujet. Et les discours sont changeants selon les journées.

J'ai bon espoir qu'on réussisse à trouver un chemin qui, peut-être sans être l'idéal pour personne, sera tout de même acceptable.

Merci.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 30 août 2022 à 20h07

Mashkwa


Notre relation, par contre, est un peu trop rendue loin pour rester que dans le platonique maintenant.

Je comprend bien, je ne dis pas que c'est évident, et je me permettrai pas de juger quelqu'un qui a du mal à ce moment-là.
Je parle pas en bien/mal, plutôt en "faire de son mieux, quel que soit le mieux en question, même (et généralement) imparfait".

Vu comment réagit ta conjointe, c'est peut-être une option qu'il ne faut pas écarter en attendant que ça se finisse naturellement.
Parce que ce que tu ressentiras après le déménagement de C. impactera aussi ta relation avec A. Ce n'est pas parce que les personnes, elle ou R., ne seront plus dans le paysage que ce qui s'est passé (et donc ce que vous pouvez décider de ne pas laisser arriver) ne fera pas quelque chose à votre lien.
Si vous deviez finalement comprendre chacun de cette période actuelle qu'à d'autres occasions, vous ne vous êtes jamais retenus et avez renoncés aux efforts nécessaire en laissant à votre lien le temps de se renforcer, vous vous montrez que vous ne pourrez peut-être pas gérer d'autres possibilités d'ouverture à venir, ou peut-être d'autre difficultés.
Or vous le pouvez sans doute, mais pour ça vous devez rétablir la confiance. Et ça peut demander de faire des choix. Pas forcément binaires, mais au moins qui montrent vos intentions.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

#
Profil

Mashkwa

le mercredi 31 août 2022 à 00h50

bonheur
@Mashkwa. Je t'ai adressé un mp. Surveille tes spams. Tu réponds que si tu en as envie, bien entendu.

Je t'ai répondu par courriel à l'adresse que tu m'as donnée.

Le sujet contient mon pseudonyme du forum.

Merci.

#
Profil

Mashkwa

le mercredi 31 août 2022 à 00h52

Siestacorta
Je comprend bien, je ne dis pas que c'est évident, et je me permettrai pas de juger quelqu'un qui a du mal à ce moment-là.
Je parle pas en bien/mal, plutôt en "faire de son mieux, quel que soit le mieux en question, même (et généralement) imparfait".

Vu comment réagit ta conjointe, c'est peut-être une option qu'il ne faut pas écarter en attendant que ça se finisse naturellement.
Parce que ce que tu ressentiras après le déménagement de C. impactera aussi ta relation avec A. Ce n'est pas parce que les personnes, elle ou R., ne seront plus dans le paysage que ce qui s'est passé (et donc ce que vous pouvez décider de ne pas laisser arriver) ne fera pas quelque chose à votre lien.
Si vous deviez finalement comprendre chacun de cette période actuelle qu'à d'autres occasions, vous ne vous êtes jamais retenus et avez renoncés aux efforts nécessaire en laissant à votre lien le temps de se renforcer, vous vous montrez que vous ne pourrez peut-être pas gérer d'autres possibilités d'ouverture à venir, ou peut-être d'autre difficultés.
Or vous le pouvez sans doute, mais pour ça vous devez rétablir la confiance. Et ça peut demander de faire des choix. Pas forcément binaires, mais au moins qui montrent vos intentions.




Message modifié par son auteur il y a 5 heures.

Merci. Je vais réfléchir à tout ceci.

#
Profil

Ayna

le vendredi 02 septembre 2022 à 06h48

Siestacorta

pour ça vous devez rétablir la confiance. Et ça peut demander de faire des choix. Pas forcément binaires, mais au moins qui montrent vos intentions.

Je tente cela. A voir si ça te parle @Mashkwa. J’ai un peu la position de ta partenaire, dans le sens où «  c’est moi qui ai commencé », mais aussi un peu la tienne, dans le sens où c’est moi qui suis le plus à l’aise dans le polyA.
Après une période qui peut ressembler à la vôtre (de loin, mais niveau déclencheur émotionnels et insécurisation d’un des protagonistes), j’ai fait le choix de rétablir des bases sécurisantes pour (peut-être) une histoire plus sereine.
Étant la plus à l’aise, j’ai choisi de le laisser vivre lui la relation multiple de son côté, sans ajouter de déclencheur émotionnel du mien. J’ai donc renoncé à vivre pour le moment d’autres relations et à observer tout ce que je peux faire moi pour bien vivre le fait que lui en aie. Je tiens un journal de ses absences, de mon état, des solutions que je trouve pour être sereine quand il est avec son autre amoureuse. J’espère ainsi mieux le comprendre lorsque peut-être un jour je le confronterai à mes propres absences. Je verbalise beaucoup, et je fais au mieux pour rétablir une confiance qui a été mise à mal (je suis sortie du mode «  couple » pendant six mois, il est resté à mes côtés quand même,c’était son choix, mais douloureux.) J’ai conscience que ça peut prendre du temps. Je crois même que le temps est un facteur primordial. Le deuxième étant la réciprocité : «  vis ma vie et après on discute ».
Je te souhaite de gérer au mieux cette période où C est encore présente physiquement, pour ne pas trop mettre à mal votre lien avec A. Je sais que ce n’est pas facile, une fois la relation bien engagée, de trouver des solutions d’apaisement car comme dit mon chéri, ça ressemble vite à une «  marche forcée » pour l’autre. Aie confiance en l’amour et répète inlassablement des phrases rassurantes à A. C’est ce qui m’aide le plus en ce moment. La répétition de «  je t’aime », «  je ne vais pas te quitter », «  j’ai envie de vivre avec toi », «  tu es magnifique », «  je reste avec toi », «  je suis là », encore et encore… J’en ai jamais assez 😉

Message modifié par son auteur il y a un mois.

#
Profil

Mashkwa

le vendredi 02 septembre 2022 à 14h49

Ayna
Étant la plus à l’aise, j’ai choisi de le laisser vivre lui la relation multiple de son côté, sans ajouter de déclencheur émotionnel du mien. J’ai donc renoncé à vivre pour le moment d’autres relations et à observer tout ce que je peux faire moi pour bien vivre le fait que lui en aie. Je tiens un journal de ses absences, de mon état, des solutions que je trouve pour être sereine quand il est avec son autre amoureuse. J’espère ainsi mieux le comprendre lorsque peut-être un jour je le confronterai à mes propres absences. Je verbalise beaucoup, et je fais au mieux pour rétablir une confiance qui a été mise à mal (je suis sortie du mode «   couple » pendant six mois, il est resté à mes côtés quand même,c’était son choix, mais douloureux.) J’ai conscience que ça peut prendre du temps. Je crois même que le temps est un facteur primordial. Le deuxième étant la réciprocité : «   vis ma vie et après on discute ».

Message modifié par son auteur il y a 8 heures.

(A) a effectivement décidée de me laisser vivre ce que j'ai à vivre avec (C), mais je sais que c'est difficile pour elle. L'idée du journal est bonne. Elle (A) lit ce fil de discussion sans participer. Elle pourra voir ta proposition et décider, ou non, de faire de quoi de semblable.
C'est maintenant moi qui "vit sa vie" et je comprends tellement la soufrance que j'ai pu lui provoquer en lui refusant tout cela. Je ne peux revenir en arrière, mais j'aimerais tellement pourvoir le faire.

Ayna
Je te souhaite de gérer au mieux cette période où C est encore présente physiquement, pour ne pas trop mettre à mal votre lien avec A. Je sais que ce n’est pas facile, une fois la relation bien engagée, de trouver des solutions d’apaisement car comme dit mon chéri, ça ressemble vite à une «   marche forcée » pour l’autre. Aie confiance en l’amour et répète inlassablement des phrases rassurantes à A. C’est ce qui m’aide le plus en ce moment. La répétition de «   je t’aime », «   je ne vais pas te quitter », «   j’ai envie de vivre avec toi », «   tu es magnifique », «   je reste avec toi », «   je suis là », encore et encore… J’en ai jamais assez 😉
Message modifié par son auteur il y a 8 heures.

J'ai toujours été une personne affectueuse, attentionnée, amoureuse, avec (A), même lorsqu'elle avait la tête ailleurs (R). Je lui démontre mon amour en faits et en paraoles. Je lui répète que je n'ai pas l'intention de la quitter, que c'est encore avec elle que je me vois vieillir et que (C) est, avant tout, une amie avec qui j'ai une très grande connexion. Nous venons de fêter nos 18 ans de vie de couple. Je crois bien lui avoir bien fait comprendre que, mon grand amour, c'est elle.
N'empêche, j'ai peur de comment elle va gérer ses émotions la journée où elle va savoir que je vais aller voir (C) plus que pour un verre dans un restaurant. Notre train de vie est bien rempli. Et je ne peux lui mentir. Elle va le savoir. J'espère juste qu'elle saura bien gérer ses émotions.

Pour l'apaiser, j'ai fais des concessions. Je lui ai promis qu'à chaque rencontre plus intime avec (C) que je vais attendre qu'elle (A) prenne les devants pour revenir vers moi, le temps de lui laisser le temps de digérer la situation.
J'ai aussi promis de faire une analyse de mes sentiments, mes désirs, mes envies à chaque fois et que si je remarque que (C) pourrait devenir un danger pour notre couple, de couper court à ce qui ne tient pas de l'amitié. Je sais, c'est plus facile à dire qu'à faire, mais je vais tout de même essayer de le faire.

Merci pour tes conseils

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion