Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Ou madame paradoxes

#
Profil

raz

le jeudi 17 août 2017 à 11h14

Contigo
Le travail sur soi... Cela fait une semaine que je vous lis tous, une semaine bien remplie de tout ce que je lis, et j'ai soif encore... c'est comme si je venais de découvrir que j'existe. J'avais commencé un voyage vers moi sans même me trouver, je ne voyais que la fille de... l'ex-épouse de... la maîtresse de... la sœur de... et finalement la mère de... (pardon). j'ai l'impression que pour chacun des ces rôles j'avais un costume différent. Et même si je suis un peu de tout ça, il me manquait l'essentiel... moi. Je me pensais tordue d'esprit mais en fait non,simplement quelqu'un de différent de ce qu'on a voulu que je sois ou que je pensais qu'on voulais que je sois.

ça m'a fait penser à la chanson d'Anne Sylvestre : "Comment je mappelle".
La chanson est .
Et les paroles ici.

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#
Profil

Contigo

le jeudi 17 août 2017 à 11h32

Maturité ou insouciance ? Ou les deux peut-être. Notre relation a toujours été conflictuelle (dernier né de 4 enfants et il n'avait que quelques mois au moment du divorce), lui rebelle et moi totalement "contre" ce mode d'expression.
Pour en revenir à l'acceptation d'une nouvelle vision du monde "pluriel", si j'admets être à l'origine de mon mal être ou plutôt mon mal vivre de cette relation ou je "partage" mon homme, je viens à rejoindre ce que tu disais Bonheur. Sans m'en apercevoir, j'ai joué la totale transparence de mon côté, mes enfants connaissent le couple C et H, ils connaissent aussi R puis qu'on s'est tous retrouvé dans mon tout petit logement pour un repas sympa. Puis H venait régulièrement à la maison (un week-end sur deux au début, puis une semaine par mois en moyenne)Nous n'habitons pas la même région. Nous faisions attention, devant les enfants nous étions des amis, j'irai même jusqu'à dire des copains de régiments. Depuis les mots du petit, je me rends compte que j'ai été à l'origine de cette pseudo transparence, je n'ai jamais rien dit explicitement, mais je me suis toujours dit que si des questions venaient je leur répondrai (je ne savais pas quoi pourtant mais je m'étais fait cet engagement à moi-même).
Mes copain(e)s le connaissent tous, ils l'apprécient, et le prennent tous pour mon "mari" même s'ils savent que nous n'habitons pas ensemble.
Je viens de découvrir que c'est cela qui me gêne en fait. De mon côté notre relation est transparente, enfin presque puisqu'ils ne savent pas qu'il est marié et parfois j'aimerais le crier pour être entendue, mais peut-être que l'écoute serait plus difficile. De son côté, personne n'est au courant, des précautions sont prises pour ne pas éveiller le moindre soupçon, j'ai pu rencontrer leurs enfants qui sont adultes comme les miens ( à part le dernier qui est peut-être le premier d'ailleurs après son intervention de ce week-end). Mais là encore il faut préserver, je suis une "vieille" copine de maman.
J'ai tout mis sur le dos ma difficulté à partager, sur ma sensation d'être une pièce rapportée, mon intuition de finir ma vie seule. Et tout cela pollue une relation. Je reviens sur un terme que j'ai pourtant utiliser il y a une dizaine de jours. Je ne suis pas "polyacceptante" mais "polyadhérente" avec la nuance de ne plus subir le "poly" mais de le cultiver pour qu'il m'offre un éventails de possibles. Je ne sais pas si un jour je serais moi-même "polypratiquante" mais peu m'importe. Je viens d'accoucher d'une nouvelle vision du monde, le plus dur mais aussi le plus excitant maintenant va être "d'élever" et "d'éduquer" cette nouvelle progéniture pour qu'elle puisse grandir et me faire grandir.
Un grand merci à vous tous (dans ce fil ou dans les autres). Vos mots ont soulagé mes maux par le simple fait d'exister. J'ai pu me reconnaitre dans telle phrase de l'un(e), tel mot de l'autre et enfin tel ressenti de chacun.

#
Profil

Contigo

le jeudi 17 août 2017 à 11h40

Merci Raz, c'est exactement ça, je ne connaissais pas cette chanson là, mais elle me parle, elle me parle tant (ou temps) :-). Mots tellement lourds de sens pour une musique si légère, quel beau mariage.

#
Profil

bonheur

le jeudi 17 août 2017 à 15h51

Non, ce n'est pas demain non plus que je l'oublierai.

Moi on m'appelais "trop", pourquoi ? Sans doute parce que j'étais trop !

Super chanson à la fois douce, belle et avec intelligence de la vie comme du coeur (+)

Merci Raz pour cette découverte :-) (+)

#
Profil

Merlyn

le vendredi 18 août 2017 à 15h56

Merci pour le partage :-)

#

Tomtom09 (invité)

le samedi 19 août 2017 à 18h07

Contigo ton témoignage me frappe et me donne de l'espoir quant à la façon dont je pourrai un jour aborder le sujet avec ma fille (de 7 ans). Merci !!!!

#
Profil

Contigo

le dimanche 20 août 2017 à 10h42

Tomtom, tu me vois ravie de l'espoir que mon témoignage peut t'apporter. Je n'ai pas voulu aborder le sujet avec mon fils, c'est lui qui l'a fait pour moi. Je ne suis pas encore prête pour développer le sujet avec lui, mais je ressens un apaisement considérable, et quand je serai prête, je sais comment revenir sur le sujet. Simplement en lui demandant comment vont ses amoureuseS.

Finalement, je suis la seule à n'avoir pas encore franchi le cap si on résume : mon amoureux est "polypratiquant", mon fils aussi (sourire) et moi j'attends de pouvoir en discuter avec mes co-voyageurs de vie. :-)

#
Profil

bonheur

le dimanche 20 août 2017 à 10h54

Un enfant, un ado ou quelque soit l'âge, nos enfants aspirent juste à ce que l'on soit bien dans notre peau. C'est cela qui leur convient. Après, évidemment, il y a les formatages qui parasitent mais je trouve que ces nouvelles générations (les miens ont de 20 à 27 ans) sont plus ouverts que nous ne l'étions à notre époque (je vais sur 49 ans). L'acceptation réelle et la vrai tolérance sont plus naturelles pour eux... c'est ce que je constate au contact des jeunes qui m'entourent (camarades de mes fils, collègues de travail jeunes, par exemple). Après, comme ça a été dit dans un autre fil, je vis à la campagne et ne fréquente que dans le milieu rural. Les intransigeances que je constate sont rarement du fait des nouvelles générations, mais plutôt des plus anciennes. Y voir un signe d'évolution ? Si c'est le cas, je suis née à la mauvaise période :-D

#
Profil

bonheur

le dimanche 20 août 2017 à 10h58

Pour ce qui est des enfants, j'ai fait la recherche en me mettant sur "fil de discussion" et en tapant "enfant" en moteur de recherche... il y a déjà eu ce thème d'aborder à plusieurs reprise (+)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion