Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Journal d'un poly acceptant en devenir

Témoignage
#
Profil

brigant01

le dimanche 25 juin 2017 à 18h14

Bonjour à tous,

J'avais ouvert une discussion il y a quelque temps, et les choses ont évoluées.
Avec ma femme, nous nous connaissons depuis 14 ans et avons 2 enfants.

Nous nous aimons énormément.

Il y a presque un an maintenant, elle s'est rendue compte qu'elle plaisait a un collègue et que cela était réciproque...
Après de multiples épisodes, et de très très nombreuses discussions, il s'est avéré qu'elle étouffait dans notre couple et avait besoin de sa bulle, d'un espace de liberté, et qu'elle voulait que cet homme en fasse parti.

Elle était prête cependant à y renoncer pour moi, voyant a quel point tout cela me perturbait...
Mais de nombreuses discussions plus tard, je me suis aperçu qu'elle en avait besoin pour elle, et que si je l'aimais, je devais lui laisser vivre cette bulle.
C'est donc moi qui lui ai 'proposé' de vivre sa bulle, sachant toutefois toutes les souffrances que cela allait me procurer.

Fin avril, elle s'est donc 'lancée'....
Il faut dire qu'elle le voit peu, et que nous avons convenu qu'elle doit me dire quand elle le voit et quand elle couche avec lui.
Je me suis aperçu qu'actuellement le fait de ne pas savoir était pour moi bien plus difficile gérer...

Elle le voit donc de temps en temps, avec parfois des pics... Comme cette semaine où elle l'a vu plusieurs fois en soirée avec des amis (je n'y vais jamais, cela fait parti de son espace qu'elle a voulu créer) et elle passe la soirée de demain avec lui

J'ai dépassé la peur qu'elle me quitte, mais je n'arrive pas encore à être heureux pour elle...
J'ai lu de très nombreuses discussions, où des personnes vivant avec un(e) poly réussissent a un moment a dépasser ce besoin de chercher a contrôler, et a lâcher prise, et a être heureux pour leur partenaire.

Je n'y arrive pas.... Et cela me pèse énormément car je suis souvent triste et parfois me repli sur moi-même au grand désarroi de ma femme qui ne supporte pas de me voir souffrir....

Elle m'a même proposé de mettre fin a sa relation pour moi... Ce que j'ai refusé, car sinon il restera un inachevé... Je lui ai dit que si elle doit y mettre un terme, elle doit le faire quand elle le décidera pour elle...

Tout cela pour dire que je ne sais pas comment 'arriver' a cette étape, où j'arriverai a ne plus avoir le coeur et l'estomac qui se serrent quand elle le voit, mais a être heureux pour elle....

Donc si vous avez connu la même situation......

Bien amicalement

Brigant

#

Well (invité)

le dimanche 25 juin 2017 à 18h52

Bonjour brigant1, c'est très bien d'en être arrivé à ce niveau mais peut être que tu n'arrivera jamais à être heureuse pour elle, ce sont des sentiments que tu as eu ça ne se contrôle pas vraiment, tu es arrivé à à ne plus avoir peur ou ne plus être jaloux mais la compersion c'est autre chose encore...

Vous avez des règles avec ta femme à part qu elle te dise quand elle le voit et couche avec lui ? Peut être voir avec elle pour amenuiser ces pics comme cette semaine qui peuvent être trop lourd pour toi ?

#
Profil

bonheur

le dimanche 25 juin 2017 à 19h49

Je pense en effet que la compersion, on l'a, ou on ne l'a pas. On ne peut pas s'obliger ou se forcer à faire preuve de compersion.

#
Profil

brigant01

le dimanche 25 juin 2017 à 20h39

Re bonjour

Well, cette semaine a été tres exceptionnelle et ma femme est très a l'écoute.
Nous avons mis en place des regles et elle les respecte
Je n'ai rien a lui reprocher
C'est vraiment de moi a moi meme

Bonheur, je decouvre la notion de compersion....
Je viens de regarder sur internet ce que cela recouvre....
Je pense et c'est assez paradoxal le toucher du doigt par moment, car par moment j'arrive a etre content pour ma femme, et j'en suis le premier surpris...
Mais cela ne dure pas et je replonge.
Un.peu comme si je naviguais entre 2 états dans ma tête.
Mais j'ai constaté que quand j'arrive a être content pour elle, je suis BIEN et elle aussi....
C'est cela que je veux atteindre, stabiliser... Pour elle, pcq je l'aime et pour moi car sinon tout cela est difficilement tenable...

#
Profil

bonheur

le dimanche 25 juin 2017 à 20h50

L'équilibre est indispensable mais il faut en effet sans cesse rééquilibrer.

Un acquis n'existe pas.

Heureuse de constater que ta femme prend soin de cet équilibre et de chacun.

Ne pas oublier également la tierce personne, son attitude influe obligatoirement.

#
Profil

calinou696

le dimanche 25 juin 2017 à 21h04

Tu dis que tu veux savoir quand ils couchent ensemble, je ne sais pas si c'est la meilleure idée.
Quand j'étais dans cette situation, effectivement je savais quand ma femme etait avec lui, mais tout ce que je voulais savoir c'est si elle avait passé une bonne soirée ou non, et ca s'arretait là. C'etait plus facile à gérer, et je trouve aussi plus sain ("ah non chéri on a pas couché on s'est juste carressé" "une pipe ca compte?" bref, de toute façon ca ne nous regarde pas je trouve.

En tout cas beau travail bravo à toi et à ta femme aussi.

#
Profil

brigant01

le lundi 26 juin 2017 à 10h56

Calinou696, effectivement je n'ai pas à tout savoir, et ce n'est pas l'objectif....
Je n'ai pas à connaître les détails...

Mais voilà, j'ai encore le besoin de savoir ce qui se passe entre eux.
Je crois que j'entretiens l'illusion que je peux contrôler les choses.... C'est une façon de me rassurer

Bonheur, je suis totalement d'accord, il faut un équilibre et cet homme qu'elle a fait entrer dans sa bulle fait parti de "l'équation".

Je crois que nous sommes encore en train de chercher notre équilibre, que par moment on le touche du doigt.

Je ne sais pas si je serai capable de faire preuve de compersion.... Mais de ce que j'ai lu dessus depuis hier, je me retrouve dans certaines choses....

Il va falloir que j'avance et que nous continuions à bcp parler.

Merci pour vos retours

Bien chaleureusement

Brigant

#
Profil

calinou696

le lundi 26 juin 2017 à 14h03

A mon avis, vouloir controler les choses, ca pourrait être dangereux pour ton couple et avoir l'effet inverse que ce que tu cherches..
Je pense qu'il faut faire confiance à ta femme (elle semble le mériter) et surtout confiance en toi, en ce que tu lui apportes!

#

Elina (invité)

le lundi 26 juin 2017 à 14h39

Bonjour, j'ai découvert il y a quelques semaines que mon conjoint était amoureux d'une autre femme. La thématique du polyamour est entrée dans nos discussions et dans notre vie.
Son positionnement est de l'assumer et d'expérimenter le fait de vivre deux relations amoureuses. De mon côté je ne sais pas ce que je souhaite vivre dans le fond.
C'est pour cela que j'ai été interpellé par le titre de la discussion "poly acceptant en devenir" car c'est justement la question majeure que je me pose : Est ce que je tente d'accepter que mon conjoint aime deux femmes? J'ai construit ma vision du couple de manière exclusive et cette rencontre remet en question mes fondements. Mes réactions et émotions vis à vis de la situation sont tournées vers la jalousie, le dégoût, le sentiment d'abandon. Je réagis de la même manière que toi en souhaitant être dans le contrôle de mon partenaire car je me sens mise à l'écart et rejetée. Je suis complètement responsable de ce que çà crée chez moi.

Je ne parviens pas à me sonder intérieurement pour savoir ce qui est juste pour moi aujourd'hui :
- mettre un terme à la relation car j'éprouve beaucoup de souffrance au quotidien et que je me sens dans un sens obligée par amour pour lui d'adhérer à un modèle pour rester ensemble
- ou continuer la relation dans le but d'être dans le respect de chacun en faisant évoluer mes bases, en travaillant ma jalousie pour mieux le vivre, en discutant, en considérant cet évènement comme une expérience
Qu'est ce qui te pousse aujourd'hui à être la démarche d'acceptation et non pas de séparation?

#
Profil

brigant01

le lundi 26 juin 2017 à 14h55

Calinou66, je comprends ce que tu veux dire.
Mais avec ma femme, nous parlons bcp, et elle comprend très bien ce que je ressens.
Elle a accepté de me dire ce que je voulais savoir.

J'espère qu'avec le temps j'arriverais à plus lâcher prise...
Mais ce n'est pas un manque de confiance...

Je me suis aperçu qu'à l'heure d'aujourd'hui, ce qui me fait le plus souffrir, c'est de ne pas savoir (et donc de m'imaginer des choses....)

J'espère que les choses évolueront et que je serai en mesure d'évoluer sur ce point

#
Profil

brigant01

le lundi 26 juin 2017 à 15h23

Bonjour Elina,

j'imagine très bien ce que tu dois vivre actuellement.
Tout cela raisonne en moi.
Quand tout cela à commencé, j'ai vécu cela comme un tremblement de terre, un tsunami,....

Pour répondre à ta question, la seule chose qui m'a aidé, et qui m'aide encore aujourd'hui, c'est l'amour que j'ai pour ma femme. Je sais également que malgré tout ce qui s'est passé, tout ce qui passe qu'elle n'a jamais cessé de m'aimer....

C'est ce lien très fort entre nous qui m'a permis de résister.
Après je ne te cache pas, que cela a été très difficile certains jours, et continue de l'être encore.

Mais nous avons, et continuons à beaucoup parler...
C'est la seule solution.

Chaque situation est différente, mais j'ai compris que cette évolution de ma femme répondait à un besoin qu'elle avait d'elle à elle même...
Pour la petite histoire, ma femme est une très belle femme, mais qui pour des raisons liées à son histoire personnelles, manque de confiance en elle.
Tu lui aurait dit il y a 1 an 1/2 qu'elle serait dans cette situation, jamais elle ne t'aurait cru.

Mais tout cela lui a apporté bcp d'assaurance...
Malgré toute la souffrance que cela m'a causé, je ne peux que reconnaître aussi un impact positif sur notre vie de couple.

Avec le recul, je dois admettre que notre couple s'était endormi.... Nous 'vivotions'... Notre intimité ne fonctionnait plus... Nous nous aimions, mais le quotidien (avec 2 enfants) nous avait mangé...

Tout cela a été un électrochoc.... Cela nous a réveillé, m'a réveillé, à réveillé ma femme....
Notre vie de couple n'est plus du tout la même, et bien que cela puisse sembler paradoxal au 1er abord, cela nous a rapproché, à raviver nos sentiments et la flamme entre nous....

Mais le prix à payer est élevé...

Je n'ai jamais envisagé de quitter ma femme
Pendant pas mal de temps, j'ai eu très peur de l'abandon. Je faisais de nombreux cauchemars à ce sujet...
Et puis j'ai compris que tout cela n'avait rien à voir avec moi, mais avec elle....
Qu'elle aime être avec lui, parcequ'elle tient à lui... qu'il lui apporte des choses différentes... (sur la culture, ou la musique, ou l'art par exemple...)

Le plus difficile à gérer encore aujourd'hui, cette idée qu'elle pense à lui , qu'elle ait envi de le voir.

D'ailleurs elle passe la soirée avec lui ce soir......

Mais ma femme est vraiment très à l'écoute, et essaie au maximum de me faciliter les choses : elle était par exemple d'accord de ne pas le voir ce soir si je n'étais pas bien....

La seule issue que je vois, c'est d'essayer de transformer tout cela en du positif pour elle et pour moi....
J'ai lu une fois sur une discussion que les sentiments de peine, de tristesse, de jalousie sont normal .... mais que toute la question est de savoir ce que nous en faisons....

J'avoue ne pas avoir encore toutes les réponses... je tâtonne... Mais j'avance et j'essaie de laisser un maximum de liberté à femme .
Mais j'ai posé des règles qu'elle a accepté : ne jamais le voir à la maison (c'est chez nous), elle doit me dire quand elle le voit, pas plus d'une soirée par semaine, pas plus d'un découchage par mois,....

Ces règles sont personnelles et c'est à toi de les définir avec ton mari pour te permettre de supporter la situation, et de le laisser vivre ce qu'il a besoin de vivre...
Après ces règles évoluent dans le temps....
Je viens par exemple d'accepter qu'elle passe une nuit avec lui une fois par mois, ce qui était totalement exclu il y a encore peu....

Je suis donc engagé sur le chemin de l'acceptation.
Et oui, c'est un chemin très très difficile pour le poly acceptant (en devenir...) :-)
Et oui c'est un chemin très douloureux.

Si tu t'y engages, tu dois savoir pourquoi.

Moi je le fais par amour, pour la femme de ma vie , pour une promesse que je me suis fait le jour où je l'ai épousée, celle de tout faire pour la rendre heureuse.

Bien chaleureusement

Brigant

#

Well (invité)

le lundi 26 juin 2017 à 16h22

Je trouve ces règles très bonne, c'est un compromis qui marche souvent et si évolue positivement quand c'est respecté.

Par contre autant je comprend le fait d avoir des amis et un cercle privilégier mais du fait que l amant en fait partit, ils sont en "couple" dans ce cercle ? Tu n'as jamais été à une soirée avec elle et eux ?

#
Profil

brigant01

le lundi 26 juin 2017 à 18h27

Well,

j'ai déjà rencontré bon nombre de ses collègues et amis 'externes', mais pas tous en effet.

Le fait qu'elle ait un cercle de connaissances, d'amis dans lequel je ne rentre pas contribue à sa bulle, à son espace de liberté.
Dans ce cercle, elle n'est pas en 'couple' avec son amant, car personne n'est au courant.

Nous avons convenu de n'en parler à personne, même aux très proches de notre entourage, car nous savons que tout cela risque de ne pas être compris, et je n'ai aucune envie de devoir expliquer, "justifier" mes choix.

Pour le reste, nous avons à côté de très bons amis que nous voyons régulièrement.

#
Profil

poisson_chocolat

le mardi 27 juin 2017 à 17h09

Et bien non, ce n'est pas facile.
Mais on peut s'accorder le droit d'aller bien.
Ce n'est pas facile.
Le droit de penser à autre chose, d'oublier comme avant, sa compagne ou son compagnon, pour penser à soi, à des choses qui nous intéresse. Oui, on s'est endormi, et il y a probablement un rêve/passion ou deux qu'on à laisser sur le bord de la route. C'est le moment de s'y remettre.
Ce n'est pas facile.
Et puis, il y a l'imaginaire. Pays des ogres et des sorcières en tout genre. Un mur d'images que l'on ne traverse pas aisément. Et comme parfoison rallumait la lumière quand on été enfant, il suffit de toucher la personne aimer, en s'en foutant des imaginations, en se disant que là, c'est juste elle et moi. De se retrouver simplement se dire qu'elle ou qu'il pense à ses autres relations ou qu'elle ou lui pense que vous pensez à ses autres relations... et l'inverse, parce que vous aussi pouvez vivre d'autre chose. Bref retrouver la simplicité du contact, des moments partagés.
Ce n'est pas facile.
Oui bien sûr, on attend de l'autre qu'il nous rassure. Et c'est important. Je t'aime. Je veux continuer à vivre avec toi... C'est la base que de dire ou d'entendre ça. Une fois cela posé, tant que j'aurais besoin de l'autre pour me rassurer, c'est que je manque à moi-même.

#
Profil

Indi

le samedi 01 juillet 2017 à 11h50

Bonjour brigant01,

Je suis navré d'apprendre que tu connais des moments de souffrance.

brigant01
Je me suis aperçu qu'à l'heure d'aujourd'hui, ce qui me fait le plus souffrir, c'est de ne pas savoir (et donc de m'imaginer des choses....)

Dans le but de nous éviter des souffrances inutiles, pouvons-nous questionner cette affirmation d'un point de vue rationnel ? De mon point de vue, elle suscite immédiatement deux questions :

1. Ce que nous ignorons est-il vraiment source de souffrance ?
2. L'ignorance conduit-elle nécessairement à imaginer des choses ?

J'ajoute à cela deux autres questions :

3. Ces choses qu'on imagine sont-elles sources de souffrance ?
4. Ces choses qu'on imagine tiennent-elles face à un examen rationnel ?

Je te laisse trouver tes propres réponses, en me permettant tout de même de donner quelques éléments.

Je commence par observer que l'ignorance est la norme. Il me semble que chacun d'entre nous sait bien peu de choses. J'ignore ce que font mes proches en ce moment. En fait, j'ignore ce que font les milliards d'être humains vivant sur cette planète. Je pourrais aussi aborder les sciences, les savoirs techniques, la production culturelle de ces milliards d'être humains. La quasi totalité de tout cela m'échappe. Mon savoir est quantité négligeable.

Quelles réponses peux-tu donc apporter aux deux premières questions ?

Je poursuis par un exemple de chose que je me suis imaginé : j'ai souvent pensé que personne ne pouvait vraiment m'aimer. Je ne crois pas que cela soit très original. En revanche, cela devrait jeter un éclairage sur les questions 3. et 4.

Tiens, ça m'amène aussi à une autre question !

5. Cette croyance (on ne peut pas m'aimer) est-elle aussi crédible une fois écrite noir sur blanc que lorsqu'elle n'est qu'une pensée fugitive traversant mon esprit ?

Aller mieux demande souvent de faire un effort. Améliorer la qualité d'une relation ou simplement l'entretenir peut aussi demander du travail. Je te suggère amicalement de faire l'exercice suivant : à chaque fois que tu ressens de la détresse ou une émotion négative, prends le temps d'écrire noir sur blanc les pensées fugitives qui habitent ton esprit à ce moment là, puis vois ensuite si elles tiennent face à un examen critique.

Notre époque étant ce qu'elle est, je fais ça avec une application Android nommée "Thought Diary". Ainsi, j'ai presque toujours de quoi me livrer à cet exercice lorsque le besoin se fait sentir.

Tu es libre de croire que j'ai des pensées irrationnelles et que tu n'en as pas. Si c'est le cas, fais tout de même cet exercice pendant quelques jours et vois si tu as ou non raison !

De mon côté, je crois que penser rationnellement est très coûteux : cela demande de l'effort et de la concentration. C'est pourquoi il me semble que nous ne le faisons que très rarement, même lorsque cela nous permettrait d'aller mieux. C'est même le contraire : plus l'anxiété et la déprime causées par des pensées irrationnelles gagnent et plus il nous est difficile de faire des efforts !

#
Profil

LeaBridou

le samedi 01 juillet 2017 à 14h29

Bonjour ,
Merci pour ces témoignages très intéressants car à l'opposé de ce que nous vivons. Notre façon de le vivre est très différente. Nous savons :) tous les 2..
Nous aimons nous raconter les moments que nous passons avec d'autres.
Y compris dans les détails.
C'est possible car nous savons que l'Autre est dans la bienveillance et ne "jugera pas " notre Autre partenaire et également parce que nous assumons chacun nos émotions , nous ne les faisons pas assumer à l'Autre... Si son récit me met mal à l'aise , remue des choses difficiles en moi, il n'a pas à culpabiliser pour cela puisque j'ai donné mon accord pour tout partager. C'est à moi d'aller chercher pourquoi cela me remue :) .
Je vous souhaite une beau chemin :)

#
Profil

bonheur

le samedi 01 juillet 2017 à 14h35

LeaBridou
...nous assumons chacun nos émotions , nous ne les faisons pas assumer à l'Autre

Aussi, on peut écouter et tenir compte des émotions d'autrui. Les émotions, largement autant que l'intellect, doivent avoir une place de choix dans notre façon de "gérer" qui nous sommes et ce que nous vivons.

#
Profil

LeaBridou

le samedi 01 juillet 2017 à 15h08

Bien sur, vous faites bien de préciser : quand je dis "assumer ses émotions " ce n'est pas "démerde-toi avec tes émotions, je ne veux rien savoir" :)
Il y a une notion de bienveillance avec les Autres et avec soi-même comprise dedans.
Nous passons beaucoup de temps à écouter les émotions de l'Autre, à le comprendre, le câliner etc... mais au final c'est celui qui ressent ces émotions qui va devoir les gérer, c'est à dire aller chercher les besoins non nourris cachés derrière, les blessures non cicatrisées etc... ça c'est son boulot, et on en discute tant qu'il le faut, mais c'est à lui de faire ce boulot :)

Pas facile de généraliser , je vais prendre un exemple concret :
La semaine dernière il a passé une nuit torride avec une fille que je ne connais pas , que je n'ai pas encore eu la possibilité de rencontrer (ce qui du coup me complique la situation, j'ai besoin de rencontrer :) ) et avec qui un lien commence à se créer.
La situation était plus difficile à gérer pour moi, à cause de cette "inconnue" (qui est-elle?) , de la grande distance en km entre nous en ce moment, du fait que je suis fatiguée /dans une période compliquée, et à cause d'un autre paramètre que je ne souhaite pas développer ici.
Je savais dès le départ que j'allais ressentir des émotions assez négatives et peut être fortes. On en a parlé avant et après . Il a pris beaucoup de temps pour qu'on en discute (de mes émotions, de ses projets, de son vécu ), pour me rassurer, pour entretenir notre Lien. Bref Il m'a soutenue... mais mon boulot à moi c'était d'aller voir ces émotions, de les accepter, les comprendre et si je pouvais les laisser partir :)
Partir du principe que c'est Elle ou Lui le responsable de mes émotions négatives, m'aurait privé de la possibilité de travailler dessus :)

Bon pas sure que mon exemple soit plus précis :) pas facile d'exprimer certaines choses.

#
Profil

bonheur

le samedi 01 juillet 2017 à 15h27

Je le conçois également ainsi LeaBridou, tout à fait !

#
Profil

brigant01

le mercredi 05 juillet 2017 à 14h06

Bonjour à tous,

je reprends mon journal après quelques jours, la faute au début des vacances.... :-)

Je vous remercie pour vos retours.

LeaBridou, je comprends assez bien ce que tu veux dire.
Je ressens ce besoin de savoir, pour comprendre, pour partager dans le respect.

Mais il en découle ensuite forcément des sentiments forts, très forts parfois.
Je comprends quand tu dis que nous sommes responsable de nos émotions négatives, et qu'il faut les comprendre, pour travailler dessus et donc les dépasser.

Je réalise que sans m'en rendre compte j'ai cheminé vers ce mode de fonctionnement.

J'ai aussi ressentis le besoin de rencontrer l'homme que ma femme veut avoir dans sa vie
J'ai mangé (et bu 3 pointes :-) ) avec lui. C'est la 2ème fois que je le vois.
C'est un homme bien, et cela m'a fait du bien qu'on puisse se dire les choses sur la place de chacun veut avoir vis à vis de ma femme

Je me rends compte avec le temps que je préfère savoir, quitte à tout savoir, plutôt que d'être dans l'ignorance.
Je me rends compte aussi qu'il faut que j'arrête de faire comme s'il n'existe pas et qu'apprendre à le connaître et peut être à l'apprécier m'aideront

Donc mon esprit gère plutôt bien....
Mais il y a mes tripes : elle le voit ce soir .......et là en ce moment, elles me torturent...

Après, elle l'a vu la semaine dernière , elle a couché avec lui ... et la terre a continué de tourner... et j'aime toujours autant ma femme.

Bref, un peu perdu dans tous mes sentiments qui sont parfois contradictoires : il y a des jours où je suis très apaisé et ca va bien; et des jours où c'est très dur ....

Mais j'ai toujours un sentiment latent, un sentiment de déséquilibre....

Et moi dans tout cela?
Car sans vouloir compter les points, qu'est ce que j'y gagne?

Personnellement, je suis mono. Je ne ressens absolument pas le besoin d'avoir une autre femme dans ma vie , ou d'aller faire des rencontres d'un soir.

J'ai donc le sentiment de m'oublier par moment.... de faire bcp efforts pour ma femme , qui est au demeurant très compréhensive, très à l'écoute et très attentive à ce que je ressens.

Mais je me rends compte que je ne serai jamais heureux pour elle.
Tout ce que je peux faire , c'est le vivre le moins mal possible....

Tout cela je le fais pour elle, pcq que je l'aime , pour qu'elle puisse vivre ce dont elle a besoin.
Mais, et moi?

Bien chaleureusement

Brigant

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion