Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Hug, pas hug, libertinage, sensualité: limites et ouvertures

#

(compte clôturé)

le dimanche 15 mars 2009 à 14h06

Je vais vous aider un peu, histoire que l'arbre ne cache pas la forêt: le titre du fil est tout aussi important que le reste.

#

(compte clôturé)

le dimanche 15 mars 2009 à 18h53

Ah zut, je me croyais sous le fil "Pour sourire un peu"!

#
Profil

Sorelle

le lundi 16 mars 2009 à 09h22

Je ne vois pas où vous voulez en venir.

#

(compte clôturé)

le lundi 16 mars 2009 à 10h00

Que j'étais dans l'humour, pointàlaligne. Mais passons.

Sensualité de la bouffe, ça parle à quelqu'un? Comment les aliments figurent-ils au paysage amoureux, largement, s'entend:

donner un biberon (si c'est pas du hug pour l'adulte, ça!), préparer à manger pour un petit bout de chou et le lui donner (un moment de communication assez spécial!), préparer à manger pour des amis, donner une bouchée de son assiette à son amoureux (se), donner sa gorgée de vin de bouche à bouche, jouer avec des fruits pendant la galipette... donner à manger ou à boire à un malade trop faible... aussi...

"Mange, c'est bon, c'est maman qui l'a fait"

#
Profil

Sandra

le lundi 16 mars 2009 à 14h32

Là encore peut-être faudrait-il s'entendre sur la notion de "sensualité" .

Oui ! Cependant tel que vous présentez le sujet, Clémentine, "la sensualité de la bouffe", c'est plutôt un tue l'amour ou un "tue sensualité", mais là encore à chacun son style :-) !
Cela étant, puisque vous parlez de sens large, pourquoi alors, ne pas élargir le cercle à autre chose qu'une relation à 2 : un repas ou une soirée entre ami(e)s où la convivialité s'étend justement à un partage sensuel de la nourriture, que ce soit sous forme de jeu ou spontanément, entre personnes consentantes bien évidemment !

#

(compte clôturé)

le lundi 16 mars 2009 à 15h02

En effet, chacun sa vision; moi je vis ça comme quelque chose éminemment sensuel en soi, manger. Que l'on soit seul, à deux, en groupe... et l'amour, je l'exprime aussi en donnant une bouillie à la cuillère.

Un tue-l'amour, ma vision... Et hop, encore un petit truc dénigrant... je prends note... mais bon, " La grande bouffe" de Ferreri, tout le monde n'apprécie pas, ça peut se comprendre.

Simplement, goûter la nourriture au sens large, car c'est je crois la seule action commune à tous, qui mette tous les sens à contribution : humer, savourer, écouter (ah, le préliminaire du steak qui grésille, de la soupe qui glougloute, du pain qu'on rompt), voir, toucher.

Ce qui ouvre bien d'autres horizons par rapport à d'autres actions amoureuses.

Pour le reste, "préparer à manger pour des amis", c'est vrai, peut s'entendre à toutes les sauces. :-)))

#

... (invité)

le lundi 16 mars 2009 à 21h13

suite au message du samedi 14 mars.
(Source CNRS-CRNTL)

- Ovredure = linteau, ce qui est au dessus d'une porte.
- Ouvreture = pourparlers, négociations.
- Apertura = ouverture,trou.

Et si nous mettons des degrés parce que Lulutine et Claude nous l'on fait
remarquer.

Donc, si nous passons de l'étymologie du mot à un résumé par degré,et que nous le transposons pour un être humain...

Ouverture
- Au niveau de la tête = Ce qui est au dessus, donnera, avoir une vue d'ensemble, donc comprendre.

-Pour le domaine affectif = négociation et pourparlers donneraient- rechercher l'accord avec son entourage : Recherche d' harmonie ?

-Et pour ce qui est du domaine de la matière = Le trou,serait celui qui 'est ouvert, sensible, réceptif. Peut être que le mot serait : Réceptif.

Qui dit mieux ? Sorelle

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 18 mars 2009 à 14h58

Bien bien bien...
J'avais voulu publié une grosse entrée, et pouf, un mauvais geste, zap.

Alors, pour répondre à ta question, Sorelle : oui.
...
..
.

Je te taquine. Oui, j'avais saisi la nuance... Du coup, c'est parce que cette question là me semblait rhétorique que je ne la voyais pas. Donc comme je considérais ce passage pour acquis, je rebondissais sur un passage qui faisait écho. Je ne souhaitais pas tronquer les paroles. Et puis généralement elles sont accessibles en quelques clics, les déformer pour servir mon propos ne serait pas habile... Vraiment, je pense que mes réponses valaient pour l'ensemble de tes posts, même si je n'en cite qu'une partie.

Alors...
Ouverture, nature, hug, nudité.

Je suis un peu, hm, contrarié, de me sentir classé dans une masse "fermée" parce que mon ouverture est variable.
Pour prendre un exemple "extérieur", claude considère que la pratique du free hug lui a montré sa fermeture, et il réfléchit sur la problématique poly par rapport à son éducation traditionnelle.

Disons que je suis à une autre position dans le champ des possibles des relations affectives, qui m'a donné l'occasion de me tester et me comprendre sur quelques pratiques amoureuses. Je pense que mon ouverture est tout aussi réelle et solide ainsi : je n'ai plus

[interruption momentanée du programme...]

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 18 mars 2009 à 15h52

Skusez, j'ai ma fille qui fait des cochonneries à côté de moi.

Je disais que je ne suis plus dans la position ni d'un néophyte, ni d'un monogame endurci... Au contraire.
Dans mon mode de vie, je suis ouvert à des rencontres, des expériences. Pourtant, je ne suis pas ouvert à complètement transformer mon attitude, je n'estime pas cela nécessaire pour moi.
Je ne veux pas dire que ma position est parfaite, mieux qu'une autre... C'est juste que je m'y sens bien !

Donc quand je me montre réticent à certaines moeurs plus libérées que les miennes, c'est pas pour dire qu'elles sont hors de propos, que jamais au grand jamais je ne ferai ça. Ca peut me prendre, ou pas. (la cuddle party, notemment, c'est une super chouette idée, mais ça n'étonnera personne que son côté "selectif" m'intéresse plus).

Par contre, là où je suis plus formel, c'est en disant que je ne sens pas ces moeurs comme nécessaires au polyamour. Je comprend que ces jeux, rencontres et expériences sont liées au PA, mais l'un n'engendre pas les autres, et, pour revenir à nos moutons, il n'y a rien de triste ou de négatif à ce qu'une rencontre informelle entre poly ne s'accompagnent pas forcément de ces activités.
A mon avis, ce serait même plus clair d'annoncer qu'on sera partant pour ça, de façon à ce que les participants sachent ce qu'ils pourront trouver.

Enfin, la nature.
J'ai lu une intervention de sorelle où un bain nudiste pourrait laisser une image de nature, un souvenir du paradis...

Murf. Je ne suis pas un idéaliste, parce que dans ma tête, je me dis qu'au Paradis, tout le monde me plait. Et avec certains de mes penchants misanthropes, il est clair que ce paradis n'est pas sur terre.
En fait, l'état de nature ne m'intéresse que modérément, c'est à dire que je ne le vois pas comme si positif, quand on parle de sensualité.

D'un côté, je l'admet, c'est un défaut de ma part. Il y a un rapport au désir chez moi qui est un peu trop complexe pour me rendre heureux souvent.
D'un autre... je trouve que le naturel, c'est trop souvent montré positif, quand en fait c'est très vague. La violence, c'est naturel. La peur est naturelle aussi.
Quand à l'état naturel de l'homme, pour paraphraser Voltaire contredisant Rousseau (avec une certaine mauvaise foi, qui a mon sens est utile au débat), je n'ai pas envie de voir mes contemporains se balader nu, à quatre pattes dans la boue et réduisant leur langage à quelques grognements de nécessité (faim, sexe, dodo).
La provoc n'est pas un argument, je sais, mais ça aide un peu à secouer les idées.

Pour faire plus constructif, en gros, c'est parce que nous somme très éduqués que le nudisme ou le free-hug ont un intérêt. A la fois pour nous secouer dans nos habitudes, à la fois pour nous permettre de sélectionner nos valeurs. Mais ce n'est pas un retour au naturel, c'est une organisation du naturel. C'est très différent, et je pense que le polyamour peut se vivre comme l'affirmation de s'organiser comme on le souhaite, et pas selon un plan de référence particulier.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 18 mars 2009 à 17h58

Clem : Sensualité dans la bouffe...

Ca me parle, même un peu trop.
Trop, et ça se voit à mon ventrounet. Qui n'est pas un signe sexuel primaire, pas plus que la rondeur de mon menton.

Trop, parce que c'est limite devenu un préjugé. J'entend par là que je suis autocritique là dessus. Mais c'est vrai que je peux pas m'empêcher de penser que "jouisseur mange de tout = bien" et "personne qui chipote avec ci ou ça dans la nourriture = mal".
Oui, c'est très con : il y a des bouffeurs complètement con et des végétaliens de bonne compagnie, évidemment.
Et après viennent les notions de goût, sur lesquels je serai bien malvenu de causer, vu que mon côté gourmet curieux "ah oui, des coquillages alpins ?" est très ouvert au triple cheese burger...

Mais bon, oui, quelqu'un qui mange bien, souvent, ça me met à l'aise.
Je peux même dire qu'une fille mange "beaucoup", ça me fait des choses.
L'appétit comme expression de la volonté sensuelle...

#

(compte clôturé)

le mercredi 18 mars 2009 à 20h00

Ah, et quand on arrive à sentir la tulipe ou l'amande dans un vin, bingo ! Festival de saveurs!! !

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 18 mars 2009 à 20h09

Sur le vin, je suis pas encore bien fin.
Je sais à peu près distinguer le tout venant d'un cru un peu meilleur,je suis définitivement passé du côté de ceux que le fromage à l'eau rend mélancolique, mais je ne m'aventurerai pas plus loin de peur de dire des bêtises.

#

(compte clôturé)

le mercredi 18 mars 2009 à 20h21

Bon, on va parler mangeaille alors... la cuisine que je trouve la plus folle de toutes, c'est la thaï; les multiples ingrédients se révèlent les uns après les autres, dosés si finement que c'est difficile de les identifier... tout en subtilités...

#

(compte clôturé)

le vendredi 29 mai 2009 à 18h21

Bon, le mot "lutinage", lutins et compagnie, ça vient d'où ? Parce que moi je bloque un peu là, ça me parle pas du tout. déjà que "polyamour" hein bon...transformé en PA parce qu'à la longue...c'est long ! Ou librésie pour compersion.
Alors les lutins là, ça fait pas sérieux. Non pas que je veuille du sérieux à tout prix, mais un peu de...je ne sais pas, romantisme ? élégance ? logique de la langue française ? (qui ne nous aide guère je suis d'accord, quand on voit tous les mots grecs pour "amour", par exemple).

#

(compte clôturé)

le vendredi 29 mai 2009 à 18h26

Ca vient de Françoise! Je crois qu'il y a tout un fil là-dessus ici-même.

#

(compte clôturé)

le vendredi 29 mai 2009 à 18h41

Clementine
Que j'étais dans l'humour, pointàlaligne. Mais passons.

Sensualité de la bouffe, ça parle à quelqu'un? Comment les aliments figurent-ils au paysage amoureux, largement, s'entend:

donner un biberon (si c'est pas du hug pour l'adulte, ça!), préparer à manger pour un petit bout de chou et le lui donner (un moment de communication assez spécial!), préparer à manger pour des amis, donner une bouchée de son assiette à son amoureux (se), donner sa gorgée de vin de bouche à bouche, jouer avec des fruits pendant la galipette... donner à manger ou à boire à un malade trop faible... aussi...

"Mange, c'est bon, c'est maman qui l'a fait"

Mon compagnon est carnivore (et de plus hyper difficile) et moi végétarienne (de naissance en plus, autant dire que pour moi c'est comme respirer).
Et je peux témoigner que c'est un manque sensuel dans une relation, de ne (presque) rien pouvoir partager au niveau culinaire.

#

(compte clôturé)

le vendredi 29 mai 2009 à 18h43

Clementine
Ca vient de Françoise! Je crois qu'il y a tout un fil là-dessus ici-même.

Bon, j'aime beaucoup Françoise, donc je cherche avant de critiquer ..je monte, je monte, je monte, je trouve ton fil sur la nourriture, j'y répond du coup, je repars escalader le fil à la recherche de pourquoi on serait des lutins et pas des nains de jardins !

#

(compte clôturé)

le vendredi 29 mai 2009 à 18h44

T'es dans la meuh, ma fille... Dis donc, ton prénom c'est Kalashnikova? :-)))

#

(compte clôturé)

le vendredi 29 mai 2009 à 18h52

Clementine
T'es dans la meuh, ma fille... Dis donc, ton prénom c'est Kalashnikova? :-)))

???? Traduction stp ? lol

Bon j'ai trouvé un message de Françoise qui utilise ces mots lutins et lutines mais ça ne me dit pas pourquoi. Peut être que son livre, que j'irai acheter demain, m'en dira plus ? Elle n'utilisait pas ce terme avant.
Mais dans son post j'ai lu un truc important qui mérité je crois que j'ouvre un autre fil. Quitte à enfoncer une porte ouverte (cad parler de qq chose de délicat) mais je prends le risque.

#

(compte clôturé)

le vendredi 29 mai 2009 à 19h04

Dans la meuh, car tu continues de te paumer dans les fils... et pour l'autre truc: t'as le rythme, coco, j'ai de la peine à te suivre... takatakatak... comme une kalashnikov... c't'un compliment en fait.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion