Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Célibataire avec plusieurs amants. Comment ça s'appelle?

Bases
#
Profil

chips

le dimanche 28 août 2016 à 19h03

Bonjour,
Je suis une femme, célibataire par choix, qui entretient des relations durables avec une poignée d'hommes. Ils sont au courant de cette situation et sont tous sur un pied d'égalité, en revanche aucun ne sait, ni ne souhaite savoir, qui sont les autres.
Ayant trouvé là mon équilibre, et paradoxalement une manière de pouvoir prendre davantage de temps pour moi que lors de mes précédentes vies de couple, je ne cherche pas non plus à multiplier les aventures, à draguer en soirée etc. Ce n'est que lorsque l'une de ces histoires s'effiloche qu'éventuellement je laisse la place pour une nouvelle personne.
Les principes caractérisants ces relations sont ceux qu'on retrouve dans le contexte du polyamour : respect absolu, empathie, absence de possessivité. Nous nous connaissons très bien, communiquons énormément et ne craignons pas l'intimité.
J'imagine qu'on pourrait résumer ma situation par "célibataire avec des plans culs longue durée".
Ce choix de vie est mal compris par mes amis et parfois mes amants eux-mêmes. Ils ne comprennent pas que le couple ne soit pas un but pour moi, et sont souvent attristés que je ne "trouve pas quelqu'un"...
J'ai découvert récemment le terme de polyamour et ai cru y trouver une similitude avec ma situation. Mais j'ai l'impression que la plupart d'entre vous vit tout de même en couple, en trio...
Peut-être peut-on parler de polyliaison? Nos relations sont basées sur l'amitié, un attachement certain mais je ne pense pas qu'on puisse aller jusqu'à parler d'amour.
Qu'en pensez vous? Qui est dans le même cas de figure? Ai-je ma place ici? J'ai hâte de lire vos avis...!

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#
Profil

Albaboun

le dimanche 28 août 2016 à 19h22

Bonjour,

C'est difficile, je ne suis pas du tout objectif, mais qui le sera! J'ai un fonctionnement avec des points communs au tiens, mais aussi des différences. De mon coté j'ai des sentiments pour les personnes avec qui j'ai des relations sexuelles, mais aussi des sentiments pour des personnes dont notre relation est asexuée. Je refuse le couple, mais aussi la cohabitation amoureuse. Je ne veux pas habiter avec quelqu'un-e pour qui j'ai des sentiments.

Je me considère polyamoureux. Je considère tou-te-s celleux qui pratiquent la relation de couple, la relation primaire, ou la cohabitation comme "polyamoureux hiérarchisés". Je ne crois pas que l'un vaille mieux que l'autre, mais je sais ne pas vouloir/pouvoir bien vivre sous forme hiérarchisée. Si je tombe amoureux d'une personne qui hiérarchise, au mieux, je peux peut-être entrer dans une case de relation secondaire. Si je tombe amoureux de quelqu'un qui partage mes fonctionnements, nous aurons une relation durable, plus ou moins intense selon nos possibilités, envies, besoins, mais en aucun cas linéaire ni durablement quotidienne.

Je ne suis pas sûr de t'avoir aidée... Quand à dire ce qui te caractérise, je ne crois pas pouvoir, mais je suis sûr de ne pas vouloir!! :-)

#
Profil

gdf

le dimanche 28 août 2016 à 20h25

Certains appellent ce que tu vis l'anarchie relationnelle. Pas de hiérarchie entre les relations.
Mais quel que soit le mot qu'on met dessus, polyamour ou anarchie relationnelle ou quoi que ce soit, si c'est ce que tu souhaites, et que tu es honnête avec toi même et les personnes concernées, il n'y a pas de raisons dr te laisser embêter.
Ce que les autres te reprochent, cultive le, c'est toi.

#
Profil

chips

le dimanche 28 août 2016 à 21h33

Merci Albaboun et Gdf pour vos points de vue!
Albaboun : Bien sûr des sentiments existent entre mes hommes et moi, pas forcément les mêmes selon les personnes. Mais le lien commun reste le sexe. Concernant le refus de cohabitation et de routine, je me retrouve dans ce que tu dis.
Gdf : Je vis plutôt bien cette situation, et chaque jour consolide un peu plus mon choix de vie. Je ne me sens pas jugée, mais ça fait du bien d'en parler avec des gens plus proches de mon style de vie... ;-) Je vais potasser un peu ce terme d'anarchie relationnelle.

#
Profil

chips

le dimanche 28 août 2016 à 22h32

J'ai trouvé quelques pistes dans cette discussion de 2014 :

Questions de termes : "polyamour" / "anarchie relationnelle" / "mono-amours"

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#

Qido (invité)

le dimanche 28 août 2016 à 22h55

#

Buheadack (invité)

le lundi 29 août 2016 à 14h00

«  https://infokiosques.net/spip.php?article158 »

La brochure «  Contre l'amour » est l'une de celles que j'ai le plus distribué dans les différents infokiosques que j'ai montés, et elle dépote.

Parallèlement, d'autres brochures lui sont bien complémentaires, telles que «  Apprendre le consentement en trois semaines », «  La fabrique artisanale des conforts affectifs », et «  Est-ce aimer à tout vent ? ».

#
Profil

LuLutine

le lundi 29 août 2016 à 14h45

Bonjour chips,

Attention, l'anarchie relationnelle implique également que TOUTES tes relations sur le continuum amitié-amour n'ont pas de hiérarchie entre elles.

Si tu fais une hiérarchie entre les relations amoureuses et amicales (par exemple), on parle plutôt de polyamour égalitaire.

A part ça, ta situation, vue de l'extérieur, sera je pense le plus souvent qualifiée de "solopoly" : une personne poly qui vit seule, "apparemment" en célibataire, et qui entretient plusieurs relations intimes en parallèle.

Ma situation est assez proche si ce n'est que je suis anarchiste relationnelle, mais c'est peut-être pas incompatible cela dit...

#
Profil

oO0

le mercredi 31 août 2016 à 18h51

Salut Chips,

le mode de relation avec lequel tu viens m'amène à réaliser que ce sujet a été abordé plus souvent que je ne l'avais perçu. En même temps, la simplicité de ce mode de relation me semble tout sauf simple à définir : "Comment ça s'appelle ?"

"Comment ça s'appelle ?", n'est-ce pas définir ? DTR, "Define The Relationship", cette expression anglophone exprime le moment où les personnes ont partagés suffisamment de temps ensemble pour que se pose la question de la nature de leur relation. Cela s'apparente aussi aux questions de savoir si deux personnes sont en relation à partir du moment où elles se sont embrassées ou réembrassée, dormi ou couché ensemble, etc. ? La définition de la relation s'exprime, ici, à partir du fait d'avoir passé du temps ensemble ou/et d'un moment particulier de ce temps passé ensemble.

Être et rester célibataire me semble être une manière de faire l'économie des questions de ce fameux moment DTR et donc, une recherche de simplicité par rapport aux complications des questions DTR.

Pourquoi je parle de ce fameux moment DTR, "Define The Relationship" ? Je reviens encore une fois en arrière, à la question "Comment ça s'appelle ?" Cette question me semble être celle de la définition d'une relation. Célibataire signifie souvent une personne libre ou encore, une personne qui n'est pas prise dans une relation. "T'es célibataire ? T'es pris(e) ?", ce sont les deux mêmes questions. Il ne s'agit cependant pas à proprement parler d'une question de liberté, mais plus de disponibilité : "T'es disponible ?" Ce que le statut relationnel indique, c'est une disponibilité. Ce que modifie le passage de l'état de célibat à ..., bref, la question de la définition de la relation, c'est la disponibilité. Alors pourquoi cette attente de modification de la disponibilité relationnelle de l'autre ? Pourquoi définir une relation ?

Le contre-exemple de cette modification de statut et de disponibilité relationnelle me semble être l'amitié. La relation amicale ne se définit pas, elle se constate un jour. L'ami(e) doit ou ne doit pas faire ceci ou cela, ce genre de questions ne se pose pas vraiment. Le plus souvent elles ne se posent que dans un registre de respect de base et il n'y a que différence d'intensité dans l'attente de respect. L'amitié, ce n'est pas tant devoir que pouvoir ... proposer à une personne de passer du temps ensemble, ce moment où cela va de soi de pouvoir faire ce genre de proposition. Quand tu écris qu'il y a une forme d'amitié avec tes amants, j'imagine que cela va dans ce sens là : il n'y a pas de gêne à demander de se voir. Pas plus qu'il n'y a de gêne ou de peur de l'intimité.

Ici, tu vis plusieurs relations sans aucun statut relationnel à même de modifier la disponibilité de chacun, chacune. Si célibataire est le plus souvent considéré comme un statut relationnel par défaut qui inhibe, ici, l'effet de modification, "amants" n'est pas un statut par défaut. "Célibataire ... avec plusieurs amants. (DTR) Comment ça s'appelle ?" Le fait de rester célibataire et, en même temps, d'être amants.

Oui, ce que tu racontes de tes relations peut rentrer dans les formes de relations qui peuvent se qualifier de polyamoureuses. Il y a la non-exclusivité et, comme tu souhaites rester célibataire, il va de soi que tu restes libre de voir d'autres personnes et que cela va tout autant de soi dans le sens inverse. Si tu restes célibataires, ils/elles le restent aussi. Là où cela peut commencer à sortir d'une forme de relation polyamoureuse, c'est sur la question de la clarté de la situation entre tes amants et leurs autres partenaires.

De plus, la forme de célibat que tu as choisie est souvent identifié dans la presse comme une des formes possibles de relations polyamoureuses lorsqu'elle en parle. Je ne pense qu'il y aura beaucoup de personnes qui se revendiquent polyamoureuses pour contredire cette tendance spécifique de la presse. Accessoirement il y a une certaine identification sociale et donc reconnaissance ou légitimation sociale qui s'installe petit à petit puisqu'il y a des articles de presse qui en parlent de la sorte.

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#

Sabri (invité)

le samedi 07 juillet 2018 à 14h05

J ai une question pour toi chips.Que t'apporte chacune de ses différentes relation que tu as avec ce bon nombre d'amants?hors mis:amitié, communication....? N'est ce pas aussi le fait que tu as peur du vide et que tu as sans cesse besoin d'quelqu'un a tes côtés ?Tu dois avoir peur de l'engagement et attend peut être d'abord de trouver le mec parfait pour mieux de trouver?

#
Profil

Minora

le samedi 07 juillet 2018 à 14h22

Il me semble au contraire que si elle avait peur du vide, elle vivrait en couple...

Message modifié par son auteur il y a 4 mois.

#
Profil

bonheur

le samedi 07 juillet 2018 à 14h59

Chips donne déjà des réponses dans son premier post. Elle est bien ainsi et je ne vois pas en quoi le fait d'aimer vivre seule serait obligatoirement une réponse à une peur quelconque. Elle est heureuse et est équilibrée dans ses relations. Ce n'est pas parce que le reste du monde ne comprend pas (et ça peut renvoyer aux propres peurs de ceux qui ne comprennent pas) qu'il y a un "problème" et donc quelque chose à "résoudre".

Bravo pour avoir trouver ce bonheur et ce naturel équilibre.

#
Profil

dragonphoenix

le lundi 09 juillet 2018 à 17h22

du coup, pour celleux qui sont des célibataires polys, ou des "solopolys" (j'aime pas le terme, je suis célibataire mais pas seule pour autant), comment gérez-vous le fait que l'autre/les autres veuillent potentiellement donner une reconnaissance extérieure à votre relation ?
Je m'explique : j'entretiens deux relations. Une avec un homme qui est officiellement en couple (bien qu'il voit très peu sa copine officielle), et qui a par ailleurs des relations autres, de diverses natures, dont moi donc.
Et la deuxième par ordre chronologique, avec un homme qui était célibataire quand je l'ai rencontré, avec qui j'ai été très claire dès le départ sur le fait que je me considérais comme célibataire et entendais bien le rester. Et que je ne voulais surtout pas être "en couple", ce qui pour moi veut dire être officiellement avec qqun, que ce soit pour nos familles respectives, nos amis, etc.
Et il était d'accord, d'autant plus que lui aussi tient énormément à sa liberté, même s'il n'a pas l'intention d'en profiter d'un point de vue amoureux ou sexuel (mais sait-on jamais...).
Donc a priori on était sur la même longueur d'onde.
Ça fait 7 mois qu'on se voit, et qu'on passe quasiment tous les week-ends (du samedi soir au lundi matin) ensemble.
La semaine dernière, il m'envoie un texto en me disant "bon, j'espère que ça te dérange pas, on fait du baby-sitting ce week-end. Ma sœur et mon beauf partent en amoureux, et ma nièce (de 17 ans) vient à la maison".
Bon. En soi, ça ne me gênait pas d'avoir sa nièce avec nous pour le week-end, donc je lui dis ok. Je ne voulais pas lui dire par texto que, par contre, ça me gênait de me retrouver à commencer à rencontrer sa famille. Je lui demande quand même comment il m'a présenté pour sa nièce, et il me dit "Comme ma copine. Mais c'est la seule au courant.".
Difficile de discuter ce week-end avec la nièce au milieu, donc je ne lui parle pas de mon malaise par rapport au fait d'être catalogué comme sa "copine".
Mais, dans le week-end, il me dit "Dans 2 semaines, c'est la fête du village, mes potes viendront à la maison manger le soir des feux d'artifice, ça te dérange pas ?". Ben, tu es chez toi, tu fais ce que tu veux. Sauf que y aura les potes, mais aussi sa sœur et son beau-frère (qui font partie des potes pour lui). Il m'a quand même tendu la perche en me disant que si je préférais ne pas venir quand ils seraient là il comprenait (il sait que je suis pas à l'aise quand y a beaucoup de monde).
Mais du coup, je me dis qu'une discussion s'impose sur le fait que, moi, notre relation juste tous les deux me va très bien, et que je n'ai pas envie que des tiers soient "impliqués" dedans. Que je n'ai pas envie d'être "la copine de", de me sentir obligée d'aller aux soirées avec les potes sous peine de passer pour une asociale (que je suis), de devoir me taper les repas en famille et autres joyeusetés, etc.
Mais je sais pas comment aborder le sujet. A la fois parce que j'ai pas envie de le blesser, et parce que depuis le début de notre relation j'ai une espèce de peur qui me taraude sur le fait que, étant célibataire, il voudrait probablement plus à un moment ou à un autre. J'ai ce doute depuis le début et je n'arrive pas à m'en défaire ni à aborder le sujet avec lui.

#

AmandeAmère (invité)

le lundi 09 juillet 2018 à 19h21

Salut dragonphoenix, il ne me semble pas y avoir de lien obligatoire entre passer du temps avec des gens qu'il connaît et être en couple. Cela me semble plus correspondre à ta peur à toi.
Peut-être cela vaut-il la peine de te le faire préciser par lui ? et que vous décidiez ensemble de la façon dont il peut te "positionner" ou pas vis à vis des autres ?
Tu n'évoques d'ailleurs pas s'il est à l'aise "socialement parlant" avec le fait que tu aies d'autres amoureux que lui.
Je dirais qu'il peut être utile de bien tout expliciter et d'éviter l'implicite ou le non-dit, surtout si ce qui se passe fait écho à des peurs chez toi, pour ne pas se laisser enfermer dans un schéma qui n'existe pas forcément encore.

#
Profil

dragonphoenix

le lundi 09 juillet 2018 à 19h30

Que veux-tu dire par "à l'aise socialement parlant" ?

#

VamDinCaHa (invité)

le lundi 09 juillet 2018 à 23h44

J'ai une question pour toi chips.Que t'apporte chacune de ses différentes relation que tu as avec ce bon nombre d'amants ? Hormis l'amitié, la communication....?

C'est déjà beaucoup et suffisant en soi, non ?

#

AmandeAmère (invité)

le mardi 10 juillet 2018 à 17h57

Pardon de ne pas avoir été claire. Par "à l'aise socialement parlant" je voulais dire qu'il pouvait sans difficulté assumer (et donc peut être expliquer) le fait que tu avais d'autres relations et que tu n'étais donc pas "sa copine" au sens classique du terme.
En d'autres termes, dans ce cas dire "ma copine" serait plus probablement une simplification de langage qu'une déclaration de couple.

#
Profil

dragonphoenix

le mardi 10 juillet 2018 à 22h38

Ah. En fait c'est difficile de répondre à ça, vu que pour le moment notre relation n'était connue de personne dans son entourage. En fait, je doute même qu'il se soit posé la question. Mais venant d'un milieu assez "classique", je pense pas que ça serait une très bonne idée de l'afficher.

#
Profil

bonheur

le mercredi 11 juillet 2018 à 10h26

Je dirais que le "à l'aise" il faut l'être avec soi-même pour l'être avec l'autre et les autres.

L'implicite est source de conflit dans une relation amoureuse... sauf que l'on ne peut l'éviter. En effet, toutes les situations ne peuvent être dialoguées au-préalable. Souvent, la situation arrive et n'était pas prévisible. Dans ces cas-là, on "fait au mieux" et ça peut donner des cafouillages.

Je crois que lorsque l'on aime une personne, du moins je suis ainsi, on intègre cette personne à sa vie. Même sans vie commune, l'autre fait partie intégrante de notre univers en général. Donc, oui, qu'il passe des moments aussi avec notre entourage se conçoit. Pour ma part, "réunir tout le monde" a toujours fait partie d'une volonté naturelle de ma part.

Autant je compartimente chaque relation (relation de couple avec mon mari et vie commune - relations différentes en dehors), autant je reçois à la maison mes amours comme je reçois des amis. Je peux d'ailleurs serrés les uns comme les autres dans mes bras (différemment). Evidemment, il faut que tout le monde se sente suffisamment en adéquation avec ceci. C'est à moi, élément commun, à être attentive pour que les instants magiques ne virent pas au fiasco.

Ce n'est pas parce que l'on aime une personne que notre entourage l'aimera également (mes amis pas nécessairement en commun, ma mari, nos enfants encore jeunes adultes...). Une attention et des équilibres... il faut avoir un bon sens de l'observation et détecté les indispositions avant qu'il y ai des clashs. C'est très difficile parce que l'on est dans notre bonheur et non dans une démarche de "est-ce que tout va bien ?" permanente.

Autrement dit, intégrer l'autre à son univers, c'est difficile. Là encore, il faut du dialogue et de la bonne volonté. Réunir des personnes qui ne font pas le choix d'être réunies ! Rajouter la difficulté du statut et du "comment je dois me comporter ?", ne simplifie rien.

J'ai les idées un peu embrouillées, j'espère ne pas être hors sujet.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion