Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Perte de confiance en relation ouverte… dépasser cela ?

Témoignage
#
Profil

Sid

le mardi 21 juin 2016 à 14h42

Bonjour à tous,

Après avoir beaucoup parcouru ce super site, je me suis inscrit il y a peu et… voilà que je me lance à ouvrir une nouvelle discussion ! J’aimerais beaucoup avoir votre avis sur ma situation actuelle.

Je suis en relation avec mon amoureuse depuis près de deux ans. Pendant un an, nous avons vécu des relations parallèles chacun de notre côté tout en donnant la primordialité sur notre relation. Nous avions pour seule règle de parler de nos relations extérieures si cela devenait sentimentalement engageant. Elle a eu de multiples partenaires et de mon côté, j’ai principalement vécu une relation longue avec une autre fille. Cette longévité la faisant souffrir, j’ai quitté cette autre fille et nous avons « fermé » notre relation pour avoir un peu de calme.

Quelques mois plus tard, elle rencontrait un garçon et se retrouva de fil en aiguille à vivre un moment intime avec lui. L’apprenant après-coup, je me suis senti trahi, trompé, alors même que j’ai cette disposition pour la relation « ouverte ». J'avais senti la chose venir et je m'étais senti impuissant face à cela [car mis de côté]. Finalement, après discussions, elle a vécu une aventure avec ce garçon et moi de mon côté avec une fille que je fréquentais à ce moment.

Entre temps, mon amoureuse est venue habiter chez moi, réduisant à néant les centaines de km qui nous séparaient. Ces événements avaient soulevé beaucoup de douleurs et nous avons décidé s’interdire de nouveau des aventures extérieures de manière temporaire pour poser les choses. C’était sans compter sur le fait qu’elle revoit ce garçon quelques semaines plus tard et qu’elle partage des moments intimes avec lui (peut-être est-ce un détail, mais ils étaient non sexuels). C’était non contrôlé, plus fort qu’elle car elle développe des sentiments forts pour lui.
Cela a re-soulevé toutes les douleurs liées à ce que j’avais vécu comme une tromperie auparavant. Je me suis senti encore une fois trahi parce qu’elle avait agi en dehors de ce que nous nous avions déterminé.

Aujourd’hui, je ressens une certaine rancœur, je crois avoir perdu tant de confiance que je n’arrive pas à imaginer que nous « ré-ouvrions » notre relation posément.

Je souffre d’avoir l’impression qu'à terme, son souhait est qu'elle ne voudra ni ne pourra s’empêcher si une occasion qui l’intéresse se présente à elle. Parce que de mon côté, j’aimerais avoir des périodes où on a d’yeux que pour l’autre, où l'on contrôle nos pérégrinations et où on n’est pas mis face à tous ces sentiments compliqués en continu. Est-ce « idiot » selon vous de vouloir limiter ainsi la relation ouverte par des sortes de périodes exclusives ? Est-ce que certains d’entre vous ressentent cette incapacité/non-volonté à s’empêcher ?

Puis, lorsque je la vois souffrir de sa jalousie vis-à-vis de moi, j’ai de l’empathie pour elle mais… je n’arrive pas à m’empêcher de penser que tout se passe comme si elle vivait ses aventures extérieures sans prendre en considération le fait que je puisse en faire de même. C’est comme si elle n’affrontait qu’une seule partie de la réalité, celle qui est plaisante, pour pouvoir vivre ses aventures. Je pense que ce n’est pas vrai, mais c’est quand même ce que je ressens au fond de moi.

Assez bêtement, j’aurais envie d’attendre d’elle qu’elle vive bien mes aventures extérieures, elle qui fait tant pour avoir la liberté d'en vivre de son côté. Je pense que j’ai vécu bien plus qu’elle ces moments à devoir gérer cette satanée jalousie et j’ai l’impression que si elle avait eu à le faire autant que moi, elle ne serait pas si dynamique dans « sa volonté » d’être polyamoureuse. J’ai l’impression que ce raisonnement peut paraître absurde quand on est polyamoureux et justement, je serai heureux de vous lire là-dessus.

Voilà, je crois que je vais m’arrêter là !
Au plaisir de vous lire, et sinon, au plaisir tout court.
Sid

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

gdf

le mercredi 22 juin 2016 à 08h16

SidJ’ai l’impression que ce raisonnement peut paraître absurde quand on est polyamoureux

Ca dépend de ce que tu appelles polyamoureux. Si tu es Polyamoureux avec une majuscule, tu ne connais pas la jalousie, tu as une ouverture d'esprit et une honnêteté parfaite. Dans la vraie vie, les polyamoureux avec une minuscule, ils ont des sentiments qu'ils ne contrôlent pas toujours, et ils se cherchent.
Bref, je lis deux aspects différents dans ton témoignage. Reformulation peut être un peu exagérée, tu me diras si tu t'y reconnais.
Il y a de la non réciprocité. Tu es jaloux, et tu travailles dessus pour accepter qu'elle puisse vivre ce qu'elle veut. Tu as l'impression qu'elle est jalouse et qu'elle ne travaille pas dessus, attendant de toi que tu fasses des efforts. Il n'est pas impossible qu'elle ait la même impression.... ça arrive....pas d'autres solutions que d'expliquer clairement ce qu'on ressent. Si on ne dit pas à l'autre qu'on a du mal à accepter ce qu'il vit, il ne peut pas le deviner. Parlez-en.
Il y a un manque de confiance. Vous vous êtes mis d'accord sur des règles. Il y a des moments où c'est ouvert et des moments où ça ne l'est pas pas. Rien de choquant là dedans, si les règles sont explicites et acceptées par les deux. Certains anarchistes relationnels n'accepteront jamais ce type d'accord, car ils ne voudront pas accorder d'exclusivité, même temporaire, à une relation. D'autres pourront accepter conjointement l'exclusivité pour une période donnée. Pour moi, ça reste complètement compatible avec le polyamour. Si j'ai bien compris, vous vous êtes mis d'accord sur une période comme ça, et elle ne l'a pas respectée. Étiez vous bien d'accord sur le contrat ? S'il y a eu relation intime mais pas sexuelle, peut être a-t-elle eu l'impression de respecter l'accord, tandis que tu as l l'impression qu'elle ne l'a pas respecté. Il faut être précis...sortir au bar ok. Aller prendre un verre chez lui, ok. Se tenir par la main, pas ok. S'embrasser, niet.
Une autre possibilité est qu'elle a très bien compris l'accord mais n'a pas pu ou pas voulu le respecter. Si c'est le cas, ca pose un vrai problème de confiance, et il faut légitimement se demander si c'est acceptable pour toi. Quand les gens évoluent, des contrats implicites peuvent être rompus au fil du temps, et beaucoup de polyamoureux sont d'anciens adultères. Ca arrive, c'est difficile mais on le surmonte. Mais rompre un contrat implicite après 10 ans ou rompre un contrat explicite après un mois, ce n'est pas vraiment du même niveau. Dans le premier cas, c'est un problème de synchro, dans le second, un problème de respect.
Si elle ne se sent pas capable de respecter des règles sur lesquelles vous vous mettez d'accord explicitement, ce sera à toi de décider si tu te sens capable de vivre selon ses règles à elle.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

Sid

le mercredi 22 juin 2016 à 10h07

Merci d'avoir lu mon pavé.. et d'y avoir répondu !
A vrai dire dire, je ne pense pas être polyamoureux, mais un genre de "monogame ouvert" pour de multiples raisons (pour une relation plus saine et franche notamment). Mon amoureuse ressemble davantage à ta description du polyamoureux avec un petit "p" qui se cherche.
Au sujet de la non-réciprocité, ce n'est pas exactement ça, même si le fait que tu le résumes permet d'éclairer la chose. Je ne pense pas qu'elle ne travaille pas sur sa jalousie. Mais j'ai du mal avec le principe de "mes actions te mettent face à des situations où tu te dois de réagir au mieux alors que moi-même je ne sais pas réagir quand j'y suis confronté". Je trouve ça contradictoire comme positionnement. Et un peu individualiste aussi. ça m'interroge.

Si on ne dit pas à l'autre qu'on a du mal à accepter ce qu'il vit, il ne peut pas le deviner.

Tu résumes très bien la chose. J'aimerais me sortir de cette idée mais j'ai l'impression qu'on se retrouve à constamment agir en ayant la seule la souffrance de l'autre pour nous fixer des limites. Donc, le temps de trouver des limites, on se retrouve à mettre tout le temps l'autre en position de souffrir ? Je trouve ça pas marrant marrant, j'aimerais voir s'il est possible de fonctionner autrement.

Il y a un manque de confiance, tout à fait, qui est je pense lié au fait qu'elle n'ait pas respecté des choses que nous avions déterminées. Je prends ça comme un manque de respect, mais j'ai du mal à me le dire et cela fait franchement du bien de le lire venant d'une personne extérieure. Il y avait peut être un manque de précision dans le contrat, mais j'en doute. Je pense qu'elle l'avait bien compris mais qu'elle s'est laissée "déborder" par ses sentiments... ce contrat venait finalement surtout de moi, qui souffrait et ne voulait pas en rajouter une couche de douleur sur ma tartine sentimentale.

C'est chouette de savoir qu'il existe des couples qui fonctionnent avec des "pauses exclusives". A force de remettre en doute mes sentiments de jalousie, d'égo en galère... je ne sais plus ce qui est acceptable ou non. J'ai l'impression de la brider et au nom de sa liberté, son bonheur, de ne pas être légitime pour le faire.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

gdf

le mercredi 22 juin 2016 à 18h40

sid
J'ai l'impression de la brider et au nom de sa liberté, son bonheur, de ne pas être légitime pour le faire.

C'est un commentaire qui revient souvent. La liberté, ça consiste à prendre des décisions en toute connaissance de cause. Lorsque tu lui dis ce que tu ressens, tu ne restreins pas sa liberté, tu l'aides à prendre une décision éclairée. C'est important de bien voir la nuance. Bien sûr, il peut y avoir un risque de chantage affectif, mais tu as l'air d'être loin de ce risque.
Quelques illustrations, d'un extrême à l'autre :
- je t'interdis de sortir. (ça, pas de doute, c'est une atteinte à sa liberté)
- tu peux sortir si tu veux, je prendrai un prozac pour supporter la soirée tout seul. (Ca, ça ressemble fort à du chantage affectif. Ca prétend laisser la liberté à l'autre, mais en le culpabilisant.)
- tu peux sortir si tu veux, mais je suis triste quand tu n'es pas là, peut-on trouver ensemble un compromis qui me permette d'être moins triste ? (Tu lui donnes toutes les infos en exprimant ce que tu ressens, tu ouvres la porte à la discussion, et elle reste libre de sa décision)
- tu peux sortir si tu veux. ( Ca, ça donne l'impression de la liberté, mais ça cache une information importante... conséquence possible, tu fais la tête et elle ne comprend pas pourquoi. Si elle ne peut pas faire le rapport entre ses actes et leurs conséquences, comment pourrait elle être libre ?)
- sors. (Je sais pas si ça arrive, mais c'est l'extrême inverse du premier :)

Conclusion : dire à l'autre ce qu'on ressent, même si (surtout si) ça peut influencer sa décision. Donner des informations n'est jamais une atteinte à la liberté.

#
Profil

Sid

le lundi 27 juin 2016 à 09h37

Gdf, je te remercie pour avoir répondu à mes interrogations, tes réponses m'ont permis d'avancer dans mes réflexions. :)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion