Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

JE PENSE TROP … C’est la faute au polyamour ? ☺

Témoignage
#
Profil

Lili-Lutine

le mercredi 15 janvier 2014 à 21h48

J’ai les témoignages de plus en plus fréquents de femmes nouvellement polyamoureuses (en mois ou en petites années) qui se plaignent soudainement au bout de quelques mois de grandes fatigues, de douleurs de dos etc. mais surtout d’avoir le cerveau en ébullition, et qui se retrouvent exposées à toutes les petites pathologies de saison, comme en panne d’immunité !
Qu’elles aient de 30 à plus de 50 ans, toutes ces femmes ont ouvert joyeusement leur couple aux amours plurielles de leur plein gré.
Ce sont toutes des femmes dynamiques, indépendantes et le plus souvent en très bonne santé physique et mentale.

Tout cela m’encourage donc à vous parler de moi :

JE PENSE TROP !

Je suis en plein dedans en ce moment précis… c’est comme si mon organisme voulait me dire quelque chose… je suis allé trop vite, peut être trop fort … Là, mon corps me demande de ralentir, il ne veut plus me suivre, ni moi… ni mes enthousiasmes :-( Alors je n’arrête pas d’être malade et fatiguée, mal au dos, le cerveau qui ne ralentit jamais… je me fissure !

Un jeune polyamoureux m’a dit récemment qu’il avait aussi remarqué chez sa compagne une certaine fatigue, il se pose la question ainsi : les hommes seraient-ils moins délicats avec les femmes en relations plurielles que les femmes avec les hommes ? Peut-être, et elles en paieraient un peu le prix en nombreux efforts, remise en question des relations en cours etc… Ce serait comme subir une sorte de maltraitance amoureuse ?
Je ne sais pas … il me semble que nous sommes égaux là-dessus, non ?
Ce qui m’a maltraitée moi, c’est cette masse d’incompréhensions, de non-dits, de faux-fuyants et de mauvaise foi…, des mensonges en sommes que j’ai dû avaler et digérer même parfois, sans l’envie de le faire …

COMPRENDRE L’AUTRE !

Comme cela peut sembler simple écrit comme ça …. J’ai pourtant une bonne paire d’oreilles et un immense cœur mais cela n’a pas toujours suffi…

RAPPORT DE FORCE !

Je n’ai jamais côtoyé autant le rapport de force que depuis que je vis les amours plurielles… j’ai passé toute une année voire bien plus à essayer de ne pas me laisser avoir par les rapports de forces… de les éviter ou de les dénouer… et bien c’est raté ! Car j’ai dû me défendre plusieurs fois, ne trouvant pas d’autres moyens pour me faire respecter… Épuisant et triste constat…

AMOURS !

J’ai deux amours. Aujourd’hui mes deux amours sont apaisés, en paix avec eux et leurs vies amoureuses au pluriel. Mais que de conversations, de doutes, de peurs même pour arriver à bien nous entendre tous ! Tout le monde va bien maintenant, et c’est moi, là, qui relâche et devient fragile… Étonnant ?

ÉMOTIONS !

Montagnes russes ces dernières années … De belles sensations, parfois très brûlantes et parfois trop rugueuses… mais des sensations j’en ai eues plein ! Ouf de ouf, que ce fût agité ! Pas étonnant que mon cœur aujourd’hui ait quelques nausées :-/

AMOUREUSE à plein temps !

Ou plutôt amoureuse à fond les manettes, oui voilà c’est tout moi ça, et ce sont aussi mes amies qui se sont confiées à moi.
Amoureuses de tout ?
Croqueuses d’amourS et de relationS ?
Mon cœur est un vaste domaine avec des zones encore inconnues ! :-D

CHOIX !

Alors là, allez savoir pourquoi, je n’aime pas tout le monde !
Et pourtant je crois bien « être une « vraie » poly » (+) (=> je me moque là, c’est un clin d’œil au café poly parisien de janvier)

Ce que je ne sais pas, c’est pourquoi je m’intéresse et désire aimer principalement des personnes avec qui c’est compliqué ou impossible très rapidement :-/
Comment fais- tu Méta pour ne jamais te tromper… ?
J’ai besoin d’une leçon très vite !
Mon curseur, comme celui de mes copines doit être mal réglé…
Pourquoi persister… « en bonnes et vaillantes petites soldates, chairs à canons, euh non à cœurs ??» :-( BOF !

ET MAINTENANT !

Je fais quoi là avec ma fatigue et mes douleurs … alors que mes deux amours vont bien et qu’un autre amoureux repointe son nez ?

CHOUCHOUTÉE !

Oui c’est ça, j’ai besoin de calme, de câlins, de tendresse, de bisous, bref d’encore plus d’amourS na !

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

KittyN

le mercredi 15 janvier 2014 à 21h54

et...si c'était à eux de te chercher ?
comme ça, rien que pour les déplacements, tu te sentirais moins épuisée ~~~
ou alors des rencontres à 3 ? encore moins fatigant, lol.

#

(compte clôturé)

le mercredi 15 janvier 2014 à 22h10

Lililutine, je crois que c'est normal!

En étant par ici, nous avons décidé de sortir du "kamasutra pour couples mariées (le sexe le moins érotique au monde)", et les montagnes russes sont le prix à payer!

LES AVANTAGES:

Beaucoup d'amour, plein de moments de tendresse, beaucoup de gens intéressantes, plein d'expériences incroyables que la plupart des gens n'arrive même pas à imaginer...

LES DÉSAVANTAGES:

Une vie sans filet de sécurité, le fait de se retrouver dans des situations sans cesse nouvelles, la difficulté de distinguer le bon chemin, la nécessité de jongler avec les différentes agendas...

Si ça peut te faire sentir moins seule, ces montagnes russes sont aussi celles que je vis maintenant!

<3 <3 <3 <3 <3 <3 <3 <3 <3 <3

#
Profil

LuLutine

le jeudi 16 janvier 2014 à 01h09

LiliLutine
Je n’ai jamais côtoyé autant le rapport de force que depuis que je vis les amours plurielles…

Je n'en ai jamais côtoyé si peu....
Comme quoi...l'expérience de chacun est unique !

Est-ce que le fait de se retrouver dans des rapports de force n'est pas lié à notre propre attitude et/ou aux personnes que l'on fréquente ou que l'on "attire" dans sa vie ? Plus qu'à un choix de vie (exclusivité vs. polyamour) ?

#
Profil

bodhicitta

le jeudi 16 janvier 2014 à 09h46

LJe suis en plein dedans en ce moment précis… c’est comme si mon organisme voulait me dire quelque chose… je suis allé trop vite, peut être trop fort … Là, mon corps me demande de ralentir, il ne veut plus me suivre, ni moi… ni mes enthousiasmes :-( Alors je n’arrête pas d’être malade et fatiguée, mal au dos, le cerveau qui ne ralentit jamais… je me fissure ! ililutine

Je pense qu'il est toujours trés important d'étre attentif à tout ce que ton corps, ton être, ton intuition te dit, on à trop perdu cette attention...

Lililutine
Ce serait comme subir une sorte de maltraitance amoureuse ?
Je ne sais pas … il me semble que nous sommes égaux là-dessus, non ?
Ce qui m’a maltraitée moi, c’est cette masse d’incompréhensions, de non-dits, de faux-fuyants et de mauvaise foi…, des mensonges en sommes que j’ai dû avaler et digérer même parfois, sans l’envie de le faire …

Maltraitance amoureuse? tout ça pour moi, n'a rien à voir avec le polyamour, d'autant plus les mensonges, non-dits etc... méme au contraire, je ne me suis jamais sentie autant choyée, aimée, vivre dans la tendresse, le respect... que dans les amours libres, pluriels.
J'aime les amours pluriels car ils m'obligent à penser à me pauser des questions, ça m'aide aussi à être d'avantage dans le présent... il faut savoir tout de méme stoper la cogite lorsqu'elle n'avance plus et devient douloureuse, etre dans le présent, coté "carpe diem"
je dirai plutot "je pense beaucoup... c'est grace au polyamour?

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le jeudi 16 janvier 2014 à 10h59

Quand on est fatigué.... il faut se reposer !
Surtout que tes amoureux ne voudraient pas d'une Lililutine en plein burn out - ou plus exactement, si ce sont des gentlemen, ils ne voudraient pas que Lililutine soit en burnout.
Et si ce ne sont pas des gentlemen ? Dans ce cas on peut effectivement se poser la question de l'opportunité de continuer des relations avec eux.
Se donner le temps l'un à l'autre de se poser, de réfléchir sans avoir à décider là tout de suite, c'est aussi à mon sens un ingrédient important pour des relations chouettes - et comme beaucoup de choses, c'est encore plus valable en situation de relations plurielles (et, normalement, c'est aussi plus facile).

#
Profil

Lili-Lutine

le jeudi 16 janvier 2014 à 11h09

LuLutine et Bodhicitta8 , oui bien sûr qu’il est question là pour moi de mes choix amoureux qui fabriquent souvent des situations où je m’enlise beaucoup et m’enterre parfois…

De réfléchir justement bien plus aujourd’hui à ma vie amoureuse et à la nature de mes relations en général me permet petit à petit de changer mon regard sur moi, sur les autres et sur la société, et peut être même je change mes façons de le vivre et le sens que je donne à ma vie, même l’essence de mon être s’en trouve modifié !

C’est un chemin qui depuis peu me « décrotte » de mes anciens schémas, c’est un peu ça que j’essaye d’expliquer ici.

Ma vie a été le plus souvent un combat contre moi et les autres. Un combat qui m’a permis depuis ma naissance de survivre et de chercher partout avec rage une seule étincelle de vie qui justifie mon existence.
Ma vie ne m’a pas été offerte sans que j’en paye le prix fort.
Je suis un exemple de résilience, une survivante.

Si ma carapace se disloque, si je mue aujourd’hui et me retrouve à nue c’est bien qu’un processus est en court non ? Enfin je l’espère car c’est vraiment pas facile pour moi d’être exposée avec tant de fragilité et de sensations si diverses émotionnellement.

M’ouvrir si intimement à plus d’une personne, ouvrir mon couple à d’autres relations aussi intenses émotionnellement, n’a pu se faire comme cela juste par la pensée magique que cela se doit ainsi, et je n’ai pas encore côtoyé uniquement le monde des bisounours chez les poly amoureux ou même chez les mono amoureux que je connais.

Ce que j’aime aujourd’hui et ce à quoi j’aspire c’est de rencontrer celle que je suis et c’est bien en vos compagnies que le processus s’est mis en marche :-)

Aimer véritablement, offrir sans crainte mon cœur et mon corps « liés ensemble », une heure, un jour, une vie je l’apprends.
J’avais toujours bien séparé les deux « avant », enfin c’est ce que je croyais faire évidemment !

Je sais que cela est juste, que je suis maintenant là où je dois être.

Ce que je sais aussi c’est que tout mon être se tend aujourd’hui avec une force incroyable vers la rencontre avec mon moi véritable, comme le tournesol qui a le besoin vital du soleil pour exister, moi je ne peux plus vivre désormais sans me laisser habiter par l’amourS et la confiance.

Je ne veux plus grandir en silence, j’ai quelques adieux à faire ici et là en moi, et mon chemin de vie s’éclaircira doucement :-/

JE VIENS JUSTE DE DECOUVRIR LA VIE ET L’AMOUR <3

#
Profil

lolita86

le jeudi 16 janvier 2014 à 12h14

Exactement être polyamoureuse, c'est une vie à plein temps et j'ai exactement les mêmes ressentis que toi. Je crois que je suis une femme compliquée et qui pense trop également. A tout et à rien ! :-)
Je commence à pratiquer la méditation pour gérer mon stress et ma fatigue. Ca a l'air de fonctionner.

Et tu découvre la vraie vie amoureuse à plusieurs, c'est magnifique mais énergétique ! :-)

#
Profil

Evavita

le vendredi 17 janvier 2014 à 12h16

Peut-être ne donnerai-je pas la même réponse quand j'aurais 40 ans mais pour l'instant, il y a des choses qui me fatiguent mais pas mes relations. Je ne dirais pas qu'il n'y a pas de montagnes russes mais pour la plus part d'entre elles, elles sont sympas ;)
Je dis souvent que j'ai de la chance mais je me suis reconnue aussi dans ce que Tentacara a dit au café (pour ceux qui n'y étaient pas je suis désolée si vous ne pouvez suivre mais je suppose que personne ne voit d'inconvénient à ce que je ne rapporte pas sur un forum publique ce qui a bien pu se dire à un café).

Ce n'est pas que je me trompe pas mais je refuse catégoriquement de "persévérer" dans une relation quand je vois que ça me pèse trop. Je pose les choses non négociables pour moi, j'en fait part et si dans le cadre d'une relation malgré les efforts de chacun, je vois que ces choses importantes pour moi ne sont pas là, je n'attend pas de m'être déjà mise à mal pour prendre mes distances. Ca n'empêche en rien qu'un nouveau rapprochement se fasse parce que les gens changent et les conditions aussi.
En, gros je ne fais pas seulement le choix en début de relation, je le refais tout le temps. C'est d'ailleurs pour ça qu'il m'est arrivé de fréquenter des personnes 1 semaine, 3 mois, 7 mois et puis bein en fin de compte "ce truc là je sais que ça ira pas et tant que c'est là, désolée je ne peux pas".

Je ne sais pas si ça t'aide, peut-être fais-tu tout ça déjà et peut-être que pour l'instant ça marche pour moi mais que ça me fatiguera grandement quand mon corps supportera moins certaines choses avec l'âge.
Par exemple, il y a pas longtemps, j'ai dormi dans un sac de couchage directement sur un parquet (je vous rassure, c'était par choix et non pas par nécessité, je vais bien), et à mon réveil : aucune courbature mais il me parait clair que mon corps ne sera pas d'accord si je m'amuse à faire ça à 40 ans.

Sinon, comme ça a déjà été dit, prends le temps de te reposer question de mettre les compteurs à zéro et réfléchi ;). En ce qui me concerne, je ne crois pas que tu penses trop. Je pense même que c'est une excellente chose que tu te demande qu'est ce qui fait que tu es fatiguée comme ça et ce que tu peux changer pour éviter de retrouver à nouveau dans cette situation.

J'étais contente de te voir au dernier café alors très égoïstement je te dis : "reposes-toi bien et reviens-nous en pleine forme!" :)

#
Profil

Lili-Lutine

le vendredi 17 janvier 2014 à 12h22

Evavita

J'étais contente de te voir au dernier café alors très égoïstement je te dis : "reposes-toi bien et reviens-nous en pleine forme!" :)

<3

#
Profil

coquelicot

le vendredi 17 janvier 2014 à 13h12

le cerveau puise son énérgie au plus profond de notre corps!

Les moments ou l on craque sont des periodes ou notre corps dit stop , cette fois ci repos!

Mais c est plus facile a dire qu a faire !

J essaie de me vider la téte dans la peinture mais mon cerveau n est pas d accord et me renvoie sans cesse a des image que je voudrais voir s envoler;

Arretter de penser ,faire le vide c est impossible a part peut etre dans le méditation mais la encore ca ne dure que le temps d une seance.

Une solution peut etre ; s epuiser a une tache pour ensuite dormir dormir ...a condition que nos reves ou cauchemards nous laiisent tranquilles;

Courage ma lili , je pense a toi ! <3

#
Profil

Lili-Lutine

le vendredi 17 janvier 2014 à 17h51

coquelicot

Courage ma lili , je pense a toi ! <3

<3

#
Profil

LuLutine

le dimanche 19 janvier 2014 à 22h35

Evavita
Ce n'est pas que je me trompe pas mais je refuse catégoriquement de "persévérer" dans une relation quand je vois que ça me pèse trop [...]Je pose les choses non négociables pour moi [...] Ca n'empêche en rien qu'un nouveau rapprochement se fasse parce que les gens changent et les conditions aussi.

+1

#
Profil

Vaniel

le lundi 20 janvier 2014 à 12h42

C'est étonnant la manière dont une dynamique polyamoureuse apprend à être patient et, dans le même temps, multiplie les raisons potentielles d'impatience. Je ne sais pas si je suis clair mais je vois que même les bonnes choses, à force de les multiplier, peuvent nous épuiser. Il faut donc aussi apprendre, pas seulement à se consacrer des moments où l'on fait des choses seul, mais aussi à prendre du temps pour ne rien faire.

Bon courage pour réussir à ne rien faire :-)
A bientôt <3

#
Profil

Goldmund

le mardi 21 janvier 2014 à 23h00

Que de choses dans ton témoignage !

La première chose que j’ai envie de te dire c’est : écoute ton corps, prends soin de lui ! s’il te dit stop, ce qui, tel que je le comprends semble être le cas, alors c’est qu’il est temps de faire une pause. Respecte -le, il est précieux.

La seconde chose c’est que la pensée, comme les pulsions sont à la fois indispensables et à double tranchant. il nous faut apprendre à les « dompter » et les équilibrer. Trop de pensée tue souvent l’émotion, la spontanéité, les élans de toutes sorte. Trop d’émotion et d’ affecte empêchent le recul et nous font nous perdre dans un puits sans fin de désirs toujours inassouvis. Elles sont aussi , pensée et pulsion, gourmande d’énergie , d’où la nécessité de ne pas les laisser nous pomper sans réagir.
S’il est « assez facile » de faire des pauses sexuelles et pulsionnelles ( je parle pour moi) . Il est plus difficile à mon sens de faire des pauses de pensée. Plus difficile mais pas impossible. Si on a une âme d’artiste ou des passions manuels, c’est un bon moyen pour mettre en demeure un instant le mental et le flot de pensées parasites, en ce centrant sur le son, les vibrations, la matière, le mouvement. La contemplation d’un paysage ou la méditation sont d’autres moyens possibles. A chacun de trouver et d’inventer la méthode qui lui convient.
Ce qui est certain c’est que notre corps/esprit a besoin de se reposer et qu’il est essentiel pour notre santé de lui offrir de pouvoir le faire. Les temps de sommeil la nuit, ne suffisent pas toujours.

La troisième chose est une lapalissade. La multiplication de relations augmentent la dépense d’énergie. Energie dans les déplacements, énergie dans le sexe, énergie dans la communication…Une énergie dont paradoxalement nous avons le sentiment qu’elle augmente avec la multiplication et l’excitation que procurent de nouvelles relations. Or je crois que c’est un leurre, comme une drogue qui nous donne l’illusion d’une énergie démultiplier mais qui retombe après effet et laisse notre corps en surchauffe meurtri ou abîmé . Notre corps à ses limites. Elles ne sont pas les même pour chacun d’entre nous. Ils me semble sain de les re-connaître pour les respecter.
Il faut donc, là aussi apprendre à les gérer. Apprendre à les gérer c’est déjà partir de soi et des capacités physique et émotionnelle que l’on connaît de soi. Combien de relations suis-je en capacité de faire vivre sans me mettre en danger ? Quel rythme puis-je supporter ? quels signes m’indique que j’ai dépasser mes capacités ? Qu’elle relation suis-je en capacité de différer sans culpabiliser? quel liberté je me donne pour cela ? ….
De la connaissance de soi dépendra en partie la qualité de la relation. Si je me rends chez un amoureux c’est que je me sens en état de vivre cet instant avec lui. Si j’y vais seulement pour contenter l’autre et rejoindre son désir au détriment de ma propre envie cela n’a pour moi aucun sens.
La difficulté ici viens de la frustration qui pourra naitre chez le partenaire mis entre parenthèse où du sentiment de négligence que pourrait générer en lui notre choix, voire du sentiment que nous lui préférons un autre et donc qu’ il comptes peut-être moins à nos yeux et dans notre cœur. De notre côté cette crainte pourrait engendrer de la culpabilité et la peur de perdre par notre comportement, une relation à laquelle nous tenons.
Pour éviter ou amoindrir ces « risques » ou « déviances » relationnels, le dialogue et l’affirmation claire des désirs et de ce qui nous est essentiel à chacun est indispensable. Une relation ne peut démarrer pour moi sans que des bases claires et partagées aient pu être exposées. Sans cela c’est effectivement la porte ouverte à toutes les incompréhensions, les mauvaises interprétation, les projections en tout genre…etc. ( ceci dit la parole peut être trompeuse et l’ interprétation voire les manipulation malheureusement toujours possible !)
Ne pas être l‘unique amour implique d’autant plus que l’on soit en capacité de partager et de différer. Cela implique aussi de ne pas être en attente de l’autre, mais de le recevoir ou d’être reçu quand cela est possible pour chacun. Apprendre à ne pas vivre l’autre comme un besoin, donc comme un manque quand il n’est pas là.
Enfin d’être capable, pour se recentrer et se ressourcer, de toujours garder du temps et des lieux pour soi.

il faut aussi s’interroger sur notre désir de multiplication, qu’est-ce qui me pousse à être toujours en mouvement et en quête ? En quête de quoi exactement ? …Insatisfaction, comblement d’un manque, peur de me retrouver face à moi-même, fuite, recherche d’un idéal ?…

la quatrième chose c’est justement la difficulté que nous rencontrons à la compréhension de l’autre. Nous voyons bien que se connaître et s’accepter soi même est une tâche déjà difficile. Alors l’altérité …
Parler de soi est parfois compliqué d’autant plus au commencement d’une relation où la confiance est encore fragile, la pudeur et la protection une nécessité pour ne pas se sentir trop vite mis à nu. Le dévoilement prend du temps. Il ne passe d’ailleurs pas que par la parole. Nous voulons souvent aller trop vite, brûler les étapes et c’est cette précipitation qui est énergivore et case gueule.
Dans le polyamour, une difficulté supplémentaire dans la connaissance de l’autre peu s’ajouter, c’est le fractionnement de la relation et l’absence d’immersion prolongée dans son quotidien . Nous n’avons ainsi que des facettes de l’autre, celles qu’il veut bien nous montrer à un instant T et en général c’est le bon côté. Car comment désirer ne pas offrir le meilleur de soi quand nous nous voyons qu’occasionnellement ? Nous fonctionnons donc souvent sur des visions doublement biaisée de nous même et de l’autre. Visions que le temps, la confiance et le désir sincèrement partagé de découvrir l’autre dans ce qu’il est, élargira. L’autre et soi-même ne seront plus seulement ce qui apparaît ou laisse paraître, mais ce qu’ils sont dans leurs forces et leurs faiblesses, leurs grandeurs et leurs limites.
Si la relation tien dans cette reconnaissance mutuelle c’est qu’elle est viable et que l’amour existe.

Pour terminer je dirai que si la fatigue peut faire baisser la libido et nous clouer au lit, elle n’a, à ma connaissance, jamais terrassé l’Amour. Par contre elle vient nous dire arrête toi un instant ose ne rien faire que te reposer . Après tu pourras prendre le temps de réfléchir à ce que tu vis et pourquoi tu le vis et rectifier ce qui demande à l’être. Oui notre corps /esprit est notre allier. A nous de ne pas le maltraité en tenant compte de ce qu’il nous dit. Le corps a ses raisons que la raison peut connaître...parfois.

#
Profil

Bexi

le mercredi 22 janvier 2014 à 11h40

Coucou ma Lili,

J'ai tiré une carte ce matin (Tarot de Osho), en voici un extrait :
"On l'a dit et répété au fil des siècles. Tous les saints et sages de tous les temps l'ont proclamé : "Nous arrivons seul dans ce monde et nous le quittons seul." La fusion avec autrui est une illusion. Notre désir d'intimité repose sur la souffrance que nous ressentons lorsque nous sommes seuls. Nous essayons d'oublier notre solitude en créant des relations ... C'est pourquoi, nous nous précipitons dans des relations amoureuses. Essayez de considérer cet aspect de façon claire. En fait, vous croyez que vous tombez amoureux de telle ou telle personne pour sa beauté, etc ... Mais là n'est pas la vraie raison. La vérité est que vous tombez amoureux parce que vous ne supportez pas la solitude. Alors, vous tombez amoureux pour combler le manque qui est en vous et échapper ainsi à vous même. [...] Si vous observez attentivement votre entourage ainsi que votre propre personne, vous serez surpris de découvrir que toute activité est réduite à une seule et unique cause : la peur de la solitude. Toute autre explication n'est qu'un prétexte. La cause véritable est que vous ne supportez pas votre solitude. L'amour véritable ne s'obtient pas en cherchant à satisfaire nos désirs en devenant dépendant d'une autre personne, mais en développant notre propre richesse intérieure et en mûrissant. Alors, nous aurons tant d'amour à donner que nous attirerons tout à fait naturellement les amoureux."

C'est bien tout le travail que je fais actuellement ... être centré, savoir être seul, véritablement, pour être au mieux avec les autres ... dans un échange sincère, un amour véritable...
Pas toujours facile (ça non !) mais tellement beau et libérateur ... Etre au plus juste ... avec soi, donc avec les autres.

Nous développons, chacune à notre manière, notre "richesse intérieure". Nous sommes en plein "travail" (tiens ça me rappelle quelqu'un qui dit ça ... :-) ) Et nos solitudes, nos richesses se saluent, se reconnaissent ...

Tout plein d'amour, douce Lili, même si nos chemins sont différents c'est bien l'amour qui nous anime, et nous réunit :-)

#

(compte clôturé)

le mercredi 22 janvier 2014 à 12h51

Ma chère Lililutine,

Je n'ai lu que les premiers posts, car actuellement je me sens également fatiguée. Je réfléchis bcp et sans doute de trop, c'est vrai. Tu m'as dit un jour que "je prenais trop sur moi" et c'est sans doute vrai, sauf que je ne peux être autrement. C'est sans doute aussi l'acceptation de cela qui m'a permis d'évoluer, de me déconstruire et de me reconstruire. Et j'apprends, encore et encore... surcharge !!!

Perso, je préfère cela que de me laisser vivre, de laisser décider pour moi. Oui, aimer demande énergie et temps, alors aimer au pluriel. Dans mon cas, rien à voir avec une fatigue liée à une sexualité démultipliée.

Le-Prince-Charmant
LES AVANTAGES :

Beaucoup d'amour, plein de moments de tendresse, beaucoup de gens intéressantes, plein d'expériences incroyables que la plupart des gens n'arrive même pas à imaginer...

LES DÉSAVANTAGES :

Une vie sans filet de sécurité, le fait de se retrouver dans des situations sans cesse nouvelles, la difficulté de distinguer le bon chemin, la nécessité de jongler avec les différentes agendas...

Si ça peut te faire sentir moins seule, ces montagnes russes sont aussi celles que je vis maintenant !

<3 <3 <3 <3 <3 <3 <3 <3 <3 <3

Ca résume bien je crois. Apprendre à comprendre les autres, tous les autres. Apprendre à gérer, quant à distinguer le bon chemin... Il y a le chemin, avec un vécu passé dont il faut tenir compte et un futur à construire. Il y aura les aléas, les imprévus, les facteurs intérieurs et extérieurs. Il y aura des embranchements,...

#
Profil

Caline

le mercredi 22 janvier 2014 à 17h04

Bexi a écrit:

"On l'a dit et répété au fil des siècles. Tous les saints et sages de tous les temps l'ont proclamé : "Nous arrivons seul dans ce monde et nous le quittons seul." La fusion avec autrui est une illusion. Notre désir d'intimité repose sur la souffrance que nous ressentons lorsque nous sommes seuls. Nous essayons d'oublier notre solitude en créant des relations ... C'est pourquoi, nous nous précipitons dans des relations amoureuses. Essayez de considérer cet aspect de façon claire. En fait, vous croyez que vous tombez amoureux de telle ou telle personne pour sa beauté, etc ... Mais là n'est pas la vraie raison. La vérité est que vous tombez amoureux parce que vous ne supportez pas la solitude. Alors, vous tombez amoureux pour combler le manque qui est en vous et échapper ainsi à vous même. [...] Si vous observez attentivement votre entourage ainsi que votre propre personne, vous serez surpris de découvrir que toute activité est réduite à une seule et unique cause : la peur de la solitude. Toute autre explication n'est qu'un prétexte. La cause véritable est que vous ne supportez pas votre solitude. L'amour véritable ne s'obtient pas en cherchant à satisfaire nos désirs en devenant dépendant d'une autre personne, mais en développant notre propre richesse intérieure et en mûrissant. Alors, nous aurons tant d'amour à donner que nous attirerons tout à fait naturellement les amoureux."

Je partage cet extrait à 100 %: (+) (+) (+) (+) :-)

#

(compte clôturé)

le mercredi 22 janvier 2014 à 18h09

@ Bexi et Caline
Je n'ai pas entendu les paroles de tous ses Saints et ses Sages :-) même s'il est évident que nous arrivons et partirons seul(e) de cette planète. Pour ma part, je suis venue (née il y a quelques années déjà) pour découvrir et partager ;) et je ne parle pas uniquement d'échange amoureux !
Dans le cas contraire, oui j'imagine que l'on se sent bien seul(e) :-/
Donc a vous lire, j'apprends que "quelque chose en moi ne tourne pas rond..." car je ne souffre pas de solitude :)
Sincèrement, je n'ai jamais ressenti le besoin d'être avec quelqu'un pour être "accompagné" et je refoulerai cette attitude a mon égard. Certainement a cause de mon emphatie !
Il est vrai que ma vie en couple ne fait pas partie des "standards" toutefois, je ne suis pas la seule (y compris quand je suis accompagnée) à vivre en décalé !

Par contre, qu'entendez-vous par amour véritable = Sincère ?
J'ose espère qu'il l'est (quoique je suis une grande naïve :-D ) et si c'est de fusion dont vous parlez, c'est plus rare et pas toujours les histoires les plus simples a vivre :-)

#
Profil

Bexi

le mercredi 22 janvier 2014 à 21h06

Bonjour Romance,

au contraire tout tourne rond chez toi puisque tu ne souffres pas de solitude ! Tu sais être seule sans souffrance, donc tu sais être avec les autres. On ne peut mieux :-)

Je faisais cette citation car l'on peut tomber dans l'écueil, en polyamour comme en monoamour, de vivre des relations pour combler un manque, pour masquer une souffrance que l'on n'a pas envie d'affronter. Ne pas se regarder en face, réellement.
Après, bien-sûr que le partage est essentiel !!

Par rapport à l'écueil dont je parle je pense qu'il faut être d'autant plus vigilant en polyamour. Pourquoi multiplier autant les relations, est-ce du manque ou du plus ?

Personnellement si j'ai besoin actuellement de faire une pause dans toutes mes relations "amoureuses" c'est pour mieux me recentrer, car je me sentais dispersée, j'ai eu l'impression de me fuir, d'aller combler une sorte de "manque" alors que le véritable (sincère) amour est bien de partager du "plus". J'arriverai certainement à mieux aimer quand je saurai prendre du vrai temps pour moi. J'y travaille !

Donc de temps en temps il me semble bon de s'interroger là-dessus. Du manque ou du plus ? Sans se voiler la face !
Le polyamour peut être du +++ bien-sûr ! Pour le vivre il me semble important d'être indépendant, et d'être complètement aimant !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion