Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comment mettre fin à un amour impossible ?

Engagement
#
Profil

Colvert

le mercredi 09 mars 2016 à 11h55

Bonjour
Voilà, la question est simple !
Comment retirer de son coeur une personne qui ne peut répondre à une attente, un besoin d'une relation sous une certaine forme ?
Comment faire le deuil d'une relation que l'on sait déjà qu'elle ne fleurira pas ?
Comment ne plus se lever le matin avec la douloureuse envie d'être avec l'autre, parce que l'autre ne peut pas répondre à votre besoin ?
Combien de temps doit-on morfler et se tordre le ventre lorsque l'expression de ses besoins étouffe l'autre et l'éloigne de soi ?
Comment renoncer volontairement à une relation simplement parce qu'on sait qu'elle n'ira pas plus loin que ce qu'elle a déjà produit ?
Bref comment rompre une relation juste parce qu'on sait que si elle continue, on risque encore de souffrir ?
oui, je sais c'est beaucoup de question, mais c'est une avalanche de questions qui m'assaille en continu !
bonne journée à tous

#
Profil

bonheur

le mercredi 09 mars 2016 à 12h27

Peut être trouveras tu des réponses ici :

/discussion/-RV-/Je-t-aime-je-te-quitte/

En gros, comment faire ses adieux ? Ma réponse aujourd'hui est : en prenant ses responsabilités et en disant adieu ! Faire le "deuil" d'une personne vivante, ça se résume à cela. Pour moi, cela ne signifie pas tuer l'amour, au contraire. Il m'est arrivé de quitter, justement pour préserver l'amour qui est en moi, comme étant beau.

#
Profil

bonheur

le mercredi 09 mars 2016 à 12h30

Egalement le livre de Saverio Tomasella : les amours impossibles - accepter d'aimer et d'être aimer. Ca ne correspond pas exactement à ta situation, mais on y trouve des pistes de réflexions intéressantes

#
Profil

Colvert

le mercredi 09 mars 2016 à 15h42

Le lien vers la discussion est vraiment intéressant !
ça répond exactement, quasiment point par point à mes questions et ressemble trait pour trait à ma situation.

En résumé :
Situation qui semble récurrente de polyamoureux, qui ont commencé une relation sur un certain mode (souvent passionnel/fusionnel) installant un certain type de communication, puis l'un des deux change, réduit sa communication, est moins disponible... et l'autre se retrouve tout seul dans la relation, ou a l'impression de ne plus être "aimé" (car il/elle n'est plus aimé/e comme avant)...

Un sentiment d'abandon assez lourd à porter car il n'y a aucune autre porte de sortie que celle à se la créer contre son propre gré.
Il n'est plus possible de prendre une initiative (appel, sms, demande de rdv...), car le risque de ne pas avoir de réponse, et donc d'amplifier le sentiment d'abandon, est important.

Seule solution, ne plus contacter, pour ne pas perdre la qualité du lien ou de l'histoire partagée.
Laisser le temps passer sur les émotions qui tenaillent, écrire, se livrer à un/e confident/e ou sur le forum, pour se libérer des émotions et pouvoir rester serein(e) afin d'accueillir les autres belles personnes qui sont caché/es par ces émotions toxiques.
(genre : il/elle ne m'aime pas, il/elle ne me respecte pas, quand va-t-il/elle me répondre ?, j'en ai marre d'attendre, ça me met en colère, je ne le/la comprends plus...)

Lâcher prise et détachement, un vrai travail non pas sur la relation, mais sur soi...

Si facile à dire...

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#

(compte clôturé)

le mercredi 09 mars 2016 à 15h56

Ha, oui ! Ça c'est dur à faire. Personnellement je n'arrive pas encore sereinement à prendre du recule en continuant à voir l'autre s'éloigner, c'est trop douloureux, je dois passer pas une période où je ne vois plus du tout la personne quitte à la revoir plusieurs mois plus tard quand ma passion est retombée. J'espère un jour parvenir à éviter cette période de transition.

#

Aurelie (invité)

le mercredi 09 mars 2016 à 16h28

Personnellement, ça m 'a pris 2 an 1/2 pour faire le deuil de ce type de relation.
Des questionnements, j'en ai toujours...
Ce qui est sûr, c est que l' attachement que j'ai pour cette personne reste intacte.
Bon courage, le temps aide vraiment à prendre du recul.

#
Profil

gdf

le mercredi 09 mars 2016 à 16h39

Merci pour le résumé, Colvert, je n'étais pas motivé pour lire les 10 pages.
Je suis moi aussi en plein dedans. Mon (ex?)amoureuse a parlé de moi à son mari. On a coupé les ponts, je n'ai pas de nouvelles. Je sais que c'est dur pour eux, pour elle, mais ils doivent travailler dessus sans moi. Je fais partie du problème, pas de la solution, donc silence radio, mais elle me manque. Je suis à la phase où j'ecris, je me livre à une confidente et sur le forum. Mais ça prend un peu de temps...

Gdf

#
Profil

LYN

le mercredi 09 mars 2016 à 18h13

Je ne suis pas exactement dans cette situation mais suite à une rupture très récente, je me retrouve dans cette nécessité de faire un travail sur moi-même, de lâcher prise et réussir à retrouver une certaine forme de sérénité. Je vais lire tout cela avec attention !

#
Profil

Colvert

le mercredi 09 mars 2016 à 18h46

@ arseline
je ressens la même chose. D'autant que nous pratiquons une activité sportive ensemble (genre sport qui se pratique à 2). Je crois qu'il va falloir que je renonce à cette activité pour ne plus prendre ces risques là ou que je prenne un autre créneau, car même si avant d'y aller, je me sens plutôt serein, la dernière fois elle n'est pas venue (en me prévenant 2 mn avant, et il a fallu que je trouve un autre partenaire sur place) ça m'a complètement pourri la soirée et comme elle était injoignable au téléphone, je lui ai laissé (a regret avec le recul) des sales messages (colère, ressentiment...).

@Aurélie
L'attachement reste intact, mais l'image prend quand même un coup... L'impossibilité de construire et faire murir la relation en prenant en compte des besoins et des limites de l'un et de l'autre, me fait penser que je compte pas autant pour elle qu'elle compte pour moi, et c'est très décevant.

@gdf
ça prend un temps monstrueux.
Tous les matins, quand je me lève, vu que c'est cette relation qui est problématique, c'est à celle là que je pense. Alors pour me libérer l'esprit de ces pensées toxiques/inutiles/nuisibles, j'écris à une amie mes pensées du matin pour m'en libérer et je lui ai dit de ne pas me répondre. Après, ca va mieux, je peux me mettre au travail et m'ouvrir sur d'autres personnes qui m'apportent ou qui ont besoin de mon attention. Si jamais quelqu'un veut m'écouter, c'est sûr que là, j'en ai vraiment beaucoup à dire ! Mais ne polluons pas non plus la relation avec les autres avec ces états d'âme polyamoureux.

@LYN
Bon courage, ce qui se dit sur ce poste, c'est une forme de rupture quand même.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

Colvert

le mercredi 09 mars 2016 à 19h23

Par ailleurs, je pense aussi que ça peut-être aussi une difficulté pour passer l'étape 3 !
patetnina.fr/les-5-etapes-de-lamour-et-pourquoi-no...

#
Profil

LYN

le mercredi 09 mars 2016 à 19h31

Merci. Les causes sont différentes mais je crois que la douleur est la même.

Je me retrouve dans beaucoup de tes phrases, sur la douloureuse envie d'être avec l'autre alors que ce n'est pas possible, sur les pensées inutiles et perturbantes pour la vie de tous les jours, sur ce deuil si difficile à faire.

Et j'ai l'impression que les solutions ou tout du moins les voies de progression sont similaires ! Je vais continuer à suivre cette discussion :-)

#
Profil

bonheur

le mercredi 09 mars 2016 à 20h01

Je crois qu'aimer et ne pas savoir quitter, c'est pas génial :-(

Je suis prête à en parler avec ceux-celles qui le désirent en mp. J'ai été trop contreverser ces derniers temps pour un dialogue sérieux et pertinent, public, sur le site.

Il suffit de cliquer sur mon pseudo et de m'envoyer un message.

Par contre, j'ai déjà eu deux écrans bleus en quelques jours, alors mon informatique n'est pas fiable. Je viens d'acheter un nouveau PC mais j'ai pas encore les logiciels et il n'est pas opérationnel à 100%. Arg !!!

#
Profil

Colvert

le mercredi 09 mars 2016 à 20h14

Bonjour Bonheur
Non, c'est pas génial, je te l'accorde, mais savoir quitter, ça s'apprend aussi, c'est plus ou moins facile en fonction du niveau de dépendance que la relation a créé dans le corps, le coeur et la tête.
J'ai beau être quelqu'un qui gère très bien l'affect en règle général, qui ait déjà eu à quitter, là je suis moi même dépassé par mes propres émotions.
En général, on quitte lorsque l'on aime plus et rarement quand on aime encore et encore plus rarement, quand on aime encore et que l'autre "maintient" par empathie, pour ne pas faire souffrir, une sorte d'espoir que ça ira mieux demain ;)
Les émotions font les montagnes russes.
Le pire, c'est lorsque l'on a même pas la possibilité de rompre. C'est à dire se retrouver en face et dire "je ne peux plus, ça dépasse mes limites d'acceptation, je veux rompre pour ne pas te nuire, me nuire, et nuire à notre passé commun".
L'autre n'en a pas forcément l'envie, ni le besoin et ce sont presque 2 étrangers qui se parlent tant l'un est soumis à la relation par rapport à l'autre qui semble en avoir le "pouvoir".
Sans rompre, on reste dans les limbes d'une relation inachevée, d'une incompréhension irrésolue...
J'espère que tu pourras revenir sereine parler sur cette discussion Bonheur, je le souhaite.

#
Profil

gdf

le mercredi 09 mars 2016 à 20h23

@Colvert, moi c'est à elle que j'écris de longues lettres mais je ne les envoie pas.
En même temps, j'écris aussi ici, et peut être me lit-elle, il faut que je fasse attention...

#
Profil

bonheur

le mercredi 09 mars 2016 à 21h44

Colvert
Sans rompre, on reste dans les limbes d'une relation inachevée, d'une incompréhension irrésolue...

Malheureusement oui, car rompre signifie que les incompatibilités sont venus sournoisement s'insinuer au sein de la relation, et que l'on a été incapable (je parle pour les deux, même si une seule des deux personnes a creusé un fossé, et que l'autre s'est évertué à tenter de le combler au fur et à mesure). Dans une séparation, il y a toujours une part de responsabilités personnelles et une part de responsabilités communes.

La rupture apprend en tout cas sur ce que l'on ne peut pas accepter, vivre, sans se manquer de respect et d'estime. Il faut savoir prendre soin de soi avant tout.

Colvert
J'espère que tu pourras revenir sereine parler sur cette discussion Bonheur, je le souhaite

Bof, qu'importe finalement. Je t'ai fait un message privé. Ce sera mieux ainsi !

#
Profil

Colvert

le jeudi 10 mars 2016 à 09h47

Etre polyamoureux, c'est avoir plusieurs histoire d'amour, donc c'est aussi être plus sujet à la polyrupture ! ;)

#
Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le jeudi 10 mars 2016 à 14h30

Je n'ai aucune leçon à donner en la matière - je suis en ce moment dans un cas très similaire à gdf, et ça m'occupe l'esprit bien plus qu'il n'est utile ou agréable...

Mais quand même, un truc qui marche un peu pour moi, ou au moins une orientation : faire autre chose, qui me permette de défocaliser. Une ou plusieurs nouvelles relations, des projets de changement de vie (changement de boulot, déménagement, nouvelles études), bref des choses qui donnent le sentiment d'avancer. Plutôt que de chercher à dénouer une situation qui est par définition inextricable. Choisir la fuite, puisque de toutes façons personne ne nous retient.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

gdf

le jeudi 10 mars 2016 à 16h35

Tcheloviekskinoapparatom
faire autre chose, qui me permette de défocaliser. Une ou plusieurs nouvelles relations

J'y ai pensé, mais ça me pose un problème. Ça fait un peu je remplace quelqu'un par quelqu'un d'autre. Ce n'est respectueux ni pour la personne dont on vient de se séparer (quelle valeur avait la relation si on passe à autre chose si rapidement ?) ni pour celle avec qui on commence quelque chose (n'est ce pas une façon de l'utiliser ?)

Pour l'instant, je fais mon deuil. Un coup de Google me dit que dans le temps, le deuil se devait d'être d'un an pour les veufs et deux ans pour les veuves. Bonne nouvelle, je suis un homme, ça va durer donc moins longtemps, mais je pense pas que je vais attendre si longtemps :)

#
Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le jeudi 10 mars 2016 à 17h18

Mais est-il possible de "remplacer" quelqu'un par quelqu'un d'autre ?

Si oui, peut-être que l'amour perdu n'était pas si exceptionnel après tout !...

Si non (ce qui est plus probable), ça ne fait rien, bien au contraire. Ce qui réconforte c'est justement de se rappeler à quel point le monde est divers, combien il est riche en personnes dignes d'admiration et d'amour.

Et puis il y a le fait que la notion de respect pour un amour passé, je ne la situe pas là. Mais tu as raison de souligner l'importance de ne pas réifier la personne avec qui on a une nouvelle aventure.

D'autre part je mets un peu en question le sens du mot "utiliser" - on est d'accord qu'il ne faut pas traiter les gens comme des choses, qu'il faut respecter leurs sentiments, leurs limites, etc. mais d'un autre côté on peut dire les choses de façon plus positive : les relations saines nous font avancer, nous apprenent des choses, nous rendent plus forts, plus généreux, bref nous sont "utiles", et ce n'est pas moche.
Le rôle de "relation de consolation" après un chagrin est aussi un rôle noble, et qui d'ailleurs peut se transformer suivant sa dynamique propre en "amour à part entière", si tant est même que la différence ait un sens.

#
Profil

gdf

le jeudi 10 mars 2016 à 17h58

Tcheloviekskinoapparatom
Mais est-il possible de "remplacer" quelqu'un par quelqu'un d'autre ?
(...)
Le rôle de "relation de consolation" après un chagrin est aussi un rôle noble,

Même si c'est pas "remplacer", même si c'est une " relation de consolation", la personne que l'on quitte ne l'interprétera pas forcément comme ça. Je peux le voir une façon, mais je ne veux pas qu'elle l'interprète d'une autre façon. "En fait, il s'en foutait de moi, je ne suis qu'une passe, facilement remplacée". Donc c'est bien par respect pour elle que ça me met mal à l'aise. Je ne veux pas prendre le risque qu'elle soit malheureuse à cause de son interprétation de mes actions, même si mes intentions sont différentes de son interprétation.

Tcheloviekskinoapparatom

Mais tu as raison de souligner l'importance de ne pas réifier la personne avec qui on a une nouvelle aventure.
D'autre part je mets un peu en question le sens du mot "utiliser" -

Tu as raison, reifier est plus juste qu'utiliser. Merci pour la correction, ce n'est pas un mot que j'utilise régulièrement :)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion