Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

La fidélité, réelle promesse ou illusion aliénante?

#
Profil

gdf

le samedi 16 janvier 2016 à 00h18

La même chose, pas la même chose...tout est question de point de vue. Il y a certes un nombre limité de positions, donc on se retrouve toujours un peu avec les mêmes.
Par contre, avec mon épouse, le plus souvent, c'est dans notre lit, alors qu'avec ma non-épouse (*), c'est sur son canapé. Ça n'a rien à voir.

Gdf

(*)[hors sujet] formulation volontairement provocante, c'était un débat entre nous aujourd'hui : quel nom se donner ? On aime ni l'un ni l'autre amant(e) (trop de sous entendu adultérin) ou amoureux(se) (ça fait gamin). J'ai proposé "relation polyamoureuse secondaire" qui a le mérite de décrire précisément notre situation mais ça lui a pas plu.
Dans ce vieux fil, il y a quelques propositions, mais aucune ne me convient plus que ça...
/discussion/-sP-/Parler-des-gens-qu-on-aime/

#

Polypropylène (invité)

le samedi 16 janvier 2016 à 03h57

Je vous l accorde les pratiques ne sont pas le seul élément à prendre en compte mais parlons plaisirs et orgasmes, c est déjà plus mesurables non ? L intensité est forcément différentes avec certains + et d autres - , surtout l orgasme même si sa n est pas le but ultime. Donc que diriez vous a votre homme/femme qui vous demanderais: as tu eu plus de plaisir et plus d orgasmes avec lui/elle ou moi ? Et par pitié pas de c est différent, on a tous une personne avec qui c est mieux.

Et je sais que ce n est pas le plus important mais pour les personnes comme le mari de camel, c est probablement important pour l égo.

#

(compte clôturé)

le samedi 16 janvier 2016 à 11h51

Polypropylène, je ne vais pas te répondre en termes d'orgasmes, car je me fiche complètement d'avoir ou non des orgasmes, ce qui m'intéresse c'est le désir que j'ai pour tel ou tel, pas la façon dont "il me fait jouir", ça je le fais encore mieux toute seule! Le désir, c'est plus complexe que l'orgasme, mais c'est aussi très différent de l'amour et/ou de la fidélité. J'ai vécu des trucs très"hot" avec des gens "de passage" peut-être parce que justement le fait de ne pas avoir d'enjeu autorise à se lâcher plus facilement. Mais les trucs "hot" ne sont pas forcément un but dans la vie, ni le fondement d'une relation. J'ai parfois désiré des mecs avec qui je n'aurais vécu pour rien au monde, et le seul que je supporte au quotidien au-delà de 15 jours n'est pas celui avec qui j'ai fait le plus de folies sexuelles. Bref, le sexe comme critère de fidélité me semble très surévalué... C'est agréable, voire énivrant, mais ce n'est pas là-dessus que je construis une relation. Vu sous cet angle, cela enlève bien des raisons d'être jaloux(se)

#
Profil

camelezebre

le samedi 16 janvier 2016 à 13h32

Alors je plusois totalement APH, je ne suis absolument pas dans un mode de comparaison de la qualité d'un orgasme. Ni même d'une recherche d'un "meilleur" rapport sexuel ou de pratique différentes. La question ne me vient même pas à l'esprit. Il y a tant de subtilité dans le rapport à l'autre que ce serait assez dérangeant de chercher de ce côté là.
Qui plus est ma recherche n'est pas de pouvoir absolument coucher avec cet homme. Elle est vraiment dans la capacité à pouvoir faire entendre mon besoin de pouvoir décider ce qui est bon ou non pour moi selon mes propres décisions, sans qu'elles aient forcément une influence négative sur mon mari.
Le problème ici étant lié au besoin de contrôle, à l'amour, aux sentiments, à la peur de la perte et à tout ce qui en découle.
Je peux effectivement me donner le plaisir que je souhaite et bien mieux toute seule...
Enfin j'ai pu avoir bien plus de plaisir dans des caresses que simplement un orgasme consommé dans une excitation intense et finalement parfois trop rapide. L'orgasme même si il me procure du plaisir n'est rien en comparaison (s'il fallait en faire une) avec des préliminaires ou des jeux amenant une volupté incommensurable. Je ne peux en aucun cas mesurer la fidélité à la qualité d'un rapport sexuel.

#

Polypropylène (invité)

le samedi 16 janvier 2016 à 14h56

Je ne mesure pas la fidélité à l orgasme et je sais que l orgasme n est pas un but absolu en soi, c est pour sa que je le différentie du plaisir, mais je suis sur que pour certaines personnes comme le mari de camel, c est peut être une peur de ne pas être celui qui donne le plus de plaisir, sa atteint l égo et sa peut devenir une raison de son blocage.

Tout n est que une supposition je le répète ^^

#
Profil

oO0

le samedi 16 janvier 2016 à 15h03

La peur de comparaisons de l'ordre de la performance sexuelle peut se concevoir, mais j'ai l'impression que cette question d'ego répond davantage à un questionnement qui t'est personnel, Polypropylène. Il y a peut-être une gêne à passer outre socialement, mais je n'ai pas l'impression que c'est l'enjeu de ce fil. Sinon, oui, cela peut élargir l'horizon de l'insécurité de l'intimité de leur relation, mais j'ai l'impression que ce sera plus pour dire que ce n'est pas ça. A défaut de savoir ce qui rend insécure, savoir ce qui ne le rend pas peu rassurer dans une moindre mesure.

camelezebre
Lorsqu'il me dit que notre intimité est à nous et qu'envisager qu'un autre homme puisse me toucher, je ne comprends pas bien la frontière. Puisque pour moi, notre intimité est effectivement entre nous, chez nous et que si je faisais entrer une tièrce personne dans cet espace je peux comprendre cette notion. Mais si je devais avoir des rapports sexuel avec un autre (ce que je n'ai pas), il s'agit là non plus de "notre" intimité mais bien de la mienne. Et là entre en jeux cette notion floue de fidélité. J'apparente donc plus ça à de la possessivité cachée. Mais peut-être que j'essaie de me trouver des excuses.

Après, personnellement, ce serait comme comparer des amitiés, comparer l'incomparable. D'une amitié à l'autre, ce ne sont pas les mêmes affinités qui rapprochent, les mêmes facettes de la personnalités qui se manifestent de part et d'autres. APH parle d'alchimie, je parlerais volontiers d'affinités électives. Les amitiés, ce sont des histoires singulières, les comparer, c'est faire comme si elle devait être les mêmes, mais si toutes les histoires sont les mêmes, il n'y a plus d'histoire. La comparaison peut tout au plus aider à différencier pour mieux raconter, donner une forme partageable au vécu, reconnaître la singularité de chaque histoire, chaque personne. Encore une fois, désolé :s, la manière dont APH raconte ses histoires montre que chacune vaut pour ce qu'elle est, ce qui s'est vécu. Cela peut-être le sexe comme cela peut ne pas l'être, le plus souvent, c'est loin d'être tout ce qu'une histoire est. Après, parler des relations des autres, amicales ou non, cela me semble instrusif, s'introduire des histoires qui ne sont pas les siennes. C'est une question de respect de l'intimité propre à chaque histoire et je pense que c'est ce qui est en jeu dans ce fil, l'intimité, les limites de l'intimité de chacun. Les comparer, cela me semble franchir leurs limites, créer de la promiscuité dans l'intimité propre à chacune.

CamelZebre,

dans mon expérience personnelle, la tienne quelque part, j'ai essayé de formuler comme tu essaies de le faire ce qui trouble l'intimité de ton mari, la tienne. Lorsque je l'ai fait dans ma vie, des termes qui ont été parlant pour elle, c'était le pur et l'impur. Une image qui avait marché pour elle, c'est la cabane d'enfants dont le secret semble avoir soudain été éventé ou, même si c'est fort, violé. C'est comme rentrer chez soi ou cette cabane et retrouver tout retourné sans dessous dessus par des étrangers. (Certaines personnes ne peuvent plus vivre chez elles après un cambriolage.) Ces la frontière de votre intimité, celle de votre relation, de votre personne. Ce qui te gêne c'est que l'intimité de votre relation se confonde avec celle de votre personne. Tu l'exprimes comme s'il prenait une place qui est la tienne dans le même temps qu'il comprend que ta personne t'appartient. Quelles sont les comparaisons qui permettent le mieux d'exprimer l'inconfort, voire l'insécurité que vous vivez par rapport aux limites de votre intimité. Je me permettrais de vous inviter à mettre un peu de poésie pour les ressentir : des comparaisons, oui, mais des métaphores. Visualiser pour ressentir l'autre, le sens que l'autre à de son intimité ...

... sans juger comme le font les romanciers, les poètes et d'autres juste pour exprimer le plus justement ce qu'il est possible d'éprouver.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

Polypropylène (invité)

le samedi 16 janvier 2016 à 16h00

Sauf que pour un mono l intimité amicale et amoureuse sont complètement différentes dans le sens où l un n a pas d importance contrairement à l autre.
De toute façon le mari de camel à ses propres ressentits donc peut importe ce que l on peut imaginer, tout les livres qu il pourra lire, ces réactions lui appartienne quoi qu elles soient.
Sa me rappelle l histoire d homme_parti, qui comprends et respect le poly mais ne le supporte pas.
Camel attention de ne pas aller trop loin et trop vite, car ton mari accepté il me semble déjà mal la situation mais prend sur lui par amour, mais je crains qu il ne perde pieds

#
Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le samedi 16 janvier 2016 à 16h23

camelezebre
Alors je plusois totalement APH, je ne suis absolument pas dans un mode de comparaison de la qualité d'un orgasme. Ni même d'une recherche d'un "meilleur" rapport sexuel ou de pratique différentes. La question ne me vient même pas à l'esprit. Il y a tant de subtilité dans le rapport à l'autre que ce serait assez dérangeant de chercher de ce côté là.
Qui plus est ma recherche n'est pas de pouvoir absolument coucher avec cet homme. Elle est vraiment dans la capacité à pouvoir faire entendre mon besoin de pouvoir décider ce qui est bon ou non pour moi selon mes propres décisions, sans qu'elles aient forcément une influence négative sur mon mari.
Le problème ici étant lié au besoin de contrôle, à l'amour, aux sentiments, à la peur de la perte et à tout ce qui en découle.

Tu résumes bien tout ce que j'ai trouvé de plus riche, de plus important dans mon exploration des thématiques qu'on appelle "polyamour". En effet, il s'agit de sortir d'une vision quantitative, compétitive, finalement liée plus ou moins inconsciemment à la notion d'un "marché" des corps et des cœurs, bref de tout ce qu'il peut y avoir de plus aliénant dans la façon de se considérer les uns les autres, alors que l'amour a un potentiel infiniment plus beau et plus riche pour se construire soi-même et se nourrir les uns les autres de nos beautés diverses et multicolores.... bon je sens que je pars dans un lyrisme un peu psychédélique là, mais il s'agit bien de ça, de remettre en question les conventions, et notamment toutes celles qui assimilent la relation amoureuse à une relation amoureuse, qui assimilent un autre amour de la personne qu'on aime à une dépossession, un affront, une blessure.

De toutes façons, encore et toujours, on reviendra à la question de la communication. Avez-vous parlé de la question de l'autonomie avec ton mari ? D'un point de vue général, pas spécialement amoureux/sexuel. Le fait d'avoir des activités différentes, de voir tes ami-es et lui les sien-nes séparément, d'avoir des opinions divergentes sans que ce soit un problème grave, etc. ?

Souvent c'est la conception de l'amour comme une fusion (plus ou moins réussie dans les faits) qui pose obstacle à l'ouverture d'un couple. En tous cas c'est une question en quelque sorte "en amont" de l'ouverture sentimentale et sexuelle qui permet de discuter sans porter le fer dans la plaie pour quelqu'un de jaloux.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion