Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Découverte un peu difficile du polyamour !

Témoignage
#
Profil

Nam

le mercredi 16 décembre 2015 à 10h04

Bonjour,
J'ai 43 ans et je suis avec mon mari depuis 14 ans et il y a 1mois et demi, il m’annonçait qu’il était amoureux d’une femme tout en m’aimant toujours, voire plus qu’avant et qu’il ne souhaitait pas se séparer de moi (sauf si moi je le voulais).
Depuis, je vis dans un chaos intérieur !
Intellectuellement j’ai très vite accepté la situation : j’aime toujours mon mari et j’aime la vie que nous avons ensemble et je me suis dit que je ne souhaitais pas mettre fin à cela, en tous cas, pas sans avoir essayé.
Entre eux, la situation a toujours été claire : il ne me quitterait pas, il ne refonderait pas de famille (elle a 33 ans et pas d’enfant), leur relation, même si forte et sincère, ne pourrait pas être du plein temps.
J’ai rapidement demandé si je pouvais la rencontrer. Je me disais qu’en la rencontrant, je ferai tomber des fantasmes (elle doit être plus ceci, ou moins cela…). C’était un moment très intense, j’avais l’impression de passer un examen. Cette fille pourrait être une amie et ça m’a rassuré de savoir qu’il était avec quelqu’un de bien, qui ne cherchait pas à nous séparer, qui respectait notre relation…
En même temps, quelques jours après, j’ai eu un gros retour de flammes.
Et depuis, mon moral fait des montagnes russes.
Je sais qu’il m’aime, je n’en doute pas. Il me dit même qu’il m’aime d’avantage depuis qu’il a conscience de ses sentiments pour cette autre femme car cela l’a amené à se poser beaucoup de questions et qu’il s’est rendu compte à quel point il tenait à moi. Il a découvert que plus on aime d’un côté, plus cela amplifie les sentiments de l’autre côté aussi .
Et c’est vrai que cette situation nous a rapprochés. Nous avons toujours beaucoup parlé lui et moi et depuis 1 mois et demi, je ne compte plus les matins où nous avons du mal à nous lever parce que nous avons parlé jusqu’au milieu de la nuit.
Il me dit qu’il sera patient, qu’il sait que c’est difficile, que cette relation ne vient pas « combler » un manque, que cela s’est imposé à lui, que cette relation est différente de la nôtre, que je ne dois pas comparer...
De mon côté, je lui ai rapidement proposé d’aller passer des nuits de temps en temps chez elle. J’ai besoin que la nouvelle situation se « normalise » rapidement pour savoir si je peux m’adapter.
Il passe désormais environ 24h avec elle par semaine, hors week end, leur métier respectif leur permettant de se voir la journée.
Même si je lui ai proposé (ce qu’il a bcp apprécié), je morfle à chaque fois.
Le plus dur pour moi n’est pas l’intimité sexuelle qu’il partage mais la complicité que j’imagine entre eux.
Tout cela vient réveiller une peur d’abandon que j’ai au fond de moi depuis longtemps. Et j’ai peur : peur qu’il s’aperçoive qu’en fait il souhaite vivre avec elle, peur de ne pas être à la hauteur, …
Et puis c’est faire le deuil de croyances ancrées en nous depuis toujours : l’amour n’est pas forcément celui des comptes de fée de Disney !
Je suis amenée aussi à me poser beaucoup de questions sur moi, cela pousse à une introspection et à devoir accepter ce que l’on est et qui ne nous plait pas forcément (je crois que je souhaite toujours au fond de moi qu’il la quitte et ça me déplait de penser ça !)
J’ai beau me raisonner, c’est difficile. Je travaille sur cette peur pour qu’elle disparaisse (d’ailleurs, cette situation n’est-elle pas précisément là pour m’aider à guérir ?)
Intellectuellement j’ai accepté, émotionnellement c’est autre chose.

Autre question qui se pose à moi : les enfants !
Nous avons 2 fils, de 5 et 10 ans qui commencent à trouver curieux que leur père soit absent 1 nuit toutes les semaines. Pour l’instant, nous leur répondons que cela ne les regarde pas, qu’ils n’ont pas besoins de tout savoir. N’empêche qu’ils ne sont pas bêtes (l’ainé est précoce comme son père !) et qu’ils se posent des questions.
Comment parler de cela à des enfants ?

Si des personnes traversent ou ont traversé ce type de situation, j’aimerai échanger avec elles. J’ai besoin d’entendre des témoignages optimistes pour espérer que d’ici quelques moi, je pourrai être sereine avec tout cela !
merci

#
Profil

bonheur

le mercredi 16 décembre 2015 à 10h33

Peut être que tout cela est allé un peu vite. Je trouve, Nam, que tu fais vraiment face à cette nouvelle situation et à ce que tout cela implique. Le temps fera son oeuvre, certainement.

Pour ce qui est des enfants, et là je parle d'expérience, bien que les miens est été un peu plus âgés, ils ne sont en effet pas bêtes du tout. C'est la raison pour laquelle, les mettre trop à l'écart, n'est peut être pas la bonne solution. Après, ils sont comme les adultes et chacun aura sa propre réaction. Pour nous, l'un a tout juste écouté ce qu'on lui expliquait et en a un peu rien eu à foutre (il s'y est intéressé ensuite lorsque je recevais à la maison), l'autre s'est plus intéressé au sujet et a plus été dans la découverte rapidement. A l'époque, c'est mon mari qui avait pris l'initiative de leur en parler, alors que j'étais polyaffective depuis environ 4 ans. Evidemment, c'était différent, puisque je ne découchais pas. Je n'ai jamais chambouler la vie quotidienne familiale, sauf pour recevoir. Les garçons avaient alors un peu plus de 10 ans et 12 ans.

#
Profil

Nam

le mercredi 16 décembre 2015 à 10h58

Merci bonheur pour ta réponse.
oui c'est allé vite, c'est ce que me dit aussi mon mari...mais j'ai tellement envie de ne plus souffrir et je sais que si je vais bien, mon mari ira bien et que cela enclenchera un cercle vertueux !
Pour les enfants, nous sommes partagés. Nous envisageons un discours différent pour les 2 : le plus grand à 10 ans peut entendre plus de choses que le petit qui a 5 ans, et qui est en plus très bavard et en parlera certainement autour de lui. Il faut peut-être que nous en parlions à certaines personnes autour de nous avant ? mon mari n'a aucun problème avec ça, moi je trouve cela plus difficile. je crois que je vais laisser passer les fêtes de fin d'année et aviser après ;-)

#

(compte clôturé)

le mercredi 16 décembre 2015 à 11h30

Nam, vous avez une réaction remarquable d'ouverture, d'honnêteté et de générosité, alors ne vous posez pas de questions sur vous qui seraient dévalorisantes. Sincèrement, telle que vous décrivez la situation, je serais votre mari, je me dirais "je serais fou de quitter une femme pareille!"
J'ai vécu cela: mon mari très amoureux d'une autre, vivant beaucoup avec elle, passant plus de vacances avec elle qu'avec moi et même me délaissant sexuellement. Cela n'a pas été une période facile- elle a duré 6 ans- mais c'est aussi celle où j'ai découvert ma force, ma capacité à voyager seule, mon humour... Le fait que j'avais xde mon côté d'autres relations me permettaient de ne me sentir ni frustrée ni angoissée.
Pour les enfants: vous avez raison, la vie privée de leurs parents ne les regarde pas, mais rien ne vous empêche de dire la vérité sans dire toute la vérité, genre: "Papa dîne avec une amie (ou des amis si cela vous gêne de parler d'une seule amie) et il préfère dormir là-bas plutôt que de rentrer très tard à la maison. Si l'un d'eux vous demande "c'est son amoureuse?", vous pouvez répondre affirmativement, sachant que chez les enfants, avoir plusieurs amoureuses à l'école est chose très courante, ça les gêne moins que les adultes. Pour l'entourage, tout dépend de vos relations, c'est à vous de voir à qui vous pouvez en parler et à qui pas.

#
Profil

Nam

le mercredi 16 décembre 2015 à 13h32

Merci APH de ce message encourageant.
C'est effectivement dans des situations difficiles que l'on se découvre vraiment. c'est toujours enrichissant même si c'est souvent douloureux.
C'est pour cela que je suis persuadée que si j'arrive à vivre sereinement cette situation, cela fera le bonheur de mon mari mais aussi le mien.

#
Profil

Nurja

le mercredi 16 décembre 2015 à 14h06

Si la question est "comment parler du polyamour aux enfants ?", je trouve que le conte chaud et doux, les chaudoudoux convient bien. Si c'est que leur dire ou ne pas leur dire, je pense que les enfants sentent beaucoup de choses et que ce n'est pas une bonne idée de leur mentir. Cela dit, c'est vrai que ce qui est dit à un enfant ne reste pas secret, donc à voir ce que vous êtes prête à ce que votre entourage sache.

#
Profil

Nam

le mercredi 16 décembre 2015 à 14h24

merci Nurja pour la référence du livre, ça semble très bien, je file l'acheter.
Je suis (et mon mari aussi) partisane de toujours dire la vérité aux enfants. c'est pour cela que je souhaite leur dire rapidement, d'autant plus qu'ils sentent que je ne suis pas au top en ce moment ! il faut donc que je m'arme de courage et de patience pour en parler à mon entourage familial.

#
Profil

Evavita

le mercredi 16 décembre 2015 à 16h59

Salut Nam,

Je suis tout à fait d'accord avec ce que APH a dit. Ta réaction est impressionnante d'ouverture!

Pour les enfants, je trouve l'approche d'APH plutôt bien : ne répondre qu'aux questions qui sont posés. J'ai l'impression que les enfants (comme les adultes d'ailleurs) savent ce qu'ils sont prêts à entendre et ne posent des questions que quand ils peuvent entendre la réponse. Je précise que c'est une croyance mêlé à mes propres souvenirs d'enfance donc à prendre pour ce que ça vaut.

Pour ce qui est de l'entourage, il est vrai que si tu en parles à tes enfants, ils seront peut-être amené à en parler (je dis peut-être parce que quand on veut pas voir quelque chose on est prêt à se donner n'importe quel interprétation plutôt que de croire ce qu'un enfant t'expliques de manière assurée). Mais rien ne t'obliges à prévenir ton entourage avant de parler à tes enfants. Si tes enfants leurs disent quelque chose, ton entourage pourra toujours venir t'en parler. Et si il le fait, tu peux toujours soit répondre à leurs questions soit leurs dire que tu ne souhaites pas parler de ça avec eux (même si tu l'as fait avec tes enfants).

Je dis ça parce que il y a plusieurs risque si c'est toi qui va faire ton petit coming-out.
De une il est possible d'une part que l'effet "annonce" puisse donner l'impression à ton entourage que tu attends leurs assentiments. Et si toi même tu te sens déjà fragile avec tes peurs et que chacun y va de son avis de comment ton mariage se porte et comment tu dois t'y prendre avec ton mari pour "arranger" la situation, ça risque de ne pas être agréable.
De deux, il y en a qui risque de prendre ça comme un affront. Si tu viens leurs parler de ton mari qui te fait cocu et que tu es en colère, tout le monde trouvera ça normal. Mais si tu leurs dit qu'il a une autre chérie et que ça te va, il y en a qui sont fichus de te dire que c'est pas correcte de ta part de venir exposer tes perversions sexuelles et que ça c'est de l'intimité, que c'est privé et que tu n'as vraiment aucune honte de venir leurs parler de ça. Ca n'a aucun rapport mais je ne sais pourquoi, c'est un chemin cognitif souvent emprunté par un interlocuteur à qui on parle de polyamour (surtout quand on s'adresse à plusieurs personnes).

Sinon bienvenue sur le forum Nam.
Si tu as besoin de parler, je pense ne pas me tromper en disant qu'il y aura quelqu'un ici pour te répondre. Et si jamais, tu penses que ce serait plus agréable de vive voix, je ne sais pas où tu es en France, mais n'hésites pas à te rendre aux cafés poly. Ca fait en général beaucoup de bien à pas mal d'entre nous de pouvoir parler sans se manger des jugements plein la tête et échanger sur les bonheurs et les difficultés qu'on traverse. :)

#
Profil

popov

le mercredi 16 décembre 2015 à 17h03

Parce que les enfants sentent très bien les situations, je crois qu'il n'est justement pas toujours utile de tout leur dire. Et en tous les cas, cela dépend de quoi et comment. Je trouve que les enfants sont parfois destinataires de confidences qu'ils n'ont pas à recevoir. Même si ce n'est pas la volonté de l'adulte, ils ont parfois tendance à prendre des responsabilités (en comblant le manque affectif d'un adulte par exemple) qui ne relèvent pas de leur place. Il y a souvent dans les familles un "petit thérapeute" qui prend en charge des choses pour ses parents, malgré lui et malgré eux. Il faut se méfier de cela, car les enfants étant souvent connectés à des sources d'amours infinies, qui fait qu'ils se sentent capables de porter des choses qu'ils n'ont en réalité pas à porter. Je trouve la réponse de APH très sensée et mesurée car elle invite à dire seulement ce qu'il est utile de dire.

#

(compte clôturé)

le mercredi 16 décembre 2015 à 19h41

Merci à vous qui trouvez mes remarques sensées et sages <3 . C'est bien le moins après plus de 40 ans d'amours plurielles parfois très rock-and-roll (je suis loin d'avoir tout raconté dans mes livres) et quatre éditions et rééditions de "Aimer plusieurs hommes"! En fait, ce qui donne le plus de sagesse, c'est le recul qu'on arrive à prendre sur sa propre situation. C'est ce à quoi sert ce forum: offrir des points de vue plus distanciés que ceux qu'ont les personnes "le nez dans le guidon", et souvent il suffit d'un peu de distance pour y voir plus clair. Et rester bienveillants au maximum...

Pour les enfants, petite remarque: contrairement à ce que vous pensez, Nam, cela risque d'être plus simple avec le petit qu'avec le grand. Les petits n'ont pas encore beaucoup de schémas sociaux dans la tête. Je l'ai raconté mille fois (pardon à ceux qui savent), mais ma fille de 4 ans avait conclu tranquillement "en somme tu as papa et tes amoureux, et papa a toi et ses amoureuses", tandis que ça a été bien plus compliqué avec la grande. L'âge le pire est l'adolescence, où les enfants sont à la fois dans le rejet des parents (donc on est forcément des nazes, quel que soit notre choix de vie) et dans le conformisme par rapport à leurs copains. Comme le polyamour est loin de l'idéologie dominante, les ados le prennent souvent mal, par crainte de ce qu'en diront leurs potes, s'ils savent... Imprégnés de l'idée que si les parents aiment ailleurs c'est qu'ils ne s'aiment plus, ils ont un mal fou à croire que ça ne va pas se terminer en divorce, et ça, c'est une angoisse, même si on leur serine chaque jour le contraire. C'est du vécu...

#
Profil

Nam

le mercredi 16 décembre 2015 à 22h43

Merci à tous pour vos réponses. Ça fait du bien de parler de tout cela avec des personnes bienveillantes et sans a priori.
Je suis sur Lyon, je tenterai peut être le prochain café poly ;-)

#
Profil

LuLutine

le vendredi 18 décembre 2015 à 20h29

Nam
Je suis sur Lyon, je tenterai peut être le prochain café poly ;-)

Tu peux y aller les yeux fermés ! :)

#
Profil

Evavita

le mardi 22 décembre 2015 à 15h56

LuLutine
Tu peux y aller les yeux fermés ! :)

Ha, j'étais persuadée d'avoir déjà répondu un truc du genre mais en fait non, j'ai fait que y penser très fort. Je confirme, à Lyon ils sont géniaux.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion