Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

L'autre homme de ta vie...

Romantisme
#
Profil

bonheur

le lundi 27 mai 2019 à 16h02

Une phrase qui m'a fait plaisir. Avec un jeune client, nous avons un certain rapprochement et ces derniers temps, un événement inattendu a accentué celui-ci. Nous avions déjà parlé du mariage et du fait qu'à mes yeux...

Vendredi dernier, nous avons eu une discussion, d'une bonne demi-heure. Il me parlait de "sa femme" (avec laquelle il n'est pas marié). Il connait mon chéri de vie depuis peu (ce qui nous a rapproché, il ne savait pas que j'étais sa chérie de vie :) ). Bref. J'ai fini par dire qu'il faudra que je téléphone pour dire que je rentrerai en retard du fait de cette discussion. Il m'a dit qu'il ne fallait que L. (mon chéri) pense que j'ai un amant. J'ai répondu que si j'en avais un, j'indiquerai pas le mot amant mais le mot amoureux, et que je l'assumerais. Il a rit m'a dit qu'en fait j'aurai un autre homme dans ma vie. J'ai adoré la simplicité qu'il a eu en disant cela et surtout la justesse de la compréhension de cette petite expression.

Je sais que je "hiérarchise" car ma situation initiale s'est imposée comme une continuité évidente de relation primaire. Toutefois, oui, mes autres amoureux sont les autres hommes de ma vie. Enfin, c'est ainsi que je l'ai toujours ressenti.

#
Profil

bonheur

le lundi 27 mai 2019 à 17h34

En lien avec ce fil de discussion que j'étais en train de détourner de son objet initial, mais dont la discussion peut se poursuivre ici

/discussion/-bXB-/Besoin-d-aide/

#
Profil

bonheur

le lundi 27 mai 2019 à 17h42

L'idéal est un mythe, il n'existe pas. Toutefois, le portrait de l'autre homme de ma vie serait le suivant, en tout cas ce qu'il ne peut plus être désormais :

- Me laisser sans nouvelle durant des semaines voir plus. Un sms par semaine n'est pas "prenant"... et puis ça me permettra de ne pas me faire de soucis ;
- Si je me libère en prévision d'un contact en présence et que je propose, recevoir une réponse dans le meilleur délai, en tout cas avant la date proposée, que je puisse avoir une prévisibilité opportune ;
- M'accueillir et m'exposer une gène s'il y en a une. J'entends par là, si le commun est que l'on se serre dans les bras pour se souhaiter la bienvenue, et que pour une raison ce ne sera pas possible, me prévenir ;
- Ne pas se rappeler à son bon souvenir uniquement quand cette personne à l'étincelle de le faire, mais m'intégrer à sa vie réellement ;

S'offrir réciproquement autant que possible et exprimer toujours les incohérences du vécu, ce qui est mal vécu, en tout cas... il sera un autre homme de ma vie, pas un jouet ou un vague truc qui me fait du bien parfois... et je serai une femme de sa vie (sans vie commune, sans enfant)

L'amour n'a rien d'un miroir. L'autre n'est pas le reflet de soi. Par contre, un minimum d'engagement, d'implication, de communication permet un équilibre, une projection non aléatoire, même si l'avenir n'est pas dicté.

Message modifié par son auteur il y a 5 mois.

#
Profil

bovary3

le dimanche 02 juin 2019 à 05h26

Bonjour bonheur
j'apprécie la simplicité et l'originalité de la conversation que tu rapportes dans ton premier post. C'est fort différent d'une conversation de drague habituelle, mais n'exclue certainement pas une forme de marivaudage!
Il semble que la rencontre que tu rapportes ne t'a pas laissée indifférente, puisque tu éprouves le besoin de préciser dans quelle limites tu envisages d'avoir un second homme dans ta vie.
Je me permets de te poser une question indiscrète, serais-tu en train de tomber amoureuse?
Cette question en amène une autre, te sens tu amoureuse de ton "chéri de vie"?
Naturellement, rien ne t'oblige à me répondre!

Mais peut-être te plaira-t-il de disputer avec moi de ce que tu entends par "être amoureux"?
Selon moi, c'est un état fort excitant, mais aussi fort trompeur! Je m'explique: quand j'ai été amoureux, ce qui m'est arrivé assez souvent, j'ai eu la sensation d'avoir enfin trouvé la personne qui comblerait mon manque affectif. Bien sûr, c'est une illusion! Je projetais sur l'Autre mes fantasmes, et au bout d'un moment je me suis rendu compte de mon aveuglement, ce qui a pu me valoir un dur réveil .

On dit que l'état amoureux envers quelqu'un qui partage notre vie dure 3 ans , au maximum j’imagine. En ce qui concerne ma seconde épouse, ça n'a pas duré si longtemps , car notre première fille est née au bout de 2 ans, amenant tous les bouleversements de la vie de couple qui sont bien connus. Pour autant, je dirais que j'ai laborieusement appris avec elle l'amour, et je suis tout à fait d'accord avec ce que tu en dis:

L'amour n'a rien d'un miroir. L'autre n'est pas le reflet de soi.

Et j’ajouterai, après 34 ans de vie commune, qu'aimer, c'est chercher vouloir du bien et à donner à l'Autre le meilleur de moi-même.

Il me semble que tu as dit que tu es "polyaffective", ce en quoi je me reconnais aussi, j'apprécierai d'avoir tes réponses. Merci d'avance.

#
Profil

bonheur

le dimanche 02 juin 2019 à 12h08

Coucou Bovary3,

La drague habituelle... je crois que j'aurai passer mon chemin. En tout cas j'aurai couper court. Très peu pour moi, merci :-/

J'ai voulu, oui, dans ce post indiquer certaines choses "générales" pour moi. Est-ce que je suis indifférente ? Dans le sens où j'ai développé quelque chose d'autres que le "bonjour, la météo, au-revoir", certainement qu'une proximité existe et est déjà "en cours".

Toutefois, quelque soit l'évolution, j'aime l'apprivoisement qui permet de ne pas se trouver justement en mauvaise situation. Bon, je dis cela, mais pas plus tard qu'il y a un an, je me suis rapprochée très vite d'un homme et cette précipitation m'est revenue à la fois dans la figure violemment, à la fois dans la douleur du coeur.

Je suppose que le fait que mon chéri de vie et moi nous connaissions depuis tout petit, implique que notre lien est particulier. La vie commune use et il faut renouveler. S'offrir l'amplitude d'être posés dans le quotidien quand il le faut ET d'avoir des échappatoires qui ne sont pas obligatoirement d'ordre amoureux-se. Notre force aujourd'hui, je dirai la séparation ponctuelle désirée. C'est à dire que l'on ne s'oblige pas de faire ensemble systématiquement. Le week-end prochain, mon chéri va au mariage d'un cousin à moi... sans moi. Je ne cautionne plus les mariages et ça ne me réjouissait pas d'y aller. J'en ai discuter avec le futur marié car ma non présence ne doit pas être portée comme un fardeau par mon chéri. Le "devoir" aurait voulu soit que j'y aille, soit que l'on décline l'invitation. Mais nous ne décidons plus ainsi. Par contre, nous aimons être ensemble et nous vivons vraiment bien ensemble (nous sommes très complémentaires). Nous avons également toujours tout traversé en nous épaulant, systématiquement... nous ne pourrions être autrement. Du coup, nous n'expliquons pas tout.

L'amour n'est pas que apprendre à se connaitre. D'ailleurs, c'est après 20 ans de vie "standard" que nous avons fait réellement cette démarche. Avant, nous vivions bien et "normalement". Quand tout est normal, il n'y a pas à se questionner, juste à avancer aveuglément. C'est quand on remet en question, qu'on sort des rails, que l'on peut vraiment faire la démarche de soi à soi, et en même temps de soi aux autres.

Vouloir donner à l'Autre le meilleur de toi-même, oui. Je dirais ce qui fait que tu es toi. Pour ce faire, s'interroger et aller à la recherche de ton toi... indispensable non ? Ce quelque chose qui fait que l'Autre n'est pas n'importe qui, pas un individu lambda mais un être à part entière, personne je pense ne peut l'expliquer. Par contre, penser que l'on ne rencontrera qu'une seule personne au cours de sa vie, qui sortira du lot... c'est se mettre un voile, des oeillères.

L'amour ? Difficile à définir. Je sais juste que physiologiquement, chez moi, ce n'est pas ressentir quelque chose au niveau de l'entrejambe. Ca je l'ai déjà ressenti dans un milieu d'érotisme et de sensualité (je suis voyeuse, avec des hommes comme avec des femmes) et rien à voir avec l'amour et encore moins avec l'apparence. Les symptômes physiologiques seraient plutôt le regard qui pétille, ce sourire idiot (enfin je crois) à mes lèvres, cette envie de rester dans cette situation, une volonté de me blottir contre l'autre, respirer l'odeur, sentir les mains m'enlacer, dévorer l'autre du regard, me perdre en l'autre, et mon cerveau qui est en mode "je suis bien", et à l'intérieur c'est pas descriptible (les mots je pense n'existe pas)... cette forme particulière de joie immense. Aussi, la mémoire de l'instant qui reste gravé à jamais. Egalement, cette forme de ressenti en dehors de toute logique... je sais que l'autre est là, pas loin. Un instinct qui fait que je ressens intérieurement sa présence, sans aucun visuel, sans le son de la voix. L'amour n'est pas définissable, mais plutôt reconnaissable.

Je suis polyaffective pour deux raisons. L'une qui serait une forme de contraintes : mon chéri de vie accepterait difficilement (en fait on ne sait pas, ça n'est jamais arrivé). L'autre raison est que je ne peux sexuellement passé d'un partenaire à un autre d'une façon rapprochée dans le temps. Déjà quand j'étais jeune s'était comme ça. Je ne peux pas. Un frein moral, je ne le pense pas. Je veux dire j'ai tellement tout déconstruit que ça me parait peu probable. Non, c'est plus ailleurs. Je ne cherche pas à tout expliquer, tout exprimer.

Après, là où certaines personnes placent un prémisse de sexualité, moi je vis de la tendresse : le baiser par exemple. Pour moi, ça signifie "je t'aime" (affect) et non "j'ai envie de toi".

Cela ne veut pas dire que je vis sans sexualité ou en le subissant. Je dirais plutôt que j'aime bien. Mais avec mon chéri je profite de notre sexualité (cela m'apporte) ET je prends simultanément la tendresse qui se dégage de nos "ébats" (baisers, regards, caresses...). Sachant désormais dissocier, je perçois du coup un double bonheur :-D (+) <3

#
Profil

bovary3

le mardi 04 juin 2019 à 00h13

Bonjour bonheur
D’abord merci pour ta longue réponse, tu ne seras pas surprise, j’imagine, de savoir qu’elle me fait très plaisir, d’abord affectivement en général, parce que je me sens reconnu par toi, et ce matin particulièrement, parce que mon épouse vient de renter d’un voyage d’un mois aux Philippines dont elle est originaire, ce qui était pour moi une fête, mais dont j’ai été néanmoins un peu déçu…en fait c’est de ma faute, j’aurais du m’y attendre, parce qu’elle est restée moralement dans sa famille élargie là bas, et qu’elle ne partage guère mon bonheur de la retrouver.
Mais ce soir, je rectifie cette impression décevante de ce matin, mon épouse commence à se réhabituer au mode de vie français, mais la route est encore longue !

De plus, j’adore discuter des questions que tu as commencées à développer, il n’est pas si fréquent de trouver une interlocutrice, et encore moins un interlocuteur !... qui partage mon ressenti. J’ai l’impression que nous sommes assez proches de ce point de vue, toi et moi, mais certainement avec des nuances, ce qui rend la conversation intéressante! Je me permets d’ajouter, reste à savoir combien de temps nous la tiendrons, parce que je constate que les sujets de discussion sont très nombreux, et donc qu’on peut être sollicité facilement de s’investir ailleurs. Tiens c’est curieux, voici un parallèle amusant avec le vagabondage sexuel, mais ce n’est pas une attitude qui te concerne apparemment, ni moi non plus !

Je voudrais préciser juste un point de langage, en reprenant ta description de ton état amoureux,
:

bonheur
Les symptômes physiologiques seraient plutôt le regard qui pétille, ce sourire idiot (enfin je crois) à mes lèvres, cette envie de rester dans cette situation, une volonté de me blottir contre l'autre, respirer l'odeur, sentir les mains m'enlacer, dévorer l'autre du regard, me perdre en l'autre, et mon cerveau qui est en mode "je suis bien", et à l'intérieur c'est pas descriptible (les mots je pense n'existe pas)... cette forme particulière de joie immense. Aussi, la mémoire de l'instant qui reste gravé à jamais. Egalement, cette forme de ressenti en dehors de toute logique... je sais que l'autre est là, pas loin. Un instinct qui fait que je ressens intérieurement sa présence, sans aucun visuel, sans le son de la voix. L'amour n'est pas définissable, mais plutôt reconnaissable.

tu y parles de l'amour, j’appellerais ça plutôt l'état de se sentir amoureux, puisque je te demandais si tu te sens amoureuse...

Par contre je suis bien de ton avis quand tu parles d'aimer; sans chercher de définition définitive, je suis bien d'accord sur

, s'interroger et aller à la recherche de ton toi... indispensable non ? Ce quelque chose qui fait que l'Autre n'est pas n'importe qui, pas un individu lambda mais un être à part entière, personne je pense ne peut l'expliquer. Par contre, penser que l'on ne rencontrera qu'une seule personne au cours de sa vie, qui sortira du lot... c'est se mettre un voile, des œillères.

d'autant que j'ai eu 3 femmes qui ont compté dans ma vie, en relation presque exclusive, mais l'une après l'autre!

Enfin , en prenant au pied de la lettre l'expression courante, ,je ne dirai certainement pas que je suis jaloux des marques de tendresse que te donne ton chéri de vie, au contraire, j'en suis très heureux pour toi ! J'avoue que j'aimerais que mon épouse m'en donne plus souvent, mais il est inutile que je me plaigne, ce n'est pas dans sa culture, ni dans sa façon de se conduire, même en privé, je préfère me réjouir que nous soyons toujours ensemble, elle et moi, et que nous soyons raisonnablement heureux, après avoir été raisonnablement malheureux pendant une vingtaine d'années!

#
Profil

bonheur

le mardi 04 juin 2019 à 08h16

J'aurai été heureuse de poursuivre mais je vais être peu disponible aujourd'hui et demain. A très bientôt Bovary3, je n'oublie pas ce fil de discussion que je poursuivrai avec plaisir :-) .

#
Profil

bovary3

le mardi 04 juin 2019 à 12h58

Bonjour bonheur
...juste pour te dire combien j'apprécie la délicatesse de ce petit mot, j'ai vraiment l'impression que nous avons beaucoup en commun, et aussi beaucoup à échanger.
Je m'autorise à te dire que je t'embrasse, parce que je suis très touché

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion