Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

En quête de devenirs

Témoignage
#
Profil

poupistyle

le dimanche 21 avril 2019 à 15h49

Récit d’une descente aux enfers, d’une traversée du désert. En quête d’un remonte-pente, d’une issue créative. Récit subjectif qui demande aux autres de coller leur vision des choses.

Je vis depuis quatre ans et demi une relation très belle avec une personne, que j’ai voulu l’élue de mon coeur, avec toute la mièvrerie romantique que cela peut supposer. Cette relation est ponctuée d’épisodes difficiles pour tous les deux, durant lesquels elle a connu des relations avec d’autres personnes. J’ai souvent exprimé ma souffrance, parfois mon désaccord, et nous avons eu plusieurs scénarios (amours à distance, mensonges, épisodes courts et autres plus longs). Toujours nous avons choisi de renouer ensemble, parce qu’on s’aime. Elle a laissé tomber des histoires, sacrifié des expériences, moi une partie de ma dignité, parfois.

Voyages, passions, intensités. On est retombé amoureux-euses plusieurs fois pendant ces années. Elle avec plus d’envies de liberté, d’errements, de sérendipité. Moi avec plus de projets à long terme, de fixité, de créativité portée sur l’avenir. Elle intriguée par le polyamour, moi acceptant mais sans la moindre envie d’aimer ailleurs. Donc des déséquilibres par moments, mais les situations se résolvent par l’écoute, parfois par des choix de chacun. Compromis appliqués, intermittents, bonheurs.
Toujours ces moments : je m’installe quelque part. Elle trouve ça cool et plutôt que de continuer ses errances comme convenu, elle vient partager ma vie, ce que je ne refuse évidemment pas. Mais je suis pas assez disponible au quotidien (prof).

Dernier épisode : Au creux de l’hiver, dans une communauté rurale, nous nous installons. Un très bon ami commun vient nous rejoindre (teasing!). Tous trois nous débordons d’enthousiasme pour le lieu. Mais mon travail me tient à distance des autres. Lui et elle s’improvisent «  frère et soeur ». Jusqu’à des vacances qu’on prend tous les trois. Je me sens alors déjà un peu exclu de leur duo, de leur complicité. Je m’alarme et, au lieu de dire «  tu me manques, on devrait passer un peu plus de temps ensemble », je lui dit : «  je crois qu’il est amoureux de toi ». Elle pleure, triste de croire ça. Puis l’info fait son chemin, et elle tombe amoureuse. Elle dit «  juste un peu et après je reviens ». Il me dit «  je veux juste le meilleur pour vous deux, si il faut je m’en vais ». Je ne peux pas trancher. Je souffre et je dis «  d’accord », au pied du mur, assuré des «  bonnes intentions » de mon pote. Puis les jours passent. On souffre tou-tes. On pense trouver des compromis, leur amour prend de l’ampleur. Elle me demande polyamour, qu’on vive à trois, qu’elle ait deux amours, sous le même toit. Je dis «  essayons mais avant recollons les morceaux ». Il me dit «  t’as vu, elle souffre de pas pouvoir m’aimer », je dis «  d’accord, accélérons ». J’ai failli mourir de cette décision. Je lui dit «  met le entre parenthèse ou je te quitte ». Elle me dit «  pas d’accord ». Je la quitte, on s’aime à dégueuler des larmes. Elle me dit que c’est parce qu’elle voulait retrouver sa liberté. Ils sont ensemble maintenant, en vacances «  thérapeutiques ». Je me sens brutalisé, piétiné par des êtres chers.

Pourtant je veux pas l’oublier. Trop bien cette histoire. Et incapable de construire maintenant autre chose. De toute façon ma croyance au romantisme en a pris un sacré coup ! Alors, la révolution, pourquoi pas dans les coeurs ? Je veux pas être ce phallocrate, miroir détestable de mon genre. Prendre le temps, l’accepter. Devenir, changer. Voir qu’on peut trouver de la passion sans se dire infinis et permanents. Alors je vais les relire. Les Sampère, les éthiques salopes. Je veux vivre ça. Être anarchiste, aussi dans les relations amoureuses. Belle mutation. Je cherche ce que saurai proposer et tenir, ne pas berner. Être honnête avec moi, avec elle. D’instinct, je dirai : le temps passé ensemble est forcément amoureux, pas d’amour sous mes yeux. Je sens d’ici d’aucun me dire «  n’exige rien, pas de hiérarchie relationnelles, accepte jusqu’aux nuits passées dans les bras des autres sous tes yeux ». Peut-être, lentement.

Communauté, aidez-moi, please !

#
Profil

NiouNiou08

le dimanche 21 avril 2019 à 22h12

Salut,

Je vais tenter de t’apporter mon témoignage car je suis plutôt dans la situation de la personne qui partage ta vie.

Je suis amoureuse de ma femme et d’une autre femme, ma femme est en phase d’acceptation. Pourtant j’ai des doutes sur sa capacité à le supporter, Elle a dit oui mais je sens bien que c’est parce qu’elle se sent au pied du mur et qu’elle a peur de me perdre.
Pourtant ça ne sera jamais le cas, mais je ne peux nier mes sentiments.
J’ai moi même du mal à accepter ces sentiments moi même, j’ai l’impression de devoir faire un choix sans pour autant en être capable.
En somme vivre avec un polyamoureux et, j’en suis sûr difficile mais il est difficile aussi d’etre dans la peau du polyamoureux.
On ne veut que le bonheur, le notre et celui des personnes qui partages nos vies. C’est parfois difficile, il faut faire les pas les un après les autres.

Bref tout comme toi, je suis en phase d’acceptation de part la femme mais je dois aussi m’accepter moi même.

Au plaisir de te lire

#
Profil

bonheur

le lundi 22 avril 2019 à 10h36

bonjour Poupistyle,

A lire ce récit, je pense que la personne qui est au centre du V est plus une amoureuse séquentielle qu'une polyamoureuse. Elle vit des épisodes avec l'un, puis avec l'autre. Elle a besoin de l'éloignement d'avec toi pour aimer quelqu'un d'autre. C'est en tout cas, l'impression que ton récit me fait.

L'équilibre des places n'y est pas. C'est à fond, tête dans le guidon et tu ne te reconnais pas dans ce schéma. Bravo d'avoir lu (+) .

#
Profil

alinea7

le lundi 22 avril 2019 à 21h16

Je déduis de ta formulation que ta demande d'aide concerne le fait d'arriver à vivre amoureusement avec ce qu'elle souhaite te donner. Pourtant tu dis que tu as failli mourir de ta précédente décision (!)

Tu parais dans une démarche masochiste du type "je cesserai de souhaiter recevoir de l'amour d'une façon qui me convient, je prendrai ce qu'elle donne, comme elle le donne, quand elle le donne". Et clairement (et de façon assez compréhensible) cette configuration te fait souffrir, donc j'ai envie de te dire : pourquoi t'infliges-tu ça !?

Mais si pourtant tu veux aller vers la tolérance à la vie amoureuse de ta dulcinée, un conseil récurrent est déjà de te donner l'importance que tu mérites et apprendre à te sentir bien par tes propres moyens. Tu l'as peut-être déjà lu mais sinon je te recommande la lecture de ce post récent.
Prendre soin de toi, te connaître et développer ta vie sans elle pour en faire un espace dans lequel tu es bien, c'est un des conseils les plus utiles que j'aie trouvé. Mais il est à double tranchant.
Pour moi, me recentrer sur moi m'a permis d'entrevoir une vie dans laquelle, suffisamment indépendante, je ne souffrirai pas de l'indépendance désirée par mon compagnon de vie notamment dans le domaine amoureux. Pour autant, même comme ça, je ne suis pas attirée par le polyamour. Si ça arrive j'essaierai de faire au mieux mais je n'ai pas envie de souffrir démesurément pour trouver/créer un équilibre.

Un autre conseil serait de communiquer. Trouver un équilibre ne se fait pas pour le bonheur de deux au détriment d'un troisième qui s'humilie en subissant. Où est le polyamour là dedans...!?
Si ton ex et ton ami ne sont pas prêts à faire le moindre effort pour te faire une place et que tu t'y sentes bien, tu ne pourras pas faire fonctionner le schmilblick à toi tout seul sans te brûler. D'ailleurs est-ce dans leurs options ??? Car je ne comprends pas bien ce passage :

poupistyle
Elle me dit que c’est parce qu’elle voulait retrouver sa liberté. Ils sont ensemble maintenant, en vacances « thérapeutiques ».

Message modifié par son auteur il y a 3 mois.

#
Profil

poupistyle

le mardi 23 avril 2019 à 10h31

à NiouNiou : Merci pour le témoignage ! Je suis bien d’accord avec ce que tu écris. De mon coté j’ai été un peu brutalisé (bien que prévenu depuis un bail, je dois bien le reconnaître !). J’ajouterai même «  choqué » que ma compagne ose s’autoriser d’aimer l’un de mes meilleurs amis avec lequel nous avons des projets de cohabitation à moyen-long terme. Oui il faut que je l’accepte. J’ai déjà bien entamé la compréhension. Que tout se passe sous mes yeux, voilà le problème.

À Bonheur : je vais apporter des précisions ! Elle souhaite vivre ses amours sans limite oui, la tête dans le guidon, une Antigone ! Pour autant, elle a cherché de l’équilibre. En proposant une cohabitation des différents amours, leurs accordant alternativement du poids. Mais ce n’est pas facile pour elle. De ce que je comprends, elle est «  sincère » dans ses intentions, mais fini par trahir ses engagements, encore par sincérité, refusant de tourner le dos à ses sentiments.

A Alinea7 : Oui tu cernes bien le problème ! Je ne nie pas que dans mes projections je souffrirai. De toute façon je souffre déjà de mécomprendre tout ça, de la sensation d’abandon, de trahison. Je suis par ailleurs incapable de tourner la page. Elle nous disait «  indestructibles » alors même qu’elle m’annonçait aimer l’autre. Du coup je te répond : je m’inflige ça 1. Par amour, 2. par sens éthique. Est-ce suffisant? Enfin je pense (comme certains l’expliquent dans la discussion sur laquelle tu m’oriente) que souffrance et amour sont intimement liés.
Oui dans l’histoire que je raconte leurs actions font un peu «  loi de Murphy » et oui ils ont un peu piétiné mon estime de moi. Je ne le nie pas et de toute façon c’est dans cet état que je suis rendu maintenant. C’est par dignité que j’ai choisi la rupture. Pour me reconstruire. Mais pour le moment ça marche pas bien (oui besoin de temps c’est sûr). Après rupture, j’ai cherché une autre relation. Pas de bol elle est «  polyamour niet »… Alors je continue le chemin. Ça ne marchera que quand quelqu’un-e me dira «  okay pour ce type de relations ». Je trouverai ça étonnant que, à terme, mon ex ne se dise pas «  tristitude que la fin de cette histoire »… m’enfin !
Pour revenir à cette histoire de «  vacances thérapeutiques » : la tierce personne (mon pote) a fait aussi figure dans cette histoire de personne ressource pour elle. Elle a été séduite par sa philosophie (plus nihiliste que la mienne) et ses connaissances en psycho. Ce qui fait qu’elle a souvent cru pouvoir soigner sa dépression à ses cotés (oui parce qu’elle est en dépression). Mais dans le même temps, il lui faisait comprendre à quel point il la comprenait, pointait les «  bugs » dans notre relation, insistait sur ses envies polyamoureuses insatisfaites et ma personnalité exclu/mono/… Donc fabriquait la polarisation. Après notre séparation, ils ont manqué de courage pour affronter la solitude nécessaire et sont partis ensemble, prendre du bon temps.
Veulent-ils encore m’accorder une place ? J’en nourri l’espoir mais je ne suis pas bien placé pour répondre. Je sais qu’elle veut se construire une année de célibat (ou de «  sans couple », ce qui est différent… et c’est une sacrée difficulté pour elle). Lui je ne sais pas : j’avoue avoir plus de facilité à accepter ses actions à elle que les siennes : Il est venu sachant l’aimer et a presque tout fait pour générer notre séparation sans forcément être honnête là-dessus, en particulier vis-àvis de lui-même. Et pour autant c’est un ami. J’attends des excuses, je crois. De sincères excuses. Mais vivre à trois, assistant à leur amour, j’aurai du mal pour le moment !!

Message modifié par son auteur il y a 3 mois.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion