Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Amours Pluriels

Bases
#
Profil

serchap

le vendredi 24 août 2018 à 10h34

Bonjour à tous.
Je rejoins le site suite à un cheminement personnel qui m'a conduit à remettre sérieusement en question la relation amoureuse classique et exclusive.
J'ai comme construit par moi-même une conception de la relation amoureuse proche de ce que je découvre (à postériori) ici sous le terme "polyamour".
Je suis d'emblée un peu gêné par cette dénomination à laquelle je trouve une consonance trop "consumériste" qui me semble créer une trop grande confusion avec le libertanisme.
Dans ma "construction" j'avais trouvé le terme "Amours Pluriels" qui me semble exprimer pluss justement le concept.

Je ne veux pas être trop long mais préciser que mon chemin m'a amené à beaucoup m'intéresser à la psychanalyse et à découvrir le travail d'un psychanalyste contemporain qui a montré que Freud avait fait une erreur fondamentale à propos de la différence sexuelle (il a vu la différence là où elle n'était pas, je développerai si l'occasion m'en est donnée...)
La connaissance de cette différence réelle pourrait nettement aider hommes et femmes à se comprendre et à mieux situer leur différence. Ce point serait fondamental à intégrer et les personnes qui en sont â songer au "polyamour" devraient avoir toute l'ouverture d'esprit nécessaire pour l'accueillir.

C'est un peu dans ce but que je rejoins la communauté.
Cordialement
Serge

#
Profil

bidibidibidi

le vendredi 24 août 2018 à 10h52

Bienvenue Serge,

Je trouve dommage que tu ne rentres pas dans les détails. Au minimum en citant des noms qu'on puisse en parallèle juger des travaux du monsieur.

#
Profil

serchap

le vendredi 24 août 2018 à 11h29

bidibidibidi
Bienvenue Serge,

Je trouve dommage que tu ne rentres pas dans les détails. Au minimum en citant des noms qu'on puisse en parallèle juger des travaux du monsieur.

Oui, je "débarque", découvre le site et dois prendre un peu mes marques. Je ne voulais pas assommer d'entrée avec ma première intervention...
Le psychanalyste dont je parle est le Dr William Theaux. Il a consacré sa vie à poursuivre un travail de recherche sur la psychanalyse, a beaucoup de "trouvailles" à son actif (c'est aussi un psychohistorien) mais a rencontré un grand ostracisme et mépris de sa communauté dont on peut dire qu'elle s'est un peu enkystée dans les dogmatismes freudien ou lacanien.
Il ne faut donc pas chercher une reconnaissance de ses pairs qui n'a pas eu lieu, ce qui n'enlève rien â la qualité de ses travaux. Néanmoins il a eu très tôt le pressentiment de la place qu'occuperait le net aujourd'hui et il a donc des milliers de pages internet à son actif.

La question différence sexuelle n'a pas fait l'objet d'un grand souci de diffusion. Il se trouve qu'en tant que médecin j'ai découvert et fait un long travail de compréhension qui me met en position aujourd'hui de contribuer à faire connaître cette théorie, ce que j'ai fait pour l'heure principalement sur les réseaux sociaux (FB).

Je n'ai pas le temps tout de suite mais je reviendrai ici développer pluss avant...

#
Profil

pkd

le vendredi 24 août 2018 à 12h24

Polyamour ou amours plurielles ne sont des variantes linguistiques dans lesquelles on peut projeter des differences qui n'existent pas nécessairement.
Polyamour n'est pas consumériste, mais a une incohérence linguistique... Mélange de grec et de latin ...
Mieux vaudrait : polyphilie ou polyagape (grec),
Ou multiamour (latin)...
Mais dans tous les cas cela veut dire amours multiples ou pluriels ;)

#
Profil

bonheur

le vendredi 24 août 2018 à 12h58

Bonjour Serchap :-)

Je suis polyaffective. Qu'en aurait penser ce chercheur ? Que pense-t-il de l'amour sans sexualité ? Etant donné que ça n'intéressera certainement que moi, j'accepte d'en parler en mp avec toi. J'aurai envie d'avoir un débat perso avec toi.

Je t'envoie mes coordonnées en message perso. Celui-ci arrivera sur la boite mail que tu as associé à ton profil.

#
Profil

elfi

le vendredi 24 août 2018 à 14h17

@ Bonheur ca m'intéresse aussi. Je ne me défini pas comme polyaffective, mais cela m'intéresse beaucoup.
Je pense que certaines de mes amitiés ont beaucoup de point commun avec de la polyaffectivite.

Je ne trouve pas non plus que polyamour soit consumériste... Amours pluriel est plus "francisé" certes

#
Profil

bonheur

le vendredi 24 août 2018 à 14h26

On devrait peut-être dans ce cas, elfi, créer un fil de discussion autre que celui-ci. Egalement, comme je l'ai exprimé à Serchap en mp, je fais référence à des livres de Antonio R Damasio que j'avais lu, ça fait déjà quelques temps.

En effet Sherchap indique à l'origine d'une différence "sexuelle" entre homme et femme, donc on sort du sujet avec ma requête.

#
Profil

serchap

le vendredi 24 août 2018 à 15h23

Merci pour vos commentaires, je fais une réponse un peu générale à l'adresse de tous...
Concernant la terminologie je voulais juste signifier ma préférence et ce n'est pas un point fondamental.
Pour le reste, la question polyaffectivité (que j'entends comme "sans sexualité") est soulevée par deux femmes. Je crois que cela ne tient en rien du hasard et ça alimente pile poil la question "différence".

Mais je vois qu'il y a la possibilité d'écrire un article. Le pluss judicieux serait peut-être que je commence par là histoire de poser les termes (dans les grandes lignes) de cette fameuse différence révisée. Les discussions pourront être mieux ciblées lorsque vous aurez une meilleure idée de ce que je veux présenter ici.

Je me fixe comme objectif la réalisation de cet article durant le week-end...

#
Profil

bonheur

le vendredi 24 août 2018 à 20h38

Personnellement, je ne conçois pas de différence entre homme et femme. Je pense que chaque individu est particulier et unique. D'ailleurs j'ignore pour elfi, mais moi je me sens peu femme mais plutôt ambigenre (voir Serge Chaumier)

J'attends de lire (+) .

#
Profil

TrioBulle

le vendredi 24 août 2018 à 21h42

En matière de terme, moi aussi je préfère "amours plurielles" à polyamour mais finalement... au bout de 2 ans, je m'y suis faite.

Contrairement à toi, Bonheur, je vois des différences entre hommes et femmes, en tout cas dans le ressenti de notre amour entre mon mari, mon lutin et moi. Tous les hommes ne sont pas pareils, mais souvent, on a des perceptions différentes...

#
Profil

elfi

le samedi 25 août 2018 à 12h32

Ambigenre? je ne connais pas ce terme je vais me renseigner.

Il y a forcément des ressenti différents entre hommes et femmes du au différences hormonales, physiques et de ce que la société inculque à chacun.
Après il y a aussi tellement de différence entre femme et entre homme.... toute une pallette de ressenti différent entre les gens quel qu'il soit.

je serais curieuse de lire ton article SerCharp

#
Profil

bonheur

le samedi 25 août 2018 à 19h23

ambigenre. C'est ni homme ni femme. Je suis depuis toujours "garçon manqué", par contre je peux être très femme. Au quotidien, je suis plutôt neutre.

Je ne parle pas de visuel. Je fais du bonnet D, alors je n'ai pas besoin de préciser de quel sexe je suis (ne pas confondre sexe et genre). Ma chute de reins également (il semblerait). Je ne me regarde pas dans une glace et me moque de l'image que je renvoie, en matière de visuel.

Par contre, à part dans quelques situations que je provoque, je suis plutôt du genre masculin. Plus à l'aise ainsi.

Je n'ai pas désirer faire de démarches transgenre, car au final je m'accommode de mon moi tel qu'il est naturellement. Par contre, je suis toujours à l'aise avec des hommes et dans un univers masculin. Je me sens plus en harmonie. Je peux être un pote sans difficulté. Je suis rarement une bonne copine.

Elfi, les livres de Serge Chaumier, qui s'est penché sur l'inclusion de tiers au sein des couples, a écrit "l'amour fissionnel - le nouvel art d'aimer" ainsi que "déliaison amoureuse - de la fusion romantique au désir d'indépendance". Peut-être trouverais-tu des réponses pour envisager sereinement ton avenir ?

#
Profil

bonheur

le samedi 25 août 2018 à 19h26

Triobulle : est-ce une question d'individu avec des différences ou une question de genre ?

D'ailleurs, sercharp, parle-t-il de sexe ou de genre ? Et comment différencier (définir) ces deux termes ?

Après, Triobulle, pour t'avoir rencontrer, bien qu'une seule fois, tu es naturellement femme, en comparaison à moi :-)

#
Profil

elfi

le dimanche 26 août 2018 à 02h20

bonheur
ambigenre. C'est ni homme ni femme. Je suis depuis toujours "garçon manqué", par contre je peux être très femme. Au quotidien, je suis plutôt neutre.

Je ne parle pas de visuel. Je fais du bonnet D, alors je n'ai pas besoin de préciser de quel sexe je suis (ne pas confondre sexe et genre). Ma chute de reins également (il semblerait). Je ne me regarde pas dans une glace et me moque de l'image que je renvoie, en matière de visuel.

Par contre, à part dans quelques situations que je provoque, je suis plutôt du genre masculin. Plus à l'aise ainsi.

Je n'ai pas désirer faire de démarches transgenre, car au final je m'accommode de mon moi tel qu'il est naturellement. Par contre, je suis toujours à l'aise avec des hommes et dans un univers masculin. Je me sens plus en harmonie. Je peux être un pote sans difficulté. Je suis rarement une bonne copine.

Elfi, les livres de Serge Chaumier, qui s'est penché sur l'inclusion de tiers au sein des couples, a écrit "l'amour fissionnel - le nouvel art d'aimer" ainsi que "déliaison amoureuse - de la fusion romantique au désir d'indépendance". Peut-être trouverais-tu des réponses pour envisager sereinement ton avenir ?

Ambigenre ca me ressemble bien en faite :)

je vais essayer de trouver les livres que tu me conseilles :)

#
Profil

serchap

le dimanche 26 août 2018 à 07h49

Bonjour à tous, je suis en cours de rédaction. Je me suis avancé un peu vite en promettant l'article ce week-end. C'est un sujet qui nécessite une mise en mots "au scalpel" pour arriver à bien se faire comprendre et je vais avoir à le soumettre à relecture une fois terminé.
Donc il vous faudra un peu de patience...
Par contre continuez à alimenter ce fil de vos réflexions et interrogations à partir de ce que j'ai annoncé : je viens y faire un tour régulier et ça me permet de mieux cibler les points de flou à éclaircir.
Merci à tous !

#
Profil

bonheur

le dimanche 26 août 2018 à 10h29

elfi
Ambigenre ca me ressemble bien en faite :)

Heureuse de pouvoir contribuer à la connaissance de toi.

J'ai vu un reportage hier sur le fait que les religions aliénais la perception du soi. C'était sur l'étude de coupe de cerveau (zones actives) lors de prières. Ben moi, ça me fait froid dans le dos. Associé au documentaire hier soir sur le rôle des religions dans l'évolution des sociétés humaines. Brrr !!! Je comprend mieux pourquoi je déteste les religions et les doctrines.

J'aurai pas de temps non plus ce week-end. Je reçois une amie de longue date, une rare personne femme avec qui ça colle :-) . Je peux être son pote :-D .

#
Profil

bidibidibidi

le dimanche 26 août 2018 à 12h32

L'impact des religions sur l'homme est compliqué, Bonheur. On ne peut pas prendre un critère isolé pour le juger. Par exemple, la religion diminue l'anxiété (notamment face aux événements imprévisibles de la vie). Dans notre société qui n'a jamais autant consommé d'antidépresseurs, ça pourrait être utile.

Autant je suis le premier à critiquer la religion, autant ce genre d'études me paraissent très imparfaites et biaisées.

#
Profil

bonheur

le dimanche 26 août 2018 à 18h34

Oui, la religion permet de se réfugier dans... Est-ce que ça résous les dits évènements et leurs conséquences ?

Je retourne la question. N'est-ce pas parce que l'on attend de la société, la religion, des autres... une résolution à ces évènements et leurs conséquences, que l'on consomme autant d'anti-dépresseur ? D'ailleurs, l'anti-dépresseur, n'est-ce pas un refuge également ?

#
Profil

TrioBulle

le lundi 27 août 2018 à 13h47

bonheur
Triobulle : est-ce une question d'individu avec des différences ou une question de genre ?

D'ailleurs, sercharp, parle-t-il de sexe ou de genre ? Et comment différencier (définir) ces deux termes ?

Après, Triobulle, pour t'avoir rencontrer, bien qu'une seule fois, tu es naturellement femme, en comparaison à moi :-)

Ta première question est une bonne question, Bonheur lol ! Pour moi, mes deux amours, même s'ils sont différents sur certains points, ont en points communs, ce que je nommerais "un esprit typiquement masculin" pour ne pas dire macho car ils ne le sont pas vraiment. Donc c'est une question de genre. Mais j'avoue ne pas m'être tant penchée que ça sur la question.

Après, ma meilleure amie, qui est pourtant femme, a pas mal de même traits de caractères que mes amours... est-ce à dire qu'elle serait comme toi plutôt "ambigenre" ? Là aussi il faudrait que je creuse un peu plus...

Quand à moi, oui, je suis née fille et je me sens femme, même si j'ai eu une période garçon manqué lol

#
Profil

bonheur

le lundi 27 août 2018 à 14h32

Triobulle. Un esprit typiquement masculin peut être révélateur d'une éducation. Par contre, et là ce n'est que mon opinion personnelle, si l'on conçoit à cette éducation et que l'on se l'accapare, c'est qu'elle nous convient (suffisamment en tout cas).

Dans mon cas, j'ai jamais accepté que l'on m'impose les poupées (que je pendais par les cheveux, je tirais dessus pour ouvrir ma porte de chambre), les robes (que je salissais, déchirais volontiers), les souliers vernis (dont je râpais sans vergogne les bouts en jouant)... J'ai adoré faire du judo, du foot (pas en club), du roller, du skate, du parachutisme. Je ne me suis jamais sentie en harmonie dans un monde de fille (puis de femme). Les quelques activités de filles que j'aimais étaient sportives, comme la marelle (équilibre + sauts), sauts à la corde (équilibre + sauts + endurance), l'élastique (idem). Et là, les filles me détestaient car j'avais un bon équilibre (consolidé par la pratique du judo), une bonne endurance (consolidée par les autres pratiques). Du coup, je n'étais pas conviée à jouer avec les autres, à cause certainement à une concurrence déloyale. Je m'entrainais seule (pas besoin des autres). Pour l'élastique, je sortais deux chaises sur le balcon, et le tour était joué.

Egalement, je me battais volontiers. C'est au collège que j'ai compris les conséquences liées à la violence physique. J'étais loin d'être la petite fille bien comme il faut. J'ai passé mon enfance, mon adolescence à aller à l'encontre des concepts. Je suis née en 1968 et j'ai grandi à la campagne. En plus j'étais la fille d'un "notable".

Je suis heureuse de constater qu'aujourd'hui toutes les filles peuvent choisir entre pantalon et robe ; entre judo et danse... c'est chouette :-) (+)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion