Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Et une de plus qui se questionne...

#
Profil

bonheur

le mardi 27 mars 2018 à 15h35

Je suis grosse et je l'assume. Le regard d'autrui je m'en fout et si on me dit que je suis grosse, je le reconnais volontiers. Mon surpoids, disons mon obésité ne m'empêche aucunement de vivre et je plains sincèrement la personne qui ne verra que cela de moi. L'éclat de mon regard et mon pétillement, mon rayonnement est à l'égal de mon obésité :-D .

Ce qui aurait moins fait souffrir son homme, c'est qu'elle lui parle de cet autre et de ce qu'elle ressentait. Ils ne se sont pas sauté dessus dès le premier instant ! Egalement, ressentir de l'amour, c'est une chose. Tromper en est un autre.

Caoline et moi, j'espère qu'elle ne m'en voudra pas de la nommer et de l'englober dans mon discours, sommes très émotives. On peut donc comprendre aimer et aimer. Par contre nous sommes naturellement en dehors des sentiers battus. Nous refusons que l'on nous dicte notre attitude et notre façon de pensées. Nous ne pouvons assimilé "je n'avais pas le choix"... parce que en la matière, nous avons tous le choix.

Pour reprendre ton exemple bidi...., faire l'amour avec une personne et penser que la silhouette de l'autre est pour quelque chose dans cette fusion, alors là ? Perso, je m'interpelle !

La version "tu as pris du poids, tu ne me fais plus bander" me file aussi un ulcère. Je trouve cette remarque d'un superficielle.

#
Profil

bidibidibidi

le mardi 27 mars 2018 à 15h47

Perso, j'ai une attirance énorme pour les femmes très grandes (et pourtant je suis sapiosexuel). C'est superficiel ? Certainement. J'ai choisi ? Non. Dois je l'ignorer ? Tant que ça me fait plaisir, je vois pas pourquoi.
Si ma copine rapetisse, mon désir baissera, j'y pourrais strictement rien. Elle non plus.
Je pourrais lui envoyer à la gueule, ou le garder pour moi. Dans tous les cas, ni moi ni elle n'y pouvons quelque chose. Par contre, moi, je peux décider de ne pas la faire souffrir en mentant par omission.

Pour moi, toute la vérité n'est pas bonne à dire. Le mensonge peut faire partie du respect.

Je suis si nul que ça en analogies ?

#
Profil

bonheur

le mardi 27 mars 2018 à 16h31

C'est là que nous divergeons. Pour moi, le mensonge implique obligatoirement un manque de respect. Même un bout de mensonges.

Je sais aussi qu'à ce titre je suis particulière. Aucun de mes amours étaient semblables : ni physiquement, ni intellectuellement, ni intérieurement. La seule similitude, c'est qu'ils n'étaient pas comme moi. Une relation avec un clone serait, argh !

Je ne dis pas qu'il faut ignorer ce qui nous vient naturellement. Juste qu'à mes yeux ton analogie était sans fondement. Je suis une petite grosse et je détesterai que l'on m'aime pour ça. Mon corps n'est qu'une enveloppe et rien de plus. Je n'attache pas d'intérêt au visuel. C'est peut être pour cela, alors que je suis une hyper qui a développé tout ces sens, la vue (de loin en particulier) s'est dégradée. C'est une hypothèse qui en y réfléchissant, n'est pas si idiote que ça.

#
Profil

bidibidibidi

le mardi 27 mars 2018 à 16h59

Ho, je cherchais pas à convaincre qui que ce soit en fait. J'exposais juste mon point de vue, qui est que mentir est aussi une solution dans le cas présent, et qu'à mes yeux, il peut se justifier. Juste, j'aime pas le procès fait contre le mensonge. Il y a pour moi une différence entre dire : "Personnellement, je ne mentirais pas, car je me sentirai... " et "Le mensonge c'est mal !" ou " Si tu mens, il ne t'aimera plus toi mais une autre.". C'est pour ça que je réagissais au message de Caoline. Mais bon, j'ai souvent du mal à faire comprendre les nuances dans mon raisonnement, faudrait que je bosse ma communication.

Je trouve ça triste de pas accepter d'être aimé pour une partie de toi même. Autant je comprendrai que tu ne veuilles pas être aimé que pour ta plastique, autant ne pas vouloir être aimé en partie pour ça, c'est un peu extrême.
Après, le fait que tu ne sois pas visuelle, bon, ça, on choisit pas. Et oui, c'est certainement lié à l'hyperdéveloppement de tes autres sens, comme les aveugles qui ont une ouïe sur-développée.

#
Profil

bonheur

le mardi 27 mars 2018 à 17h45

Pour bidi... Le mensonge a deux faces : celle du côté du menteur et celle du côté de la personne à laquelle on ment -mettre au pluriel si elles sont plusieurs.

Mentir, c'est faussé un partie de son discours. Aussi, l'autre ne reçoit qu'une bribe de discours. Question communication, ça fausse la donne. Egalement, le vécu est une série de prise de conscience, une évolution individuelle (sauf pour le mouton qui évolue suivant le commun et non suivant lui-même). Soit on évolue dans son coin et on se fout de ce que autrui pense de nous. Soit on évolue en dynamique avec les personnes qui nous sont proches et donc on communique aussi sur ce qui nous touche. Se conserver un jardin personnel et garder pour soi ce qui compte individuellement, c'est différent.

Si Manupira dit une semi-vérité, elle communiquera un faux message et placera son compagnon devant une fausse information. Perso, dans ce cas, autant qu'elle ne dise rien du tout. Elle revient à la maison, le sourire aux lèvres, reposée et heureuse de son escapade et on n'en parle plus. Le tout étant de savoir si ce "on n'en parle plus" lui permettra d'appréhender un avenir heureux. Pourquoi pas ? Elle n'est pas moi et ça peut lui convenir.

Il manque dans ce discours d'assumer. Pour ce faire, la vérité est indispensable (je le perçois ainsi). Mentir aux autres, c'est en premier lieu minimiser et aussi se mentir à soi-même. Après, à chacun-e sa conscience. Ca convient... ou pas.

Egalement mentir, c'est placé l'autre devant un non choix. Celui de reconnaitre la personne que l'on a en face de soi dans son intégrité. Je sais perso que je suis à aimer dans mon intégrité. Des facettes de moi peuvent énerver, déranger... mais si j'accepte de m'exprimer dessus, je refuse de m'aliéner à faire bonne figure pour plaire.

Pour reprendre l'analogie du surpoids, si je maigri, ce sera pour moi que je le ferai et surtout pas pour que l'on m'aime. Je ne retiens jamais personne et oblige encore moins. Je peux même éloigné de moi... mais là est encore une autre facette de moi.

Nous avons tous au cours de notre vie des périodes clés, charnières. On a le choix de faire l'impasse, de se voiler la face et de continuer sans remise en question. On peut aussi déballer, pour soi comme pour nos proches et opérer une évolution peu commune. Quitter le mouton et endosser le costume de singe, avec ses particularités. On ne choisi pas ces moments, on ne choisi pas les conditions. On choisi la façon dont on va évoluer. On choisi éventuellement une non-évolution. Cette petite voix qui te dit : rendort toi ! Une autre petite voix qui te dit : t'attend quoi pour vivre enfin !

En tant qu'humain, on perçoit une éclosion comme quelque chose de beau. On attribue généralement ce mot aux animaux, aux fleurs... mais que sait-on de ce que "ressent" l'animal et la fleur ? Personne ne dit que cette "nouvelle naissance" sera indolore. Eclore est un processus nécessitant du temps, de l'énergie. Un changement de situation le caractérise. Et puis, l'aboutissement, au fond on ne le connait pas. Normal, chaque fleur est unique. Pour reprendre l'histoire du Petit Prince, il prend conscience que non, SA rose n'est pas semblable à toutes les autres. Le caractère unique de SA rose, c'est le lien qui les unis.

Notre caractère unique, est développé par nos rencontres. L'amour remis en cause par l'amour ? Même un Petit Prince comprendrait que c'est idiot. Nous vivons tous sur une échelle du temps et évidemment que les rencontres sont espacées dans le temps. C'est ça que Manipura devrait expliquer. Qu'est ce qui l'en a empêché ?

Affronter l'autre et soi ! La vérité n'est pas si délicate ou douloureuse... Elle permet au final de sortir d'un chemin trop bien tracé pour se construire son chemin, à son image.

Puisque tu parle de plaisir, bidi..., celui-ci vaut bien un moment de difficulté, celui de la vérité. Enfin je crois

#
Profil

MagentadeMars

le mardi 27 mars 2018 à 17h49

Caoline
Pour moi ça veut dire accepter que plus jamais il ne t'aimera toi puisqu'il ne saura plus qui tu es.

Tu supposes qu'il sache qui elle est autrement ?

La transparence totale est une idée très utopique. Je doute que personne puisse connaître parfaitement un autre... ou même soi même. Mettre le mensonge au niveau d'un vertu absolu... bof.

#
Profil

bonheur

le mardi 27 mars 2018 à 18h37

MagentadeMars
... Je doute que personne puisse connaître parfaitement un autre... ou même soi même....

Je désire rebondir que cette phrase.

J'ai opéré une transition mono-mono en situation mono-poly, parce que justement je ne me connaissais pas. Mon mari me connait depuis pour ainsi dire toujours. Après coup, oui, il a admis qu'au fond j'avais toujours eu cette particularité d'aimer ET aimer. Quand on est enfant, ça ne choque pas ces "amourettes". Ado j'étais la salope et avec une réput de merde mais au fond "passades d'ado".

Du coup, quand j'ai dormi en métro boulot dodo, les enfants... j'étais juste normal. Et puis badaboum !

Bref : j'abrège à l'essentiel ! Je recontacte un ex coup de foudre ayant fait partie de ma vie de façon épisodique. Je précise, coup de foudre datant quand même de 1985.

Le polyamour, il ne le comprend pas. Tellement facile de mentir. Bref, relation affective pendant quelques années, alors qu'il se marie en cours de ce dernier épisode. Il cache ET se marie. Un jour pas comme un autre, elle découvre (ben ouais, monsieur "je ne supporte pas qu'on touche à mon téléphone, même ma femme"). Bref, de toute façon, j'en avais marre d'être l'inutile ou la bouée de secours en cas de bobos.

Cela faisait deux mois que j'avais fait mes adieux quand Madame m'appelle. Impérieuse sur l'instant. J'indique que je serai heureuse de la rencontrer mais en présence de tout le monde : son mari et le mien. Oups ! Un gros blanc au bout du téléphone. J'enchaine et raconte, je suis poly... Elle n'en revient pas. Et là, elle me demande mon aide. Je répond à ces questions. Je n'en revient pas quand elle me dit : ça fait 4 ans que l'on vit ensemble, 3 ans que l'on est marié et je m'aperçois que je ne connais pas mon mari.

Comment en 20 minutes de communication honnête et sincère avec moi elle comprenait plus sur son mari qu'en 4 ans de relations ??? Hallucinant !

J'ignore ce qu'il est advenu ensuite. Juste, oui, on ne se connait pas réellement. On ne peut exprimer ce que l'on ne sait pas. Par contre, une relation basée sur un enfermement sur soi, au point de ne pas se laisser découvrir par la/les personnes que l'on aime.

Le mensonge, oblige-t-il à l'enfermement de soi ? C'est une vrai question !

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

alinea7

le mardi 27 mars 2018 à 19h20

Il faut peut-être placer l'événement dans son contexte. En l'occurrence la tromperie peut correspondre à un éveil au polyamour, ce qui est l'option que les participants auront tendance à privilégier ici par projection de leur propre vécu. Mais ça peut être un éveil à soi même tout en étant exclusif de nature.
Dans le premier cas je rejoins Caroline et bonheur, dire la découverte de soi et la vivre sera sûrement nécessaire à un moment. Mais dans l'autre cas je rejoins bidi3. C'est le résultat qui compte, pas le processus. Cette relation n'avait peut-être pas d'importance en elle même, elle a pu "simplement" servir de catalyseur.

Mais ce n'est que mon avis.

Après...dans tous les cas, si j'avais été trompée je préférerais le savoir. Qu'il y ait peut-être un moment opportun à trouver, si la relation est déjà sous tension, une épreuve à la fois... j'imagine que Manipura est mieux à même d'en juger.

#
Profil

Manipura

le mardi 27 mars 2018 à 19h40

Lost in transition...

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

bonheur

le mardi 27 mars 2018 à 19h50

Manipura
Alors peut-être pas pour vous, je l'entends, les poly sont dans l'hyper-communication et je m'en vois ravie pour vous si c'est si simple. Mais ce n'est pas inné chez tout le monde. Je n'ai jamais réussis à parler de mes sentiments, de mes envies, de mes craintes dans mon couple. Je n'arrive pas faire sortir tout ça de moi. Les seuls moments où tout s'éclaire c'est quand j'écris

Je me permets de rebondir uniquement sur ce passage. Avant d'être poly... j'étais ordinaire. L'écrit EST un moyen de communication. Ce n'est pas la première fois que je lis que l'écrit est une sous-communication. J'attache beaucoup d'intérêt à l'écrit car, nous sommes nombreux à éclairer par l'écrit, à faire sortir. L'important est-il le moyen de communiquer OU le message ?

Ce n'est pas être lâche d'écrire ! Ce n'est pas minimiser le message que de l'écrire !

Ici, tu t'es exprimer, que ce soit par écrit ou autrement. Quand j'ai lu ta description de tes coups de foudre, j'ai parfaitement compris tes émotions, tes sentiments, etc...

Ce n'est pas un problème technique que tu rencontres dans ta communication.

#
Profil

bonheur

le mardi 27 mars 2018 à 19h52

alinea7
C'est le résultat qui compte, pas le processus

Je serai plus nuancée.

#
Profil

Manipura

le mardi 27 mars 2018 à 20h04

Siestacorta
Je veux dire que dans nos polyamours, il ne s'agit pas seulement d'additionner des relations, donc finalement multiplier par x les difficultés qu'on avait déjà avant.

On travaille pas seulement sur la quantité mais sur la qualité des relations.
Et ça revient, souvent, à travailler sur notre façon de nous attacher et notre façon de vivre notre relation à nous-même.
On re-construit notre intimité. Et ça peut mener à laisser dans notre intimité des espaces qui ne se définissent pas par rapport aux relations amoureuses, toutes importantes qu'elles soient, mais bien par notre rapport à nous-même.

Bref, paradoxalement, entrer dans des polyamours peut nous donner l'occasion de mieux savoir être seul.

Merci pour ce message. Je ne pense pas que le polyamour puisse me délivrer de quoi que ce soit comme a pu le soulever LostButAlone. Je n'attends rien de mon naufrage ici. Juste d'apprendre de vous. Je pense simplement qu'au vu de ce que j'ai pu vivre avec un autre, au vu de ce que je pensais connaitre de l'amour, au vu de ce que je découvre de jour en jour ici et ailleurs, la question mérite de se poser dans mon cas. Et c'est avec ce genre de message que ça peut faire sens et que je pourrai évoluer dans ma réflexion. Encore merci.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Manipura

le mardi 27 mars 2018 à 20h26

bonheur
Ce n'est pas être lâche d'écrire ! Ce n'est pas minimiser le message que de l'écrire !

Ce n'est en aucun cas ce que je dis. Juste, quand je suis face à quelqu'un, physiquement, j'ai beaucoup de mal à me livrer. Mon copain a beaucoup souffert de mes silences parce que j'étais incapable de parler. C'est tout. L'écriture est bien évidemment un moyen de communication exceptionnel, je ne le néglige pas, juste dans une relation de concubinage, ne pas savoir parler c'est juste invivable. Et c'est pour beaucoup mon incapacité à exprimer ce que je ressentais qui nous as conduit là où nous en sommes.

#
Profil

bonheur

le mardi 27 mars 2018 à 21h24

Tu interprètes mal ce que je dis Manipura. Je suis également ainsi. Ce que je ne peux pas dire, je l'écris. Qu'est-ce qui t'empêche de faire ainsi ? ECRIS, ECRIS ET ECRIS !!!

Dans toute relation (moi je suis mariée) il faut communiquer. Si tu t'obstines à vouloir tout exprimer par oral ou pire ne rien exprimer parce qu'à l'oral ça sort pas, tu te prives ET tu prives autrui de communication.

#
Profil

artichaut

le mercredi 28 mars 2018 à 13h32

moi j'aime bien passer par l'écrit

par exemple un truc que nous pratiquons régulièrement (n'importe qui de nous deux peut ainsi solliciter une "discussion papier-crayon") :

on se pose quelque part (souvent sur un lit), avec papier et crayons, en étant sûr de ne pas être dérangés

on se donne un thème (particulièrement un thème où les choses sont difficile à exprimer pour l'un.e de nous à l'oral) ou on pose des questions (ex : où en sommes nous de notre relation ? comment ça se passe sexuellement, entre nous ? etc)

on écrit chacun.e dans son coin (ça prend généralement de 15 à 30 min), puis quand on a fini, on se lit nos textes (avoir écrit oblige à dire), nos lectures sont souvent ponctuées de "bon je lis ce que j'ai écrit" (comme pour se rassurer, et prendre de la distance avec sa propre écriture)

pendant qu'un.e lit, l'autre ne dit rien, n'a pas le droit d'intervenir (c'est un peu de la co-écoute en passant par l'écrit quoi) mais peut prendre des notes

puis soit l'autre réagis à ce qu'il/elle a entendu soit, lis son texte à son tour

idem, puis on finis par une discussion libre

le tout prend facile 2h
c'est passionnant
et on adore faire ça

et c'est tout autre chose qui sort, que ce qui peut sortit à l'oral

c'est complémentaire de façon orales de communiquer

#
Profil

Manipura

le mercredi 28 mars 2018 à 19h23

C'est une bien belle idée que tu me soumets là Artichaut.

C'est vrai que je n'ai jamais pensé à avoir recours à ce type d'échange. J'ai toujours aimé écrire mais ça a toujours été pour moi un moyen de communiquer avec moi et moi seule. Il y a toujours eu cette sphère de l'intime, du "jardin secret" que je voulais conserver pour moi et que je ne voulais partager. C'était mon rapport à l'écriture, tout simplement.

Mais effectivement, je peux utiliser ça pour exprimer ce que je ne sais pas dire à l'autre.

Au-delà de ça, je pense que c'est un bel exercice à pratiquer en couple. Je le note dans un coin de ma tête.
Merci pour ce retour !

#
Profil

MagentadeMars

le jeudi 29 mars 2018 à 14h38

alinea7
C'est le résultat qui compte, pas le processus.

La vie est un processus, le résultat est peu variable :-)

Toute ma vie, je me rendais compte que j'étais tellement naïf 10 ans auparavant... pour le moment je ne suis pas arrivé à un état final.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#

Sinja (invité)

le jeudi 29 mars 2018 à 20h16

Bonsoir
Bonheur pourrais tu me permettre de communiquer avec toi en mp ?

#
Profil

bonheur

le jeudi 29 mars 2018 à 20h42

Bonsoir Sinja.

Oui, bien évidemment. Par contre, il faut être inscrit comme membre pour pouvoir envoyé un message personnel.

#

Sinja (invité)

le jeudi 29 mars 2018 à 21h37

Je m'inscris de suite

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion