Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Couple mono/poly, débuts difficiles

#
Profil

pkd

le jeudi 09 août 2018 à 19h13

J'ai découvert ce post et ce que m'inspire ce témoignage est assez différent des réactions que je lis. Pour moi, il assez clair que A ne veut pas de polyamour et qu'il joue la montre dans l'espoir que soit Pleinelune redevienne raisonnable (mono), soit elle soit en situation de ne pas pouvoir le faire (enfants...).
Le fait que B soit une sorte d'Ex n'est qu'un prétexte. L'argument de on verra dans 1an, 2 ans... est tellement banal chez ceux qui veulent se faire passer pour ouvert, mais qui en fait ne le sont pas du tout. Pour preuve, A a passé des accords qu'il n'a pas du tout respecté et en plus a accusé Pleinelune de les avoirs mis en œuvre.
Cela aurait été avec un autre cela n'aurait rien change à mon avis.

Pour ce qui est des enfants et de l'urgence, c'est un faux problème. Tu avais dit que vous aviez la trentaine, en quoi, il y a urgence pour lui? Si toi, tu n'es pas pressée, pourquoi le serait il? L'horloge biologique des hommes laissé un peu de marge, il me semble.
Ne penses-tu pas qu'il faut régler votre conception de la relation et mettre en œuvre le PA, si c'est le cas, avant d'envisager des enfants ? Une fois que vous aurez des enfants, A diras que ce n'est pas possible maintenant, ils sont trop petits, ensuite, ils sont assez grands pour voir ce qui se passe, que vous n'avez pas le temps, qu'il n'est pas prêt,...c'est sans fin.
Laisser du temps c'est une chose, perdre son choix s'en est une autre.
Je pense que cela a été une erreur d'arrêter avec B, car cela a montré à A que ton envie était soumise à son contrôle. Maintenant pourquoi reviendrait il en arrière, il a ce qu'il voulait : toi pour lui seul.

Et puis concernant B, si le choix de Pleinelune c'est de vivre un PA avec A et B, pourquoi faudrait il aller chercher un C ou un D... Les gens ne sont pas interchangeables. Sinon, on ne cherche pas une relation affective, mais seulement du sexe.

Par contre Pleinelune, il faut aussi de ton côté, tu fasses le point sur tes envies et envisager ce que tu ferais si A ne changeais jamais d'idée.
Tu es prête à le quitter? À renoncer ? À forcer la main?
À un moment, il faut decider et faire ses choix en tant que personne autonome et ne pas laisser les autres choisir pour toi.
Mais il se peut que A ne soit jamais intéressé par le PA, en tout cas pas un PA ou tu aurais un amoureux. Ce que je comprends de tes écrits, c'est qu'il dit qu'il n'est pas contre, mais que tous ses actes disent le contraire.
Et puis quoi dans quelques années, oui... Que va-t-il arriver dans quelques années qui ferait que le PA devienne acceptable? A serait moins amoureux ? Plus lassé? Aller voir ailleurs, plus acceptable ?
Je ne comprends pas du tout l'argument.

Il me semble primordial de régler tout ça avant de faire des enfants. Quitte à ce que ta recherche et son refus vous mène à la rupture, il vaut mieux que ce soit sans enfants au milieu.
Bon courage dans ta/vos réflexions.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#

Pleinelune (invité)

le vendredi 10 août 2018 à 13h38

Merci pour vos retours. Il est vrai que ma souffrance aujourd'hui tient beaucoup au fait de projections que j'ai pu faire lorsque tout cela a commencé. Dans ma tête je m'étais imaginé le déroulement des choses de manière précise et simple: A accepterait ma relation avec B (surement pas facilement) mais nous aurions travaillé main dans la main à trois afin de trouver un équilibre qui nous convienne. Je vous l'accorde, cela était probablement très naïf de ma part, mais j'avais bon espoir puisqu'on parlait du PA depuis un bon moment avec A. On s'était préparé psychologiquement a "affronté la tempête" lorsque l'un de nous ferait une rencontre, et surtout à la braver ensemble!! Je n'avais pas du tout envisagé le stop de A et par ce fait l'éloignement de B...

Pour répondre dans l'ordre, Polyarthrite:

"D'ailleurs Pleinelune te sentirais tu capable de respecter des limites fortes ?"
Oui bien sur, et d'ailleurs c'est ce que je fais déjà: je ne vois plus B depuis qu'il me l'a demandé. Et avant cela, j'avais bien expliqué à B que si l'on voulait que cela fonctionne, il fallait qu'on se mette au rythme de A.

"J ai presque l impression que l envie d une relation avec B est plus forte que l envie d enfant, en tout cas c est ce que je comprends quand je te lis"

En fait c'est plutôt la tristesse de constater que, dans mon cas, le PA ne sera pas compatible avec ma vie durant les premières années de jeune maman. Et du coup, de devoir faire une croix sur B pour les années à venir.
J'ai une sensation d'ambivalence quotidienne: je suis triste de voir s'éloigner B sans rien pouvoir faire pour le retenir car A y est opposé (et je ne sais pas jusqu'à quand); et je me réjouis de ce projet de bébé avec A. Effectivement dans mes posts, on pourrait penser que non. Mais je t'assure que mon envie est réelle. A aimerait qu'on ait un enfant depuis 2014, et à l'époque, je n'en voulais pas. Cela a d'ailleurs été un sujet délicat entre nous car, je lui disais en toute franchise :"j'espère en avoir envie un jour". Il a donc attendu. Cette envie m'est soudainement apparue il y a un an, et depuis nous attendons simplement que cela soit plus calme pour moi professionnellement. Je rêve de ce bébé avec lui, j'ai hâte d'être enceinte et de voir ce petit bout dans nos bras!

Pour Pkd:

"Le fait que B soit une sorte d'Ex n'est qu'un prétexte. L'argument de on verra dans 1an, 2 ans... est tellement banal chez ceux qui veulent se faire passer pour ouvert, mais qui en fait ne le sont pas du tout. Pour preuve, A a passé des accords qu'il n'a pas du tout respecté et en plus a accusé Pleinelune de les avoirs mis en œuvre.
Cela aurait été avec un autre cela n'aurait rien change à mon avis."
C'est exactement ce que je lui ai dit, et c'est ce qu'on lui a également souligné lors du mini café poly. C'est normal qu'il se braque, mais il devrait travailler sur ses peurs et les affronter avec moi plutôt que de les repousser, en espérant que cela soit plus facile "plus tard". Et c'est à moi de le rassurer sur sa place dans ma vie, dans mon cœur etc. C'est ce que je fais depuis des mois.

"Tu avais dit que vous aviez la trentaine, en quoi, il y a urgence pour lui? Si toi, tu n'es pas pressée, pourquoi le serait il? L'horloge biologique des hommes laissé un peu de marge, il me semble."
Effectivement moi j'ai un peu plus de trente ans, mais lui approche des quarante. Il ne s'agit ni d'être pressé, ni d'horloge biologique. C'est simplement une envie et un choix de ne pas avoir d'enfant "trop tard". Chacun fait comme il l'entend, lui veut des enfants avec moi depuis longtemps, il a patiemment attendu que j'en ai envie aussi. C'est le cas aujourd'hui. Reculer sur cette envie pour le PA et donc pour B n'est absolument pas envisageable pour lui. Il aurait la sensation de faire passer mes envies, et celles de B avant les siennes. De plus, j'ai le sentiment, en plus de mon envie d'avoir un enfant avec lui, que de faire un pas dans ce sens le rassurerait peut être encore plus sur ma volonté de rester avec lui, mon amour pour lui, mon engagement.

"Laisser du temps c'est une chose, perdre son choix s'en est une autre."
Tes mots sont tellement justes, et ça me fait peur d'imaginer qu'il me manipule. Je préfère me dire, qu'il se questionne vraiment et qu'il essaye d'accepter B, plutôt que de penser qu'il gagne du temps pour me garder seule auprès de lui. Lorsque je lui en parle, il m'assure ne pas être contre, en avoir envie même, mais veut plus de temps.
Tu as raison, nous devrions avoir une réelle discussion. J'ai l'impression que nous en avons eu déjà beaucoup. La question pour moi reste la même: comment savoir s'il est vraiment honnête avec moi?

Des personnes sont elles déjà passer par là? Des moments de doutes sur la volonté réelle de leur compagnon dans l'acceptation?

Merci beaucoup.

#
Profil

pkd

le vendredi 10 août 2018 à 15h08

C'est une situation compliquée et simple à la fois. Des envies et des attentes contradictoires, au moins en partie.
Je te souhaites d'y voir plus clair.
Je ne voulais pas dire que A te manipule sciemment, mais que ce n'est pas clair du tout ce qu'il peut attendre en laissant du temps aussi long.
Bon j'ai une nature un peu impatiente. Je peux réfléchir longtemps, mais quand la réflexion est finie, il faut passer à l'action, sinon cela reste du virtuel.
Indépendamment de B, ben il faut savoir si tu penses réellement qu'une forme de PA est faite pour toi et si c'est le cas pour A. Peut-être que pour lui, il envigeait plus un PA avec une tierce personne qui serait une femme et pas un homme? En avez-vous discuté ? La OPP (One Penis Policy) est assez fréquemment proposé ou considéré comme implicite par les hommes qui sont inquiets de leur place.
Dans tous les cas, mes meilleurs vœux pour tu trouves ta voie.

#

Polyarthrite (invité)

le jeudi 14 mars 2019 à 22h46

Bonjour, pleinelune, j'ai vu que tu étais revenu sur le forum j'espère que tout va bien et que vous avez pu continuer à être heureux avec À et peut être avec B.

#
Profil

Pleinelune

le jeudi 14 mars 2019 à 23h26

Bonsoir Polyarthrite,

En fait, je ne suis jamais vraiment partie du forum, je continue de lire régulièrement les différentes discussions. Etant nouvelle dans cette communauté, je ne me sentais pas vraiment légitime de donner mon avis.

Pour moi la situation évolue doucement comme toujours. B s'est finalement éloigné car il souffrait trop de la situation. Il est visiblement profondément monogame et ne peut accepter de me partager. Cela m'a évidement brisé le cœur, mais je ne peux qu'accepter son choix. J'espère utopiquement qu'il change un jour d'avis...Ce la fait des années que l'on se connait, et malgré plusieurs périodes de silence plus ou moins longues (quelques mois à plusieurs années), nous ne nous sommes toujours retrouvés. En me quittant il m'a dit qu'il m'aimerait probablement toute sa vie, mais qu'il ne voulait pas fonctionner comme ça.
Je tente donc de respecter son choix, et il sait que ma porte ne sera jamais fermée.
Avec A, nous sommes toujours ensemble et très heureux, nous avons toujours ce projet d'enfant. Je ne suis pas vraiment honnête avec lui dans le sens où je ne lui ai pas dit que B m'avait quitté... Je ne voulais pas qu'il se dise: "c'est bon! B n'est plus là, on va pouvoir laisser cette histoire de PA derrière nous." Car pour moi le PA est toujours d'actualité, même si B ne revient jamais vers moi, je pense que peut-être, un jour, j'aurais une nouvelle attirance pour quelqu'un d'autre, et j'espère que lui en aura une. Cette philosophie me convient, et je ne redeviendrais jamais monogame je pense.
Dernièrement, A m'avait dit que ce qui le bloquait par rapport au PA au sein de notre couple, c'était notre différence de rythme. Je travaille toujours de nuit et lui de jour, nous n'avons qu'un seul jour dans la semaine en commun. Ma situation professionnelle va certainement bientôt changer, et j'aurais à nouveau le même rythme que lui. Il m'a assuré que lorsque cela serait fait, il accepterait que je revois B, et ce, même si je suis enceinte.
Parallèlement, il démarre un travail avec une thérapeute, afin de mieux comprendre ses réactions, et analyser l'origine de ses insécurités. Je suis ravie, qu'il commence un travail sur lui même.
L'avenir me parait donc prometteur pour nous deux pour un épanouissement commun et personnel.
Voilà donc où j'en suis!
Merci d'avoir pris des nouvelles!

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion