Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

nos regards s'enlaçaient, un doux silence nous enveleppa, les vibrations s'échangeaient de plus en plus...

#

(compte clôturé)

le samedi 31 janvier 2009 à 19h45

"Lorsque je parlais - d'être enflammé par une rencontre, que je me retenais et faisait tout pour amener à mon épouse la flamme et maintenir le feu en moi, j'entendais bien part là, amener ses braises pour enflammer notre relation de couple (et non du style "faire l'amour" avec elle en pensant à une autre). "

Toi peut-être, mais ton épouse, elle, ne fera peut-être pas la différence...

#
Profil

Siestacorta

le samedi 31 janvier 2009 à 21h16

"les désirs, les besoins : "remonter" à leur source
- mettre en lumière certain "mobile" inconscient... (...) pour apprendre à entre mieux aimer l'autre - et tout le tuti psyho et Cie)
- (...)l'approche bouddhiste de la source des désirs et de la guirlande de tout ce qui indubitablement est est lié "

Ouéouéoué.
Ce sera un travail super enrichissant, et sur pas mal de forums liés au développement personnel, tu auras de l'écho là dessus.

Mais mon point de vue poly, c'est que ça ne vaut le coup de comprendre ces désirs que si c'est pour les accepter... Pas pour les mettre sous verre une fois qu'on les a bien dépoussiéré de ce qui nous empêchait de les voir.
Tu fais du travail sur toi, sur ton couple, c'est bien, il y en a tant qui n'en sont même pas là. Mais si comprendre ce qu'on veut est essentiel, le côté bouddhiste qui aboutit à ne plus avoir besoin du désir, j'y crois moins...
On peut être heureux comme ça, hein... Il y a des yogi qui vivent de rien, aussi...

Pour essayer de résumer mon sentiment, on doit essayer de distinguer l'honnêteté envers soi-même et un désir de pureté, de transparence.
L'un est certes un peu individualiste, mais accessible, quand le second peut être une sorte d'illusion lumineuse faite pour embellir notre difficulté à nous accorder à nos principes...

#
Profil

Sorelle

le dimanche 01 février 2009 à 12h05

Oui Paul...Oui...C'est tout à fait ça.

#
Profil

polyrateau

le dimanche 01 février 2009 à 14h10

..

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

phenix

le lundi 02 février 2009 à 10h32

Regret(s), remord(s), résignation(s)...
Faire un choix...

Dans une interview, je me rappelle qu'un artiste (d'un certain âge) avait répondu à une question en disant " et bien non je n'ai pas vraiment de remord en regardant ma vie, mais quelques regrets, oui, quelques'un", ...j'aime bien !

Entre résignation et accepter les choses comme elles sont, il y a peut être une nuance...

Mais pourquoi, avons nous cet appel de vivre plusieurs amours simultanément ?
En vivre plusieurs en même temps, cela nous enrichit'il vraiment ? ou nous empêche t'il de "passer" un cap avec notre relation principale, pour aller encore plus loin ?
N'est-ce pas, la résultante que notre relation (en cours) n'est pas suffisamment "vivante" et ne nous comble pas entièrement ?
Et si tel est le cas, quelle en n'est la cause. L'autre, ou soi-même, ou un peu des deux, ou simplement que chaque relation, dans le temps, trouve ses limites d'évolution & de partage ?

#
Profil

Siestacorta

le lundi 02 février 2009 à 12h08

"Entre résignation et accepter les choses comme elles sont, il y a peut être une nuance... "

Oui : les choses telles qu'elles sont ne sont pas les choses telles qu'elles seront. Tandis que si tu te résignes, tu choisis de maintenir les choses en place.

"En vivre plusieurs en même temps, cela nous enrichit-il vraiment ?"

Ce n'est pas parce que c'est plusieurs que c'est enrichissant en termes quantitatifs...
Je vais encore faire mon immoraliste. Prenons un homme polyamoureux qui d'un côté, aurait une compagne principale, et de l'autre, enchainerait les aventures courtes.
Il apprendrait un peu, peut-être, mais ce dont il a besoin en plus de son couple, c'est d'une certaine qualité d'excitation, de séduction... De façon constante. Ca ne vient pas s'accumuler, c'est intégré dans son mode de vie.

"ou nous empêche t'il de "passer" un cap avec notre relation principale, pour aller encore plus loin ?"

Ca peut... On peut effectivement être dans l'évitement d'une difficulté de couple. L'intérêt du polyamour étant que la fuite ne serait qu'une fugue, avec retour, tu te change les idées, et tu as l'esprit plus frais pour analyser le dysfonctionnement... le tout sans avoir pipoté personne. Sauf éventuellement toi-même, un premier temps.
Maintenant... si c'est ça, choisis la monogamie, tu verras si la question revient une fois le cap passé.
Par contre, le "plus loin" dans un couple... je ne vois pas trop où, dirais-je un peu pour provoquer. Un couple, ça évolue, mais son idéal, c'est de rester "figé" dans l'amour, non ? Ce que je veux dire, c'est qu'il n'y a sans doute pas de bonus à passer ton cap, il y a "je veux être en couple mono et j'assume" ou les autres choix (le célibat, c'est bon de temps en temps, aussi...).

"N'est-ce pas, la résultante que notre relation (en cours) n'est pas suffisamment "vivante" et ne nous comble pas entièrement ?"

Si, mais ça c'est le constat basique des polyamoureux : nous ne sommes pas comblés par une seule personne, et ça nous parait normal.

#

Guilledouce (invité)

le lundi 16 février 2009 à 17h57

Bonjour, un peu d'eau a coulé sous les ponts et je viens aux nouvelles :) Je suis dans un contexte un peu similaire, ayant découvert des sentiments amoureux pour un ami... Je suis sur le chemin de l'annoncer à mon conjoint... je peaufine la théorie, histoire d'y aller avec le plus de délicatesse possible... et de lui laisser ensuite le temps de digérer... Donc je suis pour la lenteur, mais contre l'immobilisme! Quand le fruit est mûr, il doit bien tomber... on peut prévoir une toile sous l'arbre, pour ne pas que le fruit s'abîme, mais il faut aussi éviter qu'il ne pourrisse sur la branche! Tout un art, hin?? Et chez vous, Phénix, à quelle saison êtes-vous? Bien cordialement

#

(compte clôturé)

le mardi 17 février 2009 à 11h16

Oui oui, le temps passe et plus j'avance plus je me dis que je ne peux vraiment pas (par ailleurs c'est idiot de le croire: changer les autres), donc je n'ai qu'une marge de manoeuvre: moi-même.

A ce jour, il m'est impensable de "sacrifier" mon couple, ma famille, à mon besoin d'affection, d'intimité, de relation vivante et énergisante homme-femme.

Car, malgré de nombreuses invitation à la discussion sur ce sujet avec ma compagne: no way - ou plus exactement que deux voies:

Dixit ma compagne (en résumé un peu cru):
1 "soit tu restes avec moi parfaitement fidèle"
2 "et si tu veux faire ce que tu veux (tes besoins c'est ton problème, moi je fais pour toi ce que je peux), je ne l'accepterai pas ...+ diverses phrases laissant clairement sous-entendre " tu sauras le salaud qui trompe sa gentille femme, le méchant papa qui devra assumer les conséquences, + quiz divorce rupture, je serai séparé de mes enfants et je paierai un max !

... c'est beau "l'amour"
...je suis un peu sarcastique, désolé !

Donc, à ce jour je reste sur l'obtention 1. et je cherche et fais tout pour répondre à ses attentes de vie paisible, de tendresse, et d'affection "calme", je lui fais de nombreuses marques d'attention et d'invitations (sorties..).avec le vif espoir qu'un nouvel élan naisse, que les braisent remettent le feu :-)

Dans l'ensemble, cela va pas trop mal et je commence à recevoir des bons signes de ma compagne,.... mais mais j'ai de temps à autres des petits coups de blues, la preuve mon retour sur ce site (avec un new pseudo)...aaargh le besoin d'échanger, de partager, etc...

Donc en résumé, je me demande encore si je peux (nous pouvons) réussir un nouvel élan durable dans le couple ou non, quoi qu'il en soit, aujourd'hui je continue d'y croire et d'agir en conséquence...

Des jours je me dis que "le mieux est l'ennemi du bien" et d'autres "qu'il ne faut pas gâcher le temps que la vie nous offre", et d'autres "vivre que pour soit, cela n'est qu'être bon à rien",... en bref, je suis encore un peu confus

En ce qui vous concerne je ne connais pas votre situation, famille, enfants, nombreuses années de vie de couple, projet commun ?
Votre idée d'aller en douceur mais sans laisser la situation perdurer pourrait être la bonne.
Avez-vous déjà "commencé" votre nouvelle relation de coeur ou non, connaissez vous les sentiments de votre ami ?
PS si vous n'avez pas encore commencer votre nouvelle relation, il pourrait être opportun de faire le point avec votre compagnon - avant - plutôt que de le mettre devant le fait accompli !

Bien cordialement

#
Profil

oO0

le mardi 17 février 2009 à 12h48

...

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

oO0

le mardi 17 février 2009 à 13h01

...

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#

Guilledouce (invité)

le mardi 17 février 2009 à 13h08

ouii, moi aussi j'ai peur de sacrifier, de détruire tout ce qui a longtemps été construit... de tout perdre en étant trop gourmande, trop exigeante! D'un autre côté, le vrai amour devrait cheminer avec la liberté... Si mon conjoint me rejette avec les mêmes propos que votre femme (et les risques sont grands) c'est que c'est de l'amour possession, non du vrai... ça console un peu, mais... ça fait peur quand même!! Alors de mon côté, 19 ans qu'on est ensemble avec mon conjoint, 2 enfants...On se connaît depuis l'adolescence... Non, je ne connais pas les sentiments de mon ami, il est très réservé, marié de son côté... mais on se voit régulièrement et on a bcp de complicité... En effet, je trouvais mieux de dire avant (merci pour conseil), + honnête, et aussi façon d'ouvrir la porte pour l'autre :) Même si peut-être rien ne se fera... Je ne veux pas le brusquer non plus...
Mais pour revenir au couple, je n'ai jamais aimé sentir conditions liées à l'amour... et puis, je crois qu'un vrai amour ne se perd pas, ne s'évapore pas!! alors je suis un peu confiante quand même... j'ai surtout plus peur de me perdre moi-même, de devenir une morte-vivante et d'avoir des regrets, de m'enliser.. le sacrifice n'a jamais fait de bien à quiconque... et pour nos enfants, leur montrer le chemin de la liberté, c'est le plus cadeau non?? mais en douceur (main de fer dans gant de velours hihi)... mon idée, c'était pour prochain anniversaire de mariage, de proposer un nouveau contrat libertaire (de type PA) et dire qu'à cette sauce là, je veux bien en reprendre pour 20 ans!! mais le chantage affectif, ouuuuh, non j'aimerais pas ça, j'espère pas ça, ça aurait l'effet contraire sur moi!... Par contre, j'ai aussi constaté retour de flamme depuis que je m'intéresse ailleurs (ça c'est le fameux "suis-moi je te fuis, fuis-moi je te suis")... et c'est ça qui fait que c'est encore plus dur de poser la chose, glourps!! D'un autre côté, moi les mensonges, les dissimulations, tout ça... ça me pèse... donc, Inch'allah! Mais pour avoir un peu tâté le terrain avant, je sens que ça va être difficile... et puis, c'est dur aussi de faire souffrir quelqu'un qu'on aime... D'un autre côté je me dis que la liberté que je m'autorise, je la lui offre aussi pour lui, donc, passé le premier choc, c'est aussi un + et non un - pour lui... Et j'ai une certaine confiance dans sa capacité à se remettre en question et à la façon dont on arrive à communiquer... mais, c'est un grand défi, c'est sûr... Pour moi, je peux le travailler en essayant d'être accueillante, même lorsqu'il va me rejeter (et m'attendre à ce qu'il le fasse) et rester bienveillante...ecouter ses peurs derrière sa colère... tout un programme!! Mais si ça peut vous rassurer, j'ai mis très long à faire le point et à savoir ce que je voulais... ça doit faire 3-4 ans que je réalise mon amour pour cet ami et 1-2 ans que je réfléchis sur le polyamour, je lis beaucoup, etc... hé oui, on vient de loin!! mais si on reste connecté à soi-même, quand vient le moment, on le sent, je crois.. mais il faut être bien clair avec soi-même avant de communiquer à l'autre... Donc prenez votre temps pour faire le point... Si vous étiez dans une île déserte sans société... Ou sur votre lit de mort que regretteriez-vous... tout ça... tout ce tâtonnement intime... et être sûr qu'on ne passe pas à côté de sa vie, car personne ne la vivra à votre place!! en tous cas, chaque fois que j'ai posé un acte libertaire dans d'autres domaines, même si ça a été dur au début, je ne l'ai jamais regretté! Bonne chance!!

#

(compte clôturé)

le mardi 17 février 2009 à 14h23

Guilledouce
Effectivement il y a des similitudes dans nos situations.
Long parcours en couple, enfants, pas envie de faire souffrir le conjoint (que l'on aime toujours), questionnement sur le fait de se trouver peut être "trop exigeant", la question vis à vis de soi et de l'autre à propos du "rejet".
Si ce n'est que je n'ai pas de relation existante et entretenue (puisse que les 1 ou 2 que la vie m'a présenté, je les ai rejetés, voir effleurés, mais pas vraiment vécues - d où, il me semble un malaise qui résonne au fonds de moi quelques fois).

Vous parlez du vrai amour qui ne se perd pas, ne s'évapore pas ..., oui c'est beau, mais avec quelques années au compteur du couple, ne voit ton pas, que ce qui nous lie est un ensemble de choses diverses, belles et d'autres moins (disons plus terre-à-terre)

Pour les enfants, sujet délicat, sensible, émotionnel de coeur de parents, pas facile facile.
beaucoup à dire sur ce sujet.

"D'un autre côté je me dis que la liberté que je m'autorise, je la lui offre aussi pour lui, donc, passé le premier choc, c'est aussi un + et non un - pour lui."
- ceci est votre manière de voir les choses, il est possible qu'il les voit d'une autre...

"Et j'ai une certaine confiance dans sa capacité à se remettre en question et à la façon dont on arrive à communiquer... mais, c'est un grand défi, c'est sûr... "
- vous avez de la chance de pouvoir encore communiquer sur ses sujets "sensibles", de mon côté c'est plus difficile, malgré mes demandes et disponibilités.

J'ai l'impression, que si on veut vraiment entrer en discussion avec son conjoint sur ces questions, soit on arrive trouver un terrain d'entente, soit c'est un statut quo, ou...ou du fait que l'on aille engagé ce genre de discussion, il faut être prêt à ce que cela soit le début de la fin de la relation ou un éloignement, l'autre se sentant "trahis", perte de confiance, etc.. rien que du fait que vous lui en parlez, que vous y avez pensé !

"Si vous étiez dans une île déserte sans société... "
:-) et bien cela dépendrait qui serait avec moi sur cette ile déserte :-)

"Ou sur votre lit de mort que regretteriez-vous... car personne ne la vivra à votre place! ! "
-wouaa j'aime bien ce genre de question ..., je vais bien prendre le temps de me la reposer, calmement.

Pour terminer ce message, je partagerai avec vous une phrase que j'ai en mémoire:

"Lorsqu'on n'est pas libre, on a peur
lorsqu'on est libre, on fait peur"

A tous, portez-vous bien
Séphir

#
Profil

Siestacorta

le mardi 17 février 2009 à 19h23

C'est sans doute passager, mais juste là, ça me donne plus envie de répondre, de faire écho.

C'est à dire que je n'arrive plus à savoir si, dans ce sujet, on considère le polyamour comme une option, ou comme un petit jeu mental.
On joue à se faire peur mais ça ne porte pas à conséquence, comme on se dit "demain je change de boulot et tu vas voir", et puis bon, non.

Questionnements sans risques, qui finalement viennent renforcer les convictions antérieures ?
Si c'est ça, je me sens peu concerné.

(suis de mauvais poil).

#

(compte clôturé)

le lundi 23 février 2009 à 11h44

... bien malheureusement, malgré quelques signes positifs, la "qualité" relationnelle avec ma compagne, ma chère épouse, ne se confirme, pas encore...

Ce week-end (elle absente), j'ai proposé (dans un esprit amical) une escapade à mon ex-collègue de travail. Etant déjà en balade au bord d'un lac, je l'ai rejointe...

( ...marre de ces "prises de tête" en solitaire, de mes "masturbations" mentales, de mes phantasmes et imaginations ... etc.)

---

ooh il ne s'est rien passé de "torride", mais ce fût très agréable et j'en garde un sourire au coeur !

Elle, déjà en marche, le long du rivage et moi arrivant en sens inverse, l'un et l'autre marchions l'un vers l'autre...

oups j'ai une urgence je dois raccourcir

Dès que je l'ai vu, une joie simple, belle m'habillât le coeur
Presque deux heures, côte à côté nous avons marché, parlé, rit, inquiété pour l'autre sur des sujets sensibles, partagé quelques sphères d'intimités ... bref une sympathique bienveillante et énergisante balade Mmmmm que cela ma fait du bien (cela faisait longtemps...)

PS ni l'un ni l'autre avons abordés, nos sentiments ( éventuellement réciproques )

...faut que je file

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion