Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Infidélités autorisées, zone grise et souffrance

Témoignage
#
Profil

Aurelien

le lundi 06 mai 2019 à 17h33

Un témoignage parmi d'autres, ça me fait du bien de l'écrire et me fera du bien de vous lire peut-être...

Je suis marié depuis 2012, en couple avec Elle depuis l'âge des mes 16 ans, j'en ai aujourd'hui 34. Nous avons une fille de 4 ans.

Il y a deux ans environ, je la vois revenir d'un week-end entre amis lumineuse, et je ressens une espèce de jalousie, sentiment que je ne connaissais pas je crois jusqu'alors. Elle s'est sentie vivre pleinement, sans moi, et je le sens (je ne crois pas qu'elle ait vécu quelque chose de sexuel, mais peu importe). On en parle et je ne sais par quels détours, nous en arrivons à la conclusion d'essayer de nous autoriser des aventures hors du couple conjugal. Sexuelles avant tout, sans lendemain, sans sentiments. Avec toute notre naïveté de couple établi qui ne se posait pas plus de questions que cela jusqu'à maintenant (sur l'exclusivité, je veux dire, car nous parlons beaucoup), ravis d'avoir peut-être trouvé le Graal contre les risques du jeune couple déjà vieux couple qui s'essouffle.

En même temps j'explore avec bonheur le blog des Fesses de la crémière, tout me parle, j'ai l'impression d'une découverte incroyable, je me sens d'accord avec chaque ligne de ce blog... Je lui en parle, elle lit des articles et accroche, mais reste sur la réserve sur la question du polyamour.

Nous vivons quelques week-end chacun de notre côté, environ tous les 2 mois ou un peu plus souvent, on y prend goût. Mais on ne se dit pas ce que l'on fait, ni même où l'on va. Elle ne le souhaite pas.

Rapidement, je sens que des sentiments sont en train de naître chez moi pour F, même si je resterai longtemps dans le déni pour ne pas m'avouer que je suis tout simplement amoureux. Je lance des alertes. Je renégocie le contrat avec Elle, en expliquant que je suis bien obligé de revoir la même personne, et qu'il est inévitable que des sentiments naissent... Elle, elle sait mettre des barrières, cela n'arrivera pas. Jusqu'à une première crise à l'issue de laquelle Elle me dit qu'il faut qu'elle digère le fait que je sois tombé amoureux d'une autre, je ne nie pas mais n'en dis pas plus. La crise venait du fait que je n'entendais pas renoncer à ces "libertés", parce que dans le même temps on concevait un projet de bébé. Avec le recul, je me dis que nous n'étions pas allés au bout de la discussion. A la fin, elle consentait à me laisser continuer, et on en reparlerait quand elle serait enceinte si elle le vivait mal... (plus tard, très récemment, elle-même alors que nous étions dans un week-end rien que pour nous, en amoureux, me demande où nous devons mettre la limite dans ses relations à Elle, lorsqu'elle sera enceinte... ça fera "tilt" mais plus tard, je suis encore à ce moment dans le déni sur le fait que tout ça ne tourne pas rond).

Parallèlement, cela fait 2 ans que j'ai un suivi psy, je réalise, en très résumé, à quel point toute ma vie n'est faite que de culpabilité. Pour absolument tout. Même lors de ces week-end où la liberté est censée être de mise, je culpabilise et pense à Elle, je sais que je n'ai pas le droit d'avoir des sentiments, que j'ai déjà un pied en dehors du contrat.

On avait dit que l'on arrêterait nos aventures extra-conjugales si l'on se sentait mettre notre couple en danger.

Dans ces deux ans, F a divorcé, pas à cause moi ou pour moi, même si je ne suis peut-être pas étranger à sa prise de conscience sur son couple. Je n'ai jamais rien promis à F. Il n'empêche et c'est bien normal car elle m'aime terriblement, qu'elle voudrait faire sa vie avec moi, puisqu'elle est libre. Un jour elle me dit qu'elle a officiellement un copain, ça me fait l'effet d'une claque (re-jalousie...). Surtout je me rends compte que la situation actuelle ne peut durer indéfiniment en l'état.

Ma compagne, Elle, est plutôt adepte du "moins j'en sais mieux je me porte". De mon côté c'est impossible, je ne sais pas vivre avec le mensonge. Je prévois de rompre avec F, je sens que j'en ai besoin pour voir où j'en suis avec Elle. Cela me terrifie, je ressens le besoin irrépressible de lui dire à Elle, que je vais mettre fin à une relation et que je vais être triste, je ne lui demande pas de me consoler ou de me plaindre, mais je ne veux pas faire semblant que tout va bien. Je lui dis. J'en ai déjà trop dit, elle le prend mal : je suis allé trop loin, je n'ai pas mis les barrières aux sentiments, je nous ai mis en danger et lui impose ma souffrance alors que c'est mon histoire, elle se sent blessé, trahie.

Bilan des courses aujourd'hui : j'ai quitté F, la séparation a été atroce et le reste, et globalement je l'ai traitée comme une "maîtresse", alors que je l'aime et qu'elle méritait mieux que ça (je pensais pouvoir couper tout contact mais c'est impossible et inhumain pour moi et encore plus pour elle). Mon ouverture de couple ne lui a profité en rien, elle a vécu une histoire avec un homme marié, point. De mon côté je ne sais plus où j'en suis de mes sentiments avec Elle. Le fait de réaliser que je suis libre de mes choix (c'est un bien grand mot mais oui, je viens de le réaliser) me met le doute sur toute la construction de mon couple. Quelle part y a-t-il de dépendance affective et d'amour entre nous ? Je réalise que j'ai vécu "soumis", cela ne fait pas de moi une victime ni elle un bourreau car il y avait de l'amour aussi et que c'est un fonctionnement qui nous allait inconsciemment à tous les deux, mais dès lors que le fil de la soumission est rompu, ne reste que l'amour, et j'ai du mal à le ressentir aujourd'hui. Je lui dis où j'en suis, confusément car c'est encore confus en moi, ce qui la fait souffrir terriblement, pour la première fois de sa vie elle sens que je pourrais la quitter. Elle pleure et cela me rend triste mais ne me déclenche pas d'émotions extrêmes...

Un jour je pense que je me suis illusionné sur une bonne part de ma vie, que j'ai suivi un chemin tout tracé (bien à l'opposé de l'anti-modèle parental, j'ai souffert du divorce de mes parents et de ce qui a suivi) et confortable dans lequel je me suis oublié ainsi que mes désirs véritables. Que tout ça mérite d'être abandonné pour reconstruire autre chose que je désire vraiment, avec F peut-être, pour qui je sens un élan vital, parce que l'on a qu'une vie. Et le lendemain je me dis que je suis encore dans l'excitation d'une relation qui n'est plus nouvelle mais qui a rempli et comblé ma vie pendant deux ans, et que cela ne vaut pas pour autant de "tout plaquer". J'aime ce que j'ai construit et j'ai encore des projets en tête avec Elle. J'ai beaucoup moins de désir pour Elle cependant. Est-ce passager ? Est-ce parce que je suis K.O de ma rupture avec F ? J'ai totalement investi F qui était non seulement mon amoureuse en secret, mais aussi mon amie et ma confidente.

Il y a deux ans nous quittions Paris et le peu de vrais amis que j'avais, ça a été rude et je n'ai pas su entretenir correctement ces amitiés (je le découvre aujourd'hui aussi). Au lieu de ça je me suis isolé, avec F, qui me faisait du bien, toujours. Echanges de SMS, appels quotidiens, parfois des heures, d'une complicité, d'une franchise et d'une bienveillance incroyables. Toutes choses qui m'ont aidé à tenir dans un boulot que je vais enfin pouvoir quitter mais qui me faisait beaucoup de mal (perte de sens...). Je lui ai confié une énorme part de ma vie, elle aussi, nous avons vécu des choses merveilleuses ensemble, et aujourd'hui je l'abandonne brutalement, lâchement (bien que je n'ai jamais fait de fausses promesses sur l'avenir de mon couple, je suis allé jusqu'à me projeter avec elle après une séparation, et lui en parler).

Doit-on tout dire à Elle ? L'intensité de ce que j'ai vécu, le fait que mes sentiments pour F n'ont pas disparu... cela la fera souffrir mais est-ce indispensable pour avancer et se comprendre ? Ou bien dois-je prendre mes responsabilités, faire mes choix car les deux relations ne sauraient se poursuivre toutes les deux, et parler ensuite. Je sais bien que ce n'est pas aussi tranché comme question, mais j'en suis là.

Nous avions un projet de faire un nouvel enfant avec Elle. Aujourd'hui, je prends conscience que je ne suis plus sûr de moi, je veux le mettre en suspens. C'est un choc pour Elle. Une partie de moi vit ce projet comme une barrière de plus (mariage, maison...) si je décidais de partir. C'est terrible de raisonner ainsi, d'autant plus que j'aime ma fille plus que tout, mais je ne peux nier que ce sont des idées qui me traversent en ce moment.

La contrepartie d'être libre c'est d'assumer ses choix et jusqu'alors en amour je me suis laissé porté je pense. Là c'est très douloureux pour moi et encore plus pour mes amoureuses. Elle a de quoi tomber de sa chaise car je reviens d'un week-end où j'ai rompu avec une autre, et finalement je ne sais plus si je l'aime, Elle... Et j'ai traité F avec un manque de respect évident, ce qui ne me ressemble pas dans des relations non-amoureuses, parce que je n'assumais pas mes responsabilités et mes sentiments. Je vais m'y mettre et arrêter de la traiter comme la donnée en trop dans l'équation, même s'il est bien tard et que je lui ai déjà fait beaucoup de mal...

Je veux croire qu'il ressortira de tout ceci quelque chose de positif car je viens de comprendre que j'avais droit au bonheur. Pour l'instant je ne vois pas le bout du tunnel et aimerais arrêter de souffrir et faire souffrir... J'imagine qu'il faut un peu de temps, beaucoup même. Nous avons pris rendez-vous avec Elle chez une psy, j'ai besoin d'aide et d'un tiers pour nous aider à mettre du sens et nous poser les bonnes questions.

Je crois que je ne pourrais pas revenir en arrière sur l'ouverture du couple. Le couple monogame exclusif ne me convient pas, ni le mensonge. Mais alors ? Si pour Elle il ne peut être question de sentiments, on fait quoi ? Et quand bien même Elle accepterait le principe des sentiments, je doute que cela puisse être un projet réellement choisi à deux si elle me "laissait" vivre mes histoires (sexuelles et sentimentales car je sais que je ne saurais pas mettre des "barrières" aux sentiments) de mon côté, simplement pour ne pas me perdre...

Elle me dit qu'elle puise sa force en moi, "sans moi, je ne suis pas toi". J'ai retrouvé de vieux échanges de 2015 dans lesquels je lui disais mot pour mot la même chose. Sauf qu'aujourd'hui je ne le dirais plus comme ça. Sans Elle, je suis encore moi. Je voudrais qu'Elle puisse dire aussi que sans moi, elle existe encore... Dit-elle ça pour inconsciemment m'empêcher de partir (sous entendu si tu pars je suis détruite, c'est inconcevable), ou bien est-ce ça l'amour ? Je ne le vois plus comme ça, dans cette fusion qui nous a construit ensemble si longtemps (et nous avons créé du beau, été heureux) et de laquelle je veux sortir. Suis-je tombé amoureux de ma liberté, de F, ou des deux ? Est-ce parce que je suis grisé de comprendre tant de choses sur moi que je suis prêt à tout balancer ?

Mon histoire doit vous paraître terriblement banale, et n'a pas grand chose à voir avec le polyamour j'imagine : pas grand chose d'assumé, beaucoup de choses subies. Je redécouvre ce que c'est que de tomber amoureux et de vivre un chagrin d'amour, ce que j'avais jusqu'alors vécu pour la dernière fois au début de l'adolescence. Je tombe de haut. Sauf qu'il ne s'agit plus d'amours de vacances mais de choix de vie... je suis bien paumé. Je savais que tout ceci ne serait pas "gratuit" à la fin, mais on ne le sait vraiment que quand on l'a vécu.

Merci de m'avoir lu et pour vos commentaires éventuels.

#
Profil

PolyMel

le lundi 06 mai 2019 à 19h06

Hey,

Alors ton histoire est actuellement très brouillon parce qu’en effet tu es bien paumé dans ta tête car plusieurs choses viennent se bousculer.

Si j’ai bien compris vous aviez convenu d’une relation de couple ouvert mais sans sentiments ?
Relation sexuelle uniquement ?

Quand tu l’as vu revenir de son week end entre amis ça a déclenché chez toi l’envie de vivre des choses de ton côté en gros. Vous ne vous autorisiez pas de moments à vous auparavant ?

Tu pensais en gros pouvoir faire comme elle, avoir des relations sans sentiments et tu t’es retrouvé piégé avec F... ça t’es tombé dessus et comme on dit les sentiments ne se commandent pas...

Maintenant tu ne peux pas comparer ce que tu ressens pour Elle avec ce que tu ressens pour F.
Vous n’avez pas le même vécu et pas le même nombre d’annees ensemble non plus...
Vu le délai avec F. On peut dire que vous êtes encore dans le stade de la relation NRE, ce qui n’est pas le cas d’Elle qui est ta relation historique.
Le souci des NRE c’est que ça sème un gros doute dans la tete, les questions, les envies... et ça brouille beaucoup de choses.

Pour autant, est ce que tu t’imaginerais aujourd’hui vivre réellement sans Elle ?
Est ce que tu penses qu’Elle accepterait que F. Reste ta 2eme relation sérieuse et est ce que F. Accepterait de son côté ?

#
Profil

Aurelien

le mardi 07 mai 2019 à 09h47

Merci pour cette réponse, je me sens tellement isolé...

Oui, je suis bien paumé !

Avant tout ça, on s'autorisait des choses de notre côté (sorties...) mais certainement pas assez.

Nous étions convenus de week-end de liberté. Elle voyait ça comme sexuel uniquement, j'ai rapidement dit que de mon côté des sentiments étaient en train de naître.

De son côté ce n'est pas le cas, hier Elle a bien voulu parler d'une forme d'attachement, mais pas d'amour. Elle m'en veut terriblement de l'avoir trahie... D'avoir laissé se développer ces sentiments, et de m'être éloigné d'elle sans lui dire. Avec le recul il est clair que j'ai sur-investi cette relation naissante au détriment de mon couple. J'aurais dû mettre des barrières, certainement, mais je ne l'ai pas fait... Les barrières me font peur désormais. Est-ce que cela traduit un désamour pour Elle que je ne voulais pas m'avouer ? Ou le fait que F comblait plein de choses que je ne trouvais plus dans mon couple ?

De mon côté je me sens jugé par Elle, ce qui me culpabilise et empêche de discuter sereinement. Il y a de la colère en elle, ce que je peux comprendre, car je suis revenu vers Elle après mon week-end de rupture avec F (ce dont elle aurait voulu tout ignorer) en lui disant que je n'étais plus sûr de l'aimer et de vouloir construire avec elle...

Il y a quelques années, sa colère m'aurait tétanisé, j'aurais coupé court à mes émotions et vécu ma souffrance sans l'exprimer. Aujourd'hui je me suis débarrassé d'une bonne part de culpabilité, ou du moins je lutte contre ça car je sais que ce n'est pas "normal". Donc ça chamboule toutes nos relations telles qu'elles ont pu l'être pendant près de 20 ans...

L'effet NRE, ça me parle, j'imagine que je suis là-dedans, ce qui expliquerait beaucoup de choses.

J'ai eu beaucoup de projections sur une séparation avec Elle. Je suis terrifié par la séparation elle-même et toutes les conséquences. Et pourtant une partie de moi pressent comme une libération à l'idée de ne plus vivre avec Elle. Peut-être est-ce lié à la pression que je ressens actuellement : j'ai aimé une autre (F), c'est mal, je souffre de cette perte mais ne peux pas compter sur Elle pour m'aider... J'ai envie de fuir, comme un réflexe. Je veux rester avec Elle en étant libre de partir, ce qui est tout neuf pour moi. Et là je ne sais plus si je veux rester...

F venant de se séparer et aspirant à avoir des enfants et une relation de couple mono, il est clair que cela ne pourrait se poursuivre que si je me séparais d'Elle.

#
Profil

PolyMel

le mardi 07 mai 2019 à 23h00

Alors, malheureusement les sentiments ça ne se contrôle pas. Déjà, vous avez toujours vécu finalement sur le principe monogame, comme c’est Le cas chez moi, tu ne tombes donc pas facilement amoureux je pense (moi je me suis rendue compte que très récemment qu’en réalité j’ai toujours été poly mais sans savoir que c’etait Ça!).
On ne contrôle pas non plus qui va réussir à franchir nos barrières ou pas... c’est une question de plein de choses réunies en fait... feeling, centres d’interets, complicité etc etc..

F. En réalité t’apporte Quelque chose de différent car elle est différente tout simplement. Elle vient sûrement compléter ce que Elle t’apportait jusque là. C’est ce qui t’as Perturbé.

C’est sur que pour Elle venir lui dire pour ta rupture et lui dire que tu n’es plus sûr de l’aimer c’est Violent à entendre. Laisse lui un peu de temps quand même. Temps nécessaire aussi pour toi...
Lui as-tu dit ça car quelque part tu la tient pour responsable de cette rupture ? Ou parce que tu es blessé et que tu as besoin du‘n bouc émissaire, D’une porte de sortie ? Ou parce que réellement tu le penses ?

Est ce que dans le fond tu te vois mono et refaire ta vie avec quelqu’un d’autre sur le même schéma que ce que tu as fait pendant 20 ans ou bien tu sais que tu as désormais besoin de liberté et d’echanges avec D’autres ?

#
Profil

Aurelien

le vendredi 10 mai 2019 à 14h24

Je suis allé voir avec Elle une psychologue, avec qui on a eu un bon feeling, elle va certainement nous aider à surmonter cette crise et trouver les ajustements nécessaires dans notre couple.

Oui, c'est exactement ça, F m'apporte plein de choses différentes... J'ai rompu avec F au sens où j'ai fait le choix de parier sur l'avenir de mon couple, et qu'aujourd'hui il n'y a pas de place pour une relation avec quelqu'un d'autre. Sauf que pour l'instant le manque que cela crée en moi me semble insupportable, je n'ai pas réussi à couper tout contact, on s'envoie des mails et je l'ai eue longuement au téléphone encore hier soir. J'imagine qu'il faut que je décide de couper tout contact, désormais, ce qui me semble insurmontable. Pour me consacrer à la reconstruction de mon couple, cela semble inévitable, j'imagine, même si j'ai beaucoup de mal à m'y résoudre tant je trouve ça violent pour moi, et pour F, de ne plus pouvoir communiquer. Je sens que je l'aime encore, bien sûr. La psy me suggère que ce n'est pas que de F que je suis tombé amoureux, mais aussi de ces moments de liberté, etc. Ou qu'il y a une différence entre "aimer" et "être amoureux". Ça vous parle ?

Je lui ai dit à Elle pour ma rupture avec F parce que j'avais besoin d'être honnête, d'une part sur le fait que j'étais tombé amoureux, d'autre part sur le fait que j'allais souffrir, ça allait se voir, je voulais qu'elle sache pourquoi plutôt que de faire semblant. C'est sa réaction de "rejet" (que je comprends) qui m'a je pense fait mal et conduit à lui dire que je n'étais plus sûr de l'aimer. Je ne le dirais pas comme ça aujourd'hui...

Quant à ma vie future mono ou poly... Ce n'est pas ma question du moment, j'ai d'abord besoin de retrouver confiance dans mon couple. Je ne me vois pas renoncer totalement à d'autres relations, reste à voir comment cela peut s'envisager avec Elle. Aujourd'hui d'être tombé amoureux de F me fait énormément souffrir (la rupture) mais je ne regrette rien pour autant, tant ce que j'ai vécu était beau et intense. J'ai même peur de ne plus jamais revivre ça (être en phase, tomber amoureux...), avec F ou tout court dans ma vie.

Il faut que je coupe tout contact avec F, sinon je n'avancerai pas ?

#
Profil

pkd

le samedi 11 mai 2019 à 08h38

Pour être passé par une situation un peu similaire à la tienne, non il n'est pas nécessaire de couper tout contact. Il faut simplement du temps pour que le manque et la douleur s'estompent. Baser les échanges sur vous et pas sur la relation que vous aviez.
L'approche, je coupe tout contact est soit une nécessité que tu dois ressentir, soit une approche typiquement mono.

Par ailleurs, les arguments de la psy sont hyper classique... J'espère que pour le reste elle ne l'est pas! Comprend elle le fait que l'on peut réellement aimer plusieurs personnes ? Beaucoup de psy pensent que non, et donc mettent le sentiment ressenti sur le compte du contexte (nouveauté, liberté, etc.). J'espère pour toi et vous que ce n'est pas le cas.

Pour le reste c'est ton choix, tu peux reconstruire ton couple en affirmant ta nature poly, même si pour un temps tu est mono de fait pour retisser votre relation ou bien assumer une position mono pour ta relation actuelle. Fait juste attention à ne pas laisser croire que tu es mono, si tu n'es pas, juste pour sécuriser Elle.
Bon courage à vous deux.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion