Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Couple mono/poly, quels risques ?

Jalousie
#

Lou54 (invité)

le vendredi 25 octobre 2013 à 17h55

Bonjour à tous ! Je viens poster sur ce forum car il me semble actif et que je ne pourrai trouver meilleurs conseils ailleurs.
J'ai lu quelques unes des précédents discussions mais nulle n'a tout à fait répondu à mes questions.
Je sors plus ou moins de deux relations décevantes, semi-virtuelles et donc à distance (les joies d'Internet), dont l'une avec une jeune femme qui ne se définissait pas comme polyamoureuse mais qui fréquentait plusieurs garçons (je suis une fille). Elle ne m'a que très rarement prouvé qu'elle m'aimait. Cette toute première approche de l'amour (et sans doute d'autres raisons) m'a rendue extrêmement possessive (je ne donne pas d'ordres ou d'interdictions mais je me sens facilement trompée et vulnérable).
Aujourd'hui, deux ans plus tard, j'ai rencontré une autre femme qui me plait beaucoup et à qui je pense plaire. Nous nous tournons un peu autour, mais elle est polyamoureuse et ses allusions aux garçons qu'elle fréquente, à son copain et à sa copine (bien que je sois une amie de celle ci et que je l'apprécie beaucoup) me font du mal.
Dois-je m'engager, au risque de souffrir de cela ? Je tiens déjà beaucoup à elle, j'ai l'impression d'avoir eu de la chance en la rencontrant. Mais j'ai aussi l'impression qu'elle joue de ses charmes pour s'assurer que, même en fréquentant plusieurs personnes, aucune ne lui """échappera""" (le terme est brutal, je ne sais pas quel mot employer).
Je sais qu'une conversation avec elle à ce propos arrangerait grandement les choses. Je pense en parler dans un petit moment, je m'accorde une semaine pour réfléchir à ce que je compte faire de cette relation, car je n'ai pas l'intention d'entreprendre quoi que ce soit de physique qui ne soit pas inclus dans un engagement sentimental.
Pouvez-vous me dire ce que vous pensez de cette situation et ce que vous feriez à sa place ou à la mienne ?
Merci beaucoup et je suis désolée d'avoir à ce point étalé ma vie.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 25 octobre 2013 à 19h45

Lou54
Bonjour à tous ! Je viens poster sur ce forum car il me semble actif

Ca pour être actif ^^ ! Demande-donc à GreenPixie, ou bien aux gens qui ne dorment pas (toujours) la nuit, comme aviatha ou moi ! :P

Lou54
Elle ne m'a que très rarement prouvé qu'elle m'aimait.

Tout le monde ne "prouve" pas son amour de la même façon.
Voir par exemple ce message de Noémi :
/discussion/-bv-/Comment-manifestez-vous-le-mieux-...
Et le lien vers le test que j'avais trouvé intéressant ne fonctionne plus, mais j'ai trouvé ce site :
www.5lovelanguages.com/

Lou54
ses allusions aux garçons qu'elle fréquente, à son copain et à sa copine (bien que je sois une amie de celle ci et que je l'apprécie beaucoup) me font du mal.

Lui as-tu dit comment tu te sens par rapport à ça ?
La plupart des polyamoureux sont sensibles à ce que ressentent leurs partenaires, et si tu lui demandes d'éviter les allusions, je pense qu'elle le fera.

Lou54
j'ai aussi l'impression qu'elle joue de ses charmes pour s'assurer que, même en fréquentant plusieurs personnes, aucune ne lui """échappera""" (le terme est brutal, je ne sais pas quel mot employer).

Qu'est-ce qui te fait penser ça ?

Lou54
Je sais qu'une conversation avec elle à ce propos arrangerait grandement les choses.

Sans aucun doute, je sais que ce n'est pas toujours évident, mais ça me semble la meilleure chose à faire.

Lou54
je n'ai pas l'intention d'entreprendre quoi que ce soit de physique qui ne soit pas inclus dans un engagement sentimental.

Ca je pense que c'est aussi quelque chose dont il faut lui parler.

Lou54
Pouvez-vous me dire ce que vous pensez de cette situation et ce que vous feriez à sa place ou à la mienne ?

Dialoguer ?

Lou54
Merci beaucoup et je suis désolée d'avoir à ce point étalé ma vie.

Ne le sois pas, c'est ce que font la plupart d'entre nous ici ! :)

#
Profil

Lou54

le vendredi 25 octobre 2013 à 21h48

Merci à toi d'avoir répondu ! :) Quand je dis que ma dernière copine m'a peu prouvé qu'elle m'aimait, c'est un simple constat. Elle avait quelques problèmes d'ordre psychologique et, bien que ça ait de nombreuses répercussions sur ma vie, je ne peux pas lui en vouloir. Donc, simple constat, mais merci pour ce test, ça m'a plutôt étonnée ! :)

Ce qui me pousse à penser qu'elle en """profite""", c'est que peu importe ce qu'elle souhaite vivre avec moi, je serai incapable de renoncer à elle. Et je ne dois pas être la seule dans cette situation : la preuve, en plus d'avoir des amoureux, elle a des "plans culs réguliers". Il me semble qu'il est naturel d'éprouver de la jalousie et ça m'attriste de renoncer à un bonheur que je suis capable, seule, de construire pour vivre "dangereusement" une relation avec une femme dont je sais très bien, au fond, qu'elle me semblera être la femme de ma vie tôt ou tard si nous décidons d'être un couple dans les jours qui viennent.
Au fond, je crois que c'est ça mon problème. Ma vie sentimentale a toujours été une recherche de la femme que j'épouserai(s) et qui sera(it), dans une vision presque machiste du couple, la mère de mes enfants. Et cette vision des choses (qui est davantage pathologique que pensée et réfléchie, il me semble) n'est pas franchement compatible avec l'idéal de vie des polyamoureux (apparemment). Le peu de jalousie que j'arrive à éliminer chaque jour revient de plus belle le lendemain, c'est sans fin, car si je tiens à mon bonheur, à un bonheur plein, je dois me projeter dans l'avenir.
Pour m'en sortir, il faudrait que je renonce au bonheur pour connaître le plaisir, donc. Et ça, je n'y connais rien. Comment vivez-vous, en fait ? Les monos en couple avec des polys et les polys ont-ils le même angle de vue par rapport à la vie qu'ils mènent ?

#
Profil

LuLutine

le vendredi 25 octobre 2013 à 22h49

Lou54
Quand je dis que ma dernière copine m'a peu prouvé qu'elle m'aimait, c'est un simple constat.

Euh, justement, ce qui m'embête un peu dans ce "constat", c'est qu'il y a très bien pu y avoir des "preuves d'amour" que tu n'as pas vues car tu ne les considères pas comme telles...
Tout le monde n'a pas la même façon de montrer son affection, that is my point.

Lou54
Ce qui me pousse à penser qu'elle en """profite""", c'est que peu importe ce qu'elle souhaite vivre avec moi, je serai incapable de renoncer à elle.

Le simple fait que tu te poses la question avant même d'entamer une relation n'est-il pas une preuve du contraire ?

Je crois qu'on est toujours (voui voui je sais faut jamais dire toujours ^^ ) capable de "renoncer" à quelqu'un. Simplement, ça dépend des circonstances.
Mais imagine que vous entamiez une relation et que ça ne te convienne pas, pour une raison x ou y et que tu restes quand même. Et bien selon moi, c'est que quelque part cette relation te conviendra quand même mieux que l'absence de relation, sinon tu ne resterais pas.

Lou54
Et je ne dois pas être la seule dans cette situation : la preuve, en plus d'avoir des amoureux, elle a des "plans culs réguliers".

Et c'est sensé "prouver" quoi ?
En quoi elle "profiterait" plus d'eux que eux, d'elle par exemple ?
Je ne comprends pas bien ta "démonstration"...

Lou54
Il me semble qu'il est naturel d'éprouver de la jalousie

Oui mais...ça dépend des gens, et on peut travailler sur sa jalousie. Si c'est ce qu'on souhaite bien sûr.
Il y a plein de sujets/articles ici qui en parlent.

Par exemple :

/-ch-/La-theorie-de-la-gestion-de-la-jalousie/

Ou :

/-w-/Comment-ne-plus-etre-jaloux/

Lou54
et ça m'attriste de renoncer à un bonheur que je suis capable, seule, de construire pour vivre "dangereusement" une relation

En quoi le fait d'essayer, si ça devait "ne pas fonctionner", t'empêcherait-il de construire ensuite ce bonheur tout de même ?
Surtout, en quoi cette relation t'obligerait à renoncer à ton bonheur ? Si c'est vraiment le cas, alors pour moi c'est simple, n'y vas pas.

Lou54
avec une femme dont je sais très bien, au fond, qu'elle me semblera être la femme de ma vie tôt ou tard si nous décidons d'être un couple dans les jours qui viennent.

Même si je ne suis pas dans ta tête, je serais quand même moins catégorique que toi...
Je sais par expérience et par d'autres témoignages qu'on ne peut pas affirmer savoir ce que la vie nous réserve.
Donc, peut-être que ça te "semblera", mais tu pourras peut-être relativiser ça, non ?

Et puis ici tu sais, on n'aime pas tous l'expression "homme/femme de ma vie", on n'est pas trop convaincus par l'unicité sous-tendue ^^

Lou54
Au fond, je crois que c'est ça mon problème. Ma vie sentimentale a toujours été une recherche de la femme que j'épouserai(s) et qui sera(it), dans une vision presque machiste du couple, la mère de mes enfants. Et cette vision des choses (qui est davantage pathologique que pensée et réfléchie, il me semble) n'est pas franchement compatible avec l'idéal de vie des polyamoureux (apparemment).

Bah non, si toi t'es dans une recherche de l'unique, et elle pas du tout, déjà c'est dissymétrique. Alors, tu peux tout de même très bien le vivre bien, si tu n'as pas besoin de sa présence constante et si vous êtes très indépendantes.
Ca n'empêche pas une vie de famille, des enfants...

Je connais des poly qui ont une vie de famille et des enfants.

Lou54
Le peu de jalousie que j'arrive à éliminer chaque jour revient de plus belle le lendemain, c'est sans fin,

A part le temps et le dialogue, là je ne vois pas quoi conseiller...
N'hésite pas à passer sur les articles que j'ai mis en lien plus haut, si ce n'était déjà fait.

Lou54
car si je tiens à mon bonheur, à un bonheur plein, je dois me projeter dans l'avenir.

Là, je ne vois pas trop le lien entre le bonheur et se projeter nécessairement dans un avenir lointain. J'ai l'impression que tu veux planifier. Et j'ai le sentiment qu'avec ce genre de personne ça ne sera pas possible. Du moins avec le peu que tu nous en dis.

Lou54
Pour m'en sortir, il faudrait que je renonce au bonheur pour connaître le plaisir, donc.

Je ne vois pas la pertinence de cette distinction. Certains trouvent le bonheur (en fait je dirais plutôt l'épanouissement, le bonheur serait plutôt une conséquence du fait d'être épanoui à mon avis) dans des relations exclusives, d'autres dans des relations poly. Ou dans pas de relations du tout, d'ailleurs (why not).

Lou54
Et ça, je n'y connais rien. Comment vivez-vous, en fait ?

Il y a autant de relations polyamoureuses et de manières de le vivre, que de polyamoureux. Si tu traînes un peu par ici, on te le répètera souvent.
Donc, aucune réponse "universelle" à ta question. C'est à l'amie dont tu nous parles qu'il faut poser la question de savoir comment elle vit et comment elle envisage de vivre à l'avenir (si elle en a une idée, ce n'est pas toujours le cas de tout le monde).

Lou54
Les monos en couple avec des polys et les polys ont-ils le même angle de vue par rapport à la vie qu'ils mènent ?

Je dirais que quelle que soit la relation (même une relation exclusive entre deux mono), il est hautement improbable que les deux aient exactement la même vision de leur relation. Du coup je ne vois pas l'intérêt de cette question par rapport au polyamour.

Ce qui est vrai c'est qu'un poly et un mono peuvent avoir des visions de la vie très divergentes....tout comme quelqu'un qui vote à droite et quelqu'un qui vote à gauche, une cigale et une fourmi, un bouddhiste et un musulman, etc.

#
Profil

Lou54

le vendredi 25 octobre 2013 à 23h59

Encore une fois, c'est très gentil d'avoir répondu. Bien évidemment, on peut toujours renoncer à quelqu'un, dans l'idée. Mais je n'ai pas envie de renoncer à cette fille. Justement. C'est ce que je veux dire. J'ai l'impression que c'est "tu veux une copine qui illumine ta vie ? OK, mais seulement une journée par quinzaine et ne te plains pas, elle est parfaite".
Détail important : elle est plus âgée que moi.

#
Profil

LuLutine

le samedi 26 octobre 2013 à 01h11

Lou54
J'ai l'impression que c'est "tu veux une copine qui illumine ta vie ? OK, mais seulement une journée par quinzaine et ne te plains pas, elle est parfaite".

Est-ce que ça traduit vraiment le discours qu'elle a eu avec toi ? Ou bien c'est juste l'image que tu en as ?

Et qu'est-ce que tu risques à essayer, si tu veux vraiment savoir ce que ça peut donner ?
Personne ne pourra te dire à l'avance comment ça peut se passer...

Lou54
Détail important : elle est plus âgée que moi.

Pourquoi c'est important ?

#
Profil

Siestacorta

le samedi 26 octobre 2013 à 10h15

Lou54

Au fond, je crois que c'est ça mon problème. Ma vie sentimentale a toujours été une recherche de la femme que j'épouserai(s) et qui sera(it), dans une vision presque machiste du couple, la mère de mes enfants. Et cette vision des choses (qui est davantage pathologique que pensée et réfléchie, il me semble) n'est pas franchement compatible avec l'idéal de vie des polyamoureux (apparemment). Le peu de jalousie que j'arrive à éliminer chaque jour revient de plus belle le lendemain, c'est sans fin, car si je tiens à mon bonheur, à un bonheur plein, je dois me projeter dans l'avenir.

Bon, tu as de la chance de commencer à te poser les questions poly/mono avant.
Bravo d'y réfléchir et de pas foncer bille en tête.

Pardon de dire ce que tu ne voudrais peut-être pas entendre, du coup...
Les polys ont tendance à le rester. Ils ne cherchent pas toujours quelqu'un en plus, ils ne vont pas toujours vers des engagements doubles ou triples ni ne passent leur temps à aborder de nouveaux partenaires, mais il ne faut effectivement pas partir de l'idée qu'ils vont faire le mono, se mettre dans un comportement qui t'épanouirait plus toi qu'il ne les épanouiraient eux-mêmes.

Ils peuvent s'adapter, respecter ta sensibilité pour que matériellement tu ne subisses pas les situations poly où tu serais mal à l'aise, mais ce sera quand même un cadre défini à deux où ils verront d'autres gens.

Admettons que, par amour pour l'autre, tu souhaites essayer ça.
Ce que tu décris de toi, ta "vision pathologique" comme tu dis - moi je dirais "conditionnée" - et la jalousie, tu as du pouvoir dessus. Je dis pas que tu dois inhiber ta personnalité, mais si tu as une histoire qui a laissé quelques "blessures à vif", c'est certain que t'ocupper de les panser et de les faire cicatriser le mieux possible fera que tu pourras envisager l'avenir sereinement.
Autrement dit, le moteur principal de la jalousie est la peur. Il y a des peurs "saines", la plupart sont parfaitement justifiées par comment on a dû créer sa personnalité pour avancer dans la vie, mais la plupart aussi sont des peurs qui ne prennent pas en compte que depuis l'époque où elles étaient utiles, nous avons grandi assez pour faire sans elles.
La peur de l'abandon, le penchant pour une sécurité qui nous défende du monde (ainsi que celui pour une fantaisie en l'autre qui nous émanciperait sans prendre nous même les risques), on peut s'arranger pour qu'elles soient pas celles qui prennent nos décisions à notre place.
Ca demande une confiance en soi qui ne soit pas juste une confiance combative, mais un bien-être. C'est ce bien-être là qui fait qu'on se sent pas agressé par des "peut-être que ce coup de fil était un plan drague", "peut-être qu'elle m'aime plus".

Que tu tentes un plan mono/poly ou un plan mono traditionnel, c'est avec ce bien-être personnel que tu pourras être bien et faire du bien dans un couple.
Si en couple tu te mets une pression et t'en mets à une autre, il y a de grande chance que tu doives baisser ta pression en interne, de ton côté.
Comprendre d'où la pression interne vient, et trouver des moyens que ton moteur arrète d'en fabriquer tous les jours.

Selon ta personnalité, ça peut être à travers un travail sur le bien être du corps, par exemple la sophrologie, ça peut être plus sur l'équilibre intérieur, par la méditation, ou ça peut être par le travail sur ton passé, en psycho.
Le dialogue en couple est clairement indispensable, mais il peut être limité dans des moments critiques par des conditionnements "anti-dialogue", et ce côté, si tu le ressens, il change pas au petit-bonheur la chance, mais en s'y attelant avec persévérance : on change pas des réflexes vieux de plusieurs années en faisant juste un peu plus attention de temps en temps...

A noter : il se peut que le côté hyperséducteur de l'autre soit aussi un truc sur lequel elle soit pas que à l'aise, et sur lequel elle peut travailler. Si vous êtes deux à avoir fait des efforts de remise en cause, ça peut aussi marcher. Mais j'imagine que selon le plaisir que nous apportent certains réflexes, on vois plus ou moins facilement l'utilité de changer...

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Lou54

le samedi 26 octobre 2013 à 10h32

Dans les couples de femmes, la différence d'âge compte souvent plus que dans les couples hétéros ou d'hommes. Bref, ça n'a pas d'importance ici mais ça pourrait en avoir pour d'autres aspects de la relation.

Merci Siestacorta. Je sais bien qu'il y a un travail à effectuer mais j'ai l'impression que d'autres personnes, y compris elle, ont gagné leur confiance en eux mêmes en plaisant aux autres et en s'épanouissant dans des relations où ils ont pleinement aimés. Et je ne peux pas compter là dessus, puisque l'amour qu'elle donne aux autres, même s'il n'efface en rien celui qu'elle me porterait, serait forcément différent de celui ci. Je ne me sentirais pas naturellement unique ou indispensable pour elle. Or, si il ne s'agissait que d'elle, ça irait. Mais visiblement, je ne plais qu'à des filles volages et/ou polyamoureuses (il y en a eu d'autres à qui j'ai dit non). Bref, je dois avoir un problème avec ça et j'ai eu les réponses que j'espérais, le reste se verra avec elle, je pense... Merci.

#
Profil

Siestacorta

le samedi 26 octobre 2013 à 10h55

Lou54

Merci Siestacorta. Je sais bien qu'il y a un travail à effectuer mais j'ai l'impression que d'autres personnes, y compris elle, ont gagné leur confiance en eux mêmes en plaisant aux autres et en s'épanouissant dans des relations où ils ont pleinement aimés.

Hm, la confiance, que ce soit dans le domaine de la séduction ou autrement, c'est pas un truc invariable.
Les séducteurs n'ont pas forcément déjà "gagné" leur confiance, ils la nourrissent comme ça.
C'est une bonne façon de faire, si leur appétit de confiance est pas dévorant, et s'ils ne sont pas obligés d'y céder : si ça se trouve, le capital de confiance des séductrices que tu as connues est aussi fragile que le tien lorsque ta recherche de sécurité t'angoisse.
Ton propre besoin de confiance se nourrit d'une sécurité dans le couple ; et tu sembles peu encline à la séduction. Du coup, toi, au lieu de te nourrir de signes de reconnaissance répartis entre différents moments de séduction, tu vas nourrir ta confiance des attentions exclusives de l'autre.
Personne n'est voué à nous nourrir de façon aussi continue, en tout cas, ce serait une servitude pour alimenter une dépendance, si nous étions incapables de modérer notre appétit.

La démarche qui peut alléger tout ça, c'est d'équilibrer notre consommation de nourriture à confiance. Et ça, c'est travailler sur notre appétit de confiance :
- qu'est ce qui fait qu'on a tellement peur de ne pas en avoir assez, et qui nous pousse à demander tout le temps d'être rassuré ("je te plais ?" ou "tu m'aimes, tu m'aimes plus que cet autre que tu viens d'avoir au téléphone" ?) ?
- Quelle partie de ta confiance en toi pourrais-tu avoir besoin de renforcer ?
- Quelle méthode serait la bonne pour toi ? (je t'ai suggéré des pistes plus haut, yen a sans doute d'autres)

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Siestacorta

le samedi 26 octobre 2013 à 11h04

pardon j'ai beaucoup édité...

#
Profil

Lou54

le samedi 26 octobre 2013 à 16h29

Ce n'est rien :)
Effectivement, on peut voir ça comme une dépendance à l'autre et une demande de servitude. Seulement, je suis comme je suis, elle est comme elle est. "J'assume" d'être mono, ce n'est pas uniquement une injonction mais un choix réfléchi. J'ai le sentiment que mon amour pour quelqu'un se renforce si je choisis cette personne plutôt qu'une autre, et si je choisis de rester avec elle bien que d'autres personnes me plaisent. Si elle a le sentiment que son amour pour chacun est renforcé par un amour de tous, ça peut également passer pour une dépendance, un besoin de se sentir exister dans le regard des autres. Mais puisque nous ne sommes pas là pour émettre des critiques, je préfèrerais que nos choix respectifs restent tels qu'ils sont. Je n'ai aucunement l'intention de la changer. Je n'ai pas l'intention de me changer non plus, je veux m'adapter à elle, m'investir, puis s'il y a relation après elle, pouvoir rassurer mon nouveau partenaire quant à l'importance que j'accorde à l'exclusivité (ou m'adapter de nouveau à un autre mode de vie).
Je pense que vous avez raison sur de nombreux points. Il y a aussi de fortes chances pour que mon manque de confiance en moi s'atténue si nous nous engageons dans une relation sentimentale.
Après, si nous nous fréquentons, je vois deux issues.
Soit elle me tire vers le haut et me force à m'épanouir autrement qu'à travers elle : je ne supporterai pas bien longtemps de me priver des choses que j'aime parce-que son absence me perturbe.
Soit elle me tire vers le bas et me pousse à fréquenter moi aussi d'autres personnes sans y accorder d'importance, simplement pour lui prouver quelque chose.
Et puis, bon, j'ai lu Un Amour de Swann, je devrais m'en sortir.
Merci :)

#
Profil

LuLutine

le samedi 26 octobre 2013 à 16h48

Lou54
Dans les couples de femmes, la différence d'âge compte souvent plus que dans les couples hétéros ou d'hommes.

J'aimerais bien que tu développes. Pour quelle raison ce serait différent ? Oui je suis curieuse... :)
(Et - à moins que tu ne souhaites pas le dire ici - quels sont vos âges respectifs ? En effet côté "compatibilité" si je puis dire, il peut y avoir moins de différence, parfois, entre une personne de 30 ans et une de 45 ans, qu'entre une personne de 18 ans et une de 25...)

Lou54
Je ne me sentirais pas naturellement unique ou indispensable pour elle.

On est toujours unique pour les gens qui tiennent à nous...n'en es-tu pas persuadée ?

En revanche, je crois fermement que personne n'est indispensable à qui que ce soit. Pourquoi avoir besoin de lui être indispensable ? Ca veut dire que le jour où tu ne seras pas disponible (par exemple, si tu es malade mettons), elle ne pourra pas se débrouiller sans toi ? Quelle pression tu te mets sur les épaules dis-donc !

Et aussi, quelle pression tu lui mets à elle, si elle t'est indispensable ! Même des mono s'enfuient en courant, dans ce genre de situation (expérience vécue) !

#
Profil

LuLutine

le samedi 26 octobre 2013 à 16h52

Lou54
"J'assume" d'être mono,

Oui, tant que tu n'attends pas des comportements mono de sa part à elle, ça me semble tout-à-fait sain.

Beaucoup de mono se cassent la figure je crois, à penser que parce qu'un poly est avec eux, il va adopter tout-à-coup des comportements mono. C'est aussi absurde que de penser qu'un mono convaincu va commencer à sortir avec d'autres personnes en même temps, de façon honnête et assumée (tu vois un peu ?).

Donc, tant que tu n'essaies pas d'agir sur ses comportements à elle, que tu n'as pas d'attentes par rapport à eux (quitte à quand même dire si un truc te dérange, mais c'est elle qui décidera ensuite d'adapter son comportement ou non), ça me semble tout-à-fait sain comme possibilité de relation.

#
Profil

Siestacorta

le samedi 26 octobre 2013 à 16h56

Il ne s'agit pas de changer pour être poly, mais changer pour être bien avec soi.
Quel que soit le mode de vie d'une personne qui se met dans une relation avec quelqu'un qui manque de confiance en lui, la relation en sera tributaire. Travailler sur toi, c'est pas pour elle, c'est pour avoir la force de bien vivre n'importe quelle relation.

Et bon, si le comportement de quelqu'un nous fait traverser de la jalousie et le manque de confiance qu'elle suppose, se mettre avec pour soigner la confiance, c'est un peu boire de l'alcool pour oublier qu'on boit.

C'est l'équilibre en toi avant la relation qui va déterminer comment tu vas réagir dans la relation, tirée vers le haut ou vers le bas, pas l'équilibre dans la relation.
Dans ton implication avec quelqu'un qui ne va pas comprendre ta sensibilité et qui ne fera pas un sacrifice de mode de vie que tu ne ferais pas pour elle, tu vas pousser de façon plus forte sur un déséquilibre que vous avez déjà l'une par rapport à l'autre, et qui dans ton passé, avant qu'elle te connaisse, a déjà été source de douleur.

Mon conseil, si tu tiens à essayer d'être avec elle sans lui demander de changer (elle n'en éprouve pas le besoin, tu aimes cette femme telle que tu l'as connue, pas telle que tu la voudrais) c'est : occupe toi de ta confiance en toi au moins aussi fortement que tu veux rentrer dans une relation, sinon, la relation ne changera ni l'une ni l'autre, la confiance que tu n'as pas déjà ne rencontrera que plus d'adversité, sans que tu aies pris sur toi de la renforcer assez pour le vivre bien.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

LuLutine

le samedi 26 octobre 2013 à 17h16

Siestacorta
Et bon, si le comportement de quelqu'un nous fait traverser de la jalousie et le manque de confiance qu'elle suppose, se mettre avec pour soigner la confiance, c'est un peu boire de l'alcool pour oublier qu'on boit.

C'est l'équilibre en toi avant la relation qui va déterminer comment tu vas réagir dans la relation, tirée vers le haut ou vers le bas, pas l'équilibre dans la relation.

Oh comme je suis d'accord. Oh comme c'est bien écrit !

#
Profil

Lou54

le samedi 26 octobre 2013 à 17h18

Disons que d'après mon expérience personnelle et d'après les relations amoureuses de mes ami(e)s, les femmes sont plus regardantes sur l'âge de leur potentiel(le) partenaire. Un homme de 25-30 ans sera plus facilement à l'aise avec l'idée de fréquenter une jeune fille à peine majeure. Les couples lesbiens que je connais sont, en revanche, très souvent formés de deux femmes du même âge. Mais ce constat est personnel. Nous n'avons pas une si grande différence d'âge (elle 20, moi 17) mais c'est une période de la vie où l'on évolue beaucoup.
Le terme "indispensable" était approximatif lui aussi... Disons, j'aurai l'impression que je n'existe pour elle que lorsque je serai près d'elle. Et le reste du temps, plus rien. Mais effectivement, si je pense ça pour une relation de ce type, rien ne m'empêche de penser la même chose pour une relation mono. Avec moins de parano, peut-être.

#
Profil

Lou54

le samedi 26 octobre 2013 à 17h27

Siestacorta
C'est l'équilibre en toi avant la relation qui va déterminer comment tu vas réagir dans la relation, tirée vers le haut ou vers le bas, pas l'équilibre dans la relation.
Dans ton implication avec quelqu'un qui ne va pas comprendre ta sensibilité et qui ne fera pas un sacrifice de mode de vie que tu ne ferais pas pour elle, tu vas pousser de façon plus forte sur un déséquilibre que vous avez déjà l'une par rapport à l'autre, et qui dans ton passé, avant qu'elle te connaisse, a déjà été source de douleur.

Je suis à la fois d'accord dans l'idée et un peu sceptique. Si j'ai perdu ma confiance en moi à cause d'une relation désastreuse avec une polyamoureuse, je peux la retrouver grâce à une relation saine et de confiance avec une autre polyamoureuse.
Nous développons de l'amour "naturellement", mais nous construisons des relations sur cet amour pour devenir de meilleures personnes, non ? Je n'envisagerais pas deux secondes une relation avec cette femme si je ne me croyais pas capable et désireuse de lui apporter quelque chose. Elle non plus, or elle sait que je manque de confiance en moi, même si je ne le montre pas, ces choses là se voient. Elle ne peut donc pas s'attendre à une relation sans avoir à me grandir sur ce point, si ?

#
Profil

LuLutine

le samedi 26 octobre 2013 à 17h35

Lou54
Nous n'avons pas une si grande différence d'âge (elle 20, moi 17) mais c'est une période de la vie où l'on évolue beaucoup.

Wow. Ca oui, c'est une période où on évolue beaucoup, et puis 17, tu es très jeune !
Tu sais moi à 17 ans je ne jurais que par un unique amoureux ^^ et j'étais persuadée que c'était mon unique âme soeur pour l'éternité (j'exagère à peine).
Je l'aime toujours d'ailleurs, mais nous ne pouvons pas vivre de relation parce que de toute évidence, le polyamour ne lui convient pas.

Aujourd'hui (une quinzaine d'années plus tard environ)...hem, il y a des choses que je ne dirai pas forcément ici (je n'étale qu'une partie de ma vie ici, pas la totalité :P ) mais si on m'avait dit à 17 ans que j'allais faire/vivre/ressentir/expérimenter toutes ces choses, je ne l'aurais pas cru !
Comme quoi...

Elle aussi est encore jeune et comme toi elle peut évoluer beaucoup.

Bref, avec 3 ans d'écart seulement, si votre relation est amenée à naître et à se poursuivre, il y a fort à parier pour moi que cette différence deviendra négligeable avec le temps (non ?).

Et puis, au-delà de l'âge comme donnée "objective", il y a la maturité. J'ai connu des personnes très matures à 20 ans et d'autres immatures à 25 ans (voire plus). Il est peut-être plus judicieux de se poser la question de savoir où vous en êtes dans vos maturités et vos vies respectives, non ?

Ne serait-ce que dans le mode de vie, deux étudiants avec 5 ans d'écart vivront peut-être mieux ensemble que deux personnes ayant seulement 2 ans d'écart (voire le même âge) mais dont l'un est étudiant et l'autre dans la vie active. Evidemment on ne peut pas schématiser autant, il y a des variabilités individuelles qui font que ce n'est pas aussi simple, mais c'est pour donner une idée de ce que je veux dire.

Lou54
Disons, j'aurai l'impression que je n'existe pour elle que lorsque je serai près d'elle. Et le reste du temps, plus rien.

Concrètement, dans ce genre de situation, on peut trouver des solutions à deux pour diminuer ce genre d'impression. Par exemple, elle te propose de t'envoyer un message au moins chaque jour où vous ne vous voyez pas. Comme ça, tu sais que tu existes pour elle.
Elle peut aussi t'envoyer un message rapide pour faire coucou lorsqu'elle voit quelqu'un d'autre. Comme ça, tu sais que ça ne l'empêche pas de penser à toi.

Bon, ce sont juste des exemples, j'aurais tendance à dire que c'est à elle de proposer ce qui lui semble concrètement envisageable et à toi de dire ce qui te rassurerait...et à vous de voir ensemble si ça peut fonctionner.

Lou54
Mais effectivement, si je pense ça pour une relation de ce type, rien ne m'empêche de penser la même chose pour une relation mono. Avec moins de parano, peut-être.

Bah oui voilà. Une mono qui serait partie (je ne sais pas, pour le travail par exemple ?) pendant trois jours, qu'est-ce qui te dit qu'elle pense à toi ? Si ça se trouve, son travail l'obnubile tellement qu'elle t'a oubliée :P !
Je te trouve assez lucide, ça me semble positif.

#
Profil

Lou54

le samedi 26 octobre 2013 à 17h56

LuLutine
Tu sais moi à 17 ans je ne jurais que par un unique amoureux ^^ et j'étais persuadée que c'était mon unique âme soeur pour l'éternité (j'exagère à peine).

Ouf, c'est effectivement ce que je ressens quand je tombe amoureuse. C'est l'âge, on dira. Elle non plus n'était pas poly à cet âge là. Ça doit faire un an. Quelque chose comme ça. Du coup, je me dis qu'elle doit comprendre la nature de mes sentiments envers elle. Si elle a bien vécu ces sentiments, elle doit pouvoir les apaiser chez moi. Je ne me fais pas de soucis à ce sujet, ça me plait de me donner complètement à quelqu'un. Ce n'est pas du masochisme, mais presque. Si ça se trouve, je ne supporterais pas ça de la part de ma partenaire. On ne peut pas toutes les deux jouer le même rôle et s'il y a respect, confiance et affection/amour mutuels, c'est le plus important.

LuLutine
Ne serait-ce que dans le mode de vie, deux étudiants avec 5 ans d'écart vivront peut-être mieux ensemble que deux personnes ayant seulement 2 ans d'écart (voire le même âge) mais dont l'un est étudiant et l'autre dans la vie active. Evidemment on ne peut pas schématiser autant, il y a des variabilités individuelles qui font que ce n'est pas aussi simple, mais c'est pour donner une idée de ce que je veux dire.

Je suis au lycée et elle, à la fac. Si tout se passe bien, je reste au lycée l'an prochain pour une prépa et elle intègre une école à Paris. Ce qui me fait peur, c'est davantage ses projets d'aller vivre à l'étranger pour rejoindre son copain que la différence de nos milieux scolaires. Mais disons qu'elle vit bien le fait que je sois au lycée, puisque nous avons les mêmes intérêts et les mêmes disciplines de prédilection. Du coup, nos vies se ressemblent un peu, on travaille toutes les deux à côté, on a des potes qui ont parfois le même âge... C'est surtout à moi de faire preuve de maturité pour elle.

LuLutine
Bah oui voilà. Une mono qui serait partie (je ne sais pas, pour le travail par exemple ?) pendant trois jours, qu'est-ce qui te dit qu'elle pense à toi ? Si ça se trouve, son travail l'obnubile tellement qu'elle t'a oubliée :P !

Certes ! À la rigueur, je la préfère heureuse ailleurs à avilie par le travail. Dans les deux cas, ce n'est pas censé m'ôter quoique ce soit.

#
Profil

LuLutine

le samedi 26 octobre 2013 à 18h24

Lou54
Si elle a bien vécu ces sentiments, elle doit pouvoir les apaiser chez moi.

Suis pas sûre du rapport de cause à effet, là.
J'ai vécu ces sentiments et j'ai été incapable de les "apaiser" comme tu dis chez l'ex dont je parle dans un message précédent.
Pourtant c'est pas faute d'avoir essayé de dialoguer, savoir ce qui lui manquait, fait un certain nombre de promesses concrètes, tenu ces promesses etc.

Ca rejoint ce que dit Siesta : si t'as pas confiance en toi et/ou en l'autre, ce n'est pas elle qui créera magiquement cette confiance.

Lou54
s'il y a respect, confiance et affection/amour mutuels, c'est le plus important.

Je suis d'accord avec ça.

Lou54
Ce qui me fait peur, c'est davantage ses projets d'aller vivre à l'étranger pour rejoindre son copain que la différence de nos milieux scolaires.

En effet, lycée ou fac, y a pas une énorme différence, surtout si tu rentres en prépa (vous serez étudiantes toutes les deux, de fait). Par contre là, tu pointes un truc important.
Elle a pour projet de rejoindre un copain à l'étranger. Et toi dans tout ça ? Si tu veux une relation long terme avec elle, il va potentiellement falloir faire avec une relation à distance. Cet aspect-là est peut-être plus questionnant que le côté poly du coup, non ?

Lou54
Certes ! À la rigueur, je la préfère heureuse ailleurs à avilie par le travail. Dans les deux cas, ce n'est pas censé m'ôter quoique ce soit.

C'est plutôt encourageant que tu comprennes que ça ne t'ôte rien, ce n'est pas le cas de tout le monde (même parmi les gens plus âgés que toi).
(Mais au passage, ce n'est pas parce qu'on est passionné, absorbé par notre travail que ça nous avilit ! Je préfère le préciser !)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion