Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comment me "détacher" sexuellement d'une relation amicale?

#
Profil

LuLutine

le mardi 16 juillet 2013 à 20h30

Oui, un enfant peut pratiquer le rugby, et certains le font, si je ne me trompe.

Oui, un enfant peut pratiquer la course automobile à un niveau qui lui est adapté.

Le fait qu'il ne sache pas conduire et qu'on décide pour lui qu'il n'ira pas dans un engin qui fait du 200 à l'heure ne traduit en rien l'existence d'un "côté sombre" de la course automobile.

Pour moi ce sont juste des questions pragmatiques. Le rugby n'a rien de sombre, la course automobile non plus, le sexe non plus. Mais pragmatiquement, tout le monde ne fait pas tout n'importe comment.

Ou alors, tout a un côté sombre (ce qui va à l'encontre de ce que tu disais pour commencer, puisque tu affirmais que la tendresse n'a pas de côté sombre).

#
Profil

lam

le mardi 16 juillet 2013 à 20h33

Lutinette, peut-être que quelque chose qui peut arranger la situation c'est d'être claire entre vous deux au niveau du respect du consentement de l'autre. Pour moi le consentement c'est pas 'non c'est non' mais 'tout ce qui n'est pas oui est non', c'est à dire une attention portée sur l'autre au cas ou ielle ne poserait pas ses limites verbalement.

Dans ton histoire la situation me parait claire:
Si elle exprime ne pas pouvoir vivre une relation amicale avec du sexe potentiel ou en pointillés, elle dit "non" à du sexe en pointillés, "non" à du sexe potentiel. Elle sent que pour elle c'est trop, le sexe n'étant pas neutre elle n'arrivera pas à gérer la relation. Peut-être même que par là elle te demande de ne pas proposer de sexe?

En même temps, toi tu ne peux pas changer ton ressenti, tu ne peux pas t'empêcher de ressentir du désir, un ressenti c'est un ressenti. Après on en fait ce qu'on en veut. C'est la différence entre les humain-e-s et les animaux, on sait différer l'assouvissement de nos pulsions. Bon du coup la question me parait être: est-ce qu'en sachant que le sexe avec elle c'est non, tu es OK de nourrir votre relation amicale de manière platonique? Là ben ça peut être faisable, ou ça peut être trop dur pour toi, ou peut-être c'est difficile et pour bien vivre la relation tu aurais besoin qu'elle le sache?

J'ai déjà vécu une situation similaire à la tienne et ça m'a pris du temps avant de me sentir à l'aise avec mon désir, avant d'être bien en observant que oui je ressens du désir mais non je ne dépasserai pas le consentement de l'autre, mais j'y suis arrivée. C'était important pour moi d'y arriver, j'ai beaucoup d'amour pour elle et je ne voulais pas perdre la relation.

Et même, longtemps (plus d'un an) après la "platonification" de notre relation c'est elle qui est revenue vers moi en proposant un moment de sexe partagé.

Impossible de savoir si c'est un effet de "suis-moi je te fuis..." ou un changement des désirs de l'autre, ou un changement de positionnement de l'autre face à ses désirs propres, ou les trois?

En tous cas j'avais envie de partager ce moment et le temps m'a permis de le prendre comme un moment super, sans vouloir que ça recommence.

#
Profil

Anarchamory

le mardi 16 juillet 2013 à 20h35

Ben je t'ai dit que mon expression "côté sombre" n'était pas forcément bien choisie et très heureuse, donc je ne comprends pas pourquoi tu me relances là-dessus... :-(

LuLutine
Pour moi ce sont juste des questions pragmatiques. Le rugby n'a rien de sombre, la course automobile non plus, le sexe non plus. Mais pragmatiquement, tout le monde ne fait pas tout n'importe comment.

Cette formulation me va. Alors disons que le sexe, par lui-même, peut poser des problèmes pragmatiques.

#
Profil

LuLutine

le mardi 16 juillet 2013 à 20h44

MetaZet
Cette formulation me va. Alors disons que le sexe, par lui-même, peut poser des problèmes pragmatiques.

Ben, la tendresse aussi.

On n'impose pas plus la tendresse à quelqu'un qui n'en veut pas / ne peut pas le gérer, que le sexe ou autre chose...

#
Profil

LuLutine

le mardi 16 juillet 2013 à 20h49

lam
J'ai déjà vécu une situation similaire à la tienne et ça m'a pris du temps avant de me sentir à l'aise avec mon désir, avant d'être bien en observant que oui je ressens du désir mais non je ne dépasserai pas le consentement de l'autre, mais j'y suis arrivée. C'était important pour moi d'y arriver, j'ai beaucoup d'amour pour elle et je ne voulais pas perdre la relation.

Très bien écrit, j'aurais pu écrire la même chose !

#
Profil

Anarchamory

le mardi 16 juillet 2013 à 21h09

LuLutine
Ben, la tendresse aussi.

On n'impose pas plus la tendresse à quelqu'un qui n'en veut pas / ne peut pas le gérer, que le sexe ou autre chose...

Oui, mais je suis bien d'accord. Seulement, il me semble que la tendresse non-voulue ne pose pas de problèmes pragmatiques aussi graves quand même que le sexe non-voulu (ce qui ne veut pas dire que ça n'a pas d'importance, mais j'espère que tu es d'accord qu'un viol sexuel est encore plus traumatisant qu'une accolade non-voulue). Et aussi, il me semble que pour le sexe, les problèmes pragmatiques sont liés entre autres à la psychobiologie (mais pas seulement : la psychologie et la psychosociologie aussi), tandis que pour la tendresse, il me semble que ce sont essentiellement des problèmes pragmatiques liés à la psychologie et à la psychosociologie. Autrement dit, contrairement au cas du sexe, il n'y a pas de contre-indications à la tendresse qui soient liées à la maturité du système nerveux central, aux cycles endocriniens, au développement des organes sexuels, mais il peut y avoir des contre-indications liées au vécu, aux représentations, aux codes sociaux, à l'environnement extérieur (et pour le sexe aussi bien entendu, de surcroît).

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

lutinette

le mardi 16 juillet 2013 à 22h09

Iam
En même temps, toi tu ne peux pas changer ton ressenti, tu ne peux pas t'empêcher de ressentir du désir, un ressenti c'est un ressenti. Après on en fait ce qu'on en veut. C'est la différence entre les humain-e-s et les animaux, on sait différer l'assouvissement de nos pulsions. Bon du coup la question me parait être : est-ce qu'en sachant que le sexe avec elle c'est non, tu es OK de nourrir votre relation amicale de manière platonique ? Là ben ça peut être faisable, ou ça peut être trop dur pour toi, ou peut-être c'est difficile et pour bien vivre la relation tu aurais besoin qu'elle le sache ?

J'en suis exactement là en ce moment

Iam
J'ai déjà vécu une situation similaire à la tienne et ça m'a pris du temps avant de me sentir à l'aise avec mon désir, avant d'être bien en observant que oui je ressens du désir mais non je ne dépasserai pas le consentement de l'autre, mais j'y suis arrivée.

Et oui, le temps, toujours le temps...

#
Profil

lutinette

le mardi 20 août 2013 à 16h52

Bonjour,

Je voulais vous remercier de vos conseils. J'ai passé la soirée et nuit d'hier avec "mon" amie et je dois dire que je suis plutôt fière de moi parce que oui, désir il y avait de ma part, mais cela a été tout à fait gérable. J'ai passé une très bonne soirée et une très bonne nuit.

:-)

#
Profil

LuLutine

le jeudi 22 août 2013 à 00h20

lutinette
Bonjour,

Je voulais vous remercier de vos conseils. J'ai passé la soirée et nuit d'hier avec "mon" amie et je dois dire que je suis plutôt fière de moi parce que oui, désir il y avait de ma part, mais cela a été tout à fait gérable. J'ai passé une très bonne soirée et une très bonne nuit.

:-)

(+) :-)

#
Profil

atthis.pachamama

le jeudi 03 octobre 2013 à 01h27

J'arrive un peu tard ... Je suis dans une situation qui me parait semblable à celle de Lutinette alors je me permet d'ajouter un post ici.

Je vis dans une petite communauté dont la plupart sont polyamoureux. Je suis bisexuelle et je vis des amours plurielles. Il y a quelques mois l'une des femmes de la communauté a claqué la porte (les raisons seraient trop complexes à expliquer). On avait alors une relation d'amitié depuis des années (avec des câlins poussés de rare fois). Quelques mois avant qu'elle ne claque la porte je suis tombée folle amoureuse d'elle, à m'en rendre malade (ce qui n'est arrivé que très rarement dans ma vie, pas de tomber amoureuse mais d'en être malade). On a fait l'amour intensément plusieurs fois. Elle n'était assurément pas aussi amoureuse que moi mais qu'importe. Quand elle a claqué la porte j'ai bien dérouillé.

Des mois après je l'ai revue, notre relation n'était plus qu'un souvenir, même la relation amicale. Aujourd'hui les choses se sont apaisées et on s'entend très bien, elle est redevenue une amie à qui je peux me confier et en qui j'ai confiance. De temps en temps elle s'est aventuré à me tenir la main lorsque j'étais triste et même à me faire un baiser. Ce qui réveille en moi mes pulsions sexuelles ou sensuelles très fortes. J'ai le cœur qui bat à 100/h et je tremble même. C'est tellement fort que j'ai envie de m'éclipser doucement car je ne sais pas quoi faire de ces sentiments. Du coup c'est moi qui limite la relation car j'ai trop peur de me retrouver nez-à-nez avec ses limites et le fait qu'elle n'ai pas envie de faire l'amour avec moi. J'ai même dormi avec elle, je me suis répété que rien n'arriverait pour briser mes espoirs, rien est arrivé et je me sentais bien mais le lendemain quand une de mes relations m'a demandé (par curiosité) avec qui j'avais dormi et que je lui ai dit que c'était avec Elle, j'ai éclaté en sanglot.
Souvent je me répète que je veux que la relation reste platonique, plus facile à gérer pour moi mais c'est plus fort que moi je peux pas m'empêcher d'espérer faire l'amour avec elle.

Je sais que ce serait plus simple s'il y avait pas ce côté "maladif" obsessionnel car du coup je pourrais "prendre ce qui vient" mais je n'arrive pas à dénouer ça en moi.
Je peux aimer très très fort sans avoir cette obsession. Je ne pense pas que je l'aime plus que d'autres de mes amours mais avec elle il y a en plus un truc obsessionnel qui me fait souffrir. pourquoi ? c'est peut-être LA question ...

Si quelqu'un a une piste de réflexion pour m'aider, elle sera toujours la bienvenue !

Atthis

#
Profil

lam

le jeudi 03 octobre 2013 à 16h33

atthis.pachamama
Je sais que ce serait plus simple s'il y avait pas ce côté "maladif" obsessionnel car du coup je pourrais "prendre ce qui vient" mais je n'arrive pas à dénouer ça en moi.
Je peux aimer très très fort sans avoir cette obsession. Je ne pense pas que je l'aime plus que d'autres de mes amours mais avec elle il y a en plus un truc obsessionnel qui me fait souffrir. pourquoi ? c'est peut-être LA question ...

Si quelqu'un a une piste de réflexion pour m'aider, elle sera toujours la bienvenue !

Salut Atthis. Je sais pas vraiment quoi te dire, ton analyse de la situation me semble juste et non biaisée.
Si on savait pourquoi il arrive qu'on flashe sur quelqu'un-e, la vie serait peut être plus simple et surement moins passionnante.
Alors, de quelle manière le fait de me frotter à cette personne (dans tous les sens du terme :-) ) me fait me sentir plus vivante?

Je pense qu'il y a plusieurs pistes "besoins" à creuser et elles peuvent être valides simultanément: le truc obsessionnel qui vient avec une personne, pour moi ça a forcément à voir avec un de mes besoins profonds, et c'est forcément entremêlé avec les peurs et les envies qui sont de l'ordre de l'irrationnel et pas facilement accessible.
J'essaie parfois de me demander à quel type de besoin/envie/peur le fait de relationer avec cette personne fait écho?
besoin de sécurité affective, besoin de se sentir aimée, de me sentir exister for, de me sentir validée à tel ou tel niveau, besoin d'aller loin dans les échanges sensuels/sexuels en lien avec certains de mes phantasmes?
Bon courage en tous cas! Je trouve le truc intéressant avec ces phases passionnelles c'est justement que ça peut aider à avoir des éclairs de vision lucide sur une petite partie de l'irrationnel qui me compose, et le truc rassurant c'est de savoir que ça ne dure pas (même si c'est pas simple à croire quand t'es en plein dedans).

#
Profil

maripoza

le jeudi 03 octobre 2013 à 17h03

MetaZet
Si non, eh bien la cause en est ce qu'on pourrait appeler le "côté sombre" du rugby ou de la course automobile.

Mais je comprends que l'expression puisse te poser problème. Ça fait très religieux.


Message modifié par son auteur il y a 3 mois.

Non ça fait jedi plutôt!
Bon moi j'adhère à cette vision des choses. Pour moi il y a une part sombre dans la sexe. Ce n'est pas un jugement du type il y a quelque chose de mal, mais un ressenti. On a tous un côté sombre (ça c'est moi qui le dit) le sexe fait partie intégrante de nous et il a aussi un côté sombre. Après on est pas obligé d'être d'accord, c'est un point de vue.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 03 octobre 2013 à 17h18

MetaZet
Oui, mais je suis bien d'accord. Seulement, il me semble que la tendresse non-voulue ne pose pas de problèmes pragmatiques aussi graves quand même que le sexe non-voulu (ce qui ne veut pas dire que ça n'a pas d'importance, mais j'espère que tu es d'accord qu'un viol sexuel est encore plus traumatisant qu'une accolade non-voulue).

Vivi, mais en fait, l'asymétrie entre les besoins de tendresse, c'est pas résolu au cas par cas, souvent. C'est sur le fond et le long terme de la relation que ça joue. Donc pour celui qui ne veut pas de tendresse, mais qui en reçoit plus ou moins régulièrement, ou est exposé régulièrement au déplaisir du tendre, il ya un sentiment de harcèlement, pour le tendre qui se retrouve avec trop dans les mains, il y a une incommunicabilité des sentiments.
Donc ne pas s'entendre sur ça est moins violent, sur le moment, évidement, mais il y a un enjeu qui est moins doux qu'il n'en a l'air

C'est un choix de ce qu'on vit dans l'intimité.
Il suffit de se dire que tu peux avoir ta nuit pourrie parce qu'un ronfleur dort à côté de toi pour voir que cotoyer quelqu'un qui exprime la tendresse trop différemment peut jouer. Pas juste "dans la tête", mais parce que c'est la rencontre entre toi et l'autre, qui se joue. Sans violence physique.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

atthis.pachamama

le jeudi 03 octobre 2013 à 18h21

Merci beaucoup lam pour ta réponse.
Je pense que tu as raison la question à me poser est de savoir quel est le "besoin" (au sens large) que j'espère combler avec elle.
Je me demande si une piste ne serait pas à chercher dans ma ressemblance avec elle. Beaucoup disent que je lui ressemble, et je me vois souvent en elle et c'est la seule avec qui j'ai ce sentiment.
Peut-être ai-je quelque chose à chercher dans l'amour de moi-même ? :-/
...
Plus je pense à ça, plus ça me parle ... quand je pense a comment ça a commencé ...
A méditer !

Merci encore.

Atthis

#
Profil

Geraldin-e

le jeudi 03 octobre 2013 à 18h46

@Atthis, je suis assez d'accord avec Lam ci-dessus.
J'ajouterai qu'un sentiment exacerbé, passionné, est tout à fait "naturel" au début des relations amoureuses, ça arrive à la plupart des gens (y en a qui disent que c'est même plus ou moins biologique, pour favoriser la rencontre). Y a pas forcément à chercher dans des fantasmes ou manques persos extraordinaires.
Et en effet, on sait que ça se tasse avec le temps. Patience...?
D'ici là, c'est pas évident quand le sentiment n'est pas réciproque...

Généralement, il me semble que le fait de se voir aide mieux que de ne pas se voir, mais ça dépend des gens bien sûr. Donc c'est bien que vous soyez amies. Peut-être éviter des contacts physiques trop proches si ça t'enflamme trop ?
Peut-être, si elle a envie, faire des choses plaisantes ensemble, ce serait comme des "dérivatifs" au sexe/sensualité, comme un bon repas, un ciné, un concert ?
En tout cas c'est toujours bien de discuter entre vous, de dire ce que tu ressens, et que tu ne veux pas lui mettre la pression pour autant.
Autre idée : ca ne remplacera pas cette personne bien sûr, mais peut-être vivre/rechercher plus de sensualité avec tes autres amoureux.ses ?, pour éviter la simple frustration.

Pas d'idées miraculeuses, désolé.es

#
Profil

atthis.pachamama

le jeudi 03 octobre 2013 à 20h07

Merci Geraldin-e pour ton message.

Malgré que je ne me culpabilise pas d'avoir ces sentiments pour Elle (même ceux qui me font souffrir), tes mots me font du bien. C'est normal, c'est pas grave :-) c'est toujours bon à entendre.
En fait ce qui me fait chercher c'est que je n'ai pas souvent sentit cette obsession avec d'autres alors que je suis tombée très souvent amoureuse et pas moins fort. C'est comme si cette fois avec elle il y a un truc en plus qui s'est rajouté.
Je sens en moi que c'est possible d'apaiser ce sentiment d'obsession sans rien enlever de l'amour que je ressens pour Elle. Mais il me faut encore chercher comment l'apaiser.

Tu proposais de lui en parler. Je crois que secrètement j'avais aussi envie d'écrire ce post pour entendre ce conseil, pour me pousser à faire le pas de lui en parler. J'ai envie de lui expliquer pourquoi je suis "bizarre" quand elle s'approche trop près, qu'elle ne le prenne surtout pas contre elle, ça serait le comble.

L'idée de combler le besoin de sensualité avec d'autres amoureux-ses est certainement un bon conseil mais dans mon cas présent il ne s'applique pas, je suis vraiment totalement comblée à ce niveau là ! Et en fait je suis très heureuse en ce moment. Mon problème se résume à ce moment de proximité avec Elle, car c'est juste à ce moment là que je sens comme un train qui se met en marche, le train de l'obsession (ou je-sais-pas-quoi) et que je ne peux pas arrêter. J'ai parfois la sensation que ce train il m'emmène ailleurs, comme un truc qui me coupe de la réalité. A ce moment là je ne suis plus là, avec Elle, je suis partie dans une sorte de "délire".

Quelque chose qui m'apaise c'est de la savoir faire l'amour avec les deux hommes qu'elle aime (et que j'aime moi aussi). ça me rend heureuse, comme si je faisais l'amour avec Elle par procuration. D'autant plus qu'ils sont très respectueux et attentifs à ce qui se passe entre Elle et moi et qu'ils auraient qu'une envie c'est qu'on soit de nouveau plus proche Elle et moi.

Encore merci pour tes conseils et idées.

Atthis

#
Profil

Anarchamory

le jeudi 03 octobre 2013 à 22h03

atthis.pachamama
On avait alors une relation d'amitié depuis des années (avec des câlins poussés de rare fois). Quelques mois avant qu'elle ne claque la porte je suis tombée folle amoureuse d'elle, à m'en rendre malade (ce qui n'est arrivé que très rarement dans ma vie, pas de tomber amoureuse mais d'en être malade).

Je suis étonné que tu sois tombée amoureuse d'elle, après des années d'amitié. C'est le "tombée" qui m'étonne. En général, il me semble que si on tombe amoureux, c'est dans les premiers instants ou disons les premières heures, les premiers jours... (simple phénomène biochimique alors). Sinon, lorsque ça prend des années, il me semble alors que c'est progressivement que l'amour vient, il ne tombe pas d'un coup. Or, à te lire, j'ai l'impression que vous avez eu une relation d'amitié relativement classique (bon, avec un certain désir, manifestement, quand même) pendant plusieurs années, puis, que d'un seul coup, comme si c'était votre première rencontre, tu as eu le coup de foudre... Ça me laisse perplexe, j'avoue. Décidément, "love is a kind of mystery"...

#
Profil

atthis.pachamama

le jeudi 03 octobre 2013 à 23h44

MetaZet, merci pour ta question.
Je te confirme bien que je suis "tombée" amoureuse d'Elle après des années d'amitié, comme si ça avait été un coup de foudre sur un premier regard.
Je suis certainement tordue et si je ne suis pas "comme tout le monde" ça fait longtemps que je ne m'en étonne plus.
En fait il y a eu une alchimie entre différents éléments à ce moment là je pense. A cette époque je me sentais en grand manque affectif féminin (ce qui n'est plus le cas), Elle est tombée enceinte (ce qui nous a beaucoup rapproché), Elle n'allait pas bien à cette époque et pour la première fois s'est ouverte à moi en se montrant fragile alors qu'Elle a un caractère plutôt dur.

ça n'arrive vraiment qu'à moi ça ? Le coup de foudre après une longue amitié ?

Atthis

#
Profil

atthis.pachamama

le jeudi 03 octobre 2013 à 23h46

De toute façon la frontière entre amitié et amour elle n'est jamais bien clair. Il y a eu quelque chose de vraiment très fort à un moment donné après est-ce que le terme "tomber amoureuse" est approprié, j'en sais rien.

MetaZet tu crois que ça peut m'aider à comprendre quelque chose ou tu t'étonnes juste ?

Atthis

#
Profil

LuLutine

le jeudi 03 octobre 2013 à 23h49

Geraldin-e
Généralement, il me semble que le fait de se voir aide mieux que de ne pas se voir,

Je ne sais pas si on peut généraliser, je sais juste que je le vis comme ça aussi (ça m'aide plus de voir la personne, dans une relation asymétrique, que de ne pas la voir).

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion