Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Amour et amitié : différences ?

#
Profil

artichaut

le mercredi 06 décembre 2017 à 13h28

coquelicot
L auto sexualité ne me comble pas; si je veut et j aime "la bite " et qu elle ne reagit pas c est moi qui suis mal.

au vu de certains posts, je me demande si ce fil ne devrait pas être basculé dans le thème "Sexualités" plutôt que "Romantisme"

je ne dis pas que ce doit être le cas (c'est peut-être dommage de changer le thème d'un fil juste pour un ou quelques posts), mais plutôt je pose la question pour bien comprendre les règles à appliquer sur ce site

en effet, ce j'aime la bite, outre le lexique employé, me semble explicitement faire référence à une pratique sexuelle (l'interaction phallus-vagin)

(du coup ça me fait me poser la question, si pour certains fils, il ne faudrait pas un étiquetage "caractère sexuel explicite" indépendant du thème général du fil, qui lui n'est pas forcément le même, en l'occurence ici "Romantisme")

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#
Profil

artichaut

le mercredi 06 décembre 2017 à 13h47

en outre je me permet de répondre au même post (tant pis s'il date un peu)

coquelicot
J ai passé le stade des "jeux de mains jeux calins"

attention /coquelicot de ne pas paraître méprisante envers les sexualités "sans bite"

on vit déja dans une société très hétéro-centrée/hétéro-normée, et ce J'ai passé le stade de... peut laisser entendre un Je suis au dessus de ça qui peut sembler méprisant et créer des hierarchies, par ex, à l'égard de la sexualité lesbienne

même en se plaçant sur le terrain de la "performance" une femme ou un homme "sans bite", peut donner autant de plaisir (ou même plus) à une autre femme

je t'invite par ex, à regarder One Night Stand le film d'Émilie Jouvet (on y voit des "jeux de mains" qui vont bien au delà des "jeux calins"), et y découvrir peut-être des sexualités que tu n'imagines même pas (sans vouloir bien sûr, réduire la/les sexualités lesbiennes, aux pratiques montrées dans ce film !)

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#
Profil

Sophie72

le jeudi 24 octobre 2019 à 11h49

Je me pose actuellement beaucoup de questions sur mes amitiés et ma manière d'être dans les relations amicales. J'ai rapidement lu certains commentaires de ce topic mais ne me retrouve jamais complètement.
J'ai toujours remarqué que lorsque des camaraderies avec des garçons devenaient des amitiés je n'arrivais jamais à avoir la même "frontière" qu'avec les filles et que certains désirs s'invitaient toujours . Pas nécessairement un désir sexuel mais des envies de contacts physiques que je n'ai que très rarement de manière général. Parce que je n'aime pas que quelqu'un pour qui je ne ressens rien me touche et même un proche , cela peut rester compliqué (je pense que cela me fait la même chose que quand on va chez le médecin, sauf que chez le médecin, il y a un intérêt pour soi, la santé, alors que dans les autres situations, je n'en vois aucun), je n'aime que moyennement faire la bise mais j'ai appris à faire avec, etc... Bref, avec mes bonnes copines, amies filles et femmes, je n'ai jamais ce besoin de contacts physiques et cela m'a paru toujours incongru de prendre une amie dans ses bras alors que cela semblait me venir naturellement avec les garçons mais je le réfrénais toujours parce que je savais que cela serait "mal vu", "mal pris" et cela m'a toujours paru injuste parce que les filles, les femmes le font souvent entre elles et que cela ne pose aucun problème. Il y a quelques années, quand on parlait des différences entre amitiés et amour avec mon mari, je disais que finalement, une amitié, c'était pareil qu'un amour mais sans le sexe. Il avait l'air de trouver ma définition étrange. J'ai donc toujours eu le sentiment que ma manière d'être "amis" était différente de la moyenne. Je n'ai jamais réussi à m'expliquer cela mais maintenant que je le voir à la lumière de ma capacité à éprouver des sentiments amoureux pour plusieurs personnes, cela me paraît en fait plus clair.

#
Profil

bonheur

le jeudi 24 octobre 2019 à 11h58

Il y a les gestes, visibles de l'extérieur et il y a l'émotionnel, invisible. Pour moi, c'est dans l'invisible que se situe la "différence". J'ai peu de rapprochements féminin, alors que je suis une femme. Je n'ai que deux amies femme de longue date maintenant. Pour l'une je suis bien sans câlin et pour l'autre, les câlins se sont invités spontanément. Suis-je amoureuse d'elle, ben il faut croire que certainement car l'invisible devient de plus en plus présent. Elle compte d'une façon particulière pour moi. C'est la première fois de ma vie qu'une femme me touche à ce point. Après, c'est peut-être que de l'amitié ? J'en suis là de ma réflexion.

Je suis assez free hug, alors l'accolade ne me dérange pas du tout. Avec quiconque. Mon côté bisounours sans doute

#
Profil

Sophie72

le jeudi 24 octobre 2019 à 21h07

J'ai beaucoup de mal à comprendre ce que tu appelles l'invisible. Moi j'ai souvent cru que ce que je ressentais pour quelqu'un était réciproque alors qu'il n'en était rien. Je suis pourtant assez fine pour deviner les émotions, le ressenti des autres mais jamais quand il s'agit de sentiments et d'ailleurs qu'il s'agisse d'amitié ou plus.

#
Profil

bonheur

le samedi 26 octobre 2019 à 16h18

L'émotionnel peut parfois se lire sur le visage ou dans l'attitude. Par exemple, actuellement, j'annonce mon prochain départ de mon lieu de travail. J'ai mis des affichettes pour annoncer mon pot de départ. Les collègues viennent me voir, et souvent je perçois leur dépit, leur surprise… C'est un invisible tellement spontané et surtout tellement flagrant.

L'émotion amoureuse peut aussi entrainée des effets visibles, perceptibles. Mais bien malin celui qui peut "voir" ce qui se passe à l'intérieur. Autant, on peut percevoir un rougissement, une attitude inhabituelle (illumination, rayonnement, bafouillements, inattention…), autant ce ne peut se résumer à ce que l'on voit.

Tout dépend du degré de sensibilité. Le tien et le mien semblent vraiment développé. Moi également, je croyais que l'émotion était obligatoirement présente chez autrui. Ben faut croire que pas nécessairement.

Concernant la personne dont je parle ci-dessus. Elle est plus au clair avec son invisible que moi. On ne conçoit pas de discordances et comme elle me l'a indiqué : ce n'est pas ça qui va nous séparer. C'est une personne déconstruite et qui est dans le consentement.

J'ai commis l'erreur de donner mon tel récemment à un homme qui a toute l'attitude d'une personne amoureuse (de moi). Quelqu'un qui n'est pas du tout déconstruit. Je rencontre de gros problèmes, alors que finalement la situation est similaire (inversée mais similaire). Il a ce don de mettre en colère. La raison : il n'est pas dans le consentement (plutôt dans l'impératif) et bien que je lui ai clairement dit (et aussi écrit) que de mon côté, ce n'était pas de l'amour, il agit comme si j'avais de l'amour pour lui. Je suppose qu'il ne désire pas mal faire. Mais franchement, je vais laisser tomber !

Aussi, je ne peux parler que pour moi. Quand j'ai une émotion wahoo ! Ben je distingue difficilement le potentiel de retour. D'où l'importance d'exprimer.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion