Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Amourelisme

Romantisme
#
Profil

Xalma

le lundi 01 octobre 2018 à 08h23

Que pensez vous de la réflexion sur le néologisme amoureuse proposé ici ?

basile-philosophe-naif.blogspot.com/2013/10/158-po...

Il conclut par

basile
Il est temps de ne plus chercher « l'amour », mais « les amourels ».

Pourrait on parler de polyamourelisme ?

Message modifié par son auteur il y a 10 mois.

#
Profil

bonheur

le lundi 01 octobre 2018 à 12h42

Belle déconstruction de l'amour version "bien comme il faut". En fait, le naturel et non le conformisme et vivre sans option choisie (d'après ce que j'ai compris, en résumé) mais dans une réinvention qui convient.

Je retiens avant tout cette phrase :

"Quantité de rapprochements tendres entre individus sont plus ou moins amouréliens. Puis l'amourisme vient très souvent tout gâcher."

Pourquoi, je suis polyaffective ? Parce que l'amourélien se suffit à lui-même et que c'est cette belle part de l'amour qui me rend heureuse. L'émotion amoureuse, l'échange simple...

Message modifié par son auteur il y a 9 mois.

#
Profil

bonheur

le lundi 01 octobre 2018 à 13h10

Xalma
Pourrait on parler de polyamourelisme ?

Je dirais que oui. D'ailleurs, suivant l'intégralité du récit, ça sonne comme une évidence, je trouve.

#
Profil

bidibidibidi

le lundi 01 octobre 2018 à 13h43

En tant que polyamoureux, on s'éloigne de fait de l'amourisme. Même si on y reste confronté dans la vie de tous les jours, on ne lui donne plus totalement le même sens, on le pervertit juste ce qu'il faut pour qu'il ne nous pervertisse pas :-)

#
Profil

Amour

le lundi 01 octobre 2018 à 13h54

Il est trop facile d'aimer une personne lorsqu'elle nous apporte quelque chose. C'est l'amour intéressé.
Vouloir se faire aimer de l'autre est aussi de l'amour intéressé..

#
Profil

bonheur

le lundi 01 octobre 2018 à 14h10

On peut aimer intérieurement, juste pour savourer le bonheur de l'émotion logée à l'intérieur de soi. C'est de l'amour pour moi et c'est ma seule définition de l'amour.

Après, il y a le relationnel. Je distingue personnellement les deux.

Aussi, je reconnais qu'un lien permet par essence une complémentarité et une possibilité d'offrir et recevoir. Ce peut être un regard, un sourire... naturellement offert ou plus. Surtout aucune obligation et encore moins celle de la sexualité.

#
Profil

bonheur

le lundi 01 octobre 2018 à 14h49

Un dernier détail : l'enrichissement = de soi et d'autrui !

#
Profil

amiamoureux

le jeudi 04 octobre 2018 à 22h50

Je suis en couple exclusif depuis une vingtaine d'années (mariage de raison après une adolescence et une jeunesse solitaires et frustrées) et amoureux depuis une dizaine d'années d'une amie que je fréquente peu mais que j'admire beaucoup et qui me fascine depuis que je l'ai croisée.
Cela ne fait pas très longtemps que je lui ai confié cette attirance . Elle me considère toujours comme un ami et nos relations sont rarement câlines et toujours a-sexuelles puisque elle ne souhaite pas qu'il en soit autrement .
Je trouve ma vie plus intéressante depuis que j'ai le courage de lui parler davantage mais je me sens toujours dévalorisé par le lieu commun qui consiste à penser que sans sexe ce n'est pas vraiment de l'amour et que donc elle me plait mais que je ne lui plais pas.
Je suis aussi amoureux d'autres amies sans que cette attirance soit partagée avec les intéressées .
J'ai pris cette habitude depuis le début de l'adolescence vu qu'être amoureux me faisait rougir en croisant celles qui me fascinaient .
J'aimerais pouvoir me contenter de cette situation "amourelienne", car ce serait agréable que d'admirer intensément et sans conditions mes amies tout en étant délivré du besoin de plaire , ce qui est en plus parfaitement compatible avec une relation refuge comme celle ou je reste.
Cependant, je dois sans cesse lutter contre l'impression de perdre quelque chose (l'attirance sexuelle réciproque serait ce qu'il y a de plus intense paraît il) ,de faire affectivement du surplace (je ne me confronte pas à ma peur du rejet et de la solitude) et d'être un "looser" (ma vie serait rétrécie).
Ce questionnement a t il à voir avec le poly-amour ?

#
Profil

bonheur

le vendredi 05 octobre 2018 à 09h15

@ amiamoureux : ton épouse ne sait pas que tu as des émotions amoureuses ? Si c'est le cas, ce n'est pas du polyamour. Tu as déclaré ton amour, ce n'est donc plus de l'ordre du jardin secret non plus. Egalement l'amour, c'est ce que tu ressens, pas d'obligation de sexualité pour aimer et reconnaitre son ressenti.

Ce que tu ressens et le besoin de plaire ? Deux choses différentes à mes yeux. Tu fais du surplace affectif car tu es dans une relation (de raison, certes, mais dans la situation tout de même) liée à un mariage, avec tout ce que ça implique. L'article de ce fil de discussion l'exprime bien. Pour sortir de l'amour conventionnel avec mariage et transformer en polyamour, il faut beaucoup de communication et une sortie commune du basique implicite.

En gros, quand ta femme saura que tu écris ici et qu'elle connaitra ton pseudo, qu'elle pourra lire à souhait tes écrits, tu seras en début de polyamour. Reprend si tu le désires la définition en haut à gauche de la page d'accueil.

#
Profil

bidibidibidi

le vendredi 05 octobre 2018 à 09h33

amiamoureux
Ce questionnement a t il à voir avec le poly-amour ?

Pour moi oui. C'est un questionnement sur l'amour en général, sur notre capacité à aimer, c'est donc un questionnement typique de polyamoureux. C'est peut-être un premier pas vers le polyamour.

Je comprends, quelque part, ta situation. J'ai aussi eu une adolescence solitaire, une difficulté à comprendre les codes sociaux de la séduction. J'ai acquis la chose sur le tard, et j'ai trouvé ça libératoire. J'en suis venu à prôner le fait de développer sa capacité à séduire. C'est pour moi nécessaire si on ne veut pas s'enfoncer dans des relations insatisfaisantes, et se retrouver avec tes questionnements.
J'aurais envie de t'encourager à travailler sur ce point là, il n'est jamais trop tard. Mais je sors du sujet :-)

#
Profil

TrioBulle

le vendredi 05 octobre 2018 à 11h42

bonheur
@ amiamoureux : ton épouse ne sait pas que tu as des émotions amoureuses ? Si c'est le cas, ce n'est pas du polyamour. Tu as déclaré ton amour, ce n'est donc plus de l'ordre du jardin secret non plus. Egalement l'amour, c'est ce que tu ressens, pas d'obligation de sexualité pour aimer et reconnaitre son ressenti.

Je trouve ça très réducteur de dire que ce n'est pas du poly amour si son épouse n'est pas au courant.

Quand on découvre la possibilité d'aimer plusieurs personnes (je prends mon cas en référence, pour certains ça a peut-être toujours été évident) il y a pas mal d'étapes à franchir. Déjà, avant d'en parler à son conjoint, il faut se convaincre soi-même. Toujours mon exemple, il m'a fallu un petit temps avant de reconnaître que j'aimais vraiment celui qui est mon lutin maintenant. Bref, peut-être que l'épouse n'est pas (encore) au courant, mais Amiamoureux se pose des questions qui pour moi relève du poly amour et même de la poly affectivité. Car oui, il est possible d'aimer sans acte sexuel, c'est quand même pas toi, Bonheur, qui va dire le contraire lol ?

#
Profil

Xalma

le vendredi 05 octobre 2018 à 14h02

D'accord avec toi triobulle.
Si mon épouse était au départ dans l'envie d'une vie en trouple (avec d'autres relations avec d'autres femmes en dehors, elle est bi mais ne disait vouloir que moi comme seul homme et donc qu'on ai elle et moi et la femme qui nous rejoindrait que des relations avec d'autres femmes), son trouble de dédoublement de personnalité et de border line fait que en grossesse comme actuellement c'est la personnalité hetero mono qui prend le dessus.
En attendant la naissance de notre enfant, je peux soit lui cacher mes autres relations, soit être moine. Et je ne peux vivre sans amour. Et elle me refuse le sien dans cette période.

Message modifié par son auteur il y a 9 mois.

#
Profil

bonheur

le vendredi 05 octobre 2018 à 16h02

Je n'ai jamais dit que l'on devenait poly du jour au lendemain. Ai-je dis cela ?

Ai-je dis également que sans sexe il n'y a pas d'amour ?

La question : est-ce du polyamour ? Ben non, désolée. Rien de réducteur à dire que si madame ne sait rien, qu'elle se croit en amour "ordinaire et normatif", ce n'est pas du polyamour. C'est une réalité. Ce n'est pas moi non plus qui indiquerait qu'une transition mono-mono en mono-poly est facile.

Alors, est-ce que cette prise de conscience peut mener à du polyamour ? Ben, en fait, la réponse est impossible à dire ! Être poly, ne dépend pas que de soi, mais aussi de la personne que l'on aime lors de la prise de conscience et leur réaction, tout comme les nouvelles personnes aimées. Et moi, je me refuse à répondre à la place des autres. Un mariage, quel qu'en soit le motif initial, est implicitement basé sur la notion de ne plus regarder autrui, et surtout pas tomber amoureux. Ca c'est une réalité, et elle n'est pas pour me plaire. Le mariage, certes on peut le réinventer. Mais on se marie à deux, on réinvente à deux. Désolée de le dire ! Si on ne réinvente pas avec l'autre, difficile de devenir ni polyamoureux, ni polyaffectif.

Xalma, ton cas est très particulier, car il y a accord et remise en question ponctuel de celui-ci. Les remises en question c'est le lot des poly. Pour toi, l'adaptation ne peut vraisemblablement existé, je le regrette, tu le sais.

#
Profil

bidibidibidi

le vendredi 05 octobre 2018 à 16h22

La question d'Amiamoureux était : Ce questionnement a t il à voir avec le poly-amour ?
Donc, oui, c'est un questionnement qui a à voir avec le polyamour.

Il faut aussi signaler que la partie "révolutionnaire" du polyamour, c'est le fait d'aimer plusieurs personnes, de créer volontairement plusieurs relations. Une personne adultère en questionnement est pour moi plus proche d'un polyamoureux qu'un mono franc :)

#
Profil

amiamoureux

le vendredi 05 octobre 2018 à 16h30

TrioBulle
Je trouve ça très réducteur de dire que ce n'est pas du poly amour si son épouse n'est pas au courant.

Quand on découvre la possibilité d'aimer plusieurs personnes (je prends mon cas en référence, pour certains ça a peut-être toujours été évident) il y a pas mal d'étapes à franchir. Déjà, avant d'en parler à son conjoint, il faut se convaincre soi-même. Toujours mon exemple, il m'a fallu un petit temps avant de reconnaître que j'aimais vraiment celui qui est mon lutin maintenant. Bref, peut-être que l'épouse n'est pas (encore) au courant, mais Amiamoureux se pose des questions qui pour moi relève du poly amour et même de la poly affectivité. Car oui, il est possible d'aimer sans acte sexuel, c'est quand même pas toi, Bonheur, qui va dire le contraire lol ?

Oui mon épouse légale est au courant mais elle n'a pas pour projet de devenir polyamoureuse , elle craint surtout les maladies vénériennes.
J'avais décidé de la quitter en espérant trouver mieux , mais au même moment j'ai découvert la possibilité éthique du polyamour et je suis revenu chez nous et je ne le regrette pas car objectivement mon épouse a souvent beaucoup d'avantages par rapport aux femmes de son âge :
1)Elle m'apprécie depuis l'instant même où nous nous sommes parlés puisque c'est elle qui a provoqué notre rencontre.
2)Elle est très disponible puisque elle n'a pas d'enfants d'un autre homme et pas besoin de gagner sa vie.
A la réflexion c'est plutôt l'idéologie de la gagne qui provoquerait en moi un sentiment d'infériorité , car au fond je trouve plus simple de me contenter sexuellement d'une seule compagne et/ou de mes propres caresses comme je l'ai fait jusqu'à notre rencontre.
Il me semble qu'il serait préférable de considérer l'autoérotisme comme la base indispensable du bonheur sexuel car on apprécie d'autant plus quelqu'un que l'on n'a pas besoin de lui ou d'elle et cela permet de rester en paix avec soi même .
Cela ne m'empêche pas d'apprécier que l'on sollicite ma compagnie ou mes services car j'aime apprendre et découvrir et me sentir apprécié par ceux ou celles que je fréquente ou que je rencontre.
Mon problème serait plutôt comment demander sans avoir l'impression d'importuner car j'ai souvent l'impression d'être encore prisonnier de l'image des femmes héritée de ma mère à qui la sexualité déplaisait.

#
Profil

bonheur

le vendredi 05 octobre 2018 à 16h34

Pour la personne en questionnement, je suis d'accord qu'elle peut s'ouvrir à l'honnêteté et à la franchise amoureuse.

La personne adultère a passer outre l'honnêteté et la franchise. En plus de l'ouverture, elle va devoir faire face aux conséquences de ses actes.

Le mono franc (j'en aime un depuis tellement longtemps) n'est pas obligatoire dans une volonté de non honnêteté, de non franchise et d'exclusivité de LA personne qu'il aime. Donc non, pour moi, un mono PEUT être plus proche de la définition du polyamour qu'une personne adultère qui ne désire pas l'honnêteté et la franchise, puisqu'il ne l'a pas mis en application par choix. (Là encore, je n'intègre pas Xalma, cas particulier ponctuel).

La partie révolutionnaire du polyamour c'est d'aimer plusieurs personnes en toute honnêteté et franchise. D'ailleurs, je suis actuellement en situation mono, tout en me sentant polyaffective.

#
Profil

bonheur

le vendredi 05 octobre 2018 à 16h40

amiamoureux
Cela ne m'empêche pas d'apprécier que l'on sollicite ma compagnie ou mes services car j'aime apprendre et découvrir et me sentir apprécié par ceux ou celles que je fréquente ou que je rencontre.
Mon problème serait plutôt comment demander sans avoir l'impression d'importuner car j'ai souvent l'impression d'être encore prisonnier de l'image des femmes héritée de ma mère à qui la sexualité déplaisait.

Ton épouse sait tes émotions et sentiments (+)

Rien ne l'oblige à devenir poly. Je partage ma vie avec un mono, qui a toute l'ouverture possible de ma part pour un jour aimer une tierce personne.

La polyaffectivité existe. J'en suis une. Je ne désire aucune sexualité extra-conjugale. C'est mon choix personnel.

Autrement, ben tout dépend des personnes dont tu tombes amoureux. Leurs attitudes, leurs compréhensions...Dans relations amoureuses, il y a soi et autrui. On ne peut pas toujours obtenir.

#
Profil

bidibidibidi

le vendredi 05 octobre 2018 à 17h20

amiamoureux
Il me semble qu'il serait préférable de considérer l'autoérotisme comme la base indispensable du bonheur sexuel car on apprécie d'autant plus quelqu'un que l'on n'a pas besoin de lui ou d'elle et cela permet de rester en paix avec soi même .

L'autoérotisme retire un des pans les plus importants du sexe : la communion. Le sexe est communication, pas juste gigotage de saucisse dans le hot-dog. Et je parle pas des recherches actuelles sur le porno, qui tend à montrer que l'autoérotisme est mauvais pour la santé (en trop grande quantité, bien évidemment), qu'il ne contient pas les bienfaits que contient le sexe.
De plus, tu retires tout désir de ta vie. Le désir n'est pas un mal en soit.
Et puis, pour finir, tu limites la sexualité aux organes sexuels. C'est bien triste, le sexe va bien au delà.

Tout ça pour dire que l'autoérotisme n'est qu'un succédané permettant de passer les longues soirées de célibat en attendant la belle saison :-)

#
Profil

TrioBulle

le vendredi 05 octobre 2018 à 21h59

bonheur
Je n'ai jamais dit que l'on devenait poly du jour au lendemain. Ai-je dis cela ?

Ai-je dis également que sans sexe il n'y a pas d'amour ?

La question : est-ce du polyamour ? Ben non, désolée. Rien de réducteur à dire que si madame ne sait rien, qu'elle se croit en amour "ordinaire et normatif", ce n'est pas du polyamour. C'est une réalité. Ce n'est pas moi non plus qui indiquerait qu'une transition mono-mono en mono-poly est facile.

Alors, est-ce que cette prise de conscience peut mener à du polyamour ? Ben, en fait, la réponse est impossible à dire ! Être poly, ne dépend pas que de soi, mais aussi de la personne que l'on aime lors de la prise de conscience et leur réaction, tout comme les nouvelles personnes aimées. Et moi, je me refuse à répondre à la place des autres. Un mariage, quel qu'en soit le motif initial, est implicitement basé sur la notion de ne plus regarder autrui, et surtout pas tomber amoureux. Ca c'est une réalité, et elle n'est pas pour me plaire. Le mariage, certes on peut le réinventer. Mais on se marie à deux, on réinvente à deux. Désolée de le dire ! Si on ne réinvente pas avec l'autre, difficile de devenir ni polyamoureux, ni polyaffectif.

Xalma, ton cas est très particulier, car il y a accord et remise en question ponctuel de celui-ci. Les remises en question c'est le lot des poly. Pour toi, l'adaptation ne peut vraisemblablement existé, je le regrette, tu le sais.

Excuse-moi Bonheur, fais comme si je n'avais rien dit !

Je me sens parfois tellement en décalage qu'il vaut mieux que je me taise.

#
Profil

bonheur

le vendredi 05 octobre 2018 à 22h46

:-) Je suis plutôt intellectuellement fatiguée. Pas de soucis. Ce que tu indiques a un sens, juste il n'y avait aucune opposition et mauvaise interprétation ou mauvaise lecture. Ca arrive.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion