Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Petite auto - analyse et envie d'en parler

Témoignage
#

Barbedouce (invité)

le lundi 28 octobre 2019 à 09h05

Bonjour à tout le monde (qui lira cet article et un bon jour aux autres aussi !!)

Alors voilà, cela fait un moment que je lis des articles sur les amours pluriels, ce forum, des témoignages, etc...

J'ai même participé à mon premier café poly cet été (c'était génial, pour une raison bien précise sur laquelle je reviendrai) et je vais participer à d'autres, parce que ça m'a beaucoup plu.

Et du coup je voulais un peu échanger avec vous, et vos avis très éclairés et construits que j'ai vu dans les sujets de discussions divers et variés (et sans rire, c'est fascinant, même si parfois avec le jargon ça se complique)

Alors pour résumer un peu, j'ai un passé relationnel qui m'a plutôt perturbé, mes deux premières "longues" relations étaient monogame, ça ne me posait pas de soucis, c'est plutôt les relations en elles même qui ne me convenaient pas, un désaccord profond sur le projet commun et le fait que la personne essaie de me rattacher au forceps a sa vision du futur du couple, ben ça me tracassait fortement.

Enfin aujourd'hui, ces deux relations étant derrière moi, et ayant eu un bon moment seul et vécu des expériences de vie absolument-genialement-definitivement épanouissantes, j'en suis venu à remettre beaucoup de choses en question dans ma vie.

Et notamment l'exclusivité du lien affectif.
Ce qui fait souvent écho chez moi comme réflexion que j'ai vu à de nombreuses reprises c'est "si on peut aimer tout ses amis et tout ses enfants, pourquoi pas plusieurs amours?"

Et en fait, on y adhère ou pas, mais pour moi ça me paraît évident. Je n'ai jusqu'à présent pas ressenti l'envie de nouer une autre relation sentimentale/amoureuse lorsque j'en vivais déjà une. Mais ça pourrait arriver dans le futur (j'adore facilement les gens, pour tout un tas de raisons, ils me fascinent, mais je devient rarement proche, par peur d'être à découvert, vulnérable, ou trop sollicité (j'aime énormément passer du temps seul aussi))

Et j'en viens enfin à ma vision des choses, car je n'ai trouvé aucun terme et je n'en veux pas. Je ne comprends pas les étiquettes, y en a trop et elles ont tendance à restreindre les concepts et les faire interprétés par ceux qui les entendent.
Je crois que si on veut se rapprocher de ce que je pense avec seulement quelques mots, les plus proches que j'ai trouvé sont : "anarchiste relationnel" et "non-exclusif"

(personnellement, par passion pour l'âge d'or de la piraterie, je me considère comme un pirate de l'amour haha! Je continuerai à aimer l'humanité même quand ce sera devenu illégal ! )

Mais oui voilà, j'ai beaucoup de mal avec le poly-amour, relations primaires, secondaires, tertiaires, amour - amitié, plan cul affectif, friends with bénéfits , etc...

En fait comme je le vois et j'aimerais l'exprimer, toute relation est unique et ne concerne que les deux personnes à l'intérieur de cet ensemble (si trois personnes sont liées, je considère qu'il y a trois relations distinctes et non une seule. Comme je ne considère jamais le mari/la femme d'un/une ami/e comme l'extension de l'autre "ce n'est pas la femme de Michel, mais c'est Jeannine" ex terminé )

Hors dans les relations disons exclusives, on tolère beaucoup plus facilement que l'autre ai des amis et des membres de la famille avec qui il soit proche (pas toujours malheureusement, et là, c'est chaud) mais pas d'autres affects intimes. Hors dans ma vision des choses, ces relations sont aussi séparées de la relation sentimentale que le sont les relations amicales et familiales. L'autre n'a pas son aval à donner sur l'existence de cette relation.

Alors attention il y a du respect, si la personne est inquiète, on peut la rassurer et lui dire que cette relation existe, surtout si elle a demandé à être au courant. Elle peut aussi nous prévenir que cette relation paraît toxique si elle nous trouve changé ou anxieux, vraiment mal. Et d'expérience, ces indices valent le coup qu'on se penche dessus.
Mais fondamentalement, je ne demande pas si je peux être ami avec telle personne, pourquoi je demanderais si je peux nouer une relation avec une autre personne?

Vous allez me dire, peut - être, que c'est spécial, que ça peut faire plus mal, qu'il faut faire attention avec ces sentiments là. Et c'est vrai.
Mais j'ai déjà vu une amie qui est jalouse des relations de certains/es de ses amis/es. Et franchement, ça n'a pas l'air facile à gérer pour elle. Mais elle provoque sa souffrance elle - même en ne lâchant pas prise. Elle ne peut pas contrôler ses amis et encore moins ce qu'ils pensent.

C'est pareil pour une relation sentimentale. La personne vous à rencontré parmi 7 milliards d'individus, certes vous êtes unique, mais tous les autres aussi. C'est génial que d'autres personnes lui plaisent et lui apportent du bonheur, non?
C'est comme ça que je le vois en tout cas. J'ai rarement ressenti de la jalousie, ou alors j'ai toujours su qu'elle était mal placée (je voulais égoïstement de l'attention, moi, pas que l'autre personne n'en ai pas) ou quand on me faisait culpabiliser (prouves moi que tu m'aimes en entrant en concurrence avec jean-billy, séduits moi plus que lui).

Aujourd'hui j'ai la chance de vivre une relation amoureuse avec une personne très compréhensive, qui arrive à accepter (plus ou moins facilement, je suis plutôt chiant des fois, j'avoue) mes sautes d'humeur, ma baisse de désir, ou mon envie d'isolement temporaire.
Et je sais que les amours pluriels sont difficiles à accepter pour elle, et je sais aussi que si jamais ça m'arrive d'avoir une attirance avec une autre personne et quelque chose se créer avec cette dernière, et bien je laisserai la relation évoluer dans le sens qu'elle prendra.

Si la personne avec qui je vit une relation amoureuse actuellement ne le supporte pas et qu'elle me demande de faire un choix, je n'en ferais pas, c'est elle qui fera un choix. Et pareillement avec la seconde personne, si elle n'accepte pas l'existence de la première relation (chronologiquement parlant) elle fera le choix de ne pas continuer.

Tout comme si la personne avec qui je vis une relation amoureuse voulait en nouer une autre avec une tierce personne. Je n'aurais rien à dire, je pourrais certainement ressentir des émotions telle que la jalousie, mais je pense qu'en parler suffirait à me faire accepter émotionnellement ce que j'accepte déjà mentalement (peut être plus facile à dire qu'à faire mais j'en reste persuadé)

Donc voilà en résumé, je pense qu'on peut avoir des relations de différentes intensités, de plusieurs ordres sentimentaux, et en respectant tout un chacun, on ne devrait pas avoir de compte à rendre aux autres ou à la société. Une relation concerne deux personnes, et si elles ne cherchent pas à faire du mal à autrui, peut on les blâmer de quoique ce soit ?(n'entrons pas sur le débat de personnes sortant avec des mineurs ou autres, je parle de relations entre personnes qui sont adultes, biologiquement parlant au moins, responsables et consentantes )

(Ah oui et j'ai adoré le café - poly car personne ne s'est revendiqué poly-amoureux spécifiquement, et tous les vécus différents des amours pluriels étaient fascinants)

Voilà, qu'en pensez - vous, peut on en débattre ou pas? Ma vision peut paraître irrespectueuse ou très égoïste /ego-centrique, mais je ne l'espère pas comme telle. J'espère au contraire aller vers moins d'ego et de volonté de prendre quelque chose dans une relation et au lieu de cela, donner à l'autre de cette manière.
Ne pas vouloir posséder une personne est primordial pour moi, et il faut se préserver de ceux qui essaient de nous posséder.

#

(compte clôturé)

le lundi 28 octobre 2019 à 09h28

Barbedouce,
Ton post est intéressant et effectivement ouvre le débat.
Nous sommes en couple non exclusif, et encore j'aime pas ce terme non plus. En définition, nous sommes un couple, dont chacun laisse libre l'autre d'avoir la forme de relation qui lui convient, avec chacun une seconde relation. Voilà pour te situer.
Effectivement, les étiquettes enferment, ce qui est paradoxal dans la définition d'un mot ( Polyamour) qui se veut ouvert.
Pour ça que nous ne souhaitons aucune étiquette. Notre relation s'appelle " à nous ".
Effectivement, plus on multiplie les relations (amicales, sentimentales, etc...) plus cela difficile à gérer, les émotions sont multipliées d'autant. A chacun de trouver son équilibre.
Nous par ex, nous ne souhaitons pas les multiplier, aucun attrait de chercher une relation 3 , alors qu'un polyamoureux strict, sera tenté de le faire.
Y a t il un manque à combler ?
Y a t il une insatisfaction permanente ?
Y a t il ,? Etc....
Je n'ai pas la réponse.
Effectivement il y a autant de type de relation que d'individu et cela est augmenté d'autant en formant une union, quelle qu'elle soit.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

#
Profil

bonheur

le lundi 28 octobre 2019 à 16h14

Bonjour Barbedouce et bienvenue !

Ton post ouvre de nombreux sujets de discussions, en effet. Je suppose que pour un nouveau venu, le vocabulaire peut être un frein. Il y a un lexique.

J'ai eu une période, au cours de mon évolution, où je ne trouvais aucun mot et une autre période où les mots me dérangeaient (sans étiquette). Sauf que finalement, j'en reviens toujours aux mots, à cause des maux justement. Je suppose que tu évolueras à ton tour.

Le fait est que dans ta ligne du temps, tu as laissé derrière toi ce qui ne te convenait pas. Tu n'as donc pas eu à faire de transitions (si j'ai bien compris, je ne suis pas certaine). Tu es avec toi-même et sans obligation préalable. Alors oui, tu peux développer et vivre beaucoup plus à ta guise.

D'autres personnes découvrent alors qu'elles ont des engagements dont elles ne désirent pas se "débarrasser". Alors, dans cas là, il faut composer.

Cela n'implique pas que l'on se conforme, mais au contraire que l'on se déconformise ensemble. On opère une transition et on réinvente avec nos découvertes. Par exemple, mon mari et moi n'avons plus d'alliances et ce n'est plus mon mari mais mon chéri de vie. Nos enfants sont nos enfants. Notre maison est notre nid. Mais les oiseaux s'envolent pour découvrir le monde, chacun à sa façon...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion