Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Présentation... et quelques questionnements perso...

Bases
#
Profil

Neo_67

le lundi 10 septembre 2012 à 19h04

Bonjour à tous,

Je suis un homme de 45 ans, qui vit dans une grande agglo de l'ouest...
En 2000 mon boulot m'a amené à travailler avec un fournisseur qui se trouvait à 450km de distance. De mes nombreux échanges avec A., ma correspondante chez le dit fournisseur, est rapidement née une complicité qui a vite ressemblé au sentiment amoureux. J'étais célibataire "endurci", A. était mariée et élevait 2 "jeunes" enfants.
Nos contacts se sont d'abord fait par téléphone et par email. Malgré la distance et au prix de scénarios très évolués, A. et moi avons pu partager quelques journées isolées, puis une toute petite semaine de "vacances", alors qu'elle était encore mariée. Jusqu'au jour où son mari à découvert le pot aux roses, et que A. lui a alors annoncé qu'elle allait le quitter.
A. est arrivée dans ma vie 2 ans après nos premiers échanges. Nous n'avions évidemment jamais fait l'expérience ensemble du quotidien routinier, et nos premières semaines ensemble ont été émaillées de grandes joies et également de grands doutes.
Soit dit en passant, cette situation n'est finalement pas si exceptionnelle, quand on sait le nombre de jeunes couples qui passent directement de la case "chacun chez ses parents" à la case "vie en couple dans le même appart"...
Nous avons traversé des hauts et des bas, comme tout couple, et même si A. n'était pas franchement mon "idéal", ce que j'appréciais en elle m'a permis d'accepter les aspects moins séduisants de sa personne.
Ses enfants sont venus vivre chez nous, et sont rapidement partis vivre leurs vies d'étudiants puis de jeunes adultes.
A. et moi avons essayé d'avoir un enfant ensemble, mais ce ne fut pas possible. Nos "matériels génétiques" sont incompatibles, un embryon issus de nos gamètes ne sera jamais viable.
Pour diverses raisons nous n'avons pas souhaité avoir recours à d'autres solutions de fécondation ou à l'adoption.

Après plusieurs années de vie commune nous nous sommes mariés. C'était il y a 4 ans.

2 ans plus tard, au hasard des contacts sur internet, j'ai fait la connaissance de S., dont j'ai découvert au fil de nos contacts qu'elle habitait à 250km de chez moi.
S. sortait d'une histoire très "toxique" avec un homme au profil psychologique complexe. Elle avait un jeune enfant, issu de cette union, et un jeune ado issu d'un précédent mariage.
Son histoire personnelle, marquée par les décès et les histoires violentes, ainsi que son milieu professionnel, l'ont amenée à s'intéresser depuis longtemps aux relations humaines et à la psychologie.
Le contact a tout de suite été très fort entre nous, et nous avons conclu rapidement qu'il fallait nous rencontrer pour "savoir" ; savoir vers quoi notre histoire allait évoluer.
Le hasard – qui n'existe pas ! - nous a fait nous rencontrer à la date anniversaire de l'arrivée d'A. dans mon appartement !... J'ai fait les 500km dans la journée, sans difficulté majeure, car A. et moi sommes travailleurs indépendants, souvent partis loin et pour la journée entière. Mon absence, ce jour là et lors de mes escapades suivantes, est passée inaperçue.
S. et moi sommes entrés dans la vie l'un de l'autre de façon totalement naturelle et lumineuse, cette rencontre nous paraissait complètement évidente.
Je trouvais chez elle l'exact complément d'A., tant physiquement que "psychologiquement". J’étais raide amoureux d'elle, et S. était également très amoureuse.
A. qui ne savait rien, mais avait remarqué que je "changeais" continuait à me prouver régulièrement son amour, et moi j'avoue que je ne savais plus trop quoi faire. A l'époque je gardais cette image qu'un homme ne peut vivre qu'avec une seule femme à la fois, et bien que je sente au fond de moi que je n'étais pas complètement en désamour d'A., je ne voyais pas comment j'allais pouvoir faire ma vie avec ces 2 femmes, à faire le grand écart permanent entre 2 foyers, 2 villes, et 2 régions !
J'ai donc fini par me convaincre que je n'aimais plus A. et que ma vie serait dorénavant avec S.
J'en arrivais quasiment à me forcer à ne plus aimer A. pour justifier mon futur départ chez S.
S. s'inquiétait, légitimement, de mes questionnements et de l'espèce d'emballement de notre histoire. Son histoire récente la rendait également très méfiante, mais aussi très "demandeuse" d'une relation respectueuse et apaisée.
J'avais fini par avouer à A. que mes sentiments pour elle n'étaient plus "tout à fait les mêmes", mais je ne me résolvais pas à lui dire "je vais partir". Je voulais à la fois la protéger de la violence de cette annonce, et aussi me laisser une "porte de sortie", une possibilité de faire marche arrière sans qu'elle n'en sache rien. Aujourd'hui encore je ne sais pas quelle motivation était la plus forte.
Lorsque j'ai échafaudé un plan pour me rapprocher de S. de façon un peu plus durable, celle-ci m'a laissé entendre que ce n'était probablement pas nécessaire, que notre histoire était jalonnée de trop d’écueils pour être sure, du moins dans un avenir immédiat.
Cette annonce m'a un peu assommé, mais elle m'a aussi ouvert la porte d'une intense réflexion. Nous étions à l'été 2011, j'ai alors pris conscience que cette nouvelle relation "amimoureuse" avec S., même si elle était beaucoup plus "light", continuait à m'apporter beaucoup de motivation, et aussi une certaine forme de stabilité dans ma vie quotidienne. Elle ne m’empêchait pas de continuer à aimer A., tout en m'ouvrant la porte d'un autre amour, sans obligation de se retrouver dans le même lit et sans que ce soit interdit non plus...

Dans le même temps, A. m'a parlé à plusieurs reprises "d'autres façons d'aimer" dont elle avait entendu parler peu de temps avant. Indirectement, et dans les grandes lignes, elle me disait "ok, aime-moi autrement, aime une autre femme si tu veux de temps en temps et même si ça me fait très mal, du moment que tu m'aimes, moi, et que tu me laisses t'aimer".
Il m'a fallu encore un peu de temps pour lui avouer que j'avais aimé une autre femme, et que je l'aimais encore, que je la voyais et la verrai encore, et que peut-être un jour je me retrouverai de nouveau dans son lit.
Bien qu'elle n'ait pas été spécialement "violente", la réaction d'A. M'a laissé supposer qu'elle n'était pas encore prête à m'entendre lui dire "j'ai une nouvelle autre femme dans ma vie".
Nous en avons discuté à de nombreuses reprises, évoquant la possibilité d'être amoureux de plusieurs personnes à la fois, dans des relations qui peuvent être très cadrées ou "à géométrie variable", dans la transparence mais aussi avec discrétion.
A. m'a dit à plusieurs reprises qu'elle pouvait entendre que "fidèle" ne veut pas dire "exclusif", mais qu'il lui faudrait du temps pour intégrer cette idée.

De mon coté, depuis cet "épisode" dans ma vie, j'ai rencontré 2 femmes (dans ma ville cette fois !!!), dont je suis de plus en plus proche.
L'une d'elle connait ma vie, et l'état d'esprit dans lequel je me trouve. Elle se dit incapable de partager son amour, qu'elle offre déjà à un homme (marié et qui ne semble pas décidé à quitter sa femme !!!) mais ne s'oppose pas pour autant à ce que je lui dise mes sentiments pour elle. Sentiments que je ne qualifierais pas "d'amoureux", il s'agit plutôt d'une amitié intense... qui ne demande qu'à évoluer vers encore plus de complicité et de tendresse.
L'autre femme, célibataire et un peu plus jeune que moi, ignore tout pour l'instant de ce qu'est ma vie amoureuse, et là aussi je me sens plus "amimourex" que réellement amoureux. Mais je sens aussi que cette relation évolue, et qu'il me faudra probablement me "dévoiler" un jour ou l'autre.

Ma relation avec S. est restée platonique depuis maintenant 1 an ½, et nous nous sommes assez peu revus, bien que nos retrouvailles restent tendres et complices (sans sexe, toutefois). Nous restons en contact régulier, même si c'est bien trop épisodique à mon goût. Et il me semble bien que cette relation n'ait guère de chance de redevenir l'astre lumineux qu'elle était...

Alors aujourd'hui je ne me "pose" pas en véritable poly-amoureux , mais je pense que c'est une façon d'aimer qui correspond bien à l'homme que je suis devenu.
Ceci étant, probablement par respect pour A. qui n'avance pas de la même façon dans ses réflexions, je ressens pour l'instant une espèce d'interdit qui me fait lui parler de ces 2 femmes à demi-mots ; avec elle je parle d'amies, mais pas "d'amimoureuses".
Ce qui me laisse le temps de continuer ma réflexion, tout en étant un brin frustrant... Mais je sais aussi que je vais lui en parler, un jour ou l'autre, ne serait-ce que pour ne pas entretenir ce sentiment de trahison qu'elle a ressenti lorsque je lui ai parlé de ma relation avec S.

Bref... après quelques lectures sur ce forum, je me dis que mon histoire en rappelle d'autres, et que ceux qui ont déjà vécu pareilles expériences peuvent certainement me faire part de leurs réactions (les autres peuvent aussi, d'ailleurs !!!).
Si vous avez tenu le coup jusque là vous avez largement gagné le "droit" de réagir à ce récit, quelle que soit la teneur de cette réaction...
Merci d'avance !

#
Profil

bodhicitta

le lundi 10 septembre 2012 à 23h06

Bon je n'ai pas gagné le droit de répondre car je n'ai pas tout lu... j'ai commencé par la fin jusqu’à remonter au dernier tiers.. :-/
mais déja je peux te dire que la femme avec qui tu partages la 1ére relation (l'officiel) me semble trés ouverte, elle te l'a méme dit (+) . Elle est prête à tout entendre, normale il lui faudra un peu de temps pour s'adapter.
"même si ça me fait très mal, du moment que tu m'aimes, moi, et que tu me laisses t'aimer".
Une femme qui te dit ça pourquoi lui cacher ?
Mais crois tu vraiment qu'en lui cachant, en la trahissant tu es plus heureux?
en étant pleinement honnêtes vous serez + serins

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

bodhicitta

le lundi 10 septembre 2012 à 23h10

Bon désolée... :-( je vais tout lire

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Neo_67

le mardi 11 septembre 2012 à 01h28

Mais crois tu vraiment qu'en lui cachant, en la trahissant tu es plus heureux ?
en étant pleinement honnêtes vous serez + serins

Je ne pense pas avoir écrit cela... disons que j'ai encore, moi aussi, quelques vieux démons à tuer...

Merci de ta réponse et d'avoir le """courage""" de tout lire... ;)

#
Profil

lam

le mardi 11 septembre 2012 à 14h04

salut, d'abord merci infiniment de laisser aux personnes le droit de réagir, et le droit de décider de la teneur de leur réaction, pour un post sur un forum public c'est vraiment trooop sympa de ta part :-D

dites, je suis vraiment de bonne humeur aujourd'hui! et je soulignais ça parce que si tu te demandais pourquoi y'a pas trop de réponses, toutes les pistes ne se trouvent peut-être pas seulement dans la longueur de ton témoignage.

bon j'avais aussi un autre truc à dire. En chopant les passages ci dessous:

Neo_67

Dans le même temps, A. m'a parlé à plusieurs reprises "d'autres façons d'aimer" dont elle avait entendu parler peu de temps avant. Indirectement, et dans les grandes lignes, elle me disait "ok, aime-moi autrement, aime une autre femme si tu veux de temps en temps et même si ça me fait très mal, du moment que tu m'aimes, moi, et que tu me laisses t'aimer".
Il m'a fallu encore un peu de temps pour lui avouer que j'avais aimé une autre femme, et que je l'aimais encore, que je la voyais et la verrai encore, et que peut-être un jour je me retrouverai de nouveau dans son lit.
Bien qu'elle n'ait pas été spécialement "violente", la réaction d'A. M'a laissé supposer qu'elle n'était pas encore prête à m'entendre lui dire "j'ai une nouvelle autre femme dans ma vie".

Nous en avons discuté à de nombreuses reprises, évoquant la possibilité d'être amoureux de plusieurs personnes à la fois, dans des relations qui peuvent être très cadrées ou "à géométrie variable", dans la transparence mais aussi avec discrétion.
A. m'a dit à plusieurs reprises qu'elle pouvait entendre que "fidèle" ne veut pas dire "exclusif", mais qu'il lui faudrait du temps pour intégrer cette idée.

Alors aujourd'hui je ne me "pose" pas en véritable poly-amoureux , mais je pense que c'est une façon d'aimer qui correspond bien à l'homme que je suis devenu.
Ceci étant, probablement par respect pour A. qui n'avance pas de la même façon dans ses réflexions, je ressens pour l'instant une espèce d'interdit qui me fait lui parler de ces 2 femmes à demi-mots ; avec elle je parle d'amies, mais pas "d'amimoureuses".
Ce qui me laisse le temps de continuer ma réflexion, tout en étant un brin frustrant... Mais je sais aussi que je vais lui en parler, un jour ou l'autre, ne serait-ce que pour ne pas entretenir ce sentiment de trahison qu'elle a ressenti lorsque je lui ai parlé de ma relation avec S.

alors mon interprétation à partir de ces petits bouts de témoignage c'est que tu as peur de passer au polyamour (parce que là c'est clairement pas une situation polyamoureuse que tu décris), et que dans tes mots ça te frustre de pas parler avec A. mais la justification en gros c'est que c'est pas lié à toi mais au fait que A. "n'avance pas au même rythme", et à ce que tu supposes qu'elle pense. Du coup tu justifies le fait que tu n'oses pas lui parler par du respect pour elle. Cet interdit que tu ressens il est très probable qu'il soit lié à toi et à tes peurs, et aussi alimenté par ce que tu ressens et interprètes de l'attitude de A.

c'est sur que c'est pas facile. et je te souhaite du courage. j'avais envie de souligner ça pas pour que tu le prennes mal, mais parce que ce déni face à une prise de responsabilité partagée dans votre situation et dans votre communication à A. et toi, ça me sautait aux yeux.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Neo_67

le mardi 11 septembre 2012 à 20h27

lam
salut, d'abord merci infiniment de laisser aux personnes le droit de réagir, et le droit de décider de la teneur de leur réaction, pour un post sur un forum public c'est vraiment trooop sympa de ta part :-D

dites, je suis vraiment de bonne humeur aujourd'hui ! et je soulignais ça parce que si tu te demandais pourquoi y'a pas trop de réponses, toutes les pistes ne se trouvent peut-être pas seulement dans la longueur de ton témoignage.

Peut-être qu'il y avait, sous-jacente dans ma conclusion, une petite tentative d'humour... ;)
Et peut-être aussi que ce loooong témoignage ne prétend pas porter intégralement en lui les réponses, mais qu'il pose le cadre d'une façon assez précise, pour tenter de donner à chacun un maximum de clés (y compris celles qui m'échappent...).

lam bon j'avais aussi un autre truc à dire. En chopant les passages ci dessous :

alors mon interprétation à partir de ces petits bouts de témoignage c'est que tu as peur de passer au polyamour (parce que là c'est clairement pas une situation polyamoureuse que tu décris), et que dans tes mots ça te frustre de pas parler avec A. mais la justification en gros c'est que c'est pas lié à toi mais au fait que A. "n'avance pas au même rythme", et à ce que tu supposes qu'elle pense. Du coup tu justifies le fait que tu n'oses pas lui parler par du respect pour elle. Cet interdit que tu ressens il est très probable qu'il soit lié à toi et à tes peurs, et aussi alimenté par ce que tu ressens et interprètes de l'attitude de A.

c'est sur que c'est pas facile. et je te souhaite du courage. j'avais envie de souligner ça pas pour que tu le prennes mal, mais parce que ce déni face à une prise de responsabilité partagée dans votre situation et dans votre communication à A. et toi, ça me sautait aux yeux.

C'est effectivement une des interprétations possibles. Et je te remercie de l'avoir formulée, car elle ne me sautait pas au yeux de la même façon.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion