Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Prise de conscience

Engagement
#
Profil

NATURE

le lundi 16 janvier 2012 à 08h01

grrrr...dérangée pendant la saisie, nouvelle présentation, enregistrement dans brouillon, oui mais, comment supprimer son texte ? Enfin..il se peut qu'il y ait des doublons ....je ne vois toujours pas mon texte, et j'ai besoin de vos conseils !!!

Mon mari, comme indiqué dans différent fil, vit un coup de foudre. Seulement, bien que j'accueille, rencontre, discute avec son amoureux, je n'arrive pas à bien le vivre. Cependant, impuissante devant leur amour, que je prenais pour un feu de paille, je l'ai toujours laissé mener sa barque. De plus, partant du principe que les interdits sont fait pour être contournés, je ne lui ai rien imposé. A ce jour, devant mes tourments, car c'est bien sérieux entre eux 2, un deuxième amour prend forme et il s'accroche. Je ne parviens plus à l'embrasser, alors qu'il vient de la quitter. Faire l'amour....c'est bien souvent en larmes ou en ayant l'esprit rarement vide....Bref ! un calvaire !
Il a mal de me voir dans cet état. On s'aime toujours, mais, vivre cet adultère après 22 ans, sans aucun problème de ce genre mais traversant d'autres problèmes de la vie est une ...épreuve et je ne sais si notre couple s'en relèvera ! Pour moi, cette liaison, malgré que l'on dise que chaque couple est unique même avec un partenaire commun, entache, marque au fer rouge, c'est indélébile, il y a préjudice même, si c'est dans, pour, avec amour. Que la liaison s'arrête ou pas, elle sera toujours présente et nous devrons vivre avec les cicatrices. Aussi, tout difficile à vivre, pourquoi arrêter ? Je le subis depuis, maintenant 4 mois...Il se considérera comme un "salaud" envers elle, mais devant moi, il n'a eu aucun scrupule. Est-ce parce qu'il me l'a avoué de suite, rien de prémédité, et que cela pour lui, l'en excusait ? Possible,...
A ce jour, j'ai supporté tant bien que mal. Mais, je ne sais comment je vais réagir devant les absences du WE et par la suite de quelques jours dans la semaine. Cela l'inquiète. Il ne peut envisager que je le quitte, même à l'amiable, je reste sa vie, son pilier vitale, son équilibre. Aussi, il préfère tout stopper avec elle ! Cela pourrait-être super, pour moi ... Mais pourquoi m'avoir fait vivre ce supplice ? Il l'aime toujours, comme c'est à contre coeur, il ne sera pas serein à mes côtés... je préfère qu'il continue son aventure, que s'il doit y avoir rupture, que cela vienne d'eux, et pour nous, on s'accroche, on sait que mes idéaux du couple sont envolés, conte de fée, brisée....à lui de savoir s'il peut ou non supporter mes états d'âmes. Moi, cela est difficile, ce que je vis, ne me plait pas, ce n'est pas pour autant du chantage. Je passe d'une phase d'impuissance, à une de dénie et colère. Je ne retiens que le positif, eux ils s'aiment, ils ne jouent pas, j'arrive à leurs parler et les voir côte à côte, ma jalousie n'est pas des plus méchantes, elle me fait plus de mal à moi et les sert. Nous, notre amour est toujours présent, revitalisé ...De plus, j'ai l'impression que cela fait parti de nous, on en parle tout le temps depuis le début. Il n'y a pas 1 conversation, ou si ce n'est la situation, il y a quelques choses qui la rappelle...j'aimerai croire en cette double vie, mais une fois, je positive et il pourrait la retrouver sans que cela ne me blesse plus. Comme une fois, je suis dans le doute complet d'une réussite, le tout sur quelques heures...je suis instable et ce n'est bon pour personne.
Merci de vos avis

#
Profil

bouquetfleuri

le lundi 16 janvier 2012 à 09h46

Pour quelqu'un qui se décrit instable, je trouve dans tes mots un équilibre étonnant.
Est-il possible que l'appréhension d'un nouvel état de votre relation, avec les ruptures qu'elle entraîne puisse se dérouler sans heurts, sans angoisse, sans peine et sans remettre en cause une partie de sa personne que l'on avait patiemment mise à l'abri derrière des certitudes, même si elles étaient bien consciemment illusoires ?
Je ne le crois pas. La vie n'est jamais ce qu'on arrive à décrire, et les progressions personnelles n'ont jamais rien à voir avec ce qu'on arrive à projeter. C'était vrai pour toi avant, ce le sera aussi demain, comme pour nous tous sans exception.

En te lisant, je vois en filigrane le chemin que nous avons tous à faire pour nous extraire des cadres confortables que la société met à notre disposition ou nous impose et des sentiments qui accompagnent ces autorisations. Prendre en charge son propre schéma, en découvrant à la fois que les repères habituels ne sont plus valides et ne pas comprendre que malgré ses efforts déjà surhumains surgissent des sentiments que l'on ne veut ou ne voudrait pas connaître me semble une des choses les plus difficiles à réaliser. Comme la création d'un soi nouveau, comme une renaissance, comme la création d'un monde.
En te lisant, il me semble que tu avances avec beaucoup de lucidité dans ta difficulté et la question qui me vient tout de suite est la suivante : que vaudrait un nouvel ordre amoureux dans lequel vous seriez entièrement impliqués et heureux s'il ne devait pas être le produit d'un travail nécessaire ? Peux-t-on installer une nouvelle manière d'appréhender la vie d'un claquement de doigt ?
Certes non et tu l'exprimes bien.
Faisons le voeu que la peine que tu éprouves en ce moment soit le prix de ta sérénité à venir, de votre sérénité.
En tout cas, je lis dans ton message empli de peine douloureuse beaucoup de raisons de se réjouir de votre bonheur futur : ta manière fragile et forte à la fois de regarder les faits, d'appréhender l'inconnu, de distinguer les différents rôles, de composer avec le passé en sachant qu'il va colorer votre avenir. Tout me laisse penser que vous saurez bientôt transformer vos cicatrices en sourires.
En sachant que rien ne sera plus comme avant, et heureusement, parce que souffrir, ça passe à la limite, mais pour rien ce serait du gâchis.
Je te souhaite, je vous souhaite beaucoup de courage, et beaucoup de bonheur, ou ce que l'on croit être du bonheur

#

clairobscure (invité)

le lundi 16 janvier 2012 à 09h48

Bonjour Esperanza pleine d'espoir.
Qu'un couple, une famille, des amis se séparent, ça reste un changement de vie, d'habitudes, d'envies, de frustrations, et c'est aussi une phase de découverte et d'adaptation où on a peur de se perdre dans un univers inconnu. Ca peut prendre du temps, mais si on est attentif à soi, on finit par trouver ce qui nous convient, que ce soit des couples à trois ou une séparation (pour prendre les extrêmes). Il faut de la patience et de la confiance en la capacité typiquement humaine de s'adapter à ce qu'on n'imaginait pas, à en prendre parti pour faire qu'un changement soit synonyme de "mieux".

Encore une fois, bon courage, et n'hésite pas à revenir parler ici! pour l'avoir fait moi aussi et pourri les conversations de mes obsessions (merci à la patience des forumeurs :) ) quand j'étais au plus mal, ça aide terriblement d'être écouté et de recevoir des avis, des idées ou juste des encouragements! :)

#

(compte clôturé)

le mardi 17 janvier 2012 à 05h34

Bonjour Esperanza,

Juste une question, qui ne demande pas forcément une réponse partagée: pourquoi venir en parler sur ce forum? Je veux dire sur polyamour et pas sur un forum de femmes trompées. Est-ce déjà une réponse, une voie que tu pense être l'avenir de votre couple?
Quoi qu'il en soit, je te souhaite du courage pour passer ce que tu es en train de vivre, et du bonheur pour la suite

#
Profil

NATURE

le mardi 17 janvier 2012 à 11h22

Merci à tous de vos points de vues. Cela me réconforte, et me rassure dans ma réflexion.
@CHELTUX pourquoi venir sur ce forum ? Je n'ai personne à qui me confier et prendre conseils. M'inscrire sur différents site ? Pourquoi pas ? as-tu des coordonnés ? Moi, c'est après bien des recherches et en lisant un témoignage qui disait avoir trouvé de l'aide et des réponses sur polyamour, que je suis arrivée ici. Je n'ai jamais été dans cette situation ni avant ni pendant ma relation avec mon mari, ni pu croire un seul instant que cela puisse nous/m' arriver. Et s'il ne la vivait pas, serait assis sur ses positions ! Il se prend une belle raclée !!! De plus, bien que je sois effectivement une femme trompée, mes sentiments pour mon mari sont toujours présents et les siens également. Il veut vivre pleinement ses 2 amours. Le faire pour lui, peut paraître évident. Son amour, est égal pour l'une et l'autre. Mais, pour moi, cela casse mes principes (qui ne sont pas ceux des PA,) et mon conte de fée, mes idéaux du couples, s'adapter est quand même difficile. La jalousie est à canaliser, alors que je ne me savais pas jalouse, et encore, partager, je peux, mais l'intimité de mon mari, c'est quand même autre chose, que cela soit sur des sentiments d'amour et l'acte physique...Nous ne sommes pas PA à la base et son amoureuse, non plus. Je ne sais comment nous qualifier, mais, le terme n'est pas le plus important. Pour moi, ce qui l'est, et qu'avant tout, c'est que du jour au lendemain, il aime une autre personne et veux le vivre, tout en me gardant. Car, je reste essentielle à son équilibre, sans moi, il n'est rien. Femme trompée, effectivement, je le suis, mais, je cherche à m'adapter, voir finir à accepter à la situation. Je peux soit, lui fermer la porte, la discussion, et l'accuser de tout les maux de la terre. Soit, continuer de l'épauler, et de le rendre heureux. Je préfère la deuxième solution, je ne sais si je peux y arriver, mais si, je n'essaie pas, comment le saurais-je ? De l'amour, dans notre couple, il y en a toujours eu et malgré cet adultère, il est encore plus présent, je dirais qu'il renait, car nous étions surement partis pour nous installer dans une monotonie, même si on se retrouvait pleinement, très, régulièrement.
"est-ce déjà une réponse, une voie que tu penses être l'avenir de ton couple ?" L'avenir de mon couple, je ne le connais pas. Je veux essayer, de voir si je peux m'adapter, et surtout l'accepter. Je pense que j'ai bien commencé, par les rencontres, accueils, écoute, de son amoureuse, bien que tendus, mais on parle. Cela reste dur malgré tout. De plus, ils ont du mal à se rencontrer et cela n'aide pas, mon engrenage d'acceptation, et sur le mode, méfiance, en plus d'avoir passer la phase de dénie, de colère, traverse la jalousie...Je pense que je reste lucide, (comme le cite bouquetfleuri) cela peut marcher, à 2, à 3, au pire la séparation. Quelque soit le schéma, je reste cependant une femme trompée, à qui tout a été avoué dés le début, qui sait avant tout que rien n'a été prémédité, et le crois. Il y a encore de l'amour entre nous. Combien de personnes, sur ce site, se sont découverts aimer une autre personne tout en aimant son partenaire "primaire" ? Je dirai que les témoignages sont nombreux. Le primaire, peut ou non s'adapter. (mono + poly) un peu mon cas, non ? Et bien que mon mari soit rebuté par le fait qu'il ait ouvert une porte, je ne me sens plus à l'abri et me dit que si lui peut vivre un coup de foudre pourquoi pas moi? De plus, je crois que cela pourrait me permettre de comprendre ce qu'il vit et comment on peut s'abandonner dans les bras d'une personne alors que l'on dit en aimer une autre et que ce n'est pas que pour un plan de "physique", d'"amitié", de "réconfort", "cul", "d'attirance quelconque" mais une histoire d'amour qui est complète mais en double exemplaire ! pour le moment...Qu'est-ce que j'irai faire sur un site de femme trompée, quand on ne se lance pas des casseroles à la figure ?!? POLYAMOUR, me parait plus adapter à mes problèmes, et jusqu'ici, si ce n'est toi, personne, n'a remis en cause, le fait que je pouvais me tromper de site ? Et pourtant, ce n'est pas mon premier fils...Sans rancune, j'espère t'avoir répondu, merci de tes encouragements

#
Profil

bouquetfleuri

le mardi 17 janvier 2012 à 12h15

L'utilisation du verbe "tromper" dans les relations humaines et amoureuses me gêne toujours un peu. Pourquoi vouloir à toute force instiller l'idée qu'il y a une erreur dans la réalisation d'un parcours, même si celui-ci prend des voies qui n'étaient pas tracées ?
Il me semble que les problèmes sont assez nombreux à résoudre, dont le plus important qui est de redéfinir la place, le rôle, la nature et la fonction de chacun pour ne pas se charger en plus d'une idée d'erreur ou de faute. Le seul objectif qui vaille (à mon sens) est l'épanouissement de tous, et tendre vers cet objectif requiert une énergie particulière bien souvent constitutive de la solution, une énergie faite de respect et de tolérance mêlées, faite d'écoute et de parole, alimentée par des sentiments et des ressentiments passés et naissants, une énergie qui se déploie en résonnant avec l'implication des autres. Il n'y a pas de place dans cette énergie pour des jugements d'erreur et surtout pas de temps. Il faut faire vite en sachant que la solution peut prendre du temps, il faut faire fort en étant capable d'être doux, il faut regarder et accepter tous les paradoxes de la relation amoureuse illustrés dans la douleur par ce que vous vivez en ce moment.
En étant capable de ne pas considérer ce qui arrive comme une erreur commise par l'un ou par l'autre, vous risquez moins de vous enfermer dans une spirale dont la force sera centrifuge.
En étant capable de vous centrer sur ce qui peut vous sauver, vous redonnerez à votre couple, ou à cette cellule nouvelle une chance d'évoluer encore, de transformer la force centrifuge en force centripète.
J'espère de tout coeur que vous y arriverez.

#
Profil

NATURE

le mardi 17 janvier 2012 à 12h31

Merci bouquetfleuri. Comme me le disais mon mari hier, tu parles très bien. C'est vrai, que j'utilise le terme "trompée." Mais, cependant, je connais mon mari, je sais que rien n'est calculé prémédité que ce n'est pas une "histoire de cul" banal, et encore moins avec une fille facile. C'est un coup de foudre, entre 2 personnes, réfléchies, responsables, réciproque. Et je le crois, et les crois depuis le début. Et c'est avant tout pour ça, que je ne le/les culpabilise(nt). Mais comme tu le dis, je ne trouve pas ma place et pourtant tout les 2 me disent qu'elle est toujours là. Je pourrais réciter tout le paragraphe que tu as écrit, car c'est effectivement ça. Mon plus gros problème et de les savoir entièrement intime en tout point, et de connaître la même chose, j'ai énormément de mal avec ça...me sens perdue et savoir qu'ils peuvent se retrouver ensemble des après-midi et par la suite des WE en attendant leur installation et excessivement difficile. Est-ce parce que je sais que l'acte n'a pas encore était consommé et pourtant les préliminaires ont eux bien été présents....Je réalise et cela me fait mal. Et ne sait comment vaincre tout ça !....C'est idiot pour certains, mais pour moi, c'est terrible. Comment peux-t-on ? Simplement par amour ?

#

(compte clôturé)

le mardi 17 janvier 2012 à 18h35

Désolé, Esperanza si je me suis mal exprimé. Je ne voulais pas te froisser, ni mettre en doute le bien fondé de ta venue sur ce site.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

NATURE

le mardi 17 janvier 2012 à 20h10

Pas de problème Cheltux. C'est vrai que cela m'a froissée. Mais, toutes les idées sont bonnes à étudier, non ?
Enfin, si tu as des commentaires à faire, n'hésite pas, ils sont les bienvenus.

#
Profil

bouquetfleuri

le mercredi 18 janvier 2012 à 09h16

Esperanza, la difficulté que tu rencontres n'est idiote pour personne, et sans doute familière à tous, à des degrés moindres, dans des accomplissements et à des niveaux différents peut-être, mais c'est un point quasiment obligé de passage entre deux modes de vie.
Je crois que la douleur, celle qui accompagne le sentiment d'incompréhension ou le voile rugueux de la dépossession, la douleur donc s'éclipse et que l'épanouissement d'une relation polyamoureuse donne sa pleine mesure quand chacune et chacun des partenaires devient une entité qui s'additionne aux autres et s'éloigne de son statut de "moitié" ou plus encore de "tiers". C'est de cela que je parlais quand je disais "prendre sa place". Ainsi, au lieu de composer une cellule de trois tiers, vous serez un groupe amoureux de trois entiers !
Elle est là, la magie du polyamour, le débordement d'amour augmente chaque partenaire. Parce que, ne nous y trompons pas, la journée continue de ne proposer que vingt-quatre heures à la communication, aux échanges et aux plaisirs délicieux que l'on peut s'offrir, et pour continuer d'emmagasiner amour et bienfait, il faut pouvoir profiter de l'absence de l'autre comme si sa relation avec autrui constituait la perpétuité d'un dialogue avec soi. Et pour cela, il faut avoir bien investi sa personne en totalité, pour n'éprouver aucun manque de soi, aucune perte.
Le premier symptôme de cette réussite est de se réjouir pour l'autre, là ton mari. Déjà, être capable de le dire simplement, même si ce n'est pas encore tout à fait intégré : "oui, je me réjouis de ce que vit mon mari, parce que je sais que cela le rend heureux".
Puis l'être, réjouie...
Le bonheur est toujours à venir, et pour toi, j'espère que c'est pour bientôt

#

maggi (invité)

le mercredi 14 mars 2012 à 14h27

bonjour,
je viend de parcourir le fil de discution et je voulais repondre car je vis exactement la meme situation depuis maintenant 8mois, j ai ressenti la meme chose que toi et le ressend encore par moment mais au fil du temp je trouve que cela deviend plus facile a vivre et meme je dirais agréable.
j ai tisser des lien avec la compagne de mon mari et je me suis beaucoup attacher a elle, elle est devenue une amie et dans mon cas cela rend les chose plus facile. avec le temp je me suis rendu compte que tout les moment de crise ou je pensais ne plus pouvoir le supporter mon aider a progresser, mon aider a mieu vivre cet histoire et surtout a en souffrir de moin en moin, auj j ai encore des moment de jalousie quelque fois mais ca deviend assez rare , nous aprenons maintenant a gerer la situation et a accorder a chacun sa place dans cet 'famille' que nous formont a present.
je pense que c est tout a fais possible d etre heureux comme cela, il faut juste se laisser le temp de changer sa conception du bonheur, je n ai pas perdu mon mari bien au contraire notre relation est plus epanuie qu avant et j ai gagner une amitié a laquel je tiend enormement.
c est vrai que notre situation est assez recente aussi dc je sais pas encore se que ca donnera sur le long terme mais je sais que je souffre beaucoup moin que quand tout ca a commencer et que je n imagine pas ma vie redevenir comme avant.
je te souhaite de trouver le bonheur . bon courage!

#
Profil

Plusssdamour

le mercredi 14 mars 2012 à 21h17

maggi


je pense que c est tout a fais possible d etre heureux comme cela, il faut juste se laisser le temp de changer sa conception du bonheur, je n ai pas perdu mon mari bien au contraire notre relation est plus epanuie qu avant et j ai gagner une amitié a laquel je tiend enormement.

C'est exactement dans cette situation que je conçois le polyamour, j'aimerais connaître cette sérénité ou on s'aime simplement.

#
Profil

NATURE

le vendredi 16 mars 2012 à 13h09

@maggi, merci de ton témoignage. Situation assez similaire,...Seulement ma crise de jalousie, a fait des dégâts. Elle a déstabilisé mon mari, qui, malgré ses sentiments toujours présents, était décontenancé en présence de son amoureuse. Ils ont fini par se faire mal et on mit de la distance entre eux. Dans mon couple, le problème est, leur relation, car je me demande, toujours, comment retrouver mon mari, après leurs ébats. Après un baiser...ce n'est pas toujours évident alors que dire après l'acte sexuel par lui même ?!? Ce que je ne comprends pas, c'est que j'ai pu le faire et être intime avec mon mari, avant la prise de conscience et maintenant, par moment et même encore maintenant, cela me bloque. Une étape à traverser, qui me ronge déjà, sans qu'il n'y ait rien eu de plus que des préliminaires bien avancés....
Dans leur couple, le problème est qu'ils ont tout à construire au risque que cela fonctionne ou pas. Et en plus, elle vit, contrairement à nous, cette relation cachée, car elle est encore mariée, mal mariée, un bb, et propriétaire d'une maison qui cause bien des tourments et c'est elle qui gère l'essentiel administratif de son foyer. Aussi, pour le moment, elle a énormément à gérer, en plus de découvrir que l'amour, n'est pas ce qu'elle vit et a vécu auprès de son mari.
Un trop plein d'émotions, qu'elle n'arrive pas, plus à gérer. Mon mari, est lui,...anéanti. Mange peu, dort peu, manque de concentrations au travail (pas gloop), pleure énormément, et la comprend mais refuse et n'accepte pas son silence. Les réprimandes qu'il a pu avoir, étaient pour son bien à elle. Et au lieu de tirer profit de leurs erreurs, elle s'ancre dans un silence. Seulement, elle ne lui dit pas : je ne t'aime plus, je ne veux plus de toi. Non, qu'elle est débordée, maison, enfant, travail, et que l'euphorie est passée. Ca oui. Et lui, de ce fait, n'avance pas ! Et cela nous mines ainsi que notre petite famille.
Il était si épanoui...malgré les difficultés, là, il n'est plus rien. Je ne sais comment l'aider. Je suis prête à ce qu'ils se remettent ensemble et je m'y attends, que je le retrouve platoniquement ou pas, il en est conscient. Je lui ai conseillé de la joindre afin d'être fixé. Elle prend à chaque fois de mes nouvelles, quand ils s'entendent et nous, elle fait toujours partie de notre quotidien, et ce, depuis 7 mois, maintenant. Je pense que l'on peut devenir, avec le temps, elle et moi amies. Mais, faut-il attendre, qu'elle soit libre ? Dois-je l'appeler ? Et si je n'assure pas ? Leurs rencontres sont si étalées et brèves !
Mais sinon, je rejoins ton point de vue, et comme le dit bouquet fleuri "Le seul objectif qui vaille (à mon sens) est l'épanouissement de tous, et tendre vers cet objectif requiert une énergie particulière bien souvent constitutive de la solution, une énergie faite de respect et de tolérance mêlées, faite d'écoute et de parole, alimentée par des sentiments et des ressentiments passés et naissants, une énergie qui se déploie en résonnant avec l'implication des autres. Il n'y a pas de place dans cette énergie pour des jugements d'erreur et surtout pas de temps. Il faut faire vite en sachant que la solution peut prendre du temps, il faut faire fort en étant capable d'être doux, il faut regarder et accepter tous les paradoxes de la relation amoureuse illustrés dans la douleur par ce que vous vivez en ce moment." Seulement difficile à mettre en place, chez nous. L'épanouissement, on ne l'est plus. Respect tolérance, on l'a. Alimentée par des sentiments et ressentiments passés et naissants, (elle les fuit) déploie avec l'implication des autres...Après 22 ans, je ne peux pas ne pas réagir à voir mon mari s'envoler dans d'autres bras, mes tourments, sont justifiés. Je me les imposent, inconsciemment, car je ne recherche pas cet état d'âme. Ils peuvent le comprendre même si cela est plus ou moins difficile pour eux à surmonter. Je ne les attaque pas pour autant. Et c'est plus entre mon mari et moi. Dans ce genre de relation, on s'épaule aussi, non ? On est poly, mais les fonctions d'un couple doivent se développer également ? Bon, elle n'a pas vécu dans cette mentalité...Mais, elle ne doit pas confondre ses partenaires et mon mari est contrairement au sien, un homme qui protège et pense et agit, avant tout, pour ceux qu'il aime et passe après. D'où son désarroi du moment. Que ferais-tu maggi ou vous, les polyinternautes ?

#

maggi (invité)

le vendredi 23 mars 2012 à 22h06

J ai eu se problème la aussi au début , d être bloquer pour les relation intime, quand il me touchais je l imaginais avec elle se qui n étais pas facile a vivre, avec le temps j arrive a ne plus y penser, il faut arriver a se résonner quand on y pense de trop mais je sais que se n est pas facile j ai fait un énorme travail sur moi même et je continue toujours .
votre situation me semble beaucoup plus compliquer que la notre quand même car la compagne de mon mari n a personne dans sa vie.
la contacter serais peut être une bonne idée, elle arriverais peut être mieux a comprendre comment vivre les chose car j imagine qu' elle ne doit pas avoir beaucoup de monde a qui parler, on se sent vite isolé dans une situation comme celle la...tu dois agir en fonction de se que tu ressent, si tu sent le besoin de la contacter et de discuter avec elle et bien fait le ça t apportera surement beaucoup, il ne faut pas trop réfléchir je pense, vaux mieux suivre se que l on ressent et c est ça qui nous fais avancer, on a besoin de ses moment de crise pour comprendre certaine chose, pour changer notre regard et pour apprendre a gérer de mieux en mieux les choses.
j aimerais pouvoir te dire vraiment quoi faire pour t aider ainsi que ton mari qui souffre vraiment beaucoup apparemment mais mon expérience est a peine plus longue que la tienne donc j ai encore beaucoup de choses a apprendre a mon avis mais si j ai un seul conseil c est de parler, parler beaucoup et surtout ouvertement même si il y a des choses pas facile a dire ou a entendre il faut le faire quand même, plus on garde les chose pour sois plus c est ravageur.

#
Profil

NATURE

le mardi 27 mars 2012 à 18h32

Ce n'est pas que j'y pense en permanence, mais c'est vrai, je le regarde, et me dit, qu'il est capable de vivre et de ressentir des sentiments pour une autre que moi, parfois, je me demande si un extraterrestre n'a pas pris possession de son corps ! (je sais il m'a fait trop voir de film de sciences fictions :-) . Penser à eux intimement, non, mais, c'est surtout ces flash qui me coupent de tout plaisir, alors que la situation pour eux est à peine effleurée...que dire quand cela sera fait ?

Pour elle, il n'y a personne pour l'écouter. Entre eux, ils parlent d'avenir, mais, elle ne l'implique pas vraiment, de peur que cela ne fonctionne pas. Elle sait que je reste présente, c'est imposé depuis le début et une condition pour que leur rencontre persiste. Pour moi, c'est surtout entre lui et moi, que le sujet est vraiment abordé. Elle ne veut pas trop envisager les choses, car bien souvent, leurs projets tombent à plat.

Dernièrement, mon mari lui a envoyée une lettre afin de lui expliquer son ressenti devant la situation et respectée son silence. Ami, il ne le peut, car cela serait mentir entre nous, entre eux et à lui-même et pour lui inconcevable car les sentiments sont très forts et cela serait, donc, vécu comme une torture. Il avait eu l'opportunité de l'entendre et de lui dire que je suis prête à m'effacer. Ce que je leur avais dit vouloir faire dès le début. Elle nous avait demandé de réfléchir au détriment de leur propre WE. Et là, elle lui a avoué que les choses auraient été différentes si elle l'avait su plus tôt...

Seulement, arriverons-nous à vivre l'un sans l'autre ? Tout les jours, à tout moment, il me dit qu'elle lui manque, qu'il pense à elle, mais il me dit aussi, que sortir sans moi, les enfants, abandonner tout ça, notre vie, nos projets, alors qu'il l' aime, il ne le comprend pas, et que c'est fou ce qu'il a besoin d'elle. Je prends une bonne inspiration quand il me dit ça, il faut avoir l'esprit ouvert et ne pas être faible de caractère mais je ne sais comment l'aider...

Je connais ses sentiments depuis le début, à elle aussi, je sais que devant l'inconnu, ils ont et surtout elle, peur. Car autant les sentiments d'amour peuvent faire du bien qu'ils peuvent faire mal, mais ne pas affronter ses craintes, n'est pas une solution, même si c'est au risque de finir seule. Je pense que comme lui, elle a mal.

Une discussion, entre elle et moi, peut-être...mais, j'ai tellement peur de revivre mes démons, de faire ressortir ma jalousie et de ne pas tenir au risque que cela me soit reprocher par l'un comme l'autre. Mon mari le sait, et il ne sait comment me conseiller.

La nuit porte conseille et on verra si elle accepte ou non une rencontre. A prés tout qu'est ce que je risque ?

#
Profil

NATURE

le mardi 27 mars 2012 à 19h21

Et comme tu le dis "il ne faut pas trop réfléchir" et j'aime à croire que nos, mes moments de crises sont et étaient nécessaire pour comprendre et apprendre certaines choses.

Enfin...ce qui est réconfortant, c'est que malgré tout, notre amour est toujours si ce n'est plus fort, même si on finit par vivre comme des amis, des complices, afin qu'ils puissent vivre leur amour. Notre amour est assez mature, semble-t-il, pour que nous le supportions. Bon, le savoir est une chose, les démonstrations, peuvent attendre...::-/ :-D . Mais, une chose à la fois...

#
Profil

NATURE

le lundi 23 avril 2012 à 15h11

Je lui ai proposé une rencontre par sms. Elle ne m'a jamais répondu. Je lui ai de ce fait, envoyé un mail, ne faisant culpabiliser personne où au contraire, je valorisais leur rencontre et où je me mets à nue. Toujours aucune réponse. Il me restait encore 1 pas à faire auquel je n'ai pas pensé...me rendre sur le lieu de rencontre et lui imposer ma présence...j'aurai peut-être du la prendre au dépourvu...allez savoir !

A mon mari, je n'avais rien dit. Seulement au cours d'une conversation précédente, j'avais émis une hypothèse de rencontre entre elle et moi et il n'avait pas relevé. Le soir de l'envoie du mail, il me demande si je l'ai contactée. Je ne sais pas lui mentir. Il le lira, il me dira : "tu parles très bien, tu ne la culpabilises pas, tu dis bien ce qu'il en est...Merci, je t'aime"

Je sais cependant, qu'ils se sont entendus, mais ils n'avancent pas et il n'a aucunement été question de mon mail.

Je ne sais quoi faire. J'ai accueilli, cette personne, investi pour son bébé, prêt à les inclure dans notre famille, ça en était déconcertant, mais j'en avais le besoin et même si je ne l'explique pas, j'en étais heureuse. Car pour ce que nous traversions, même si difficile, inattendu, il ne pouvait en être autrement, la rencontre est indélébile, aussi autant faire avec.

J'ai l'impression d'avoir fait beaucoup pour nous entendre, nous rencontrer, mais d'être également la seule. Alors qu'elle, lorsqu'elle m'avait proposé de la rejoindre, je l'avais fait....Selon son amoureux, il se pourrait qu'elle me craigne et culpabilise. Elle a le mauvais rôle. Je ne cherche qu'à la rassurer et elle ne le comprend pas, ne l'entend pas...Autant je peux me livrer à elle, que d'elle, je sais qu'elle me considère comme une personne charmante, qu'elle pense énormément à moi, mais sinon,... rien d'autres ! J'aurai aimé qu'elle m'en dise plus. Et pourtant, lorsque l'on s'entendait, j'avais parfois, mais peut-être que ce n'est qu'une impression et que j'étais seule à la ressentir, mais une complicité s'installait. Nos petits secrets à elle et moi.

Comme je lui ai dit, je ne cherche pas à lui jeter notre amoureux dans les bras, elle n'a pas eu besoin de moi pour l'apprécier, l'aimer, mais pourquoi avoir commencé une histoire, une rencontre, au risque de mettre notre couple en péril si, c'est pour mieux reculer, ne pas vivre ses sentiments, au moindre petit problème ? Comme le dit BOUQUET FLEURI "En sachant que rien ne sera plus comme avant, et heureusement, parce que souffrir, ça passe à la limite, mais pour rien ce serait du gâchis." J'ai l'impression d'avoir souffert, aux travers de mes tourments, pour rien et que c'est un beau gâchis.

Moi,je commence à revivre tout en étant sur mes gardes, car il est toujours anéanti, perdu, entre nous 2. Il culpabilise de savoir qu'il peut me laisser seule avec nos enfants, au risque que je refasse ma vie, et de ne pouvoir de ce fait me "récupérer" savoir, qu'il n'attend que son retour, que cela ne peut "ne pas fonctionner" mais il a une énorme envie que cela fonctionne et envisage tellement quand même, lui qui ne se projetait plus.... Je l'ai rassuré, disant que les enfants et moi ne lui jetterons pas la pierre, et qu'en retour, il n'aurait qu'à être présent en tant que père et ami et confident à défaut d'être amant et de nous entendre avec son amoureuse. Car pour moi, elle ne le veut que pour elle et découvrir que l'amour existe, et qu'il faut, comme un cadeau au sapin, s'apercevoir qu'il faut le partager avec sa soeur-amie, pour en profiter et se dire que le père noël, n'est pas que pour soit, que c'est une légende, mais appartient à tout le monde, n'est pas évident. Mais, pour le bonheur qu'elle lui apporte, en plus de ma présence, l'éclat de vie qu'elle lui procure, je suis prête à m'effacer, s'il le faut sur le plan intimité et il le sait.

J'ai l'impression qu'elle prend en compte trop tard la valeur de notre couple. Une valeur, que nous ne soupçonnions même pas l'existence, car je serai prête, par amour, à accepter le leur. Ce que je faisais depuis le début, même si j'étais impuissante et de ce fait contrainte à traverser mes tourments. Seulement, il y a une faille dans cette valeur, car si leur amour est pure, le notre, à mes yeux, ne devait connaître aucun souci de ce genre et de ce fait, perd, malgré tout, de sa pureté. Il reste cependant présent, mature, il est entrain de réaliser l'absolu, et pour maintenant, autant que cela soit avec elle, car comme je l'avais dit, absente, elle n'en est que plus présente.

Pourquoi renier ses sentiments quand ils sont reconnus, et toujours présents ? Il lui a énormément apporté, des choses insoupçonnées pour elle, qu'elle découvre, s'émerveille et aime, pourquoi les renierait-elle maintenant, alors qu'elle lui a avoué ses sentiments et qu'elle les sait partagé ?

#
Profil

lena

le lundi 23 avril 2012 à 16h26

Peut-être a t-elle besoin d'un peu plus de temps pour cheminer, tout comme il t'en a fallut. Pour voir si elle peut accepter une conception différente du couple, à savoir partager son amoureux avec toi et non l'avoir pour elle seule.

Ton couple est ancien et solide. Elle s'en rend finalement compte, il faut qu'elle puisse l'intégrer puis ensuite décider si cela lui convient ou non. Elle est peut-être perdue face à ses sentiments ainsi que fasse aux vôtres.

Et peut-être envisage-t-elle également le poly sous un autre angle que toi/vous. Peut-être que tout en connaissant ta relation avec votre amoureux ne ressent-elle pas le besoin ou l'envie d'une relation avec toi et que du coup ton implication l'effraie et la freine.

Je ne te juge nullement, j'essaie juste de t'apporter un point de vue différent.

En tout cas, je te souhaite plein de courage et je suis de tout coeur avec toi.

#
Profil

NATURE

le lundi 23 avril 2012 à 18h33

Oui, plus de temps. Un temps qui seulement, pour lui, le blesse. Et pourtant, depuis le début, je suis prête à me mettre de côté. Moi, si je dois tirer "profit" de leur rencontre, c'est avant tout en tant qu'amie et que cela se passe bien, en entente entre nous 3, pour préserver nos enfants et à l'image de notre nous.

Déstabiliser par ses propres problèmes, la situation à nous 3, et comment la vivre et ses, leurs sentiments.

Quelques parts, comme moi, très vite plongée dans le bain. Et ma présence, imposée, tout comme la sienne. On essayait de s'entendre. Moi, j'ai mon mari, avec qui je mets les pieds dans le plat, et mélange bien la sauce, si je peux dire, le tout cordialement. Mais, entre eux, pour moi, ils n'effleurent que le sujet. Trop peu de temps pour se voir, rencontres furtives, trop de sujets à aborder...

Je peux comprendre.

Merci de ton point vue et encouragement. J'apprécie, et un regard extérieur, ça aide à y mieux voir. Il y a beaucoup de soutiens sur ce cite qui m'ont aidé à évoluer, même si je reste, encore mono, pour le moment. Mais, cela m'a permis d'avancer dans l'acceptation de leur rencontre et dans parler autrement.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion