Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Organiser notre vie à trois

Témoignage
#

Falbala (invité)

le mardi 10 juillet 2018 à 15h16

Bonjour,
Voilà quelques mois que j'ai manifesté mon désir de vivre une autre relation amoureuse à mon compagnon de vie. Il s'est montré ouvert et favorable. Puis je suis devenue amoureuse d'un autre homme et au fur et à mesure que mes sentiments et mon engagement s'affermissaient, mon compagnon prenait peur et revenait sur son accord. Or, moi, je ne suis pas prête à y renoncer.
Je les aime tous les deux. Chacun a sa place dans ma vie. Devant ma détermination mon premier compagnon a décidé de mener le combat pour dompter sa peur de ne plus exister à mes yeux. De son côté mon deuxième compagnon, désireux d'une exclusivité, a accepté de "me partager". Tout l'enjeu pour moi consiste à trouver le juste équilibre pour que personne ne se sente frustré.
Vous qui vivez une situation similaire, je suis preneuse de vos témoignages. Comment parvenez-vous à concilier deux relations de qualité conjointement ?

#
Profil

bonheur

le mercredi 11 juillet 2018 à 10h35

Aucune recette miracle ! Il y a toujours un inconfort quand tout le monde n'est pas acceptant à 100%. Etre au centre n'est pas agréable. Les instants de bonheur viennent "compenser". Le polyamour est beaucoup, je crois, une question d'équilibre autant que de communication. C'est un "travail" important et être poly ne consiste pas à une simplification de la vie. Je dirai plutôt que c'est tout le contraire. Les mots "détermination" et "combat" l'indiquent et sont une réponse à tes interrogations. Attention malgré tout à ne pas trop subir. Le burn out peut arriver. Si tu ressens une fatigue excessive et/ou une forte lassitude, met les pieds dans le plat et dit clairement que tu n'en peux plus... à l'un comme à l'autre. N'oublie pas d'ajouter que tu ne baisses pas les bras malgré tout et que tu les aimes.

#

Falbala (invité)

le mercredi 11 juillet 2018 à 20h20

Merci pour ta réponse Bonheur.
En 4 mois de relations simultanées j'ai déjà expérimenté ce que tu évoques : l'inconfort, le presque burn out, la remise de pendules à l'heure...
Oui, le printemps a été intense !
Seule ma ligne directrice n'a pas changé... Ne pas choisir entre l'un et l'autre car il y a de l'amour et chaque couple a un sens (qu'il serait peut-être un peu long de détailler ici...)
C'est pour avoir des témoignages organisationnels concrets que j'ai rédigé ce post. Bien que j'aie conscience que chaque situation soit unique... Mais parfois on peut tester ce qui a marché pour les autres, qui sait?
Nous sommes en train d'essayer l'alternance... Je vis une semaine avec l'un, une semaine avec l'autre... Nous n'en sommes qu'à la première semaine...j'attends d'avoir un peu de recul.
Certains ont-il testé ?

#
Profil

bonheur

le mercredi 11 juillet 2018 à 20h37

Désolée, je n'ai pas testé cela (qui me fait pensé au film "garde alternée"). Je suis mariée depuis très longtemps et heureuse dans cette situation. Mes amours sont à la fois extérieurs (rando ensemble, repas, discussions à deux) et aussi dans le "tous ensemble" (week-end, quelques jours de vacances, mon anniversaire, randos, autres).

Ce que j'ai constaté, c'est que comme mes amours sont extrêmement différents, le "tous ensemble" ne doit pas se prolonger dans la durée. Au bout d'un moment, on est trop sollicité pour faire l'arbitre entre les divergences de caractères ou autres.

Il y a le beau livre d'Hypatia from Space qui en parle magnifiquement (compersion : transcender la jalousie dans le polyamour). Ce livre ne parle pas uniquement de jalousie mais également de l'inconfort d'être la pointe du V (ou élément commun) et donc devoir maintenir à la fois les équilibres nécessaires au sein de chaque relation mais aussi, si les métamours se rencontrent, les équilibres entre eux.

Un poly ne se simplifie pas l'existence, en tout cas pas à ma connaissance.

#

Falbala (invité)

le mercredi 11 juillet 2018 à 21h18

Je te réponds plus longuement plus tard mais ce qui me vient en premier c'est une réaction par rapport à la complexification de l'existence... C'est vrai... Mais elle devient aussi plus intense, plus riche, plus à même de faire briller toutes les facettes de nos êtres complexes :)
Merci, vraiment, pour ton attention.

#
Profil

bonheur

le mercredi 11 juillet 2018 à 22h00

Falbala
Mais elle devient aussi plus intense, plus riche, plus à même de faire briller toutes les facettes de nos êtres complexes :)

Tout à fait. L'amour est compliqué mais il est en effet le plus révélateur de soi et des autres. C'est sa beauté et le terme "riche" exprime magnifiquement (+)

#

Polpoly (invité)

le jeudi 12 juillet 2018 à 00h03

Je me pose beaucoup de questions devant ta situation, si j ai bien compris, tu as 2 amoureux simultané depuis 4 mois, mais depuis combien de temps est tu avec le 1 er ?

Ce qui m interpelle c est la rapidité de la mise en place car au bout de 4 mois vivre 1 semaine avec l un puis 1avec l autre, cela doit être terriblement dur et déroutant pour ton 1 er partenaire (si vous êtes ensemble depuis longtemps surtout).

Après plein d autres paramètres que nous ne connaissons pas entre en jeu, comme vos âges, si tu es marié avec ton 1er et avez des enfants.

Car imaginons que tu es dans la trentaine, marié avec des enfants, l alternance d une semaine est impossible pour la famille.

Et si je te suis bien, tu as le désir d une équité entre tes 2 partenaires, donc si ton 2ème veut un enfant et que ton 1er refuse catégoriquement ?

Personnellement je ne crois pas à l équilibre pur dans une relation poly ou tout les partenaires seraient égaux, que se soit sentimentalement ou dans les faits de vie. Pour moi la hiérarchisation des relations est primordiale et même ceux qui la réfute sentimentalement, ils la constatent dans les faits de vie.

Enfin si cela marche et que tout le monde s y retrouve alors enjoy ^^

#

Falbala (invité)

le jeudi 12 juillet 2018 à 09h54

Bonjour Polpoly,
Et merci pour ton intérêt.
Oui, 4 mois c'est très rapide, j'en ai conscience, mais à la hauteur de l'intensité de nos sentiments. De plus, c'est dans mon caractère de vivre ainsi les choses. Je ressens, j'analyse, je prends une décision, je teste. J'ai besoin d'être dans l'action. L'expectative m'angoisse.
Mon premier compagnon, oui, se sent bousculé. Nos caractères sont différents. Pour autant, dois-je nier qui je suis?
Nous sommes en couple depuis 10 ans, mariés depuis 9. Famille recomposée. Moi 3 enfants d'un premier mariage, lui un. Ce ne sont plus des petits. 16 à 24 ans. Les aînés sont partis, les ados encore à la maison. Pour des raisons différentes ils ne voient plus leur autre parent. Nous sommes très unis tous les 6. Beaucoup d'amour circule et c'est primordial pour moi de conserver cet équilibre car ce foyer est notre nid.
Il y a deux ans nous avons traversé une crise qui a atteint son point d'orgue l'année dernière avec la découverte de mensonges, trahisons et infidélités. Très difficile. Remise en question totale de la confiance, en tant que valeur même. Mais même au plus fort de la tempête, l'amour toujours en filigrane et la volonté de continuer le chemin. Et puis, derrière tout cela, la révélation des raisons d'un manque latent chez moi, l'une des raisons de la crise. Pas seulement. On est deux dans cette relation... Besoin d'être plus complètement moi-même, de faire vibrer certaines cordes que mon compagnon, par sa nature, laisse muettes. Je ne reproche rien. C'est ainsi. Quel être peut tout nous apporter ? Besoin de me sentir libre. Beaucoup de questionnements autour de tout cela. Libre comment ? J'ai fait quelques expériences... Assez infructueuses et décevantes. Puis j'ai rencontré mon deuxième amour. Comme une évidence le chemin s'est éclairé. C'est aussi simple que ça.
Oui, c'est illusoire de viser l'équité complète. De fait, chaque relation est différente et en fonction des aléas de l'existence chacune viendra à son tour sur le devant de la scène. Actuellement c'est mon histoire plus récente. Normal, nous sommes dans l'énergie des débuts.
L'alternance n'est pas envisagée que pour eux, moi aussi j'ai besoin d'être dans l'énergie de l'un et de l'autre. Jusqu'à présent nous avons bricolé. J'étais sans cesse en train de préparer un sac et de faire des au-revoir... Trop déstabilisant. L'idée des semaines alternées est née de la volonté de clarifier les choses pour chacun, y compris les enfants (qui ont été mis au courant de la situation très tôt, compte tenu de la tournure sérieuse que prenaient les événements), et aussi de donner du temps à chaque relation pour vivre des temps de qualité et continuer ou commencer à construire des projets communs.
Je ne suis pas vraiment d'accord avec toi concernant l'impossibilité de vivre cette alternance avec des enfants petits. Combien le vivent déjà en se déplaçant de chez papa à chez maman? Je ne dis pas que ce soit la panacée, mais sans doute plus confortable pour les enfants de ne pas changer de lieu de vie. Je crois, en tous cas, que tout peut s'imaginer quand le moteur est l'amour et le moyen le dialogue.
Sur la question de l'enfant, je ne me sens pas concernée. J'approche de la cinquantaine et ce n'est plus le moment pour moi. Mon deuxième compagnon, un peu plus jeune et qui n'est pas père, pourrait être dans cette démarche, mais les choses sont posées entre nous.
Je pense que la vie m'a proposé cette expérience à un moment où je pouvais la vivre. Car en effet, mon rapport à la maternité, plus tôt, m'aurait fait envisager un enfant. Et cela aurait forcément beaucoup compliqué les choses pour mon premier couple.
Je précise que mes deux compagnons sont très différents. C'est dans la logique de ma démarche... Mais du coup assez incompatibles...et pour l'instant, toute communauté est exclue, même pour de courts échanges qui tournent assez rapidement à l'affrontement... C'est le point noir de tout cela....

#

Falbala (invité)

le jeudi 12 juillet 2018 à 10h16

Bonheur
Je te remercie pour la référence du livre d'Hypatia. J'ai parcouru son blog mais ce que tu me dis du livre me donne envie de le consulter.

Je trouve admirable que tes amours et toi puissiez avoir des temps de partage communs. C'est l'espoir que je caresse mais je pense qu'il faudra beaucoup de temps (voir ma réponse précédente à Polpoly).

Ce qui se passe bien en revanche ce sont les rencontres entre mes enfants, y compris mon beau-fils, avec mon deuxième compagnon. Je m'en réjouis car c'est important pour moi que les personnes qui comptent dans ma vie se connaissent et vivent des interactions dans la mesure du possible de leur compatibilité...

#
Profil

bonheur

le jeudi 12 juillet 2018 à 11h21

J'admire la façon dont tu fais preuve de réalisme et surtout de franchise avec non seulement ton mari (je suis mariée aussi) et également vos enfants (les miens ont la vingtaine d'année, je vais avoir 50 ans).

Ma différence, je conçois la hiérarchisation et tente toujours un équilibre, autant que possible. Le "tous ensemble" n'est réalisable que sur de l'évènement ponctuel et surtout pas dans un objectif de communauté de vie. Autrement dit, mes amours extérieurs à mon couple doivent être auto-suffisant. Cela ne veut pas dire que je ne peux pas être présente... bien au contraire. Je privilégie la qualité des rapports à la quantité. Même si je peux être un peu "pot de colle" parfois (souvent même). Je n'aime pas être dans l'attente.

La notion d'invité me semble, dans mon cas, importante. J'invite mes amours secondaires et si je vais chez eux, je suis invitée. Bon ok, une invité qui saura où se trouve les vers et les couverts... mais malgré tout, je ne suis pas chez moi.

La notion de nid est importante, je crois. Je sais que si mon mari avait un autre amour et qu'il veuille allé vivre une semaine sur deux chez son autre amour, je crois que je prendrai cette décision comme une façon de quitter le nid. Je ne pense pas que je le digérerais aisément. Par contre, je serai la première à vouloir que le lien soit pérenne. Une relation a besoin de moment à soi, de l'intimité (je ne parle pas de sexualité mais bien d'intimité, c'est à dire sans interférence). Il faut savoir où sont les priorités et le nid en est une. L'autre doit le comprendre. Quitter le nid et y revenir (ce que tu nommes faire son sac) souvent... avoir deux nids...

Bon ce n'est que mon opinion, ma perception et mon vécu. Je comprend parfaitement ta volonté. Par contre, ton mari a peut être plus la même perception que moi. C'est peut être cela qui le fait tiquer alors qu'il était ok.

Dans une transition mono-mono (y compris avec des tumultes périodiques) qui évolue en mono-poly, je conseille généralement ces trois livres en complément du récent livre d'Hypatia. Ils sont de Yves Alexandre Thalmann et se complètent :
- vertus du polyamour - la magie des amours multiples
- les 10 plus gros mensonges sur l'amour et la vie de couple
- garder intact le plaisir d'être ensemble - prévenir le désamour

Les deux derniers titres ne sont pas des livres parlant de polyamour, ils sont pour les mono, mais ne vont pas dans le sens de l'exclusivité. Il peuvent tous les trois être lus par ton mari, ton amoureux mais aussi par vos jeunes (qui se posent certainement moins de questions que leurs parents)

#
Profil

parti4589

le mardi 17 juillet 2018 à 16h55

Tu sembles bien organiser entre tes deux hommes Falbala. L'alternance une semaine sur deux est peu commune. Après il faut voir avec le temps si tes hommes ont quelques centres d'intérêt communs ou pas du tout. Si ils ne partagent rien ils peuvent peut être pour le moins se respecter mais parfois cela est difficile. Ce n'est pas évident de partager sa compagne entre jalousie, crainte de perdre sa moitié, dépréciation de soi même, crainte que l'autre soit meilleur. Tout se mélange. Peut être avec le temps leur montrer qu'à tes côtés ils peuvent s'épanouir.

#

Falbala (invité)

le jeudi 19 juillet 2018 à 08h57

Bonheur >
Merci pour ton long message. J'ai fait une pause internet pour vivre plus pleinement les choses.
Oui, cette notion de nid m'est chère. En particulier parce que je suis mère. En avoir deux me paraît être une solution convenable en regard de ma personnalité et de la situation. Reste à voir si c'est viable sur le long terme... Beaucoup d'inconnues subsistent.
Quoi qu'il en soit, il me paraissait nécessaire en ce début de relation de nous accorder du temps d'intimité et le format "semaine" le permet.
Mon mari craint de ne plus exister assez à mes yeux. Cette peur a débuté bien avant la décision d'alternance. En fait, dès qu'il a pris conscience des sentiments forts que j'éprouvais pour mon autre amour. Je ressens pourtant que les deux ne sont pas incompatibles. Bien au contraire, l'acceptation de l'un par l'autre renforce les liens. Mais nous n'en sommes plus vraiment là aujourd'hui. La rivalité se fait sentir, plus ou moins en sourdine... Pour l'instant, ma position est de couper court à toute conversation prenant le tour d'un jugement de l'un sur l'autre. Mais je souhaite un apaisement car c'est assez épuisant de ressentir ces tensions.
Je note les références bibliographiques que tu me donnes. Je viens de commencer Compersion.
Encore merci pour tes mots qui m'aident.

Parti>
L'organisation, oui, j'en ai eu besoin pour cloisonner deux relations qui devenaient difficiles à mêler. Je ne prétends pas que ce soit la panacée et justement, je venais chercher ici des témoignages d'organisation de ce type pour avoir un retour d'expérience :)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion