Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

L'amour au temps

Témoignage
#
Profil

Amma-bina

le mercredi 05 octobre 2011 à 19h50

Bonsoir,

Sa y'est l'année est passée, toujours rien de lui ni d'elle d'ailleurs. Un silence qui se fait radio, en moi. Nous n'avons pas pris assez d'élan pour comprendre que nous étions, presque des polyamoureux. Aujourd'hui, j'ai compris ce que je le suis en vous lisant tous, depuis hier soir et merci d'exister, je commençais à penser que nous étions "ùn poco loca" de croire que cette relation pouvait évoluer en "trio" amoureux, bien que nous étions différents mais je m'étais fais des illusions qu'un jour nous voulions bien regarder dans la même direction.

La mienne que voilà, d'histoire. Plusieurs années de complicité, (moi et un couple h/f ) de sincérité, d'amour et d'amitié, de fusion, de passions et d'énergies débordantes. Inséparables. Jusqu'au jour où, je n'arrive plus à contrôler mes sentiments pour lui ça se voit comme le nez au milieu de la tronche et à travers mon regard, on lit mes fantasmes pour elle et suis éperdument amoureuse de l'amour, de faire l'amour (plusieurs partenaires). Elle veut de moi je l'ai su quand elle s'est arrêtait sur mes photos de nue mais introvertie, monogame elle me le cache. Enfin, il veut de moi je l'ai su au fil des discussions, des regards et du touché, mais lui aussi un timide monogame. Et c'est ainsi que, commence la lutte entre nos sentiments d'amour ou d'amitié à tous les trois, les vérités, les messages et les signes qui ne trompent pas, puis le Clache ! Parce que (d'après moi) nous n'avions pas su s'y prendre correctement, donc il y a eu séparation. J'ai pris les devants, elle me tuait du regard, me lançai des bombes à tous va ceci sa forme de protection. Il transpirait de nous posséder sans vouloir quitter cette relation "trio" puis s'est décidé à rester sur sa position d'homme monogame. Sans prendre le temps de poser les bonnes questions ni d'avoir su répondre, après confrontations et je suis partis.

Aujourd'hui, je suis à la recherche d'explications sur les comportements (je connais bien nos passés) que nous avions pu avoir lors de ces confrontations et séparation. Pour comprendre ce qui nous ai arrivé et ne pas refaire les mêmes erreurs, le même échec sentimental.

Merci polyamour.info et aux polyamoureux internautes d'exister !!!

Et me voilà, en voie et recherche de guérison.

#
Profil

Amma-bina

le mercredi 05 octobre 2011 à 21h26

Enfin, je sais pas si vous avez réussi à comprendre ce que j'ai écris ...
Ce que j'ai compris de cette expérience, c'est que nous étions en pleine réflexion, à l'aube de décider si nous devions devenir un trio "amour" ou pas. Ou pas, veut dire ce qu'ils sont l'un pour l'autre à présent et moi, pour d'autres.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 06 octobre 2011 à 00h35

Amma-bina
Enfin, je sais pas si vous avez réussi à comprendre ce que j'ai écris ...

Je crois que oui :)

#

(compte clôturé)

le jeudi 06 octobre 2011 à 01h09

Amma-bina
Enfin, je sais pas si vous avez réussi à comprendre ce que j'ai écris ...

oui, mais j'ai dû lire à voix haute...

Pour en revenir au sujet, je dirais que tu as essayé, que ça a foiré, et qu'il te reste à te réouvrir à la vie bruissante autour de toi pour retenter ta chance et trouvant une occasion.
Tu auras pu expérimenter la fragilité de la position de célibataire draguant des partenaires en couple avant ton arrivée : tu es quasi obligatoirement la variable d'ajustement dans cette position.
Si la vie en trio te branche, je te souhaite de trouver ton bonheur avec un couple en cours de formation plutôt que de t'y greffer ensuite : ça pourrait fort bien recommencer pareil, sinon.
On pourrait aussi imaginer que tu formes d'abord un couple auquel viendrait ensuite s'ajouter un troisième personne, mais je ne saurais dire pourquoi, je ressens à te lire que ça ne serait pas si simple?

#
Profil

Amma-bina

le jeudi 06 octobre 2011 à 09h04

Bonjour,

Merci à vous d'avoir répondu à mon post.

Elren
Tu auras pu expérimenter la fragilité de la position de célibataire draguant des partenaires en couple avant ton arrivée : tu es quasi obligatoirement la variable d'ajustement dans cette position

Je sais pas si j'ai bien compris le terme "quasi variable ajustement" peut tu m'expliquer autrement ? Est ce dû à l'écart certain de ma bi-sexualité ? Qui fait que l'on s'éloigne ? Pensez vous ?

Pas si simple mais ça pourrait l'être, je n'ai pas encore le sentiment de voir plus loin avec mes autres partenaires alors je laisse le temps au temps. Ils sont au courant des autres, l'acceptent très bien, bien sûr ils leur arrivent d'être jaloux mais très légèrement. Y'a toujours le Mais... Un manque. J'aimerais bien trouver en moi comme chez eux, ce qui manque réellement à mes relations.
Pas si simple, peut être parce que je suis encore dans la découverte profonde de moi même, de cette polyamour, de cette sexualité etc... Je me suis dis que c'est après coup, de cette histoire, que j'ai compris la possibilité naturelle d'une autre fusion, d'une autre passion (cérébrale et physique) entre adultes consentants. Je ne suis pas amoureuse de mes hommes ou femmes, j'aime tous de l'amour, de l'amour que je veux offrir comme recevoir. C'est important. Tout comme j'aime être avec eux (parce qu'encore récent), je me sens bien, je me sens - si je puis dire pas totalement - mais chez moi.

A vos avis ?

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Amma-bina

le jeudi 06 octobre 2011 à 18h59

"Ce post à été déplacé"

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

(compte clôturé)

le jeudi 06 octobre 2011 à 22h55

Amma-bina

Je sais pas si j'ai bien compris le terme "quasi variable ajustement" peut tu m'expliquer autrement ?

tu as oublié un mot.
Une variable d'ajustement, c'est celle qui prend une valeur obligatoire une fois qu'on a modifié toutes les autres.
Genre dans un budget, une fois que tu as payé le loyer les impôts les taxes, la nourriture, l'essence, il te reste une certaine somme avec laquelle tu peux aller en boite : sauf incurie tu ne vas pas commencer par là sans savoir si tu auras assez pour le reste.
Un couple est en équilibre sans cesse éphémère et à réinventer. Donc la troisième personne aura les miettes lorsque la relation de couple aura été consolidée et satisfaite. Tout le monde ne se satisfait pas des miettes toute sa vie...

Je n'ai pas bien compris ce que ta bisexualité venait faire là : tu as un problème avec elle?

#
Profil

Amma-bina

le vendredi 07 octobre 2011 à 00h06

Eulren
Je n'ai pas bien compris ce que ta bisexualité venait faire là : tu as un problème avec elle ?

Désolé si je m'exprime mal ou choisit mal mes mots, ne m'en voulait pas...

Non je n'ai pas de problème avec elle:-) , s'est le fait de l'être qui est parfois un problème pour d'autre. Bon sa tous le monde a lu et relu des témoignages comme celui là (en vérité je me vide ici parce que je sais pas ou trouver de réponse ni d'écoute) Je veux dire par là, qu'il arrivait que je me sentais/me sens frustré lorsque je ne pouvais/peux pas insérer ce sujet dans une discussion par exemple. Parce que nous n'avons pas tous la même manière de vivre et ce qui par conséquent, ramène des fois à des discussions stériles, fermées et par dessus tous ils veulent qu'on se taise et à nous d'écouter. Chose que je refuse, de me taire ! Quand je sais que c'est une injustice de croire que l'amour ne peut pas exister chez les, "homosexuel" "hétéro" "bi-sexuel" "trans-sexuel" "polyamoureux" "libertin" "épicurien" etc... parce que j'ai vécu, comprends et connaît la monogamie, que je ne veux pas juger. (haaa les vielles hsitoires) Vu que mes proches sont tous "monogame" et très traditionnels... J'vous dis pas... ! C'est compréhensible, nous vivons dans une société qui fait croire que l'homme et la femme, se doivent être unique, un seul couple et à jamais. Et nous ? Si nous avons besoin de désirer une femme comme un homme, ou même plusieurs, les aimer profondément et les accompagner tout au long d'une vie ! C'est possible mais on ne le dit pas ! (je vous jure que sa fait du bien de parler librement)

Eulren
Un couple est en équilibre sans cesse éphémère et à réinventer. Donc la troisième personne aura les miettes lorsque la relation de couple aura été consolidée et satisfaite. Tout le monde ne se satisfait pas des miettes toute sa vie.

Méditons méditons... enfin plutôt médite médite... Tu viens de m'apprendre quelque chose sur le couple.Si j'ai bien compris, la troisième personne a été un élément qui les aurait consolidé, donc aurait répondu en quelque sorte aux besoins et désirs qu'ils ont pour évoluer (quelque part, c'est plaisant de savoir que grâce à [...] ils évoluent) et que la troisième personne aurait aussi servit de... :-( Par définition, de pantin ? Ou c'est moi qui interprète mal ce que tu as écris ? Oh ! c'est dure de se dire ça ! bon je suis preneuse quand même (maso ??? :-/ )

Bien sûr que personne ne veut se satisfaire des miettes. Pour moi, la troisième personne que j'ai été, n'avait jamais songé à cela. Ce sont, humainement, les sentiments qui avaient pris le dessus et qui m'avaient fait perdre pied donc, comme tu dis, fait ramasser les miettes. Cet à ce moment alors (ampoule allumée) que mon instinct, ma défensive , mon système de défense plutôt a fait surface et comprendre que les miettes ce n'étaient pas pour moi ni personne d'ailleurs. Qu'il valait de trouver son bonheur vers autres horizons. Malgré le misérabilisme dans lequel je me suis trouvé, à force d'illusion (au fond, je l'aime - les aime - toujours mais je laisse sa aux oubliettes, dans le tiroir) donc l'utopie, de se garder tous les trois, la fermière, le beurre et l'argent du beurre.

Haaaa ! polyamour-nautes éclairez moi s'il vous plait !!!!

Merci Eulren, pour cette réflexion, laquelle je ne m'attendais pas du tout.
As tu lu mon autre message ? Peux tu me dire ce que tu en pense ?
Merci d'avance.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 07 octobre 2011 à 00h14

Ha, si, on peut aimer les miettes, en amour.
Ca arrive à plein de gens qui ont des vies amoureuses compliquées : parceque ne prendre que les miettes ça fait qu'on a pas le gâteau à payer.

Enfin, moi, ça peut m'arriver de sentir ça.

Et c'est pas si négatif, comme idée. Quand on aime l'amour, on le prend, même si c'est que des bouts, on le prend partout où il est, donc, parfois, sous formes de miettes, parce que si on prend le gâteau partout, tout le monde a le droit d'exiger le notre... Et même en en ayant beaucoup en réserve, ça peut fatiguer.

Trouver l'équilibre entre "je laisse pas tout le monde me piller le coeur" et "je donne généreusement".
Un truc pas aisé, mais le mieux à faire quand même !

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Amma-bina

le vendredi 07 octobre 2011 à 00h26

SiestacortaEt c'est pas si négatif, comme idée. Quand on aime l'amour, on le prend, même si c'est que des bouts, on le prend partout où il est, donc, parfois, sous formes de miettes, parce que si on prend le gâteau partout, tout le monde a le droit d'exiger le notre... Et même en en ayant beaucoup en réserve, ça peut fatiguer.
Trouver l'équilibre entre "je laisse pas tout le monde me piller le coeur" et "je donne généreusement".
Un truc pas aisé, mais le mieux à faire quand même !

Tu résume le roman que je viens tout juste de poster au dessus... Bonjour Bonsoir Siestacorta

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Amma-bina

le vendredi 07 octobre 2011 à 00h40

Eulren
Si la vie en trio te branche, je te souhaite de trouver ton bonheur avec un couple en cours de formation plutôt que de t'y greffer ensuite : ça pourrait fort bien recommencer pareil, sinon.

Tout à fait d'accord. Merci

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 07 octobre 2011 à 01h04

pantin? rhoôôoh tu ne serais pas un pue parano des fois!?!!
Il ne s'agit pas de ça, mais de disponibilité : un couple qui veut tenir est un challenge : chacun doit en permanence essayer de le faire vivre, guetter un peu les réactions de l'autre et ressentir quand il va trop ou pas assez loin ou sur la mauvaise direction. Quand le couple est bien assis, avec un passé confiant et satisfaisant, ça libère de la disponibilité. Mais sinon, il ne reste pas grand chose. Et on peut aussi passer de l'un à l'autre état sans prévenir.
Donc si le couple en question n'est pas polyamoureux de manière assumée, il y a peu de chance pour que tu aies assez d'amour suffisamment souvent en étant la troisième roue du vélo.
Donc si pour toi c'est un plus qui s'ajoute à une vie affective relativement satisfaisante, ça peut marcher très bien, mais si c'est ta seule source d'amour, ça va te frustrer très vite. Surtout qu'il ne t'ont rien promis et ne te doivent donc rien : on ne doit jamais son amour, mais on peut exiger de la transparence, du respect, des choses comme ça : toi tu n'es pas en position d'exiger ça en étant la troisième.

Ton histoire du jour illustre parfaitement ce que je t'ai dit là : "ça pourrait fort bien recommencer pareil, sinon." tu te retrouves à nouveau dans la position de celle en plus/en trop. Deux fois, ça n'est pas de la chance ni du hasard. Profite de cette double histoire pour te demander pourquoi et en quoi tu t'interdis inconsciemment mais activement d'occuper la bonne place, pourquoi seul le strapontin semble à ta portée, comme si tu étais une usurpatrice perpétuelle, comme si tu n'avais pas droit à un vrai amour dont tu serais un sujet important, pourquoi dans le partage du gâteau, tu n'as pas de vraie part.
Tu as des frères et sœurs? des parents? des copines de classe? de boulot? Ça ne marchait pas un peu comme ça avec eux, déjà?

(je précise que ce sont des questions que tu peux te poser si ça t'est utile, il n'est pas nécessaire de répondre sur un forum public si ça gêne!).

#
Profil

LuLutine

le vendredi 07 octobre 2011 à 22h58

en quoi tu t'interdis inconsciemment mais activement d'occuper la bonne place,

Hmmm cette phrase me fait presque sursauter : pourquoi y aurait-il une "bonne" place ? Ca signifie que l'autre est forcément "mauvaise" ?

Même en n'ayant qu'une seule relation, on peut être très indépendant(e) et/ou solitaire de nature et se satisfaire parfaitement d'une situation où l'on est "le/la troisième".

#

(compte clôturé)

le vendredi 07 octobre 2011 à 23h50

la mauvaise place n'est pas la troisième, mais celle où on ne maitrise rien : celle dont on se fait éjecter sans le vouloir ni le mériter. Peu importe qu'on soit troisième (sa première histoire) ou deuxième (la seconde).

Tu ne t'es pas fait mal?:-D

#
Profil

LuLutine

le samedi 08 octobre 2011 à 00h15

eulren
la mauvaise place n'est pas la troisième, mais celle où on ne maitrise rien :

On peut pas non plus maîtriser tout, hein. D'ailleurs le fait d'être polyamoureux va en général plutôt vers le lâcher-prise. Et vers le fameux : "Aimer c'est partager ce qu'on a envie de partager, et pour le reste, que chacun mène sa vie comme il l'entend" de Benoîte Groult.

Qu'une relation donne lieu à un dialogue, que des "accords de fonctionnement" par exemple, soient éventuellements passés, ça me semble naturel. Mais qu'on prétende maîtriser...ça me paraît disproportionné.

Je pense que la vie est une aventure dont on ne maîtrise pas grand-chose (si tant est qu'on maîtrise quelque chose...bon ok y a sans doute quelques petites choses qu'on maîtrise, mais encore, c'est sans compter sur les "conditions extérieures"), même si on voudrait parfois s'en donner l'illusion.

#

(compte clôturé)

le samedi 08 octobre 2011 à 00h25

il y a sûrement au moins un intermédiaire entre ne rien maitriser et tout maitriser?
Tu dis "que chacun mène sa vie comme il l'entend" : ce qui implique une maitrise partagée, à parts sinon égales du moins équivalentes ou équitables.
Quand ton destin ne dépend plus du tout de toi, c'est qu'il y a erreur dans l'énoncé. Et ça ne rend pas heureux.
Je maitrise mieux assis dans mon fauteuil qu'en train de tomber du dernier étage de la tour Montparnasse. Pas tout, certes, mais suffisamment de choses pour pouvoir dire "si je suis heureux c'est grâce à moi, si je suis malheureux, c'est que je l'accepte et sinon je peux changer".
Attendre de quelqu'un d'autre la définition de tout ce qu'on aura en amour est un risque majeur de frustration. Plus d'une fois, ce n'est pas une erreur, c'est l’inconscient aux commandes.

#
Profil

LuLutine

le samedi 08 octobre 2011 à 00h42

Ouh là là. Je me suis peut-être mal exprimée mais il y a beaucoup d'incompréhensions.
Une des choses que je voulais exprimer - tu parles très à propos de bonheur et de malheur - c'est qu'on se rend en général malheureux à force de vouloir "maîtriser", parce que ce n'est pas possible. Trop de choses ne dépendent pas de nous. Parfois, les choses vont dans notre sens, mais je pense que ce n'est pas parce qu'on a "maîtrisé", c'est parce qu'on a de la chance, en un mot, que ça a été comme ça et pas autrement, mais sans qu'on ait eu réellement le contrôle dessus.

Pour les incompréhensions :

eulren
Tu dis "que chacun mène sa vie comme il l'entend" :

Je ne le dis pas, je dis que le polyamour tend plutôt vers un fonctionnement de ce type, et je cite une pensée de Benoîte Groult, pas de moi. Je suis proche de cette philosophie, mais ça ne veut pas dire que j'y adhère à 100%.

eulren
ce qui implique une maitrise partagée, à parts sinon égales du moins équivalentes ou équitables.

Alors là c'est moi qui ne comprends pas du tout en quoi ça l'impliquerait.

eulren
Quand ton destin ne dépend plus du tout de toi, c'est qu'il y a erreur dans l'énoncé. Et ça ne rend pas heureux.

Bah, on fait des choix. Maintenant, dans l'absolu, et même quand je me sens sûre de réussir, je sais qu'il existe une petite probabilité - en raison d'événements qui ne dépendent pas de moi - d'échouer quand même.
Mes actes, qui découlent de mes choix, influencent évidemment mon "destin", mais je considère qu'ils ne me permettront jamais de prétendre que je "maîtrise" (ou alors ça sera une façon de parler : "Ouais, t'inquiète, je maîtrise" ;) ).
Après, on n'a peut-être pas la même définition derrière ce mot. Pour moi "maîtriser" signifie qu'il y a zéro place pour le hasard, pour les interventions extérieures et/ou ne dépendant pas de notre volonté. Et je crois qu'en fait, ça n'existe pas "en vrai". Et ce qui m'a fait tilter dans le message que je citais, c'est le danger de trop penser qu'on a un "vrai" pouvoir sur les choses. Quand bien même on en a un, il est très très limité. Trop de paramètres me semblent entrer en jeu pour prétendre à une certitude comme : "Cet événement-là, je le maîtrise."

eulren
"si je suis heureux c'est grâce à moi, si je suis malheureux, c'est que je l'accepte et sinon je peux changer".

Pas totalement faux. Mais moi justement je suis heureuse en acceptant que très peu de choses dépendent de moi, et qu'en tous les cas aucune ne dépendra jamais totalement de moi. D'ailleurs même sur ça (l'acceptation) je n'ai pas de prise totale, parce qu'on n'y arrive pas comme ça, que je ne maîtrise pas tout et que donc parfois, dans certains cas, j'ai du mal à l'accepter quand même ! Je ne sais pas si c'est très clair ! (Je veux juste dire que mon acceptation n'est pas un contre-exemple au fait qu'on ne peut maîtriser totalement quelque chose, car je ne la maîtrise pas ! - du moins pas dans le sens où j'entends le mot "maîtriser").

eulren
Attendre de quelqu'un d'autre la définition de tout ce qu'on aura en amour

Ouh là attention, parce que là je n'ai jamais dit ça (si c'est ce que tu sous-entends).

#
Profil

Amma-bina

le samedi 08 octobre 2011 à 00h46

LuLutine
Hmmm cette phrase me fait presque sursauter : pourquoi y aurait-il une "bonne" place ? Ca signifie que l'autre est forcément "mauvaise" ?

Même en n'ayant qu'une seule relation, on peut être très indépendant(e) et/ou solitaire de nature et se satisfaire parfaitement d'une situation où l'on est "le/la troisième".

Tout à fait d'accord. Ce qui amène à se dire que la place n'est pas mais les sentiments !!! la durée et l'intense sensation à renouveler.

Eulren
la mauvaise place n'est pas la troisième, mais celle où on ne maitrise rien : celle dont on se fait éjecter sans le vouloir ni le mériter. Peu importe qu'on soit troisième (sa première histoire) ou deuxième (la seconde).

Personne ne maîtrise quoi que ce soit puisqu'il est d'en venir naturellement (sans forcer les choses mais y semer ses graines, voir si elle pousse) et c'était ce qui c'était passé, pas un happy end mais fini aujourd'hui. Maintenant, ce qui m'intéresse est de savoir déceler dans mes comportements ou les autres pour éviter de se faire éjecter. (En ce qui concerne la seconde histoire je l'ai posté dans le thème "jalousie" ) Par exemple, il y avait des signes qui ne trompait pas, plus d'une fois, ELLE s'amusait avec moi à jouer à me regarder et se rapprocher de nos visages, jusqu'à un moment donné j'ai avançais le mien de plus qu'il ne fallait, puis elle s'était effrayé et m'a repousser, tourné les talons. Ou une autre fois, ELLE m'avait demandé si je pouvais être sérieuse (oui, j'aime aller et venir comme le vent) dans une relation, "homo" ou pas, son regard ne trompait pas ! Évident que le fait qu'ils savaient tous de moi leurs ouvrait une autre dimension ou de réflexion mais là, il s'agissait de "nous" que j'avais très bien senti parce qu'elle bégayait. Ou, LUI, qui sans cesse me scruter le corps du regard lorsque je dansais ou même juste marcher, qui par la suite me l'avait confirmé dans une discussion sous orages, IL ne pouvait s'empêcher de dire haut et fort, qu'ELLE devrait se sentir menacer lorsqu'ensemble on ressentait de la jalousie et de la possessivité de sa (ELLE) part qui sans me déplaire, m'hérissait quand même les poils parce qu'IL n'avait pas à le faire. IL m'avait lu un poème qui explicitement confirmait un certain "amour" mais vain par la suite. Ce pourquoi je crois ou pense qu'ils étaient indécis, ''trio" ou pas, puisqu'à la base "monogame".

Pour en revenir à ce que dit Eulren

Eulren
Surtout qu'il ne t'ont rien promis et ne te doivent donc rien : on ne doit jamais son amour, mais on peut exiger de la transparence, du respect, des choses comme ça : toi tu n'es pas en position d'exiger ça en étant la troisième.

Bah ces promesses d'antan, il y en avait une mais par inaction de LUI et refus de ma promesse ELLE, j'ai gardé les bons souvenirs et jetés les mots qui n'ont fait plus de mal que de bien.
PS EULREN : Pour la première histoire c'est moi qui suis partis, car pas sûr d'eux. Pour la seconde, oui, je vais bientôt me faire éjecter... C'est horrible ! mdr.

Eulren
Tu ne t'es pas fait mal?:-D

Et si ça fait mal bien sûr ! Sa frustre quelque part, on se demande si on a fait le bon choix (oui puisque c'est ce qu'il en ai, même si dure de s'en tenir mais j'ai gagné en lucidité ce que j'ai perdu en naïveté donc grandis ). On se demande si on vaut vraiment cette peine et ce chagrin, qui ne s'oubliera jamais et que l'on cache dans un tiroir où on peut être sûr de garder secret.

Je crois qu'ici, nous avons tous en communs, cette douleur mérité ou pas et cette amour en abondance que par pure générosité on donne ? Non ?

Je ne me suis pas interdis, au contraire j'ai toujours laissé et je laisse mes portes ouvertes, pourquoi les fermer quand je sais que de fermer la porte à quelqu'un ou quelque chose me rend cette sensation de inachevée ? Non reconstruite parce que le manque de clarté par exemple. Bon après chacun sa façon d'être ou de penser...

Bien sûr pour la seconde histoire c'est différent, il est perdu je crois mais c'est plus fort que moi, je persiste à essayer de le ramener à la surface, à la réflexion, pour qu'il puisse éclaircir sa route parce que personne n'appartient à personne, heureusement ! Je n'y trouverais aucun intérêt sauf de me surpasser pour l'aider même si en vain, au moins j'aurais essayé.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 08 octobre 2011 à 00h55

ok : en fait on a un souci avec le mot "maitriser" : pour toi, c'est forcément total : on maitrise veut dire qu'on maitrise tout. Pour moi, ça veut dire que notre action a une influence, qui va donc de plus que 0% à 100% (c'est rare).
Ne rien maitriser, ça veut dire que notre action n'a pas d'influence : quand c'est quelque chose d'aussi important que l'amour, c'est une situation bien trop inconfortable.
Moi je suis bien plus heureux depuis que j'ai compris que tout ce qui m'arrive dépend de mes choix (donc pas exactement de ma volonté).
eulren Attendre de quelqu'un d'autre la définition de tout ce qu'on aura en amour Ouh là attention, parce que là je n'ai jamais dit ça (si c'est ce que tu sous-entends).

je sous-entends que c'est la situation dans laquelle est Amma-bina.

eulren ce qui implique une maitrise partagée, à parts sinon égales du moins équivalentes ou équitables. Alors là c'est moi qui ne comprends pas du tout en quoi ça l'impliquerait.

parce que je ne vois pas comment vivre comme je l'entends si je ne maitrise rien, c’est à dire si c'est d'autres personnes qui ne l'entendent pas comme moi qui décident pour moi.

Parfois, les choses vont dans notre sens, mais je pense que ce n'est pas parce qu'on a "maîtrisé", c'est parce qu'on a de la chance, en un mot, que ça a été comme ça et pas autrement, mais sans qu'on ait eu réellement le contrôle dessus.

Je ne crois pas à la chance deux fois : quand on a eu une expérience agréable ou désagréable et qu'on recrée les conditions qui permettront que ça recommence, et que ça recommence, ce n’est pas de la chance. Le fait que nos choix ne soient pas conscients n'enlève rien au fait qu'ils ne soient pas dus au hasard. Si on prend conscience de ça, alors on prend la main sur notre vie en détectant les moments et circonstances ou notre inconscient prend les commandes. Ça permet d'en utiliser l'énergie au lieu de lutter comme un perdu contre soi-même. On peut aussi décider de ne pas lutter : ça économise une étape, mais on ne sait pas où on va, ce qui rend moins probable que ça soit vers le bonheur, et beaucoup plus probable que des tas de choses recommencent même si on préfèrerait que pas.

#
Profil

LuLutine

le samedi 08 octobre 2011 à 01h13

eulren
tout ce qui m'arrive dépend de mes choix

En partie ;) , toujours en partie ;) et sans que tu sois jamais sûr du résultat.

eulren
parce que je ne vois pas comment vivre comme je l'entends si je ne maitrise rien, c’est à dire si c'est d'autres personnes qui ne l'entendent pas comme moi qui décident pour moi.

"Je ne maîtrise rien" n'est pas égal à "d'autres personnes décident pour moi" (d'ailleurs, comment le pourraient-elles ? pourquoi elles auraient la maîtrise et pas moi ?). Je prends des décisions - que je ne maîtrise pas à 100% d'ailleurs - et elles influencent ma vie, mais elles ne sont pas les seules à l'influencer.

D'autre part, je ne crois pas qu'on puisse vivre "comme on l'entend" (je veux dire, toujours dans un sens "total" du terme : vivre à 100% comme on le voudrait). Si c'était le cas, ma vie serait bien différente de ce qu'elle est aujourd'hui ! Je ne compte plus les gens ou les événements qui m'ont mis des bâtons dans les roues quand je cherchais à obtenir un résultat donné, et le nombre d'échecs que j'ai accumulés en la matière. Heureusement il y a aussi eu des réussites, et je sais que je n'y suis pas étrangère, mais je sais aussi que je ne suis pas le seul facteur ayant permis ces réussites. Je peux être l'élément initiateur, même, de ces réussites. Je peux y être pour une grande part. Mais pas à 100%.

Donc : je ne vis pas "comme je l'entends" (du moins, pas à 100%), et même si j'essaye de tendre vers ce but, je sais qu'il ne sera jamais atteint, mais ça ne me rend pas malheureuse pour autant.
La vie est trop intéressante pour que je me lamente sur le fait de ne pas avoir tout ce que je veux en claquant des doigts ;) (là je déforme un peu mais c'est en gros l'idée ; si je précise qu'une part de lâcher-prise me semble importante, c'est peut-être parce que je connais des gens qui ont beaucoup de choses très bien dans leur vie et se lamentent sans cesse du fait qu'elle n'est pas parfaitement comme ils la voudraient ;) ).

eulren
quand on a eu une expérience agréable ou désagréable et qu'on recrée les conditions qui permettront que ça recommence, et que ça recommence, ce n’est pas de la chance.

Bon, sur ce coup-là, c'est moi qui entends le mot "chance" dans le sens : "rien de fâcheux n'est arrivé, parce que bon, même si ça a marché la première fois, un incident fâcheux aurait très bien pu se produire cette fois-ci". Et toi, tu sembles l'entendre dans un sens plus "total". Je dis qu'il y a toujours une part de chance, même si la chance ne fait pas tout.

"Lâcher-prise", ce n'est pas "ne rien faire et attendre que ça nous tombe tout cuit dans le bec" (ce qui serait l'opposé de ma manière de faire), je crois qu'on est d'accord là-dessus ! ;)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion