Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Du mensonge dans les relations

#

(compte clôturé)

le dimanche 18 septembre 2011 à 00h35

demeter
Plus je te lis eulren, plus je me dis que tu prends plaisir à te faire l'avocat du diable (...) Mais du coup ton discours semble souvent te poser comme quelqu'un d'immoral alors qu'il te sert de point d'appui pour réaffirmer ta propre éthique, ce que je trouve, ceci dit, tout à fait respectable.

Je ne prends pas un plaisir spécifique à être l'avocat du diable et si tu fais des stats, tu verras que ça m'arrive minoritairement. Par contre ça ne me pose aucun problème. Je prends plaisir à dire exactement ce que je pense, que ça soit diabolique ou pas. Mais ceci n'est qu'une apparence subjective à mon avis : je prétends au contraire attaquer vigoureusement le diable dans les détails, dans ce petit truc qui fait que "ça" à l'air de marcher mais sauf en vrai. Les postures majoritaires ne m'impressionnent pas plus que les excités minoritaires, et je peux faire partie des deux selon les sujets, ça ne crée chez moi aucune espèce de complexe de Panurge ni de honte.

Je maintiens quant à moi qu'il ne peut y avoir d'éthique dans les rapports avec "autrui" en général, mais qu'il y a autant d'éthiques que de relations.
(...) Une relation n'est éthique que lorsqu'elle est écologique, de fait, que lorsqu'elle satisfait chaque personne

La satisfaction de chacun est un objectif noble, souvent inatteignable et le cas échéant toujours transitoire donc c'est pour moi un objectif accessoire. Je préfère donc tendre vers une situation où chacun sera en mesure de trouver ce qui lui convient que trouver la situation qui convient à tous.

Il n'y a pas de vérité à trouver, mais à constater dans la mouvance de la réalité. Ne serait-ce pas ça être libre ?

100% d'accord <3

#

(compte clôturé)

le dimanche 18 septembre 2011 à 00h51

Qu'elle agisse sans te demander ton avis? et le pire qu'elle t'oblige à aller dans le sens qu'elle veut, oui ça n'arrange pas une relation. Pour ma part, il m'arrive de ne pas parler de certaines choses, parce que je ne sais pas où me situer dans la relation et peut-être que j'ai pourri ainsi des relations. Aimer ce n'est pas se mettre des chaînes et se mentir et se faire du mal, il vous faut peut-être effectivement un peu de détachement, j'espère que tu ne garderas pas trop de dégoût. Bon courage Enzo Enzo.

#
Profil

Ascheriit

le dimanche 18 septembre 2011 à 07h51

Enzo Enzo, ce n'est pas parce que quelqu'un se déclare polyamoureux qu'il (elle) doit renoncer à avoir des doutes ou des espoirs. Et il est loin d'être facile de les partager dès le début d'une relation sans risquer de la perdre. De plus, il est possible qu'elle ait envisagé de retarder ou délaisser son projet pour voir votre relation s'épanouir. Mais lorsque ce genre de projet implique de si grands changements dans sa vie et de grands idéaux, on ne peut se résoudre à l'abandonner comme ça.

Oui, ce n'était pas juste qu'elle t'impose de tout lâcher pour elle et l'accomplissement de son projet. Mais j'ai l'impression que dans son envie de te faire partager son rêve transparaît un grand amour entre vous, certes maladroit mais je pense poussé par le désespoir de ne pouvoir concilier les deux choses.

Elle ne peut t'imposer quoique ce soit mais il serait aussi injuste que tu lui demandes de renoncer à ses rêves pour rester auprès de toi. Si elle a choisi de partir malgré ce qu'elle ressent pour toi, tu dois respecter son choix, même si c'est difficile.

C'est sûr, elle aurait pu se retenir de venir vers toi, d'ouvrir son cœur pour te le partager si elle pensait déjà à partir. Elle aurait aussi pu te dire clairement qu'elle envisageait son départ dès le début et te laisser le choix de partager avec elle ces quelques temps qu'il lui restait avant son départ. Mais parfois, nous ne pouvons refouler notre cœur et rester altruiste face à une personne qui nous fait chavirer, que nous soyons polyamoureux ou non.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

demeter

le dimanche 18 septembre 2011 à 09h44

eulren
La satisfaction de chacun est un objectif noble, souvent inatteignable et le cas échéant toujours transitoire donc c'est pour moi un objectif accessoire. Je préfère donc tendre vers une situation où chacun sera en mesure de trouver ce qui lui convient que trouver la situation qui convient à tous.

C'est peut-être la même chose quand je parle d'être à la bonne place alors ? La différence est que tu penses en terme d'objectifs. Tout ce que l'on pense ne reste qu'une idée. Il y en a des bonnes et des mauvaises peut-être, mais ce ne sont que des idées. Je crois que la satisfaction ne vient pas du chemin qu'elles empruntent, ou bien c'est le chemin qui est source de satisfaction.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

Enzo Enzo (invité)

le dimanche 18 septembre 2011 à 11h30

@ Kahny ; un peu de détachement, oui. On verra. Ce genre de choses, c’est comme avoir une MST bien traitée, bien stabilisée : c’est quand qu’on le dit ? Mais bon, ça change rien.

Moi je lui demande en aucun cas de rester, ce qui me choque c’est qu’elle pense tout arranger en me proposant ce poste, qui lui donnerait barre sur moi : elle serait mon supérieur hiérarchique et prendrait le pouvoir sur nous deux. Mais de toute façon, sur le long terme, je refuse de risquer de la prendre en grippe parce que je me serais sacrifié, c’est tout-à-fait ce que l’un d’entre vous me dit.

@Ascheriit : l’altruisme en compétition avec l’amour, je ne sais pas quoi en penser ! Par contre, j’ai remarqué que les gens qui ont de grands idéaux trouvent normal que leur entourage se range derrière leur bannière de bienfaisance. La carte de visite avec lettre dorées sur bristol, la noblesse d’un projet ne doit pas devenir un truc écrasant, qui lamine les relations !

Je remets en question ce que moi j’ai pu plaquer sur elle comme idéal, maintenant. Commet j’ai pu ne pas voir que son immense douceur cachait un caractère aussi tranché et tyrannique, là, je me le demande.

#
Profil

lam

le dimanche 18 septembre 2011 à 11h57

Il me semble que respecter son choix à elle c'est une chose, lui demander de l'assumer avec réalisme c'en est une autre (elle n'est pas sans savoir que tu te formes pour plusieurs années j'imagine). Pour moi c'est pas une histoire d'altruisme en compétition avec l'amour, on fait toujours les trucs pour soi en premier, même l'altruisme. Elle a son projet et c'est chouette pour elle, ce qui me parait vraiment dérangeant c'est de ne pas voir tes envies, tes contraintes, de te projeter une solution toute faite sur le dos, et si tu refuses (elle sait que tu ne peux accepter) eh ben cela peut déplacer vers toi une notion faute/responsabilité que votre relation ne 'perdure' pas. Pas réaliste ni bienveillant de sa part.

#

Enzo Enzo (invité)

le dimanche 18 septembre 2011 à 12h23

Lam, exactement; merci pour ce retour qui met en mots mon ressenti.

Je suis d’accord pour ton éclairage concernant l’altruisme ; et par extension, ce qui m’abat pour le moment, c’est de penser que l’amour peut tout aussi bien être égoïste dans le pire des extrêmes. Penser à soi, c’est élémentaire, mais là, il y a volonté de formater la relation, pas de la construire.Je ne doute pas de sa bienveillance ni de son réalisme, mais ni l'un ni l'autre ne concernent autre chose que son projet.

Et, comme tu dis, il y a ce côté qui joue sur la corde de la « faute ». Comme je me suis trompée sur elle, elle s’est peut-être aussi trompée sur moi en pensant que j’allais suivre. Autre possibilité : sachant que ça ne va pas se passer comme elle l’entend, de précipiter la fin de la relation en nous mettant en échec… Fracasser le vase de Soissons, quoi.

Je pense aussi à ce qui se passe très souvent quand un des deux plonge à cœur perdu dans l’amour et le projet d’un autre : au bout d’un moment, la dévotion rend les gens comme transparents, sans identité propre, donc inintéressants, et l’amour faiblit parce qu’on ne reconnaît plus la personne dynamique et autonome d’avant.

Je suis tellement triste, tellement abattu. Depuis deux jours, c’est tsunami et destruction.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 18 septembre 2011 à 23h32

Boucledoux
Si on nous explique que finalement, le mensonge c'est très bien, que pourquoi faire du mal à nos partenaires en leur expliquant qu'ils/elles ne sont pas les seuls et uniques alors qu'ils sont très heureux-ses dans l'ignorance et qu'on les aime comme ça tout autant, à quoi ça sert de discuter de polyamour et de faire une différence entre polyamour et adultère ?

J'ajouterais une autre raison que celle que tu donnes :

Parce qu'ils ne sont pas forcément "très heureux-ses dans l'ignorance", justement !
Et qu'on ne s'en rend pas forcément compte (ou pas tout de suite, voire très longtemps après les faits). Certains savent très bien (consciemment ou non) enfouir au fond d'eux ce qu'ils ont perçu (consciemment ou non aussi !) de mensonge chez l'autre. Ce qui peut nuire à la relation.

Il y a longtemps, j'ai menti à un amoureux et il a compris que je lui avais menti. Sauf qu'il a présupposé des choses "pires" que la situation réelle. Il ne m'a jamais rien demandé, je ne l'ai su que bien plus tard et j'ai compris que ç'avait été un facteur d'éloignement entre nous. La vérité aurait pu l'être aussi, mais puisque nous nous étions éloignés, et qu'elle aurait aussi pu (à moyen ou long terme) nous rapprocher, j'aurais mieux fait de dire la vérité.

Pour ma part, je réagis aussi de la même façon. Lorsque je sens que la personne en face de moi n'est pas 100% honnête ou au clair sur certaines choses, et/ou qu'elle ne veut pas dialoguer, je perds confiance et je m'éloigne. Je ne suis pas capable de faire autrement.
Pour autant, je ne vais pas harceler la personne pour qu'elle me parle, parce que quelque part, c'est son problème. Si elle veut une relation saine et honnête avec moi, elle communiquera et ne me cachera rien d'important.

Tout ça pour dire que parfois, le mensonge pourrit la relation sans qu'on s'en rende compte. C'est pour ça que je l'évite désormais.

#

(compte clôturé)

le lundi 19 septembre 2011 à 18h46

Ascheriit
Enzo Enzo, ce n'est pas parce que quelqu'un se déclare polyamoureux qu'il (elle) doit renoncer à avoir des doutes ou des espoirs. (+)

Et il est loin d'être facile de les partager dès le début d'une relation sans risquer de la perdre.

Oui, il est loin d'être facile de partager, ses doutes, ses espoirs ou projets. Et en même de le faire cela permet de construire la relation sur des bases claires et non des illusions.
La peur de perdre dans ce cas, c'est égoïste car cela ne laisse pas l'autre libre de ses choix, en connaissance de cause.

J'ai l'impression ( tu me dis si je me trompe enzo) qu'enzo enzo en veut à son amoureuse de ne pas lui avoir dit la vérité concernant sont projet dès le début, et peut être aurait il fait le choix de ne pas commencer cette relation ou si oui, de s'investir différemment, ils auraient pu en parler, élaborer ensemble le futur éventuel de la relation. Je trouve ça très irrespectueux envers enzo enzo. C'est jouer avec les sentiments des gens... en ne pensant qu'à soit et son bien être ! Même si à la base ce n'était pas l'intention de l'amoureuse d'enzo.

Le polyamoureux est avant tout un humain,et ce genre de comportement face à l'amour , à l'autre est juste humain:-/ et très immature aussi !

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

Popol (invité)

le lundi 19 septembre 2011 à 19h04

Oui, lisea.a , c'est tout-à-fait ça.

Et elle ne pouvait pas ne pas imaginer que j'allais y réfléchir à deux fois si elle m'en informait, car elle m'a déjà dit que plusieurs amoureux l'avaient quittée à cause de son indisponibilité - causée par ce qu'elle considère comme prioritaire: sa mission.

Donc elle m'a caché la vérité, elle m'a menti sur les possibilités de cette histoire.

#

Popol (invité)

le lundi 19 septembre 2011 à 20h12

Salut Enzo Enzo, j'ai mis un temps à réagir parce que ton histoire m'a poigné le cœur. J'ai vécu une histoire un peu similaire, sauf que mon amoureux vit sa mission au sein de sa famille, à quelques centaines de kilomètres de chez moi.

Après une année à tenter de vivre l'inconciliable, dans l'impossibilité de supporter plus la situation, j'ai fait un deuil très douloureux pendant tout le mois de juin: 3 semaines à pleurer tous les jours pour accepter deux choses.

La première, c'est je ne pouvais plus faire avec le fait que pour défendre son choix de vie, il pouvait devenir le Mister Hyde de la gentillesse immense de son côté Dr. Jekyll, très porté à la spiritualité et à la sublimation de ce que nous n'arrivions pas à vivre... et que ça devait cesser parce que je devenais l'ombre de moi-même, je ne me reconnaissais plus.

Je t'encourage à plonger dans ta souffrance, expérience faite, si on arrête de se raconter des histoires, la part des choses est plus vite faite. Il ne s'agit pas de brûler ce qu'on a adoré selon l'expression consacrée), mais de mettre en stand-by des sentiments qui ne vont pas s'éteindre pour autant.

Par contre, même si un jour ton amie revenait plus près de toi, ne va pas te leurrer et croire que tout problème est écarté: il y a aura probablement une autre mission qui la tentera, puisque ses choix semblent si impliquants. Ce sera à toi de voir si tu veux vivre avec le risque que cela se répète: l'altruisme est une puissante drogue...

#

Enzo Enzo / Popol (invité)

le lundi 19 septembre 2011 à 21h37

Hé ouais, ça s’appelle se faire prendre la main dans le sac, en voilà un bel acte manqué, ou une franchise de l’inconscient, à choix!

A croire que Popol voulait en finir proprement, et se faire démasquer, puisque voilà terminée son histoire avec son amoureux (qui fréquente aussi le forum), à qui il n’y a pas moyen de dire certaines choses avec honnêteté sans qu’il se fâche violemment.

La feinte de Popol / Enzo Enzo montre plusieurs choses ; que la dissimulation (même inconsciente) de l’amoureux de Popol sur sa situation et sa disponibilité réelle a fini par entraîner Popol sur un douteux chemin pour lui faire entendre son point de vue et sa douleur, aussi immense que son amour.
En effet, jusque là la simple évocation de solutions permettant de concilier la mission familiale et la relation amoureuse mettait l’amoureux sur la défensive et même plus. Impossible aussi pour Popol de dire certaines choses prudemment, la réaction de son amoureux pouvant être assez emportée.

Enzo Enzo existe réellement, il est plusieurs personnes superposées dont les fragments d’histoires se recoupent sur la question de se perdre de vue pour garder un amour très fort… et c’est de discuter avec ces gens ces derniers mois qui a fait prendre conscience à Popol que sa propre situation ne « collait » pas avec ses propres aspirations diverses, amoureuses et autres, qu’un processus d’auto-destruction était en cours, et que ça devait cesser.

Que soit remerciée Ladys par ailleurs, pour son point de vue décalé dû à son Asperger, et qui a offert à Popol une précieuse zone de dialogue, dénuée de conventions qu’elle ne comprend pas ; Popol lui doit un électrochoc , d’avoir pu parler en toute franchise.

Popol parie qu’au-delà de la sensation de se faire blouser en répondant à quelqu’un qui n’existe pas en lui-même, chacun pourra apprécier à quoi cacher ou minimiser sa situation peut aboutir.
Y a pas que le polyamour qui nécessite la franchise et l’honnêteté pour mériter son nom, et on est en plein dans le thème du fil.

#
Profil

Ascheriit

le mardi 20 septembre 2011 à 00h01

lisea.a
Oui, il est loin d'être facile de partager, ses doutes, ses espoirs ou projets. Et en même de le faire cela permet de construire la relation sur des bases claires et non des illusions.
La peur de perdre dans ce cas, c'est égoïste car cela ne laisse pas l'autre libre de ses choix, en connaissance de cause.

Oui, j'ai dit que c'était difficile de s'ouvrir à l'autre dès le début d'une relation. Et je suis d'accord avec toi quant au fait que ne rien dire de ses projets et cette peur de perdre l'autre par la révélation de certaines choses s'avèrent égoïste surtout lorsque cela touche directement cette relation naissante. Je sais que c'est difficile mais pourtant nécessaire pour le respect de l'autre.

#
Profil

demeter

le mardi 20 septembre 2011 à 06h56

Enzo Enzo / Popol
chacun pourra apprécier à quoi cacher ou minimiser sa situation peut aboutir.
Y a pas que le polyamour qui nécessite la franchise et l’honnêteté pour mériter son nom, et on est en plein dans le thème du fil.

Il s'agit bien d'une volonté de faire état de la vérité, dans une relation qui ne le permet pas, la vérité est l'existence de cette volonté. Cela met en cause le principe de la responsabilité du "je" dans l'existence de cette volonté, de l'idée même de l'existence d'un adulte dit "responsable". N'est-ce pas là la source incessante de malentendu ? Chaque individu possède-t-il véritablement ce libre arbitre dont il doit/peut rendre compte ? La justice condamne, punit en se fondant sur ce présupposé. Choisirait on de devenir violeur, ou juge d'instruction ? Il faudrait être dénué de bon sens pour opter pour la première solution. Difficile alors de se soustraire à ce conditionnement très judéo-chrétien, que le laïque, prétendument athée reprend à son compte en lui donnant le nom de conscience

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

(compte clôturé)

le mardi 20 septembre 2011 à 07h06

-

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

demeter

le mardi 20 septembre 2011 à 07h31

On est responsable de nos actes. Ce qui est enfantin, c'est de croire qu'on peut le devenir.

#

(compte clôturé)

le mardi 20 septembre 2011 à 07h38

-

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

L'ours (invité)

le mardi 20 septembre 2011 à 08h22

@ Enzo Enzo/Popol

:-( Adieu :-(

#
Profil

ladys

le mardi 20 septembre 2011 à 08h40

Bonjour à tous.

Je vous lisais sans intervenir, non pas que le sujet me semble inintéressant, mais n'ayant pour ma part pas grand chose à en dire.

Mon message n'a pas pour but d'entrer dans le vif, d'ailleurs, mais de demander un éclairage sur ceci:

khany
(...)

Une zone de dialogue est certes ouverte, et Ladys donne un point de vue décalé mais souhaite peut-être dialoguer au lieu de rester dans son Asperger, et ne pas retomber dans l'idée qu'on ne l'écoutera pas et elle souhaite peut-être arrêter de minimiser la situation.

(...)

Soit il y a un gros malentendu me concernant, soit j'ai raté un ou des messages.

Je n'ai pas le sentiment de "rester dans mon Asperger", je veux dire par là, que certes, le fait d'être aspie me cause parfois des difficultés, mais je ne m'y sens pas enfermée.

Je crois, Khany, que tu m'as confondue avec quelqu'un d'autre. Lorsque Popol parle de "minimiser la situation", il ne s'agit pas de moi.

#

gaël (invité)

le mardi 20 septembre 2011 à 10h35

Bonjour,
je suis un peu (beaucoup) en décalage avec les derniers développements du fil (pas regardé le site depuis 2 jours !) mais j'avais envie tout de même de réagir à certains propos.
Je comprends tout à fait que nous sommes sur un site polyamoureux, donc hostile, par nature, au fonctionnement adultérin. Je comprends que les intervenants polyamoureux soulignent les pièges du mensonge, l'inégalité qui l'accompagne souvent, et expliquent les avantages à vivre les relations amoureuses dans la liberté et la transparence.
Ceci dit, certaines interventions m'ont semblé inutilement blessantes et moralisatrices.
Plusieurs personnes sont en effet intervenues sur ce site au cours des mois pour parler de l'impossibilité qui était la leur de vivre le polyamour. Elles sont tombées amoureuses alors qu'elles étaient déjà engagées dans une relation importante qui...ne peut tolérer le fonctionnement polyamoureux (elles le savent parce qu'elles ont tâté le terrain, en ont carrément parlé ou ont essayé...). Elles sont donc amené à faire un choix: quitter ou se laisser quitter par leur compagne(on), renoncer à vivre le 2ème amour qui a bouleversé leur vie (ce qui n'empêche pas de mentir au 1er sur ses sentiments, ses désirs, sa peine...), ou encore vivre un amour clandestin. Dans tous les cas il s'agit d'une situation extrêmement inconfortable... sinon douloureuse.
Toutes ces personnes qui se sont exprimées sur ce site ont dit combien elles aimeraient pouvoir vivre le polyamour, ne pas avoir à mentir, être libre, profiter des différents amoureux...et ne pas trop faire souffrir autrui. Elles ne sont pas plus spontanément menteuses, lâches, paresseuses, égoïstes, manipulatrices,etc que ceux qui ont eu la chance de découvrir la possibilité du polyamour alors qu'ils n'étaient pas déjà embringués dans une relation mono ou qui ont trouvé un(e) compagne(on) ouvert(e) sur la question... Elles viennent exposer leur situation, non pour obtenir une absolution, mais pour trouver une écoute, et peut-être des pistes de réflexion...
A bientôt.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion