Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Des poly dans le mouvement des "Indignés"

Politique
#
Profil

Siestacorta

le lundi 30 mai 2011 à 12h32

[bohwaz et Admins, je veux pas squatter trop d'espace, et le précédent fil que j'ai ouvert fera doublon avec celui-ci. Est-il possible de fermer l'ancien et de rediriger ?]

Coucou.

Hier j'étais - comme prévu dans le fil sur Bastille - à la manif.
Il y avait aussi Poly-glott et Françoise Simpère... On a pu parler ensemble de la liberté sexuelle, du fait que les mouvement politisés étaient souvent réacs ou dans le déni sur les question de moeurs !

Mon identité "poly" est issue d'une réflexion plus globale sur la liberté... Et elle se prolonge dans mon intérêt pour certains combats politiques.

A Bastille ous étions un bon millier sur le Parvis et sur les marches de l'Opera.. Beaucoup plus que dans la semaine précédente....
Si je me fie à l'ambiance des votes, au termes employés et à ceux que la foule rejetait, il y avait là beaucoup de gens sans étiquettes politique "apartides" pour reprendre le terme employé dans les appels des "Indignés".

Oui, des gauchissssss comme moi, avec un bagage politique moins neutre, il y en avait aussi. Mais pour l'heure, les organisateurs semblent vraiment rassembler sans s'en tenir à des discours trop "radicalistement" formatés, ces façon de militer et transmettre la révolte qui échouent si souvent à faire vivre les combats qu'ils portent.

Je voudrais que plein de gens se sentent comme moi atteint dans leur sens de la liberté et de la justice, ces valeurs que nos démocratie portent moins chaque jour, en les échangeant contre la liberté d'entreprise et l'égalité dans la mouise .
Que de plus en plus de gens se reconnaissent dans ce mouvement naissant, qui s'étend aujorud'hui à travers plusieurs pays du monde, et est très fort en Espagne, en Grèce.

La prochaine AG de Bastille se tiendra mardi soir à 19h.

Le site pour s''informer sur le mouvement est "reelledemocratie.fr" et le texte d'appel à la mobilisation est là.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 30 mai 2011 à 12h49

Sinon, pour ceux qui sont pas saoulés de me lire faire mon malin, j'ai envoyé un petit texte sur leur forum.

(Ouais, Siesta écrit ailleurs, ça va vous faire des vacances, hein ? :-) )

Mon texte est là, il s'agit d'une réaction à une vidéo qui montre plus la répression des radicalistes du mouvement que le mouvement lui-même.

Vous me direz ce que vous en pensez...

#

(compte clôturé)

le mardi 31 mai 2011 à 12h14

Ce qui m'a gênée dimanche, c'est la revendication apolitique du mouvement, alors que se rassembler pour faire des propositions sociétales, c'est un geste éminemment politique. Politique n'est pas un gros mot, idéologie non plus. On voit dans ce rejet le résultat de 20 ans de matraquage médiatique sur le thème "tous pourris!" "Le plus grand parti est celui de l'abstention" "les idéologies sont mortes", etc. Manipulation pour désintéresser le citoyen de son devenir, lui faire croire à un ordre établi "naturel".
Pour ma part, je suis venue au pluriamour en réfléchissant à la notion du couple comme première cellule d'une société axée sur l'appropriation (des êtres, des ressources, du capital) et par désir d'une relation absolument égalitaire entre hommes et femmes, où les femmes qui expriment des désirs ne sont pas considérées comme des salopes et on aussi le droit de dire NON, évidemment. Les anarchistes libertaires ont énormément bossé sur ces points dans les années 30... en même temps qu'ils soutenaient les révolutionnaires espagnols.

#
Profil

Deville

le mercredi 01 juin 2011 à 23h38

Siestacorta
Le site pour s''informer sur le mouvement est "reelledemocratie.fr" et le texte d'appel à la mobilisation est là.

La lecture de l'appel est un amalgame confus, pleins de sous-entendus marxisto-victimistes qui ne donnent pas envie de se mêler de tout cela, car il exprime un état d'être "contre" le système actuel mais hélas sans rien proposer de concret pour le réformer ou le remplacer. Et a mon avis, la chose la plus destructive qui soit est d'être "contre" un système quelconque, ou une proposition quelconque, sans avoir aucune autre alternative structurée et réfléchie à proposer. Être contre X est productif que si l'on a: Y à proposer à la place de X, et des évidences concrètes que Y va permettre de mieux réaliser un objectif consensuel Z que X actuellement en place.

Pour que je m'engage il me faut des propositions précises. Par des plaintes abstraites et des pleurnicheries d'adolescents qui demandent de papa (l'état) plus d'indépendance (démocratie "réelle") et en même plus d'argent de poche (des emplois qui tombent du ciel, euh le gouvernement ne peux créer que des emplois publics et donc financés soit par les impôts sur les revenus des emplois privés, soit par les emprunts à rembourser par les impôts futurs sur les emplois privés).

La démocratie c'est juste le choix sur la base d'un CITOYEN = un vote des représentants du pouvoir exécutif et législatif. Dans certaines démocraties, on vote aussi pour les représentants du pouvoir judiciaire. Certaines démocraties sont plus ou moins directes en fonction du nombres et du pouvoir des élus issus de suffrages directs. Certaines démocraties sont plus représentatives que d'autre en fonction des modes de scrutins.

Contrairement a ce qu'affirme l'appel, il me semble que la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, c'est n'est PAS la base des démocraties, mais cela peut-être en revanche la base pour une constitution dont le but est de limiter de pouvoir du gouvernement, qu'il soit nommé ou pas via des élections démocratiques, sur les citoyens. C'est donc quelque chose de complètement orthogonal à la démocratie en soit. Une déclaration qui, si elle est inscrite dans la constitution, garantie que la majorité ne peut abroger par le vote démocratique certains droits individuels fondamentaux qui acquierent donc précédence sur l'opinion de la majorité a un instant donné. Donc, dans un sens, les démocraties les plus "réelles" sont celles ou la constitution d'un pays inclut l'élection démocratique des représentants des pouvoirs exécutifs et législatifs mais ne limite pas le pouvoir du gouvernement élu démocratiquement sur les individus et minoritées. Quand l'histoire nous rapelle qu'Hitler, le Hamas et le FIS furent élus démocratiquement on peut redouter le pouvoir de telles démocraties.

Le traité de Lisbonne fut adopté démocratiquement. Le résultat du vote de la démocratie indirecte du législatif a dans ce cas contredit dans l'esprit le résultat du vote de la démocratie directe du référendum précédent (bien que techniquement il s'agissait de deux textes différents).

Donc, autant je suis d'accord que les démocraties francaises et européenes sont très imparfaites, autant les comparer à l'absence quasi-totale et de démocratie et de reconnaissance constitutionnelle des droits de l'hommes dans les pays arabes, me parait être un amalgame confu qui n'avance à rien.

Pourtant il y a des propositions concrètes à faire pour ameliorer les démocraties francaises et européenes:
- des scrutins plus proportionels pour permettre un renouvellement de la classe politique via l'émergence de petits partis;
- supprimer l'éxigence des 500 signatures d'élus pour les candidats aux présidentielles, pour obtenir le même effet;
- des éléctions plus directes (plus de Sénat comme l'avait proposé De Gaulle au référendum, ou un Sénat élu comme l'assemblé au suffrage direct);
- donner aux citoyens les moyens à partir d'un seuil de signature de pétitions de soumettre une question au référendum;
- soumettre obligatoirement au référendum tout projet de loi qui transfert une partie de la souverainté nationale à des autorités supra-nationales;
- éléction des juges au suffrage universel;
- éléction directe des bureaucrates de l'EU dont le pouvoir à aujourd'hui souvent précédence sur celui des élus francais;
- réformer les lois de financements des campagnes pour tenter de minimiser l'impact du pouvoir financier sur les machines de progagandes électorales;
etc etc.

Mais je n'ai rien vu de tout cela dans l'appel des "indignés". Quand on exprime sont indignation en occupant un lieu public, il vaudrait mieux expliciter ce que l'on attend du pouvoir en place pour que cesse "l'indignation" et donc l'occupation. Une manifestation sans revendication précise que le pouvoir peut exhaucer c'est de l'agitation pas de l'activisme.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Deville

le mercredi 01 juin 2011 à 23h40

Deville

Message modifié par son auteur il y a quelques instants.

Sans le vouloir :)

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 02 juin 2011 à 13h50

@ Deville

Je ne vais pas te répondre point par point, d'autant que sur certaines propositions, je suis de plus plutôt d'accord*.

Pas trop sur la partie "sciences politique" : il y a bien différentes formes de démocratie, de rapport au Droit, à la constitution, mais le constant d'un défaut de pouvoir des gens sur leur démocratie contemporaines demeure quelle que soit l'option.
Plusieurs explications à cela, pas le meilleur endroit pour développer, mais c'est en tout cas un des débats internes dans les AG d'Espagne et dans lma parisienne à laquelle je me suis joint.

Mais beaucoup des propositions que tu suggèresi me plaisent !

Je souhaitais réagir à ta conclusion, pour expliquer pourquoi ce mouvement m'intéresse :

Deville
Quand on exprime sont indignation en occupant un lieu public, il vaudrait mieux expliciter ce que l'on attend du pouvoir en place pour que cesse "l'indignation" et donc l'occupation. Une manifestation sans revendication précise que le pouvoir peut exhaucer c'est de l'agitation pas de l'activisme.

J'ai deux réponses à ça, l'une qu'on peut aussi entendre parmi les gens qui font le mouvement, et l'autre plus personnelle.

1) à propos de la "revendication" : point de vue entendu en AG : les revendications naissent de l'indignation, non l'inverse.
... Bien sûr qu'il y a un fantasme "place Tahrir" dans la tête des gens qui vont aux AG, et bien sûr que nos situations sociales, culturelles et institutionnelles sont bien différentes. Pourtant, même en Egypte, la revendication a changé avec le temps (au début, c'était juste des demandes de réforme, ensuite, ça été clairement "Dégage").
.... Par ailleurs, il y a en commun dans tous les pays où le mouvement se montre, la conscience qu'une énorme partie des décisions qui concernent nos vies ne sont pas prises dans des cadres où nous pouvons les influencer. Je ne cite personnellement pas le capitalisme comme "méchant" : "il n'y a pas de méchant système, mais une somme d'individuelles lâchetés" (Vaquette).
....Je pense donc que nos démocraties pourraient se doter de pratiques internes ( une mise à jour de nos responsabilité individuelle d'electeur, des institutions trranparentes) et d'institutions démocratiques, pour lutter contre les pouvoirs iniques et sans légitimité autre que leur poids économique (contrôle sur les "disparition de richesses" les plus évidentes : paradis fiscaux, argent fictif, finance et pouvoir déconnectés des économies concrètes...).

2) Réponse plus personnelle, donc, en aucun cas représentative, mais qui peut cependant donner un sens aux manifs d'"enragés" (comme aurait dit De Gaulle).
Tu propose d'expliciter "ce que l'on attend du pouvoir en place".
....Bon, si je voulais faire facile, je me contenterais de répondre "pas grand chose : ces bouffons irresponsables se sont délestés du pouvoir et l'ont laissé aux consortiums économiques".

...Mais je pousse un peu plus loin mon bouchon. Bien que favorable à des réformes, je crois nettement plus au "contre-pouvoir" qu'aux pouvoirs en places. Quelle que soit le sujet de révolte, je crois vraiment que je suis plus à ma place à participer à une revendication et à une contestation qu'à une mise en place de résolutions, toujours insuffisantes, contraintes, imparfaites.
... Etre aux responsabilités, prendre le pouvoir, c'est constater les limites du pouvoir. Constater que faire ce que l'on désirait va être compliqué, long, conditionné. Avoir le pouvoir, c'est constater son impuissance. Mon désir de liberté, ma vitalité me poussent en dehors de ce type de situation morbide pour moi. Ce n'est pas que je ne veuille pas me mouiller, c'est que je ne pense pas faire de bonne chose de mon énergie individuelle là.

...C'est pourquoi je préfère être dans le contre-pouvoir, la proposition, l'opposition. Un peu pour la même raison qu'un parti aime être un certain temps parti d'opposition : parce qu'à ce moment, il a la possibilité de construire sa critique et ses proposition d'autre chose que ce qui est en train de ne pas suffire. Et comme je pense que c'est pas tout d'exiger de soi de survivre, mais qu'on doit pouvoir accéder à un maximum de libertés et de richesses possible, je suis assez certain d'être toujours dans la position où j'ai des critiques et des propositions.
...Enfin et surtout, les idées que tu portes quand tu es dans le contre-pouvoir, elle conservent leur potentiel, leur puissance. Ce n'est pas une question de "pureté" - c'est pour ça que je peux accepter les revendications réformistes ! Mais une question d'être du côté des idées qui ont besoin d'être soutenues pour ensuite amener du progrès. Par exemple, c'est en commençant dans le contre-pouvoir que des idées comme l'abolition de l'esclavage, le vote des femmes, le droit à l'avortement et les avancées en santé et écologie on pu être prise en compte par les pouvoirs en place.

...Enfin, on peut vivre à son échelle ce qui est minoritaire et pourtant plus en adéquation avec des besoins de liberté et mettre en pratique sans attendre une légitimation par les gouvernements : comme on le fait avec le polyamour, comme d'autres le font avec de l'agriculture soutenable, ou avec des échanges de musiques libre.
...Bref, dans ce mouvement, je pratique une démocratie proche de l'autogestion anar, qui contient une certaine exigence de responsabilité personnelle et d'écoute des contraire.
....Rien que cette pratique me plait : ne pas décider par un vote majoritaire mais de fonctionner par consensus (chercher l'accord de l'assemblée présente jusqu'à ce que un position qui convienne à tous ressorte - quitte à ce que le choix final soit paradoxal, ex : "on veut le beurre et l'argent du beurre, d'accord, motion votée, comment on va obtenir ça ?"
...Autre pratique : on ne fait plus d'applaudimêtre, ni de beuglage de slogans et huées intempestives : on a trois quatre signes de main pour marquer accord, désaccord, impatience, incompréhension, et on peut parler dans un certain silence.
... Rien que pour voir ce genre de pratiques appliquées par plusieurs centaines de gens dans l'assistance, être dans le contre-pouvoir cette fois là valauit le coup.

* : enfin dans la mesure de mes intentions "réformistes", qui chez moi s'inscrivent dans une recherche plus radicalement évolutionniste-libertaire individualiste - tout comme mes intentions révolutionnaires, d'ailleurs.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 07 juin 2011 à 13h51

Hop.

Il y a actuellement 37 villes françaises où ça se mobilise.

Et là, le CR de la dernière AG parisienne, celle de dimanche.
Le dynamisme du truc et son inventivité démocratique deviennent plus évidents.
Le "campement" est en préparation, ça s'évoque par-ci par là dans les groupes FB et sur les forums...

Je participe autant que possible aux commissions (enfin, celle que je suis en ce moment, c'est la "démocratie interne") et aux actions.

Next rendez-vous Paris :
- mercredi 8 juin 19h, une Tribune Libre/Agora/débat sur le Bld Richard Lenoir (entre Breguet Sabin et Bastille) , où on va écouter et faire des propositions spontanées, et les noter pour la suite,
-dimanche 12 à 17h (lieu à préciser selon travaux commission et chaleur du mouvement), AG "décideuse" (chacun est convié, hein), et sans doute top départ pour le campement.

SInon, tous les jours, ya plein d'action et les commissions se réunissent à Richard Lenoir à 19h.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 14 juin 2011 à 13h01

Je vous linke l'appel international, repris dans plusieurs pays d'Europe, pour une occupation des places publiques le 19 juin.

Il y a un évènement FaceBook qui en parle.

Le prochain rv parisien est dimanche, 11h à Jussieu, un peu de marche et un pique nique, et AG ensuite.

Le reste du temps, les groupes de travail ("commissions") se réunissent quotidiennement à 19h sur Richard Lenoir, pas loin de Bastille.

Pour en trouver un près de chez vous, faites "démocratie réelle" dans le moteur de recherche de google, il y a plein de groupes locaux : en Belgique, en Suisse, à Strasbourg, Lyon,Bayonne, en Bretagne, à Lille... Bref , ya moyen, informez-vous.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

gaël (invité)

le mardi 14 juin 2011 à 18h37

Salut,
c'est sympa de nous tenir au courant ! Mais il se passe vraiment des choses, dans ces commissions ?
J'aurais bien aimé venir au pic-nique poly, mais, vraiment, cela rendrait malade mon mec... Par contre j'irai sans doute au rassemblement indigné de dimanche...

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 16 juin 2011 à 00h10

Ca dépend ce que tu appelles"il se passe" (je fais plein d'efforts pour pas envoyer ici les critiques que je fais à mon mouvement, donc ça sort un peu jésuite...).

Il se passe que les processus démocratiques utilisés sont très enthousiasmants, même pour un routard des mouvement sociaux.

L'inspiration espagnole, basée sur un système de vote et d'expression vraiment "respectueux", dépasse les "dictatures de la majorité" que donnent la plupart des démocratie pour proposer un système de "consensus", une façon d'arriver non pas à l'unanimité permanente, mais à des accords très satisfaisants.

Ce qu'il se passe pas, en revanche, c'est que les "indignés", par crainte d'être récupérés et de se rentrer dans le crâne entre chapelles politicardes ordinaire, ont du mal à s'accorder sur un "socle" de revendications. Mais c'est en cours, ça murit, je crois qu'on va dépasser bientôt le stade "autocentré".

Franchement, il y a des lourdeurs et des prises de têtes byzantines dans les commissions auxquelles je participes, mais aussi des moments où on est dans quelque chose de frais.
Et le côté "mouvement international synchrone" (Espagne, Grèce, Magrhreb) est très stimulant.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 22 juin 2011 à 03h26

Coucou.
Dimanche dernier, j'ai passé 4 heures au commissariat, comme 143 autres Indignés.
Après la marche de dimanche, on a voulu faire une AG sur le parvis de Notre-Dame.
Nous nous y sommes rassemblés, tranquillement assis.
Et puis bon, c'était spontané, pas déclaré comme une manif. Et 300-400 personnes qui causent sur une place, selon la Loi, c'est susceptible de "troubler l'ordre public".

Du coup, les policiers nous ont encerclé. Puis sommé trois fois de nous disperser.
Ce que nous ne fîmes pas. On est juste resté assis.
Alors les "robocop" (faut voir les armures pour comprendre) commencent à traîner les gens vers les cars de CRS. C'est la coutume. La coutume militante étant de s'accrocher les uns aux autres, mais à part ça de se laisser faire.

A la fin, la police n'avaient pas assez de bus pour nous embarquer.
Alors on a réclamé à être embarqués. On criait aux CRS "on veut des sous, des câlins et des bisous".
Ils étaient tout déstabilisés : avec tous les touristes qui regardaient et filmaient, et notre attitude pacifique, qu'est-ce qu'ils pouvaient faire ?
Ils nous ont fait passer quelques heures dans les commissariats, mais avec aucun délit, ils avaient un peu de mal à faire plus... Et une fois que t'es dans un commissariat, si au bout de quatre heures on t'a pas signifié de quoi t'es accusé, tu sors.

On a donc pu sortir. On a ri, parce que cette situation était absurde, parce qu'ils sont saturés, parce que certains flics comprennent pas l'ordre qu'ils ont de nous emmerder.

Franchement, venez voir...
La prochaine AG, c'est vendredi 19h au pied de l'Institut du Monde Arabe, sur le quai Claude Bernard (souvenez-vous, avec certains d'entre vous on y a fait un pique-nique poly). (j'y serai pas, parce que c'est aussi mon annif, ce jour là).

Pour plus d'info, le nouveau site :
paris.reelledemocratie.fr/

#
Profil

bohwaz

le mercredi 22 juin 2011 à 07h05

Et c'est pour ça qu'il faut supprimer le contrôle d'identité, mesure inutile qui ne sert qu'à priver les personnes de leur libertés, pendant 4 heures, sans assistance d'un avocat, sans aucun recours, dans l'arbitraire le plus total...

#
Profil

LuLutine

le mercredi 22 juin 2011 à 18h02

Siestacorta
On criait aux CRS "on veut des sous, des câlins et des bisous".

Lol.
J'imagine bien Siesta quémandant des bisous aux CRS ;)

#

(compte clôturé)

le jeudi 23 juin 2011 à 10h16

J'y étais aussi, d'abord place de l'Hôtel de ville encerclée par les CRS qui ne laissaient passer qu'une personne à la fois, parce que "à partir de deux, madame, c'est un rassemblement". (même un couple monogame devient une manif' alors? Que dire des pluri?:-) ) Ensuite à Notre Dame, côté indignés, puis côté touristes. A un moment, des touristes espagnoles, évidemment solidaires, ont pris la main des passants et ça a donné une ronde gigantesque juste devant la cathédrale, réclamant la démocratie réelle. Totalement pacifique, et jouissif car les flics ne savaient pas que faire: on ne charge pas sur des touristes, mais en même temps, quel trouble de l'ordre public!
Cela étant, j'ai discuté avec qq gendrames et CRS habillés en tortues Ninja (oui, c'est un vice, j'aime bien chercher ce qu'ils ont en tête). Si certains étaient méprisants ou hargneux, la majorité disait qu'ils comprenaient le mouvement, ayant eux-même des enfants étudiants et/ou chômeurs. Par contre, à toute question un peu plus politique, ils opposaient le "je suis en uniforme, je ne peux pas répondre", ce qui est en soi une réponse.
Bref, même si ça n'a pas l'ampleur de ce qui existe en Grèce et en Espagne, il se passe qq chose de vraiment intéressant et je suis sidérée du silence absolu des grands medias sur le sujet. Il y a avait un cameran de la TV catalane, pas de la TV française. Je vais essayer d'y remédier.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 08 juillet 2011 à 14h58

Hop :

D'abord, une précision, pour pas que d'éventuels nouveaux sur le forum se trompent suite à l'itw de Françoise Simpère : les polys ne sont pas tous des indignés, et l'inverse est encore plus vrai (hélas :-D ).
Il y a des gens que je sais qu'ils s'intéressent aux deux, mais c'est pas un transfert automatique.

Mais un spectre hante l'Europe polyamoureuse, et c'est... heu... non excusez-moi, j'ai des renvois.

Sinon, les news : le 14 juillet, ya plein d'Indignés de partout en France qui vont monter sur Paris.

On est en train de s'organiser pour héberger, se rencontrer, faire un petit bal, peut-être camper... peut-être.

Vous trouverez le communiqué filmé là.

Pour ceux qui aimeraient creuser un peu plus, je vous donne aussi le lien vers une seconde vidéo, plus longue, qui résume assez bien les principales étapes du mouvement à Paris sur le mois passé.

Sinon, pour nous trouver sur FB, vous faites "Démocratie Réelle Paris (page officielle)" dans la barre de recherche Facebook.

Voilà, c'était le point "gauchiste" de la journée, vous pouvez reprendre un polyamour normal.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 09 juillet 2011 à 07h37

Salut siestacorta,
C'est intéressant tout ça, je vais tâcher de lire un peu sérieusement toutes ces infos.
J'avoue qu'au premier abord l'amalgame me dérange effectivement un peu, j'ai tendance à croire qu'un mouvement politique, quel qu'il soit, doit s'affranchir de toute sexualité - attention, sans s'empêcher d'en parler et de faire des propositions !
Pour ma part, je suis plutôt un sans parti (tous des pourris, des cons, etc..) avec le coeur à gauche :-)
Je vais lire tout ça, merci pour les infos.

#
Profil

Siestacorta

le samedi 09 juillet 2011 à 14h07

Nan mais comme je dis, ya pas d'amalgame. Le lien existe parce que dans les deux cas on réfléchit à la notion de liberté, mais tu surpendrais beaucoup les indignés en leur disant "alors, vous êtes tous polyamoureux ?", et la même chose ici : "alors, vous êtes tous des indignés" ?

Non, il y a juste des passerelles, et pour les quelques-uns qui les pratiquent, elles semble vraiment à leur place.

Mais, en vérité, les mouvement très à gauche, et même le féminisme, sont très conservateurs sur la notion de couple. Tolérants souvent, mais conservateurs dans la pratique.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 09 juillet 2011 à 15h22

Non, il y a juste des passerelles, et pour les quelques-uns qui les pratiquent, elles semble vraiment à leur place.
Yes, Siesta, c'est exactement ce que je voulais dire: les passerelles entre indignés et pluri me semblent cohérentes, tout comme entre réflexion écologiste et pluriamour (j'en ai longuement parlé dans le Guide des amours plurielles"), mais comme disait un pote belge: "Je conduis des grosses voitures, mange de la viande, regarde la TV, mais je suis tout de même pluriamoureux", et c'est très bien comme ça, on n'est pas une secte!

#

(compte clôturé)

le samedi 09 juillet 2011 à 16h51

Tiens, ce n'est pas une coïncidence, Siesta, que tu aies envoyé ton avant-dernier message un peu après que je t'ai envoyé mon dernier SMS ? :P

Bref, je renouvelle : je devrais en avoir fini de bosser dans les abricots (après les framboises) d'ici la fin de la première semaine d'août, et je ne commencerais les vendanges qu'à la fin de la semaine suivante.

Du coup, si ça se passe bien comme ça, je passerais vous faire un petit coucou. :)

#
Profil

Siestacorta

le samedi 09 juillet 2011 à 17h17

Donc, concrètement, là où tu sera dispo, c'est pendant la deuxième semaine d'aout ? Je crois qu'on pourra se croiser, si c'est ça.

Pour le SMS... comparer les horaires de post et de SMS, c'est Mal. Mais sinon, c'est juste que entre les Indignés et ma vie, j'avoue que j'ai du mal à me concentrer et à faire des trucs dans l'ordre !

Cela dit, non, je crois que j'étais en train de lire sur Rue89 des trucs des monomanichéens locaux, qu'il y en avait encore un qui se focalisait sur le lien Indignés/poly (accroche un peu tapageuse, mais pas le centre du propos, et pas le sens exact, puisqu'on parle moins de politique que de rapport à la liberté), et que du coup, je me suis rappelé que je devais en causer ici pour parler des machins du 14 juillet.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion