Le cunnilingus, en bas: c'est top? - Polyamour.info

Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.


Cette page est étiquetée ICRA pour la protection des enfants.

Le cunnilingus, en bas: c'est top?

Sexualités
#

(compte clôturé)

le mercredi 09 février 2011 à 22h53

J'ai failli ecrire en titre: le cunnilingus: un gout de liberté; mais ça voulait rien dire alors...
Moi j'adore, à tel point que c'est difficile de m'en priver dans un rapport et vous, vous aimez?
pourquoi, comment?
Vous aimez pas en faire, en recevoir, sans blague, c'est vraiment vrai?
Tigre (rarement mauvaise langue)

#

(compte clôturé)

le jeudi 10 février 2011 à 16h50

Bien sur que c est le top!!!!
quelle question,
Mais les gouts et les couleurs ca se dusvcute pas.
On demande et on obtient
Ou pas!
Aimer recevoir oui ,aimer le faire non!
moi je dis ca.......

#
Profil

bohwaz

le jeudi 10 février 2011 à 21h49

En bas ?

#

(compte clôturé)

le vendredi 11 février 2011 à 21h35

En bas: oui, c'etait pour le plaisir de l'oxymore (opposition entre le top: haut en anglais et le fait d'avoir la bouche entre les cuisses de la dame: en bas donc)
comme toutes les calembours pas droles: expliqué, c'est encore moins drôle...

@capucine: mais alors moi faut pas me demander deux fois: la seule chose qui peut m'éloigner de cette delicieuse pratique, c'est une nana qui a du plaisir quand je lui fais mais qui assume pas après.
Et encore...

Mais vu que ce sujet léger quoiqu'intime ne mobilise pas les foules (quelle tristesse quand meme) je crois que je vais laisser ce fil mourir tranquillement.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 11 février 2011 à 21h39

felin_aubordeleau
Mais vu que ce sujet léger quoiqu'intime ne mobilise pas les foules (quelle tristesse quand meme) je crois que je vais laisser ce fil mourir tranquillement.

Ben euh moi je suis pas celle qui est en bas donc je ne peux pas répondre ^^

#
Profil

bohwaz

le vendredi 11 février 2011 à 23h21

Hum c'est un sujet délicat (ah ah), mais souvent pas trop motivé pour de basses raisons matérielles, souvent chopé mal à la nuque comme ça, et même une fois un sacré torticolis, pas très agréable :D

Sinon ça dépends de la motivation / passion / désir / etc.

#

(compte clôturé)

le samedi 12 février 2011 à 08h08

@bohwaz: tu peux essayer avec ton amante allongée sur une table/bureau et toi assis sur une chaise ou à genou: ça elimine 90% des tensions dans la nuque (faut une table solide quand meme).
En 69, les tensions disparaissent aussi mais là, c'est autre chose, perso, j'aime moins.

@lulutine; je ne focalisais pas sur l'emeteur. Je suis suis curieux de la reception du cunni aussi: presence dans l'imaginaire erotique, demande pendant l'amour ou au contraire plaisir de la surprise.
Envie du cunni comme un rapport en soi ou uniquement en preliminaire. Utilisation du cunni comme "roue de secours" (il y a le feu au lac et pas de preservatif...)

#

(compte clôturé)

le samedi 12 février 2011 à 08h55

Moi ça m'intéresse !
Pratique que je n'ai pas apprécié pendant longtemps - enfin disons jusqu'à ce que je me trouve avec des partenaires qui en faisaient grand cas et qui m'ont appris à l'apprecier.
Première constatation donc : contrairement à ce qui se dit, je suis une femme et je n'en raffolle pas particulièrement, alors que mes partenaires masculins, eux, le réclament ! Enfin certains, d'autres pas spécialement.

Pour moi ça ne peut pas être autre chose qu'une étape dans un rapport - pas forcément une étape préalable, ça peut être aussi une conclusion sympathique - mais le manque de réciprocité me pose problème. Je ne peux pas me satisfaire si mon partenaire ne jouit pas...

Ce qui est amusant, c'est que le cunni n'est pas ce que je préfère - meme si encore une fois j'ai appris à l'apprecier - alors que j'adore vraiment son pendant (si j'ose dire) féminin... Je comprends très très bien ceux qui disent qu'ils aiment faire jouir avec leur bouche, je suis pareille... De là à en conclure qu'il y a là-dedans un jeu de pouvoir sexuel, et que c'est une domination soft de son partenaire... Moi, je crois qu'il y a un peu de ça.

#

(compte clôturé)

le samedi 12 février 2011 à 10h02

eh bein tu vois ,il est pas mort ton fil!!!
C est toujours delicat ces choses la,internet n est pas si discret que ca!
On hesite encore a delivrer nos secrets.

#
Profil

wolfram

le samedi 12 février 2011 à 10h14

comme disent ma copine et notre amoureuse en coeur "plaisir d'offrir, joie de recevoir !"...

#
Profil

Siestacorta

le samedi 12 février 2011 à 13h59

balise "public averti" B=D ((

Janis
De là à en conclure qu'il y a là-dedans un jeu de pouvoir sexuel, et que c'est une domination soft de son partenaire... Moi, je crois qu'il y a un peu de ça.

Ah, tiens, je le ressens pas du tout paradoxal, moi, le jeu de pouvoir sexuel.
Cunilingus et fellation, c'est du don de soi, on sert le plaisir de l'autre.
On y prend un plaisir, certes. Il y a un érotisme d'ensemble de toute façon. Mais les positions les plus pratiques, quand on le fait à sens unique, c'est un amant qui agit pour un qui se laisse faire.
Je veux dire, si je me met à masser quelqu'un, je ne le domine pas parce qu'il me fait confiance et se laisse aller. Je lui fais plaisir, je lui donne un bien être.

Après, plus personnellement, j'érotise ça de façon plus "caractérisée", le rapport de pouvoir me plait... C'est peut-être pour ça que j'ai la perception que je décris.

C'est à dire que je crois pas qu'être actif, prendre plaisir à voir l'effet qu'on a, ça se confonde avec dominer.
Quand on fait plaisir à quelqu'un avec sa bouche, on fait les gestes qui lui plaisent, qui lui font effet. Le but est quand même d'obtenir le meilleur plaisir chez l'amant qui se laisse faire... On peut y mettre ses propres façons, il s'agit pas de ne plus être soi. Mais, pour reprendre le truc du massage, on va pas faire un petit massage tout doux aux mollets quand ce qu'aimerait l'autre c'est que ça s'étire très fort entre les omoplates.
Si un amant se laisse aller, c'est par confiance, parce qu'il sent que l'autre va faire quelque chose de bon. Et comme c'est quand même beaucoup son plaisir, à un moment où il n'agit pas dessus, on parle quand même de sa perception de ce qui est bon... Donc celle de celui qui agit n'est pas tellement dominante.

Bref. Je sais que c'est ma perception, orientée par ma libido à moi. Mais je veux dire qu'en pratique, ce don de soi a de grands résultats pour celui qui reçoit... Que ce soit une fellation ou un cunnilingus, mes souvenirs sont émouvants dans les deux cas.
L'arrière pensée "c'est tellement meilleur quand une amante va jusqu'au bout" est là, mais le don de soi, j'adowre beaucoup beaucoup quand je le fais moi, hein.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 12 février 2011 à 14h15

...

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 12 février 2011 à 14h37

Siestacorta
Que ce soit une fellation ou un cunnilingus, mes souvenirs sont émouvants dans les deux cas.

Je contresigne : mes plus grandes émotions sexuelles viennent de certaines fellations particulièrement... intenses on va dire. Mais justement l'émotion vient du sentiment d'abandon total du partenaire qui se laisse aller, se laisse faire, se laisse mener au bout de son plaisir - et elle se double chez moi, au-delà de la tendresse et de la joie de lui donner du plaisir, d'une sorte de jouissance un peu sado sur les bords, jouissance de mon propre pouvoir - "son" plaisir entre "mes" mains (oui, pas que mes mains, ok, vous voyez ce que je veux dire). Et je suppose que c'est par contraste mon tempérament dominateur qui fait que j'ai du mal à me laisser aller à seulement "recevoir".

Après c'est l'oeuf ou la poule : est-ce que c'est mon tropisme SM qui m'invite à voir des jeux de domination dans ces pratiques, ou bien est-ce que ces pratiques sont bien teintées de domination/soumission et c'est pour ça que moi, je peux y prendre ce genre de plaisir teinté d'intellectualisme ?

Dans la Vie sexuelle de Catherine M., elle écrit des choses assez belles sur le plaisir de faire des fellations - et sur sa surprise de constater à chaque fois la connection qui s'établit alors entre sa tête et son sexe... En fait aimer sucer c'est aimer jouir avec sa tête ; un vrai truc de pervers <3

#
Profil

bohwaz

le samedi 12 février 2011 à 18h17

Je n'ai pas de table, et mon bureau est toujours encombré :D Mais sinon oui il y a moyen de se débrouiller pour avoir une position plus confortable, mais c'est un peu plus compliqué d'y penser / préparer dans le feu de l'action...

#
Profil

wolfram

le samedi 12 février 2011 à 20h01

il me semble que le cunnilingus est la marque minimum de reconnaissance que tous doivent à la cyprine épandue !

globalement, plus le flot de cyprine est important plus le désir de plonger la tête entre les cuisse devient irrépressible...

j'ai constaté qu'il en est de même de la fellation... en dehors de celle de "mise en jambe", j'ai ressenti que l'intensité de ma vigueur apparente décuplait l'appétit de mes compagnes !!!

@Shamal, les doigts s'insinuent d'eux-mêmes.... c'est incroyable comme ils deviennent doués d'une conscience propre lorsqu'ils s'abreuvent à la rivière d'amour...

#

(compte clôturé)

le samedi 12 février 2011 à 20h01

En fait aimer sucer c'est aimer jouir avec sa tête ; un vrai truc de pervers <3

Vu que si je ne jouis pas avec ma tête (ne serait-ce qu'elle seule, même) ce n'est pas une réussite, je dois être très très pervers.

Mais comme le dit Siestacorta : je suis un cérébral. Peut-être trop.

#

(compte clôturé)

le samedi 12 février 2011 à 22h57

cerebral ou pas quand on parle d amour c est les sens qui commandent
pas le cerveau!

#

(compte clôturé)

le dimanche 13 février 2011 à 09h11

Capucine, je ne suis pas d'accord... Si ce n'était qu'une histoire de sens on ne serait pas tous, posteurs sur ce site, à se prendre plus ou moins la tête avec nos partenaires et amis pour mettre en place des modes de vie acceptables pour chacun et à réfléchir sur notre affectivité et nos sentiments. On baiserait et on n'en parlerait plus... Je crois qu'à partir du moment où on entre en relation avec quelqu'un (relations monogames ou pas, ça ne change rien), on bascule du sensuel au cérébral.
Tu peux être attirée par un homme qui fait bien l'amour ou qui dégage une sensualité particulière, à laquelle la tienne répond (les peaux s'attirent comme on dit...) mais tu vas entrer en relation avec lui pour tout plein d'autres raisons qui mettent en jeu aussi autre chose que tes hormones et les parties génitales de ton anatomie.

Attention, hein, j'ai le plus grand respect pour les hormones, c'est pas la question ! Mais s'il y a bien une émotion qui n'est pas exclusivement sensuelle, c'est bien l'amour, non ?

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 13 février 2011 à 09h39

Janis
Si ce n'était qu'une histoire de sens on ne serait pas tous, posteurs sur ce site, à se prendre plus ou moins la tête avec nos partenaires et amis pour mettre en place des modes de vie acceptables pour chacun et à réfléchir sur notre affectivité et nos sentiments. On baiserait et on n'en parlerait plus...

Yep.
Et moi, si on parlait pas avant j'aurai aucune chance de baiser, en plus.
Et si on pouvait pas parler après, sans doute que j'aurai pas très envie que ça recommence !

#

(compte clôturé)

le dimanche 13 février 2011 à 13h23

siesta
Et moi, si on parlait pas avant j'aurai aucune chance de baiser, en plus.
Et si on pouvait pas parler après, sans doute que j'aurai pas très envie que ça recommence !


tres drole:-) on peut parler du sexe, du desir ou d'un fantasme: meler le plaisir d'une histoire (à la premiere ou à la troisieme personne, d'un scenario (sous)tendu par le desir pour voir, entendre ou gouter les réactions...

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion